Discours de Julian Assange à l’ONU, le 26 septembre 2012

Transcription du discours de Julian Assange à l’ONU au sujet des Droits de l’homme, prononcé le 26 Septembre. Transcrit depuis l’allocution en « Live »

Monsieur le ministre des Affaires Etrangères Ricardo Patino, Messieurs et Mesdames les délégués, Mesdames, Messieurs,

Je vous parle aujourd’hui comme un homme libre, parce que, bien que j’aie été détenu pendant 659 jours sans avoir été mis en examen, je suis libre dans le sens le plus basique et le plus important du terme, je suis libre de parler selon ma conscience.

Cette liberté existe parce que l’Equateur m’a accordé l’asile politique, et que d’autres nations se sont associées pour soutenir cette décision.

Et c’est grâce à l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies, que WikiLeaks peut « recevoir et diffuser l’information et les idées…à travers n’importe quel média, par n’importe quel moyen d’expression, et sans considération de frontières ». Et c’est grâce à l’article 14-1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme qui consacre le droit de demander l’asile contre les persécutions, et le Statut des Réfugiés de 1951, et d’autres conventions établies par les Nations Unies que je peux aujourd’hui être protégé, avec d’autres, de persécutions politiques.

C’est grâce aux Nations Unies que je peux exercer mon droit inaliénable de demander une protection contre les actions arbitraires et excessives engagées par des gouvernements contre moi, contre mon équipe et contre des supporters de mon organisation. Et c’est à cause de l’interdiction absolue de la torture consacrée par les lois internationales et les conventions de l’ONU contre la torture que nous nous dressons fermement, en tant qu’organisation, pour dénoncer la torture et les crimes de guerre, quels que soient ceux qui les exercent.

Je voudrais remercier le gouvernement de l’Équateur pour m’offrir gracieusement cet espace ici aujourd’hui afin de parler une fois encore aux Nations Unies, dans des circonstances très différentes de ma première intervention lors de l’Examen Périodique Universel de l’ONU à Genève. (cf. Note en bas de page)

Il y a presque deux ans, J’avais parlé de notre travail pour dévoiler la torture et le meurtre de plus de 100 000 citoyens Irakiens.

Mais aujourd’hui, je veux vous raconter une histoire Américaine.

Je veux vous raconter l’histoire d’un jeune soldat Américain en Irak.

Le soldat est né à Crescent, Oklahoma, d’une mère Galloise et d’un père de l’US Navy (marine Americaine). Ses parents tombèrent amoureux. Son père était stationné dans une base militaire US au Pays de Galles.

Le soldat était un jeune homme prometteur, remportant le premier prix en sciences trois ans de suite.

Il croyait en la vérité, et, comme nous tous, il détestait l’hypocrisie.

Il croyait en la liberté, et aux droits de chacun a chercher le bonheur. Il croyait aux valeurs qui ont fondé l’indépendance des Etats Unis. Il croyait en Madison, il croyait en Jefferson, et il croyait en Payne. Comme beaucoup d’adolescents, il ne savait pas trop quoi faire de sa vie, mais il savait qu’il voulait défendre son pays et il savait qu’il voulait apprendre à connaître le Monde. Il est entré dans l’armée Américaine, et comme son père, a été formé comme analyste de renseignement.

A la fin de l’année 2009, à 21 ans, il a été affecté en Irak.

Là, on prétend qu’il a vu une armée Américaine qui souvent ne respectait pas la régle de Droit et dans les faits commettait des crimes et soutenait la corruption politique.

On prétend que c’est là, à Bagdad, en 2010 qu’il a donné à WikiLeaks et au monde des détails qui exposaient la torture d’Irakiens, le meurtre de journalistes, et des informations détaillées sur plus de 120 000 meurtres de civils en Irak et en Afghanistan. On prétend aussi qu’il a donné à WikiLeaks 251 000 télégrammes diplomatiques US, qui ensuite ont aidé à l’émergence du Printemps Arabe. Ce jeune soldat s’appelle Bradley Manning.

