Les médias veulent centrer l’attention sur la Syrie, et pas le Yémen. Pourquoi?

70% de la population, soit près de 19 millions de personnes, ont besoin d’une assistance humanitaire au Yémen, comme l’explique cette vidéo

Medea Benjamin invitée sur RT pour parler du conflit au Yémen et de la responsabilité américaine

Les Etats-Unis sont-ils complices de la famine au Yémen, et la facilitent-ils? (16/12/2016)

Le carnage en Syrie fait la une de tous les médias. Mais un autre désastre humanitaire est en cours en ce moment au Yémen, et les Etats-Unis tiennent une partie directe des responsabilités. Depuis mars 2015, le Yémen a été attaqué par son voisin plus grand et allié des Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et ses alliés du golfe. Alors que la guerre de l’Arabie Saoudite semble sensiblement dirigée contre le groupe pro-iranien connu comme étant les houthis, cela ressemble de plus en plus à une guerre contre le peuple yéménite. Un blocage des ports les plus importants a coupé les approvisionnements en vivres, ainsi que les équipements médicaux nécessaires. La situation a atteint désormais un degré de famine, avec les jeunes subissant les conséquences de la souffrance. Selon de nouvelles données de l’Unicef, « au moins 462 000 enfants souffrent de malnutrition sévère », et des millions d’autres ayant besoin de soins complémentaires. Pendant ce temps, la campagne militaire saoudienne continue à faire la guerre en toute impunité, souvent avec l’assistance et les conseils de l’armée américaine. Environ 10 000 personnes ont été tuées depuis que le conflit a débuté l’année dernière, et des millions d’autres ont fui en tant que réfugiés. Malgré cela, les Etats-Unis ont continué à vendre des armes au gouvernement saoudien, faisant gagner des milliards de dollars pour le complexe militaro-industriel. Medea Benjamin, auteur du livre « Le Royaume de l’injuste, derrière la connection américano-saoudienne », rejoint le débat. (RT)

L’Arabie saoudite admet avoir utilisé au Yémen des bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni

The Guardian, Rowena Mason and Ewen MacAskill, 19/12/2016

La confirmation par la coalition saoudienne accroît la pression sur le gouvernement britannique qui a refusé de limiter les ventes d’armes à Riyad

yemenL’Arabie saoudite a finalement admis avoir utilisé des bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni contre les rebelles Houthi au Yémen, ce qui a accru la pression sur le gouvernement britannique qui a refusé à plusieurs reprises de limiter les ventes d’armes à Riyadh.

L’Arabie saoudite a indiqué qu’elle cesserait d’utiliser des bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni et qu’elle avait informé le gouvernement britannique de cette décision.

Ahmed Asiri, un porte-parole de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite au Yémen, a déclaré: « Il est devenu évident qu’il y a eu une utilisation limitée au Yémen de bombes à sous-munitions BL755 fabriquées au Royaume-Uni ».

La décision de cesser d’utiliser les bombes à fragmentation fait suite à une enquête interne saoudienne menée en discussion avec le Royaume-Uni. Les officiels saoudiens ont déclaré que cela n’avait été terminé que la semaine dernière.

L’admission est intervenue avant une déclaration du secrétaire de la défense britannique, Michael Fallon, admettant que les bombes à sous-munitions fournies par le Royaume-Uni avaient été utilisées par les forces dirigées par l’Arabie saoudite. Fallon a déclaré à la Chambre des communes qu’un «nombre limité» de munitions à fragmentation BL755 exportées du Royaume-Uni dans les années 1980 avaient été abandonnées par la coalition arabe.

Il a salué la confirmation par l’Arabie saoudite qu’elle n’utiliserait pas d’autres armes à sous-munitions BL755 et que les ventes de matériel militaire britannique à l’Arabie saoudite et à d’autres pays du Golfe seraient examinées.

Source: https://www.theguardian.com/world/2016/dec/19/saudi-arabia-admits-use-uk-made-cluster-bombs-yemen

Des bombes à fragmentation utilisées au Yémen par l’Arabie Saoudite, selon une étude https://www.theguardian.com/uk-news/2016/dec/18/uk-cluster-bombs-used-in-yemen-by-saudi-arabia-finds-research

La déradicalisation terroriste en Arabie Saoudite est en fait un programme de radicalisation secrète, selon un prisonnier de Guantanamo

 Independent, Samuel Osborne, 01/12/2016

« C’est la cause d’un roi. Ce n’est pas un vrai jihad »

guantanamoLe centre de déradicalisation terroriste de l’Arabie Saoudite est en fait un « programme de radicalisation cachée », a prétendu un prisonnier de Guantanamo Bay accusé d’être un fabricant de bombes d’al-Qaïda.

Le prisonnier saoudien Ghassan Abdullah al-Sharbi a déclaré à une commission de libération conditionnelle de Gitmo: « Vous voulez me renvoyer en Arabie Saoudite, parce que vous croyez qu’il y a un programme de déradicalisation en surface, c’est vrai.

Vous avez à 100% raison, il y a un programme de radicalisation important, mais ne vous y trompez pas, en dessous il y a un programme caché de radicalisation. »

Al-Sharbi a fait ces commentaires à la Commission d’examen périodique, qui évalue si les prisonniers de Guantanamo peuvent être libérés, en juin, selon des documents récemment déclassifiés.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/saudi-arabia-terrorist-rehab-secret-hidden-radicalisation-programme-guantanamo-prisoner-claim-a7449191.html

Le Yémen, au centre de la guerre pour le pétrole, selon WikiLeaks

Communiqué WikiLeaks, 25 novembre 2016

Aujourd’hui, vendredi 25 novembre, WikiLeaks publie les Yemen Files.

Les Yemen Files sont une collection de plus de 500 documents de l’ambassade des États-Unis à Sanaa, au Yémen. Comprenant plus de 200 emails et 300 fichiers PDF, la collection détaille la correspondance et les documents officiels relatifs à l’Office of Military Cooperation (OMC) situé dans l’ambassade américaine. Cette collection d’étend sur une période allant de 2009 à la veille de la guerre au Yémen qui éclate sérieusement en mars 2015. Cette période couvre à la fois le mandat d’Hillary Clinton en tant que secrétaire d’État (2009-2013) et les deux premières années du mandat du secrétaire John Kerry.

Julian Assange a déclaré: « La guerre au Yémen a produit 3,15 millions de personnes déplacées en interne. Bien que le gouvernement des États-Unis ait fourni la plupart des bombes et soit profondément impliqué dans la conduite de la guerre elle-même, le reportage sur la guerre en anglais est manifestement rare.

Le Yémen est d’un intérêt stratégique significatif, car le Yémen contrôle un point d’étranglement étroit vers la mer Rouge et le canal de Suez par lesquels 11% du pétrole mondial passe chaque jour. En outre, le Yémen est à la frontière de l’Arabie saoudite (au nord) et de l’Oman (à l’est), et il a accès à la mer d’Arabie, à travers laquelle 20% du pétrole mondial passe depuis le détroit d’Ormuz (incluant le pétole saoudien et de l’Iran). L’Arabie Saoudite cherche à contrôler un port du Yémen afin d’éviter la contraction potentielle de ses expéditions de pétrole par l’Iran le long du détroit d’Ormuz ou par des pays qui peuvent contrôler son autre chemin d’expédition de pétrole le long de la mer Rouge.

Les Yemen Files offrent des preuves documentaires de l’armement, de la formation et du financement des forces yéménites par les États-Unis pendant les années qui ont précédé la guerre. Les documents révèlent, entre autres, l’acquisition de nombreux types d’armes: aéronefs, navires, véhicules, propositions pour le contrôle de la sécurité des frontières maritimes et l’achat par le Yémen de systèmes biométriques américains.

Une présence américaine est restée dans le pays jusqu’en février 2015, lorsque les États-Unis ont fermé leur ambassade en raison de l’agitation continue entre les différentes factions du pays. La guerre a éclaté un mois plus tard.

Source: https://wikileaks.org/yemen-files/

« Les drones fabriqués en Chine jouent un rôle plus important au Yémen qu’on ne le pensait auparavant »

sharurah-1

Mise à jour des Bases de données sur les drones

Sharurah, Arabie Saoudite

DroneCenter, 18/11/2016

Une image satellite du 31 octobre 2016 montre que plusieurs drones de frappe ont été déployés à l’aéroport régional de Sharurah dans la province de Najran, en Arabie Saoudite, près de la frontière avec le Yémen. L’image, qui a été accessible sur Google Earth, montre trois drones chinois de moyenne altitiude CAIG Wing Loong (également connu sous le nom Pterodactyl) destinés à la surveillance de longue endurance et aux frappes. L’image montre également de multiples avions habités, ainsi que de nouvelles constructions pour tenir compte de l’augmentation de la présence militaire. Les drones appartiennent probablement à l’armée saoudienne, bien que les Emirats arabes unis fassent aussi voler le Wing Loong et soient soupçonnés de faire opérer des drones à partir des bases aériennes saoudiennes. Le nombre de drones Wing Loong sur l’image suggère que les drones fabriqués en Chine jouent un rôle plus important dans la campagne aérienne menée par l’Arabie saoudite au Yémen qu’on ne le pensait auparavant.

Lire la suite: http://dronecenter.bard.edu/drone-bases-updates/

Source:

Sur le même sujet: Un drone Wing Loong écrasé au Yémen http://www.eastpendulum.com/drone-wing-loong-ecrase-yemen

L’administration Obama a négocié plus de ventes d’armement qu’aucune autre administration depuis la 2ème guerre mondiale

800px-us_navy_120111-m-zz999-001_the_first_f-35b_aircraft_the_marine_corps_variant_of_the_f-35_lightning_ii_arrives_at_eglin_air_force_base_fla_wikimediaLe monde peut être dans la tourmente, mais l’industrie américaine de l’armement fait rentrer de l’argent

The Nation, William D. Hartung, 26/07/2016

Quand les entreprises américaines dominent un marché mondial évalué à plus de 70 milliards de dollars par an, on s’attendrait à en entendre parler. C’est bien pour une ou deux histoires par an dans les médias grand public, quand sortent généralement les statistiques annuelles sur l’état du marché.

Ce n’est pas que personne n’écrit au sujet des aspects du commerce des armes. Il y a des articles occasionnels, par exemple, qui prennent note de l’impact des transferts d’armes américaines, dont les bombes à fragmentation, vers l’Arabie Saoudite, ou bien la dérogation désastreuse de l’armement à des alliés américains en Syrie, ou de ventes étrangères du coûteux et controversé avion de combat F-35. Et de temps en temps, si un dirigeant étranger rencontre le président, les ventes d’armement américain à son pays pourraient générer un ou deux articles. Mais l’ampleur même du commerce des armes, les politiques qui le gouvernent, les sociétés qui en profitent, et ses impacts mondiaux dévastateurs, sont rarement discutés, beaucoup moins analysés en profondeur.

Lire la suite: https://www.thenation.com/article/the-obama-administration-has-sold-more-weapons-than-any-other-administration-since-world-war-ii/

Source: https://twitter.com/obsarm/status/797047505984909312

« Le financement du terrorisme », le cas de la CIA et du Qatar (conférence-débat)

« Terrorisme, argent et services secrets : le cas de la CIA et du Qatar », par Maître Élie Hatem, Avocat à la Cour, enseignant à la Faculté Libre de Droit et d’Économie de Paris. (youtube)

Voir les autres extraits de la conférence: https://www.youtube.com/channel/UCoM2foCdexbxGoCwUA5_g-w/videos

Des ONG appellent à une enquête sur les exportations d’armes espagnoles en Arabie Saoudite

Quatre organisations non gouvernementales ont appelé le ministère de l’économie en Espagne à enquêter sur la destination finale des exportations d’armes espagnoles en Arabie Saoudite.

L’appel à une enquête intervient quelques mois après qu’un enregistrement vidéo avec des combattants rebelles Houthi ayant des armes fabriquées en Espagne ait fait surface.

Les ONG Amnesty International, FundiPau, Greenpeace et Oxfam Intermon appellent à une enquête après qu’Armament Research Services (ARES), une organisation de données sur les armes et les munitions située en Australie, ait rapporté en août que deux armes espagnoles étaient dans les mains des rebelles Houthi au Yémen.

Le rapport d’ARES [format pdf] a identifié les armes comme étant des séries de lanceurs de roquettes C90-CR et des séries de grenades à main Alhambra, tous deux fabriqués en Espagne. Le rapport a également noté que les rebelles sont plus susceptibles d’avoir capturé les armes depuis les forces saoudiennes ou de leurs alliés pendant l’offensive de Mossoul.

Lire la suite: http://www.geopolmonitor.com/ngos-call-investigation-spanish-made-arms-export-saudi-arabia/

Le débat: Arabie Saoudite-Israël, une alliance secrète? (vidéo)

27 septembre 2016

Source: http://www.presstv.ir/DetailFr/2016/09/26/486486/Le-dbat-Arabie-SaouditeIsral-Une-alliance-secrte-25-sep