L’Allemagne est le coeur révélateur de la guerre du drone de l’Amérique

Drohne vom Typ MQ-1 Predator beim Landeanflug

The Intercept, Par Jeremy Scahill @jeremyscahill, 17 avril 2015

Ceci est une enquête conjointe avec le magazine d’informations allemand Der Spiegel.

Un document top-secret du renseignement américain obtenu par The Intercept confirme que l’immense base militaire américaine de Ramstein, en Allemagne, sert de cœur high-tech au programme de drone de l’Amérique. Ramstein est le site d’une station de relais satellite qui permet aux opérateurs de drones dans le sud-ouest américain de communiquer avec leur appareil à distance au Yémen, en Somalie, Afghanistan et d’autres pays ciblés. Le série du diaporama top-secret, daté de Juillet 2012, fournit le plan le plus détaillé à ce jour sur l’architecture technique utilisée pour mener des frappes avec les drones Predator et Reaper.

Lire la suite de l’enquête: https://firstlook.org/theintercept/2015/04/17/ramstein/

Le renseignement étranger allemand accusé d’espionnage sur ses propres citoyens à l’étranger en 2000-2005

bnd-spying-abroad-intelligence.si

RT, 29 novembre 2014

Le BND, le service de renseignement extérieur de l’Allemagne, a utilisé une faille dans la loi pour espionner les citoyens du pays vivant à l’étranger de 2000 à 2005, a déclaré l’avocat de l’ancienne agence aux députés allemands.

Habituellement, il y a la loi « G10 » qui spécifie des obstacles juridiques élevés à couvrir avant d’espionner les citoyens allemands, y compris quand ils vivent à l’étranger. Si ces exigences ne sont pas remplies, les données les concernant doivent être filtrées depuis les communications étrangères reçues par le BND.

Toutefois, le Dr Stefan Burbaum a parlé au parlement d’une faille: une personne était nommée « titulaire de charge » si elle était ciblée.

« Le titulaire d’une charge est une personne morale. C’est une petite exception. Un citoyen allemand peut fonctionner comme un titulaire d’une charge dans une organisation étrangère », a expliqué Burbaum cité par The Local.

« La chose décisive est de savoir s’il communique en tant que citoyen ou en tant que titulaire d’une charge, » a-t-il ajouté.

Le BND a également enfreint la législation « G10 » sur le trafic des télécommunications, en conservant une partie du contenu que le service n’avait pas été autorisé à consulter.

Lire la suite: http://rt.com/news/210007-bnd-spying-abroad-intelligence/

Une faille allemande autorise l’agence d’espionnage de la BND à espionner ses propres citoyens (The Guardian)

Le BND  a menti depuis 2005 en ayant eu des indications que les Etats-Unis ont pris l’Allemagne pour cible de l’espionnage (Der Spiegel)

Peter Schiff: Plus les Etats-Unis espionnent le monde, plus le dollar perd du pouvoir

Source: http://www.thepeterschiffblog.com/2014/07/peter-schiff-more-us-spies-on-world.html

L’espionnage de la NSA en Allemagne créé un tremblement de terre anti-américain, les gens en ont marre

Interview de Diani Barreto sur Russia Today

Le haut responsable de la CIA en Allemagne a reçu comme ordre de quitter le pays. Berlin a réagi avec colère après que deux fonctionnaires allemands en une semaine auraient été accusés d’être des espions américains. Diani Barreto de la Wau-Holland Foundation dit que les nouvelles créent un tremblement de terre politique dans le pays.

(texte youtube)

L’Allemagne empêche Edward Snowden de témoigner en personne dans l’enquête sur la NSA

Edward SnowdenPhilip Oltermann, theguardian.com, jeudi 1er mai 2014

Les représentants officiels déclarent qu’une invitation personnelle pour le lanceur d’alerte américain pour assister à une audience serait une «sérieuse entorse» aux relations américano-allemandes.

Le gouvernement allemand a empêché Edward Snowden de témoigner personnellement devant une commission d’enquête parlementaire sur la surveillance de la NSA, cela est apparu quelques heures avant qu’Angela Merkel se rende à Washington pour une réunion avec Barack Obama. Dans une lettre aux membres du comité parlementaire, obtenue par Süddeutsche Zeitung, les représentants du gouvernement disent qu’une invitation personnelle pour le lanceur d’alerte américain irait « à l’encontre des intérêts politiques de la République fédérale », et serait « une entorse sérieuse et permanente » aux relations américano-allemandes.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/may/01/germany-edward-snowden-nsa-inquiry

NSA: les hackers et la ligue des droits de l’homme portent plainte contre Merkel

Chaos Computer Club03 février 2014, par Frédéric Lemaitre

Le Chaos Computer Club, une des principales associations de hackers allemands et la Ligue internationale des droits de l’homme [ILMR] ont annoncé ce lundi porter plainte notamment contre Angela Merkel, contre le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, contre les services de renseignement et de contre-espionnage allemand mais aussi contre les services de renseignements américain (NSA) et britannique (CGHQ) en raison des écoutes opérées sur les communications des Allemands.

Se fondant sur les révélations d’Edward Snowden, les plaignants se disent convaincus que « les personnes responsables au sein du gouvernement et des services de renseignement n’ont pas seulement toléré des activités des services secrets interdites, mais les ont soutenues de manière active et importante et donc se sont rendus complices ». « Chaque citoyen est concerné par l’espionnage à grande échelle des communications réalisées par les services secrets. Or des lois nous protègent contre ces pratiques et font encourir des peines de prison à ceux qui en portent la responsabilité », explique Julius Mittenzwei, juriste et membre du CCC.

Ce faisant, les plaignants ne cachent pas vouloir faire pression sur le procureur général dont l’enquête, selon eux, ne progresse pas assez vite. Ils souhaitent également que celui-ci puisse auditionner Edward Snowden, ce que refuse le gouvernement.

Celui-ci n’a pas réagi à l’annonce de la plainte, estimant qu’il n’avait pas de commentaire à faire sur une procédure judiciaire en cours.

Source: http://allemagne.blog.lemonde.fr/2014/02/03/nsa-les-hackers-et-la-ligue-des-droits-de-lhomme-portent-plainte-contre-merkel/

Communiqué original du CCC (Chaos Computer Club): http://www.ccc.de/en/updates/2014/complaint

Communiqué original ILMR (Ligue International des Droits de l’Homme): http://ilmr.de/2014/press-release-english-the-international-league-for-human-rights-launches-a-law-suit-against-the-secret-services-and-federal-republic-of-germany-owing-to-the-mass-surveillance-by-nsa-and-others

Le double-jeu de l’Allemagne dans l’affaire Snowden

Hans-Christian Ströbele rencontre Edward SnowdenPhoto: Le député allemand Hans-Christian Ströbele rencontre Edward Snowden à Moscou. (cliquer pour voir les vidéos de la rencontre)

Un nouvel acteur vient jouer un rôle dans l’affaire Snowden: l’Allemagne. Le pays souhaite faire témoigner l’ex-agent de la NSA sur son propre territoire.

Wikileaks a déclaré tout récemment qu’une collaboratrice ayant accompagné Edward Snowden en Russie vient de trouver refuge à Berlin. La raison invoquée: des risques et des menaces juridiques en Grande-Bretagne, bien qu’aucune action n’ait été officiellement annoncée contre cette personne de nationalité britannique et qui, d’autre part, n’a pas eu de rôle actif dans la fuite des documents de la NSA. Cependant, Snowden a sans doute plus de souci à se faire en ce moment que les nombreux journalistes, collaborateurs et représentants d’ONG qui l’ont rencontré à Moscou.

L’Allemagne, qui planifie peut-être des choses importantes dans les révélations de la NSA – ce qui expliquerait pourquoi la collaboratrice de Snowden se réfugie à Berlin – vient aussi d’annoncer que le pays voudrait interroger l’ex-agent de la NSA sur son propre territoire, et non directement à Moscou. Le député Hans-Christian Ströbele est allé, en effet, à sa rencontre. Alors, pourquoi ce changement de position politique? Nous pensions que l’Allemagne était un partenaire de la NSA et un allié des Etats-Unis, au même titre que les autres pays européens, et voilà qu’on nous apprend le contraire. Rien ne va plus au pays des alliés occidentaux.

Ce revirement de l’Allemagne semble plutôt étonnant, alors qu’il y a quelques mois, aucun pays européen n’a souhaité accordé l’asile politique au jeune lanceur d’alerte. Ce fut le grand silence de la part de l’Europe, y compris celui de la France. Si Berlin accueille désormais les militants pro-Wikileaks et les défenseurs de Snowden, on se demande juste pourquoi ne pas avoir donné l’asile politique à Edward Snowden quand il le demandait il y a plusieurs mois aux pays européens? Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour finalement lui demander de venir en Europe pour témoigner? Si les gouvernements européens avaient depuis le départ comme intention de l’aider, pourquoi ne pas l’avoir dit de suite? Cela aurait évité aux supporters de perdre du temps dans des pétitions et des actions inutiles.

La question que l’on se pose aussi, c’est de savoir ce qui motive cette brusque décision de l’Allemagne: est-ce que Snowden est en danger à Moscou? Est-ce que l’espionnage d’Angela Merkel est la seule vraie raison de cette décision? (Et comment d’ailleurs un pays partenaire de la NSA peut-il ne pas savoir que ses responsables politiques sont espionnés?) Ou est-ce que l’Allemagne souhaite aider Snowden à publier plus de documents secrets, face au refus du président Poutine de voir l’allié américain affaibli par de futures révélations?…

Ou bien, est-ce que les révélations de la NSA étaient destinées à un autre but géopolitique, notamment celui de provoquer une crise diplomatique avec la Russie ou d’influer sur « les relations entre les USA et la Russie« ? Dans le domaine de l’espionnage, tout est possible (et nous n’avons pas de réponse à cette question). Sous un autre jour, l’affaire Snowden relayée dans les médias aurait pu apparaître comme un bon moyen d’aider la Russie à lutter en faveur de la transparence gouvernementale, ou bien comme un moyen pour sensibiliser l’opinion publique à l’espionnage massif pratiqué par les services secrets. Il y a peut-être d’autres enjeux à découvrir dans l’affaire Snowden.

Ecrit par kimono

Le journal Haaretz prend la défense des lanceurs d’alerte

Gideon Levy, 27/10/2013

« Snowden, Assange, Manning, Vanunu – les vrais héros de notre temps »

Les lanceurs d’alerte sont encore considérés comme des traîtres, mais les vrais traîtres sont ceux qui ont été responsables des actes qu’ils ont exposés

Si la chancelière allemande était vraiment une femme d’Etat brave, elle inviterait Edward Snowden à demander l’asile politique dans son pays et à lui rendre hommage. Son collègue, le président français, devrait avoir fait de même. Angela Merkel et François Hollande auraient dû remercié Snowden – l’ex-employé de la CIA qui a révélé le système d’écoutes arrogant que les Etats-Unis ont exploité…

Source: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.554528

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives