Stratfor Files: L’Argentine répond fermement aux déclarations du Premier Ministre britannique sur les Malouines

David Cameron, Premier Ministre britannique en plein discours, aux USA

Email-ID 2985193
Date 2011-06-17 12:30:53
From dialogbot@smtp.stratfor.com
To translations@stratfor.com
List-Name translations@stratfor.com

Réponse cinglante du gouvernement à la déclaration du Premier ministre britannique sur les Malouines

Rapport de Guido Braslavsky : « Londres met un « point final » à l’affaire des Malouines : réponse cinglante de l’Argentine » ; Clarin.com.
Jeudi 16 juin 2011 20 : 20 :34
Dans un communiqué publié hier soir, le ministre des Affaires étrangères a déclaré qu’il « déplore » le fait que le gouvernement britannique « revendique l’autorité de mettre un terme à l’histoire du conflit de souveraineté sur les îles ». Il a également accusé Londres de faire montre d’un « mépris permanent » et d’afficher « un manque de respect pour le droit international » en ce qui concerne le mandat de l’ONU et les appels de la communauté internationale pour que les deux pays reprennent les négociations.

Le Ministre des Affaires étrangères Hector Timerman s’est servi de Twitter pour alimenter une dispute avec Cameron, rejetant l’expression « fin de l’histoire » que le politologue américain Francis Fukuyama avait introduit dans les discussions globales des années 1990. « Aux Malouines, je dis au Premier ministre que la fin de l’histoire n’est jamais une décision prise par une seule personne, quel que soit son sentiment de toute-puissance », a twitté le ministre des Affaires étrangères.

Ce nouvel échange diplomatique a eu lieu mercredi, au lendemain du 29ème anniversaire de la fin de la guerre, laquelle coïncide avec la chute de Puerto Argentino (Port Stanley) ; date que les Kelpers célèbrent comme « Jour de Libération ». Cameron s’est ensuite adressé au parlement britannique, confirmant la position officielle du Royaume-Uni sur la question des Malouines : il refuse de négocier la souveraineté, à moins que les Kelpers lui demandent de le faire.

« Tant que les Malouines manifestent l’intérêt de rester un territoire sous souveraineté britannique, elles doivent continuer à être un territoire sous souveraineté britannique. Point final. Fin de l’histoire », Cameron a t’il déclaré énergiquement, considérant la question comme close.

Comme il le fait chaque semaine, le Premier ministre du Parti conservateur est allé à la Chambre des communes pour présenter son rapport. La question des îles malouines a fait surface pendant la séance consacrée aux questions, période pendant laquelle des questions orales peuvent être posées sur les problèmes qui ne sont pas à l’ordre du jour. Le problème a été soulevé lorsqu’un député du Parti conservateur, Andrew Rosindell, a demandé à Cameron de rappeler au président Barack Obama lors de leur prochaine réunion que Londres n’acceptera jamais aucune négociation quelle qu’elle soit en ce qui concerne l’archipel de l’Atlantique sud. Cette préoccupation était motivée par le fait que la semaine dernière l’OEA ait exhorté l’Argentine et le Royaume-Uni à se rencontrer afin de négocier la question des Malouines « dès que possible ».

Cette semaine, Cristina Kirchner a réitéré cette demande à deux reprises. Elle l’a d’abord fait lundi pendant la visite du Secrétaire général Ban Ki-moon à Buenos Aires, en présence de qui elle a renouvelé sa demande que le Royaume-Uni respecte les résolutions de l’ONU et a critiqué le deux poids, deux mesures que les nations les plus puissantes appliquent dans les relations internationales. Elle est revenu sur la question mardi, lorsqu’elle inaugurait l’héliport présidentiel « Roberto Mario Fiorito ». Son nom est un hommage au seul pilote d’hélicoptère mort lors de la guerre de 1982. Lors de cette cérémonie, la présidente a également délivré un DNI (document national d’identité) à James Peck, qui est né à Port Stanley en 1968. Il est Kepler de quatrième génération et fils d’un ancien combattant britannique, et  a plus tard choisi de devenir citoyen argentin.

En mai 2010, Cristina a parlé avec Cameron lors du Sommet de l’Union de Madrid « Amérique latine –Europe » Dans le discours qu’elle y a fait la présidente avait de nouveau exhorté le Royaume-Uni à négocier, Londres opposa son refus habituel, déclarant qu’il considère les îles comme un « territoire d’outre-mer » qui appartient au Royaume-Uni.

Ces dernières années, les relations bilatérales sont devenues plus tendues en raison de la décision britannique d’autoriser les explorations d’hydrocarbure au nord des îles. A cela, l’Argentine a répondu avec un décret émis en février 2010 obligeant les navires en route vers les îles et qui souhaitent traverser la mer argentine ou mouiller dans les ports argentins à demander l’autorisation au gouvernement argentin. Il a également promulgué la loi 2659, laquelle pénalise les entreprises qui procèdent à des explorations sur le plateau continental argentin sans avoir obtenu la permission du gouvernement argentin.

Dans un autre rapport écrit en espagnol et publié le 16 juin La Nacion ajoute : « Le Premier ministre britannique a confirmé le droit des insulaires à l’autodétermination ».

C’était une réponse direct et quasi- automatique aux revendications que l’Argentine venait de rappeler à l’Organisation des Nations Unies et au soutien qu’elle avait reçu de l’OEA. Hier, le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré au Parlement britannique que la souveraineté des Malouines « n’est pas négociable » et il a confirmé le droit à l’autodétermination des insulaires.

Ce faisant, le gouvernement britannique a tué dans l’œuf les récentes tentatives de la Casa Rosada pour entamer des pourparlers avec Londres concernant la souveraineté. Cameron, un membre du Parti conservateur, était présent hier au Parlement britannique et a abordé, entre autres, la question des Malouines.

En réponse au député conservateur Andrew Rosindell qui suggérait à Cameron que lors de sa prochaine rencontre avec le président Barack Obama, il lui dise que la Grande-Bretagne ne sera jamais d’accord pour négocier la souveraineté de l’île avec l’Argentine, le Premier ministre a parlé avec force : « Tant que les Malouines manifestent l’intérêt de rester un territoire sous souveraineté britannique, elles devront continuer à être un territoire sous souveraineté britannique. Point final. Fin de l’histoire ».

La demande de Rosindell a été faite la semaine dernière, après que l’OEA, dont les Etats-Unis sont également membres, ait unanimement exhorté l’Argentine et la Grande-Bretagne à se rencontrer « dès que possible » pour négocier en vue de trouver une solution au conflit.

Cameron a également tenu ces propos au cours de la semaine même pendant laquelle la présidente Cristina Kirchner et le secrétaire général Ban Ki-moon se sont réunis à Buenos Aires, et elle a renouvelé la requête argentine auprès de Londres de négocier la souveraineté de l’île avec Buenos Aires et de se conformer à la résolution de l’ONU qui incite les nations à se réunir afin de négocier lorsque des situations conflictuelles surgissent.

Il y a deux jours, lorsqu’elle a inauguré l’héliport présidentiel Roberto Mario Fioriti, nommé en l’honneur du seul pilote d’hélicoptère décédé dans la Guerre des Malouines ; il est mort lorsqu’il venait en aide à un bateau de pêche ; la présidente a déclaré : « Affirmer avoir une hégémonie géographique à une distance de plus de 14 000 kilomètres frise le ridicule ».

‘Arrogance’

Il n’y a pas que du guano, des algues et du poisson aux îles Malouines…

Hier, sept heures après que Cameron ait parlé, le gouvernement a dénoncé les propos tenus par le premier ministre britannique. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères proclame : « L’Argentine déplore le fait que le gouvernement du Royaume-Uni s’arroge, avec une arrogance lamentable, le pouvoir de mettre fin à cette histoire, se référant à un conflit de souveraineté dont l’existence a été reconnue par les Nations-Unies et qui est toujours dans l’attente d’être résolu ».

« Le gouvernement a déclaré que la Grande-Bretagne fait preuve d’un mépris constant à l’égard du nouveau mandat des Nations-Unies et à l’encontre des multiples appels de la communauté internationale exhortant l’Argentine et le Royaume-Uni à reprendre les négociations afin de parvenir à une solution au conflit de souveraineté concernant les Îles Malouines ».

Pendant ce temps, à New York, l’ambassadeur argentin aux Nations-Unies, Jorge Arguello, a déclaré que « la communauté internationale doit juger consciencieusement jusqu’à quel point il est approprié de continuer à reconnaître le statut de membre permanent au Conseil de Sécurité des Nations-Unies aux pays qui ignorent ou violent systématiquement les décisions de l’Assemblée générale ».

Arguello a également annoncé que « les déclarations de M. Cameron confirment que le Royaume-Uni défendra ses intérêts par n’importe quel moyen. Ils ne sont pas prêts à agir conformément à la loi, mais semblent déterminés à défendre leur position de facto dont les origines remontent à l’utilisation de la force au 19ème siècle ».

« Les propos de Cameron ont été tenus un jour après que le gouvernement ait donné un DNI à James Peck, un indigène des îles Malouines, et le fils d’un ancien combattant britannique (qui a combattu dans la guerre de 1982. Peck a choisi de devenir citoyen argentin). »

(Description des sources : Buenos Aires Clarin.com en espagnol – version en ligne extrêmement consultée, quotidien en format tabloïd propriété du group de médias Clarin ; généralement critique envers le gouvernement ; URL : http://www.clarin.com. )

Le matériel de World News Connection est généralement la propriété de la source citée. L’autorisation d’exploitation doit être demandée au propriétaire. Toute demande de renseignement concernant l’exploitation peut être adressée au NTIS, le département américain de commerce.

Traduit via le Forum WikiLeaks par Dragonfly84

Lien vers l’article original: https://wikileaks.org/gifiles/docs/2985193_united-states-americas-government-replies-to-british-pm-s.html

Traduit en français: https://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,14517.0.html

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :