La procureur d’Assange démissionne, tandis que l’accusatrice renvoie son avocat

Julian Assange au Royaume-Uni

Philip Dorling, 28 mars 2013

La procureur supérieure suédoise qui poursuit des accusations d’agression sexuelle contre Julian Assange a brusquement quitté l’affaire, et l’une des accusatrices d’Assange a renvoyé son avocat.

Les tensions dans l’effort de l’Autorité de Poursuite Judiciaire suédoise pour extrader M. Assange interviennent au moment où un autre juge suédois se prépare à délivrer la semaine prochaine une conférence publique sans précédent en Australie sur l’affaire de l’éditeur de WikiLeaks.

L’Autorité de Poursuite Judiciaire suédoise veut extrader M. Assange pour l’interroger à Stockholm en relation à des accusations d’agression sexuelle par deux femmes.

Fairfax Media a obtenu des documents de la cour suédoise qui révèlent que la procureur suédoise de grande envergure Marianne Nye a quitté de manière inattendue le traitement de l’affaire Assange, à compter de mercredi, et a été remplacée par une procureur plus jeune, Ingrid Isgren. Les raisons de ce changement n’ont pas encore été révélées.

L’une des deux accusatrices d’Assange, l’activiste politique Anna Ardin, a également fait une demande aux tribunaux suédois, le 28 février, pour remplacer son avocat controversé Claës Borgström. Mme Ardin s’est plaint d’avoir trouvé que M. Borgström passait beaucoup plus de temps à parler aux médias qu’avec elle, qu’il remettait ses demandes à sa secrétaire ou à son assistante, et qu’elle avait perdu confiance en lui comme représentant légal.

En plus des poursuites à l’égard de M. Assange, M. Borgström a été vivement critiqué pour sa gestion d’une autre affaire très médiatisée impliquant un tueur en série présumé, avec un éminent commentateur suédois qui le décrit comme faisant  » le pire travail de défense judiciaire dans l’histoire moderne de la Suède ».

L’engagement par Mme Ardin d’une nouvelle avocate, Elisabeth Massi Fritz, a maintenant été approuvé.

Les nouvelles des changements dans les poursuites suédoises contre M. Assange viennent peu de temps avant qu’un juge suédois de la Cour Suprême, Stefan Lindskog, donne une conférence publique sur « l’affaire Assange, et la liberté d’expression, d’un point de vue suédois » à l’Université d’Adélaïde, mercredi prochain.

Parlant à Fairfax Media, M. Assange a dénoncé le débat planifié sur son affaire.

Si un juge de la Haute-Cour en Australie venait et parlait d’une affaire que la cour est devrait ou est susceptible de juger, ce serait considéré comme absolument scandaleux », a-t-il dit.

« Ce développement s’inscrit dans le cadre d’un modèle où des personnalités suédoises, y compris le Ministre des Affaires Etrangères suédois, le Premier Ministre et le Ministre de la Justice, m’ont tous attaqué ou attaqué WikiLeaks en public. »

Le juge Lindskog est président de la Cour Suprême de Suède, la plus haute cour d’appel du pays. En annonçant sa conférence à venir, l’Université d’Adélaïde a fait remarquer qu’« en tant que l’un des juristes les plus éminents de la Suède, il est uniquement en mesure de fournir un point de vue officiel de l’affaire Assange. »

Dans un article paru aujourd’hui dans l’Australian Financial Review [Revue Financière Australienne], le juge remarque qu’il trouve « amusant de voir comment l’affaire Assange offre des possibilités de retournements serrés quand il s’agit de sujets qui doivent être abordés. D’un côté, il est question de savoir si les mensonges sur les préservatifs peuvent conduire à un crime sexuel, et d’un autre côté, la question de savoir si dire la vérité, en publiant des informations classifiées, peut équivaloir à un crime qui permet l’extradition vers un Etat qui dit avoir subi des préjudices. »

Greg Barns, un avocat porte-parole pour l’Alliance des Avocats Australiens, a dit que c’est un principe fondamental de la loi que les juges ne parlent pas publiquement sur des affaires qui sont susceptibles d’être devant les tribunaux ou qui n’ont pas encore été jugées.

Source: http://www.smh.com.au/opinion/political-news/assange-prosecutor-quits-while-accuser-sacks-lawyer-20130328-2gwjk.html

Publicités

Assange: Les Documents de la Police Publiés dans les Médias Suédois

Assange en Suède

Voulez-vous connaître la Suède ?

STOCKHOLM (Rixstep) — « Maintenant, je comprends pourquoi la police suédoise et les avocats ne viennent pas au Royaume-Uni pour interroger Assange », écrit l’éditeur en chef Dick Sundevall dans un paragraphe. « Ils seraient obligés de clôturer l’affaire et de déclarer qu’aucun crime n’a été commis. »

Clôturer le Dossier!

« J’ai demandé à quatre magistrats de la cour d’étudier les documents pour voir s’ils pouvaient trouver quoi que ce soit qui puisse signifier une poursuite judiciaire. L’un d’eux a dit qu’il pourrait peut-être y avoir un cas de harcèlement, mais il a admis que le dossier était plutôt faible. Les trois autres se sont mis d’accord sur le fait que ce dossier devrait être entièrement clos – c’est la chose même qu’a dit la très respectable procureure générale, Eva Finné, il y a près de deux ans », écrit Sundevall.

« Mais le gouvernement de la Suède ne laissera pas faire. »

Assange Prévenu

L’un des journalistes questionné par la police a expliqué comment il a prévenu Assange qu’il pourrait être pris dans un piège sexuel. « Je ne crois pas une seconde que les femmes font partie d’un complot », écrit Sundevall. « Mais vous seriez incroyablement naïfs de ne pas voir comment des pouvoirs cachés ont exploité la situation. »

Assange : Questions/Réponses

Sundevall a une courte rubrique de Questions/Réponses dans sa publication.

Q: Est-ce qu’Assange a pris l’initiative dans ces relations ?
R: Non. Elles l’ont approché.

Q: Est-ce qu’elles ont dit qu’elles ne voulaient pas avoir de relation sexuelle avec lui ?
R : Non, pas du tout.

Q: Est-ce qu’Assange a eu recours à la force pour obtenir avec elles une relation sexuelle ?
R: Non.

Q: Est-ce qu’il a préféré avoir une relation sans préservatif?
R : Oui, mais cela n’est pas illégal.

Q: A-t-il délibérément détruit le préservatif ?
R : Il dément l’avoir fait. L’enquête ne peut pas le démontrer.

Q: Est-ce que les deux femmes ont été infectées par une maladie ou sont tombées enceintes ?
R: Non.

Sundevall affirme de manière incorrecte que les femmes voulaient uniquement poser des questions sur les MST à la police, une chose totalement démentie par les notes de la station de police qui ont été données par la suite à Eva Finné. Sundevall envisage raisonnablement que les deux femmes regrettent aujourd’hui d’avoir contacté la police, car elles comprendraient mieux aujourd’hui à quelle intrigue politique elles ont été mêlées. Cela peut être retenu dans un des deux cas.

Pas les premiers

Ce n’est bien sûr pas la première publication de documents de la police. L’emplacement des documents a d’abord été révélé sur le forum Flashback il y a près de deux ans, après quoi ce site a démarré une traduction dans une question de jours. Les documents proviennent d’une communication de l’avocat suédois Björn Hurtig à Jennifer Robinson en novembre 2010 – il y a plus de deux ans. Mais c’est la première fois que les fichiers sont rendus accessibles en Suède d’une manière généralisée.

« J’ai eu l’accès à ces documents pendant quelque temps », écrit Sundevall. Petits pas.

Autres sites :
Beat the Blockade
Justice4Assange.com
Assange Defence Fund
WikiLeaks: Support WikiLeaks
The Police Protocol (Translated)
Rixstep: Assange/WikiLeaks RSS Feed
Radsoft: Assange/WikiLeaks RSS Feed

Source: http://rixstep.com/1/20121206,00.shtml

Ribéry, Benzema, DSK, Assange : des hommes célèbres sous le feu des scandales sexuels

Ribéry, Benzema, DSK, Assange: si ces noms vous évoquent encore quelque chose, si vous écoutez de temps en temps les médias, ces noms doivent forcément vous évoquer le déluge médiatique qui a entouré ces hommes connus en 2010 et 2011. Mais nous avons tous certainement oublié le contexte de ces scandales sexuels, car les médias passent vite à autre chose. Certains ont été jugés, d’autres affaires ont été classées sans suite, et d’autres sont encore en cours pour des faits qui ne sont pas encore prouvés.

Pourtant ces footballeurs, hommes politiques, journalistes, ont tous été impliqués dans des scandales qui ont éclaté ces dernières années, c’était il y a tout juste deux ans : Julian Assange, rédacteur en chef de WikiLeaks, accusé de viol en août 2010 par des collaboratrices, DSK ex-directeur du Fonds Monétaire International, accusé et arrêté à New-York en mai 2011, Ribéry et Benzema, deux footballeurs de l’équipe de France, mis en examen depuis avril 2010.

Zahia, Nafissatou Diallo, Anna Ardin et Sofia Wilen, autant de femmes qui ont accusé de viol ou d’agression sexuelle des hommes puissants et influents.

Chronologie des événements :

1)      L’affaire Zahia

L’affaire Zahia devient publique le 17 avril 2010, et met en cause plusieurs footballeurs, dont Ribéry et Benzema. L’affaire n’est pas encore terminée. « Le joueur du Real Madrid et celui du Bayern Munich risquent une peine maximale de trois ans de prison et 45.000 euros d’amende, à condition que l’accusation parvienne à prouver que le client savait que la prostituée était mineure. » Ribéry et Benzema sont pour le moment mis en examen. « Chacun, rappelons-le, est présumé innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu’à ce que la justice ne rende une décision définitive. »

2)      L’affaire DSK

L’affaire DSK éclate le 14 mai 2011, alors que DSK est arrêté à l’aéroport aux Etats-Unis et inculpé pour agression sexuelle, tentative de viol et séquestration d’une femme de chambre, Nafissatou Diallo, à l’hôtel Sofitel de New-York. Les charges sont abandonnées le 23 août 2011, sans doute suite à un arrangement entre avocats. Mais DSK est toujours inculpé dans l’affaire Carlton de Lille, mis en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisé », où le procès est en cours.


3)      L’affaire Assange

L’affaire Assange éclate le 21 août 2010 en Suède, il est accusé de viol après qu’il ait séjourné au domicile de deux collaboratrices qui l’ont invité. La Suède est un pays où les lois en matière sexuelle sont beaucoup plus strictes qu’en France. Assange a parlé de complot mené contre WikiLeaks, les deux collaboratrices seraient selon lui des recrues de la CIA. La bataille juridique continue jusqu’en août 2012, où Julian Assange obtient l’asile politique en Equateur, mais il est toujours réfugié dans l’ambassade à Londres. Par ailleurs, il a été défendu par la féministe suédoise Helene Bergman. S’il est arrêté, il risque l’extradition en Suède, plusieurs années de prison, mais il risque aussi l’extradition vers les Etats-Unis et l’inculpation pour la diffusion de documents secrets.

Pourtant, fait-on bien la différence dans ces trois affaires ? Si les médias cherchent avant tout à faire de l’audience et semblent mettre dans le même panier Ribéry, Benzema, DSK et Assange, et à les montrer comme des agresseurs sexuels, le public devrait savoir que ces affaires n’ont pourtant rien en commun, car les contextes sont très différents.

Il y a déjà la fonction des personnes qui est différente : DSK œuvrait dans le milieu politique international, Julian Assange est un militant et un hacker qui a diffusé des documents secrets sur les guerres en Irak et en Afghanistan, Benzema et Ribéry des sportifs qui avaient l’habitude de solliciter des prostituées.

Il y a aussi le fait que certains d’entre eux sont mariés, comme Ribéry et DSK, alors que Julian Assange, par exemple, ne l’est pas et s’est trouvé accusé de viol par des collaboratrices féministes qui avaient peut-être un compte à régler avec les hommes (Anna Ardin a écrit un texte qui dit « Comment se venger contre ton petit ami
qui te trompe »).

Il y a aussi l’âge et la fonction des accusatrices : Nafissatou Diallo est une femme de chambre qui avait un enfant, Zahia une prostituée mineure qui a peut-être cacher son âge aux footballeurs, Anna Ardin et Sofia Wilen des jeunes femmes autour de 30 ans qui avaient des habitudes sexuelles relativement libérées en Suède et qui fréquentaient des milieux féministes.

Enfin, les accusations ne sont pas les mêmes : DSK s’est trouvé accusé d’agression sexuelle, tentative de viol et séquestration de Nafissatou Diallo, femme de chambre, au Sofitel. DSK est, en outre, inculpé pour une affaire de proxénétisme en bande organisé dans l’affaire du Carlton de Lille, une affaire plutôt grave. Benzema et Ribéry, toujours mis en examen, sont inculpés pour sollicitation de prostituée mineure. Julian Assange, quant à lui, est accusé d’agression sexuelle et de « sexe par surprise » (terme de la justice suédoise), dans des relations qui étaient consentantes avec deux collaboratrices, et qui n’avaient rien à voir au départ avec une relation forcée ou un viol.

On voit bien que les médias ne font pas toujours la différence dans ces affaires. Si DSK est libre aujourd’hui, alors qu’il a été inculpé d’agression sexuelle et qu’il est encore sous le coup d’une inculpation pour proxénétisme en France, on se demande pourquoi Julian Assange, dans son cas, est accusé de viol dans des relations qui étaient consentantes. Ce qui entre en jeu ici, c’est la loi suédoise, bien plus stricte qu’en France. En France, sans doute, une accusation de viol pour rupture d’un préservatif et « sexe par surprise » n’aurait peut-être pas été prise au sérieux par un juge. Mais en Suède, la loi est différente. Le souci dans l’affaire Assange, c’est que les médias l’ont tout de suite fait passer pour un « violeur », alors qu’il n’y a eu aucun procès en Suède, et sans préciser également que ce qui est reconnu comme une agression sexuelle en Suède, ne l’est pas forcément en France. D’où l’importance d’être informé.

La question aujourd’hui est de savoir : pourquoi Julian Assange se trouve prisonnier d’une ambassade à Londres, réfugié politique, sans le droit de sortir, alors qu’il n’a pas été jugé et qu’il n’est pas accusé de viol pour le moment. DSK, Ribéry et Benzema sont libres : inculpés, certes, mais libres de circuler et libres de voir leurs familles, de voyager, alors qu’Assange est reclus dans une ambassade, menacé par la police de Londres et privé de ses droits. Il y a une sorte d’injustice que personne n’ose dénoncer, car tout le monde a peur de défendre Julian Assange, un homme accusé de viol (à tort peut-être), et qui pour le moment, jusqu’à preuve du contraire, est toujours innocent.

J’aurais envie de demander aux associations de Droits de l’homme : « Pourquoi Julian Assange ne peut pas prétendre à un traitement plus humain, que celui qu’il a subi jusqu’à présent ? Pourquoi est-il traité de manière dégradante ? Pourquoi a-t-il été dénigré par les médias, alors même que ni DSK, ni Benzema et Ribéry n’ont subi autant d’attaques? Pourquoi, même en Europe, aucune association des Droits de l’homme ne dénonce la manière dont il est traité et ne dénonce cet acharnement contre lui? »

L’ancien ambassadeur britannique Craig Murray s’exprime sur Assange


L’affaire Assange

Par craig, 2 septembre, 2012, 11:32 dans Entrevues

Un grand merci en effet à “Me in Us” pour cette transcription.

00:12 ONN : Bonjour. Nous sommes ici aujourd’hui à la maison de Craig Murray, le lanceur d’alerte et ancien ambassadeur en Ouzbékistan. Craig, je vous remercie d’être ici avec nous sur ONN aujourd’hui. Le dimanche, vous avez parlé publiquement en défendant Julian Assange dans un discours devant l’assemblée équatorienne. Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lever et d’être compté comme parmi ses partisans?

Craig Murray : Eh bien, la raison principale est que j’ai été moi-même un lanceur d’alerte, actif avec d’autres lanceurs d’alerte, et j’ai vu tant de lanceurs d’alerte soumis à de fausses accusations, et dès que quelqu’un donne l’alerte, en particulier sur les aspects, si vous voulez, de la politique étrangère et de guerre des néoconservateurs, vous allez être une cible et vous allez être diffamé avec de fausses accusations, et si vous êtes un homme, je pense que dans tous les cas ces accusations vont impliquer des allégations sexuelles. Alors je pourrais juste voir, si vous voulez, un déni de justice dans ce processus, et je voulais faire quelque chose que je peux pour aider à y mettre fin.

01:16 ONN : Vous avez dit que les personnes qui sont des lanceurs d’alerte ne sont pas accusées de délits politiques, ils sont accusés avec des délits criminels. Souhaitez-vous nous en dire plus à ce sujet?

Craig Murray : Oui, certainement, et je vais vous donner quelques exemples. James Yee, qui était aumônier à Guantanamo Bay, il a dénoncé les actes de torture et de mauvais traitements de détenus à Guantanamo Bay. Il a d’abord été accusé d’espionnage et des actes d’espionnage au profit d’un pays étranger. Ensuite, ces accusations ont été abandonnées et il a été accusé d’adultère, ce qui, apparemment, en vertu du droit militaire américain est un délit, et il a été accusé d’avoir eu de la pornographie sur son ordinateur du gouvernement, au travail, et il a été reconnu coupable de ces deux choses, et puis plus tard la condamnation a été annulée.

La brigadière Janis Karpinski était la dame en charge de tous les prisonniers de guerre irakiens en Irak, et pas seulement à Abou Ghraib. Elle était en charge de toutes les installations militaires. Elle n’était pas vraiment à Abou Ghraib, et en fait, elle avait seulement été à Abou Ghraib une fois. Lorsque l’histoire a éclaté à propos de toutes les tortures à Abou Ghraib, elle s’avança et elle a dit qu’elle avait personnellement vu un document signé par Donald Rumsfeld détaillant les formes de torture qui devaient être utilisées à Abu Ghraib, y compris les positions de stress, y compris la menace de prisonniers nus avec des chiens. Elle a dit que ces techniques ont été détaillées dans le document qui a été signé par Donald Rumsfeld. Elle a été rappelée aux Etats-Unis, et le jour suivant son retour aux États-Unis, elle a été surprise en train de voler à l’étalage et accusée de vol à l’étalage.

Scott Ritter a été inspecteur d’armes irakiennes dans la même équipe ONU avec David Kelly. Il était capitaine dans la marine américaine. Il a déclaré qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive irakiennes. À son retour aux États-Unis, il a été emprisonné dans un piège de miel sexuel, via l’ordinateur, par un agent du FBI, et cela a été admis en justice, que c’était un agent du FBI qui l’a piégé.

03:51 ONN : Pour ceux qui ne connaissent pas, qu’est-ce que ce terme « piège de miel » signifie?

Craig Murray : Un piège de miel, c’est quand vous mettez, si vous voulez, un leurre sexuel dans le but d’attraper quelqu’un, pour inciter quelqu’un à un acte sexuel qu’il pourrait autrement ne pas avoir commis, si vous n’aviez pas mis une tentation sur son chemin. C’est un terme fréquemment utilisé dans les cercles d’espionnage et cercles diplomatiques, parce que c’est une technique bien connue des services de sécurité. Et Scott Ritter est tombé dans ce piège de miel et il a été en fait reconnu coupable de pédophilie, parce que même si l’agent concerné était une femme adulte, elle utilisait la profil Internet d’une personne mineure. Mais – et le cas de Scott Ritter est le seul où je pense qu’il peut y avoir une part de vérité dans ces allégations, et dans son cas, ça n’aurait pas eu lieu – tout cela ne serait pas arrivé si le FBI n’avait pas mis cette situation en place et sorti pour le chercher.

Et je dois dire que ce sont tous des gens que je connaissais personnellement. Deux d’entre eux sont des gens que je connaissais avant qu’ils soient accusés. Et cela arrive à tout le monde. Et la même chose m’est arrivé. J’ai sonné l’alarme sur la complicité britannique dans la torture, la complicité du MI6 dans la torture en Ouzbékistan et sur les restitutions extraordinaires. J’ai été immédiatement accusé d’allégations sexuelles, en effet avec l’extorsion sexuelle des demandeurs de visa. Il m’a fallu, vous savez, 18 mois de véritable enfer, pour être honnête, pour laver mon nom. Parce que, vous savez, je sais que lorsque les gens jettent ce genre d’allégations sur vous, cela ternit votre nom à jamais. Il est très facile de détruire la réputation de quelqu’un par des allégations sexuelles.

Donc, pour moi, la chose absolument extraordinaire, c’est que, vous savez, après que cela soit arrivé à James Yee, c’est arrivé à moi, c’est arrivé à Scott Ritter, c’est arrivé à Janis Karpinski, ils ont utilisé le même truc encore et encore, et maintenant, ils le font avec Julian Assange, et quiconque prend au sérieux ces accusations, cela m’étonne, parce que l’idée que les gens ne peuvent pas voir ce qui se passe dans le monde et la façon dont les lanceurs d’alerte sont persécutés, pour moi, c’est étonnant. Et le fait que rien de ce que je viens de vous dire, vous ne le trouverez pas dans les médias traditionnels, vous savez, cela devrait vraiment, vraiment alarmer les gens sur le genre de monde dans lequel nous vivons.

06:30 ONN : Oui, il semble y avoir un échec plutôt général des grands médias pour faire face à ces questions. Je veux dire, à votre avis, est-ce que les journalistes font leur travail correctement?

Craig Murray : Non. Je veux dire, il me semble qu’il y a très peu de journalisme réel dans ce qu’on pourrait appeler les médias payants. Et une partie de cela, bien sûr, tient à ce que, vous savez, les médias appartiennent à un très petit nombre de gens, et vraiment, les gens doivent écrire ce que leurs patrons veulent qui’ils écrivent. C’est très, très difficile de trouver la vérité dans les médias sur n’importe quel sujet que ce soit. Par dessus tout, bien sûr, les journaux, qui en réalité emploient beaucoup moins de journalistes qu’auparavant. Il y avait une époque où les journaux individuels dans la rue Fleet avaient 30 ou 40 correspondants à l’étranger par journal. Maintenant, il n’y a pas 30 ou 40 correspondants à l’étranger pour l’ensemble de l’industrie de la presse britannique.

Donc, leur nombre a baissé, et la plupart du temps ils passent leur temps, vous savez, à couper et coller des communiqués du gouvernement et en relâchant l’histoire, l’histoire que les gens qui possèdent les journaux veulent qu’ils entendent.

Il en va de même pour les médias audiovisuels, qui ont à nouveau exactement le même cercle restreint de propriétaires privés, sauf s’ils appartiennent au gouvernement. Quoique le gouvernement, bien sûr, est possédé par les mêmes personnes qui possèdent les journaux, il n’y a pas vraiment beaucoup de différence.

08:10 ONN : Alors, que pensez-vous des allégations réelles, la substance même des allégations formulées contre Julian Assange? Je veux dire, existe-t il aucune preuve du tout, que vous pouvez voir?

Craig Murray : Je veux dire, dans une certaine mesure, cela n’a presque pas d’importance parce que, comme je le dis, après avoir vécu cela moi-même et après avoir vu tous les lanceurs d’alerte que je connais subir la même chose, ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils le fassent à Julian Assange. Alors, la question de ce dont ils l’ont accusé ou quelles accusations ils ont réussi à falsifier, cette question est presque sans importance.

Je dirais, vous savez, que choisir des allégations de viol et allégations sexuelles est très intelligent. La CIA en effet sait ce qu’elle fait. Tout d’abord, parce que rien ne ternit votre nom de cette manière. Les gens pourraient vous pardonner d’être un voleur dans une banque, ils pourraient même éventuellement vous pardonner d’être un meurtrier, si vous avez dit que vous l’avez fait dans le feu de l’action, mais personne ne pourra jamais vous pardonner d’être un violeur ou un pédophile. Donc, le choix de l’allégation est très intelligent.

En outre, il divise la gauche. Si les Six de Birmingham avaient été inculpés de viol, ils seraient encore en prison aujourd’hui, parce que personne n’aurait jamais été autorisé dans une campagne publique à mettre en cause les preuves contre eux, parce que, malheureusement, à cause des problèmes réels avec le viol, le viol authentique, qui reste impunis dans la société, la réaction est que beaucoup de gens parfaitement honnêtes pensent que la seule façon de corriger ce déséquilibre est en supprimant, essentiellement, toute protection aux personnes accusées de viol. Et ce point de vue est profondément soutenu par des personnes réelles et honnêtes qui se préoccupent de la position des femmes dans la société. Mais une fois que vous avez l’acceptation sociale selon laquelle il ne devrait pas être autorisé dans le discours public de contester les gens qui font des accusations de viol, cela constitue l’outil idéal à utiliser pour un service de sécurité, car tout le monde a convenu à l’avance que c’est le seul crime où personne ne va s’engager contre le déni de justice pour contester les éléments de preuve ou pour contester les accusateurs.

Et, comme je le dis, vous avez tellement de gens à gauche dont la principale préoccupation politique est le féminisme, qui sont utilisés comme des «idiots utiles» par la CIA, qui ont été utilisés dans des attaques au vitriol contre Julian Assange, qui appellent les gens comme moi des apologistes du viol, tout simplement parce que la CIA a été très, très attentive à choisir la seule accusation qu’ils vont toujours maintenir, que ce soit vrai ou non. C’est ça le principal problème avec les allégations.

Mais, non, je veux dire, il faut bien étudier les détails à la fois des allégations elles-mêmes et des gens qui font les allégations et les procédures qui ont été adoptées. Parce que même si vous ne saviez pas tout le contexte que je vous ai donné sur la façon dont les lanceurs d’alerte sont toujours poursuivis avec ces allégations, même si vous ne saviez pas ça, rien qu’avec un examen attentif des preuves dans cette affaire, ce qui est largement disponible sur Internet, tout le monde concluera que cela a été une manipulation. Je ne vois pas comment on peut sérieusement étudier les faits de la cause et ne pas penser que c’est une manipulation.

11:46 ONN : Vous avez mentionné l’autre jour, vous avez donné une interview, et vous avez mentionné l’un des accusateurs d’Assange par son nom, Anna Ardin, et cela a provoqué un grand tapage. J’ai fait quelques recherches et j’ai découvert qu’elle est en fait une politicienne social-démocrate. Pensez-vous que ce sont des faits qui doivent être largement diffusés auprès du public? Maintenez-vous le fait que vous avez nommé Anna Ardin comme l’une de ses accusatrices?

Craig Murray : Tout à fait. Le point le plus important à cet égard est que Anna Ardin s’est nommée elle-même. Elle a donné de nombreuses interviews à la presse sous son propre nom accusant Julian Assange, la première que je peux trouver était en Août 2010. Mais j’ai trouvé au moins 30 entrevues avec les médias qu’elle a donné, où elle est signalée comme Anna Ardin portant ces accusations, maintenant l’idée et en disant qu’elle ne travaille pas pour la CIA. Il est intéressant qu’elle ait ressenti le besoin de le dire. La plupart d’entre nous ne vont pas se promener en disant qu’ils ne travaillent par pour la CIA. Et aussi dire, vous savez, qu’Assange est un misogyne et un violeur et Dieu sait quoi d’autre.

L’idée que vous pourriez faire de telles accusations devant les médias – je ne veux pas dire en privé au tribunal- que vous pourriez sous votre propre nom faire de telles accusations devant les médias et que personne ne devrait être autorisé à vous répondre et personne ne devrait être autorisé à utiliser votre nom, même si vous l’avez placé vous-même dans les journaux, est un peu kafkaïen. En fait, je ne peux absolument pas comprendre pourquoi je ne devrais pas être autorisé à l’utiliser quand elle le met ouvertement dans le domaine public elle-même.

Et il y a, vous savez, plus de 200.000 recherches Google avec son nom, et elle a été nommée dans les grands médias de chaque pays majeur que je peux trouver à l’exception du Royaume-Uni. Elle a été nommée dans le New York Times. Elle a été nommée dans le Times of India. Elle a été nommée dans Paris Match. Elle a été nommée dans La Repubblica. Elle a été nommée dans Der Spiegel. Le Royaume-Uni est en fait le seul pays où elle n’a jamais été nommée par les grands médias, ce qui est encore une fois très étrange.

Mais, non, elle est elle-même un personnage avec une histoire très, très intéressante et des liens très, très intéressants, des liens politiques, qui ne se rapportent pas seulement au Parti Social-Démocrate en Suède, mais ce réseau de personnes dans la police, le procureur et Anna Ardin qui sont tous reliés, qui travaillent tous ensemble sur cette affaire, qui ont tous des liens de partis, c’est une chose qui pourrait elle-même rendre l’affaire irrecevable devant toute juridiction décente. Mais elle a aussi une histoire qui se rapporte à du travail avec des organismes financés par la CIA à Miami, Cuba et Buenos Aires. Donc, plus les gens étudient Anna Ardin, mieux c’est.

15:04 ONN : Vous allez faire référence, bien sûr, aux Dames en blanc, une organisation féministe à Cuba et aussi basée à Miami. Est-ce vrai?

Craig Murray : C’est vrai. Regardez, elle a un parcours intéressant et varié de travail dans des causes qui, disons, où il y a une zone d’intérêt commune en Amérique du Sud avec la CIA.

15:33 ONN : Il est également intéressant maintenant que c’est l’Équateur qui s’est dégagé, qui a initialement accordé la protection à Assange au sein de l’ambassade et lui a accordé l’asile complet. Donc, s’il est extradé vers la Suède, que serait le sort, selon vous, qui attendrait Julian Assange là-bas?

Craig Murray : Eh bien, sa crainte est qu’il serait très rapidement extradé de la Suède vers les Etats-Unis, soit extradé soit restitué. Et les Suédois ont maintenant réellement une sorte de droit à des restitutions version légale pour des restitutions temporaires rapides aux États-Unis, comme on les appelle. C’est ce qui inquiète Julian Assange. Bien que je dois dire, je veux dire, mon expérience de la façon dont ils traitent les lanceurs d’alerte et mon expérience de ce que nous avons vu du processus en Suède, je dirais qu’il doit y avoir une aussi grande peur qu’il va être injustement reconnu coupable de viol, et je suis sûr qu’il ne l’a pas fait. Mais s’il arrive en Suède, il sera immédiatement mis en prison. Il n’y a pas de provision pour caution. Et la chose que la plupart des gens ne comprennent pas, c’est que les procès pour viol en Suède ont lieu entièrement en secret, que personne ne verra jamais aucune des preuves. La prochaine chose que nous allons entendre est le verdict. À mon avis, le scénario le plus probable est que celui-ci a été concocté à l’avance et que le verdict sera qu’il est coupable. Et il est très possible de le faire parce que non seulement le procès est tenu en secret, mais il n’y a pas de jury.

Maintenant, je ne suis pas de ceux qui croient que seul le système judiciaire britannique est correct. De nombreux pays ont des systèmes différents et souvent ces systèmes fonctionnent très bien. Mais ce que vous avez avec le système du jury est une situation où les hommes et les femmes ordinaires, en effet, ont cette chance de tenir tête aux autorités et de dire ce qu’ils croient d’être vrai. Cela peut ne pas être une chance qu’ils prennent très souvent, mais cette possibilité est là. Lorsque vous ne disposez pas de jury, comme en Suède, les chances du gouvernement de sérieusement influencer le résultat, s’il le souhaite, sont assez fortes.

18:15 : Je prends l’exemple de l’enquête de Jean Charles de Menezes, par exemple, au Royaume-Uni. Dans ce cas, le juge, qui est nommé par le gouvernement – et souvenez-vous qu’il s’agit essentiellement d’une décision du gouvernement non seulement quels juges se font nommer mais aussi l’affectation des juges aux cas particuliers. Dans ce cas, le juge, et malheureusement, son nom m’a échappé parce qu’il était une disgrâce complètement sanglante, il a donné un résumé qui était totalement tendancieux et dans lequel il dit que le jury ne serait pas autorisé à rendre un verdict d’homicide illégal, et il voulait seulement leur donner le choix entre deux verdicts, dont l’un était un verdict ouvert, et l’autre était que le meurtre avait été légal, mais il ne voulait pas laisser leur permettre d’apporter un verdict d’homicide illégal, qu’il prononcerait ce verdict hors de l’ordre, ce qui est encore une disgrâce complète. Il a fait très clairement le verdict qu’il voulait, et c’était qu’il était légal. Mais ce n’est pas arrivé. Le jury est revenu et a dit non, nous allons ramener un verdict ouvert. Et ils l’ont fait, au grand dam du juge.

19:37 : L’affaire Clive Ponting, quand il fuit le fait que le Belgrano avait effectivement navigué loin des Îles Falkland au moment où il a été détruit avec des centaines de personnes qui ont été tuées, il a été inculpé avec ça en vertu de la Loi sur les secrets officiels. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’il était coupable. Il était sans aucun doute techniquement coupable. Le juge l’a dit, plutôt bien, dans son résumé de l’affaire. Et le jury a essentiellement dit au juge d’aller se faire voir et l’a déclaré non coupable. Donc, il y a toujours cette possibilité avec un système de jury.

Assange n’aura pas de jury. Il sera jugé par un juge professionnel et deux assesseurs non professionnels. Et les assesseurs non professionnels sont en fait littéralement des nominations des partis politiques. L’un sera nommé par le Parti conservateur suédois et l’autre par le parti social-démocrate suédois. Le Parti conservateur suédois est très fortement aligné avec George Bush et les néo-conservateurs, et le Parti social-démocrate est précisément d’ou viennent Anna Ardin, le procureur, l’enquêteur de la police et l’avocat d’Anna Ardin. Donc, il y a toutes les chances pour que ce procédé secret se traduise par un coup monté complet.

Et je pense que c’est bien que les gens aient mis l’accent sur la crainte qu’il puisse être extradé de la Suède vers les Etats-Unis, et je pense que c’est vrai et je pense que c’est légitime, mon opinion personnelle est qu’il y a un danger encore plus grand, un procès secret où personne ne peut avoir accès aux preuves et où ils annoncent aux médias complaisants qu’il a été reconnu coupable de viol à la fin.

21:17 ONN : Et puis c’est un fait accompli et on ne peut pas l’éviter.

Craig Murray : Exactement. Ensuite, c’est un fait accompli et ils le jettent en prison pour 10 ans. Puis, quand à la fin de cette période, il sort, il est envoyé vers les Etats-Unis et jugé pour des accusations de terrorisme, et à ce stade, bien sûr, il est un violeur condamné dans la mesure où les médias sont concernés, et de toute façon 10 ans ont passé et personne ne s’en soucie plus.

21:40  ONN : Ce serait un résultat terrible. Que penseriez-vous, que pensez-vous que serait le résultat si William Hague réalisait sa menace de prendre d’assaut l’ambassade équatorienne à ce point?

Craig Murray : Eh bien, c’est une menace absolument étonnante. Je dois dire que je sais avec certitude de la part des collègues, d’anciens collègues au sein du Foreign Office, qu’en faisant cette menace, William Hague a été très étroitement poussé par les Américains. Il a été soumis à une forte pression des Etats-Unis d’Amérique pour envoyer Assange en Suède. Ce qui, encore une fois, vous savez, contredit plutôt ceux qui disent qu’il n’y aurait aucune crainte d’extradition s’il se rendait en Suède. Pourquoi les Américains sont si désireux de l’envoyer là-bas? Pourquoi sont-ils si intéressés?

Mais ce serait une menace étonnante, car tout le monde dans le monde, sauf peut-être les chefs de gouvernement du Royaume-Uni et des États-Unis, considéreraient cela comme un acte extrêmement illégal. Ce serait un scandale diplomatique absolu et ce serait, vous savez, un crime d’agression contre l’Equateur.
Les répercussions diplomatiques seraient étonnantes pour le Royaume-Uni. Tout d’abord, aucune ambassade britannique ne serait en sécurité dans le monde, car tout le monde dirait: « Eh bien, nous pouvons faire la même chose que vous, nous pouvons changer la désignation de votre ambassade, et entrer, et en prendre le contrôle. » Et d’autre part, nos relations avec non seulement l’Amérique latine, mais la plupart des pays en développement, seraient au moins très, très sérieusement, en retrait.

Et vous devez vous rappeler que nous avons déjà assez de problèmes en Amérique latine. Tout d’abord nous avons le chauvinisme fou, des deux côtés, à propos des Îles Falkland. Ensuite, vous avez le fait que nous ne voulions pas extrader Pinochet alors que nous sommes si désireux d’extrader Assange pour des infractions qui, même si elles étaient vraies, ne s’additionnent pas à un cent millième de ce que Pinochet a fait. Et puis vous avez, bien sûr, comme je l’ai dit plus tôt, la mort de Jean Charles de Menezes. L’idée que la police métropolitaine, ayant tué Jean Charles de Menezes, nous permettrait de lancer une attaque physique sur une ambassade latino-américaine, est une idée tout simplement étonnante.

Donc, vous savez que les répercussions seraient énormes. Et je pense que Hague a absolument fait une folie de lui-même parce qu’il a fait une menace qui serait totalement désastreuse, s’il venait à la réaliser.

24:24 ONN : Et que dire de la légalité d’une telle chose? Utiliser la loi des locaux consulaires diplomatique de 1987 est ce que Hague a dit… le projet de loi qu’il a dit qu’il utiliserait?

Craig Murray : Eh bien, ce n’est qu’une absurdité totale, car il ne peut pas l’emporter sur le droit international. Vous ne pouvez pas avoir une législation nationale en conflit avec le droit international, en particulier un traité international dont nous faisons partie. Nous étions en fait, je crois, le deuxième signataire de la Convention de Vienne de 1961, et c’est le traité international le plus signé dans le monde. Et curieusement, même la loi de 1987 elle-même dit que ses dispositions doivent être conformes au droit international, et en fait cela dit la même chose dans la loi de 1987. Eh bien, il serait tout à fait contraire au droit international pour Hague de faire ce qu’il a prévu de faire. L’article 22 de la Convention de Vienne, partie 1, stipule absolument sans détour, sans aucune qualification supplémentaire, que les locaux diplomatiques sont inviolables. Un point, c’est tout. Et ils le sont. Vous savez, vous n’êtes pas autorisé à entrer dans les locaux diplomatiques de n’importe quel autre pays.

Même dans le chaos de l’Afghanistan, la Grande-Bretagne a abandonné son ambassade en Afghanistan, elle a retiré tous ses diplomates. Je ne suis pas sûr de cela. Je ne pense pas que nous ayons été jeté dehors. Je pense que nous avons quitté volontairement les lieux. Mais au moment de l’invasion soviétique de l’Afghanistan, la Grande-Bretagne s’est retiré, et notre ambassade est restée vide pendant des décennies, pendant l’occupation soviétique, pendant le régime des talibans en Afghanistan, et le bâtiment de l’ambassade n’a été ouvert – bien que finalement nous ayons déménagé dans de nouveaux locaux, ce n’est pas l’édifice où nous sommes maintenant – mais le bâtiment originel de l’ambassade a été seulement ouvert à nouveau après l’invasion en 2001, 2002. Mais il avait été… pendant 20 ans, il était resté là, vide, sous le régime soviétique et sous les talibans, et ni les Soviétiques, ni les talibans, ne sont entrés dans l’ambassade britannique. Même si il n’y avait personne, sauf un gardien résident afghan, ils ont accepté l’inviolabilité des locaux des ambassades et ils ne sont pas entrés, ni les Soviétiques, ni les talibans. Maintenant, William Hague nous propose d’agir bien pire que sous les Soviétiques ou les talibans, et cela me paraît tout à fait étonnant. Il faut le voir pour le croire.

27:18 ONN : Ok, juste une dernière question avant de conclure ici, sur ce qui a été, que pensez-vous des chances réelles pour Julian Assange de faire une course d’obstacles, pour ainsi dire, et de se rendre en Équateur en toute sécurité? Voyez-vous pour lui un moyen de quitter la Grande-Bretagne maintenant et de se rendre en Amérique du Sud en toute sécurité?

Craig Murray : Physiquement, ça va être très difficile. Les chances d’aller en Equateur depuis l’ambassade dans le centre de Londres sans l’accord des autorités britanniques sont limitées. Vous pouvez, vous savez, nous pouvons tous penser à des sortes de scénarios d’évasions physiques, mais ils ne sont pas faciles. Il va falloir trouver une solution diplomatique. Je dirais que cela prendra un certain temps, je pense d’ici six mois. Il n’y aura pas beaucoup de sensibilisation du public pour que quelque chose ait changé, bien que des discussions aient été poursuivies dans les coulisses.

La solution évidente pour les Suédois est de dire qu’ils ne vont pas l’extrader vers les Etats-Unis, mais les Suédois refusent absolument de faire cela, et les États-Unis refusent de dire qu’ils ne chercheront pas l’extradition, parce que franchement il n’y a aucun doute du tout sur le fait que les États-Unis ont convoqué un grand jury pour chercher à poursuivre en justice Assange et WikiLeaks, et qu’ils ont bien l’intention de l’extrader vers les Etats-Unis. Donc, tout cela est très, très difficile.

Vous pouvez voir une sorte de solution de Lockerbie. L’auteur présumé de Lockerbie, M. Megrahi, a été jugé à La Haye en vertu du droit écossais par des juges écossais, car ils ne voulaient pas l’envoyer en Ecosse et ils ont convenu de tenir le procès dans des locaux communs. Les Hollandais ont accepté qu’un procès à La Haye puisse se ternir en vertu du droit écossais pour la période du procès. Ce n’est pas le plus heureux des précédents, parce que je pense que le procès était lui-même un coup monté et un déni de justice, mais il crée effectivement un précédent pour quelqu’un, d’être jugé par un Etat sur le territoire d’un d’autre, donc il existe un précédent en droit international si les gens recherchent cela.

Maintenant, comme je l’ai dit moi-même, mon opinion personnelle est que la condition de tout procès doit être que cela devrait être public. Je pense que cette affaire est de si haut niveau que les gens ont le droit de savoir quelle preuve a été donnée, ils sont en droit de savoir ce qu’est la défense, et franchement la défense est si forte qu’il serait très, très difficile de faire un coup monté pour la condamnation. Donc, quelque chose dans cet ordre d’idées.

Je ne sais vraiment pas à ce stade ce qu’est le jeu final. L’espoir du gouvernement britannique est que le gouvernement équatorien va changer. Il y a une élection en Equateur qui approche dans un avenir pas si lointain. Les gouvernements britannique et américain comptent sur les adversaires du président Correa – et ses adversaires sont bien sûr soutenus par la CIA, de toute façon – ils vont réussir à gagner cette élection et ensuite annuler sa demande d’asile diplomatique et de le remettre, et c’est la fin du jeu dans la mesure où les Britanniques et les Américains sont concernés. Donc je suppose qu’ils vont attendre le résultat de l’élection équatorienne. Je ne pense pas qu’ils vont faire de compromis du tout jusqu’après l’élection équatorienne, dans l’espoir que le gouvernement de l’Équateur change et qu’ils obtiendront essentiellement une administration fantoche américaine en Equateur qui va tout simplement le lui remettre.

31:49 ONN : Eh bien, je vous remercie beaucoup pour avoir parlé avec nous aujourd’hui, M. Murray. Cela a été fascinant et très instructif. Et merci à nos téléspectateurs. Merci de regarder cette interview ONN. J’espère que vous avez apprécié. Ok.

Craing Murray : Merci.

————
La transcription originale sur le site de Craig Murray : http://www.craigmurray.org.uk/archives/2012/09/the-assange-case/

Sur le forum : http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,15680.0.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités