Le chef de l’OTAN Jens Stoltenberg et son passé KGB top-secret

Jens Stoltenberg

MOSCOU, 11 octobre (RIA Novosti), Ekaterina Blinova – Le nouvellement nommé Secrétaire norvégien général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avait des liens avec le KGB, l’agence de sécurité soviétique principale, sous le nom de code « Steklov » pendant la guerre froide, selon l’ancien officier du KGB Mikhaïl Butkov.

Au début des années 1990, le Premier ministre Jens Stoltenberg a eu des contacts avec un agent du Comité soviétique pour la sécurité d’Etat (KGB), qui a établi un fichier de renseignements personnels et politiques sur Stoltenberg et lui a donné le nom de code « Steklov », a écrit le Norway Post le 24 Janvier 2000, quelques mois avant que Jens Stoltenberg prenne ses fonctions en tant que Premier ministre de Norvège, en mars 2000.

Il semble que cet épisode de son passé va hanter Jens Stoltenberg pour les années à venir. Stoltenberg a été premier ministre de la Norvège en 2000-2001, et en 2005-2013. Il a été nommé nouveau chef de l’OTAN en mars 2014. Depuis lors, des rumeurs de ses présumés liens avec le KGB ont commencé à apparaître dans la presse.

Commentant ces rumeurs, les responsables du renseignement norvégien ont admis que le KGB avait fait des efforts pour recruter Jens Stoltenberg, au début des années 1990, mais les tentatives ont échoué: Stoltenberg a signalé l’incident aux autorités norvégiennes, selon l’Associated Press.

Cependant, de nombreuses questions restent encore sans réponse. Il y a environ quatorze ans, NRK 1, un diffuseur norvégien d’Etat, a publié un documentaire intitulé « La dernière offensive du KGB », à propos de l’activité du KGB en Norvège au début de l’effondrement de l’Union soviétique. Le documentaire a analysé les faits et les preuves fournies par Mikhail Butkov, un ancien officier du KGB désabusé, qui a été envoyé en Norvège comme agent infiltré, en se faisant passer pour un journaliste à la fin des années 1980.

Bien que la Finlande et la Suède aient été considérés comme des pays neutres pendant la guerre froide, ils aidaient encore secrètement les membres scandinaves de l’OTAN, la Norvège et le Danemark, en espionnant l’URSS, a remarqué Geoffrey R. Weller, professeur d’études internationales à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique dans un article qu’il a consacré à la sécurité scandinave en 1997.

Selon [le documentaire] NRK, Mikhail Butkov avait changé de camp en 1989, après qu’il ait été envoyé en Norvège par le KGB. Il a fui à l’Ouest, en mai 1991. Entre 1989 et 1991, Butkov a travaillé comme agent double sous les noms de code « Buffalo Bill » et « Lennart ». Il a rapporté les activités du KGB au Service de sécurité de la police norvégienne (POT), ainsi qu’au MI6. Mikhail Butkov a également fourni au MI6 et au POT des informations sur les politiciens et les fonctionnaires norvégiens qui ont été jugées utiles par le KGB. Ainsi, les forces de sécurité norvégiennes pourraient empêcher la fuite de données sensibles et prévenir les politiciens impliqués dans une coopération compromettante.

Selon le documentaire, un politicien norvégien anonyme sous le nom de code « Steklov » a approché le POT en 1989. Pour trouver le vrai nom de l’homme politique que le KGB avait considéré comme une source précieuse d’informations, Butkov a visité le siège du KGB à Moscou et a illégalement obtenu l’accès au dossier sur « Steklov ». En janvier 1990, lors d’une réunion avec des représentants du POT, Mikhail Butkov a révélé que «Steklov» était en fait Jens Stoltenberg.

De manière remarquable, peu de temps après la révélation de Mikhail Butkov, il a été annoncé que Jens Stoltenberg avait été choisi pour devenir membre de la Commission de Défense. Afin d’accepter le poste, Jens Stoltenberg a rempli un questionnaire spécial et a admis avoir eu des contacts avec Boris Kirillov, un diplomate et un attaché de presse à l’ambassade soviétique d’Oslo.

Selon Butkov, Kirillov était un officier du KGB qui a recruté des fonctionnaires norvégiens comme agents ou informateurs. Stoltenberg était devenu membre de la Commission de Défense du pays, en février 1990. Quatre mois plus tard, en mai 1990, le POT avertissait Stoltenberg contre toute autre communication avec Kirillov. En juin 1990, les agents de sécurité norvégiens ont demandé à Stoltenberg de suspendre tout contact avec l’attaché de presse russe pour la deuxième fois, selon les réalisateurs du documentaire de la NRK.

Au printemps 1991, Butkov fait défection à l’Ouest, en laissant son passé au KGB derrière lui. Plus tard au cours de cet été, Boris Kirillov a été déclaré persona non grata par le gouvernement norvégien.

Cette information a été diffusée en 2000 par la télévision norvégienne et a été confirmée par le chef adjoint de la Division spéciale, Stein Vale. Selon le Norway Post, « Vale souligne que Stoltenberg n’a rien fait de mal, et qu’il n’a pas transmis d’information critique. C’était tout à fait commun pour le KGB de prendre contact avec de jeunes politiciens et des journalistes. »

Source: http://en.ria.ru/analysis/20141011/193962457/KGB-Past-Still-Haunts-NATO-Chief-Jens-Stoltenberg-Former.html

Advertisements
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :