Y a-t-il une surveillance de masse en Russie?

Agentura.ru, Par Andrei Soldatov

800px-Annino_(Moscow_Metro)En Russie, le concept de surveillance et d’écoutes téléphoniques est bien ancré dans le psychisme national. Il y a une expression couramment utilisée « ceci n’est pas une conversation pour le téléphone », qui signifie que certaines choses ne devraient pas être discutées au téléphone étant donné que cela peut être écouté. Cette expression est entrée en usage en revenant à l’époque soviétique et fait toujours partie de notre vocabulaire.

En effet, le système de surveillance électronique en Russie est enraciné dans son passé soviétique. Le système d’actions d’investigation spéciales connu sous le nom de SORM (sistema operativno-rozysknyh meropriyatii) a été développé dans les profondeurs du KGB à la fin des années 1980, et depuis lors, il a été constamment mis à jour. En conséquence, SORM-1 est aujourd’hui utilisé pour écouter les lignes téléphoniques, y compris les réseaux mobiles, SORM-2 intercepte le trafic Internet et SORM-3 prend soin de recueillir toutes les communications, leur stockage à long terme et l’accès à toutes les données des abonnés.

Cependant, l’élément clé de SORM – dénué de responsabilité – est resté dans toutes ses versions. Et la raison, ce sont les différences technologiques entre la norme de SORM en Russie et celles de l’ETSI [European Telecommunications Standards Institute] européenne et la CALEA [Communications Assistance for Law Enforcement Act] des Etats-Unis.

Aux États-Unis et en Europe un organisme d’application de la loi obtient une ordonnance du tribunal et l’envoie au fournisseur de services qui prend une copie et la transmet à un service de sécurité.

En Russie, les agents du FSB [Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie] doivent également avoir un mandat de la cour. Cependant, ils ne sont pas tenus de le montrer à quiconque en dehors de leurs supérieurs. Les fournisseurs de services de communications ne sont pas en droit de savoir à qui appartiennent les conversations ou les emails que les services de sécurité sont en train d’intercepter. Donc, du point de vue de la technologie, le système est conçu de manière différente: le FSB a des centres de contrôle SORM qui pointent via une ligne sécurisée aux serveurs d’un fournisseur de service. Afin d’écouter le téléphone de quelqu’un, tout ce que l’agent de sécurité doit faire est de taper la commande dans le Centre de contrôle SORM situé dans les locaux du bureau local du FSB. Ce système est reproduit partout dans le pays et dans chaque capitale régionale où le bureau local du FSB est connecté à tous les fournisseurs régionaux de communications.

La seule raison pour laquelle le système est conçu de telle manière, c’est parce qu’il a été développé par le KGB en URSS et, à cette époque, l’idée d’un contrôle en matière de surveillance n’avait jamais été envisagé. Après l’éclatement de l’Union soviétique, l’obligation d’obtenir une ordonnance du tribunal a été introduite, mais du point de vue de la technologie, le système a été laissé tel quel, c’est pourquoi [en Russie] il n’est pas nécessaire de présenter l’ordonnance du tribunal à quiconque en dehors du service de sécurité.

Lire la suite: http://agentura.ru/english/projects/Project_ID/masssurveillance/

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :