Pourquoi les meilleurs espions du Mossad et de la CIA sont des femmes

Forbes.com, 30/09/2012, Maseena Ziegler

300px-Anya_Amasova_played_by_Barbara_Bach6J’ai une amie qui peut regarder son mari droit dans les yeux, même confrontée à une preuve irréfutable, et jurer de manière convaincante que ses [chaussures] Louboutins de « cette saison » ont été achetées lors d’une remise obscène chez un vendeur de rue à Canal Street [ce n’est pas vrai – je n’ai vue en action sur la Cinquième Avenue]. Une autre a les mots de passe des comptes e-mails et de réseau social de son petit ami alors que lui, bien sûr, est parfaitement inconscient que chacun de ses mouvements virtuels sont surveillés par sa petite amie non dotée dans les apparences de sens de la technologie.

Quand je partage les cancans froids avec mon ami Jimmy, il les décrit gentiment comme des « anges de l’infiltration ». « Les femmes », propose-t-il, « sont nées avec un brin supplémentaire dans leur ADN. Les hommes peuvent s’agiter autour avec des gadgets, mais les femmes ont une antenne à l’intérieur d’elles. Elles naissent espions. »

Aussi désinvolte que cela puisse paraître, il peut bien y avoir quelque chose dans les observations de Jimmy.

La semaine dernière, dans un écart impressionnant par rapport au protocole, le chef du Mossad – le service de renseignement national d’Israël – a distingué ses agents femmes sur le terrain dans une louange. « Les femmes ont un net avantage dans la guerre secrète en raison de leur capacité à effectuer plusieurs tâches », dit Tamir Pardo au Lady Globes d’Israël. Il a également ajouté que les femmes sont « meilleures à jouer un rôle » et supérieures aux hommes quand il s’agit de « supprimer leur ego pour atteindre l’objectif. »

« Les femmes sont douées pour déchiffrer des situations. Contrairement aux stéréotypes, vous voyez que les capacités des femmes sont supérieures aux hommes en termes de compréhension du territoire, de lecture des situations, de conscience spatiale. Quand ils sont bons, elles sont très bonnes. »

Attendez – retenez votre critique. Ainsi, pouvons-nous en déduire que nous sommes meilleures pour la lecture des cartes et pour la navigation dans les rues?

Je prends un instant pour penser à chaque femme qui a injustement perdu une dispute avec le membre du sexe opposé. En ce qui concerne les directions.

Alors que certains pourraient trouver surprenantes les observations du chef espion du Mossad – est-ce vraiment le cas? Nous avons été conditionnés par la culture populaire – les films d’espionnage avec des protagonistes tels que James Bond et Jason Bourne qui perpétuent le mythe que les meilleurs espions sont des hommes, et que la contribution des femmes à l’espionnage – avec des noms comme « Pussy Galore » et « Strawberry Fields » – se limite à un rôle de « piégeage marital ».

Ce que M. Pardo a effectivement fait est de soulever le couvercle sur le rôle des femmes dans l’une des professions sans doute les plus dangereuses au monde. « Nous avons tous peur », dit-il. « La peur franchit les lignes de genre. »

Un jeune britannique israélien, Simon Cohen, me dit: « Quand je travaillais [pour Israël], j’ai remarqué que la plupart des instructeurs étaient des femmes. Après avoir demandé pourquoi, on m’a dit qu’il y a une meilleure réponse des gars comme apparemment nous apprenons mieux… »

Intriguant. Je sentais qu’il n’y avait qu’une seule façon de comprendre les ingrédients d’un espion femme: suivre, localiser et en interviewer une.

L’un des secrets les mieux gardés de la CIA

Lindsay Moran a travaillé pour la CIA pendant cinq ans. Formée à la « Ferme » infâme dans les techniques de surveillance, de contre-surveillance et de survie, tels que le maniement des armes et la conduite défensive [marche arrière rapide, en regardant seulement le rétroviseur], elle a été affectée en Europe de l’Est où son travail a porté sur le recrutement des « agents » qui passeraient alors du renseignement à la CIA.

Elle me dit que l’un des secrets les mieux gardés de la CIA, c’est que leurs espions les plus talentueux sont des femmes. » Les femmes de ma classe de formation et celles avec qui j’ai servi plus tard étaient toujours les meilleurs recruteurs d’agents étrangers – ce qui est le pain et le beurre des services secrets. »

Alors, qu’en est-il exactement au sujet ​des femmes et de ce qui leur donne un avantage de jour en jour dans cette profession? Bon – en dehors de l’affaire de « femme fatale ».

Le savoir-faire des gens

Être capable de se faire facilement des amis, à lire les gens – détermine leurs motivations et leurs vulnérabilités. « Lorsque nous avons reçu une formation sur la façon de « repérer et d’évaluer » les sources potentielles, c’est venu naturellement aux femmes. Je me sentais comme si j’avais fait ça toute ma vie », explique Lindsay.

Gens intuitifs vs Force physique

Contrairement à la croyance populaire qui veut que vous soyez physiquement apte à déjouer l’ennemi, c’est en fait la capacité à lire le danger potentiel d’une personne ou d’une situation – en d’autres termes, avoir l’intelligence intuitive, qui est la clé de la survie sur le terrain. « Les femmes sont déjà sensibles à la sécurité de leur environnement. Nous sommes toujours à l’affût des personnages suspects, des personnes qui pourraient nous suivre, des situations dangereuses. Nous avons compensé le fait d’être le « sexe faible » physiquement par le développement de ces intuitions de rue ».

Les femmes ont un « instinct nourricier »

L’objectif principal d’un officier d’opérations – qui est juste un terme technique pour désigner un agent ou un espion – est de gérer les « actifs » étrangers ou les sources. Certains diront que ce n’est pas différent d’un rôle de maternage. « Vous devez former vos sources à faire attention à leur propre sécurité. Très souvent, vous avez affaire à des individus qui ne sont pas les plus efficaces, ni les plus stables ou les plus dignes de confiance – tout comme les enfants – et vous devez les protéger contre un certain nombre de menaces ».

Les femmes sont davantage à l’écoute

S’occuper d’un agent nécessite l’écoute de leurs préoccupations ou de leurs plaintes. « Beaucoup d’hommes dans ma classe de formation devaient être instruits à la manière d’écouter ou sur la façon d’obtenir des informations. C’est venu naturellement à nous les femmes », explique Lindsay.

Les espions femmes ont intégré les « histoires de couverture »

Selon Lindsay, les femmes ont toujours un avantage dans la création d’une excuse sonnant de manière raisonnable pour expliquer pourquoi elles pourraient rencontrer un homme dans une voiture garée, une chambre d’hôtel ou un restaurant sombre sur le bord de la ville. « L’histoire de couverture standard, c’est que nous allons avoir une affaire. C’est plausible en toutes circonstances et dans n’importe quelle partie du monde. »

Voilà donc la réalité du jeu d’espionnage pour les femmes. Comme pour la version du film, nous devrons simplement attendre et voir si James Bond sera jamais remplacé par une Jane…

Source: http://www.forbes.com/sites/crossingborders/2012/09/30/why-the-best-spies-in-mossad-and-the-cia-are-women/

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :