La chasse aux sorcières en Turquie vise désormais le personnel turc de l’OTAN

natoLes officiers de l’OTAN venant de Turquie sont devenus des demandeurs d’asile apatrides

DW, Teri Schultz, 06/12/2016

Le régime d’Erdogan vise son propre personnel de l’OTAN, accusant les hauts fonctionnaires turcs d’être des comploteurs de coup d’Etat, leur ordonnant de rentrer chez eux. Une enquête exclusive par Teri Schultz de DW.

Des dizaines d’officiers militaires turcs de haut rang précédemment affectés au siège de l’OTAN à Bruxelles et au quartier général militaire du SHAPE à Mons comptent parmi les 125 000 personnes que le président Recep Tayyip Erdogan accuse d’avoir aidé à lancer un coup d’État contre lui en juillet. Erdogan les appelle des «soldats terroristes».

Plusieurs de ces officiers ont accepté de parler avec Deutsche Welle sous couvert d’anonymat.

Ils veulent savoir si un dignitaire en visite va demander au ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, des détails sur ce qui leur arrive, comment il va les rassurer sur l’alliance que tout aller très bien sans certains de ses spécialistes les mieux formés.

Ils sont majoritairement formés en Occident, certains avec des doctorats et plusieurs masters d’universités et d’institutions américaines, avec de nombreux exercices de l’OTAN à leur acquis. Tous disent qu’ils n’avaient rien à voir avec la tentative de renversement du gouvernement Erdogan, qu’ils l’ont dénoncé immédiatement et ont continué à travailler en tant que loyaux représentants militaires du gouvernement turc. Pourtant, un par un, leurs noms apparaissent sur l’une des presque 20 listes de suspects qui ont été distribués par Ankara aux missions de la Turquie à l’étranger, généralement le vendredi soir.

Lire la suite: http://www.dw.com/en/nato-officers-from-turkey-have-turned-into-stateless-asylum-seekers/a-36655693

La Turquie remplace ses officiers pro-OTAN par des conservateurs pro-russes https://fr.express.live/2016/12/13/turquie-remplace-officiers-otan-pro-russes/

Les millions de Carl Bildt

Publié par Rixstep.com

Le Ministre des Affaires Etrangères de la Suède a propagé l’idée de l’invasion de l’Irak et en profita. À partir de 2007.

BAGDAD (Rixstep) – Carl Bildt a gagné des millions avec l’invasion américaine de l’Irak. Il a siégé au conseil d’administration de la société d’investissement Legg Mason, faisant la gestion d’énormes participations financières dans le secteur de l’armement US, et en même temps était un lobbyiste pour le géant des armes Lockheed Martin.

Pendant tout ce temps, il a également été embauché par l’ONG américaine «CLI» pour «vendre» l’invasion au monde.

«C’est tout à fait remarquable que le ministre suédois des affaires étrangères ait fait du lobbying pour l’invasion américaine de l’Irak, tout en profitant aussi personnellement de cette invasion», explique Rolf Lindahl, secrétaire politique de la Paix Suédoise et Société d’Arbitrage (Svenska Freds).

Legg Mason et Lockheed Martin

Le 17 Septembre 2002, Carl Bildt, prend un siège au conseil d’administration de Legg Mason, un des plus grands gestionnaires d’actifs aux États-Unis, avec une part importante de leur portefeuille placé dans la haute-technologie. Bildt s’intéresse aux plans de stock-options de Legg Mason.

Trois mois plus tard, Carl Bildt est recruté au Comité pour la libération de l’Irak (CLI) par Randy Scheunemann. Bildt tente ensuite de prétendre le contraire, mais Scheunemann et d’autres à la CLI de préciser que Bildt savait que son travail consistait à «vendre» l’invasion américaine au monde entier. L’article de Bildt pour le Forum Européen de la Sécurité du CEPS/IISS [Rencontre du 13 janvier 2003 sur L’Action militaire préventive et l’utilisation légitime de la force] tente de justifier – des frappes militaires préventives

Le débat actuel sur la légitimité de l’action militaire préventive a été déclenché par la nouvelle stratégie de sécurité nationale des États-Unis et il a été alimenté par le débat sur la légitimité d’une action armée contre l’Irak. Ainsi, je vais concentrer ce document principalement sur les questions de l’usage préventif de la force militaire qui ont été portées à l’avant-garde du débat international à travers cela.

Le président du CLI à l’époque est Bruce P. Jackson, dont le poste précédent était responsable de la planification stratégique chez le géant des armes Lockheed Martin, l’un des principaux investissements de Legg Mason. Il y a beaucoup d’argent qui dépend de l’invasion américaine de l’Irak. Si les Etats-Unis mènent finalement l’invasion, Lockheed Martin peut gagner des contrats pour 1 milliard de dollars.

Des bombes sur Bagdad

Les bombes sont tombées avec choc et effroi sur la capitale irakienne à partir du 19 Mars 2003; La valeur des actions de Lockheed Martin a plus que doublé en deux ans, passant de 45 $ à plus de 100 $, ce qui justifie son inscription comme l’un des investissements les plus réussis de Legg Mason. L’analyste de Legg Mason, William Loomis, a admis que l’invasion a été un grand coup de pouce pour l’ensemble de l’industrie de haute-technologie des États-Unis. «L’augmentation est la plus importante que nous avons vu en 20 ans», a-t-il dit. Cela a conduit à son tour à un pic dans le stock de Legg Mason, et de ce fait même dans le portefeuille de Carl Bildt, évalué à l’époque à 1.78 millions de dollars.

«Les connexions de Carl Bildt avec le complexe militaro-industriel des États-Unis sont gênantes: cela ne fait pas bonne impression, quand le ministre suédois des Affaires étrangères encourage activement l’invasion d’un pays souverain, une chose que le Parlement suédois et le ministère suédois ont condamné comme un crime contre l’humanité» , explique Rolf Lindahl.

Carl Bildt, actions Legg Mason et Lockheed MartinLes millions de Carl Bildt: la ligne rouge est le stock de Legg Mason, la ligne bleue Lockheed Martin.

Source: http://rixstep.com/1/20140502,00.shtml

France: Réponse du Député Jean-Jacques Candelier sur la situation de Julian Assange

Logo de l'Assemblée nationale françaiseJean-Jacques CANDELIER
Député du Nord
(16ème Circonscription)
Vice-président de la Commission de la
Défense Nationale et des Forces Armées
Site Internet : www.jjcandelier.fr

QUESTION ECRITE n° 535 publiée au JO le : 11/09/2012
M. Jean-Jacques Candelier attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères sur une menace qui pèse sur le fondateur de Wikileaks. Le gouvernement britannique a menacé de retirer son statut diplomatique à l’ambassade de l’Équateur et d’y pénétrer de force afin de procéder à l’arrestation de l’intéressé. Cette menace consternante traduit un mépris choquant des autorités de Londres pour le droit international, pour les principes les plus établis devant guider les relations internationales et en particulier pour la souveraineté équatorienne. Il revient désormais à la France d’affirmer sa pleine solidarité avec l’Équateur et les citoyens de ce pays qui manifestent pour exprimer leur vive préoccupation et leur rejet de cette attitude arrogante et inacceptable de la Grande-Bretagne, qui ne fait qu’obéir aux exigences des États-unis dont les aspects troublants et condamnables de la politique internationale et des pratiques hégémoniques ont été précisément mis en lumière par le fondateur de Wikileaks.

REPONSE publiée au JO le : 23/10/2012
Le 16 août, l’Equateur a accordé l’asile politique à Julian Assange. Depuis, le président équatorien Rafael Correa a déclaré être ouvert au dialogue avec les gouvernements de Grande-Bretagne et de Suède pour trouver une solution concernant le fondateur de Wikileaks retranché depuis le 19 juin dans l’ambassade équatorienne à Londres. Le différend opposant le Royaume-Uni et l’Equateur suite à la décision de Quito d’accorder l’asile politique à Julian Assange est une question bilatérale que les deux pays doivent résoudre par le dialogue et conformément au droit international applicable. Les autorités françaises suivent avec attention ce dossier et expriment l’espoir que le dialogue engagé permettra à ces pays de trouver ensemble une solution conforme au droit international.

Lien pdf de l’article: Question écrite n° 535 publiée au JO du 03-07-2012 _Wikileaks Assange

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives