Vers une révolution pacifique dans le monde, grâce aux lanceurs d’alerte

640px-Protest_against_ACTA_-_2012-01-28_-_Toulouse_-_04Avec les affaires Wikileaks, Manning et Snowden, les citoyens du monde entier ont découvert une nouvelle forme de liberté d’expression: le pouvoir de publier des documents secrets, mais pas n’importe quels types de document, car il s’agit toujours de documents utiles au bien-être et à l’évolution démocratique de la société. Si l’espionnage a existé de tout temps — et malgré le fait que les gouvernements actuels veulent juger les lanceurs d’alerte selon les lois classiques de l’espionnage —, les événements qui se produisent aujourd’hui dans le monde à travers les fuites de documents secrets n’ont rien à voir avec ce qui se produisait dans le passé. Ces événements sont déjà le signe d’une révolution pacifique qui s’amorce dans le monde. En effet, plutôt que de prendre les armes ou de choisir la violence, les lanceurs d’alerte sont des citoyens qui ont décidé de lutter contre l’injustice avec le poids de la parole et celle des documents secrets. En publiant des documents secrets, ils renoncent d’une certaine manière à la violence, sans pour autant renoncer à leur engagement vis-à-vis de la société. Publier ces documents, c’est montrer que les problèmes politiques dans le monde peuvent se résoudre par le dialogue, en amenant les gouvernements à se confronter à leur propre vérité.

On peut véritablement parler de révolution pacifique avec les lanceurs d’alerte, car c’est une révolution de la parole. Le monde a compris qu’il n’y a plus besoin de guerres pour s’opposer à l’injustice, et que là où il est possible d’informer la population, il vaut mieux informer plutôt que de laisser les gens dans l’ignorance. Publier des documents secrets est une nouvelle forme de guerre pacifique. C’est une guerre démesurée, certes, car les lanceurs d’alerte sont opposés à des géants qui sont les gouvernements et qui, s’ils le pouvaient, les auraient déjà broyés depuis longtemps pour les faire taire. Mais la force de leur parole, c’est que justement les gouvernements ne sont pas habitués aux discours pacifiques: c’est pourquoi les gouvernements sont totalement déboussolés face aux fuites de documents secrets et qu’ils ne savent pas comment réagir. Face à des criminels qui tuent ou des manifestants qui pillent un magasin, un gouvernement sait toujours utiliser la violence comme réponse. Mais face à des lanceurs d’alerte qui ont un discours pacifique et en adéquation totale avec les valeurs de la démocratie, que peut faire un gouvernement pour justifier l’utilisation de la violence contre des citoyens? La réponse est que, dans ce genre de cas, le gouvernement ne peut rien faire, et surtout pas d’utiliser la violence contre des citoyens qui défendent la vérité.

La révolution des lanceurs d’alerte est doublement pacifique, car leur parole libre et respectueuse de la démocratie est en opposition totale avec la violence que certains gouvernements utilisent pour faire taire les citoyens révoltés, mais on voit bien que cette guerre des lanceurs d’alerte est aussi une guerre qui ne donne plus pour vainqueur uniquement celui qui a le plus d’argent ou le plus d’armement pour faire taire l’ennemi qui est en face. C’est au contraire une guerre qui donne pour vainqueur ceux qui informent et donnent la vérité à leur population. La révolution des lanceurs d’alerte, c’est une guerre psychologique qui donne pour vainqueur un gouvernement qui est en mesure de dire la vérité à sa propre population. Pour le moment, on ne peut pas dire que ce soit le point fort des gouvernements qui existent dans le monde, mais l’effort entamé dans plusieurs pays pour aller vers la transparence politique montre bien que certains gouvernements veulent trouver des moyens de gouverner par des moyens pacifiques et de renoncer en partie à un contrôle basé sur la force des armées et de la police. Au lieu de fonder un pouvoir sur la peur des citoyens face aux gouvernements, on entrerait donc progressivement dans une période où les gouvernements choisissent de justifier leur pouvoir sur une nature véritablement démocratique, ouverte au dialogue, ne cachant pas les erreurs commises par ceux qui gouvernent. C’est un peu ce qui s’est passé aux Etats-Unis, quand le gouvernement a dû rendre des comptes et expliquer les méthodes d’espionnage à la population.

Il y a très peu de périodes historiques qui ont donné autant d’espoirs pour la liberté d’expression, la démocratie et l’évolution globale des sociétés modernes. Quand on constate et analyse les révolutions passées, la plupart ont toujours été sanglantes. Avec les lanceurs d’alerte, les démocraties occidentales semblent se situer au début d’un nouveau cycle de révolutions pacifiques et de changements profonds. La révolution pacifique est aujourd’hui celle de l’information, elle s’accomplit à travers une nouvelle forme de liberté d’expression et des outils qui sont à la portée de tout le monde: Internet, les réseaux sociaux, etc. Tout le monde est finalement concerné par cette révolution de l’information et tout le monde peut en devenir acteur, même si ce n’est que temporaire.

Nous entrons dans une ère de révolution pacifique, car c’est une ère où le pouvoir est jugé directement et sans intermédiaires par les yeux du peuple, sans avoir recours à aucune forme de violence. Les documents publiés par les lanceurs d’alerte sont accessibles le plus souvent par n’importe quelle personne et toute personne devient implicitement un outil de la libération sociale et un outil de lutte contre l’injustice. En étant conscients des problèmes de grande envergure et en étant mieux informés grâce aux lanceurs d’alerte, comme par exemple dans le cas de l’espionnage de la NSA, chaque citoyen sait d’autant mieux comment réagir face à l’injustice, où trouver l’origine du problème et comment mieux protéger sa vie privée. Il y a un rôle de prévention dans ces révélations de documents secrets. Les lanceurs d’alerte sont des citoyens qui préfèrent « prévenir que guérir » les problèmes de la société. Ils se situent donc dans une démarche totalement pacifique face à la société et face aux gouvernements dont ils dénoncent les injustices. Tout ceci est nouveau dans nos sociétés modernes, car nous avons pour la première fois un accès direct et continu à une information qui n’était accessible dans le passé qu’à un nombre très restreint de personnes qui travaillaient dans les services secrets ou dans les gouvernements. Les lanceurs d’alerte permettent de passer la barrière de la censure et d’aller là où sont les vrais problèmes de la société, de poser les vraies questions. Si grâce à eux les problèmes de nos sociétés modernes sont identifiés plus vite, il faut aussi espérer que les solutions à ces problèmes seront aussi plus faciles et plus rapides à trouver, s’il y a une prise de conscience massive au niveau de la société.

Enfin, on peut aussi estimer qu’un scandale comme les révélations de la NSA a servi à pacifier et à clarifier les relations politiques dans le monde, car les pays savent mieux désormais qui travaille ou collabore avec les Etats-Unis, qui espionne ou partage des informations stratégiques. Cela va rééquilibrer les rapports de force entre des petits pays, qui étaient sous pression et sous surveillance américaines, et de grands pays qui utilisaient l’espionnage comme une arme pour contrôler d’autres nations. Les révélations sur la NSA ont aussi pacifié le monde, car cela a mis fin à la croyance en Occident que les Etats-Unis seraient une démocratie exemplaire face à une Russie en perte de droits. Il ne s’agit plus d’un monde dominé par le conflit idéologique qui opposait les Etats-Unis et l’Occident face à la Russie. Aujourd’hui, il ne s’agit plus vraiment de guerre froide. Et le scandale de la NSA a accéléré les choses, car il a fait éclater la vision bipolaire du monde et cette logique de la guerre froide n’a plus de raison d’être. Aujourd’hui, on voit bien que les problèmes de liberté d’expression, de fichage et de répression des individus ont lieu dans toutes sortes de pays: c’est un problème qui se pose dans un monde multipolaire. La surveillance est un problème global de notre monde moderne. Donc ce n’est plus un problème de guerre froide. Les services secrets abusent de leur pouvoir où que ce soit dans le monde, et le conflit idéologique qui opposait dans le passé le libéralisme occidental face au bloc communiste, ce conflit qui opposait les Etats-Unis, l’Occident et la Russie se situe et oppose davantage aujourd’hui des citoyens épris de liberté face à des gouvernements avides de pouvoir.

Les révélations des lanceurs d’alerte ont donc permis de révéler aux populations ce qui menaçait leur liberté et d’entrer dans une ère nouvelle où les citoyens n’ont plus peur de dévoiler les injustices, que ce soit par des méthodes légales ou illégales, comme la fuite de documents secrets. Dans tous les cas, le choix de publier une information secrète reste un moyen pacifique pour dénoncer les injustices et on peut comparer l’action des lanceurs d’alerte aux méthodes prônant la non-violence dans le combat politique. Les lanceurs d’alerte ont ouvert une voie de dialogue entre les pays, car ceux-ci envisagent de lutter désormais de manière plus efficace contre l’espionnage et les atteintes à la vie privée des citoyens. Le monde a changé, car les Etats-Unis ne sont plus aujourd’hui les seuls à accaparer le discours démocratique et à se placer en défenseurs de la démocratie dans le monde. On voit bien aujourd’hui qu’un pays comme les Etats-Unis, aussi puissant soit-il politiquement ou économiquement, peut aussi être jugé par les autres pays et voir remis en cause son système de fonctionnement et ses pratiques d’espionnage.

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :