Théorie du complot: A qui profite réellement le terrorisme?

terrorisme1

Cette réflexion, nous l’intitulons « théorie du complot », car il ne s’agit pas d’accuser ou de pointer une responsabilité sur qui que ce soit, mais plutôt de montrer quels pourraient être les vrais enjeux du terrorisme dans un monde parallèle. Dans un monde parallèle, où il est possible de dire que des marchands d’armes (y compris des individus, des groupes liés de près ou de loin au commerce des armes, des mafias de toute nature) auraient un intérêt économique face à la montée du terrorisme. Pourquoi ne pas se poser la question et voir les implications possibles d’une telle théorie?

L’expression « théorie du complot », trop souvent rabaissée, trop souvent perçue de manière négative, nous la considérons au contraire comme une expression positive. Par « théorie du complot », nous désignons toute démarche à caractère scientifique qui émet une hypothèse probable (parmi d’autres hypothèses), mais ne comportant pas de preuves pour appuyer cette affirmation. Le complotiste, loin d’être aveugle dans sa démarche, est plus proche, selon nous, d’un scientifique ou d’un enquêteur qui émet une hypothèse, cherche une piste, des explications, envisage des théories dans sa recherche de vérité. Avant de confirmer la vérité, il faut bien passer par des théories.

Le complotiste, tout comme un scientifique, construit sa pensée dans le doute. Il élabore des théories, se remet souvent en cause, et peut-être que, dans plusieurs années, au bout d’une longue recherche et après avoir été moqué des gens, peut-être qu’un jour il aura enfin la preuve que ce qu’il disait était vrai. Des scientifiques comme Galilée et Copernic, défendant la théorie de l’héliocentrisme, n’ont-ils pas, de leur temps, été victimes de l’opposition de tous ceux qui ne voulaient pas croire que la Terre tournait autour du Soleil? C’est bien la preuve que des esprits libres peuvent parfois avoir raison, même face à l’opposition d’une société entière, et même si cela prend parfois des siècles.

Mais pour en revenir au terrorisme, nous ne disons pas que ce schéma est une certitude. Plutôt que, dans certains pays, développés ou peu développés – cela ne fait pas de différence -, les réseaux terroristes pourraient être manipulés dans le but de servir directement ou indirectement les intérêts de l’industrie de l’armement ou d’autres groupes qui y auraient un intérêt économique. C’est une hypothèse envisageable, car ce qui est en jeu, ce sont des sommes qui correspondent à plusieurs millions, voire plusieurs milliards. La corruption existe partout dans le monde, et le terrorisme a sans doute aussi ses propres réseaux de corruption.

Première possibilité (de notre théorie du complot). Imaginons un pays pauvre, en proie au terrorisme: la déstabilisation d’un tel pays peut servir les intérêts de pays étrangers, d’industriels de l’armement, de multinationales ou encore de mafias étrangères ayant besoin d’imposer leur hégémonie sur l’économie d’un pays. Envoyant des moyens et dépensant beaucoup d’argent pour aider ce petit pays qui n’arrive pas à faire face au terrorisme, voilà que des pays ou des groupes extérieurs venus en « frères bienveillants » revendiquent au bout de plusieurs années le droit d’exploiter les richesses économiques de ce pays ravagé. Les concurrents sont balayés, l’industrie de l’armement, ou peut-être des mafias étrangères, se sont renforcées. Le pays pauvre aura bien du mal à refuser les offres de collaboration économique, pensant avoir une dette envers le ou les pays ou groupes extérieurs venu(s) l’aider à sortir du terrorisme.

Deuxième possibilité (de notre théorie du complot). Imaginons un pays, riche ou pauvre, en proie au terrorisme. Le pays, n’ayant plus connu de guerres pendant un certain temps, commence par diminuer les budgets de la défense. Les industriels de l’armement ne voient pas cela d’un bon oeil. L’un d’eux, qui sera plus motivé par le gain économique que par l’idée qu’un pays puisse vivre en paix, entre secrètement en contact avec des réseaux terroristes. Il donne beaucoup d’argent. On leur dit de commettre des attentats au nom d’une cause religieuse, politique, etc. Les recrues obéissent et commettent l’irréparable. Le pays ne peut plus désormais diminuer ses budgets de la défense, il va devoir réinvestir de l’argent dans du matériel militaire et des technologies de surveillance. Le débat sur le terrorisme envahit la société.

Quand un attentat se produit, les médias parlent du nombre des victimes, des revendications, etc. Mais au-delà de ça, il y a beaucoup d’autres questions. Des marchands d’armes, des sociétés et des individus liés au commerce des armes, ainsi que des mafias, il y en a beaucoup dans le monde. Sans les guerres, sans le terrorisme, sans les attentats, il n’y aurait plus besoin d’investir dans l’armement et la société pourrait se tourner vers d’autres objectifs liés à l’éducation et au progrès social. Plus il y a de guerres et de terrorisme, plus on a l’impression que le monde se tourne vers son passé, au lieu de se projeter vers l’avenir.

Texte et image CC-BY-SA

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :