Interview avec Julian Assange sur Lateline Australia

Lateline - Interview de Julian Assange

Le fondateur de WikiLeaks a jeté à la poubelle le « soi-disant soutien consulaire » du gouvernement australien durant son séjour à l’intérieur de l’Ambassade équatorienne de Londres.

Ce mois de juin marque l’anniversaire de l’entrée de M. Assange dans l’Ambassade de l’Équateur londonienne, y demandant l’asile politique.

Le lanceur d’alerte australien est responsable de la publication des 700 000 documents diffusés par le soldat américain Bradley Manning, qui a plaidé coupable pour ces fuites de matériel et qui est actuellement en cour martiale aux USA pour aide à l’ennemi.

M. Assange est convaincu qu’il y a un acte d’accusation secret issu d’un grand jury qui l’attend aux USA et redoute l’extradition si le gouvernement britannique le déporte en Suède, où il est confronté à des accusations d’agression sexuelle.

Il a parlé en exclusivité à l’émission Lateline d’ABC (Australian Broadcasting Corporation, ndt) depuis l’intérieur de l’Ambassade équatorienne, expliquant que le consulat australien de Londres ne fait que cocher des cases pour ce qui est de ses offres d’aide et n’a donné aucun conseil.

« Il est remarquable de regarder les déclarations faites par le Ministre des affaires étrangères australien. Mais d’autres Australiens qui ont été dans des situations difficiles vous diront la même chose », dit-il à Lateline.

« Je n’ai vu personne du consulat, aucun officiel du gouvernement australien depuis 2010, quand j’étais en prison.

Du temps que j’ai passé ici dans cette Ambassade – nous en rions, une bonne fois par mois, il va y avoir un appel téléphonique genre « dites oui » annonçant, ‘Alors, comment va M. Assange?’ Et, hé bien, ma réponse est, ‘Quelle est votre offre?' »

M. Assange dit que la dernière offre d’aide venant du consul australien fut pour une assistance médicale, qui s’avéra n’être qu’une liste de médecins. « Le consul équatorien alla à la rencontre du consul australien, et a complètement gaspillé son temps, » a-t-il dit. « Le résultat a été, ‘Ok, tenez, voici une liste des médecins de Londres’. Une liste pour laquelle le gouvernement est prêt à payer? ‘Non’. Rien, rien du tout. »

M. Assange dit que la seule fonction du consulat a consisté à fournir des renseignements politiques au Ministre des Affaires étrangères. « La seule chose que fasse le soi-disant soutien consulaire ici est qu’il recueille tout simplement des renseignements politiques pour Bob Carr, » dit-il.

« Il y a un participant australien – il y a un membre du DFAT (Department of Foreign Affairs and Travel, Ministère des Affaires Étrangères et des Voyages, ndt) – qui assiste à tout le procès de Bradley Manning. Il y en a eu un, assis silencieusement dans les parages, prenant des notes.

Ces notes sont-elles transmises à notre équipe juridique? Absolument pas. Ils produisent des notes de briefing pour Bob Carr pour qu’il puisse placer ses phrases pour les médias.

En fait, il s’agit d’un genre de corruption où de l’argent qui serait mieux dépensé pour un réel soutien consulaire est banalement dépensé à produire des communiqués de presse pour le Ministre des Affaires étrangères, pour faire croire qu’il en a quelque chose à foutre des Australiens. »

Source: http://friendsofsyria.wordpress.com/2013/06/10/interview-with-julian-assange-on-lateline-australia/

Voir l’intégralité de la vidéo: http://www.abc.net.au/news/2013-06-11/julian-assange-rubbishes-australias-so-called-consular-help/4744982

Advertisements
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :