Helene Bergman: L’affaire Assange va aux JO, les Médiateurs Suédois de la Justice

Aux Médiateurs de la Justice de Suède (JO)

Göteborg et Stockholm, le 2 août 2012

Nous requérons, avec la plus pressante urgence, que les médiateurs de la justice suédois se saisissent de la manière dont est traitée l’affaire de Julian Assange, par la procureure Marianne Ny, directrice du Centre de Développement de la Prosécution Publique de Göteborg.

1. M. Assange aurait pu être interrogé par la police suédoise avant de quitter le pays le 27 septembre 2010, en toute connaissance de cause de la part de la procureure Marianne Ny. À cette date, M. Assange avait été disponible pendant cinq semaines.

2. Depuis que M. Assange est arrivé à Londres, il a, à plusieurs reprises, offert de fournir sa propre version de ce qui s’est passé à Stockholm en août 2010, à l’ambassade suédoise, ou en étant questionné par lien vidéo.

3. Fin juillet, M. Assange a offert de parler à la procureure suédoise, désormais à l’ambassade de l’Équateur, où il a demandé l’asile.

La procureure Ms. Ny a, à chaque occasion différente, ignoré ou rejeté les propositions de M. Assange.

Entre le 13 août et le 16 août, M. Assange a eu des rapports sexuels consentis avec deux femmes différentes.

Le 20 août 2010, les deux femmes sont allées dans un commissariat local à Stockholm afin de presser M. Assange de subir un test HIV. À ce moment-là, la police a choisi de commencer une enquête pour viol, sans le consentement des deux femmes.

Le même jour, un procureur a décidé d’émettre un mandat d’arrêt contre M. Assange. À l’époque, le journal Expressen, titrait en une l’article « Assange accusé de viol ».

Le jour suivant, un autre procureur a décidé qu’il n’y avait pas de raison pour le mandat.

Le 30 août, Julian Assange est interrogé pour la première fois, et nie toutes les accusations.

Le jour suivant, l’avocat des deux femmes, M. Claes Borgström, qui est aussi un ancien Médiateur suédois pour l’égalité, demanda à ce que l’affaire soit réouverte par la procureure de Göteborg, Marianne Ny.

Julian Assange est  alors à nouveau accusé de viol, d’agression et de harcèlement sexuels.

M. Assange est demeuré en Suède jusqu’au 27 septembre pour répondre à d’autres questions.

Nous sommes, tout comme son avocat M. Baltasar Garzon, sérieusement inquiets, considérant le manque de garanties et de transparence dans les actions prises à l’encontre de Julian Assange, ainsi que du harcèlement auquel il est assujetti qui a des répercussions irréparables sur son bien-être physique et moral.

Les menaces contre sa personne sont encore aggravées par le comportement complice des autorités gouvernementales suédoises.

Ceci a induit que les droits civiques de M. Assange, ainsi que ceux qui sont garantis par la Convention Européenne des Droits de l’Homme, ont été bafoués.

Helene Bergman

Helene Bergman, journaliste

0707 31 23 33

helenebergman@me.com

Anders Carlgren, journaliste

072 32 33 102

anderscarlgren@hotmail.com

Source: http://khelenebergman.blogspot.fr/2012/08/the-assange-case-goes-to-jothe-swedish.html

Traduit depuis le web par willsummer

Advertisements
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :