Pourquoi l’ex-URSS a beaucoup moins d’hommes que de femmes

FT_15.08.06_SexRatio_Map_2Illustration: [Les pays en bleu ont plus de femmes que d’hommes, les pays en jaune ont plus d’hommes que de femmes.]

Pew Research, par George Gao, le 14 août 2015

Dans notre carte ci-dessus, les pays les plus représentés en bleu foncé ont beaucoup moins d’hommes que de femmes – et l’ancienne Union soviétique se distingue du reste du monde.

Cette région a été à prédominance féminine depuis au moins la Seconde Guerre mondiale, quand beaucoup d’hommes soviétiques sont morts au combat ou ont quitté le pays pour se battre. En 1950, il y avait seulement 76,6 hommes pour 100 femmes dans le territoire qui constitue aujourd’hui la Russie. Ce nombre a augmenté de façon constante au cours des décennies suivantes, en montant à 88,4 en 1995, avant de diminuer à nouveau.

Le ratio entre les sexes en Russie est actuellement de 86,8 hommes pour 100 femmes, et les ratios en Lettonie (84,8), Ukraine (86,3), Arménie (86,5), Bélarus (86,8) et les autres anciens pays soviétiques sont également faibles.

(En comparaison, le ratio aux États-Unis est de 98,3 hommes pour 100 femmes, et le ratio global est de 101,8 hommes pour 100 femmes, selon les données des Nations Unies en 2015. Les États-Unis ont eu plus de femmes que d’hommes depuis au moins 1950, tandis que la population mondiale a d’abord été à majorité masculine autour de 1960.)

Lire l’intégralité de l’article: http://www.pewresearch.org/fact-tank/2015/08/14/why-the-former-ussr-has-far-fewer-men-than-women/

Publicités

Tchernobyl n’était pas un accident

800px-Pripyat01Photo: La Grande Roue de Pripyat (Tchernobyl), Wikimedia

L’expérience de Tchernobyl

Publié par J. Adams, le 26 avril 2006

« Le troisième ange sonna et il tomba une grande étoile du ciel, brûlant, comme un flambeau, et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources d’eau, Et le nom de cette étoile est Absinthe; et la troisième partie des eaux fut changé en absinthe, et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères (Apocalypse 8:10-11)

[NOTE: Le mot ukrainien pour « Absinthe », qui est inutilement capitalisé dans le verset prophétique ci-dessus, est « Tchernobyl » (voir ci-dessous)]*

« Le réacteur (de Tchernobyl) a été consciemment amené dans une situation extrêmement dangereuse, une situation connue pour ses dangers, et au-dessus de ça, tous les mécanismes complets de sécurité ont été mis hors service – prétendument dans le but de mener à bien cette expérience, même si le rapport prétend en outre que certaines au moins de ces coupures n’étaient pas toutes nécessaires pour cette expérience. Sous de telles conditions, selon aussi la connaissance de cette époque, on ne pourrait pas ne pas savoir que l’on a exposé le réacteur à une situation dangereuse, poursuivant à partir de là que les grandes catastrophes inconnues deviennent probables. Rien, la catastrophe (de Tchernobyl) n’a rien à voir avec une coïncidence d’accidents malheureux. Au contraire, ce qui a été réalisé là, doit avoir conduit directement à un accident ruineux, exactement comme conduire une voiture avec une vitesse de 225 km/h au coin de la rue conduit très probablement à mener la voiture hors de la piste ». (Extrait de: 10ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl: Les faits décisifs devraient enfin être remis au public)

La catastrophe de Tchernobyl en Ukraine soviétique, le 26 avril 1986, il y a vingt ans aujourd’hui [en 2006], n’était pas un accident. C’était une expérience intentionnelle menée par l’« ancien » gouvernement communiste à Moscou pour recueillir des connaissances sur les effets de la contamination radioactive. Pour quelle raison? Pour se préparer à combattre et survivre à une guerre nucléaire mondiale.

Cette affirmation, bien sûr, semble absurde dans la conjoncture actuelle, mais c’est uniquement un symptôme de la façon complètement faussée dont le monde est en ce moment…. et cela a été l’objectif de Moscou…. en particulier au cours des vingt dernières années:

« La tromperie stratégique soviétique…. est à long terme, s’étend souvent sur plus de dix, vingt, voire cinquante années. Elle implique une multitude de techniques et de tactiques qui visent à influencer la façon dont nous pensons à l’Union soviétique. Elles sont stratégiques, par opposition au niveau tactique, et font partie intégrante de la grande stratégie soviétique.«  Dr Joseph Douglass, Jr., extrait de « Hypnotisé par l’ours » (1987).

Pour ceux qui ont des difficultés à croire que Tchernobyl n’était pas un accident, je vous suggère de considérer d’abord les connexions plutôt profondes que l’«accident» rapporté avait avec l’astrologie et la prophétie biblique.

Le 25 avril 1986, la veille de l’incendie et de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine soviétique, il y avait une éclipse lunaire totale en conjonction avec Pluton (le graphique astrologique pour cette éclipse est ci-dessous…. voir aussi mon article, « L’Astrologie du Kremlin« ). Au début, on pourrait tout simplement passer pour une coïncidence le fait qu‘une éclipse lunaire a eu lieu dans le cadre de la catastrophe de Tchernobyl, mais ce qui est essentiel, c’est que cette éclipse était en conjonction avec Pluton, un événement astronomique rare. Ce qui est encore plus significatif à ce sujet est que, dans l’astrologie, Pluton est la planète qui représente la transformation explosive et *la technologie nucléaire* (considérer le mot « pluto »nium). Ainsi, Tchernobyl s’est produit au moment d’une configuration astrologique qui semblait indiquer avec précision un événement explosif nucléaire. Cela signifie que des personnes dans une position de pouvoir, c’est-à-dire les dirigeants du Kremlin, ont peut-être ordonné que Tchernobyl se produise à un moment astrologiquement approprié, c’est-à-dire, juste après l’éclipse lunaire en conjonction avec Pluton, le 25 avril 1986.

Mais est-ce que le pouvoir soviétique aurait façonné l’histoire selon l’astrologie? Il est largement reconnu qu’Adolf Hitler était profondément versé dans l’occultisme et qu’il planifiait ses campagnes militaires au cours de la deuxième guerre mondiale selon l’astrologie (voir, par exemple, « Zodiaque et Svastika; Comment l’astrologie a guidé l’Allemagne de Hitler« , de Wilhwelm T. Wulff, 1973). Qu’en est-il de la Russie? Considérez ce qui suit:

« L’astrologie est une science très sérieuse. Elle nous aide à lancer un vaisseau spatial, des missiles; nous l’utilisons généralement pour prévenir les suicides parmi le personnel. L’expérience montre qu’il est déraisonnable de la rejeter. Nos estimations et nos prévisions sont généralement confirmées jusqu’à 70-75 pour cent » Viktor Yakovlev, commandant des forces russes des missiles stratégiques.

« Croyez-le ou pas, tous les trois mois, un résumé des prévisions astrologiques prédisant le lieu et la date des futurs événements extraordinaires est envoyé à l’Institut Naval de Recherche Scientifique de Saint-Pétersbourg pour l’état-major du Ministère de la défense russe. » Komsomolskaïa Pravda, 21 janvier 1998.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.spiritoftruth.org/chernobyl.htm, voir aussi la première version de l’article daté du 23 avril 1996: http://www.beyondweird.com/conspiracies/cncd0001.html

*(note interne du blog: Tchernobyl, orthographié Чорнобиль en ukrainien, pourrait être un jeu de mots, Чорно билль, ou « projet de loi noir », ou Чорно-білий « noir et blanc ». Un autre fait étrange est qu’une roue a été inaugurée le jour de la catastrophe, « le parc a été ouvert pendant quelques heures le 27 avril pour divertir les gens de la ville, avant que l’annonce d’évacuer la ville soit faite », comme l’explique Wikipedia).

 

La Pologne, un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciens pays de l’Est

Europe de l'EstUn câble américain du 5 janvier 2010, publié sur le site Wikileaks (réf. 10WARSAW7), montre l’implication de la Pologne dans la transition et l’effort démocratique des anciens pays de l’Est. Le rôle des ONG y est notamment exposé. En 1999, avec l’entrée de la Pologne dans l’OTAN, ce sont les frontières géostratégiques de l’Europe qui se redessinent. C’est le renforcement de l’Occident et des Etats-Unis face à l’ancien ennemi de la Guerre froide, la Russie. Les câbles Wikileaks témoignent de l’effort constant et de la volonté continue des Etats-Unis d’étendre leur sphère d’influence sur l’Europe de l’Est, comme en Ukraine, ces dernières années. La Pologne apparaît ainsi comme un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques.

(SBU: Sensible Mais Non-Classifié) RÉSUMÉ: Lors d’une réunion du 21 octobre, le vice-président, un groupe diversifié de représentants de la société civile polonaise, y compris des organisations actives dans la promotion de la transformation démocratique et l’autonomisation des femmes et des minorités, ont souligné les efforts de la Pologne pour partager son expérience de transformation réussie avec des pays en Europe de l’Est et dans le Caucase. Les participants ont souligné les forces uniques de la Pologne et les défis auxquels ils sont encore confrontés. Notant que la Pologne a bénéficié de l’aide du SEED et de l’USAID dans les années 1990, les participants ont déclaré que la Pologne souhaiterait l’assistance technique et l’expertise des États-Unis pour renforcer la capacité de la Pologne à fournir une aide au développement aux pays tiers. Ils ont exprimé leur confiance dans le fait que le partenariat américano-polonais – réunissant le savoir-faire et l’expérience de la Pologne avec les ressources et l’expertise de développement des États-Unis – soutiendrait les efforts pour renforcer les institutions et les processus démocratiques à l’est. Le vice-président a félicité la Pologne pour tout ce qui avait été accompli et a encouragé les Polonais à continuer de passer d’une pensée de ce que les États-Unis peuvent faire pour la Pologne à ce que les États-Unis peuvent faire avec la Pologne. Il a dit aux leaders de la société civile que la Pologne est un excellent exemple de transition réussie vers la démocratie, et les Polonais devraient avoir confiance en eux-mêmes pour délivrer des conseils. FIN DU RÉSUMÉ.

2. (U) PARTICIPANTS

Etats-Unis ————-
Le vice-président Biden
L’ambassadeur Feinstein [Lee A. Feinstein], ambassadeur américain en Pologne

Société civile polonaise ——————
Jolanta Kwasniewska, ancienne Première Dame de la Pologne et fondatrice de la Fondation Communication Sans Barrières
Bronislaw Misztal, Directeur Exécutif, Secrétariat Permanent de la Communauté des Démocraties
Eleonora Bergman, directrice de l’Institut Historique Juif
Jacek Michalowski, Directeur de programme, Fondation américano-polonaise pour la Liberté
Dorota Mitrus, Présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie
Mirella Panek-Owsianska, Présidente du Forum des Entreprises Responsables
Paula Sawicka, Présidente de l’Association République Ouverte
Jacek Strzemieczny, Président du Centre pour l’Education de la Citoyenneté

Comme le souligne le câble Wikileaks, le vice-président américain « a souligné l’importance qu’il avait personnellement placé sur la Pologne en tant que sénateur des États-Unis, en particulier son leadership au Sénat pour l’adhésion de la Pologne à l’OTAN. » L’entrée de la Pologne dans l’OTAN apparaît bien comme faisant partie d’une stratégie américaine qui, dans la continuité de la Guerre froide, a cherché par tous les moyens à intégrer les anciens pays soviétiques et à contrer la puissance russe. Mais cela fait aussi partie d’une stratégie globale: les Etats-Unis semblent, en effet, intéressés par l’idée de dominer globalement, économiquement et politiquement, en Europe et dans le monde — un défi et un objectif pour les années à venir, comme le révèlent les paroles du vice-président Biden:

Une Europe « entière et libre » est l’une des deux bases de la construction d’un appareil de sécurité globale pour le 21ème siècle, et les pays d’Europe Centrale sont prêts à jouer un rôle de premier plan. (par. 3)

La Pologne apparaît également jouer un rôle dans le changement démocratique en Ukraine. Cette volonté des représentants polonais d’assister et d’aider les Etats-Unis est présentée comme une « obligation morale » par Jacek Michalowski, directeur de programme à la Fondation américano-polonaise pour la Liberté, qui travaille aujourd’hui au cabinet de la Présidence polonaise. Parce que les Etats-Unis ont aidé la Pologne à se libérer du communisme dans les années 80, les polonais se sentent « obligés » de continuer la bataille pour la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques. Jacek Michalowski souligne aussi le rôle des ONG polonaises et il demande explicitement au vice-président américain d’encourager l’aide financière de ces ONG pour renforcer l’effort de transition en Europe de l’Est. Le paragraphe 6 du câble est plus précisément consacré à l’Ukraine. On apprend que:

Alors que les organisations polonaises font face à une rude concurrence pour les subventions et travaillent donc dur pour identifier des partenaires efficaces, ce n’est pas toujours facile, dit Michalowski. (par. 6)

Les protestations actuelles en Ukraine contre le gouvernement peuvent apparaître aujourd’hui comme le fruit d’efforts communs, ces dernières années, entre des groupes d’opposition et des ONG plus ou moins financées par les Etats-Unis, comme le démontre ce câble diplomatique. Les Etats-Unis se sont beaucoup impliqués pour obtenir un changement politique en Ukraine. Dorota Mitrus, présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie, parle notamment du rôle de sa propre ONG pour organiser par exemple « des stages et des programmes d’échange pour les fonctionnaires du gouvernement ukrainien« . Si la Pologne a joué un rôle, d’autres pays ont certainement aussi joué un rôle dans la prise de contact et le renforcement des liens avec l’opposition ukrainienne. Ce câble n’offre qu’un petit aperçu des moyens mis en oeuvre par les Etats-Unis. De la même manière, le groupe des Femen présent en Ukraine a de fortes chances d’avoir été initié et soutenu par le gouvernement américain, dans le cadre de cette stratégie de réforme en Europe de l’Est. Ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine résulte donc de tout ce qui a été entrepris par les Etats-Unis pendant ces dernières années et par les efforts multiples qui ont accompagné les nombreuses prises de décision.

A la lumière de ce document diplomatique, on peut se demander, d’une part, où s’arrêtera la stratégie de démocratisation en Europe de l’Est. Le câble diplomatique cite les pays de l’Est et le Caucase, une région qui inclut la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Est-ce que les Etats-Unis vont ainsi continuer leurs programmes de démocratisation en ciblant ces pays, qui sont tous d’anciennes républiques soviétiques? C’est probablement ce à quoi on peut s’attendre pour les prochaines années. Ce sont les derniers actes de l’histoire de la Guerre froide, où les Etats-Unis vont symboliquement aux portes de la Russie comme s’ils s’emparaient des anciens territoires qui leur avaient été confisqués pendant le communisme. Les Etats-Unis ne cherchent pas seulement à apporter la démocratie dans ces pays, ils viennent aussi chercher une partie de leur orgueil perdu dans le passé face à l’empire communiste.

D’autre part, on peut aussi se demander si les guerres en Afghanistan et en Irak n’ont pas fait également partie, ces dernières années, de cette stratégie américaine qui a consisté à mettre en place des programmes pour la démocratie dans le but de contrer la Russie et d’affaiblir sa puissance. Si les programmes de démocratisation des pays de l’Est ont eu pour objectif d’amener les anciens pays soviétiques dans la sphère d’influence américaine, est-ce que les programmes de démocratisation au Moyen-Orient ont eu le même rôle? A savoir, les Etats-Unis ont-ils cherché avec les guerres au Moyen-Orient à étendre leur influence politique et idéologique dans le monde, par crainte de voir la Russie s’emparer de certaines richesses ou bien par crainte qu’elle puisse étendre son influence politique et idéologique? Ceci semble toujours évident, que derrière tout ce que les Etats-Unis nomment « programmes de démocratisation », se cache en fait la volonté de continuer une certaine forme de Guerre froide contre la Russie — une guerre à la fois politique, idéologique et stratégique.

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/10WARSAW7_a.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités