Assange a défendu 3 lanceurs d’alerte qui ont dénoncé la corruption et les programmes de la NSA et de la CIA

Assange at Ecuador embassy

« Le discours d’Assange mentionne trois lanceurs d’alerte que je défends : il appelle à mettre fin à la guerre contre les lanceurs d’alerte »

Par Jesselyn Radack, le 20 août 2012

Quelle que soit votre opinion sur le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, il avait raison quand il a appelé à mettre fin à la guerre contre les lanceurs d’alerte, dans son discours à l’ambassade d’Equateur, hier [le 19 août 2012], à Londres:

La guerre de l’administration US contre les lanceurs d’alerte doit se terminer. Thomas Drake, William Binney, John Kiriakou, et d’autres lanceurs d’alerte héroïques doivent être pardonnés ou dédommagés des épreuves qu’ils ont endurées en tant que serviteurs du registre public.

Alors que les histoires de mes clients sont complètement différentes de celle d’Assange, l’administration Obama a menacé de persécuter criminellement chacun d’entre eux avec la même loi draconienne de l’Espionage Act, une loi destinée à chasser les espions, et non les lanceurs d’alerte. Et l’effet de la politique de l’administration Obama – sinon le but – est le même pour mes clients et pour Assange – à savoir de réduire au silence la dissidence.

Bien qu’Assange est souvent critiqué pour ne s’intéresser qu’à lui (qui lui en voudrait de tenir compte du fait que la police londonienne attendait à l’extérieur de l’ambassade d’Equateur pour l’arrêter ?), il a pris le temps dans son discours, long de plusieurs minutes, de s’adresser vers ceux qui ont été poursuivis en justice. Il a aussi correctement identifié la guerre de l’administration Obama contre les lanceurs d’alerte, comme une guerre contre les journalistes et contre les médias, un rapprochement que j’ai fait  moi-même, ainsi que Glenn Greenwald et les principaux médias des Etats-Unis.

Les Etats-Unis doivent donner l’assurance devant le monde entier qu’ils ne poursuivront pas des journalistes pour avoir mis en lumière les crimes secrets des puissants. Il ne doit pas y avoir de propos insensés, en ce qui concerne la poursuite judiciaire de n’importe quelle organisation de médias, que ce soit WikiLeaks ou bien le New York Times.

L’appel d’Assange aux Etats-Unis à mettre fin à la « chasse aux sorcières » contre Wikileaks rappelle à la mémoire Louis Brandeis de la Cour Suprême :

La peur d’un sérieux préjudice ne peut pas justifier seule la suppression de la liberté d’expression et de rassemblement. Les hommes craignaient les sorcières, et ils ont brûlé des femmes.

Maintenant le gouvernement a peur de la vérité et il persécute les lanceurs d’alerte, et parmi eux trois de mes clients qu’Assange a bien mentionné hier :

  • Thomas Drake est le lanceur d’alerte de la National Security Agency (NSA), qui est devenu la 4ème personne aux Etats-Unis à être sous le coup des charges de l’Espionage Act pour allégation de mauvais usage d’information classifiée. Le dossier du gouvernement contre lui s’est évanoui de manière spectaculaire quelques jours avant le procès en juin 2011, et les preuves sont devenues publiques depuis que la tombée des charges a montré que celles-ci étaient construites sur du vide.
  • William Binney, lanceur d’alerte de la NSA, avec Drake, et les anciens officiels de la NSA J. Kirk Wiebe, Edward Loomis, et l’ancienne rédactrice du Congrès Diane Roark, s’est plaint par des voies internes adéquates de la dilapidation, de la fraude, des abus massifs, et de l’illégalité à la NSA, et il a été par la suite soumis à une enquête, menacé de poursuites judiciaires, et assujetti à un raid armé du FBI. Il a finalement obtenu une lettre d’immunité.
  • Le lanceur d’alerte de la Central Intelligence Agency (CIA) John Kiriakou a lancé l’alerte sur le waterboarding et a aidé à exposer le programme de torture de la CIA, auquel il a refusé de participer. Kiriakou a aussi été chargé sous le coup de l’Espionage Act, et il comparaît dans son procès en novembre 2012. Pour aider et soutenir Kiriakou allez ici ou mentionnez « j’aime » sur la page Facebook Defend John Kiriakou.

Assange est sans doute une figure controversée, mais quoi que vous pensiez du messager, le message d’Assange demande l’attention de quiconque reconnaît les valeurs de la liberté d’expression et de la liberté de la presse.

Source: http://www.whistleblower.org/blog/42-2012/2184-assanges-speech-mentions-three-of-my-whistleblower-clients-calls-for-end-to-war-on-whistleblowers

Advertisements
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. candide

     /  17 décembre 2012

    les lanceurs d’alerte devraient à mon avis faire des conférences dans nos écoles et nos universités sur la corruption et tous les problème qui y sont liés… ça serait bien sûr une bonne thérapie pour nos jeunes mais aussi une forme de préparation morale à leur futur emploi…

    Répondre
    • Si vous avez l’occasion de contacter une association, vous pouvez leur proposer l’idée. Des stages pour les élèves pourraient être utiles, si ça recoupe aussi les thématiques de la liberté de la presse, d’une réflexion sur la censure aussi, car dénoncer la corruption, c’est souvent se heurter à la censure de l’information. Dans les cours d’histoire, je suis sûre qu’on parle peu des problèmes de liberté d’expression, de censure, de corruption,etc.

      Répondre
      • candide

         /  18 décembre 2012

        c’est au gouvernement français par exemple de donner la marche à suivre nous on se mettra à sa disposition tout simplement

  2. candide

     /  3 décembre 2012

    MOI même lanceur d’alerte français (affaire du 1% logement, de l’affaire des frégates de Taîwan et des caisses noires de l’UIMM) j’appelle à un regroupement de tous les lanceurs d’alerte européen à s’unir pour continuer le combat pour l’intégrité , la morale et l’ethique y compris syndicale et politique…une association serait la bienvenue…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :