Australie: Voici le subterfuge rhétorique utilisé par la ministre de la Justice Nicola Roxon en cas d’abandon d’Australiens à l’étranger

Posté depuis Twitlonger le dimanche 5 août 2012

1. Prétendre que l’Australie ne peut pas « interférer » avec les procédures judiciaires formelles d’un autre pays. Ceci est rarement ce que des Australiens en difficulté à l’étranger réclament. Toutes les nations sont libres de demander à l’exécutif d’une autre nation d’envisager de prendre telle ou telle mesure ou pour fournir des informations. L’Équateur l’a fait à plusieurs reprises au cours de l’affaire Assange. C’est l’exécutif étranger qui contrôle quelles sont les requêtes présentées à ses tribunaux et comment ses prisonniers sont traités. Demander à un exécutif d’envisager de prendre une mesure ne remet pas en cause l’indépendance du corps judiciaire, qui est libre de rejeter de telles mesures, dusse l’affaire être véritablement judiciaire.

2. Prétendre que l’Australie ne peut pas agir avant qu’il y ait une incarcération, une condamnation, un procès, une extradition ou un exécution. Dans l’affaire Assange, il y a déjà nombre de procédures judiciaires en cours aux États-Unis (Grand Jury, enquête du FBI, batailles de citations à comparaître, l’affaire Manning, et les interventions d’Assange dans l’affaire Manning) et dans d’autres pays (Islande, Suède, Royaume-Uni, Colombie, Équateur). Mais Assange n’a encore été formellement accusé dans aucun d’entre eux.

Le subterfuge est de dire que, soit ces procédures ne sont pas encore suffisamment formelles pour que l’Australie agisse, ou alors que l’Australie ne peut intervenir dans une procédure formelle. Ceci couvre toutes les possibilités. Est-ce que ce n’est pas magique?

Nicola Roxon, ministre australienne de la Justice

Pour les USA, la ministre Roxon affirme que les procédures ne sont pas assez formelles pour faire quoique ce soit. Pour la Suède, elle assure qu’elles sont trop formelles pour faire quoi que ce soit. Pourtant elles sont équivalentes – Assange n’a pas été publiquement accusé dans aucun des deux pays et il est l’objet « d’enquêtes » dans les deux pays.

En se servant de cette rhétorique, Roxon, le premier ministre, et les hauts fonctionnaires, sont exemptés de faire quoi que ce soit, jamais. Ce qui est important. Avec le gouvernement de gauche qui est en train de couler, ce sont les parrainages qu’ils flattent dans les cercles US qui les verront passer les rudes périodes hors du gouvernement.

Source: http://www.twitlonger.com/show/imarte

Traduit depuis le web par willsummer

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :