Trafic de faux médicaments en Côte d’Ivoire (reportage France 24)

Trafic de faux médicaments (voir wikipédia)

Publicités

WikiLeaks: La nouvelle guerre sale pour l’uranium et les minerais d’Afrique

carteareva-ffb52Ce vendredi 5 février à 08h30, WikiLeaks publie une collection de documents révélant une guerre indigne pesant des milliards de dollars menée par des entreprises occidentales et chinoises pour s’emparer des droits d’exploitation minière -uranium et autres- en République centrafricaine, en évitant de payer pour les conséquences environementales. Parmi les centaines de pages de cette publication figurent les cartes détaillées des exploitations minières, ainsi que des contrats miniers avec commissions illégales et les rapports secrets d’enquête. Ces documents sont convoités par les enquêteurs sur ces fraudes. En décembre 2015, une enquête judiciaire a démarré contre Areva, soupçonnée de corruption liée à l’achat pour 1.8 milliard d’Euros en 2007 de trois mines d’uranium.

Lire la suite du communiqué: https://wikileaks.org/car-mining/index.fr.html

Areva et le scandale Uramin: https://wikileaks.org/car-mining/index.fr.html#areva

Wikileaks accuse le groupe français Areva de graves négligences en Centrafrique (RT): https://francais.rt.com/france/15220-wikileaks-accuse-areva-negligences

Vidéo: Voici ce qui arrive quand des soldats africains donnent un fusil à un singe

Oh, quel mignon singe… Donnons-lui un fusil d’assaut chargé AK-47

Des soldats africains sont filmés en jouant avec un singe qui s’est approché d’eux, l’un d’eux a la brillante idée de lui donner un fusil d’assaut chargé AK-74…. (youtube)

 

Falling Whistles: « Soyez lanceur d’alerte pour la paix »

En 2008, un jeune voyageur nommé Sean a voyagé à travers l’est du Congo pour en apprendre davantage sur une guerre dont il ne savait rien. Quelques jours plus tard, il s’est retrouvé dans un camp militaire, où il a rencontré cinq garçons retenus prisonniers par l’armée nationale. Les garçons avaient été des enfants soldats, pris depuis leurs maisons et forcés de se battre pour deux groupes rebelles différents, jusqu’à ce qu’une nuit ils se soient échappés et aient couru à l’armée nationale pour refuge. Maintenant, dans les mains de leur propre armée, ils ont été traités comme des ennemis de l’État.

Il a passé la journée avec les garçons, échangeant les histoires, le rire et les larmes. Un garçon lui a parlé des enfants trop petits pour porter des armes qui sont envoyés au front, armés seulement d’un sifflement. Après que lui et son partenaire aient travaillé avec l’ONU pour que les garçons soient libérés, il rentra chez lui ce soir-là et a écrit le journal de Falling Whistles. L’histoire simple d’une seule journée. Cela a été envoyé à environ 80 amis et à la famille, qui l’ont transmis à travers le monde. Des milliers d’étrangers ont écrit une réponse en demandant : que pouvons-nous faire?

Lire la suite de l’histoire: http://www.fallingwhistles.com/story#our-story-1

Voir toutes les vidéos de Falling Whistles: http://www.fallingwhistles.com/videos

Niger: les drones, la guerre en Libye, le nucléaire et Areva

NIGER-uranium

Alors que le public français se divertit de l’affaire Dieudonné et de l’affaire Julie Gayet, tout le monde semble oublier qu’il y a d’autres enjeux beaucoup plus importants en ce moment pour le gouvernement français: le Niger, les drones américains et Areva.

Dernièrement, François Hollande est arrivé à Washington pour négocier avec Barack Obama, notamment sur la question des drones au Sahel. Le terrorisme est l’une des préoccupations principales pour cette partie de l’Afrique, un enjeu de sécurité et de paix pour le continent. La France semble avoir décidé de s’armer de drones pour résoudre cette question et de s’allier avec les Etats-Unis. En décembre 2013, la France avait déjà reçu les deux premiers drones américains destinés à aller se poser au Niger. « À Paris, on se félicite déjà du partage au quotidien de renseignements obtenus par les drones français et américains basés à Niamey au Niger », comme le souligne un article du JDD. On comprend mieux pourquoi les pays occidentaux protestent si peu contre les drones tueurs des Etats-Unis au Moyen-Orient: ils envisagent de faire à peu près pareil en Afrique.

Si le gouvernement a fait le choix des drones, c’est sans doute, d’un point de vue militaire, pour économiser des vies humaines au sein de l’armée française et pour économiser les forces sur le terrain, mais il faut espérer que cela n’enclenchera pas des désastres humains comme ceux qui se sont produits au Moyen-Orient et que l’armée française fera un usage plus pacifique des drones par rapport à ce qu’ont fait les Américains. On se rappelle notamment des drones au Pakistan qui ont fait des milliers de victimes civiles, et parmi cela des dizaines d’enfants, sans parvenir à éradiquer les problèmes de sécurité et de terrorisme. Il faut espérer qu’en Afrique le même scénario ne se répètera pas et que les civils ne seront pas tués par ces machines aveugles qui survolent le ciel sans faire la différence entre un enfant, un terroriste ou un animal. Cependant, comme les Américains prévoient l’installation d’une base entière de drones au Sahel, on ne peut que prédire qu’il y aura certainement des victimes civiles, tôt ou tard.

Sur fond de négociations sur les drones, le Niger est au centre de la question, puisque la base de drones se situera sur son territoire. Les accords sont déjà signés à cet effet. Les négociations sur les drones et la sécurité au Sahel font du Niger un partenaire-clé de la France et des Etats-Unis: le Niger devient ainsi un nouvel allié occidental dans cette lutte contre le terrorisme, pour la sécurité et la stabilité de l’Afrique. On comprend donc mieux la prise de position du Niger qui désormais demande « une intervention internationale en Libye » et qui soutient la stratégie des pays occidentaux. Les drones au Sahel sont-ils le signe d’une nouvelle guerre occidentale en Libye? On imagine bien que le Niger n’a pas eu d’autre choix que de soutenir l’Occident, face à l’instabilité politique qui menace son territoire et face aux enjeux financiers avec la présence des sociétés comme Areva qui font vivre l’économie du pays.

C’est aussi pourquoi il y a sans doute eu des négociations au Niger: si le gouvernement du Niger a accepté la présence des drones français et américains, il y aura sans doute un soutien économique en échange, et pourquoi pas celui d’une renégociation des profits de la société Areva? En effet, ce n’est certainement pas un hasard si on a appris récemment que la France juge « légitimes » les demandes du Niger face à Areva (Le Monde). La déclaration du ministre délégué au développement, Pascal Canfin, coïncide étrangement avec les négociations sur les drones au Sahel et l’installation de la base américaine des drones au Niger. Autrement dit, le Niger a pris les drones, mais en échange la France va faire des efforts pour l’économie du Niger. Il semble que c’est sur ce point que se font les négociations entre les deux gouvernements. Areva est en ligne de mire, les anti-nucléaires sont certainement contents de cette petite avancée.

C’est ainsi que va le monde: il fallait des drones au Sahel, pour que la France remette en cause les profits d’Areva au Niger. Quand on pense qu’Areva exploite ce pays depuis 50 ans, on se dit que le Niger obtient tout de même très peu du gouvernement français, à travers les quelques paroles de soutien d’un ministre, face à l’immense catastrophe écologique qui a lieu dans ce pays et face à la pauvreté excessive de la population.

Vidéo: Les autoportraits d’Obama lors de l’adieu à Mandela

Barack Obama prenait des photos « selfie » [autoportraits] avec la Première Ministre du Danemark Helle Thorning-Schmidt et David Cameron, lors de la cérémonie d’adieu à Nelson Mandela. Michelle Obama avait l’air mécontente du comportement désinvolte de son mari.

Réactions dans la presse internationale

Cérémonie Mandela : le « selfie » d’Obama, Cameron et Thorning largement critiqué

Autophoto d’Obama lors de l’hommage à Mandela: mise en contexte

L’autoportrait d’Obama, Thorning-Schmidt et Cameron mal interprété

Révélations WikiLeaks: La CIA a participé à l’arrestation de Mandela en 1962

Histoire et société, 7 décembre 2013

Nelson MandelaLe site internet WikiLeaks a divulgué ce samedi un article publié en 1990 par le journal états-unien The New York Times, qui révélait alors la participation de la CIA dans l’arrestation du leader sud africain Nelson Mandela.

Mandela, qui est mort hier à 95 ans, à Johannesburg, a été la cible de l’Agence Centrale d’Intelligence (CIA), le site a publié les archives dans lesquelles est décrite la manière dont un haut gradé de cette agence a notifié la nouvelle de l’arrestation de Mandela en août 1962.

Selon ce texte, au moyen d’un agent infiltré dans l’ANC au Congrès National Africain, l’agence a aidé les services sud-africains de Renseignement à arrêter Mandela.

Un ex-fonctionnaire sud-africain, Gerard Ludi, a raconté qu’un responsable de la CIA est entré dans son bureau et il lui a dit qu’ils avaient livré Mandela au département de Sécurité de l’Afrique du Sud.

« Nous leur avons donné tous les détails ycompris les vêtements qu’il porterait, à l’heure et au lieu où il serait (Mandela) », ont-ils déclaré à Ludi.

Le 5 août 1962, après un déjeuner clandestin avec d’autres activistes dans Durban, Mandela, qui à l’époque était habillé en chauffeur, a été reconnu et arrêté, et libéré 27 ans après, en février 1990, grâce à la pression internationale.

La mort du premier président noir de l’Afrique du Sud, Prix Nobel la Paix (1993) et un héros des luttes anti-apartheid a provoqué une vague de solidarité parmi les gouvernements, dans les peuples, les secteurs intellectuels et civils du monde entier.

Radio del Sur traduit par Danielle Bleitrach pour Histoireetsociete

Source: http://histoireetsociete.wordpress.com/2013/12/07/revelations-wikileaks-la-cia-a-participe-a-larrestation-de-mandela-en-1962/

Les Etats-Unis étaient inquiets face aux liens entre le Nigeria et la Corée du Nord

ID de Référence: 05ABUJA1836
Sujet: LE NIGERIA DEMENT LES LIENS MILITAIRES AVEC LA COREE DU NORD
Origine: Ambassade Abuja, Nigeria Classification: CONFIDENTIEL
Créé: 27 Sep 2005 Publié: 30 Août 2011
Tags: KNNP, MNUC, NI, PARM, POLMIL, PREL, ZO

B. ABUJA 1334 classé par : Le Chef de mission adjoint Thomas P. Furey , pour les raisons 1.4 ( D & F)

1. (C) Résumé. Le Nigeria affirme n’avoir aucune relation militaire avec la Corée du Nord, et uniquement une relation limitée non-militaire. Le directeur du MFA [Ministry of Foreign Affairs, Ministère des Affaires Etrangères] pour les affaires d’Asie et du Pacifique a déclaré que la politique du Nigeria envers la RPDC [République Populaire Démocratique de Corée] est basée sur l’espoir d’un règlement pacifique de toutes les questions dans les pourparlers à six et pour la réunification pacifique de la péninsule coréenne. Il craignait que l’approche américaine envers les ventes d’armes nord-coréennes serait contre-productive, et que la pression douce est plus susceptible d’avoir des résultats positifs. Le Nigeria va bientôt engager les Etats-Unis pour une licence d’importation depuis la Corée du Sud de composants nécessaires à la construction de centrales nucléaires. Fin du Résumé.

2. (C) DCM et PolMilOff ont livré à Reftel une démarche auprès du Prince Ariyo, le directeur du MFA [Ministère des Affaires Etrangères] pour les affaires de l’Asie et du Pacifique, le 24 Septembre 2005. Les points ont été laissés comme une présentation non-officielle avec Ariyo, et il a promis de transmettre la position américaine vers le MFA. [Ministère des Affaires Etrangères]

3. (C) Ariyo a dit « franchement et honnêtement » le Nigeria n’a pas d’engagement ou de discussions militaires avec la RPDC [République Populaire Démocratique de Corée], et n’en a pas depuis qu’Ariyo a pris ses fonctions en 2003. Il y a un ambassadeur nord-coréen au Nigeria, et une ambassade du Nigeria à Pyongyang, a-t-il dit, mais la relation n’inclut ni des questions militaires ni nucléaires. Il mis en relief les médecins nord-coréens dans l’Etat de Nasarawa et la collaboration sur l’ouvrage à petite échelle et les usines de transformation du poisson dans les Etats de Jigawa et Yobe comme des exemples de coopération à faible technologie caractéristiques de leur relation économique bilatérale. Ariyo a fait un point de réfuter les rapports de presse sur des entretiens avec le vice-président de la Corée du Nord sur la coopération nucléaire à partir de janvier 2004.

4. (C) Ariyo a déclaré que le Nigeria soutient une péninsule coréenne dénucléarisée et la réunification pacifique de la péninsule coréenne, et il a poussé la Corée du Nord vers la résolution pacifique de toutes les questions abordées dans les pourparlers à six. Il craint que notre demande de couper les ventes d’armes conventionnelles pourrait être contre-productive, surtout à la lumière des récents progrès dans les pourparlers à six. Ariyo a dit qu’un léger coup de coude à la Corée du Nord serait plus productif que l’approche américaine (Note: Ceci est très similaire à l’approche du Nigeria au Zimbabwe. Obasanjo estime que la diplomatie calme et personnelle est plus susceptible d’obtenir des résultats que les agressions publiques sur le gouvernement de Mugabe et, par conséquent, il ne souhaite pas adhérer à un mouvement international contre le GOZ [Gouvernement du Zimbabwe]. Fin de Note).

5. (C) Ariyo s’est ensuite lancé dans une discussion sur la nécessité pour le Nigeria de développer une capacité de production de l’énergie nucléaire civile. (Note: Ref B discute le plan du Nigeria pour construire et exploiter 5 à 8 centrales nucléaires d’ici 2030. Fin de Note.) Il a déclaré que, tandis que le Nigeria a acheté des composants de réacteurs d’une firme sud-coréenne (NFI), une license américaine sera demandée pour continuer à importer des composants et que nous devrions nous attendre à ce que le GON [Gouvernement du Nigeria] commence à nous engager sur cette licence. Il a souligné à plusieurs reprises que le Nigeria n’a pas travaillé avec la Corée du Nord en matière d’énergie nucléaire, et il n’a pas tenté de lier l’appui nigérian à notre position sur l’appui de leur ambition nucléaire civile.

6. (C) Commentaires. Ariyo était plus disposé à s’engager sur les questions que la plupart des autres interlocuteurs du MFA [Ministère des Affaires Etrangères], mais il semblait avancer au-delà de son portefeuille dans ses discussions sur la nécessité pour le Nigeria de l’énergie nucléaire. Alors qu’il essayait clairement de prouver sa valeur en tant qu’interlocuteur, il n’a pas réussi à discuter du rôle de l’Attache de Défense de la Corée du Nord à l’Ambassade de Corée du Nord à Abuja, dont la DIA nigériane a dit qu’il est constamment dans leurs bureaux. S’il n’y a pas d’engagement ou de débats militaires qui se déroulent, pourquoi auraient-ils cet officier ici? Fin du commentaire.

CAMPBELL

Source: http://www.cabledrum.net/cables/05ABUJA1836

Makaila Nguebla: « Mobiliser la jeunesse africaine contre les dictatures en Afrique »

Makaila NgueblaPhoto: Makaila Nguebla a reçu l’asile politique en France le 11 juillet 2013

Mercredi 24 juillet 2013, par Assanatou Baldé

Après avoir été expulsé du Sénégal, où il s’était réfugié depuis 2005, il a séjourné en Guinée. Le célèbre blogueur tchadien, Makaila, très critique à l’égard du régime d’Idriss Déby, a finalement obtenu son visa pour la France, où il a atterri vendredi 12 juillet. Dans son nouveau moment de répit, il raconte à Afrik.com son long périple pour la liberté.

« Makaila » peut désormais souffler ! Il en a fait du chemin avant d’atterrir en France, après avoir obtenu son visa. Vêtu d’une chemise bleu clair, assortie d’une veste bleu marine, il sort fièrement son récépissé de sa sacoche, qui contient une tonne de documents. « Vous voyez, c’est ce récépissé qui m’a permis d’être là aujourd’hui », dit-il fièrement, de sa voix posée. La bataille a été longue pour que le blogueur tchadien, honni par Idriss Déby qui veut toujours sa peau, puisse trouver sa nouvelle terre d’accueil. Il est encore marqué par son expulsion du Sénégal, où il s’était réfugié depuis 2005, pour fuir l’oppression du régime tchadien, qui le traquait, avant d’être conduit à Conakry. Encore ému, il tient constamment à remercier tous ceux qui l’ont soutenu. « Jusqu’en Espagne, des gens ont pleuré quand ils ont su que j’avais obtenu mon visa. Même au Sénégal, j’avais un solide comité de soutien. Des ONG comme Reporter sans frontières m’ont aussi prêté main forte. » Mais pas le temps de se dormir sur ses lauriers. Makaila pense déjà à ses projets: poursuivre coûte que coûte son combat pour un Tchad libre, qui briserait enfin la dictature installée par Idriss Déby, depuis bientôt un quart de siècle!

Afrik.com: Vous attendiez-vous à ce que la France vous délivre aussi rapidement un visa, sachant qu’elle entretient des liens très étroits avec le régime de Déby? N’est-ce pas paradoxal?
Makaila Nguebla:
Personne ne s’attendait en effet à ce que j’obtienne le visa aussi rapidement. J’ai été le premier surpris. Mais je pense que la France doit se racheter par rapport à sa politique tchadienne. Je pense que c’est ce qu’elle tente de faire. Je pense aussi que la France ne s’attendait pas à ce qu’un blogueur soit aussi médiatisé. C’est un message que la France a envoyé à Idriss Déby pour dire: « même si on te soutient, on est très regardant par rapport aux Droits de l’Homme et respect des libertés individuelles ». C’est un signal fort.

Afrik.com: D’autres pays aussi comme l’Espagne vous ont proposé l’asile politique. Pourquoi avez-vous choisi la France, alors que vous êtes très critique envers elle par rapport aux liens étroits qu’elle entretient avec le régime de Déby?
Makaila Nguebla:
Oui effectivement l’Espagne, où j’avais un très grand comité de soutien, était prête à m’accueillir. Mais ici en France aussi je dispose de beaucoup de soutiens, notamment des amis et un grand réseau. Sans compter que de nombreux responsables politiques comme le député Noël Mamère, Pascal Canfin, le ministre français délégué au Développement, Gilles Yabi, Patrick Farbiaz, ou encore l’ex-rédacteur en chef de la Lettre du Continent, Antoine Glaser m’ont tous soutenu et ont fait pression pour que les autorités françaises m’octroient le visa. Si la France s’obstinait à refuser de me donner le visa, cela n’aurait pas été bon pour son image, elle qui affirme défendre les Droits de l’Homme, sachant que j’ai été expulsé injustement du Sénégal. Et puis mon affaire a été tellement médiatisé, grâce à la pression des ONG et politiques qui m’ont soutenu, qu’au final, la France n’avait plus le choix que de me donner l’asile politique.

Afrik.com: Pouvez-vous nous raconter ce qui s’est réellement passé au Sénégal où vous avez été violemment expulsé ?
Makaila Nguebla:
Mon blog très critique à l’égard d’Idriss Déby est à l’origine de ma mésaventure au Sénégal. Lorsque le ministre de la Justice du Tchad s’est rendu au Sénégal dans le cadre du partenariat entre les deux pays sur le dossier Hissène Habré, il a demandé à Macky Sall de se pencher sur mon cas pour me régler mon compte. A la suite de l’intervention du ministre de la Justice tchadien, j’ai été convoqué par les autorités sénégalaises. On m’a interrogé. Puis on a réceptionné tous les mails des gens qui étaient en contact avec moi, notamment de nombreux journalistes. Et on m’a accusé d’incitation à la violence au Tchad via mon blog. On m’a ensuite proposé de m’expulser vers le Mali sans même me conduire devant un juge. Je leur ai dit que ce n’est pas possible que je me rende au Mali, car l’armée tchadienne combat là-bas et que si elle met la main sur moi, elle pourrait me renvoyer au Tchad, où ma vie serait en danger. Finalement, j’ai atterri à Conakry, où une maman m’a vu en train de pleurer dans l’avion. Elle m’a consolé et proposé de m’héberger chez elle.

Afrik.com: Comment expliquez-vous cet acharnement des autorités sénégalaises à votre encontre ?
Makaila Nguebla:
Depuis l’intervention au Mali des troupes tchadiennes, l’aura de Déby s’est agrandi dans la sous-région. Il a tous les chefs d’Etat dans sa poche! Ce qui est regrettable dans cette histoire, c’est que le Président Macky Sall ait obéi aux ordres de Déby. Cette affaire a donné une mauvaise image au Sénégal qui est considéré comme un modèle de démocratie en Afrique. Idriss Deby a profité du déploiement des troupes tchadiennes au Mali pour redorer son image en Afrique. Le régime de Déby avait déjà approché Abdoulaye Wade sur mon cas, lui demandant de fermer mon blog en 2010. Mais Abdoulaye Wade a refusé, affirmant qu’il est juriste. Il a dit à Deby: « Makaila est venu au Sénégal légalement. Je ne fermerai pas son blog. Si tu veux le faire fais-le ailleurs, mais ce sera pas au Sénégal! »

Afrik.com: Que reprochez-vous au juste à Idriss Déby?
Makaila Nguebla:
Je lui reproche son éternité à la tête du pays. Cela va bientôt faire un quart de siècle qu’il est au pouvoir, c’est trop. Je dénonce aussi son accession au pouvoir par les armes, son maintien au pouvoir par les armes, sa gestion calamiteuse et clanique du régime. Idriss Déby a une gestion familiale du régime. Tout tourne autour de lui. Il utilise les richesses du pays comme bon lui semble, et les redistribue seulement à ses proches, alors que le peuple tchadien lui vit dans la misère. Je lui reproche aussi la confiscation des libertés, le déficit démocratique au Tchad. L’armée est clanisée. Le peuple est pris en otage car aucune manifestation n’est autorisée. Ceux qui osent manifester risquent la mort, car les forces de l’ordre peuvent intervenir à tout moment pour les réprimer. Il n’y a pas d’alternance dans le pays, les postes stratégiques sont gérés par la famille de Déby. Malheureusement les médias parlent très peu du Tchad, des violations des libertés dans le pays. Les puissances étrangères ne sanctionnent pas Déby, car ils se disent que le Tchad est le plus stable pays de l’Afrique centrale, donc tout va bien. Or, le peuple tchadien souffre beaucoup.

Afrik.com: Maintenant que vous avez recouvré la liberté, quels sont vos projets?
Makaila Nguebla:
Mettre en place une plateforme pour mobiliser toute la jeunesse africaine contre les dictatures et injustices en Afrique. Nous allons utiliser internet, car aujourd’hui l’Afrique est de plus en plus connectée. Beaucoup de personnes ont été arrêtées à cause de moi, après m’avoir apporté leur soutien. De nombreuses personnes, s’opposant au régime de Déby, sont emprisonnées dans des conditions effroyables au Tchad. Il est temps de mettre un terme à l’arbitraire et l’oppression en Afrique. Pour cela, les Africains doivent se mobiliser et lutter ensemble pour la liberté et la démocratie sur le continent.

Source: http://www.afrik.com/makaila-nguebla-mobiliser-la-jeunesse-africaine-contre-les-dictatures-en-afrique

Voir le blog de Makaila: http://makaila.over-blog.com/

Suivre Makaila sur Twitter: https://twitter.com/Makbololo

Makaïla, Dakar

Anonymous essaie de déclencher le Printemps Africain et de faire tomber les dictateurs

Anonymous AfricaPar Joseph Hughes, le 23 juillet 2013

« Le printemps africain est arrivé. A bas les dictateurs! Cette fois pour l’Afrique! » (Anonymous Afrique)

Le groupe hacktiviste Anonymous envisage d’étendre ses opérations sur le continent africain, dans un effort pour destituer les dirigeants politiques corrompus. Le groupe international est tristement célèbre pour avoir fermé des sites Web du gouvernement des États-Unis à la Corée du Nord. La nouvelle branche d’Anonymous est active depuis juin et a été responsable de la fermeture de près de 50 sites internet différents du gouvernement sud-africain, y compris celui du parti au pouvoir, le Congrès National Africain [African National Congress, ANC].

Le blog du groupe a notamment dénoncé les actions du président du Zimbabwe Robert Mugabe, ainsi que la monarchie autoritaire oppressive du Swaziland. Le groupe a récemment ciblé des agences de presse zimbabwéenne pour avoir fait l’éloge notoire du président Robert Mugabe. Le Zimbabwe se prépare actuellement pour une élection présidentielle qui a été critiquée par la communauté internationale pour avoir été truquée. Anonymous Afrique a également cité ce qu’ils désignent comme l’un des «génocides non-dit de l’Afrique » dans lequel 20.000 personnes ont été tuées.

Le président Mugabe est au pouvoir depuis l’indépendance du Zimbabwe en 1963 et a toujours refusé de céder le pouvoir. Human Rights Watch a mis en garde contre d’éventuelles violences électorales si les choses ne changent pas dans le pays.

Le mouvement, bien que noble, pourrait se révéler faire plus de mal que de bien. L’Afrique est connue pour les violences post-électorales (voir le Mali, le Kenya, le Zimbabwe pour ne citer qu’eux). La rébellion à grande échelle du Printemps Arabe pourrait conduire à encore plus d’instabilité et de violence sur une échelle massive. Les gouvernements africains n’ont tout simplement pas les capacités de construire de nouveaux gouvernements à partir de la base émanant du haut de la rébellion politique. Si Anonymous veut vraiment faire la différence, il faut y aller doucement et examiner les conséquences de ses actions.

Source: http://www.policymic.com/articles/56041/anonymous-attempts-to-spark-african-spring-and-bring-down-the-dictators