Les 12 thèses de WikiLeaks, par Geert Lovink et Patrice Riemens

Thèse 0

« Ce que je pense de WikiLeaks ? Je pense que ce serait une bonne idée » (après la fameuse raillerie du Mahatma Gandhi sur la civilisation occidentale).

Thèse 1

Les révélations et les fuites sont une caractéristique commune à toutes les époques, cependant jamais avant une organisation non gouvernementale — ou non — n’a fait quoique ce soit à l’échelle où WikiLeaks s’est débrouillé pour le faire, d’abord avec la vidéo du « meurtre collatéral », puis les journaux de guerre afghans, et maintenant « Cablegate » [ la porte du câble ]. Il semble que nous ayons maintenant atteint le moment où le saut quantitatif se transforme en saut qualitatif. Quand WikiLeaks a frappé le grand public plus tôt en 2010, ce n’était pas encore le cas. En un sens, la « colossale » divulgation de WikiLeaks peut être expliquée comme la conséquence de la propagation spectaculaire de l’utilisation des technologies de la télécommunication de l’information [ IT — Information Technology ] associées à la chute vertigineuse de leurs coûts, y compris pour le stockage de millions de documents. Un autre facteur qui contribue est le fait que la garde des secrets d’État et des entreprises — sans parler de ceux privés — est devenue difficile à l’ère de la reproductibilité et de la diffusion instantanées. WikiLeaks est symbolique d’une transformation de la « société de l’information » au sens large, dressant un miroir des choses à venir. Ainsi, alors que l’on peut considérer WikiLeaks comme un projet (politique) et le critiquer pour son modus operandi, il peut aussi être considéré comme la phase « pilote » dans une évolution vers une culture beaucoup plus généralisée de l’exposition anarchique, au-delà de la politique traditionnelle de l’ouverture et de la transparence.

Thèse 2

Pour le meilleur ou pour le pire, WikiLeaks est monté en flèche par lui-même dans le domaine de la politique internationale de haut niveau. Sorti du bleu, WikiLeaks est devenu un acteur à part entière à la fois sur la scène mondiale et dans les sphères nationales de certains pays. Petit joueur comme il est, en vertu de ses communications, WikiLeaks semble être sur un pied d’égalité avec les gouvernements ou les grandes entreprises (sa prochaine cible) — au moins dans le domaine de la collecte et la publication de l’information. En même temps, on ne sait pas s’il s’agit d’une caractéristique permanente ou d’un phénomène temporaire branché-hype ; WikiLeaks semble crédibiliser l’ancien monde — ce qui a l’air d’être le cas, de plus en plus. Bien qu’il soit un acteur chétif de l’entreprise non sociétaire et non étatique, WikiLeaks dans sa lutte contre le gouvernement américain ne croit pas qu’il donne un coup au-dessus de sa force — et il commence à se comporter en conséquence. On pourrait qualifier cela comme la scène de la « talibanisation » de la théorie post-moderne du « monde plat », où les échelles, heures et lieux, sont déclarés largement hors de propos. Ce qui compte est l’élan de la célébrité et l’intense accumulation de l’attention des médias. WikiLeaks parvient à capturer l’attention par la voie de hacks spectaculaires de l’information, où les autres parties, en particulier les groupes de la société civile et les organisations de défense des droits humains, se battent désespérément pour faire passer leur message. Alors que ces derniers ont tendance à jouer les règles et cherchent la légitimité des institutions dominantes, la stratégie de WikiLeaks est populiste, dans la mesure où elle éclaire dans le désaveu public des grands courants politiques. Pour WikiLeaks, la légitimité politique n’est plus quelque chose de gracieusement accordé par les autorités constituées, ce qu’elle était. WikiLeaks contourne cette structure de l’ancien monde du pouvoir et va plutôt à la source de la légitimité politique dans la société de l’information du jour : la banalité du ravissement du spectacle. WikiLeaks se met à utiliser brillamment la « vitesse de fuite » de la télécommunication informatique, en utilisant la télécommunication informatique mais pour la laisser loin derrière l’irruption brutale dans le domaine de la politique du monde réel.

Thèse 3

Dans la saga en cours dite « Le déclin de l’empire des USA« , WikiLeaks entre en scène comme le tueur de la cible faible. Il serait difficile de l’imaginer capable d’infliger quasiment les mêmes dégâts aux gouvernements russe ou chinois, ou même au Singapourien — pour ne pas mentionner leurs « filiales ». En Russie ou en Chine, des barrières culturelles et linguistiques énormes sont au travail, pour ne pas simplement parler du pouvoir lié qui devrait être surmonté. Là, les circonstances plus largement différentes sont aussi les facteurs qui comptent, même à parler plus étroitement (et prétendument plus globalement) des cultures et des ordres du jour des hackers, des activistes du renseignement, et des journalistes d’investigation. De ce point de vue, WikiLeaks, dans sa manifestation présente reste un produit typiquement « occidental » et ne peut pas revendiquer d’être un engagement vraiment mondial et universel.

Thèse 4

Une des difficultés principales en matière d’explication de WikiLeaks résulte du fait qu’il soit peu clair (autant pour les gens de WikiLeaks, eux-mêmes) de savoir s’ils se conçoivent et opèrent comme un fournisseur de contenus ou un simple conducteur des fuites de données (l’impression est qu’ils se considèrent comme l’un ou l’autre, selon le contexte et les circonstances). Dit en passant, cela a été un problème courant depuis que les médias sont allés massivement en ligne et leur publications et communications sont devenues un service plutôt qu’un produit. Julian Assange recule chaque fois qu’il est dépeint comme le rédacteur en chef de WikiLeaks ; maintenant WikiLeaks disent qu’ils éditent le matériel avant la publication et vérifient les documents concernant leur authenticité avec l’aide de centaines d’analystes volontaires. Des débats de contenus de cette sorte contre l’apporteur ont eu lieu pendant des décennies parmi les activistes médiatiques, sans résultat clair. Au lieu d’essayer de résoudre l’incohérence, il vaudrait probablement mieux chercher des approches fraîches et développer de nouveaux concepts critiques, pour ce qui est devenu une pratique hybride de la publication impliquant des acteurs bien au-delà du domaine traditionnel des mass-media professionnels. Cela pourrait être la raison pour laquelle Assange et ses collaborateurs refusent d’être étiquetés en termes « de vieilles catégories » (journalistes, hackers, etc) et revendiquent de représenter une nouvelle figure sur la scène de l’information mondiale.

Thèse 5

Le déclin régulier du journalisme d’investigation à cause de la diminution des financements est un fait indéniable. Le journalisme ces jours-ci atteint à peine plus que le remix des CP (communiqués de Presse) externes. L’accélération continuelle et la surcharge de la soi-disant économie de l’attention assurent qu’il n’y ait plus assez de place pour les histoires compliquées. Les propriétaires d’entreprise de médias à grand tirage sont de plus en plus enclins à voir le fonctionnement et la politique de l’économie mondiale néolibérale, en la discutant en détail. Le passage de l’information au divertissement instructif (infotainment) a été adopté par les journalistes eux-mêmes, ce qui rend difficile de publier des affaires complexes. WikiLeaks arrive en outsider dans cet état de choses enveloppé par l’ambiance torride « du journalisme citoyen« , nouvelles rapportées dans la blogosphère du « Do It Yourself », et encore plus rapides dans des médias sociaux comme Twitter. Ce que WikiLeaks anticipe, mais n’a pas été capable d’organiser jusqu’ici, c’est l’approvisionnement de foule pour interpréter les documents des fuites. Ce travail, bizarrement, est laissé à un staff de quelques journalistes de maintenance des mass-media choisis « de qualité ». Plus tard, des universitaires ramasseront les déchets et fileront des histoires derrière les portes closes des écuries de l’édition. Mais où est mis en réseau un commentariat critique ? Certes, nous sommes tous préoccupés par nos critiques mineures ; mais il reste que WikiLeaks génère au bout du compte sa capacité d’inspirer une irritation précisément en raison de la relation transversale et symbiotique qu’elle entretient avec les institutions médiatiques de l’establishment. Il y a ici une leçon pour les multitudes — sortir du ghetto et se connecter avec l’autre d’Oedipe. C’est là que réside le terrain conflictuel du politique.

Le journalisme d’investigation traditionnel a pris l’habitude de consister en trois phases : déterrer les faits, les recouper et les contextualiser dans un discours compréhensible. WikiLeaks fait la première, prétend faire la seconde, mais omet complètement la troisième. Cette situation est symptomatique d’une marque particulière de l’idéologie du libre accès, où la production même du contenu est externalisée à des entités inconnues « là-bas ». La crise dans le journalisme d’investigation n’est ni comprise, ni reconnue. Supposer comment les entités productives se supportent matériellement est laissé dans le noir : il est simplement présumé que l’analyse et l’interprétation soient repris par les nouveaux médias traditionnels. Mais cela n’arrive pas automatiquement. La saga des Journaux de guerre Afghans et de Cablegate démontre que WikiLeaks pour garantir une crédibilité suffisante doit s’approcher et pourparler avec des médias traditionnels bien établis ; en même temps, ces débouchés médiatiques prouvent qu’ils sont incapables de traiter entièrement les sources, inévitablement selon leur politique éditoriale propre ils filtrent les documents.

Thèse 6

WikiLeaks est une entreprise individuelle typique (SPO -Single Person Organisation, ou « UPO » : Unique Personality Organisation) ou une EURL : entreprise unipersonnelle (à responsabilité limitée). Cela signifie que la prise d’initiative, de décision et de l’exécution, sont en grande partie concentrées dans les mains d’un seul individu. Comme les petites et moyennes entreprises, le fondateur ne peut pas ne pas être réélu, et, contrairement à de nombreux collectifs, le leadership ne tourne pas. Ce n’est pas une caractéristique rare au sein des organisations, indépendamment du fait qu’elles opèrent dans le domaine de la politique, la culture ou la « société civile » de leur secteur. Les entreprises individuelles sont identifiables, excitantes, inspirantes, et sont facilement configurables dans les médias. Toutefois leur durabilité dépend en grande partie des actions de leur leader charismatique, et leur fonctionnement est difficile à concilier avec les valeurs démocratiques. C’est aussi pourquoi elles sont difficiles à reproduire et ne peuvent s’accroître facilement. Le hacker souverain Julian Assange est la figure de proue d’identification de WikiLeaks, la notoriété de l’organisation et la réputation se mêlant avec le propre Assange. Ce que WikiLeaks fait et signifie devient difficile à distinguer de la vie privée plutôt agitée d’Assange et de ses avis politiques quelque peu grossiers.

Thèse 7

WikiLeaks soulève la question de savoir ce que les hackers ont en commun avec les services secrets, puisqu’une affinité élective entre les deux est indubitable. Au commencement, la relation de haine et d’amour renvoie au même calcul. Il n’est pas nécessaire d’être un fan de l’allemand Friedrich Kittler théoricien des médias, ni d’ailleurs, des théories du complot, pour reconnaître que l’ordinateur est né du complexe militaro-industriel. Du déchiffrement du code Nazi « Enigma » par d’Alan Turing jusqu’au rôle joué par les premiers ordinateurs dans l’invention de la bombe atomique, du mouvement de la cybernétique jusqu’à la participation du Pentagone à la création d’Internet — l’articulation entre le calcul informationnel et le complexe militaro-industriel est bien établie. Les informaticiens et des programmeurs ont donné forme à la révolution de l’information et à la culture de l’ouverture ; mais en même temps, ils ont également développé le cryptage (« crypto ») et la fermeture de l’accès aux données pour les non-initiés. Ce que certains voient comme « le journalisme citoyen », d’autres l’appellent « la guerre de l’information ».

WikiLeaks est également une organisation profondément marquée par la culture hacker des années 1980, combinée avec les valeurs politiques techno-libertaires qui ont émergé dans ces années. Le fait que WikiLeaks ait été fondé — et dans une large mesure soit toujours géré — par des geeks purs et durs, est essentiel pour comprendre ses valeurs et ses mouvements. Malheureusement, cela vient ensemble avec une bonne dose des aspects les moins savoureux de la culture hacker. Non que l’idéalisme, le désir de contribuer à faire du monde une meilleure place, puisse être dénié à WikiLeaks : au contraire. Mais cette marque d’idéalisme (ou, si vous préférez, l’anarchisme) est apparentée avec une préférence pour les conspirations, une attitude élitiste et un culte du secret (laissez tomber la condescendance). Ce n’est pas propice à la collaboration avec des personnes partageant les mêmes idées ni avec les groupes, quand ils sont relégués à être de simples consommateurs de la production WikiLeaks. Le zèle missionnaire pour éclairer les masses imbéciles et « exposer » les mensonges du gouvernement, des militaires et des sociétés, est une rémanence du paradigme bien (ou tristement) connu de la culture des médias dans les années 1950.

Thèse 8

Le manque de points communs avec les sympathiques mouvements d’ »un autre monde est possible » conduit WikiLeaks à chercher l’attention du public par la voie de divulgations de plus en plus spectaculaires et risquées, ce qui rassemble un public de partisans souvent enthousiastes d’une manière extravagante, quoiqu’étant généralement des partisans passifs. Assange lui-même a déclaré que WikiLeaks s’était délibérément écarté de la blogosphère « égocentrique » et rangé par rapport aux médias sociaux, et qu’aujourd’hui il collaborait seulement avec des journalistes professionnels et les militants des droits de l’homme. Pourtant, à suivre la nature et la quantité des présentations de WikiLeaks depuis sa création jusqu’à nos jours, cela évoque étrangement d’assister à un feu d’artifice, qui comprendrait une « grande finale » sous la forme d’un lancer de machine de fin du monde, mais-à-être-déclenché comme une « assurance » (le document « insurance.aes256 »). Cela soulève de sérieux doutes sur la viabilité à long terme de WikiLeaks lui-même, et peut-être aussi sur le modèle de WikiLeaks. WikiLeaks fonctionne avec une équipe ridiculement petite — sans doute pas plus d’une douzaine de personnes forment le cœur de son fonctionnement. Bien que la mesure et le bon sens de l’assistance technique de WikiLeaks soit prouvée par son existence même, l’allégation de plusieurs centaines d’analystes et d’experts bénévoles de WikiLeaks est invérifiable et, pour être franc, à peine croyable. Ceci est clairement le talon d’Achille de WikiLeaks, non seulement depuis un risque et/ou au point de vue du développement durable, mais aussi bien politiquement — ce qui nous importe ici.

Thèse 9

WikiLeaks affiche un manque stupéfiant de transparence dans son organisation interne. Son excuse que « WikiLeaks doit être complètement opaque pour forcer les autres à être totalement transparents » monte, à notre avis, à peine plus que la bande dessinée d’espionnage célèbre de Mad magazine, Spy vs. Spy. Vous tapez à l’opposé mais dans une voie qui le rend indiscernable de celle-là. La revendication des hauteurs morales ensuite n’est pas utile — Tony Blair aussi a excellé dans cet exercice. Comme WikiLeaks n’est ni un collectif politique, ni dans le sens légal une ONG (organisation non gouvernementale) ni, à cet égard, une société ou une partie du mouvement social, nous devons discuter de quel type d’organisation il s’agit — avec laquelle nous traitons. Est-ce que WikiLeaks est un projet virtuel ? Après tout, il existe vraiment comme un site Web (hébergé) avec un nom de domaine, qui est le résultat final. Mais a-t-il un but au-delà de l’ambition personnelle de son (ses) fondateur(s) ? Est-ce que WikiLeaks est reproductible ? Verrons-nous la hausse des branches nationales ou locales qui en porteront le nom ? Quelles règles du jeu observeront-elles ? Devrions-nous plutôt le voir comme un concept qui voyage du contexte au contexte et qui, comme un « mème », se transforme dans le temps et dans l’espace?

Thèse 10

Peut-être WikiLeaks s’organisera-t-il autour de sa propre version du slogan d’IETF (The Internet Engineering Task Force) « consensus grossier et code exécutif »? Deux projets comme Wikipedia et Indymedia ont résolu ce problème par leurs propres moyens, mais non sans crises, conflits et scissions. Une critique comme celle exprimée ici n’est pas destinée à plier WikiLeaks dans un format traditionnel, au contraire, elle a vocation d’explorer si WikiLeaks (et ses clones futurs, associés, avatars, et autres membres de la famille sympathique) pourrait se présenter comme un modèle des nouvelles formes d’organisation et de collaboration. Le terme « réseau organisé » a été arrêté comme une formulation possible pour ces formats. Une autre formulation a été « médias tactiques ». D’autres encore ont utilisé le terme générique d’ »activisme sur Internet ». Peut-être que WikiLeaks a d’autres idées sur la direction qu’il veut prendre. Mais où ? C’est à WikiLeaks de décider pour lui. Cependant, jusqu’ici nous avons très peu vu la voie d’une réponse, ce qui laisse les autres soulever des questions, par exemple celle de la légalité des dispositions financières de WikiLeaks (le Wall Street Journal). Nous ne pouvons pas fuir le défi expérimental des réseaux post-représentatifs. Comme le blogeur Dave Winer, à l’origine des blogs, a écrit sur les développeurs d’Apple, « ce n’est pas qu’ils soient mal intentionnés, ils sont simplement mal préparés. Plus que leurs utilisateurs, ils vivent dans un Champ de Distorsion de la Réalité (RDF), et les gens qui font l’Ordinateur pour le Reste d’entre Nous n’ont aucune idée de qui est le reste d’entre nous ni ce que nous faisons. Mais ça va, il y a une solution. Faites quelques recherches, posez quelques questions et écoutez. »

Thèse 11

La critique largement partagée du culte de la célébrité volontaire de Julian Assange invite à formuler des alternatives. Ne serait-il pas mieux prendre WikiLeaks comme un anonyme collectif ou un « réseau organisé » ? Certains ont exprimé le désir de voir beaucoup de sites Web faire le même travail. On connaît déjà un groupe autour de Daniel Domscheit-Berg (qui n’a pas plus été d’accord avec Assange à partir de septembre), à l’ouvrage de travailler sur un clone de WikiLeaks. Ce qui est oublié dans cet appel à une prolifération de WikiLeaks c’est l’exigence de la somme de connaissances expertes pour exécuter un site de fuite avec succès. Où est la boîte à outils de l’ABC de WikiLeaks ? Paradoxalement, il y a peut-être un plus grand secret impliqué par cette façon de faire-des choses-publques. Simplement télécharger un kit du logiciel WikiLeaks et y aller, ce n’est pas une option réaliste. WikiLeaks n’est pas l’application d’un blog du Plug ’n’ and Play [ brancher-la-prise-et jouer ] comme WordPress, et le mot « Wiki » dans le nom induit vraiment en erreur, comme Jimmy Wales de Wikipédia a été en peine de le souligner. Contrairement à la philosophie de collaboration de Wikipedia, WikiLeaks est un magasin fermé qui fonctionne avec l’aide d’un nombre inconnu de volontaires impersonnels. On est forcé de reconnaître que le savoir-faire nécessaire pour réaliser une installation comme WikiLeaks est assez obscur. Les documents doivent non seulement être reçus anonymement, mais encore être rendus anonymes davantage avant leur mise en ligne. Ils doivent aussi être « édités » avant l’envoi aux serveurs des agences de presse internationales et éprouvés (recoupés) comme documents d’archive influents.

WikiLeaks a édifié beaucoup de confiance et de crédibilité au fil des années. Les nouveaux arrivants devront passer par ce même processus de longue haleine. Le principe de WikiLeaks n’est pas le hack (dans des réseaux d’État ou d’entreprises), mais de faciliter la copie des données sensibles et confidentielles par des initiés basés dans ces grandes organisations et de les transmettre au domaine public — en restant anonyme. Si vous aspirez à devenir une articulation des fuites, vous feriez mieux de commencer par faire connaissance avec la sécurité des opérations tel le processus OPSEC, un plan étape par étape qui « identifie des informations critiques pour déterminer si des actions amicales peuvent être observées par des systèmes d’intelligence adversaire, détermine si les informations obtenues par des adversaires pourraient être interprétées pour leur être utiles, et exécutent ensuite les mesures choisies qui éliminent ou réduisent l’exploitation d’informations critiques amicales par les adversaires » (en.Wikipedia). Le slogan de WikiLeaks dit :  » Le courage est contagieux « . Selon les experts, les gens qui ont l’intention de lancer une opération de type WikiLeaks ont besoin de nerfs d’acier. Donc, avant que nous appelions un, dix, de nombreux WikiLeaks, être clairs que ceux impliqués courent des risques. La protection de l’informateur est primordiale ; une autre question est la protection des gens mentionnés dans les fuites. Les journaux de guerre afghans ont montré que les fuites pouvaient aussi causer « des dommages collatéraux ». Rédiger (et élider) est crucial. Non seulement l’OPSEC (Opération de la Sécurité Opérationnelle), mais encore « l’OPETHICS » (l’opération équivalente en termes de sécurité éthique — jeu de mot). Si la publication n’est pas effectuée d’une manière complètement sécurisée pour tous les intéressés, il y a un risque certain que la « révolution dans le journalisme » — et la politique — déclenchée par WikiLeaks sera stoppée dans son élan.

Thèse 12

Nous ne pensons pas que ce qui importe le plus soit de prendre position pour ou contre WikiLeaks. WikiLeaks est là pour rester jusqu’à ce qu’il se saborde lui-même ou soit détruit par les forces opposées. Notre but est plutôt d’évaluer (essayer) et de vérifier ce que WikiLeaks peut, pourrait — et peut-être même devrait — faire, et d’aider à formuler comment « nous » pourrions porter d’interagir avec WikiLeaks. Malgré tous ses inconvénients et contre toute attente, WikiLeaks a rendu un sacré service à la cause de transparence, de la démocratie et de l’ouverture. Comme diraient les Français, si quelque chose comme ça n’existait pas, il faudrait l’inventer. Le tour quantitatif — et ce qui paraît bien parti pour devenir qualitatif — de la surcharge de l’information est un fait de vie contemporaine. La surabondance de l’information divulguée ne peut être prévue à continuer de croître exponentiellement, qu’ainsi. Organiser et interpréter cet Himalaya de données est un défi collectif qui est clairement par là-bas, que nous lui donnions le nom de « WikiLeaks » ou pas.

Geert Lovink, Patrice Riemens,
Amsterdam, le 7 décembre 2010

Traduction de premier jet, notes et commentaires, Louise Desrenards
Paris, le 22 décembre 2010

Source: http://www.larevuedesressources.org/12-theses-sur-wikileaks,1832.html

Advertisements
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :