Richard Gage apporte de nouvelles preuves de démolition contrôlée sur les attentats du 11 septembre

Le fondateur de AE9/11Truth, Richard Gage, invité du Washington Journal sur C-SPAN le 1er août 2014, montre que le bâtiment 7 du WTC a été soumis à une démolition contrôlée le 11 septembre 2001.

Russell Brand remet en cause la version officielle des attentats du 11 septembre

L’acteur et comédien britannique Russell Brand dans l’émission BBC Newsnight

Voir l’article relatif

« Il essaie seulement de créer du buzz autour de son livre »: les New-Yorkais outragés par Russell Brand qui admet qu’il est ouvert d’esprit sur les théories du complot du 9/11

World Trade Center, le 11 septembre 2001

Par Martin Robinson et Corey Charlton, 25 octobre 2014

Le Comédien a été questionné sur le 9/11 parce qu’il a dit que c’était «contrôlé» dans [son] livre  
Il a déclaré à BBC Newsnight: «Nous devons garder l’esprit ouvert à tout type de possibilité. Faites-vous confiance au gouvernement américain?  
Les New-Yorkais ont fait entendre leur indignation face à ces commentaires «paranoïaques» et «insensibles»  
Il a ajouté: «Je pense que c’est très intéressant de voir la relation que la famille Bush a eu pendant longtemps avec la famille Ben Laden »  
Il a accusé la BBC de construire un ‘récit anti-islamique’ sur l’attaque terroriste d’Ottawa
La proche d’une victime affirme qu’elle est choquée qu’il «serait si stupide ‘

La célébrité a été mise à sac par MTV après s’être habillé en Ben Laden, le jour après le 9/11  
Les critiques l’ont qualifié d’ « idiot sauvage »et lui ont dit de « coller à la comédie »
Les téléspectateurs se plaignent auprès de la BBC pour sa diatribe sur le complot du 9/11
L’entreprise défend son apparition et dit: Aimez-le ou détestez-le, il exprime l’humeur anti-politicienne’

Les New-Yorkais ont réagi furieusement à l’affirmation de Russell Brand qu’il est «ouvert» quant à savoir si les Etats-Unis étaient derrière les attaques de 9/11.

Le comédien de 39 ans a déclaré dans une interview de BBC Newsnight qu’il croit qu’il existe une relation «intéressante» entre les familles de l’ancien président américain George Bush et le leader d’Al-Qaïda Oussama ben Laden, et il a demandé: «Faites-vous confiance au gouvernement américain?»

Brand a été pressé par le présentateur Evan Davis de commenter son nouveau livre, Révolution, parce qu’il y décrit les attaques du 9/11 sur les Twin Towers à New York comme «contrôlées».

Lire la suite: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2806376/Russell-Brand-open-minded-conspiracy-theories-surrounding-9-11-terror-attacks-asks-trust-American-Government.html

Déclaration du Ministre d’Etat britannique Hugo Swire faite au Parlement sur la Suède et Assange

Le Ministre britannique des Affaires étrangères Hugo Swire répond à la question sur la possibilité du procureur suédois d’interroger Julian Assange à Londres. (28 Octobre 2014) « Nous ferions absolument tout pour le faciliter et nous accueillerions [cette décision] activement. »

Un rabbin israélien: le « piège à miel » sexuel est casher pour les femmes agents du Mossad

Haaretz, 5 octobre 2010

La décision du rabbin Ari Schvat est apparue dans une étude, «Le sexe illicite pour des raisons de sécurité nationale» publié par l’Institut Tzomet, qui étudie l’interface entre religion et modernité.

Un rabbin israélien a donné sa bénédiction à des femmes agents du service secret étranger d’Israël, le Mossad, qui peuvent être amenées à avoir des relations sexuelles avec l’ennemi dans les missions dites « pot de miel » contre des terroristes.

La décision du rabbin Ari Shvat est apparue dans une étude, « le sexe illicite pour des raisons de sécurité nationale», publié par l’Institut Tzomet, qui étudie l’interface entre religion et modernité.

EstherCover-204x320Mais Schvat écrit que les missions « pot de miel » ne relèvent pas seulement de l’espionnage moderne – comme à la fin des années 1980, la capture de Mordechai Vanunu, le technicien nucléaire israélien qui a révélé les détails du programme nucléaire d’Israël, ou l’assassinat du terroriste Mahmoud al-Mabhouh à Dubaï, en janvier 2010. Dans les deux cas, un leurre féminin du Mossad aurait été impliqué.

En fait, les missions « pot de miel » sont enracinées dans la tradition biblique.

La reine Esther, qui était juive, a couché avec le roi perse Xerxès autour de 500 avant JC pour sauver son peuple, a noté Schvat. Yael, épouse d’Hever, dormait avec le chef ennemi Sisra pour le fatiguer et lui couper la tête, selon la tradition.

Il y a un hic, cependant, pour les « pots de miels » mariés. « S’il est nécessaire d’utiliser une femme mariée, il serait préférable [pour] son mari de divorcer. … Après l’acte [sexuel], il aurait le droit de la ramener », a écrit Schvat.

« Naturellement, un travail de ce genre pourrait être donné à une femme qui est en tout cas licencieuse dans ses manières. »

Les hommes agents du Mossad n’ont apparemment pas de limites pour dormir avec l’ennemi féminin, car ils ne sont pas mentionnés dans les écrits.

L’étude de Schvat a été saluée par le directeur de Tzomet, le rabbin Yisrael Rosen, qui a ajouté que « les femmes salariées du Mossad ne vont probablement pas venir consulter un rabbin » avant leurs missions.

Source: http://www.haaretz.com/jewish-world/israeli-rabbi-honey-pot-sex-is-kosher-for-female-mossad-agents-1.317288  et illustration via: http://www.veteransnewsnow.com/2012/11/13/israeli-rabbi-honey-pot-sex-is-kosher-for-female-mossad-agents/

Cheikh Mbacké Sène livre sa vérité sur le football sénégalais: « Lions de la Téranga : Vérités et contre-vérités sur les échecs répétés (2003-2013) »

Cet article est une contribution anonyme classée dans la catégorie « Page des lecteurs ». Les articles sont proposés de manière bénévole et peuvent être envoyés par mail (voir la page de contact).

Le livre qui éventre la gestion du football sénégalais comme jamais.Cheikh Mbacké Sène

Le journaliste et écrivain-essayiste sénégalais Cheikh Mbacké Sène vient de publier un livre sur la gestion du football sénégalais durant la décennie écoulée. Intitulé « Lions de la Téranga : Vérités et contre-vérités sur les échecs répétés (2003-2013) », cet essai de près de 200 pages publié aux Editions du Net (France) est une analyse critique sur les faits majeurs et détails qui ont défini la gestion du football national durant les années d’après le Mondial 2002 durant lequel le Sénégal avait brillé, en atteignant les quarts de finale pour une première participation.

Très en verve lorsqu’il s’agit du sport sénégalais et de l’Afrique, Cheikh Mbacké Sène est un journaliste-écrivain-essayiste connu pour son engagement. Bannir le silence coupable, tel est l’objectif de cet ouvrage, fait-il savoir.

«La décennie 2003-2013 qui aurait dû voir se poursuivre l’œuvre de deux hommes venus d’ailleurs (Peter Schnittger et Bruno Metsu), accomplie de connivence avec des nationaux engagés comme Ousmane Paye, El Hadji Malick Sy « Souris » ou encore le défunt Omar Seck et nous valoir un titre continental », regrette-t-il. Le Sénégal a pris le chemin inverse, alignant contre-performances sur contre performances.

Pourquoi les «Lions» n’ont-ils jamais pu aller plus loin qu’en 2002 ? Pourquoi ne parviennent-ils pas à sortir la tête de l’eau malgré les efforts colossaux et les multiples dons de soi ? Qu’est-ce qui empêche le Sénégal de confirmer sa « grandeur » footballistique ?

« Les guerres intestines, le maraboutage, l’amateurisme et le manque de conviction », comme seuls facteurs bloquant du football sénégalais selon l’auteur.

Dans le livre, l’auteur dénonce les guerres de positionnement qui ont balayé ou entravé les ambitions et projets de certains hommes de conviction. Des clivages tout azimut qui partent des milieux politico-administratifs pour arriver dans la « Tanière des Lions » et implique assez souvent journalistes, supporters… Cheikh Mbacké Sène insiste que, sur la base de son intime conviction et au regard des talents produits dans la décennie écoulée, « le Sénégal pouvait sans conteste s’imposer sur le continent et faire mieux que l’Egypte ». Mais dans « les guerres des dirigeants souvent des amateurs, la dualité stérile entre ministère de tutelle et la fédération, les sélectionneurs mercenaires sans grande conviction enrôlés sur des critères lugubres, et des joueurs qui prennent la sélection pour le Club Med et le maillot national pour un string », le Sénégal ne pouvait espérer mieux que ces interminables déconvenues.

« Guy Stephan, Kasperczak, Pierre Lechantre ont fait beaucoup de mal aux Lions »

Couverture livre_Lions de la TerangaLes sélectionneurs comme Guy Stephan, Henryk Kasperczak, Pierre Lechantre y ont fortement pris pour leur grades. L’auteur les considère plus pour des « gens qui n’avaient rien à foutre du football Sénégal. Ils ont causé plus de mal qu’ils ont rendu service ».

L’auteur souligne que « le Français jouait sur deux tableaux pour faire monter les enchères avec son club Al Arabi de Doha (Qatar), mais n’avait jamais eu l’intention véritablement d’entraîner le Sénégal. (…) Guy Stephan a dénaturé le football des Lions (…) et Henrik Kasperczak était moins impliqué et peu inspiré ». En 2008 « Henrik Kasperczak s’était rendu au Ghana dans un climat qui laissait perplexe. Face aux alertes du président de la FSF de l’époque, Mbaye Ndoye, et de nombreux autres observateurs par rapport au jeu peu convaincant des Lions, le Polonais est resté calfeutré dans une suffisance arrogante et coutumière. Il débarque au Ghana avec « ses » certitudes, lesquelles sonnent creux dans les oreilles de tout le monde sauf dans celles de ses thuriféraires qui refusent de voir la réalité en face et rêvent de miracle », écrit-il.

Le maraboutage est touché du doigt « là où certains veulent se murer derrière le rationnel ». « Dans mon intime conviction, n’importe quelle équipe aurait battu cette équipe du Sénégal bien « ligotée » par les « maras » recrutés jusqu’au fin fond du continent. Refuser d’accepter la partition du maraboutage dans le football sénégalais pour ne pas dire africain, c’est comme voir un Lébou ou un Sérère renier son statut de Sénégalais », écrit-il. Comment, dès lors, ne pas pointer du doigt le maraboutage  si l’on sait que le Sénégal n’a gagné le moindre match depuis la CAN 2006 ? L’auteur pose dans le livre des faits réels auxquels l’on ne peut coller aucune explication rationnelle. Ils donnent des exemples de méfiances entre joueurs et des faits connus de tous les pensionnaires de la tanière de l’époque.

Non sans vouloir stigmatiser, l’auteur invite après lecteur de cet ouvrage à la réflexion.

« Le bien-fondé de cet essai est d’inciter chaque acteur, à quelque échelle qu’il soit, joueur, entraîneur, dirigeant, autorité sportive, supporter et journaliste, à se remettre en question afin que les erreurs du passé puissent servir à l’avenir et qu’on puisse enfin œuvrer tous et foncièrement de concert. C’est comme cela seulement que nous parviendrons à stopper l’éternel recommencement des « relances sans retombées » et à réussir tous ensemble à faire du Sénégal enfin… un champion d’Afrique », conclut l’auteur, non sans citer Winston Churchill qui disait : « Plus loin on regarde vers le passé, plus loin on voit l’avenir ».

Un livre riche en faits, avec une analyse intéressante des facteurs bloquants qui éventre le football sénégalais comme jamais cela ne s’était fait auparavant. Pour la première fois, on touche du doigt les vrais maux du football sénégalais.

Voir le livre sur le site de l’éditeur: http://www.leseditionsdunet.com/essai/2597-lions-de-la-teranga–verites-et-contre-verites–sur-les-echecs-repetes-2003-2013-cheikh-mbacke-sene-9782312023991.html

La France va suivre le modèle de la Turquie dans la censure inconsidérée de l’Internet

800px-HADOPI-13th

EDRI.org, 22 octobre 2014

Par Kirsten Fiedler

Malgré de nombreux revers, de la mauvaise publicité, les coupes budgétaires et un changement de gouvernement, la France persiste avec son Hadopi, une «loi en trois coups » et une agence du gouvernement pour faire respecter les lois du droit d’auteur et la lutte en ligne contre le « piratage ». Encore plus inquiétant, le ministre de la Culture du pays envisage maintenant des mesures pour limiter encore plus les droits en ligne.

Au cours des dernières années, le budget de l’agence Hadopi a été peu à peu réduit de 12 à 6 millions d’euros pour 2015, ce qui aura évidemment des conséquences sur les capacités de l’institution et la gestion du système de riposte graduée. Face à ce défi, la présidente de l’agence Mireille Imbert-Quaretta a tenu une réunion avec la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, pour discuter du rapport de l’agence de mai 2014 et de l’avenir de l’agence.

Lire la suite: https://edri.org/france-follow-turkeys-lead-lawless-internet-censorship/

Conspiration du 11 septembre: Alex Jones prédit les attentats en juillet 2001

Emission d’Alex Jones:

Encore une fois, j’étais à la télévision en disant que Ben Laden est un agent de la CIA, on dirait qu’il va attaquer New York. Disant « Appelle Washington, dites-leur d’annuler l’attaque ».

[Ancien extrait vidéo]

Bonjour mesdames et messieurs, je suis si heureux que vous puissiez vous joindre à nous pour cette émission du mercredi 25 Juillet 2001. La tyrannie est en train d’envelopper le monde, et les États-Unis sont un joyau brillant que les mondialistes veulent abattre et ils utiliseront le terrorisme comme prétexte pour le faire.

Alors cela vient au sommet de la deuxième moitié du spectacle, des informations très importantes. Je vais appeller à ce que vous appeliez la Maison Blanche et leur dire:

Regardez, nous avons vu les informations selon lesquelles vous vouliez faire sauter les choses, vous avez fait sauter les choses et vous dites que des millions d’entre nous vont mourir et que nous avons besoin d’une loi martiale et l’Associated Press, l’un des petits « boulons » que vous avez et que nous sommes conscients de qui sont les terroristes si vous tirez dessus. Cela peut arrêter cet événement du Reichstag hitlérien.

Je veux donner le numéro gratuit pour le Congrès, et je ne veux pas que vous croyiez Alex Jones. Je veux que vous alliez prendre ces histoires sur mon site web. Je veux que vous appeliez ces grands journaux et trouviez que ces déclarations étaient vraies sur la Maison Blanche pour la préparation de la loi martiale. Et je veux que vous leur faisiez savoir que s’il y a un quelconque terrorisme nous savons qui blâmer!

Le point est le suivant: si un quelconque terrorisme arrive, cela vient de ce gouvernement et s’il y avait une menace extérieure comme un « Ben Laden » – qui était un agent de la CIA connu au cours des années 80 commandant la guerre des Mujahadeen et dont la famille a construit toutes les bases militaires en Arabie Saoudite en ce moment et siège au conseil d’Iridium Satellite. Il est le Bogeyman dont ils ont besoin dans le faux système orwellien.

Je veux la Maison Blanche dont le numéro est là-haut, une grande partie de la solution, après que vous recherchiez tout le terrorisme du gouvernement et vérifiez que ce que je dis est vrai.

Appelez la Maison Blanche et dites-leur « Nous savons que le gouvernement planifie le terrorisme, nous savons qu’Oklahoma City et le World Trade Center c’était le terrorisme. Nous savons que les chefs d’état-major veulent faire exploser des avions de ligne (Baltimore Sun).

Si vous le faites, nous allons vous blâmer parce que nous savons qui en est à la hauteur. Ou si vous laissez quelque groupe terroriste le faire, comme le World Trade Centre, alors nous savons qui blâmer.

« Et nous pouvons sauver la planète – en l’appelant « Opération pour Exposer la Terreur du Gouvernement »

***La transcription de cette émission a pu être réalisée grâce à la contribution de Martin, militant Anonymous UK***

NSA: Les 103 millions $ de « frais d’adhésion » de la Nouvelle-Zélande pour l’espionnage

Waihopai Station-New ZealandPhoto: Station d’espionnage de Waihopai

NZ Herald, 21 octobre 2014, par David Fisher

Le financement contribuable à hauteur de 103 millions $ pour les agences de renseignement de Nouvelle-Zélande est effectivement une cotisation d’adhésion à la surveillance du Club des Fives Eyes avec les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et le Canada, selon un rapport déclassifié.

Le rapport dit que l’argent paie nos espions pour faire bien quelques tâches de «niche» et utiliser nos partenaires internationaux pour faire le reste.

Le « Rapport Murdoch » a été écrit par l’ancien diplomate et haut fonctionnaire Simon Murdoch en 2009 pour le Commissaire aux Services d’Etat et classé secret, car il contenait des détails sur les agences d’espionnage de la Nouvelle-Zélande.

Lire la suite: http://m.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=11345892

Comment définir les sociétés secrètes?

Tous partis politiques, secrets, liés par un serment, sont dangereux pour une nation. Président Ulysses Grant

Le language du profane

Définition

Logo "Opposé à toutes les sociétés secrètes"« Par société secrète était autrefois signifié une société dont on connaissait l’existence, mais dont les membres et les lieux de réunions n’étaient pas connus publiquement. Aujourd’hui, nous entendons par société secrète, une société avec des secrets, ayant un rituel exigeant un serment d’allégeance et de discrétion, prescrivant des cérémonies à caractère religieux, soit par l’utilisation de la Bible, soit par extraits, ou par la mise en place d’un autel dans une loge, par l’utilisation de prières, de chants, de signes et de symboles religieux, de services funéraires spéciaux, etc » (Rosen, « L’Eglise catholique et les sociétés secrètes », p. 2).

Raich donne une description plus détaillée: « Les sociétés secrètes sont des organisations qui cachent complètement leurs règles, l’activité de leur entreprise, les noms de leurs membres, leurs signes, mots de passe et usages de l’extérieur ou du « profane ». En règle générale, les membres de ces sociétés sont tenus au secret le plus strict concernant toutes les affaires de l’association par serment ou promesse ou parole d’honneur, et souvent sous la menace de peines sévères en cas de sa violation.

Si une telle société secrète a des degrés supérieurs et inférieurs, les membres du plus haut degré doivent également prendre soin de cacher leurs secrets de leurs frères issus du degré inférieur. Dans certaines sociétés secrètes, les membres ne sont pas autorisés à savoir même les noms de leurs plus hauts officiers. Les sociétés secrètes ont été créées pour promouvoir certains objectifs idéaux, obtenus non pas par la violence mais par des mesures morales.

En cela, elles se distinguent des conspirations et complots secrets qui sont formés pour atteindre un objet particulier par des moyens violents. Les sociétés secrètes peuvent être religieuses, ou sociales, politiques, scientifiques. » (Kirchenlex., V, p. 519). En réduisant encore plus la définition à la signification technique des sociétés secrètes (societates clandestinae) dans les documents ecclésiastiques, l’archevêque Katzer dans une pastorale (20 janvier 1895) a dit: « L’Eglise catholique a déclaré qu’elle considère ces sociétés comme illicites et interdites quand elles (1) unissent leurs membres dans le but de conspirer contre l’État ou l’Église; (2) exigent le respect du secret à un point tel qu’il doit être maintenu devant même l’autorité ecclésiastique légitime; (3) demandent un serment de leurs membres ou une promesse d’obéissance aveugle et absolue; (4) font usage d’un rituel et de cérémonies qui les constituent en sectes ».

Lire l’intégralité de l’article: http://politicalvelcraft.org/secret-societies/

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 295 autres abonnés