Des câbles exposent le lobbying gouvernemental US à travers le monde pour Monsanto et d’autres producteurs d’OGM

RT, le 14 mai 2013

Après que des câbles diplomatiques US publiés par WikiLeaks ont démontré que le State Department US faisait du lobbying à travers le monde pour le compte de Monsanto et d’autres entreprises similaires, un nouveau rapport basé sur ces câbles expose le pistonnage de Washington pour l’industrie biotechnologique distinctement et en détail.

Les révélations de WikiLeaks d’août 2011 ont montré que les diplomates états-uniens avaient demandé un financement pour envoyer des lobbyistes professionnels pour l’industrie de la biotechnologie pour entretenir un dialogue avec des politiciens et officiels de l’agriculture dans des « pays cibles » de zones comme l’Afrique ou l’Amérique Latine, où les cultures agricoles transgéniques n’étaient pas encore une réalité, ainsi que dans certains pays européens qui ont résisté à ces pratiques controversées.

Après un effort concerté pour « examiner attentivement cinq années de câbles diplomatiques US datés de 2005 à 2009 pour fournir la première analyse complète de la stratégie, des tactiques et des objectifs de la politique étrangère US pour phagocyter les politiques de biotechnologie à travers le monde,« , le groupement sans but lucratif pour la protection des consommateurs Food & Water Watch a publié lundi un rapport démontrant en détails clairs la profondeur du partenariat entre le gouvernement fédéral et quantité d’entreprises controversées de biotechnologie, qui ont lentement mais sûrement promu leurs produits OGM dans certains nouveaux pays ces dernières années.

Sur le devant de la scène est Monsanto, les fabricants de St. Louis, Missouri de plantes génétiquement modifiées et de semences fabriquées par l’ingénierie génétique qui a continuellement suscité les critiques, comme récemment pour ses pratiques à la fois dans le champ de culture et dans le tribunal. Monsanto est l’une des entreprises les plus capitalisées des USA, mais a poursuivi judiciairement avec acharnement des petits fermiers autour du monde pour de prétendues violations de droits de propriété intellectuelle, forçant souvent des agriculteurs indépendants à fermer boutique. Une législation rendue loi le mois dernier (par la signature d’Obama, ndt) a fourni une immunité juridique aux entreprises productrices d’OGM dont Monsanto, et lundi la Cour Suprême s’est rangée avec les corporations en statuant sur une affaire marquante d’infraction de copyright.

« Le State Department US vend des graines plutôt que la démocratie, » a dit aux journalistes la directrice exécutive de Food & Water, Deborah Wenonah Hauter. « Ce rapport présente une image glaçante de comment une poignée d’entreprise géantes de biotechnologie influencent illicitement la politique étrangère US et sapent nos efforts diplomatiques de promotion de la sécurité, du développement international et de la transparence à travers le monde. Ce rapport est un appel à l’action pour les Américains parce que la politique publique ne devrait pas être en vente au plus offrant.« 

Food & Water Watch ont publié leurs découvertes cette semaine après avoir passé les quelques 260.000 câbles du State Department (ministère des affaires étrangères US, ndt) au peigne fin que le site internet lanceur d’alerte avait commencé à publier en 2010, mais notent que leurs statistiques viennent de mémos non classifiés comme « secret », ou plus.

Principalement, écrit l’association à but non lucratif, « La stratégie du State Department visait à pousser des gouvernements étrangers vers des politiques pro-biotechnologie » avec une tactique à quatre facettes: la promotion des intérêts de l’industrie de la biotechnologie; le lobbying de gouvernements étrangers pour alléger les régulations sur la biotechnologie; la protection des exportations US en la matière et la pression sur le monde en voie de développement pour l’adoption de cultures transgéniques.

Comme l’analyse des câbles fait ressortir, cependant, les efforts du State Department pour pistonner Monsanto démontrent une volonté de placer les bénéfices d’une entreprise basée aux USA au-dessus des intérêts et de la santé de ceux qui vivent dans des pays étrangers.

Dans un câble envoyé depuis le consulat de Slovaquie en 2005, le State Department apprend que le poste local « continuera ses efforts pour dissiper les mythes sur les OGM et parler en faveur de Monsanto. » En 2009, un câble de Madrid en Espagne annonce que Monsanto a fait des « demandes urgentes » pour combattre une campagne de l’opposition anti-OGM qui posait des problèmes à l’industrie de la biotechnologie. D’autres révélations montrent les efforts pro-OGM fournis par les USA pour le compte de l’industrie du génie génétique à Hong Kong, dans l’Union Européenne, en Égypte et ailleurs.

Toutefois, les activistes dans les zones en question et ailleurs prennent note de l’influence dangereuse et croissante de Monsanto, il y a des manifestations anti-Monsanto prévues dans 36 villes sur six continents pour le printemps et l’été 2013.

« Les efforts du State Department imposent les objectifs politiques des plus grosses entreprises de biotechnologie semencière sur des gouvernements et des opinions publiques souvent sceptiques ou réticents, et attestent d’une diplomatie corporatiste à peine voilée, » a allégué Food & Water Watch.

Quand Food & Water Watch a ratissé ces câbles, ils ont conclu que le State Department conduisait des négociations hors de l’écran radar qui ne semblaient pas promouvoir les idéaux démocratiques états-uniens – au contraire, ils ont trouvé des preuves de lobbying utilisé pour avancer l’agenda d’entreprises US en pleine forme qui ont déjà acheté l’assentiment d’une bonne part de Washington.

« Il n’est pas surprenant que Monsanto, DuPont, Sygenta, Bayer et Dow veuillent maintenir et étendre leur contrôle du marché mondial des semences génétiquement modifiées de $15 milliards, mais il est choquant que le State Department soit complice du soutien de leurs objectifs en dépit d’une opposition publique et étatique dans plusieurs pays, » a dit Ronnie Cummins, directeur exécutif de l’Organic Consumers’ Association dans le communiqué de presse accompagnant le rapport. « L’argent des contribuables américains ne devrait pas être dépensé pour avancer les objectifs de quelques entreprises géantes de biotechnologie.« 

Sur les 926 câbles diplomatiques analysés par Food & Water Watch, le groupe trouva que Monsanto apparaissait dans plus de 6% des mémos, éclairant combien une agence fédérale « travaillait particulièrement dur pour promouvoir les intérêts » d’une entreprise extérieure à elle-même.

Quand il fut joint pour commenter par Reuters, le porte-parole de Monsanto Tom Helscher a dit, « Nous restons attachés au partage d’informations afin que les individus puissent mieux comprendre notre commerce et notre volonté de soutenir les fermiers à travers le monde alors qu’ils travaillent à satisfaire les demandes agricoles de la population croissante de notre monde. » Le State Department n’a pas répondu tout de suite à des demandes de commentaires.

Comme RT l’a précédemment rapporté, cet espèce de « Monsanto Protection Act » devenu loi le mois dernier a été co-écrit par un sénateur qui a reçu des milliers de dollars en contributions de campagne électorale de l’entreprise – une révélation qui n’en a pas surpris beaucoup étant donné qu’un autre personnage influent à Washington, le Juge Clarence Thomas, a servi d’avocat à l’entreprise avant d’être nommé à la haute cour pour se retrouver à présider sur une affaire impliquant son ancien employeur. Mais selon Food & Water Watch, la relation entre Monsanto et le gouvernement s’étend au-delà du Parlement et de la Cour Suprême. Dans une déclaration publiée mardi pour accompagner leur rapport, Food & Water Watch a écrit que les câbles détaillent « comment le State Department US lobbyise les gouvernements étrangers pour qu’ils adoptent des politiques et des lois en faveur de la biotechnologie agricole, dirige une campagne rigoureuse de relations publiques pour améliorer l’image de la biotechnologie et défie les règles et les garde-fous de bon sens de la biotechnologie – y compris en s’opposant à des lois d’étiquetage de l’alimentation dérivée de l’ingénierie génétique.« 

Le rapport de cette semaine vient juste un jour après que le Juge Thomas et la Cour Suprême se soient rangés avec Monsanto en statuant sur une affaire de droits qui a fait date. Dans cette affaire, la haute cour a dit qu’un agriculteur de l’Etat de l’Indiana avait enfreint les droits de propriété intellectuelle et commerciale de Monsanto en se servant de semences spécifiquement fabriquées qu’il avait obtenues de seconde main sans avoir signé de contrat avec l’entreprise. Cette décision, toutefois, est venue seulement quelques jours après que la multinationale soit frappée de mauvaises nouvelles comparables: vendredi, le ministère de l’agriculture US a ordonné une autre série de tests pour de nouvelles variétés d’OGM développées par Monsanto et Dow, gelant des projets de commercialisation publique de cultures transgéniques fabriquées en laboratoire qui peuvent supporter des aspersions intenses de pesticides dangereux. Les deux entreprises veulent rendre disponibles des productions végétales qui sont résistantes aux produits chimiques 2,4-D et dicamba, un geste que les écologistes craignent qu’il puisse prompter des fermiers de faire usage de davantage de ces toxines.

« Le danger est que le 2,4-D et le dicamba sont une réelle menace pour les cultures… presque toutes les cultures alimentaires, » avait dit Steve Smith, directeur de l’agriculture chez Red Gold à Reuters, l’année dernière.

Source: http://rt.com/usa/wikileaks-monsanto-cables-report-273/

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :