« Le financement du terrorisme », le cas de la CIA et du Qatar (conférence-débat)

« Terrorisme, argent et services secrets : le cas de la CIA et du Qatar », par Maître Élie Hatem, Avocat à la Cour, enseignant à la Faculté Libre de Droit et d’Économie de Paris. (youtube)

Voir les autres extraits de la conférence: https://www.youtube.com/channel/UCoM2foCdexbxGoCwUA5_g-w/videos

Publicités

EXCLUSIF: les Emirats arabes unis [EAU] recrutent une « force opérationnelle d’élite » pour un état de surveillance secrète #GCC

MiddleEastEye, Rori Donaghy, 01/07/2016

emirats_arabes_unis_wikiLe chercheur en sécurité, dit avoir reçu une offre de 20 000 $ par mois pour aider le gouvernement des EAU à espionner le public

Les Emirats arabes unis recrutent une équipe internationale d’experts en informatique pour développer un état de surveillance de grande envergure couvrant Abu Dhabi et Dubaï, comme peut le révéler Middle East Eye.

L’expert en sécurité italien, Simone Margaritelli, a divulgué les détails du projet après avoir récemment voyagé à Dubaï pour un entretien professionnel qui se révéla être destiné à ce qu’il décrit comme un système de surveillance « extrêmement opaque ».

Margaritelli est un chercheur de sécurité mobile qui vit à Rome et travaille dans l’équipe de recherche et développement de la société de sécurité mobile Zimperium basée à San Francisco.

Il a été ciblé pour le recrutement par les EAU en partie à cause de son travail sur BetterCap, un outil open source qui espionne les communications en ligne.

Lire la suite: http://www.middleeasteye.net/news/exclusive-uae-elite-task-force-security-secret-surveillance-state-135285760

Les origines de l’Etat Islamique: une responsabilité historique?

OneEurope.info, le 12 avril 2016

[Extrait de l’article]

La montée de l’Etat Islamique sur les cendres des interventions occidentales

280px-Sykes_picotL’insuffisance chronique de l’Irak et de la Syrie pour lutter efficacement contre l’Etat Islamique (ISIS) a conduit les commentateurs à les qualifier d' »États défaillants ». L’expression révèle leur incapacité à exercer le monopole de la violence au sein de leurs frontières, ainsi qu’à garder le contrôle de leur territoire et de la population. Pourtant, on a tendance à oublier à quel point le processus même de construction de la nation a été entravé dans cette région. Faire porter la responsabilité des nations occidentales pour la misère de ces pays serait très simple, et cela constituerait une insulte à l’égard de ces nations indépendantes et souveraines. Cependant, il faut reconnaître que celles-ci portent une sorte de responsabilité.

En octobre 2015, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a admis que la guerre en Irak pourrait être en partie responsable de la montée de l’Etat islamique. En fait, on peut faire valoir que les conditions nécessaires à la prospérité des mouvements terroristes dans ce pays – la faiblesse d’un État-nation et l’effondrement de ses institutions – ont été réunies depuis longtemps. Ce fut le cas en 1991, lorsque 28 pays ont décidé d’appliquer vigoureusement les 13 résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et de défendre la souveraineté du Koweït contre l’invasion de l’Irak, au coût d’environ 30 000 décès (pour la plupart des Irakiens) et la destruction d’innombrables infrastructures civiles essentielles. La fin de la guerre n’a pas mis fin aux sanctions économiques sur la quasi-totalité des ressources commerciales et financières soumises à l’Irak, des sanctions qui sont connues pour avoir eu un effet désastreux sur les populations civiles. Enfin, la guerre juridiquement débattue qui a suivi en 2003, fondée sur la fausse hypothèse que l’Irak possédait des armes de destruction massive, a achevé la destruction de la structure de commandement de l’état et la mort de plus d’une centaine de milliers de civils.

Les origines de l’Etat Islamique (ISIS) ne peuvent pas être identifiées sur un seul jour, mais plutôt en tenant compte de l’ensemble de l’histoire très troublée de la région, ce qui a créé un terrain fertile pour la montée de ce groupe terroriste qui est maintenant dans le contrôle d’un territoire et d’une population. La prise de la première ville irakienne en janvier 2014, Falloujah, a été rendue possible par une armée forte qui était équipée d’une artillerie lourde américaine; contre une très faible armée chiite, méprisée par la nouvelle majorité sunnite irakienne. Mais la vraie force de l’Etat Islamique (ISIS) réside dans son projet politique. Le califat auto-proclamé a commencé une guerre contre la civilisation occidentale qu’il tient pour responsable de tous les malheurs de la région. L’abolition de facto de la frontière entre l’Irak et la Syrie a été annoncée comme « La fin de Sykes-Picot » dans un discours qui a naturellement uni les combattants régionaux sous une bannière commune. Le premier objectif de ces recrues est de se débarrasser de la minorité régnante chiite qui a opprimé la masse. En outre, la tactique du président Bachar al-Assad pour nourrir l’instabilité de son propre pays afin d’apparaître irremplaçable (par exemple, en libérant des centaines de prisonniers extrémistes en 2011) a été fondamentale pour rendre l’idéologie politique de l’Etat Islamique (ISIS) si forte. Dans un tel contexte, il est clair que la religion est juste l’un des nombreux outils que ce mouvement terroriste utilise pour convaincre le monde qu’il mène un « choc des civilisations » moderne.

Dans les mois précédents, l’Etat Islamique (ISIS) a accumulé les défaites militaires et il a perdu une partie importante de son territoire. Néanmoins, l’Irak et la Syrie n’ont pas besoin d’une « victoire » étrangère contre un adversaire désigné. Ces pays ont besoin d’espérer en un avenir qu’ils vont seulement façonner. Le cessez-le-feu récent qui a été négocié en Syrie par l’envoyé spécial de l’ONU, Staffan de Mistura, est un pas en avant dans la fin du conflit. Mais ce qui doit être ciblé afin d’assurer une résolution efficace, ce sont les causes du succès précédent de l’Etat Islamique (ISIS). À cet égard, les anciennes puissances mandataires doivent assumer leur passé colonial et leur responsabilité, aussi bien pour surmonter leur position intéressée à la fois sur le sort de Bachar al-Assad que sur la fragmentation de la Syrie. Ce qu’ils ne peuvent pas nier, c’est le caractère irréversible de leurs actions au Moyen-Orient depuis cent ans.

Lire l’intégralité de l’article: http://one-europe.info/the-origins-of-isis-a-historical-responsibility

« J’ai aimé les guides européens pour les réfugiés, alors j’ai fait un guide similaire pour dire comment l’Occident devrait se comporter au Moyen-Orient »

guide

Un usager Twitter répond à sa manière aux guides destinés aux réfugiés en Allemagne. (19/01/2016)

Le guide des bonnes manières pour les réfugiés allemands inspire des parodies sur Twitter (RT): https://francais.rt.com/international/14354-allemagne-guide-integration-twitter

Source: https://twitter.com/KarlreMarks/status/689439475894616064

Les entreprises de la défense militaire parlent des «avantages» de l’escalade des conflits au Moyen-Orient

The Intercept, Lee Fang, Zaid Jilani, le 4/12/15

industrie_defenseLes principales entreprises de la défense, Raytheon, Oshkosh, et Lockheed Martin ont assuré les investisseurs lors d’une conférence de Credit Suisse à West Palm Beach cette semaine qu’ils vont gagner dans l’escalade des conflits au Moyen-Orient.

Le Vice-président exécutif de Lockheed Martin, Bruce Tanner, a dit lors de la conférence que son entreprise va voir ses «avantages indirects» de la guerre en Syrie, citant la récente décision de l’armée turque d’abattre un avion de guerre russe.

L’incident, a déclaré Tanner, augmente le risque d’opérations militaires américaines dans la région, en fournissant «un ascenseur immatériel en raison de la dynamique de cet environnement et de nos produits dans le théâtre. » Il a également souligné que l’intervention russe mettrait en évidence le besoin de F-22 et de nouveaux chasseurs F-35 faits par Lockheed Martin.

Et pour les produits « consommables », comme des roquettes, Tanner a ajouté qu’il y a une demande accrue, y compris de la part des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite en raison de la guerre au Yémen.

Ecouter les remarques de Tanner à la 3ème conférence annuelle des industriels ci-dessous:
https://soundcloud.com/firstlookmedia/lockheed-martin-3rd-annual-industrial-conference-dec-2-2015

Lire la suite: https://theintercept.com/2015/12/04/defense-contractors-cite-benefits-of-escalating-conflicts-in-the-middle-east/

Des milliers entrent en Syrie pour rejoindre l’Etat Islamique (ISIS) malgré les efforts internationaux

Par Eric Schmitt et Somini Sengupta, le 26 septembre 2015

WASHINGTON – Près de 30.000 recrues étrangères sont venues jusqu’en Syrie, beaucoup pour rejoindre l’État Islamique, un doublement [du nombre] de bénévoles sur les seuls 12 derniers mois et une preuve catégorique qu’un effort international pour reserrer les frontières, de partager le renseignement et d’appliquer les lois antiterroristes ne diminuent pas les rangs des nouveaux militants combattants.

Parmi ceux qui sont entrés, ou ont essayé d’entrer dans le conflit en Irak ou en Syrie, il y a plus de 250 Américains, contre environ 100 il y a un an, selon des responsables du renseignement et des représentants de la loi.

Lire la suite: http://www.nytimes.com/2015/09/27/world/middleeast/thousands-enter-syria-to-join-isis-despite-global-efforts.html?smid=tw-share&_r=1

Gandhi au pays de l’Etat Islamique, ou comment enseigner la non-violence à des terroristes (fiction politique)

800px-Syrian_Desert_(5079168819)Gandhi reposait dans sa tombe depuis de nombreuses années… Le corps inerte de celui qui avait rêvé de la non-violence et d’une révolution pacifique dans le monde fut réveillé un jour par des cris inhumains et des prières qui venaient de tous les coins de la terre, des appels à l’aide qui demandaient que la paix revienne enfin et que l’on arrête les meurtres et les destructions. Cette chose qui empêcha Gandhi de profiter du repos éternel était appelée l’Etat Islamique. Au plus haut du ciel, montaient le bruit des bombes et la souffrance des êtres humains. Et si l’existence des anges pouvait être prouvée, alors ceux-ci étaient sans doute en train de lancer une alerte dans l’univers contre toute cette violence.

Effrayé et impuissant, Dieu convoqua Gandhi qui reposait dans sa tombe. Il lui dit: « Je te redonne la vie et je t’envoie sur terre pour aller enseigner la paix et la non-violence à l’Etat Islamique. Apprends-leur ce que tu sais. Si tu n’arrives pas à pacifier la terre, je détruirai l’humanité pour toujours, car depuis des milliers d’années j’ai essayé en vain d’améliorer l’espèce humaine, mais encore une fois, je constate mon échec millénaire. »

Gandhi prit peur. Pourquoi devrait-il aller là-bas? Tout avait changé sur terre. Le monde était bien plus cruel qu’à l’époque où il avait vécu.

Dieu lui répondit: « A quoi te sert de vivre dans l’éternité? à quoi te sert toute cette paix éternelle où tu reposes dans les nuages? tu as déjà atteint la sagesse ultime, tu as la connaissance de l’infini et la maîtrise de ce qui est juste, que veux-tu de plus? ne veux-tu pas partager avec eux la paix et l’éternité, leur ouvrir les portes du savoir, les guider vers la justice, maintenant que tu sais exactement ce que c’est? Ne veux-tu pas pacifier le monde avec tes paroles, comme tu l’as fait dans le passé? »

Gandhi comprit qu’il n’avait pas le choix face à tant d’arguments. Il fit battre ses ailes, soupira légèrement et se posa sur un nuage.

Dieu souffla sur lui. Il fit disparaître ses ailes. Il lui redonna une forme humaine. Il lui redonna un corps, il réactiva son cœur et réchauffa son sang, pour qu’il puisse redevenir comme les hommes qui vivent sur la terre. Il le fit descendre là où régnait une violence sans nom, sur ce territoire sans frontières où les armes et les bombes avaient remplacé les rires des enfants, les chants des femmes et les paroles des poètes.

Gandhi, dans un souffle divin, arriva sur terre, au milieu d’un désert syrien — sans ses livres et sans aucune idée de ce qu’il allait dire aux terroristes de l’Etat Islamique. Il se rappelait vaguement de ses discours qu’il avait prononcés il y a très longtemps, dans une autre vie, sur la non-violence. Mais il ne se souvenait plus très bien de ses discours. Peut-être que c’était mieux ainsi, car en les oubliant, cela le forçait à réinventer ses idées et à redevenir un créateur. Maintenant, comment parler à des terroristes? Qui étaient donc ces terroristes? La plupart d’entre eux furent des enfants et des êtres qui partageaient des rêves d’un monde meilleur, avant d’avoir sombré dans la folie du terrorisme. Gandhi considérait que le terrorisme était une forme de suicide, un suicide de la conscience, un renoncement à l’humanité. Et selon lui, il n’y avait que deux chemins dans la vie: celui de la violence et de la guerre qui ne mène qu’à la destruction, et celui de la paix et de la révolution pacifique qui mène à un monde meilleur. Et tandis que le chemin de la violence ne s’appuie que sur les armes et la guerre pour arriver à son but, celui de la paix avance par le dialogue, l’intelligence et la conviction des idées.

Dieu avait donné à Gandhi la capacité de comprendre parfaitement la langue arabe, pour qu’il puisse parler à tous les hommes et à tous les habitants de cette région du monde. Ainsi, Gandhi n’aurait aucun problème pour enseigner la non-violence aux terroristes de l’Etat Islamique. En même temps que son âme revenue à la vie, tous ses rêves de révolution pacifique étaient aussi revenus à la vie avec lui. Ce qui n’avait pas été possible dans le passé le serait peut-être aujourd’hui. Peut-être que le monde entier allait enfin renoncer à la violence et aux guerres, si seulement son enseignement était enfin écouté et apprécié à sa juste valeur. Et comme il était déjà mort une fois, il savait qu’il n’avait plus peur de la mort et de mourir pour ses idées.

Gandhi arriva aux portes de la ville de Raqqa. Un frisson lui parcourut les épaules. Il n’avait pourtant pas vu ces milliers d’images et de vidéos que les gens voyaient chaque jour sur Internet. Il était couvert d’un châle de couleur jaune. Il avait des lunettes et il scrutait l’horizon. Le soleil de Raqqa en Syrie lui rappelait le soleil qu’il avait vu en Inde.

Soudain, une voiture arriva pour le contrôler parce qu’il n’avait pas l’habit conventionnel. La police de l’Etat Islamique le remarqua tout de suite avec son habit indien jaune vif. Le jaune, c’était plutôt mal vu ici, surtout pour un homme. On aurait pu l’accuser d’homosexualité. Gandhi expliqua qu’il était musulman, qu’il venait de l’Inde et qu’il voulait servir la paix au nom de Dieu et qu’il venait enseigner la révolution pacifique dans le monde.

Avec ses belles paroles, Gandhi ajouta: « mais une révolution sans les armes — car on m’a confié une mission pour enseigner la paix et la non-violence à l’Etat Islamique. Je vous apprendrai comment régner avec le cœur, et non par les armes, à régner avec les idées, plutôt que par la guerre, et vous verrez qu’ainsi le monde musulman sera rassemblé dans la paix pour les années à venir, si vous faites les bons choix ». La brigade de police de l’Etat Islamique l’écoutait avec attention.

Gandhi saisit sa chance pour continuer son discours:

« Je veux vous enseigner la non-violence comme un moyen d’unifier le Moyen-Orient et de pacifier le monde musulman, car le monde musulman est déchiré depuis de trop nombreuses années; je veux vous enseigner la non-violence pour rassembler les foules et pour unir les chiites et les sunnites qui ne sont qu’un seul peuple, le peuple musulman, et je veux vous enseigner la paix comme le seul outil de la victoire, et la révolution pacifique comme le seul outil de votre volonté — et je vous enseignerai la victoire sans les armes, et je vous enseignerai la vraie justice: celle qui vient du cœur. Car la vraie justice règne sur l’intelligence des hommes, et elle n’a recours à aucune violence ni à aucun crime. Le jour où vous aurez renoncé à la violence et aux armes, vous aurez ramené la paix sur la terre et vous aurez rassemblé le monde musulman. Renoncez à la violence, et la paix reviendra sur terre en un seul jour et elle se lèvera comme un soleil sur votre pays, en réchauffant les âmes de ceux que vous avez perdus et de tous ceux que vous aimiez et qui sont morts dans les combats. La guerre, c’est le retour vers le passé. La guerre, c’est le temps disparu. La seule réalité, c’est la paix. Le seul présent, c’est celui d’un monde pacifié. »

La brigade de l’Etat Islamique l’embarqua dans la voiture et l’emmena auprès du Calife pour que Gandhi explique son charabia idéologique.

Gandhi fut très content d’avoir touché la sensibilité des terroristes et il se dit que c’était un bon début. Ça ne pouvait pas mieux commencer. Ses mots avaient touché le fond de leurs cœurs. Son discours avait changé quelque chose dans leurs regards.

Une fois devant le Calife, Gandhi dut expliquer à nouveau ses idées. Il répéta tout ce qu’il avait déjà dit auparavant, avec encore plus d’espoir et de conviction que le monde pouvait changer grâce à la non-violence. Oui, le monde pouvait changer en un seul jour. Il commença à enseigner dès le lendemain matin.

Il eut une chambre privée, avec un brigadier à l’entrée qui devait l’accompagner partout où il voulait aller et qui lui servait de guide dans la cité islamique.

Le lendemain matin, Gandhi arriva dans le bâtiment de l’université où était enseigné l’islam. On le surnomma « l’Arabe jaune », à cause de son vêtement au style particulier. Malgré les mesures sévères, il fut autorisé à porter son habit traditionnel.

Gandhi entra dans la salle de cours. Il dit aux hommes de l’Etat Islamique de sortir du bâtiment. « Nous allons étudier dehors, à la lumière du soleil: car le soleil, c’est le symbole de la vérité. Dieu est la lumière, et il est la vérité. Ainsi, toute vérité ne peut être enseignée qu’à la lumière du soleil, et non plus à l’intérieur de vos bâtiments. C’est ainsi que naîtra la vérité dans le monde. »

Et Gandhi leur dit encore, à ces hommes de l’Etat Islamique: « Tout comme Zarathoustra est, un jour, descendu parmi les hommes pour leur enseigner le surhumain, moi je descends parmi les terroristes pour vous enseigner la non-violence, c’est-à-dire que je vous enseigne à dépasser votre condition, en renonçant à tous vos instincts violents et primitifs, pour devenir des êtres supérieurs dont le seul but dans la vie sera de mener une révolution pacifique dans le monde entier. Libérez vos esprits, libérez-vous du terrorisme, libérez-vous de tout ce qui empêche vos âmes de voler vers la paix. »

« Ici, au milieu des sables du désert, là où vous avez exécuté des prisonniers et des innocents, rappelez-vous du message implacable de la vérité, de cette vérité qui règne au-dessus de vos têtes comme la lumière du soleil. »

« Personne n’est éternel sur cette terre. Le soleil brille, et la vie est notre destin. Mais au bout, chacun devra affronter la mort. Si les dictateurs ont tué vos familles, ne prenez pas exemple sur eux pour vous venger et donner la mort à votre tour. Montrez au monde que vous êtes plus intelligents que les dictateurs et que vous ne tuerez pas les populations. Ne commettez pas les mêmes erreurs que les dictateurs et les criminels de guerre: ne tuez pas, ne torturez pas, même quand il s’agit de vos ennemis.

Car le monde ne pourra être sauvé que le jour où les hommes auront renoncé à leurs instincts les plus meurtriers.

Le jour où même les terroristes les plus violents auront renoncé à tuer, alors nous vivrons dans un monde libre et pacifié. »

Gandhi parlait ainsi:

« Je suis venu vous enseigner le surhumain, l’homme qui renonce au terrorisme et à la violence. Et en chacun de vous, je vois déjà le questionnement: Qui suis-je face au terrorisme? Suis-je encore cet homme qui voulait tuer l’autre, mon voisin? Suis-je encore cet homme qui voulait se suicider et s’autodétruire, sans vouloir connaître les joies de la vie et l’avenir que Dieu m’avait réservé? Suis-je encore cet homme qui voulait disparaître de la terre et abandonner ma propre liberté? »

« Mais je vous le dis: Est-ce que le terroriste le plus dangereux de la terre ne peut pas devenir un homme pacifique voué entièrement à la paix? Pourquoi cette chose serait impossible? Pourquoi l’homme qui s’est trompé de chemin n’aurait pas le droit de revenir en arrière et de choisir le chemin de la paix? »

Et alors, les yeux de ceux qui écoutaient se levèrent. Les hommes de l’Etat Islamique commencèrent à se poser des questions. Des milliers d’entre eux étaient morts dans la souffrance, mais chacun d’eux voulait vivre, au contraire, dans un monde en paix. On leur avait enseigné la guerre. Mais pourquoi tout ce temps perdu, alors qu’on pouvait vivre en paix?

Gandhi arrivait au bout de son discours:

« Regardez tout ce que vous pouvez faire dans un monde en paix. Regardez combien vous serez plus appréciés par la population, si vous la traitez avec justice plutôt qu’en utilisant la violence et la mort contre les civils. Voyez comme ceux qui sont différents de vous peuvent aussi vous aimer, quand vous laissez vos armes sur le côté. « 

« Les peuples ont peur de vous, c’est pourquoi ils vous fuient. Or, ce n’est pas la peur que vous devez inspirer aux peuples, mais la confiance et la paix. »

« N’enfermez pas des prisonniers dans des cages pour les brûler, arrêtez de sacrifier et de torturer les peuples. Arrêtez de poser des bombes sur vos corps, car vous devez vivre et porter votre message vers le monde. Si vous renoncez à la vie, personne ne pourra défendre vos idées et vos rêves à votre place. »

« Quand vous deviendrez entièrement pacifiques, votre peuple vous suivra, et des milliers de peuples vous suivront dans le chemin de la non-violence. »

« Celui qui règne n’impose pas son pouvoir par les armes, la violence ou la mort. Celui qui règne n’a pour seule arme que sa parole qui prône la justice et la paix. Il n’y a de vérité que dans la non-violence. Et ceux qui choisissent la violence seront écartés de ce monde et ils périront dans les flammes de la guerre. Et ceux qui choisissent la paix vivront longtemps sur cette terre et ils construiront le monde de demain. Tel est l’enseignement que vous devez retenir aujourd’hui. »

kimono

CC BY-SA

Oussama Ben Laden: Made in USA

par Jared Israël [Écrit le 28 Août 1998. Posté le 13 Septembre 2001] =======================================

Leaders d'Al-Qaïda (depuis la gauche), Ayman al-Zawahiri, Oussama Ben Laden et Mohammed Atef[Ce qui suit est un extrait de « L’illusion crédible », une étude de la couverture du « NY Times » sur les attaques de missiles américains en Afghanistan et sur une usine de comprimés au Soudan, en Août 1998 [cf. L’usine al-Shifa et l’Opération Infinite Reach]. Le texte complet peut être lu à http://emperors-clothes.com/articles/jared/sudan.html – Jared Israël]

La plupart d’entre nous n’ont jamais entendu parler d’Oussama Ben Laden avant le 21 Août dernier [cf. JT France 2 du 21 Août 1998], mais en disant qu’il était « l’organisateur par excellence et un financier du terrorisme international dans le monde d’aujourd’hui », le président Clinton a évoqué des images de rage et de chaos aléatoire qui semblaient justifier une action rapide, forte.

On nous a dit que la cible principale de l’attaque au missile était non seulement Ben Laden, mais: « … les installations et les infrastructures terroristes en Afghanistan. Nos forces ont ciblé une des bases terroristes les plus actives dans le monde… un camp d’entraînement pour littéralement des milliers de terroristes du monde entier ». (NY Times, 21/08/98, p. A12).

Ce thème – selon lequel il y a une organisation terroriste qui relie la base terroriste en Afghanistan avec une usine terroriste au Soudan – est répété tout au long du NY Times du 21 Août.

La « base terroriste » afghane est bien sûr le point fort de Clinton. Une «base terroriste» est un lieu où les terroristes préparent la guerre; une «base terroriste» est un jeu équitable. Les usines, d’autre part, sont un problème. Les Américains sont dégoûtés par les bombardements des usines et le fait de brûler la peau du dos des travailleurs. L’astuce, c’est: de relier la base à l’usine.

Voici l’argument: les terroristes, financés par le riche Oussama Ben Laden, cerveau des attentats de l’ambassade, ont construit un complexe de camps d’entraînement terroristes en Afghanistan. Les États-Unis, ennemi juré de la terreur, ont roulé leurs manches et détruit ces camps d’entraînement et aussi une usine appartenant à Ben Laden au Soudan. Les États-Unis ont ainsi envoyé un message aux terroristes partout dans le monde. Ils peuvent lire nos missiles. Ils seront traqués et détruits sans pitié. Les États-Unis sont à leur poste.

Mais attendez. Que faire si les camps d’entraînement ont été faussement représentés? Que faire s’ils avaient été construits par le gouvernement américain? Que faire si Ben Laden et ses associés étaient en fait de vieilles mains de la CIA?

Ce serait un peu maladroit, n’est-ce pas?

Si cela était vrai, et si le Times savait que c’était vrai le 21 Août [1998], est-ce que la défaillance du Times à imprimer ces informations sur la première page ne constituent pas une trahison profonde de la confiance?

Mais c’était alors, et c’est maintenant…

Le complexe attaqué par les États-Unis, le 20 Août, est situé près de la frontière pakistanaise:

 »Les camps, cachés dans des montagnes escarpées et des vallées très profondes de la province de Paktia, étaient le lieu où l’ensemble des sept leaders du rang de la résistance afghane ont maintenu un siège souterrain et des stocks d’armes clandestins lors de leur guerre acharnée et finalement victorieuse contre les troupes soviétiques de décembre 1979 à Février 1989, selon les anciens combattants du renseignement américain… La résistance afghane a été soutenue par les services de renseignement des États-Unis et de l’Arabie Saoudite… [et ce camp représente] le dernier mot dans les techniques d’ingénierie de l’OTAN ». (NY Times, 24.08.98, p.A1 et A7.)

Et les «combattants de la résistance» que les États-Unis ont soutenu dans la guerre en Afghanistan pendant les années 80?

« Certains de ces mêmes guerriers qui ont combattu les Soviétiques avec l’aide de la CIA se battent maintenant sous la bannière de M. Ben Laden. » (Ibid., P.A1)

Alors. Ces personnes, que le gouvernement américain qualifie des pires terroristes dans le monde, ont été mis en place dans ce boulot par le gouvernement américain. Et le Times le savait, le 21 Août, quand il a consacré de nombreux articles à la couverture des attaques de missiles. L’équipe du Times a choisi de retenir cette information critique face au public.

L’article du 24 Août, cité ci-dessus, a involontairement trahi la méthode par laquelle le parrainage de Ben Laden par le gouvernement américain est justifié. Quand les États-Unis ont ouvertement soutenu Ben Laden et ses amis, ils avaient reçu l’étiquette («combattants de la résistance»), de sorte qu’ils étaient ok. Maintenant, ils ont reçu un nouveau label («terroristes») et ils sont ainsi transformés. Le gouvernement américain est absous de toute culpabilité, parce que les gens qu’ils ont soutenu dans le passé ne sont pas ces terroristes qu’ils bombardent aujourd’hui, ils étaient ces combattants de la résistance. Incroyable.

« Quand j’utilise un mot, « Humpty Dumpty répondit d’un ton assez dédaigneux, que «cela signifie juste ce que je veux qu’il dise — ni plus ni moins ». (Lewis Carroll, De l’autre côté du miroir, ch. 6. )

Une fois renommés, ces personnes, ou quoi que ce soit ou qui que ce soit que le gouvernement américain accuse d’être lié à ces personnes, peuvent être bombardés. Pas besoin de discussion à l’ONU, pas besoin de preuve, pas besoin de rien: les Etats-Unis sont l’enquêteur secret, le juge inflexible, le jury impartial et le bourreau invincible, tous sanctifiés par la lutte contre le «terrorisme».

Ben Laden va avoir son label modifié pour revenir au « combattant de la résistance » lorsque le gouvernement américain exigera une fois de plus ses services?

Cela peut sembler absurde. Mais considérez que l’Armée de libération du Kosovo (UÇK) a fait une telle transformation – en fait, les gens de l’UÇK ont non seulement passé [du statut] de terroristes à des combattants de la liberté, mais ils ont passé tout le chemin de terroristes/trafiquants de drogue jusqu’à bâtisseurs de la nation. Et d’ailleurs, il a largement été rapporté que les terroristes fondamentalistes islamiques ont contribué à la formation et se sont battus aux côtés de l’UÇK. Ces aides de l’UÇK incluent apparemment les associés d’Oussama Ben Laden. Alors, peut-être que Ben Laden a été réhabilité et déjà re-transformé (!). [Voir la note A]

Lire la suite de l’article: http://emperors-clothes.com/articles/jared/madein.htm

Un Moyen-Orient sans nucléaire vaut la peine d’être imaginé, même si c’est une utopie

nuclear_research_reactor

Washington Post, par Walter Pincus, le 15 juin 2015

Qu’arriverait-il si Israël soudainement changeait de cap et annonçait qu’il était prêt à signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et de travailler à l’établissement d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient?

Je ne dis pas que cela est en préparation. Loin de là.

Alors que les négociations entre les États-Unis et cinq autres puissances mondiales, connues comme les 5 +1, et l’Iran, se dirigent vers une sorte de conclusion, il est évident que peu importe le contenu de tout accord, il y aura un combat aux États-Unis au sujet de ses mérites. Et si l’accord survit, les années à venir verront inévitablement des allégations de toutes sortes, disant que l’un ou l’autre des côtés a violé ses termes.

Cela semblait être un moment opportun pour réfléchir à la question « Et qu’arriverait-il si? », qui a également été déclenchée en relisant une section du livre de 2013 du chroniqueur israélien Ari Shavit, « Ma Terre Promise, le Triomphe et la Tragédie d’Israël ».

Shavit a brièvement décrit l’histoire du programme nucléaire d’Israël, en le faisant remonter aux débuts de l’Etat nouvellement créé.

Lire la suite: http://www.washingtonpost.com/world/national-security/a-nuclear-free-middle-east-is-worth-imagining-even-if-its-fantasy/2015/06/15/83374158-104b-11e5-9726-49d6fa26a8c6_story.html

Le chaos est la nature de l’enjeu pour l’Empire, pas la victoire

US_empire_cartoon-war-400x381-1728x800_c

Global Research, Par Peter Koenig, le 6 mai 2015

Une fois de plus, un pays « libéré » par l’Occident sombre de plus en plus profondément dans le chaos.
Ceci peut s’appliquer à tous les pays actuellement en conflit, où Washington et ses sbires occidentaux et moyen-orientaux ont imposé la guerre – le chaos perpétuel, la misère et la mort – et l’asservissement.

C’est là que se trouve toute la question: la stratégie de Washington et de l’OTAN n’est pas de « gagner » une guerre ou un conflit, mais de susciter un chaos continuel, sans fin. C’est la façon de contrôler les gens, les nations et leurs ressources; de garantir à l’Occident un besoin incessant en troupes et en équipement militaire – souvenez-vous que plus de 50% du PIB des USA dépend du complexe militaro-industriel et des industries et services connexes; et enfin , qu’un pays dans la détresse ou le chaos est ruiné et a besoin d’argent – de l’argent sous des conditions de nécessité, des conditions « d’austérité » du sulfureux FMI, de la Banque Mondiale et d’autres malfaisantes « institutions de développement » et de prêteurs d’argent; de l’argent qui équivaut à un esclavage, surtout avec des dirigeants corrompus qui ne se soucient pas de leurs populations.

C’est la nature de l’enjeu – au Yémen, en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Afrique Centrale, en Libye… faites votre choix. Qui se bat contre qui n’a pas d’importance. ISIS / EIIL / EI / Daesh / al-Qaeda et quels que soient les noms des organisations de tueurs mercenaires que vous voulez ajouter à la liste – ce ne sont que des étiquettes pour distraire votre attention. Vous pouvez tout aussi bien y ajouter Blackwater, Xe, Academi et tous ces noms successifs choisis pour ne pas être facilement reconnus. Ce sont des prostituées de l’Empire Anglo-Saxon/Sioniste, des prostituées de raz-de-trottoir. Arrivent ensuite les prostituées de luxe comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn et d’autres États du Golfe; puis le Royaume-Uni et la France, bien sûr.

Le Président Hollande vient de signer un contrat de plusieurs milliards d’euros avec le Qatar pour la vente de 24 avions de combat Rafale. Il se dirige à présent vers Riyad (à l’heure d’écriture, ndlr) pour des discussions avec le Roi saoudien Salmane, et pour lui vendre davantage de Rafales – c’est bon pour le commerce et ça contribue à tuer les ennemis fabriqués au fur et à mesure; et aussi pour se rendre à un sommet du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), le 5 mai. Parmi les sujets abordés lors de la réunion figurent les « crises » de la région dont celle du Yémen, provoquée par l’Occident pour le compte de Washington et imputée aux « rebelles » qui ne font que chercher à avoir un gouvernement plus juste.

L’Occident a inventé un vocabulaire si ignoble, c’est comme un virus qui s’incruste dans nos cerveaux – ou ce qu’il en reste – faisant que nous ne connaissons même plus le vrai sens des mots. Nous les répétons et nous y croyons. Après tout, les médias de masse nous les assènent tous les jours jusqu’à l’abrutissement. Les personnes qui se battent pour leur liberté, pour leur survie contre des régimes oppresseurs sont des « terroristes », des « rebelles ». Les réfugiés d’Afrique, fuyant les pays dévastés par les conflits provoqués par Washington, ces réfugiés dont plus de 4000 ont déjà péri cette année en essayant de traverser la Méditerranée à la quête d’une « vie meilleure » – ils ont opportunément été requalifiés « d’immigrants ». Souvent le terme « illégal » est ajouté. Ainsi, la conscience de l’Occident est blanchie de toute culpabilité. Les immigrants sont des clochards. Les immigrants illégaux ont leur place en prison. Ils n’ont rien à voir avec le désordre et le chaos déclenchés par l’Occident dans les pays d’origine de ces « immigrants ». Honte sur vous, Bruxelles!

On revient au chaos – M. Hollande sait pertinemment que ses avions sont utilisés pour servir son maître et faire davantage de ravages dans la région, plus de mort, de désastre, de misère et d’asservissement – davantage de réfugiés dans la Mer Méditerranée – encore plus de chaos perpétuel, des gens aux limites de la survie, des gens qui ne peuvent plus se battre pour leur pays, pour leurs ressources, pour leur liberté – parce qu’il faut qu’ils se battent rien que pour pouvoir survivre, pour la survie de leurs enfants et de leurs familles. C’est ça l’Empire.

Dites-moi – un homme qui vend des armes, des avions de combat – et d’autres sortes de machines à tuer, à des pays en sachant très bien que ces armes servent à tuer des gens, à détruire des pays – un tel homme n’est-il pas un boucher? Un criminel de guerre de la pire espèce?

Hollande, en plus d’être un criminel de guerre, est un bigot refait qui s’imagine qu’à la fin des comptes, quelques miettes du Grand Butin vont retomber dans son assiette – et qu’il pourra nager en compagnie de ses maîtres dans une voluptueuse mer de lait et de miel. Pense-t-il devoir préserver l’économie de son grand pays qui a produit des hommes comme Victor Hugo, Stendhal, Balzac, Dumas – en vendant des machines à tuer à d’autres sbires de l’empire? Ne se soucie-t-il pas du fait que 83% de son électorat le méprise?

Répandre le désordre, le chaos et la misère – c’est ce que Washington et ses vassaux font le mieux. Ils ne désirent pas « gagner » les guerres; ils veulent un chaos sans fin et la misère; des gens pouvant facilement être soumis – la domination à large spectre (full spectrum dominance, ndlr), comme ils disent.

Et puisque l’armée US et son grand frère (ou grande sœur) l’OTAN ne peuvent pas être partout et ne veulent pas être vus partout, ils payent pour tuer. Washington invente et crée, puis finance avec ses ressources inépuisables d’argent les EIIL, Daesh, al-Qaeda – et le répertoire grandit selon la fantaisie de leurs maîtres – pour qu’ils se battent pour eux, tuent pour eux, provoquent le chaos et des attaques sous fausse bannière – afin qu’éventuellement ils, l’OTAN et le bulldozer du Pentagone, puissent débarquer et faire croire qu’ils « détruisent » ces mercenaires qu’ils ont, dès le départ, implantés. Mais les médias de masse ne vont diront pas la vérité.

Ils vous font croire que les Houthis, un groupe de Chiites laïcs, humanistes et socialistes se battent contre les Sunnites au Yémen pour le pouvoir; que les Saoudiens et leurs acolytes du CCG ne font que libérer le Yémen d’une bande de terroristes; que les Houthis sont soutenus par l’Iran (un pays à majorité Chiite) – ce qui a récemment été contesté avec véhémence par un responsable de l’ONU – et donc, que les Houthis doivent être soumis. Par la même occasion, cela fournit à Washington une raison supplémentaire pour porter encore un autre blâme à l’Iran. Une fois que les Houthis ont été assujettis et décimés en quantité suffisante, un pantin de président sera installé au pouvoir comme l’ancien président Saleh ou son successeur Hadi, afin que Washington puisse continuer à mener la danse – en opprimant la population du pays pour garder un accès sans entraves au port stratégique d’Aden et au Golfe Persique.

C’est pareil en Ukraine: est-ce qu’ISIS / EIIL / Daesh / al-Qaeda, ou quel que soit leur nom se trouve en Ukraine? Vous plaisantez, sous le commandement de la CIA avec quelques 6000 soldats US – des instructeurs bien entendu. Ils entraînent les troupes de Kiev à mieux et plus rapidement tuer leurs frères dans le Donbass; ils les entraînent à susciter un chaos qui perdure. Et si les soldats refusent d’être entraînés à tuer leurs frères, le régime nazi de Kiev les abattra en tant que traîtres. À bout portant. C’est si facile. Comme ça personne ne résistera plus.

En outre, les « conseillers » militaires US et la CIA, avec le concours de leurs tueurs à gages – ISIS / Daesh /al-Qaeda – cherchent à provoquer le Président Poutine à entrer en guerre – éventuellement une Troisième Guerre Mondiale. Oui, la troisième en moins d’un siècle, pouvant potentiellement dévaster l’Europe et peut-être le monde. Jusqu’ici le monde a été préservé de ce désastre, grandement grâce à la sagesse de la stratégie de M. Poutine de non-affrontement.

Donc – pas de doute qu’ISIS / Daesh / al-Qaeda soit en Ukraine. Ils sont là où l’Empire leur ordonne d’être. C’est ce pourquoi ils sont payés. C’est ce que font les prostituées. Surtout des prostituées fabriquées pour l’occasion; des prostituées bien payées. L’idéologie n’est qu’une feuille de vigne, commodément reprise par les médias occidentaux – afin que nous puissions tous croire que les Musulmans sont mauvais, certains encore plus que les autres. L’Occident doit les combattre, parce qu’ils représentent un véritable et palpable danger à l’encontre de notre liberté, de notre indépendance et de notre démocratie – et surtout de nos valeurs néolibérales de marché complètement débridées.

Parce que c’est l’objectif ultime: des êtres humains comme biens de marché monnayables, sacrifiables, réduits à de la chair à canon, à se faire décimer en masse par des aliments génétiquement modifiés (et empoisonnés), par des drones, des bombes, par des famines provoquées artificiellement, pour qu’en définitive les survivants soient les serfs d’une petite élite qui contrôle les quatre coins de la Terre et TOUTES ses ressources, pour entretenir le style de vie de gens exceptionnels – oui, la nation exceptionnelle, qui sera réduite à une troupe de gens exceptionnels vivant dans une splendeur opulente.

Souvenez-vous des fameuses paroles de Henry Kissinger, de la vision de l’un des criminels de guerre les plus atroces encore vivants aujourd’hui – un autre Lauréat du Prix Nobel (sic) – énoncées il y a une cinquantaine d’années: « Celui qui contrôle l’alimentation contrôle la population; celui qui contrôle l’énergie contrôle des continents entiers; celui qui contrôle l’argent peut contrôler le monde entier. »

Ces mots sonnent de plus en plus vrais, à chaque jour qui passe. Mais seulement tant que nous le permettons; tant que Nous, le Peuple, Nous les 99.999% des habitants de la planète, l’autorisons.

Peter Koenig est un économiste et un analyste géopolitique. Il a également fait partie de l’encadrement de la Banque Mondiale, travaillant intensivement autour du monde dans les domaines de l’environnement et des ressources en eau. Il écrit régulièrement pour Global Research, ICH, RT, Sputnik News, the Voice of Russia / Ria Novosti, TeleSur, The Vineyard of The Saker Blog, et d’autres sites internet. Il est l’auteur de « Implosion – Un Thriller Économique sur la Guerre, la Destruction Environnementale et l’Avidité Corporatiste », une fiction inspirée de faits réels et de 30 ans d’expérience auprès de la Banque Mondiale autour du monde.

Source: http://www.globalresearch.ca/chaos-not-victory-is-the-empires-name-of-the-game/5447540