Un parc d’attractions en Iran plonge les enfants dans de dangereux « jeux de guerre »

Jeux de guerre: L’Iran ouvre un parc d’attractions militaires pour enfants avec des AK47 où des enfants aussi jeunes que 8 ans tirent des balles sur des drapeaux américains et des effigies du Premier Ministre israélien

Les enfants s’habillent en équipement de combat complet et font semblant d’attaquer des ennemis comme Israël et l’Occident

TheSun.co.uk, Stephen Moyes, 08/12/2016

Le gouvernement iranien a ouvert un sinistre parc à thème pour enfants basé sur la guerre où, au lieu des montagnes russes et des carrefours giratoires, il y a des postes de contrôle militaires et des AK47.

Le parc de la cité des jeux pour enfants révolutionnaires permet aux jeunes de s’habiller en équipement de combat complet et de prétendre attaquer les ennemis de l’Iran, comme Israël et l’Occident.

Lire la suite: https://www.thesun.co.uk/news/2357311/iran-opens-chilling-kids-war-based-theme-park-with-military-checkpoints-and-ak47s/

Publicités

La Lithuanie suspend une télévision russe après des commentaires anti-américains

vladimir-zhirinovsky

RFERL, 17/11/2016

La Lithuanie a coupé la diffusion d’une station de télévision de l’Etat russe après qu’un législateur russe a été vu, critiquant la politique des États-Unis dans des remarques que les régulateurs considèrent comme une « incitation à la guerre, la discorde et la haine ».

L’ordre du 16 novembre de la commission de radio et de télévision du pays suspend les émissions de RTR Planeta, le service international du radiodiffuseur d’Etat russe VGTRK, pendant trois mois.

L’ordre est intervenu après qu’une émission récente dans laquelle Vladimir Zhirinovsky, membre de la Douma russe, a été montré disant que si les troupes américaines s’approchent des frontières de la Russie, « ils vont brûler avec l’équipage ».

Lire la suite: http://www.rferl.org/a/lithuania-suspends-russian-tv-anti-american-comments/28124570.html

Le monde des menaces contre les États-Unis est une illusion

Boston Globe, Par Stephen Kinzer, 12 avril 2015

600px-North_America_from_low_orbiting_satellite_Suomi_NPPQuand les Américains observent le monde, nous voyons un essaim de menaces. La Chine semble résurgente et ambitieuse. La Russie est agressive. L’Iran menace nos alliés. Les nations du Moyen-Orient sur lesquelles nous nous étions autrefois appuyés s’effondrent dans les flammes. Les dirigeants latino-américains semblent plus régulièrement anti-yankee [hostile au gouvernement et à la politique américaine]. Les groupes terroristes capturent des territoires et commettent des atrocités horribles. Nous nous battons contre Ebola avec une main, tout en repoussant les enfants d’Amérique centrale de l’autre.

En fait, ce monde de menaces est une illusion. Les Etats-Unis n’ont pas d’ennemis puissants. Nous ne sommes pas seulement en sécurité, mais plus en sécurité qu’aucune grande puissance ne l’a jamais été dans toute l’histoire moderne.

Lire la suite: http://www.bostonglobe.com/opinion/editorials/2015/04/11/have-seen-enemies-and-they-weak/Cho9J5Bf9jxIkHKIZvnVTJ/story.html

« Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret »

la propagande en couleursIllustration: la propagande en couleurs, autrement dit une manière simple de comprendre comment nos esprits sont manipulés par les médias

« Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret »

Ceci pourrait être la nouvelle devise de citoyens qui ont décidé de libérer leur esprit de toute forme de propagande médiatique, de ceux surtout qui veulent sortir de l’opposition entre point de vue pro-occidental (ou pro-américain) et point de vue des pays non-occidentaux. En Europe, nous sommes dans une logique occidentale, mais sans nous en rendre compte, beaucoup des points de vue de nos médias sont calqués sur les Etats-Unis. Trop de gens croient aux médias, et même ceux qui militent et pensent être indépendants dans leur esprit sont aussi influencés par la propagande médiatique occidentale. Exemple: la Palestine qui reste encore aujourd’hui un sujet problématique en Occident à cause du soutien américain à Israël, d’autres sujets aussi comme la prison de Guantanamo, les révélations Wikileaks, la cyber-surveillance, la place des lanceurs d’alerte dans nos sociétés modernes, et le 11 septembre, sont également des sujets peu débattus en Europe.

Dans le cas de la NSA, par exemple, il y a un débat sur l’espionnage américain, mais parallèlement il y a peu d’informations sur l’implication du gouvernement français dans ce partenariat américain. De la même manière, il n’y a quasiment aucun gouvernement européen (sinon aucun) qui a remis en cause la version officielle des attentats du 11 septembre, alors que de nombreux américains dénoncent une enquête insuffisante. Nous avons la liberté d’expression en Europe, mais certains sujets restent malgré tout trop peu analysés dans nos pays, sans que ce soit pour autant une censure officielle.

Dans cette logique, les blogs sont parfois des moyens d’information très utiles qui peuvent soulever des questions qui n’ont pas été évoquées par les grands médias. Si vous pensez qu’il n’y a pas d’informations utiles sur un sujet que vous maîtrisez, créez un blog et prenez la parole, ce sera le meilleur moyen de rompre le silence! Vous pourrez ainsi écrire sans aucune pression politique et au rythme que vous voulez.

C’est pourquoi nous disons: « Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret », parce qu’il faut apprendre à exiger toujours plus d’informations, toujours plus de vérité. Parce qu’il ne faut pas avoir peur de critiquer. Parce qu’il faut apprendre aussi à collecter toutes ces informations qui nous bombardent à la télévision ou sur Internet, apprendre à les classer, à différencier les rumeurs par rapport aux vérités, savoir aussi se poser des questions sur d’éventuelles manipulations médiatiques qui sont là pour provoquer un débat ou détourner l’attention des citoyens face à un sujet plus préoccupant.

Finalement, le citoyen doit parfois faire comme la NSA face à l’information médiatique: il doit tout analyser, stocker dans sa tête pendant des mois, voire des années, s’il est un vrai passionné d’actualité et s’il veut arriver à une vision logique et raisonnable du monde moderne. Au bout de plusieurs années, ce citoyen qui n’aura fait confiance qu’à sa propre intelligence, qui aura parfois eu le courage d’écrire de lui-même des articles, sera sans doute plus objectif que n’importe quel journaliste qui aura seulement passé son temps à obéir à sa rédaction en rédigeant les sujets qu’on lui aura imposés.

Peu importe le sujet ou l’orientation politique: il faut comparer l’information sur beaucoup de sites internet et comparer les idées de différents mouvements politiques, pour arriver à une idée cohérente où nous pouvons discerner les intérêts d’un Etat qui produit de la propagande face à sa population. Il faut être suffisamment ouvert d’esprit pour comparer des informations très différentes et se faire sa propre version de la vérité. Il faut aussi savoir être suffisamment courageux pour avoir des idées différentes face au plus grand nombre et ne pas se laisser intimider par les réactions parfois négatives des personnes qui nous entourent. Si vous soutenez la Russie, dites-le, personne ne vous censurera en Occident, de toute manière les Américains vous auraient mis sur écoute pour moins que ça. Si vous pensez que la Corée du Nord mérite plus d’attention et de respect de la part de la communauté internationale, si vous soutenez la paix en Corée, dites-le aussi. Il n’y a pas de mal à partager ses idées, surtout quand elles sont pacifiques, et vous trouverez certainement des individus qui seront d’accord avec vous.

Il ne faut pas avoir peur de la controverse et d’aller contre les idées du plus grand nombre. De la même manière, notre blog qui soutient Wikileaks – et qui continue à soutenir sa lutte pour la transparence politique – n’a pas hésité à analyser toutes sortes d’informations pour montrer que cette organisation n’a pas forcément expliqué ses vrais liens avec les gouvernements occidentaux ou, du moins, avec certains services secrets américains, comme le FBI (avec Sabu), et d’anciens employés de la NSA ou de la CIA. Parce que le devoir d’information exige que l’on soit critique, même face aux organisations que l’on soutient et même si l’on admire ces personnes. C’est à ce prix-là qu’il y aura de plus en plus de liberté d’expression dans le monde.

Il faut aussi savoir rester critique face aux médias indépendants, qui parfois peuvent avoir été créés ou manipulés par des services secrets afin de collecter des informations sur certains sujets, dans le but de manipuler l’opinion ou pour infiltrer des réseaux militants. C’est pourquoi même l’information indépendante doit rester dans votre esprit une information susceptible de contenir autant de propagande que ce que vous voyez à la télévision.

Le mieux est qu’un citoyen compare et collecte son information comme s’il était à lui-même son propre service secret, là où sa réflexion et sa pensée seront toujours indépendantes de toute manipulation et à l’abri de toute forme de propagande, que cette propagande vienne à l’origine d’un Etat, d’un parti politique ou d’une organisation militante. C’est en développant ces capacités d’analyse que vous serez en mesure de faire les meilleurs choix dans votre engagement politique et de défendre les idées qui vous correspondent le plus.

Soyez votre propre média, soyez votre propre service secret. La vérité est à portée de tout le monde. Le lavage de cerveau accompli par les médias n’est pas une fatalité. Sachez réagir!

kimono

CC BY-SA

Image CC BY-SA créée par l’auteur de l’article

Un rêve d’unification et de paix dévoilé dans une vidéo de propagande de la Corée du Nord (février 2013)

« Une vidéo de propagande de la Corée du Nord montre New York en flammes », vidéo attribuée à Uriminzokkiri (The Guardian, 5 février 2013)

Le lien de la vidéo étant désormais privé, voici la même version de la vidéo (avec une musique différente): https://youtu.be/VWrG7jzEZio

Sous-titres de la vidéo:

La nuit dernière, j’ai fait un rêve merveilleux
Je me suis retrouvé haut dans l’espace voyageant à bord de la fusée Euhna 9
Dans la joie et l’excitation, le vaisseau spatial Kwangmyungsong-21 s’est séparé, et je volais dans l’espace immense et sans fin
Depuis le bord, je pouvais voir de très belles couleurs et un contraste frappant [de l’extérieur]
J’allais presser le bouton pour prendre une photo, alors que je me dirigeais vers notre terre parfaitement verte, une étoile qui brille au milieu des ténèbres
Soudain, à travers la lentille de la caméra, l’image du drapeau de l’unification soufflant sur notre pays unifié surgit
Même, je pleure en m’agrippant à cette caméra, assailli par les préoccupations.
En Amérique, je peux voir de la fumée noire
Il semble que les nids du diable qui a d’habitude causé des guerres d’invasion et de persistance sont finalement brûlés sous le feu que j’ai provoqué
Le monde libre et en paix, et l’espace magnifique et grandiose, semblent bénir notre vaisseau spatial Kwangmyungsong-21
Chers spectateurs, pensez à cela. Le vaisseau spatial de la Corée volant à travers l’espace, sur le fond d’un soleil et d’un espace plein de lumière
Je suis sûr que mon rêve va se réaliser.
Et même la fin complète des plans impérialistes
Malgré toutes sortes de tentatives impérialistes pour nous isoler et nous écraser … personne ne sera jamais capable d’arrêter les peuples en marche vers la victoire finale
Son rêve « va certainement se réaliser »

(youtube)

Un juge s’en prend à l’administration Obama pour avoir caché les photos de torture en Irak, Afghanistan

UnknownMOSCOU, 22 octobre (RIA Novosti) – Mardi, un juge fédéral a donné à l’administration Obama jusqu’au 12 Décembre pour justifier sa détention de plus de 2.000 images montrant des détenus en Irak et en Afghanistan qui ont été torturés par l’armée américaine.

Le président Obama, en 2009, a donné sa propre justification pour la détention des photos, en disant: «la conséquence la plus directe en les publiant serait, je crois, d’enflammer davantage l’opinion anti-américaine et de mettre nos troupes en grand danger», et qu’il craignait que « la publication de ces photos pourrait avoir un effet paralysant sur les enquêtes futures d’abus de détenus. »

Lire la suite: http://en.ria.ru/world/20141022/194449013/Judge-Slams-Obama-Administration-for-Hiding-Torture-Photos-From.html

Un nid de l’Etat Islamique (ISIS) grandit à Boston

islamic-society-of-boston-mosque-united-states-07

24 septembre 2014, par Robert Spencer

Robert Spencer est le directeur de Jihad Watch et auteur des best-sellers du New York Times Le Guide politiquement incorrect de l’Islam (et des Croisades) et La Vérité au sujet de Mohammed. Son dernier livre, L’hiver arabe arrive en Amérique: La vérité sur la guerre où nous sommes, est maintenant disponible.

Le site WCVB.com de Boston a rapporté lundi que « le gouvernement fédéral vise Boston et deux autres villes américaines pour arrêter ce qu’ils appellent le pipeline du Jihad-US vers ISIS dans une tentative d’empêcher les Américains de se joindre à l’organisation terroriste. » Boston a apparemment fait cette liste d’élite parce qu’Ahmad Abousamra, « un diplômé de l’université américaine de Boston, qui a fui la piste du FBI pendant des années, est soupçonné de s’être joint à ISIS et d’avoir donné profit de ses compétences en informatique pour répandre la propagande du groupe terroriste irakien sur les médias sociaux. » Et maintenant Boston récolte donc ce qui a été semé depuis tant d’années.

L’État islamique a été lié à la Société islamique de Boston. Les frères Tsarnaev, meurtriers de masse du jihad au Marathon de Boston, sont allés à la mosquée de la Société islamique de Boston. Ainsi ont fait d’autres terroristes accusés du jihad, Tarek Mehanna et Aafia Siddiqui. Pendant tout cela, le FBI a mené une «sensibilisation» à la Société islamique de Boston, mais il n’a jamais enquêté. Maintenant, ils récoltent les fruits de leur ignorance volontaire [qui se voulait] politiquement correcte.

Lire la suite: http://www.frontpagemag.com/2014/robert-spencer/an-isis-nest-grows-in-boston/

ISIS [EIIL] menace l’Amérique: « Nous lèverons le drapeau d’Allah à la Maison Blanche »

ISIS [EIIL] s’engage à lever son drapeau à la Maison Blanche, et contrôle désormais le plus grand barrage en Irak

Nobodysbuying, Posté le 8 août 2014

Le groupe terroriste que le président Barack Obama a menacé de frapper en Irak, jeudi soir, menace lui-même de frapper le territoire américain.

« Je dis à l’Amérique que le Califat Islamique a été établi, » a déclaré Abu Mosa, un porte-parole du groupe terroriste connu sous le nom de l’État islamique en Irak et en Syrie (ISIS) [EIIL], au Média VICE dans une interview vidéo mise en ligne jeudi. « Ne soyez pas des lâches en nous attaquant avec des drones. Au lieu de faire ça, envoyez vos soldats, ceux que nous avons humiliés en Irak ».

« Nous allons les humilier partout, si Dieu le veut, et nous allons hisser le drapeau d’Allah à la Maison Blanche, » a-t-il ajouté.

Source: http://nobodysbuying.wordpress.com/2014/08/08/isis-threatens-america-we-will-raise-the-flag-of-allah-in-the-white-house/ et http://dailycaller.com/2014/08/08/isis-threatens-america-we-will-raise-the-flag-of-allah-in-the-white-house/#ixzz39pThijy9

Scandale d’espionnage en Pologne sur fond de crise ukrainienne

« On a fait une pipe aux Américains »: le chef de la diplomatie polonaise, Radosław Sikorski

Depuis le 15 juin 2014, comme le révèle Le Monde, un scandale d’écoutes bouleverse le gouvernement polonais, dont plusieurs ministres et le gouverneur de la Banque de Pologne. Les enregistrements sont divulgués par l’hebdomadaire polonais Wprost et mis en ligne dans des vidéos sur le compte du journal. Mais la phrase qui agite le plus les médias est celle qui a été prononcée par l’actuel ministre polonais des Affaires étrangères, Radosław Sikorski, qui remet en cause l’alliance américano-polonaise.

Comme le rapporte Slate, dans son article du 23 juin:

«L’alliance américano-polonaise ne vaut rien. Elle est même nuisible, car elle crée un faux sentiment de sécurité. On va entrer en conflit avec les Allemands et les Russes, et on va penser tout va bien parce qu’on a taillé une pipe aux Américains. Des pigeons, on est vraiment des pigeons.»

Les médias russes se sont emparés de l’affaire d’espionnage et citent continuellement Sikorski, qui est devenu une sorte de « héros des médias en Russie », quand il s’agit de propagande anti-américaine, comme dans cet extrait de la Revue militaire cité par le média polonais RMF24:

Nouveauté du jour. Le Ministre polonais des Affaires étrangères Sikorski, oui le même Sikorski qui aime citer Brzezinski et faire peur à la Russie avec les forces de l’OTAN et se positionner contre le fait que le Kremlin puisse acquérir des Mistrals français (soutenant la ligne de la Maison Blanche) – s’avère un grand ennemi de cette même Maison Blanche – rapporte la Revue Militaire [ВОЕННОЕ ОБОЗРЕНИЕ, article du 23 juin 2014]. L’article qui se moque de Sikorski et s’intitule « La merde, la pipe et les pigeons » contient des citations pleines de vulgarité tirées de la conversation entendue du ministre avec [Jacek] Rostowski. (RMF24)

Si l’origine de ces écoutes semble inconnue, on peut malgré tout se demander si — en pleine crise ukrainienne — la fuite de ces enregistrements n’a pas été calculée d’avance et si elle n’a pas pour vocation de lancer un débat politique sur les liens de la Pologne, et plus largement ceux de l’Union Européenne, avec les Etats-Unis. En effet, les extraits — qui sont bien choisis et pertinents — auraient très bien pu être sélectionnés, prémédités par des personnes issues du gouvernement polonais ou d’un autre gouvernement, en vue de conduire à une nouvelle situation politique en Pologne. La Pologne est dans une situation délicate, puisqu’elle doit à la fois resituer sa position vis-à-vis des Etats-Unis qui pratiquent l’espionnage illégal sur les citoyens européens (dont les citoyens polonais), et elle doit aussi s’affirmer face à la Russie dans la crise ukrainienne.

Si certains pensent en Pologne que ces fuites d’enregistrements sonores pourraient provenir d’un gouvernement étranger, comme l’évoque le Washington Post, et en particulier des services secrets russes — « Des médias et des hommes politiques ont suggéré que l’enregistrement secret pourrait avoir été effectué par les services spéciaux russes, afin de déstabiliser la Pologne sur fond de crise russo-ukrainienne » (Le Monde, 19 juin 2014) —, on peut tout aussi bien penser qu’au contraire des personnalités politiques polonaises pourraient tout autant être impliquées dans ces fuites, car comme dans tout pays, il y a aussi des éléments de l’opposition qui sont insatisfaits de la politique actuelle en Pologne et qui souhaitent changer de gouvernement.

Et n’oublions pas que, dans un monde sur écoutes, — où les services secrets ont des capacités d’espionnage presque sans limites, où les agences de renseignement collaborent entre elles et partagent des milliers d’informations chaque jour, où certains responsables politiques sont constamment surveillés au nom de leur sécurité personnelle — quoi de plus facile que d’espionner les conversations d’un ministre et de divulguer à la presse ces enregistrements? Tout cela semblerait un jeu d’enfants pour des services secrets, même la NSA aurait pu être à l’origine de ce scandale d’écoutes en Pologne.

 

 

Les câbles Wikileaks confirment que les Etats-Unis et le Pakistan ont coordonné des attaques militaires contre les insurgés pakistanais

Les câbles Wikileaks confirment que le gouvernement du Pakistan a mené, en accord avec les Etats-Unis, une politique de répression contre des groupes présumés terroristes, en acceptant un financement américain de matériel militaire, et en autorisant notamment les survols et les tirs de drones américains sur le territoire pakistanais. La question est de savoir: comment un gouvernement qui se dit « indépendant » et se considère comme une « république » (le Pakistan) peut-il autoriser une force étrangère (les Etats-Unis) à bombarder son propre pays et à tuer des civils sur son propre territoire? C’est pourtant la triste réalité du 21ème siècle: quand un gouvernement tue et fait assassiner sa propre population, car les raids de l’armée visent aussi bien les terroristes que les civils, sans pour autant trouver de solution politique.

En témoignent les paroles du 1er ministre pakistanais, Youssuf Raza Gilani, dans un câble Wikileaks du 23 août 2008 (réf. 08ISLAMABAD2802):

« Beaucoup diront que nous avons passé un accord avec les Etats-Unis, mais je continue de comprendre que nous devons le faire. » (9.C)

« Je ne m’inquiète pas qu’ils le fassent, pour autant qu’ils attrapent les bonnes personnes. Nous protesterons à l’Assemblée Nationale, puis nous l’ignorerons. » (11.C)

Dans un autre câble daté du 9 octobre 2009 (réf. 09ISLAMABAD2449), on peut encore lire:

« L’Armée Pakistanaise vient juste pour la deuxième fois d’approuver le déploiement d’éléments des opérations spéciales des Etats-Unis pour soutenir les opérations militaires pakistanaises. »

Quelques jours avant cette décision d’approuver la présence d’éléments américains pour mener conjointement des opérations militaires, le Pakistan a demandé et reçu une aide de 300,000 $ des Etats-Unis, pour du matériel militaire destiné à la reconnaissance de nuit des cibles potentielles (réf. 09ISLAMABAD2380):

« Le Groupe des Services Spéciaux de l’Armée Pakistanaise (SSG) a demandé 25 appareils d’imagerie thermique (Renegade 320) pour ses unités à un coût de 300,000 dollars. » (2)

Justification pour la vente:

(SBU) Les opérations de contre-insurrection requièrent la capacité à conduire toute la gamme de la collecte de renseignements et des activités de combat 24 heures par jour, afin d’empêcher les militants ennemis de couvrir l’obscurité. » (3)

Considération sur les droits de l’homme:

(U) « Il n’y a pas de considérations relatives aux droits de l’homme qui exclueraient la livraison de NVD [Dispositifs de Vision de Nuit] à l’armée pakistanaise. » (8)

Dernièrement, en novembre 2013, deux chefs talibans ont été ciblés dans des attaques meurtrières, qui ne sont elles-mêmes que la continuation de cet accord passé entre les Etats-Unis et le Pakistan dans la lutte anti-terroriste.

Hakimullah MehsudLe 1er novembre 2013, les drones américains ont tué le chef des Talibans pakistanais, Hakimullah Mehsud, recherché notamment depuis l’attentat qui avait tué 7 militaires américains dans la province de Khost. La violence et les drones, c’est malheureusement la seule manière dont les Etats-Unis pensent résoudre le problème du terrorisme au Moyen-Orient. Or, on sait très bien que cela ne résout rien. Au contraire, à chaque assassinat, les Talibans choisissent un nouveau chef: « Hakimullah Mehsud enterré, les talibans choisissent un successeur », comme le titre le journal Le Monde. De plus, les combattants tués par les drones américains sont tous considérés comme des martyrs par la population et cela ne fait qu’accroître le sentiment anti-américain: « Hakimullah a été martyrisé« , témoigne un commandant taliban dans India Times, et comme on peut lire aussi dans l’article de Marie-France Calle, « Hakimullah Mehsud, ‘héros’ et ‘martyr’ au Pakistan« . Donc, le problème du terrorisme n’est en rien résolu. Les Etats-Unis jettent seulement de l’huile sur le feu en assassinant les talibans, car cela ne fait qu’augmenter leur motivation ainsi que la colère de la population contre leur gouvernement et contre l’armée américaine qui sont tous deux responsables de ces crimes.

Nasiruddin HaqqaniLe deuxième assassinat qui a visé un chef taliban est celui qui a eu lieu dimanche 10 novembre 2013 contre Nasiruddin Haqqani, fils de Jalaluddin Haqqani, le fondateur du réseau Haqqani, un réseau d’insurgés qui opéraient contre les forces de l’OTAN et des Etats-Unis sur la frontière afghano-pakistanaise. « Au moins quatre hommes armés ont ouvert le feu sur lui » a déclaré un représentant des Talibans à Miranshah. Les deux raisons invoquées de cet assassinat sont d’une part la responsabilité de Nasiruddin Haqqani dans le financement de cette organisation, et d’autre part, le fait qu’il était un soutien au chef taliban Hakimullah Mehsud, considéré par les Etats-Unis comme l’un des terroristes les plus recherchés. Même si la mort de Nasiruddin Haqqani n’a pas été revendiquée dans le cadre de la lutte anti-terroriste, on peut néanmoins considérer que cette mort est la résultante des accords communs passés entre les Etats-Unis et le Pakistan, comme ce fut le cas pour Hakimullah Mehsud: « Un cadavre fantôme, une police absente et des espions affairés: les suites de la mort au Pakistan de Nasiruddin Haqqani, figure des Talibans afghans, renforcent les forts soupçons de complicité d’Islamabad avec des groupes accusés de terrorisme« .

Sources de l’article:

http://www.wikileaks.org/plusd/cables/08ISLAMABAD2802_a.html

http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09ISLAMABAD2449_a.html

http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09ISLAMABAD2380_a.html

http://www.liberation.fr/monde/2013/11/11/pakistan-l-argentier-d-un-reseau-taliban-assassine_946139

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/11/11/pakistan-le-financier-du-reseau-haqqani-tue_3511815_3216.html

http://www.indiatimes.com/news/asia/us-drones-kill-pakistan-taliban-chief-hakimullah-mehsud-109826.html

http://blog.lefigaro.fr/inde/2013/11/hakimullah-heros-et-martyr-au.html

http://mediarabe.info/spip.php?breve20697