Prétendument trahi par un informateur, il a été emprisonné à Bagdad, emprisonné au Koweït et emprisonné en Virginie, où il a été gardé 9 Mois au secret et soumis à des mauvais traitements, Le rapporteur des Nations Unies pour la Torture, Juan Mendez a enquêté et formellement qualifié ces faits à l’encontre des Etats-Unis.

Le porte parole d’Hillary Clinton dut démissionner. Bradley Manning, soldat et patriote fut dégradé, maltraité et psychologiquement torturé par son propre gouvernement. Il fut accusé de faits passibles de la peine de mort. Ces événements lui sont arrivés car le gouvernement US voulait le briser, le forcer à témoigner contre WikiLeaks et moi.

Et, aujourd’hui, Bradley Manning a été détenu sans procès depuis 856 jours.

Le maximum légal aux Etats-Unis est de 120 jours.

L’administration américaine essaie d’instituer un régime national de secret, un régime national de dissimulation.

Un régime où tout employé du gouvernement qui révèle de l’information sensible à une organisation médiatique peut être condamné à mort, à l’emprisonnement à vie, ou pour espionnage, et les journalistes de l’organisation médiatique avec lui.

Nous ne devrions pas sous-estimer le degré d’investigation qui s’est exercé contre WikiLeaks, Je voudrais seulement pouvoir dire que Bradley Manning a été la seule victime de la situation. Mais l’attaque contre WikiLeaks pour ces faits et d’autres, a donné lieu à une enquête dont les diplomates australiens disent qu’elle est sans précédent en termes de degré et de nature. Ce que le gouvernement des Etats Unis a appelé une enquête gouvernementale globale. Ces agences gouvernementales identifiées de notoriété publique comme ayant été impliquées dans cette enquête incluent: le Ministère de la Défense, Centcom, l’Agence de renseignements de la Défense (DIA), la Division d’Investigations Criminelles de l’Armée US, Les Forces Etats Uniennes en Irak, la Division de la Première Armée, l’Unité d’Investigation sur les Crimes Informatiques de l’Armée US, le CCIU, le Commandement Cybernétique de la Deuxième Armée. Et avec ces trois enquêtes de renseignement séparées, le Ministère de la Justice, et son Grand Jury en Virginie, le FBI, qui maintenant à, selon un témoignage en justice intervenu plus tôt dans l’année, produit un dossier de 42 135 pages sur WikiLeaks sur lesquelles moins de 8000 concernent Bradley Manning, le Département d’Etat, les services de Sécurité Diplomatique du Département d’Etat. En outre nous avons été objet d »une enquête du bureau du Directeur Général du Renseignement National, de l’ODNI, du Directeur Exécutif du Contre Espionnage national, de la CIA, du Comité de Surveillance Intérieur, du Comité Inter Agences de la Sécurité Nationale et du PIAB (le Bureau de Conseils en renseignement du Président).

Le porte-parole du Ministère de la Justice Dean Boyd a confirmé en Juillet 2012 que l’enquête de son ministère sur WikiLeaks est en cours.

Malgré toutes les belles paroles du Président Obama hier, et il y en a eu beaucoup des belles paroles, c’est son administration qui se consacre sur son site de campagne à criminaliser d’avantage la liberté de parole que tous les précédents présidents des Etats-Unis réunis.

Je me souviens de cette phrase « l’audace de l’espoir ».

Qui peut dire que le Président des Etats-Unis n’est pas audacieux?

N’est-ce pas de l’audace pour le gouvernement des Etats-Unis de mettre à son crédit  l’avalanche de progrès de ces deux dernières années?

N’était-ce pas audacieux de dire, mardi, que « les Etats-Unis ont soutenu des forces du changement » lors du printemps Arabe?

L’histoire Tunisienne n’a pas commencé en Décembre 2010.

Et Mohamed Bouazizi ne s’est pas immolé par le feu afin que Barack Obama puisse être réélu.

Sa mort était un symbole du désespoir qu’il a dû endurer sous le régime de Ben Ali.

Le monde a su, après la lecture des publications de WikiLeaks que le régime de Ben Ali et son gouvernement avaient pendant de longues années bénéficié de l’indifférence, sinon du soutien, des Etats-Unis, pleinement au courant de ses excès et de ses crimes.

Donc cela doit être une surprise pour les Tunisiens que les Etats-Unis aient soutenu les forces du changement dans leur pays.

Cela doit être une surprise pour les adolescents Egyptiens qui ont essuyé les gaz lacrymogènes Américains sur leurs yeux que l’administration Américaine soutenait le changement en Egypte.

Cela doit être une surprise pour ceux qui ont entendu Hillary Clinton affirmer que le régime de Moubarak était « stable », et quand il est devenu clair pour tout le monde qu’il ne l’était pas, que son détesté chef du Renseignement, Suleyman, dont nous avons prouvé que les US savaient qu’il était un tortionnaire, devrait prendre en charge le royaume.

Cela doit être une surprise pour tous ces Égyptiens qui ont entendu le Vice-Président Joseph Biden déclarer que Hosni Moubarak était un démocrate et Julian Assange un terroriste High Tech.

C’est irrespectueux pour les morts et les prisonniers du soulèvement au Bahreïn de prétendre que les Etats-Unis ont « soutenu les forces du changement ».

C’est indéniablement de l’audace.

Qui peut dire que ce n’est pas audacieux que le Président, soucieux de passer  pour un leader regarde en arrière vers ce changement énorme – le changement des peuples- et le fasse passer pour sien?

Mais nous pouvons prendre courage malgré tout car cela signifie que la Maison Blanche a vu que ce progrès est inévitable.

Dans cette « saison du progrès » le président a vu d’où vient le vent.

Et il doit maintenant prétendre que c’est son administration qui le fait souffler.

Très bien. C’est mieux que le contraire: demeurer inutile alors que le monde bouge.

Nous devons être clairs là.

Les Etats Unis ne sont pas l’Ennemi.

Son gouvernement n’est pas uniforme. Dans certains cas, des gens de bien aux Etats-Unis ont soutenu les forces du changement. Et peut-être Barack Obama a-t-il été l’un d’eux à titre personnel.

Mais dans d’autres, et massivement, ce gouvernement s’est activement opposé à ces forces.

C’est une vérité historique.

Et il n’est pas correct, et il n’est pas approprié pour le Président de tordre cette réalité pour un avantage politique, ou pour le plaisir de prononcer de belles paroles.

Et pour de belles paroles.

Ce sont de belles paroles.

Et nous saluons et nous sommes d’accord avec ces belles paroles.

Nous sommes d’accord quand le Président Obama a dit hier que les gens devaient résoudre leurs différends pacifiquement.

Nous sommes d’accord que la diplomatie doit remplacer la guerre.

Et nous sommes d’accord que c’est un monde interdépendant et que chacun de nous y a un intérêt.

Nous sommes d’accord que la liberté et le droit à l’autodétermination ne sont pas seulement des valeurs  Américaines ou occidentales mais des valeurs universelles.

Et nous sommes d’accord avec le Président quand il dit que nous devons parler franchement si nous sommes sérieux avec ces idéaux.

Mais les belles paroles pâlissent sans des actes qui les accompagnent.

Le président Obama a parlé fermement en faveur de la liberté d’expression.

«Ceux qui sont au pouvoir », a-t-il dit, « doivent résister à la tentation de réprimer la dissidence.»

Il y a un temps pour les mots, et il y a un temps pour les actions. Le temps des mots est arrivé à sa fin.

Il est temps pour les Etats-Unis de cesser de persécuter WikiLeaks, de cesser de persécuter nos membres et de cesser de persécuter nos sources présumées.

Il est temps pour le Président Obama de faire des choses justes, de rejoindre les forces du changement, non par de belles paroles, mais par de belles actions.

Note:

L’Examen Périodique Universel  (Universal Periodic Review UPR) est un mécanisme des Nations Unies commencé en avril 2008 et qui consiste en l’examen de tous les pays du monde, tous les quatre ans, sur leurs pratiques en matière de droits de l’homme.http://www.upr-info.org/-fr-.html

Traduit par Irien sur le forum WikiLeaks

Source:
http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,15158.0.html
http://wikileaks.org/Transcript-of-Julian-Assange.html

Advertisements
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :