L’ancien président américain Jimmy Carter donne une nouvelle fois son opinion sur WikiLeaks

wikileaks_3_12-300x200Après être intervenu en novembre 2010 dans une interview où il disait notamment, au sujet des révélations de WikiLeaks, que « Quand vous prenez les choses comme ça hors du contexte, je pense que cela n’aide personne, mais que ça heurte diplomatiquement » (CBS News) à cause des personnes mises en danger par certains documents, l’ancien président américain Jimmy Carter – aujourd’hui atteint d’un cancer au cerveau – a précisé sa pensée dans une nouvelle interview, en août 2015, où il se montre plus tolérant et soucieux de la vérité face aux organisations qui publient des documents confidentiels.

Il déclare, en effet, à la question posée:

Quelle est votre opinion sur WikiLeaks? Pensez-vous que le secret, ou ce qu’on appelle les « activités de renseignement », permettent de renforcer ou d’affaiblir une nation?

Vous savez, mon avis est un avis minoritaire, parce que la plupart des Américains sont en désaccord avec moi. Je ne déplore pas les révélations de WikiLeaks. Celles-ci ont juste rendu public ce qui était, en fait, vrai. Le plus souvent, la révélation de la vérité, même si elle est désagréable, est bénéfique.

Le Centre Carter, par exemple, que je dirige aujourd’hui, a un grand projet sur la liberté d’information pour encourager les nations individuelles à adopter des lois pour permettre à leurs citoyens de connaître les décisions que prennent les responsables du gouvernement. Et cela est parfois embarrassant pour le gouvernement. Mais nous faisons ça partout dans le monde.

Je pense que, presque invariablement, le secret est conçu pour dissimuler des activités inappropriées et non conçu pour le bien-être de la population en général. Donc, il peut y avoir eu quelques problèmes avec certaines des révélations de WikiLeaks, mais je pense qu’en général la révélation forcée de la vérité est le plus souvent utile.

Lire l’intégralité de l’article: http://theelders.org/article/only-us-president-who-didnt-wage-war#Truth

A quand «Gaza-sur-Seine ?»

Le Quotidien d’Oran, par Mourad Benachenhou, 17 août 2015

320px-GazaSelon un article paru sur le quotidien américain «The Washington Post », daté du 15 août, intitulé «Une décennie plus tard, beaucoup d’Israéliens considèrent que l’évacuation de Gaza a été une grande erreur» (co-auteurs William Booth et Ruth Eglash), et consacré au dixième anniversaire de « l’évacuation unilatérale de Gaza par Israël », la population israélienne, dans sa majorité, est favorable à la « réoccupation de ce territoire », car, selon les auteurs de cet article, cet acte de « générosité et de bonne volonté » de la part de Moshé Sharon, alors Premier ministre, aurait été exploité par les Palestiniens pour « poursuivre leurs agressions non provoquées » contre la population civile israélienne.

Gaza est encore un territoire occupé par Israël

Le même article rapporte que le conseiller à la sécurité de Netanyahu se serait lamenté sur l’impossibilité d’une telle réoccupation en résumant son opinion par un proverbe, suivant lequel: «une fois qu’un œuf est brouillé, on ne peut pas lui rendre sa forme primitive».

Le problème avec la version israélienne selon laquelle Israël aurait mis fin à son occupation de Gaza en août 2005, est que l’Etat colonial est le seul à la soutenir. Pour le reste du monde, et au sens du droit international, Gaza est encore un territoire occupé par Israël.

Ce fait indéniable est décrit avec clarté dans l’extrait suivant d’un document consacré à la situation de ce territoire:

«Alors qu’Israël affirme qu’elle a cessé d’occuper Gaza en 2005, lorsqu’elle a unilatéralement redéployé ses troupes à l’extérieur de Gaza, et a retiré ses colons de Gaza, Gaza continue à être occupée au vu de la loi internationale comme de la communauté internationale, y compris les Etats-Unis d’Amérique, l’Union européenne, et les Nations unies. La responsabilité ininterrompue d’Israël comme puissance occupante à Gaza est la conséquence de plusieurs facteurs. D’abord, Israël continue à assurer un contrôle effectif sur Gaza, y compris le contrôle des frontières, de l’espace aérien, des voies d’eau, de l’enregistrement de la population, de la monnaie, des mouvements de population, du commerce, de la fourniture d’électricité, de la distribution de l’eau, etc. etc. En second lieu, Israël maintient et exerce un droit de mener des opérations militaires régulières à Gaza, ce qui lui donne le contrôle militaire effectif sur le territoire. Selon le droit international, le contrôle effectif constitue l’ensemble des mesures d’occupation.» (source: Commission au Service du Peuple Américain, www. afsc.org/resource/gaza-under-siege)

Une guerre d’extermination contre le peuple de Gaza

Il est à rappeler qu’une année également s’est écoulée depuis la fin de l’agression sauvage de cinquante jours menée par Israël contre Gaza. Le rapport de l’ONU, dont les rédacteurs ont essuyé de la part des autorités israéliennes le refus de donner les preuves qu’elles avaient mené cette opération de représailles en réponse à des «attaques délibérées contre la population civile israélienne», révèle à la fois l’intensité de la violence militaire israélienne, tout comme le caractère massif des morts civils palestiniens, ainsi que des destructions des infrastructures et des habitations dans le territoire de Gaza.

Suivant ce rapport de 183 pages, et établi sous la responsabilité de Mary Mcgowan Davis, ancienne juge à la Cour suprême de l’Etat de New York, l’armée israélienne a mené 6.000 raids aériens, utilisé 14.500 obus de char et 50.000 obus d’artillerie, a tué 2.251 Palestiniens, dont 1.462 civils, y compris 299 femmes et 551 enfants, et a détruit 18.000 habitations et blessé 17.125 Palestiniens.

Israël refuse de donner les preuves que les civils israéliens auraient été visés par les tirs palestiniens

Ce rapport, dont il est encore une fois souligné qu’Israël a refusé d’y contribuer, note que:

«La Commission a requis des informations détaillées du gouvernement israélien sur les endroits où les fusées et les obus de mortier tirés par les groupes armés palestiniens, à partir de Gaza, ont effectivement atterri, pour procéder à une évaluation plus détaillée de la proportion des cas dans lesquels ces tirs ont été effectivement dirigés vers des zones à forte occupation de population en Israël. Malheureusement, le gouvernement d’Israël n’a pas donné de réponse, ce qui a rendu difficile pour la Commission la détermination de l’étendue des attaques ayant directement visé la population civile israélienne.»

A souligner que du côté israélien, les pertes estimées par la Commission s’élèvent à six civils (1 Israélien tué pour 243 civils palestiniens tués par l’armée israélienne) et 67 soldats (1 soldat israélien tué pour 12 Palestiniens armés tués par l’armée israélienne !).

240 Palestiniens exécutés pour chaque Juif israélien tué!

En refusant de fournir à la Commission d’enquête, pourtant dirigée par une citoyenne de l’Etat le plus puissamment aux côtés d’Israël, des preuves sur le caractère de légitime défense de ses attaques sauvages contre le peuple de Gaza, le gouvernement de Netanyahu reconnaît explicitement que son opération, intitulée «Marge de protection» (7 juillet-26 août 2014), qui n’est pas la première depuis «la fin de l’occupation de ce territoire» et ne sera sans doute pas la dernière jusqu’à la liquidation du dernier Palestinien, n’avait rien d’un acte d’autodéfense, mais d’une opération coloniale de représailles du type pratiqué sous d’autres cieux et en d’autres époques par les puissances coloniales d’antan.

A combien d’Oradour-sur-Glane correspond le massacre des Gazaouis par l’armée Israélienne?

Les SS encore en vie et qui ont massacré, en représailles au meurtre de l’un de leurs camarades, la population civile d’Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944, doivent se demander pourquoi on continue à les présenter comme les pires des criminels de guerre, alors qu’ils ont eu le courage de faire face à leurs victimes, de les tuer de sang-froid, et ont utilisé seulement des armes légères pour perpétrer leur massacre, un acte de représailles inhumain, un crime de guerre patent, qu’aucune considération militaire ne pourrait justifier.

Leurs émules israéliens, au nom de l’idéologie sioniste, encore font mieux à Gaza, en utilisant, de loin, et de manière systématique, toute la puissance de feu dont ils disposaient, et sans le moindre brin de considération humanitaire ou de sentiments de pitié, couverts qu’ils sont par la complicité de la «communauté internationale» qui les protège de leurs propres turpitudes et leur garantit l’impunité, même lorsque leurs crimes sont indéniables.

La présidente américaine de la Commission neutre qui a établi ce rapport souligne que: «l’intensité de la dévastation et de la souffrance humaine à Gaza ne connaît pas de précédents et aura un impact sur les générations à venir.»

Israël au ban des nations et ses dirigeants, des criminels de guerre fugitifs!

Ce rapport, fondé sur des milliers d’interviews et d’enquêtes sur le terrain, et dont l’objectivité ne peut être mise en doute, va, suivant un observateur, «placer les leaders israéliens aux côtés des criminels de guerre fugitifs et approfondir l’isolement continu d’Israël sur la scène internationale.»

Faire croire que la maire de Paris, capitale d’un pays qui se targue d’être «la patrie des droits de l’homme» aurait organisé, de son propre chef, un festival destiné à célébrer la capitale d’Israël, et la première ville fondée par des colons juifs et exclusivement pour les Juifs sur le territoire palestinien, alors encore sous administration ottomane, au début du siècle dernier, est le comble de la fourberie politique.

Les arguments que la maire de Paris a avancés pour justifier ce festival sont d’autant moins convaincants qu’ils sont spécifiques et donc circonstanciels. Sinon qui l’empêcherait d’organiser un «festival Téhéran sur Seine», malgré l’embargo imposé aux relations avec l’Iran par «la communauté internationale?» Et pourquoi punir tout le peuple iranien pour des décisions politiques prises par le sommet de la hiérarchie de ce pays?

Une tentative grossière de briser l’isolement international d’Israël

Cette célébration qui, comme de juste, coïncide non seulement avec la publication du rapport de la Commission de l’ONU sur les crimes de guerre commis par le gouvernement de Netanyahu en juillet et août 2014, et avec le dixième anniversaire de la fausse «fin de l’occupation israélienne du territoire de Gaza», est un acte, hautement significatif, fondé sur des considérations de politique à la fois intérieure et extérieure, et destiné à aider Israël à rompre son isolement international de plus en plus fort, placée qu’elle est peu à peu au ban des nations, et dont le caractère d’Etat raciste, fanatique religieux et génocidaire apparaît avec de plus en plus de visibilité, dont l’exploitation de l’Holocauste est de moins en moins rentable, et dont le brandissement de l’antisémitisme comme explication à l’antisionisme est de moins en moins convaincant.

Qu’elle le veuille ou non, la maire de Paris ne peut nier que Tel Aviv est la capitale d’un Etat dont les fondements idéologiques sont contraires aux valeurs occidentales sacrées. Et tenter de séparer la population israélienne de son Etat est une entreprise d’autant plus vaine que cette population embrasse, dans sa massive majorité, l’idéologie sioniste qui refuse les droits de l’homme sur le territoire de la Palestine occupée, et n’y reconnaît que les droits des Juifs.

On ne peut pas à la fois défendre ardemment à Paris les droits de l’homme, sans distinction de race, de religion ou d’idéologie politique, et se lamenter sur le sort des citoyens d’un Etat fondé sur la négation de ces mêmes droits, présentés pourtant comme inaliénables!

La maire de Paris doit choisir soit d’être du côté de ceux qui subissent la discrimination et la mort du fait de leur religion et de leur race, soit de prendre position pour les oppresseurs au nom d’une race et d’une religion, et qui pratiquent le monopole du pouvoir politique au profit d’une majorité unie par son appartenance à une seule religion, et qui, au nom des enseignements de la Bible, exclut la population originale du pays de tout autre droit que de celui d’être tuée, expropriée, emprisonnée ou expulsée.

Alors qu’ailleurs, des collectivités locales et des institutions universitaires prestigieuses, de plus en plus nombreuses, participent à la campagne internationale de boycott d’Israël, connue sous le sigle anglais de «BDS» (boycottez, dé-investissez, sanctionnez), voici que la maire de Paris suit la voie inverse, qui ne peut qu’encourager Israël à faire preuve de plus de sauvagerie dans sa politique de génocide du peuple palestinien, au nom des enseignements de la religion juive, faut-il le souligner encore une fois?

En conclusion

Le peuple palestinien martyre, et le peuple de Gaza plus spécifiquement méritent, plus que les Sionistes, d’être mis à l’honneur dans la capitale d’un pays qui se targue d’ouverture sur l’humanité.

La maire de Paris aurait été mieux inspirée en organisant un Ramallah-sur-Seine, et mieux encore un «Gaza-sur-Seine», au lieu de tenter, maladroitement, de contribuer à briser l’étau de la réprobation internationale qui frappe, à juste titre, l’Etat d’Israël, et ceux qui ont choisi librement d’y habiter, au nom de la pratique religieuse de l’Alya, un autre nom pour le génocide planifié du peuple palestinien.

Ce n’est pas en courtisant les criminels de guerre qui servent de gouvernement à cet Etat de plus en plus honni, et qui gouvernent un peuple qui les a librement élus, qu’on va contribuer à donner plus de crédibilité aux «droits de l’homme» et aux «valeurs occidentales» comme à la supériorité de la «civilisation judéo-chrétienne» et ramener la paix dans un Moyen-Orient en pleine tourmente, et victime de la politique «vampiresque» de cet Etat.

Source: http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5217463

Hillary Clinton aurait enfreint la politique du gouvernement américain, selon un juge fédéral

220px-Secretary_Clinton_8x10_2400_1The Guardian, Alan Yuhas & agences, 21 août 2015

Hillary Clinton a enfreint la politique du gouvernement dans son usage d’un serveur de messagerie personnelle, a déclaré jeudi un juge fédéral.

« Nous ne serions pas ici aujourd’hui si l’employée avait suivi la politique du gouvernement », a déclaré le juge Emmet Sullivan.

Assistant au procès du Freedom of Information Act contre le Département d’Etat, et cherchant l’accès aux dossiers du personnel de [Hillary] Clinton, Sullivan a déclaré que l’ancienne secrétaire d’Etat avait entravé la capacité de l’Etat à fournir des documents.

Sullivan a ordonné au ministère de demander au FBI tous les emails relatifs à la poursuite qui n’auraient pas été récupérés à partir du serveur de Clinton, mais ne seraient pas en possession du ministère.

Quand un avocat du ministère de la Justice a soulevé des préoccupations au sujet du droit du gouvernement à rechercher l’email privé d’un fonctionnaire, Sullivan a déclaré: « Il y a eu une violation de la politique du gouvernement ».

Lire la suite: http://www.theguardian.com/us-news/2015/aug/21/hillary-clinton-private-email-saga-congressional-democrats-concerned

Pourquoi l’ex-URSS a beaucoup moins d’hommes que de femmes

FT_15.08.06_SexRatio_Map_2Illustration: [Les pays en bleu ont plus de femmes que d’hommes, les pays en jaune ont plus d’hommes que de femmes.]

Pew Research, par George Gao, le 14 août 2015

Dans notre carte ci-dessus, les pays les plus représentés en bleu foncé ont beaucoup moins d’hommes que de femmes – et l’ancienne Union soviétique se distingue du reste du monde.

Cette région a été à prédominance féminine depuis au moins la Seconde Guerre mondiale, quand beaucoup d’hommes soviétiques sont morts au combat ou ont quitté le pays pour se battre. En 1950, il y avait seulement 76,6 hommes pour 100 femmes dans le territoire qui constitue aujourd’hui la Russie. Ce nombre a augmenté de façon constante au cours des décennies suivantes, en montant à 88,4 en 1995, avant de diminuer à nouveau.

Le ratio entre les sexes en Russie est actuellement de 86,8 hommes pour 100 femmes, et les ratios en Lettonie (84,8), Ukraine (86,3), Arménie (86,5), Bélarus (86,8) et les autres anciens pays soviétiques sont également faibles.

(En comparaison, le ratio aux États-Unis est de 98,3 hommes pour 100 femmes, et le ratio global est de 101,8 hommes pour 100 femmes, selon les données des Nations Unies en 2015. Les États-Unis ont eu plus de femmes que d’hommes depuis au moins 1950, tandis que la population mondiale a d’abord été à majorité masculine autour de 1960.)

Lire l’intégralité de l’article: http://www.pewresearch.org/fact-tank/2015/08/14/why-the-former-ussr-has-far-fewer-men-than-women/

Le développement durable est un échec, mais il existe des alternatives au capitalisme

Partout dans le monde, les mouvements de justice environnementale mettent en difficulté le développement axé sur la croissance et le capitalisme néolibéral

capitalism isn't working

The Guardian, par Ashish Kothari, Federico Demaria et Alberto Acosta, le 21 juillet 2015

Face à l’aggravation des crises écologiques et économiques et à la misère sociale continuelle, les deux dernières décennies ont vu deux grandes tendances se dégager parmi celles qui cherchent la durabilité, l’égalité et la justice.

Il y a d’abord l’économie verte et les approches de développement durable qui dominent le prochain sommet sur le climat à Paris et les objectifs de développement durable (ODD) post-2015. À ce jour, ces mesures ont échoué à fournir une harmonisation de la croissance économique, du bien-être social et de la protection de l’environnement.

Les paradigmes de l’écologie politique, d’un autre côté, demandent des changements plus fondamentaux, en contestant la prédominance du développement axé sur la croissance et fondé sur les combustibles fossiles, le capitalisme néolibéral et les formes apparentées de ce qu’on appelle la démocratie représentative.

Cette quête sans fin pour la croissance verra l’autodestruction de la Grèce. (Jennifer Hinton à Athènes)

Les fausses réponses de l’économie verte

Si on regarde la politique environnementale internationale des quatre dernières décennies, le radicalisme initial des années 1970 a disparu.

Le document final du sommet 2012 de la Conférence Rio+20, L’avenir que nous voulons [UN.org], n’a pas réussi à identifier les racines historiques et structurelles de la pauvreté, de la faim, de la non-durabilité et de l’inégalité. Celles-ci comprennent: la centralisation du pouvoir de l’État, les monopoles capitalistes, le colonialisme, le racisme et le patriarcat. Sans diagnostic pour savoir qui ou quoi en est responsable, il est inévitable que les solutions proposées ne seront pas assez transformatrices.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/sustainable-business/2015/jul/21/capitalism-alternatives-sustainable-development-failing

Un accord (Iran) en cache un autre (Grèce) et masque le troisième (Corée du Nord) – par Farid DAOUDI

800px-Iran_negotiations_about_Iran's_nuclearPhoto: Accords sur le nucléaire iranien (Wikipédia)

     Beaucoup de confrères de la presse internationale, experts patentés, critiques littéraires, attitrés ou non, seraient enclin d’avoir une réaction épidermique en pensant que les médias laissaient l’essentiel de côté. On a tendance à oublier que les sanctions ont été votées au Conseil de Sécurité par la Russie aussi, comme pour l’Irak et l’Afghanistan… ou encore pour la connivence USA-Russie concernant la Palestine. La presse ne retient que les contradictions actuelles entre ces deux pays. On oublie encore qu’il y a à travers le monde des dizaines et des dizaines de pays et de peuples qui aspirent à l’accès à la science, à la culture et à la suffisance matérielle… et que cela ne leur sera pas facilité par le condominium du monde par les membres permanents du C.S. et leurs alliés directs (Japon, Allemagne, Inde, Pakistan, Israël). Et on oublie le rôle révolutionnaire de la Corée du Nord. Kadhafi a renoncé à l’arme atomique et il a fini tué comme un chien par des agents spéciaux…  Que va-t-il advenir en Iran si le pays ne se couche pas progressivement devant les USA et la Russie ?

L’accord, neutralisant l’Iran à toute prolifération nucléaire militaire, milite pour un équilibre sécuritaire régional assez énigmatique pour la paix mondiale. La Russie, pour cause d’hégémonie, privilégiant, à raison, ses intérêts géostratégiques, est pour autant responsable de la situation présente: en échange de la promesse occidentale de la laisser accéder à l’Organisation Mondiale du Commerce, elle a voté et légitimé les sanctions contre l’Iran qu’il est si difficile d’annuler totalement.

Et en plus, elle s’est gardée anachroniquement de dénoncer le nucléaire israélien, fermant les yeux sur le droit des Palestiniens à se libérer par les armes. Selon la Russie, on peut revenir sur la coupure de l’Allemagne en deux en 1945 et sur beaucoup de frontières depuis 1945, mais s’abstenant de revenir sur la création malhonnête d’Israël par l’ONU coloniale de 1947.

Maintenant, la Russie sait qu’accéder à l’OMC, refuser unilatéralement de vendre des missiles  S-300 à l’Iran, n’empêche pas des « sanctions » économiques contre elle-même.

L’accord imposé ce 14 juillet à l’Iran est un accord inégal, au détriment de tous les pays non nucléaires et non balistiques. Les Iraniens ont accepté faute de mieux, pour le moment. La vérité est que tous les pays du monde ont droit de tirer profit de la science, y compris militairement: pourquoi le droit au nucléaire serait-il naturel pour un pays comme les USA qui ont assassiné des millions de personnes à travers le monde depuis 1945? Et pourquoi les 180 autres États de la planète devraient en être privés et au surplus soumis au bon vouloir de celui-ci?

Par-delà la situation actuelle une question se pose: un pays du poids démographique et industriel de l’Iran peut-il se développer en toute indépendance, face à un boycott des principales puissances du monde?

Malgré le blocus, Cuba a continué d’exister dans des conditions très difficiles. Mais ce pays n’a pas le poids démographique, l’importance économique et les richesses naturelles de l’Iran. De plus, Cuba est une île, alors que l’Iran est un État continental et maritime, frontalier avec cinq pays. Ce pays dispose aussi d’une certaine profondeur stratégique propre, augmentée par la géographie du culte Musulman Chi’ite. Seuls les Iraniens savent si, face aux « sanctions », le régime en place pouvait encore tenir cinquante ans comme à Cuba ou s’il devenait urgent de sauver l’économie.

Une autre forme de réponse à cette question nous est apportée par l’accord de l’Euro-groupe et de l’UE avec la Grèce. La mise sous tutelle de l’Ukraine par les USA et l’UE est encore une illustration de la politique internationale actuelle: le rapport des forces économiques et militaires continue d’être le moteur des relations internationales ; le respect de la souveraineté ne pèse rien. La Grèce est humiliée, soumise à un protectorat collectif européen: à qualification égale, ses citoyens auront un niveau de vie cinq fois inférieur à celui des Allemands et cela pendant au moins quinze ans!

Cela signifie que tous les peuples ne sont pas égaux, qu’il existe une science, une finance des « Blancs » et, une science, une économie, bridées et surveillées, pour les « Coloured nations ».

À l’occasion de cette longue négociation intra-européenne et de celle concernant la Corée du Nord, on assiste à un retour au premier plan de la scène de deux protagonistes vaincus lors de la Seconde guerre mondiale: l’Allemagne et le Japon. Aujourd’hui, le Japon réclame la restitution de Sakhaline ; demain, l’Allemagne rachètera à la Pologne ou exigera tout simplement le retour des « terres de l’Est ». Pour l’Allemagne et le Japon, les vainqueurs avaient effacé la dette et allégé les réparations… On craignait de les voir basculer vers le Pacte de Varsovie.

Résultat, l’Allemagne et le Japon profitent de plus de libertés que l’Iran dans le domaine nucléaire et balistique… Cela est possible parce que ces deux pays sont à présent des alliés dociles aux USA contre la Russie et contre les pays qui aspirent à un développement indépendant, voire à échapper au contrôle et aux limitations américaines. Face à ce bloc agressif, les pays du BRICS veulent une émergence soft, sans confrontation directe aux conséquences incertaines ;  c’est ce qui explique pourquoi les USA continuent de tancer la Russie à ses frontières, alors que celle-ci continue de proposer ses services contre le « terrorisme » dans le cadre de l’ONU dominé pourtant par les Américains.

Mais, tôt ou tard, le sentiment de démocratie internationale entre États imposera la suppression du pouvoir d’intervention en meute des cinq pays du Conseil de Sécurité (chapitre 7 de la charte de l’ONU) et plus particulièrement de liquider l’interventionnisme  des USA qui  contournent à leur convenance les « lois internationales » en recourant à des « alliances » qui n’ont jamais eu valeur de légitimation universelle, dans le respect de la souveraineté des États.

L’espoir d’un changement des relations internationales perdure. Les USA, confirmant ces dernières années leur pouvoir de destruction et de sédition, ont aussi montré au monde entier qu’ils ne peuvent pas remporter plusieurs conflits simultanés de faible ou moyenne intensité.

Ce fut notamment le constat de Che Guevara: ils ne peuvent pas vaincre partout en même temps ; ils ont toujours un point faible. Tout en maintenant les autres zones de conflit, c’est ce point faible qu’il faut enfoncer. Enfin, ce point faible peut être créé à l’initiative de forces révolutionnaires ou encore par d’anciens « valets de l’impérialisme » parvenus au pouvoir et confrontés à la nécessité de développer leur pays – l’attitude récente de l’Arabie saoudite est une ébauche encore incertaine de celles d’Omar Torrijos ou Manuel  Noriegua au Panama ou encore d’Hugo Chavez au Venezuela.

Le principe est simple: tout ce qui nuit aux USA devient bon pour le reste de l’humanité tant que ce pays s’obstinera à vouloir régenter la planète par ses moyens militaires et financiers. Faut-il multiplier les points chauds ou tièdes? La politique US fait toujours des victimes qui n’ont plus rien à perdre ; il faut leur parler, les soutenir. Il est temps pour la « communauté internationale » d’arrêter sa politique de doubles standards et de falsifier l’Histoire. De tout temps, celle-ci  a montré que la juste cause des opprimés  triomphe toujours  de  l’arbitraire; qu’intransigeance, partialité de la loi du plus fort, diplomatique ou militaire, ne rapportent que de faibles dividendes à des ambitions irrationnelles.  Un  processus salvateur: l’avènement d’un monde multipolaire, supplantant l’hégémonie étatsunienne et desservant un support éducatif décadent.

    Farid DAOUDI – Journaliste (Tlemcen-Algérie)

Du même auteur: « Le Liban insoumis » paru sur Alterinfo.net.

Les USA d’Obama et le bellicisme: les présidents changent, le système perdure – par Farid DAOUDI

Barack_Obama,_Hamid_Karzai_&_Asif_Ali_Zardari_in_trilateral_meeting_5-6-09_3Le mandat de ce président, arrivant à terme, n’aura apporté rien de bon: recrudescence du racisme, de la violence, violation des droits humains, démagogie, ingérences dans les affaires intérieures des Etats et provocations de conflits internationaux ; et comble d’ingratitude, il discrédite son prix Nobel de la paix, ô combien dévalorisé. L’intégrité et la rationalité des politiciens et des historiens prendront soin d’établir un bilan contrasté, à l’instar de ses prédécesseurs… car il n’a pas représenté le changement attendu et une ligne digne du peuple américain. Souvenons-nous du 4 juin 2009 depuis l’université du Caire, son discours intitulé « Un nouveau départ » (« A New Beginning »), destiné à améliorer les relations américaines avec les musulmans. Obama avait mentionné son souhait de voir le Proche-Orient sans nucléaire militaire et de discuter avec l’Iran à propos de son programme nucléaire. S’était-il engagé à le faire avec Israël? Non. Souhaitait-il ne plus se mêler à l’avenir des affaires de la région? Sûrement pas.

Le discours démagogue d’Obama n’a pas marqué de rupture dans les relations entre les États-Unis et le monde musulman depuis l’ère Bush. Ses critiques à l’égard d’Israël à un moment donné (dans le cadre de la question palestinienne) ont constitué « une pression–test » infructueuse sur le gouvernement Netanyahou. Obama feint de dialoguer avec les islamistes modérés afin d’affaiblir l’islamisme radical. Un Occident vu positivement par le monde musulman serait un frein au développement du discours anti-occidental des radicaux. Ce discours ne présentera cependant aucun point concret car les dés étaient pipés d’avance. L’Islamophobie, carte maîtresse du sionisme, est un procédé rentable.

La souveraineté des pays non assujettis au diktat américano-sioniste se trouvera exposée aux troubles, à la déstabilisation ou à l’agression planifiée de machines de guerre malléables (EI, El Qaïda… au M-O, filières nazies en Europe centrale, et groupes d’extrémistes en Afrique ou de mercenaires en Amérique latine) pour s’approprier du territoire par les armes, balayant les populations éprises de paix et de développement durable. La flotille humanitaire Liberté III vers Gaza a été un échec sous les yeux complaisants d’une « communauté internationale » désavouée et la duplicité d’une Onu pervertie (Dernièrement, le véto des US à l’Onu concernant la colonisation de Jérusalem). Le blocus généralisé, refus obstiné d’Israël d’ouvrir les terminaux pour acheminer les aides humanitaires et médicales est un crime de guerre aussi bien qu’un génocide systématique (perpétré au nom du Talmud) qui a commencé par des attaques avec des armes inappropriées et illégales (usage de bombes au phosphore blanc et autres armes prohibées) contre les civils (femmes, enfants, malades ou vieillards) dans la bande de Gaza. Lors du bombardement de Gaza par l’armée israélienne, pendant vingt-deux jours consécutifs, le président demeura silencieux! Les organisations internationales sans cesse interpellées pour s’impliquer plus directement, par une intervention réelle, demeureront mutiques sous l’influence américano-sioniste. L’aide internationale pour la reconstruction urgente de Gaza, insidieusement réduite (les donateurs n’ont pas tenu leurs promesses) est aussi conditionnée par le bon vouloir d’Israël. Devant les violations continues des droits humains palestiniens, des demandes de suspendre l’Accord d’association de l’UE avec Israël affluent. L’Accord (quel accord?) est fondé sur un respect commun des droits de l’homme et des principes démocratiques, comme explicitement stipulé dans l’article 2 de l’Accord. « L’UE ne peut continuer à tolérer de telles actions par Israël », soutiennent 63 députés appartenant aux cinq plus grands groupes politiques du Parlement européen.

Moins engageants, les discours d’Obama n’auront traduit aucun changement dans la politique américaine. Obama s’est inscrit dans la continuité de la politique menée par ses prédécesseurs dans le conflit israélo-palestinien en apportant encore et encore un soutien quasi total à Israël. Certains leaders occidentaux (Hillary Clinton, John Mc Cain, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Manuel Valls, BHL, David Cohn Bendit, Matteo Renzi…) clament haut et fort leur appartenance à l’entité sioniste. Obama ne peut être étranger à cet état de fait. Obama lui-même est une énigme, comme Bush et bien d’autres. Il n’est pas difficile de comprendre qu’en tant que noir, il vit difficilement la situation des Noirs US. Il a souvent parlé de ses propres filles noires. Mais il n’a rien fait, rien pu faire d’essentiel et de spécifiquement destinés aux Noirs, ni à ceux victimes de discrimination raciale à caractère négrophobe… En vérité, un président des Etats-Unis d’Amérique n’est qu’une potiche, qui n’a qu’un rôle de représentation, sans pouvoir réel, aux mains des lobbies, et cela depuis des lustres. Le « Discours d’adieu » de Dwight David Eisenhower, prononcé le 17 janvier 1961, montre bien où est le véritable pouvoir et ceux qui ne jouent pas le jeu sont liquidés. Il ne fallait pas attendre des miracles d’Obama. A l’image de Carter en son temps, il a échoué à réaliser ses promesses ; mais il a eu le courage de prendre des engagements pacifistes et de tenter dans un contexte de perte d’influence des USA de vouloir les réaliser. Dans les années 60, le président Kennedy a demandé qu’il y ait des inspections à Dimona, en Israël. A cette époque, les États-Unis étaient opposés au programme nucléaire israélien. Kennedy a tenté d’arrêter Israël, en la matière, mais son assassinat ne lui en a pas laissé le temps… le mobile de l’assassinat de Kennedy est lié à la diffusion d’armes nucléaires en Israël et dans d’autres pays. Ceux qui l’ont assassiné étaient des gens qui étaient favorables à la dissémination nucléaire. Grâce à l’élimination du gêneur Kennedy, la prolifération a pu continuer. De fait, les présidents Johnson et Nixon qui lui ont succédé n’y voyaient aucun inconvénient: ils ont laissé faire Israël. Constatons simplement que c’est bien un changement allant en ce sens qui s’est manifesté, après l’assassinat de Kennedy… Le mal réside bien dans le système politique US, ses sénateurs, ses parlementaires qui surfent sur ces haines primaires en politique intérieure et internationale.

D’ailleurs, il en va de même pour l’État français et ses opérations extérieures sans aucun intérêt pour le pays, pour le peuple, sauf pour quelques groupes financiers et militaires. Quand De Gaulle, de guerre lasse, a voulu laisser partir l’Algérie, il a failli avoir un coup d’État à Paris : le système était remonté comme une horlogerie pour être colonial. De Gaulle lui-même avait tout fait pour garder un contrôle des anciennes colonies, y compris de l’Algérie. Les intellectuels en France – du moins les plus respectables d’entre eux – ont été, pendant deux siècles, à l’avant-garde du combat pour la justice et la liberté. La guerre d’Algérie les dressa, en majorité, contre la politique de « pacification » : la plupart dénoncèrent la torture et les exactions de l’armée française, et plus de 121 apportèrent leur soutien, dans un manifeste célèbre, aux déserteurs et aux insoumis. A leur tête, bien sûr, Jean-Paul Sartre et sa revue Les Temps modernes, mais aussi des ethnologues, des historiens, des orientalistes, des mathématiciens de réputation internationale, des écrivains, des artistes, des comédiens, des journalistes… On a du mal, aujourd’hui, à imaginer quel impact eut sur l’opinion, et les pouvoirs en place, pareille mobilisation des plus grands esprits de l’époque. L’opinion d’un peuple se façonne sous l’action des médias de masse ; leur effet néfaste s’avère indélébile à moins que survienne une hécatombe ou défaite majeure engendrant des pertes importantes qui modifierait son attitude. Pour changer le comportement des USA, modifier l’état d’esprit de son peuple, il faudrait une défaite majeure comme celle du Viet-Nâm. À ce moment-là, les masses réclameront à corps et à cris la fin des guerres provoquées par le complexe militaro-industriel, véritable décideur de la politique américaine. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, une formidable campagne médiatique fut alors lancée pour dénoncer l’imminence d’un danger soviétique sur fond de chasse aux sorcières, rendant absolument nécessaire une radicale augmentation du budget alloué au secteur de la défense.

De même, les prémices de l’attentat du 11 septembre 2001 sont à chercher, entre autres, dans le livre programme de Samuel Hutington « Le Choc des civilisations » (1993). Cet ouvrage et la notoriété que le pouvoir US lui a accordée a eu pour objectif principal de préparer l’opinion publique américaine et internationale à une croisade des temps modernes, contre le monde musulman et accessoirement la Chine que les stratèges du Pentagone ont déjà classé comme puissance rivale (Peer Compétitor), et donc future ennemie, dans un document intitulé Joint vision 2020. Cette théorie du choc des civilisations, qualifiée par le défunt Pr. Edward W. Saïd de « choc de l’ignorance » est une reprise de l’argumentaire de l’orientaliste Bernard Lewis tiré de son ouvrage, « Les racines de la rage musulmane » (1990). Les Etats-Unis ont constamment relancé la course aux armements en prétendant à intervalles réguliers que le pays est menacé. Les Think Tanks ou clubs de réflexion sionistes ont finalement trouvé dans le fondamentalisme musulman ce que les Etats-Unis utilisèrent jadis, à leur profit et à son insu, en Afghanistan. Ce mensonge a réussi à s’imposer grâce à la complexité des médias américains et de leurs relais en Europe.

La défense des droits humains, prélude à une ingérence politico-militaire

L’usage de l’argument des droits humains, galvaudé dans la rhétorique étatsunienne, contribue au conditionnement de l’opinion internationale: « La traite d’humains est une insulte à la dignité humaine et une attaque contre la liberté », a martelé John Kerry dans l’introduction d’un rapport, appelant à mener le « combat contre de l’esclavage moderne ». Les États-Unis accusent la Thaïlande, la Russie, l’Iran ou encore la Libye de ne pas lutter suffisamment contre la traite des êtres humains, dans un rapport annuel mondial accablant sur l' »esclavage moderne ». Ces pays, tout comme le Venezuela, l’Algérie, la Syrie, le Yémen, la Corée du Nord ou le Zimbabwe étaient déjà au plus bas d’un classement dressé chaque année par le département d’État. La Russie figure dans cette dernière catégorie, au moins depuis 2013, ce qui avait provoqué la fureur de Moscou à l’époque. La plupart des pays occidentaux, ceux d’Europe, les États-Unis et l’Australie, mais aussi Israël, Taïwan, le Chili ou l’Arménie, sont en revanche dans la première catégorie, loués pour leur lutte contre la traite des êtres humains et le respect total des normes internationales. Ce rapport n’a pas droit à l’oubli, le fait que plus de 500.000 sionistes habitent actuellement dans plus de 150 colonies qu’Israël a construites depuis l’occupation, en 1967, des territoires palestiniens, en Cisjordanie et à Qods oriental ; or, les Nations Unies et une grande majorité de pays qualifient d’illégitime la colonisation israélienne.

Selon le discours d’Obama, « les grandes nations ne doivent pas intimider les petites » : or, il semble que le Président américain ait oublié, par exemple, le blocus économique imposé par son pays à Cuba depuis 1962 et qui dure depuis 52 ans. Le président Obama, le 23 Février 2011, sortant de son silence, constatant la Libye en proie à la violence sanglante et à l’insécurité, avait exigé des autorités libyennes qu’elles respectent les droits humains. De hauts responsables américains ont indiqué à l’agence Reuters, le 30 mars, que le président Obama avait signé, dans les dernières semaines, un décret confidentiel autorisant des opérations secrètes de la CIA en Libye pour soutenir des insurgés. Le pays faisait face à une soudaine rebellion populaire organisée par des opposants internes au régime du président Kadhafi, déterminés à mettre fin à son règne, avec l’aide de groupes d’islamistes armés et mercenaires fanatiques. Les options déjà envisagées par Washington, avec Nicolas Sarkozy et le premier ministre britannique David Cameron incluaient de coordonner leurs actions en vue de stopper toute progression des forces loyalistes et la répression régnante. Prenant la suite de la coalition dirigée par les Etats-Unis, l’Alliance atlantique assurait déjà depuis plusieurs jours deux autres missions: le contrôle de l’embargo sur les armes et l’imposition de la zone d’interdiction aérienne. Le chaos, instauré militairement par l’OTAN, qui en résulte, fait émerger une nouvelle coalition d’intérêts tribaux, dont les délégués représentés au sein d’un CNT dans un pays menacé de démembrement, ont à mal de rétablir l’autorité et la sécurité dans le pays. Cela cause préjudice au développement soutenu de son économie (IDH le plus élevé d’Afrique) et à la poursuite d’une coopération utile à l’essor de l’Afrique. Personne n’a le droit d’intervenir dans les affaires intérieures d’un Etat souverain ni de le déclarer sans fondement, comme menace pour sa sécurité nationale ; le décret exécutif extrêmement honteux d’urgence nationale pris par Obama, le 9 mars 2015, en déclarant que « la situation au Venezuela représente une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des Etats-Unis ». Ce qui n’est pas sans nous rappeler la décision ordonnée par Reagan, il y a plus de trente ans, de déclencher la guerre des Contras contre le Nicaragua dans les années 80. Cette décision, extrêmement hypocrite est en plus une violation flagrante du droit international: Il s’agit bien d’une menace d’user de la force contre le Venezuela, et en même temps une incitation pour les valets vénézuéliens de poursuivre leurs efforts pour déstabiliser le pays.

Aux Etats-Unis, le poids réel des organisations sionistes est à la fois considérable et incommensurable et leur influence se fait sentir, sinon voir, dans chaque secteur critique de la société américaine. L’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) et l’ADL (Anti-Defamation League) sont seulement les plus connus au sein d’un réseau d’organisations politiques puissantes qui fonctionnent pour le compte d’Israël (base militaire américaine off-shore) et définissent efficacement les paramètres de la politique américaine au Moyen-Orient. Alors qu’ils constituent une minorité de six millions de Juifs en Amérique, leurs capacités organisationnelles, leur dévouement à la cause sioniste et leur empressement à utiliser leur richesse considérable pour promouvoir ce qu’ils perçoivent comme les intérêts d’Israël, compensent plus qu’il n’en faut n’importe quelle infériorité numérique dans une nation de 300 millions d’individus. En continu, les lobbies relais judéo-sionistes s’activent dans le monde à inféoder toute velléité nationale s’inspirant des valeurs universelles. L’islamisme radical s’avère un outil propice à infléchir la politique intérieure des Etats, attisant le communautarisme, au mépris de toute légalité. Les USA, État foncièrement agressif et dominateur, n’ont pas toujours été cette grande « démocratie respectueuse des droits humains » : le soutien constant, inconditionnel, que les USA ont toujours apporté aux pires dictatures (Franco, Suharto, Sig Man Ree, Pinochet, Salazar, Batista, Somoza, Duvalier, Mohamed V, Shah d’Iran, Colonels grecs, Argentins, Brésiliens…) et leurs crimes par millions, en Irak et ailleurs, ne sont pas des détails sans importance.

L’Onu garde un teint colonial, en dépit de ses engagements pacifistes, depuis le dernier partage du monde opéré au dépens du droit des palestiniens à leur autodétermination, ne réussissant pas à se dégager de l’emprise du sionisme juif qui abuse des organisations et mine les relations internationales. S’incrustant dans les rouages institutionnels (UE, OMC , FMI, Banque Mondiale…), investissant les secteurs-clé de la vie politique et économique, les ramifications sionistes infiltrent insidieusement les réseaux sociaux (CIA, MI6, Mossad, …), usant d’ingéniosité et de corruption à cette excroissance. Le mécanisme de relais n’épargnera pas les couches sociales défavorisées pour faciliter la création d’opportunités de spéculation à grande échelle (trafic de drogue, fausse monnaie, contrebande d’armes, sabotage, tractations illicites…) ; les méthodes d’ingérence et d’instrumentation des interventions se font plus sophistiquées, depuis la mise sous contrôle des marchés financiers et des médias, pour plus d’impact et obligation de résultat sur des cibles très diversifiées. Les services de sécurité des pays ont fort affaire pour prévenir les déconvenues, en matière de défense d’intégrité et de souveraineté. Les connexions multiformes sont d’un trait mafieux. Sous la bénédiction d’Obama et ses alliés vassaux, la propension de ce fléau maîtrise une circulation par milliards de dollars de brassage d’affaires sous diverses étiquettes pour soutenir ses ambitions planétaires. Les pays en mal développement se retrouvent dans une situation fragilisée par cette mondialisation rampante du sionisme dévastateur annihilant tout effort de progrès de développement ; la croissance volontariste des économies oeuvrant à l’autosuffisance et au bien-être des populations est contrariée. Cette menace globalisante concerne l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud, exposés aux appétits impérialo-sionistes sans foi ni loi d’une « communauté internationale » inégalitaire. Le changement annoncé par Obama ne s’est pas rangé du côté de la légalité internationale.

Dans son affirmation de mener une politique de paix à travers le monde, prenant en compte le droit des peuples à s’autodéterminer ou à conduire leur propre destin, la Maison Blanche, a contrario, choisit de multiplier les conflits dans ces régions du globe, provoquant une recrudescence de la guerre asymétrique (Palestine, Afghanistan, Irak, Liban, Libye, Syrie, Yémen, Centrafrique, Nigéria, Mali, Soudan, Donbass…). Un nouveau mode de relations internationales dominées par l’effroi, la peur et la douleur s’en trouve instauré. Le Professeur Matti Steinberg, ex-analyste principal du Shin Beth: « La défense du Mont du Temple… La défense du Haram al Sharif, va pousser les chiites et sunnites à s’unir… L’affrontement entre eux – au centre de l’agitation actuelle dans le monde arabe – va disparaître. Ce sera une guerre de religions à tous points de vue, fondée sur des valeurs sacrées, absolues. » Un changement majeur souhaitable dans les relations américano-israéliennes doit s’opérer dans un proche avenir, après l’accord avec l’Iran, ouvrant la voie à la dénucléarisation possible de la région. Une adhésion universelle au TNP — y compris par l’Inde, Israël, le Pakistan et la Corée du Nord — doit demeurer un objectif fondamental des Etats-Unis. Obama a déclaré devant l’Assemblée plénière de l’ONU: « la seule solution à long terme de la guerre civile en Syrie est politique, y compris une transition politique qui répond aux aspirations légitimes de tous les citoyens syriens, indépendamment de leur appartenance ethnique ou de croyance ». Or, depuis les premiers jours du conflit, Obama a montré son soutien aux rebelles, mettant à leur disposition armes, équipements et formation. A plusieurs reprises, il a préconisé l’intervention en Syrie et finalement les USA ont bombardé ce pays en Septembre 2014. En moins de 6 ans de présidence, Obama aura bombardé 7 pays. La menace des djihadistes de l’État islamique, se développe jour après jour au Moyen Orient et en Afrique, l’épidémie d’Ebola pouvant affecter presque 1 million de personnes en 2015, l’Ukraine, la Syrie, Gaza, la Libye, le Yémen, restent déchirées par les conflits armés. Des terroristes mercenaires recrutés et formés dans des camps et bases militaires par des officines et avec le concours d’Israël et quelques pays arabes à la solde des USA s’activent à imposer la terreur à la population civile d’autres pays, pour maintenir la pression sur leur gouvernement à changer de politique, voire le contraindre à abandonner le pouvoir. Ces objectifs ne sont parfois pas frontaux mais souterrains, et peuvent frapper de manière inattendue et sporadique, laissant des doutes sur la réapparition ou la disparition de cette violence.

Nous assistons, en fait, depuis peu d’années à une montée fulgurante de l’extrémisme violent. Ce dernier prend différentes formes et touche de plus en plus de pays. D’où la multiplication de manifestations régionales et internationales dédiées à cette question sensible afin de lutter contre ce fléau et mettre en œuvre des politiques de déradicalisation. La lutte contre l’extrémisme violent doit s’étendre à tous les secteurs d’une société et impliquer gouvernements et citoyens. Cette lutte (stratégies et programmes à même de contribuer au renforcement des capacités de tous les pays) ne peut s’accommoder d’Etats faibles ou de situations d’anarchie et de chaos, et doit inclure la lutte contre la xénophobie et l’islamophobie qui s’affirment comme les nouveaux visages de l’extrémisme violent. Le Professeur Mustapha Chérif, philosophe algérien, lauréat 2013 du prix Unesco du dialogue des cultures, dans une lettre ouverte au peuple américain (août 2014), rassure que les musulmans ne sont pas anti-américains. « Citoyens américains, dit-il, sachez que les musulmans ne ressentent aucune haine contre l’Amérique et quiconque d’autre. Au contraire, ils aspirent à l’amitié et savent que dans notre village planétaire le devenir est commun. Ils ont simplement le droit d’être en « colère » face à la politique génocidaire en Palestine. » Ces mêmes musulmans, affirme-t-il, comptent beaucoup sur le peuple américain pour mettre fin au massacre. « Face à la tragédie palestinienne, les musulmans sont convaincus que les paroles ne suffisent pas, ce sont les actes qui font la différence. Les Américains, attachés à la démocratie, universelle, dans l’intérêt général, dans l’intérêt des Etats-Unis et pour la paix dans le monde, devraient imposer l’arrêt de l’agression, l’évacuation des territoires occupés et la création de l’Etat de Palestine, au côté d’Israël », demande-t-il, décrivant ainsi l’Amérique que les musulmans respectent. « Celle, précise-t-il, que les Pères fondateurs avaient initiée pour viser l’universel juste et non l’arbitraire. L’avenir du monde se joue en Palestine. » Mustapha Chérif a saisi l’occasion pour dénoncer l’immobilisme des régimes arabes. Un immobilisme aggravé par « leur duplicité, et les réactions irrationnelles et chaotiques des radicaux ». « Les musulmans ne doivent pas oublier ce qui reste à faire pour que le monde arabo-musulman ne prête pas le flanc et tienne sa digne place dans le monde », soutient-il, espérant que son cri soit entendu de l’autre côté de l’Atlantique.

Farid DAOUDI (Journaliste -Tlemcen- Algérie) Du même auteur : « Que fera Barack Obama de la nuisance d’Israël face au droit de résistance du peuple palestinien ? », paru sur Sputniknews (Janv.2009).


Il faut avoir en mémoire que les USA sont le pays qui:


 fut conquis par le massacre des Indiens et dont les derniers représentants sont cantonnés aujourd’hui dans des réserves ;
 co-organisa la traite des Noirs, l’esclavage puis le racisme, dont le Ku Klux Klan ;
 finança le nazisme ;
 largua 2 bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ;
 fit la guerre à la Corée parce que le régime politique ne convenait pas ;
 fit la guerre au Vietnam durant 20 ans ;
 arme et finance l’expansionnisme de l’état sioniste israélien pour imposer sa politique aux pays de la région ;
 massacra les communistes en Indonésie : 500 000 morts ;
 initia la guerre froide après avoir coupé le monde en 2 ; menaça Cuba puis la frappa d’embargo, lequel sévit encore ;
 mit en place, directement ou non, les dictatures sud-américaines : Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay, Bolivie, Chili, etc. … ;
 fit bombarder le Nicaragua et le Salvador… ;
 décida de la guerre dans le Golfe, à la tête des armées occidentales ;
 décida de la guerre en Afghanistan et en Irak ; Avec emploi de bombes à neutrons, à billes, à fragmentation, napalm, gaz orange, défoliants, plutonium, uranium, mines antipersonnel, etc., … ;
 possède plus de 700 bases à travers le monde ; soutient les pires dictatures ;
 consacre un budget militaire supérieur à celui de tous les pays du monde ;
 torture à Abou Ghraïb et Guantanamo et emprisonne de façon arbitraire et illégale
 a perfectionné sa plus puissante bombe « anti-bunker », le Massive Ordnance Penetrator (MOP) en 2015 ;


Les USA mènent une nouvelle guerre froide dirigée contre la Russie et la Chine et une politique judéo-sioniste de démembrement (M-O) et de déstabilisation mondiale pour contrer l’avènement d’un ordre multipolaire.



… et les ressorts de la politique de l’Etat d’Israël voulue par les USA ;


Fin XIXème, le sionisme – mouvement politique (juif) minoritaire – apparaît sur la scène internationale. Son but est de créer un Etat pour les Juifs quelque part dans le monde. Ce choix se portera finalement sur la Palestine. Cependant cette terre palestinienne « parle arabe » et se trouve habitée par un peuple, les Palestiniens. Pour mettre en avant leur projet, les leaders sionistes élaborent une solution bien avant la déclaration Balfour de 1917. Il s’agit de penser d’abord et d’organiser ensuite le transfert de la population locale palestinienne hors de sa terre. Tous les moyens seront utilisés pour cela et en particulier la force brutale. Ce projet, élaboré en secret dans les premières années, sera progressivement mis en avant par ses leaders après la grande révolte palestinienne de 1936 au cours de laquelle toutes les formes d’oppositions à ce projet par les Palestiniens seront fortement réprimées par la puissance mandataire britannique. Le principal est sans conteste la colonisation qui est la marque infamante que les thuriféraires de cet Etat tentent de masquer: il s’agit d’un processus qui structure depuis le début la construction d’Israël comme excluant les Palestiniens. Exclusion de leurs terres, de leurs maisons, d’eux-mêmes… La dimension religieuse de cette exclusion, dont l’envers est la dépossession et l’expropriation des dominés, a désormais totalement (comme on dit totalitaire) pris le dessus. Le sionisme, idéologie fondamentaliste de cette colonisation a pu séduire des laïques et des socialistes, y compris révolutionnaires (les kibboutz ont pu participer d’un idéal collectiviste), sa trajectoire aujourd’hui qui l’amène à être un sionisme religieux le met en collusion ouverte, comme jamais, avec tous les mouvements annexionnistes des terres palestiniennes. Le mouvement de la paix en Israël s’est fracassé devant le processus combiné d’une résistance palestinienne indéracinable et d’une colonisation qui, en renonçant à Gaza au prix de la transformer en prison absolue et en espace de guerre totale, travaille à convaincre définitivement les Israéliens qu’ils sont bien le peuple élu et que ce statut fonde qu’ils acceptent le massacre d’un autre peuple.


Voir Documentaires : « La Terre parle arabe de Maryse Gargour (2007) et « Au nom du Temple » de Charles Enderlin (2014).

« La moitié des lanceurs d’alerte licenciés ou forcés à démissionner », constate le PCAW (Public Concern At Work)

Par Peter Crush, le 3 août 2015

La recherche montre que les gens qui soulèvent des préoccupations au travail sont couramment rendus victimes.

Quatre-vingt pour cent des «lanceurs d’alerte» souffrent de représailles au travail, dont 50 pour cent disent qu’ils ont été soit contraints de démissionner ou licenciés à la suite de leurs revendications, selon une étude de l’organisme caritatif Public Concern At Work (PCAW).

L’enquête sur plus de 2.000 adultes qui travaillent, a révélé que seulement 33 pour cent des employés qui se sont identifiés comme des lanceurs d’alerte ont dit qu’ils avaient reçu une réaction positive quand ils ont soulevé des préoccupations.

Cependant, dans plus de la moitié des cas (52 pour cent), les répondants ont déclaré que leur employeur avait nié ou ignoré les préoccupations soulevées.

Le responsable de la politique de PCAW, Andy Parsons, a déclaré que la responsabilité dans l’amélioration de cette situation incombe aux RH.

« Ce que cette recherche nous dit, c’est que les employeurs – autrement dit les RH – ne disposent pas des politiques et procédures en place pour gérer le lancement d’alerte correctement, » a-t-il dit. « Cela inclut le fait de savoir quels sont les meilleures politiques à suivre.. Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi, alors si les RH licencient les personnes, ils ne devraient pas le faire sans raison valable ».

Lire la suite: http://www.cipd.co.uk/pm/peoplemanagement/b/weblog/archive/2015/08/03/half-of-whistleblowers-dismissed-or-forced-to-resign-finds-pcaw.aspx

Le journaliste d’ECHELON au Royaume-Uni: « Snowden a prouvé que les espions doivent rendre des comptes »

Duncan Campbell

Les journalistes Duncan Campbell et Crispin Aubrey avec l’ancien opérateur Sigint, John Berry, en 1978

BoingBoing.net, le 3 août 2015, par Cory Doctorow

Le journaliste d’investigation légendaire Duncan Campbell décrit sa vie dans son enlèvement par la branche spéciale de la police métropolitaine de Londres, surveillé et harcelé par les espions et les ministres du Royaume-Uni, et il révèle l’identité du lanceur d’alerte qui lui a divulgué les détails d’ECHELON.

L’article de Campbell est accompagné par des documents de Snowden jamais publiés qui démontrent l’étendue de la surveillance ECHELON, et retrace la lignée des journalistes et des lanceurs d’alerte qui ont pris d’énormes risques personnels pour révéler la corruption, les actes criminels, et le secret parmi les espions et leurs maîtres au sein du gouvernement.

Il révèle aussi, pour la première fois, l’identité du lanceur d’alerte qui a révélé l’existence du programme d’écoutes téléphoniques de masse de Menwith Hill: « Oliver G. Selfridge, un des fondateurs du domaine de l’intelligence artificielle et membre du Conseil consultatif scientifique de la NSA jusqu’en 1993 ». Selfridge est mort en 2008. […]

« Le GCHQ et moi »: ma vie à démasquer les oreilles indiscrètes britanniques [Duncan Campbell/The Intercept]

Lire la suite: http://boingboing.net/2015/08/03/uk-echelon-journalist-snowd.html

La discrimination des Roms en Europe continue 70 ans après Porajmos

Asperg, Deportation von Sinti und Roma

Par Agan Uzunovic, 2 août 2015

Aujourd’hui, 2 août, est le jour désigné pour la commémoration de l’holocauste des Roms, quand nous nous rappelons des victimes roms du régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le génocide des Roms en Europe (aussi connu comme Porajmos) a largement été appelé l' »Holocauste oublié » depuis que près d’un demi million de membres de cette minorité ont été tués, certains d’entre eux dans les camps de concentration comme Auschwitz où ils ont été forcés de porter un triangle marron, comme moyen de les distinguer des autres prisonniers.

Les estimations vont de 25% à 70% de Roms qui ont été tués en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, dans la plupart des livres d’histoire, les Roms seraient simplement mentionnés comme des victimes des nazis et aucune autre exploration de la tragédie n’est faite.

Alors que cela reste méconnu pour certains, le régime nazi de la Seconde Guerre mondiale n’a pas seulement cherché à détruire la population juive en Europe, mais aussi les Roms, les Sinte, les homosexuels et d’autres groupes.

Lire l’intégralité de l’article: http://revolution-news.com/discrimination-of-roma-in-europe-continues-70-years-after-parajmos/

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 424 autres abonnés