Vraie ou fausse guerre de l’information entre la Russie et l’Occident?

On a pu lire récemment sur les réseaux sociaux que la Russie allait augmenter le budget de financement de la chaîne RT [Russia Today] et développer sa diffusion en français. RT étant une chaîne à financement étatique et considérant les relations actuelles entre la Russie et l’Occident, certains ont déjà qualifié cela de « propagande en langue française »:

Pour autant, cela est étonnant de voir l’acharnement et les critiques que les médias russes subissent de toutes parts, alors même qu’il n’y a quasiment aucune chaîne de télévision qui donne justement un point de vue non-occidental sur les événements qui ont lieu en Europe, en Russie, ou ailleurs dans le monde.

Dans les médias occidentaux, on remarque souvent que les reportages sur des mouvements critiques du monde occidental sont peu représentés et il faut souvent regarder RT pour voir des vidéos montrant des protestations contre la mondialisation, des rassemblements ou interviews d’Anonymous aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, ainsi qu’ailleurs en Europe, ou même des rassemblements contre la prison de Guantanamo. Il y a clairement un manque de diversité sur certains sujets dans les médias occidentaux qui tendent à ne pas mettre en valeur tout ce qui entre dans la contestation du modèle occidental. Et même si ces sujets sont traités, ils le sont de manière souvent superficielle.

On peut être anti-russe, anti-américain, ou ce qu’on veut. Cela ne veut pas dire pour autant que le développement des médias doit être vu de manière négative et être constamment assimilé à de la propagande. Loin de là, un point de vue différent apportera plus d’informations au public et une meilleure compréhension des problèmes existants, des reportages de nature différente et des analyses portant un autre regard sur le monde actuel. De la même manière, les lanceurs d’alerte ont reçu globalement plus d’attention dans les médias comme RT que dans nos médias occidentaux. Encore récemment, il y a à peine quelques jours, RT consacrait des sujets sur l’affaire Julian Assange ou aux révélations d’Edward Snowden, ce qui n’est quasiment plus le cas dans les télévisions occidentales. On peut se demander pourquoi une telle différence.

Le développement d’une nouvelle chaîne RT en français est un réel avantage pour le public francophone, notamment lorsqu’on voit la pauvreté des reportages présentés dans des chaînes occidentales d’informations en continu qui diffusent en boucle les mêmes vidéos, parfois sans aucune analyse et sans débat. De plus, la pensée anti-russe s’est tellement développée dans nos pays occidentaux qu’il est presque impossible de débattre sur le sujet, et si l’on dit par exemple que la Russie peut avoir raison sur tel sujet, on peut être considéré comme un espion russe pour avoir simplement exprimé un point de vue qui n’est pas dans la ligne de l’Occident et des Etats-Unis. Il ne faut pas que le sentiment anti-russe (s’il existe pour certains) nous force aveuglément à oublier notre sens critique et il ne faut pas non plus que cela nous pousse à critiquer tout ce que fait la Russie, sans considérer ce qui peut être positif ou négatif dans la politique menée par ce pays.

La guerre de l’information a bien lieu, mais chaque pays est libre de développer une chaîne de télévision, et c’est ce que fait RT, « ce qui fait entrer la chaîne dans la bataille de l’information, au même titre que BBC World, CNN, Al Jazeera et France 24 », comme le souligne d’ailleurs Wikipedia. Et la bataille de l’information, c’est aussi le signe de la liberté d’expression. Mais, en toute objectivité, la « propagande » ne relève pas de l’Etat russe, elle peut être pratiquée par n’importe quel état, et quand les Etats-Unis ont voulu justifier des guerres au Moyen-Orient, n’ont-ils pas aussi eu recours à des formes de propagande?… Ne soyons pas naïfs.

Plus de chaînes de télévision signifient plus d’informations, donc plus de points de vue exprimés, donc plus de possibilités pour le public de se faire une opinion juste des actualités et des événements politiques. Car c’est dans la diversité que se forge l’opinion. Le fait que la chaîne RT soit financée par l’Etat russe n’est un secret pour personne, mais pour autant peut-on oublier que par exemple une chaîne comme TV5 (qui n’est pas financée par l’Etat français, mais « opérateur direct des Sommets de la Francophonie qui regroupent 77 États et gouvernements ») a néanmoins été créée « sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères français » en 1984, d’après Wikipedia, ou que la BBC développe en ce moment tout un réseau de chaînes en langues étrangères, dont des bulletins d’informations en langue russe.

Ceux qui parlent de « propagande » russe, parlent-ils aussi de propagande occidentale quand la BBC développe des actualités dans des langues africaines, asiatiques ou en russe? Non, tout simplement parce que diffuser l’information est un droit relevant de la liberté d’expression et de la liberté d’information. Il n’y a donc aucune raison de s’attaquer aux médias russes, leurs journalistes méritent autant de respect que dans n’importe quel pays du monde, et nous devrions plutôt nous concentrer sur les défauts de nos propres médias plutôt que de chercher à décrédibiliser ceux qui ne pensent pas comme nous.

RT augmente le budget de 1,22 milliards de roubles (18 836 800 euros). Plus que toutes les chaînes prises ensemble

La Douma a adopté en deuxième lecture des amendements au budget pour 2017, ce qui implique comme attribution à la chaîne RT (ANO « TV Novosti ») 1,22 milliards de roubles supplémentaires, pour « la création, le développement, la maintenance et la distribution d’une chaîne de télévision en français ». Le financement total de RT a atteint 18,74 milliards de roubles (290 470 000 euros).

Les changements dans le projet de budget fédéral ont proposé d’introduire un financement gouvernemental supplémentaire de la diffusion étrangère fin Novembre, a rapporté le vice-ministre des Communications et des Médias Alexei Volin. […]

Pour la première fois dans les plans de lancement de la diffusion RT en français, [l’information] a été connue en 2014. Il est prévu que la révision soit située en France et se concentre principalement sur les publics français, belges, suisses et canadiens.

Meduza, 08/12/2016 (traduit depuis la version anglaise)

Sources:

RT augmente le budget de 1,22 milliards de roubles https://meduza.io/news/2016/12/08/rt-uvelichat-byudzhet-na-1-22-milliarda-rubley-bolshe-chem-vsem-kanalam-vmeste-vzyatym (voir la version anglaise)

Le service international de la BBC annonce son expansion la plus importante depuis 1940 http://www.bbc.com/news/entertainment-arts-37990220

Gouvernance de TV5 Monde: http://www.tv5monde.com/cms/gouvernance-de-tv5monde

Débuts et extension de TV5 (Wikipedia) https://fr.wikipedia.org/wiki/TV5_Monde#1984_-_2001_:_D.C3.A9buts_et_extension_de_TV5

Publicités

La Lithuanie suspend une télévision russe après des commentaires anti-américains

vladimir-zhirinovsky

RFERL, 17/11/2016

La Lithuanie a coupé la diffusion d’une station de télévision de l’Etat russe après qu’un législateur russe a été vu, critiquant la politique des États-Unis dans des remarques que les régulateurs considèrent comme une « incitation à la guerre, la discorde et la haine ».

L’ordre du 16 novembre de la commission de radio et de télévision du pays suspend les émissions de RTR Planeta, le service international du radiodiffuseur d’Etat russe VGTRK, pendant trois mois.

L’ordre est intervenu après qu’une émission récente dans laquelle Vladimir Zhirinovsky, membre de la Douma russe, a été montré disant que si les troupes américaines s’approchent des frontières de la Russie, « ils vont brûler avec l’équipage ».

Lire la suite: http://www.rferl.org/a/lithuania-suspends-russian-tv-anti-american-comments/28124570.html

3 moyens par lesquels l’axe Russie-Chine essaye de déstabiliser l’Occident

vladimir_putin_and_xi_jinping_brics_summit_2015_01_wikiBusiness Insider UK, Amanda Macias, le 03/09/2016

[Alors que le président chinois Xi Jinping se prépare à accueillir le sommet annuel du G20, ce n’est plus un secret que le président russe Vladimir Poutine sera le top invité.

Le 4 septembre, les dirigeants des plus grandes économies du monde se réuniront à Hangzhou, en Chine, pour discuter des affaires, du commerce, et d’une série de défis de politique étrangère.]

« La Russie et la Chine coopèrent et coordonnent aujourd’hui à un degré sans précédent – politiquement, militairement, économiquement – et leur coopération porte des ramifications anti-américaines et anti-occidentales, » écrivent les auteurs Douglas Schoen et Melik Kaylan dans « L’Axe Russie-Chine ».

« En bref, il y a une nouvelle guerre froide en cours, avec nos anciens adversaires de retour dans le jeu, plus puissants que ce qu’ils ont été pendant des décennies, et avec l’Amérique plus confuse et hésitante qu’elle ne l’a été depuis les années Carter ».

Voici un aperçu des quelques façons dont l’axe Russie-Chine opère contre les intérêts américains et occidentaux.

1. Soutenir des régimes malhonnêtes économiquement et militairement

La Chine et la Russie continuent de fournir une aide militaire et économique à des régimes malhonnêtes comme la Corée du Nord, l’Iran et la Syrie. […]

2. L’acroissement massif du potentiel militaire

La Russie et la Chine ont augmenté leurs budgets de défense afin d’améliorer et d’acquérir du matériel militaire. […]

3. L’action hostile pour consolider et élargir les revendications territoriales dans leurs domaines […]

Lire l’intégralité de l’article: http://uk.businessinsider.com/3-ways-a-russia-china-axis-is-seeking-to-undermine-the-west-2016-9/

Vladimir Poutine « ciblé par une agence de renseignement allemande » pendant sa période KGB

IntelNews.org, par Joseph Fitsanakis, le 09/11/2011

220px-vladimir_putin_2015_wikiUn chercheur allemand affirme que Vladimir Poutine [Premier ministre russe en 2011] a été ciblé par le renseignement ouest-allemand dans les années 1980 quand il était agent du KGB en Allemagne de l’Est. Dans les phases finales de la guerre froide, Poutine et son épouse, Ludmila Putina, qui étaient alors la trentaine, ont passé cinq ans à Dresde, en République démocratique allemande [RDA]. En tant qu’un des quatre agents du KGB à Dresde, Poutine a été chargé d’infiltrer l’université locale et de surveiller les activités sur le campus des enfants des notables soviétiques et est-allemands. Mais selon une nouvelle étude publiée la semaine dernière, un agent secret du BND, l’agence du renseignement extérieur de l’Allemagne de l’Ouest, a été en mesure d’infiltrer le ménage de Poutine à Dresde, et de transmettre des informations privées sur la vie personnelle du couple à ses maîtres espions à Bonn et à l’OTAN. L’agent, du nom de code Lenchen, un natif allemand, a travaillé comme traducteur à la station du KGB à Dresde. Elle se serait liée d’amitié avec Ludmila Putina, devenant finalement sa « consolatrice », selon Erich Schmidt-Eenboom, directeur de l’Institute for Peace Studies basé à Weilheim, et qui a publié plusieurs livres sur l’histoire de la BND. Schmidt-Eenboom affirme que Lenchen est devenue la plus proche confidente de Ludmila Putina à Dresde. Cette dernière lui a dit que Vladimir Poutine avait été impliqué dans de nombreuses infidélités au fil des ans et qu’il a souvent battu sa femme. Lenchen a rapporté à ses donneurs d’ordre que la vie dans le ménage Poutine était très dysfonctionnelle, en dépit d’une apparence de bonheur et de normalité. Schmidt-Eenboom affirme qu’il a confirmé le rapport avec au moins deux sources sans rapport avec la connaissance des opérations BND durant la guerre froide. Si l’histoire est historiquement exacte, cela marque seulement la deuxième pénétration connue des structures du KGB en Europe par le BND. Le seul autre exemple similaire, déclare Schmidt-Eenboom, a impliqué un agent nommé COLONEL VIKTOR, qui a également travaillé comme agent pour le BND dans les années 1980. Finalement, affirme le chercheur, Lenchen est devenue enceinte au cours d’une liaison avec un colonel du KGB, et, en 1989, a réussi à convaincre ses donneurs d’ordre ouest-allemands qu’elle avait besoin d’être exfiltrée vers l’Allemagne de l’Ouest en vue de subir un avortement. Une fois sur place, elle a avec succès pris sa retraite de son poste d’espionnage à l’Est, et s’est installée en l’Allemagne de l’Ouest. Sa demande a été accordée, et aujourd’hui, elle vit en Allemagne sous une nouvelle identité, affirme Schmidt-Eenboom. Les reporters ont contacté le porte-parole de la BND, Dieter Arndt, sur l’histoire, mais ont tout simplement eu comme information que l’agence d’espionnage ne « traite pas de nos méthodes ou de nos enquêtes ».

Source: https://intelnews.org/2011/11/09/01-862/

Un expert politique avertit que les Etats-Unis cherchent à justifier une guerre contre la Russie auprès de l’opinion publique

Daniel Patrich Welch, écrivain et analyste politique

Daniel Patrich Welch avertit dans une interview sur la chaîne RT qu’il faut se méfier des impulsions hégémoniques d’Hillary Clinton qui a déjà dit « qu’elle voulait une politique étrangère plus musclée ». « La raison pour laquelle Obama a été sélectionné est qu’il croit à cet exceptionnalisme [suprématie américaine], et Hillary Clinton sera encore pire. Elle porte à la fois tous les conseillers et impulsions hégémoniques de Bush et Obama. » L’expert politique avertit des risques d’une guerre avec la Russie, car il y a une volonté d’une catégorie de gens qui cultivent la russophobie de créer une guerre avec la Russie.

« Donald Trump ne leur sert que de prétexte à alimenter cette russophobie. La russophobie est réelle et profonde. » « Ces gens ne meurent jamais et ne partent jamais. Ils veulent la guerre avec la Russie et la Chine, car leur impulsion hégémonique est de contrôler le monde. La Russie et la Chine sont sur la voie. Maintenant, vous avez des américains stupides et naïfs, ils se prennent à tout cela, que la Russie a piraté le DNC [Comité national du Parti Démocrate]. Qu’en est-il du contenu exact de ces emails? Tout ce que WikiLeaks a sorti sur le DNC [DNC Leaks] a été rejeté sur Poutine. (…) Le public est trop faible et n’est pas exigeant intellectuellement pour comprendre qu’ils sont entraînés dans des mensonges vers une guerre chaude avec la Russie. Les gens vont citer ces sources comme du piratage russe, de la tromperie russe, tous ces trucs phobiques sont destinés à faire en sorte que les américains soient prêts pour une guerre. C’est un vieux scénario. Et les américains devraient se réveiller, et les russes devraient se méfier. »

L’expert a dénoncé cette « idéologie suprémaciste, ridicule et dépassée » qui consiste à faire croire que les Etats-Unis sont « une nation indispensable ». « C’est la manière hégémonique de penser et d’agir la plus dangereuse et violente, et [cette idéologie] n’a pas sa place dans le monde moderne », affirme-t-il en conclusion de cette interview.

« Nous ne devons pas confondre l’ordre international avec celui des Etats-Unis »: le ministre russe de la Défense répond à son homologue américain

RT, 12/09/2016

220px-official_portrait_of_sergey_shoigu_with_awardsLes États-Unis confondent l’ordre international avec celui qui [serait] « américain », a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, remettant en question les politiques de Washington. Cela vient en réponse aux accusations d’Ash Carter selon qui Moscou veut éroder les principes de l’ordre international.

Dans la déclaration, Choïgou a fait remarquer que de nombreuses interventions dirigées par les Etats-Unis ont, en réalité, contribué aux problèmes de sécurité que la communauté internationale doit actuellement affronter.

« Ce sont les Etats-Unis, aux côtés de leurs partenaires occidentaux, qui ont été constamment en train de détruire les fondements du monde existant, en commençant par la Bosnie, le Kosovo jusqu’à l’Irak et la Libye ».

Lire la suite: https://www.rt.com/news/359115-carter-american-order-shoigu/

Flashback: Quand les Clinton aimaient suffisamment la Russie pour leur vendre l’uranium américain

Clinton Cash, documentaire vidéo réalisé à partir du livre de Peter Schweizer

Breibart.com, John Hayward, 25/07/2016

La nouvelle paranoïa des démocrates au sujet de l’influence russe sur les affaires américaines n’était certainement nulle part lorsque Hillary Clinton a allègrement vendu une grosse part du stock d’uranium de l’Amérique, juste après qu’une banque russe a payé Bill Clinton 500 000 $ pour un discours.

L’histoire d’Uranium One fait partie des incidents décrits dans [le livre] Clinton Cash de Peter Schweizer. Un bref récapitulatif: Uranium One était à l’origine une société canadienne, rachetée par l’agence étatique de l’énergie atomique de Russie, Rosatom.

Les personnes influentes d’Uranium One étaient de très, très généreux donateurs de la Fondation Clinton, l’organisme de «charité» à travers lequel tant d’argent étranger a coulé [dans les poches de] Bill et Hillary Clinton. Le New York Times a rapporté en avril 2015 comment ces dons ont monté en flèche, alors que l’accord avec Rosatom pour sécuriser Uranium One et ses avoirs aux Etats-Unis a été porté à une conclusion positive, de même que l’une des journées les mieux payées de Bill Clinton:

Alors que les Russes ont assumé progressivement le contrôle d’Uranium One dans trois transactions distinctes de 2009 à 2013, les enregistrements canadiens montrent qu’un flux de trésorerie a fait son chemin vers la Fondation Clinton. Le président d’Uranium One a utilisé sa fondation familiale pour faire quatre dons totalisant 2,35 millions $. Ces contributions n’ont pas été divulguées publiquement par les Clinton, malgré un accord que Mme Clinton avait conclu avec la Maison Blanche d’Obama pour identifier publiquement tous les donateurs. D’autres personnes ayant des liens avec la société ont également fait des dons.

Et peu de temps après que les Russes ont annoncé leur intention d’acquérir une participation majoritaire dans Uranium One, M. Clinton a reçu 500 000 $ pour un discours à Moscou venant d’une banque russe d’investissement ayant des liens avec le Kremlin qui faisait la promotion du stock d’Uranium One.

[…] Que les dons aient joué un rôle dans l’approbation de l’accord d’uranium est un [élément] inconnu. Mais l’épisode souligne les défis éthiques particuliers présentés par la Fondation Clinton, dirigée par un ancien président qui comptait beaucoup sur l’argent étranger pour accumuler 250 millions $ d’actifs, de même que sa femme a aidé à orienter la politique étrangère américaine en tant que secrétaire d’Etat, en présidant les décisions avec le potentiel de faire profit aux donateurs de la fondation.

La banque russe en question, Renaissance Capital, était tellement satisfaite de la performance de Bill Clinton à ce Questions/Réponses à 500k $ que Vladimir Poutine, qui était premier ministre à l’époque, a personnellement appelé Clinton pour le remercier.

Selon Clinton Cash, les dons totaux des actionnaires d’Uranium One à la Fondation Clinton ont dépassé 145 millions $, dans la période où le Département d’Etat d’Hillary Clinton était en train d’approuver l’accord Rosatom, qui a donné à la Russie le contrôle sur environ 20% de l’uranium des Etats-Unis.

Les Clinton ont toujours insisté sur le fait qu’aucune de ces grandes contributions étrangères ou des honoraires à six chiffres n’ont jamais influencé les décisions politiques, mais maintenant, ils sont soudainement devenus très intéressés de l’influence russe dans la controverse des DNC Leaks.

Voilà un double standard impressionnant, que les médias suivent également, puisque les mêmes organismes d’informations qui inondent actuellement la zone [médiatique] avec des histoires de hackers russes étaient complètement indifférentes au fait de questionner Hillary Clinton sur le contrat Uranium One. Même les journaux qui ont rapporté l’histoire, comme le New York Times, ont prévu de ne jamais confronter Clinton à ce sujet, au cours de ses rares plaisantes disponibilités à la presse.

Lire la suite: http://www.breitbart.com/2016-presidential-race/2016/07/25/flashback-clintons-loved-russia-enough-sell-uranium/

Clinton Cash, livre de Peter Schweizer: https://www.amazon.com/Clinton-Cash-Foreign-Governments-Businesses/dp/0062369296/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1469472528&sr=8-1&keywords=clinton+cash

Uranium One [wikipedia]: https://en.wikipedia.org/wiki/Uranium_One

Les financements dérangeants de la Russie à la Fondation Clinton (Les Echos, 24/04/2015): http://www.lesechos.fr/24/04/2015/LesEchos/21926-028-ECH_les-financements-derangeants-de-la-russie-a-la-fondation-clinton.htm

Calomnié par de nombreux russes, Mikhaïl Gorbatchev a encore beaucoup de choses à dire

02gorbachev-web-master768

New York Times, Neil MacFarquhar, 1er juin 2016

MOSCOU – Au cours des derniers mois, diverses personnalités publiques, y compris au moins un proche associé du président Vladimir V. Poutine, ont insisté sur le fait que la Russie proclame officiellement Mikhaïl S. Gorbatchev comme criminel pour la complicité de l’effondrement de l’Union soviétique.

Certains exigent régulièrement que M. Gorbatchev soit jugé pour les événements, et non pas moins, comme un membre du Parlement l’a exprimé, pour exposer les opérations d’une «cinquième colonne» au sein de la Russie.

Pourtant, lorsque les organisateurs du spectacle pour le 85ème anniversaire de M. Gorbatchev en mars ont approché l’Hôtel Ukraine au sujet d’un banquet, ses propriétaires ont refusé le paiement après avoir appris que c’était l’ancien chef qui était honoré.

Ils ont dit que, sans Gorbatchev, ils auraient fini comme des petits commerçants du marché, des criminels qui font de la contrebande, a déclaré Alexei Venediktov, un ami proche et rédacteur en chef de la station de radio Echo de Moscou, le principal organe d’informations pour les russes libéraux. Ils ont dit: « Maintenant, nous sommes les propriétaires de tout cela grâce à Gorbatchev! Pas un kopeck! »

Dans une interview, M. Gorbatchev a ignoré le fait que 25 ans après l’effondrement de l’Union soviétique, il reste parmi les hommes les plus honnis en Russie. « C’est la liberté d’expression », a-t-il dit.

Pourtant, la ligne officielle qui dénigre la démocratie traditionnelle, combinée avec l’idée même qu’il doit faire face à un jugement, l’irrite évidemment, alors il sort des articles, des essais et des livres sur la nécessité de renforcer la liberté en Russie. Son dernier effort, intitulé « La Nouvelle Russie » en anglais, a été publié aux États-Unis, fin mai.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.nytimes.com/2016/06/02/world/europe/mikhail-gorbachev-interview-vladimir-putin.html?

Tchernobyl a-t-il été une vengeance pour le signal Pic-vert russe?

800px-Woodpecker_array

Par Zen Gardner, 13 avril 2012

Sachant ce que l’on sait maintenant sur les capacités du virus Stuxnet du Mossad et le sabotage pur et simple des réacteurs de Fukushima, entre autres, nous avons besoin de réévaluer Tchernobyl.

Je suis tombé sur ce lien lors de l’étude des diverses installations de type HAARP à travers le monde, qui ont tous été précédées par le phénomène du « pic-vert » russe dans les années 70 et 80. Chose intéressante, la géante « surface d’acier » [« Steel Yard »] comme l’OTAN l’avait appelée, se trouve à Tchernobyl, en Ukraine. Dans la « zone d’exclusion » du réacteur de Tchernobyl aujourd’hui disparu.

Pourquoi alors ce réacteur a-t-il été détruit? Des représailles? Voyez vous-même.

Coïncidence? Ou sabotage délibéré!

Wikipedia dit:

Le Pic-vert russe était un signal radio soviétique notoire que l’on pouvait entendre sur les bandes de radio à ondes courtes dans le monde entier entre Juillet 1976 et Décembre 1989. Cela ressemblait à un bruit tapant répétitif fort, à 10 Hz, donnant lieu au nom « Pic-vert ». Les sauts de fréquence aléatoires ont perturbé les diffusions légitimes, la radio amateur, les transmissions de services publics, et ont abouti à des milliers de plaintes de nombreux pays à travers le monde. Le signal a longtemps été considéré comme celui d’un système radar trans-horizon (OTH). Cette théorie a été confirmée publiquement après la chute de l’Union soviétique, et est maintenant connue pour être le système Duga-3 (en russe: ???? – 3) [1], qui fait partie du réseau d’alerte rapide ABM soviétique. Le renseignement militaire de l’OTAN avait photographié le système et lui avait donné le nom de rapport de l’OTAN « Steel Yard ».

Et parfaitement abandonné maintenant, comme il était situé dans la « zone morte » nucléaire des 30 km après la catastrophe de Tchernobyl.

Ils n’ont même pas pu embarqué le réseau d’antennes massif où que ce soit, il était tellement contaminé.

Le témoignage d’un lanceur d’alerte

En creusant un peu autour de moi et je trouve ceci:

La centrale nucléaire de Tchernobyl a été détruite par un agent étranger! Le Département de l’énergie nucléaire, l’Académie des sciences avec ses instituts de recherche et de conception n’étaient pas prêts pour un tel désastre inattendu. L’holocauste nucléaire de Tchernobyl n’était pas un accident. Les réacteurs nucléaires ont un niveau élevé de fiabilité prouvée par un certain nombre de tests. Les pompes à eau des systèmes de refroidissement primaires et de remplacement n’ont pas pu être simultanément désactivés. L’image du réacteur explosé a été prise trop opportunément par le satellite américain qui a été « accidentellement » sur la bonne orbite au-dessus du 4ème bloc à ce moment même. Les faits et les développements logiquement analysés de la « guerre froide » dans le 50ème spectacle de la catastrophe de Tchernobyl n’ont pas été un accident. Cela a été le sabotage à grande échelle du siècle, ce qui a donné lieu à l’écroulement de la base économique de l’URSS et du système socialiste « soviétique » en général. Les adversaires de l’URSS ont fait une utilisation efficace de la négligence et de l’incompétence du gouvernement dirigé par Gorbatchev ainsi que le manque de contrôle suffisant des zones réglementées.

V. Baranov, ancien chef d’état-major adjoint des Forces de la zone spéciale dans la région de la centrale de Tchernobyl, colonel à la retraite (Source)

D’étranges anomalies… encore une fois

Regardez les problèmes inexplicables expérimentés à la centrale de Tchernobyl-étonnamment similaires à Fukushima sans le tsunami:

La catastrophe a commencé lors d’un test de systèmes, le samedi 26 Avril 1986, au réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl, qui est près de la ville de Pripiat et dans une proximité avec la frontière administrative de la rivière du Bélarus et du Dniepr. Il y a eu une montée subite du débit de sortie, et quand un arrêt d’urgence a été tenté, un pic plus extrême dans la puissance de sortie s’est produit, ce qui a conduit à une rupture de la cuve du réacteur et à une série d’explosions. (Wiki)

Une surtension lors d’un contrôle de routine? Un arrêt d’urgence qui a échoué et a causé un pic? Je veux dire, allez.

« La vérité est un bouclier et une cuirasse ». – Ce qui est une contre-vérité. Ceci fait totalement sens. […]

La compréhension générale du Pic-vert varie, mais cela va aussi loin que d’être possiblement un dispositif de contrôle mental, similaire à HAARP.

Le jeu d’ordinateur S.T.A.L.K.E.R. de développement ukrainien a une intrigue centrée sur la centrale nucléaire de Tchernobyl et sur l’accident nucléaire qui a eu lieu là. Le jeu propose de manière forte les emplacements réels dans la région, y compris l’arrangement du Duga-3. Celui-ci est présenté comme le « point chaud du cerveau », un dispositif de contrôle de l’esprit dans une vaste zone qui doit être désactivée par le joueur. (Source)

Le Pic-vert russe est également apparu sur la chaîne History Channel sur « That’s impossible » comme un dispositif de contrôle de la météo soupçonné d’être utilisé par l’U.R.S.S. (diffusion originale du 01/05/2010, à 10 heures CDT).

Sur un documentaire de BBC Horizon, le mystérieux M. Tesla, le docteur Andrew Michrowski (l’Association planétaire pour l’énergie propre) a spéculé que le pic-vert pourrait en fait être un émetteur soviétique de contrôle de l’esprit, s’imposant sur la capacité des gens à penser rationnellement et à rester calme. (Date de diffusion originale 20 Décembre 1982, source)

Ce n’est pas la première fois

En 1982, le président américain Ronald Reagan a approuvé un plan de la CIA pour saboter l’économie de l’Union soviétique par des transferts secrets de technologie qui contenaient des dysfonctionnements cachés, y compris des logiciels qui ont déclenché plus tard une énorme explosion dans une conduite de gaz, selon un ancien responsable de la Maison Blanche.

Thomas Reed, un ancien secrétaire de la Force aérienne et membre du Conseil national de sécurité, décrit l’épisode dans un livre, Dans l’abysse: Histoire d’un connaisseur de la guerre froide, qui sera publiée le mois prochain.

Reed écrit que l’explosion du pipeline de Sibérie était juste un exemple de « guerre économique aux yeux froids » contre l’Union soviétique que la CIA a mené sous la direction de William Casey au cours des dernières années de la guerre froide.

« Afin de perturber l’approvisionnement soviétique de gaz, ses recettes en devises de l’Ouest, et l’économie intérieure russe, le logiciel du pipeline qui était de faire fonctionner les pompes, les turbines et les vannes a été programmé pour se détraquer, après un intervalle de temps raisonnable, et pour réinitialiser les vitesses de pompes et les paramètres de soupape pour produire des pressions bien au-delà de celles jugées acceptables par les joints et les soudures des pipelines », écrit Reed.

« Le résultat a été l’explosion non-nucléaire la plus monumentale et un feu jamais vu depuis l’espace. » Les satellites américains ont capté l’explosion.

Bien qu’il n’y ait pas eu de victimes physiques de l’explosion du pipeline, il y avait des dommages importants pour l’économie soviétique. » (Source)

The Beat Goes On

Et ainsi de la poursuite incessante pour le pouvoir mondial. Grosse affaire. Comme d’habitude. C’est bien de savoir que tout cela revient à la lumière, même si c’est avec du retard.

Mais il n’est pas tard, il est juste temps!

Soyez éveillés et conscients, c’est tout autour de vous!

Love,

Zen

Source: http://www.zengardner.com/was-chernobyl-revenge-for-the-russian-woodpecker/

 

L’ennemi de mon ennemi: Les espions américains attendent une guerre entre la Russie et l’Etat Islamique (ISIS)

800px-Russian_Sukhoi_Su-25_at_Latakia_(2)

TheDailyBeast.com, 09.11.15

Six responsables de l’armée et des services de renseignement américains ont déclaré à The Daily Beast qu’ils espèrent qu’une attaque apparente de l’Etat Islamique (ISIS) sur le vol 9268 de [la compagnie] Metrojet obligerait Poutine à enlever enfin ses gants.

Dans les jours suivants l’accident du vol russe Metrojet 9268, où des preuves incontournables suggèrent qu’il a été abattu par une bombe de l’Etat Islamique (ISIS), de nombreux responsables du renseignement et de la sécurité des États-Unis n’étaient pas en train de paniquer à propos de l’Etat soi-disant islamique qui déclenchait une nouvelle campagne d’attaques contre des avions civils. Au contraire, ils se demandaient comment l’attentat pourrait nuire à Vladimir Poutine, et potentiellement aider les Etats-Unis.

Depuis que Poutine a commencé à larguer des bombes sur les militants en Syrie, des responsables ont fait valoir en privé que le leader russe a commis une erreur stratégique majeure, et que son intervention en Syrie affaiblirait tant son armée que sa réputation, et déclencherait probablement une réaction des militants islamistes, qui ont attaqué à l’intérieur de la Russie dans le passé.

Un responsable du renseignement américain, parlant avant le crash de l’avion de ligne, a qualifié la campagne russe en Syrie de « folie de Poutine ».

Lire l’intégralité de l’article: http://www.thedailybeast.com/articles/2015/11/09/u-s-spies-root-for-an-isis-russia-war.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités