Daniel Ellsberg et les secrets du Pentagone

Daniel Ellsberg, lanceur d’alerte sur la guerre du Vietnam

Posté le 6 juillet 2013

En 1971, Daniel Ellsberg, un brillant analyste employé comme consultant par le Pentagone, fait parvenir au New York Times un rapport confidentiel de 7000 pages sur la guerre du Viêtnam. Ces documents, Ellsberg les a photocopiés avec ses deux enfants pendant des nuits entières. Ils mettent directement en cause l’intégrité des gouvernements Eisenhower, Kennedy et Johnson, qui ont accumulé les mensonges pour poursuivre une guerre qu’ils savaient perdue d’avance. Le rapport montre aussi que les Etats-Unis s’enfoncent encore davantage dans le conflit avec Richard Nixon, même si celui-ci affirme le contraire. Ces révélations font l’effet d’une bombe. En l’espace de quelques jours, tandis que se profile une véritable bataille constitutionnelle, Daniel Ellsberg devient l’homme le plus recherché en Amérique. Henry Kissinger le baptise « the most dangerous man in America », Richard Nixon le qualifie de « son of a bitch ». Tout est fait pour discréditer Ellsberg devant le tribunal – son dossier personnel est même volé chez son psychanalyste. Le but de l’ancien consultant était pourtant d’arrêter une guerre inutile, barbare, coûteuse et injustifiée. Ses révélations explosives n’empêcheront pas la réélection de Nixon en 1972. En revanche, elles exacerberont la paranoïa du président, provoquant indirectement le cambriolage du Watergate.

2013: NOUVEAUX SECRETS DEVOILÉS:

Après les présidents du Venezuela, Nicolas Maduro, et du Nicaragua, Daniel Ortega, c’est au tour du chef d’Etat bolivien, Evo Morales, de proposer l’asile à l’ancien consultant de l’Agence de la sécurité américaine Edward Snowden, bloqué depuis treize jours dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou-Cheremetievo.
« En signe de protestation, je voudrais dire aux Européens et aux Américains du Nord: maintenant, nous allons accorder l’asile si cet Américain persécuté par ses compatriotes nous le demande. Nous n’avons pas peur », a assuré le président bolivien, samedi 6 juillet, lors d’un discours devant des agriculteurs à Oruro, dans le sud-ouest de la Bolivie.

BLOQUÉ À MOSCOU POUR UN TEMPS INDÉTERMINÉ

Le jeune informaticien pourrait également bénéficier à Caracas de « l’asile humanitaire » et d’une protection « contre la persécution de l’empire le plus puissant du monde, qui s’est déchaîné sur lui », a promis le chef d’Etat vénézuélien Nicolas Maduro. « Nous, nous sommes ouverts et respectueux du droit d’asile, et il est clair que si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec grand plaisir et lui donnerons l’asile ici, au Nicaragua », avait déclaré plus tôt Daniel Ortega.

L’ex-consultant est bloqué depuis le 23 juin dans la capitale russe, où il est arrivé en provenance de Hongkong. Recherché par les Etats-Unis, qui veulent le juger pour espionnage et ont annulé son passeport, il a déposé des demandes d’asile auprès d’une vingtaine de pays sans parvenir, pour le moment, à trouver une terre d’accueil.

« Le risque de voir Snowden bloqué à Moscou pour un temps indéterminé est de plus en plus grand », estimait vendredi Maria Lipman, de l’antenne moscovite du Centre Carnegie.

SIX NOUVEAUX PAYS SOLLICITÉS

La France, qui figurait sur sa liste, avait refusé la veille de donner une suite favorable à sa demande. Le Parlement de Reykjavik a également repoussé une motion visant à accorder la citoyenneté islandaise à l’Américain.

L’organisation WikiLeaks, qui assiste juridiquement le « lanceur d’alerte » américain, a réagi en annonçant que Snowden avait déposé une demande d’asile dans six nouveaux pays. Mais le site, spécialisé dans la divulgation de données confidentielles, a refusé de préciser lesquels, par crainte d' »ingérence américaine ».

(Texte présentant la vidéo sur youtube)

« Les peuples se soulèveront contre leurs gouvernements, et le monde sera libéré »

2011-10-19_Syntagma_squarePhoto: Manifestation place Syntagma, en Grèce (2011)

Nous vivons une époque unique de notre histoire. Avec l’affaire Prism, un scandale planétaire d’espionnage qui vient s’ajouter aux révélations antérieures de Wikileaks, le monde se trouve aujourd’hui, en 2013, face à un tournant historique. Le monde change, et la liberté des peuples n’aura jamais été autant menacée qu’à présent. L’humanité et les Droits de l’homme n’auront jamais autant régressé. Certaines parties du monde sont plongées dans le chaos, alors que d’autres se relèvent difficilement de la guerre ou de la révolution.

Il y a d’abord eu l’Afghanistan, une guerre meurtrière comme toutes les guerres qui existent. Puis, il y a eu l’Irak, un massacre comparable à celui de la 2ème guerre mondiale. Comme si ces guerres n’avaient pas suffi, et comme si le nombre des morts n’avait pas été suffisamment effrayant, il y a aujourd’hui la guerre en Syrie — une guerre sans fin. Toutes ces guerres engendrées par l’Occident ont fait de nombreux morts parmi les musulmans. Les pays du Moyen-Orient ont souffert, et si on compte ces guerres comme une seule guerre de l’Occident contre le Moyen-Orient, alors on peut dire qu’il y a eu un génocide commis envers les peuples musulmans vivant au Moyen-Orient. Ces peuples n’ont pas pu se défendre.

L’Irak, l’Afghanistan, la Libye et la Syrie — sans compter les musulmans d’autres pays qui ont aussi été les victimes de toutes ces guerres. Les Etats-Unis et l’Europe ont mené des guerres inutiles, honteuses et inhumaines au Maghreb et au Moyen-Orient. Ces derniers mois, nous a aussi été révélée l’horreur du système concentrationnaire mis en place pour détenir les prisonniers de Guantanamo. Cette prison existe toujours. Des milliers de détenus et des milliers de morts encore dans les attaques de drones.

Quel est donc ce pays qui a torturé des hommes, sans leur avoir laissé la possibilité de se défendre? Quel est ce pays qui a enfreint les traités internationaux sur les Droits de l’homme? Quel est ce pays qui a incité également 54 autres nations à participer au vaste programme de torture et de déportation vers la prison de Guantanamo? Quel est ce pays qui aveugle les hommes avec des principes de liberté, mais qui en échange ne donne que l’injustice et la répression contre tous ceux qui veulent s’élever vers la liberté?

Quel est ce pays d’injustice et de honte qui livre désormais la guerre contre les lanceurs d’alerte? Ce pays, ce sont les Etats-Unis, et plus largement l’Occident qui se livre à une dénégation totale du principe des Droits de l’homme dans nos pays depuis ces toutes dernières années. Guantanamo, détention illégale, détention indéfinie.Torture, prisons secrètes, prison à vie, peine de mort. Toutes ces choses viennent des Etats-Unis. Aujourd’hui, le scandale Prism.

Il n’y a jamais eu autant de guerres, mais les guerres continuent. Il n’y a jamais eu autant de misère, mais la misère continue, sans que les gouvernements s’en soucient. Il n’y aura jamais eu autant de sans-abris. Il n’y aura jamais eu autant de crises économiques, de licenciements et de profits bancaires. Il n’y aura jamais eu autant de pauvres asservis au pouvoir des plus puissants. Il n’y aura jamais eu autant de désespoir dans le monde, sans compter la destruction programmée de notre environnement et de notre écologie.

2011-10-19_Athens_general_strike_3Que font nos gouvernements pour résoudre cette situation mondiale? Ils ne font rien. Ils votent l’austérité et la répression pour tous les citoyens du monde. Ils enferment les individus. Aucun de nous ne peut y échapper. Les gouvernements arrêtent tous ceux qui veulent se révolter et dénoncer l’injustice, comme c’est le cas pour Bradley Manning, Julian Assange et Edward Snowden. Tous ceux qui se révoltent sont censurés et arrêtés. Tous les autres sont encore libres, mais pour combien de temps? Pour combien de temps pourrons-nous encore parler librement, dans un monde où chacun de nos gestes est espionné, où chacune de nos phrases est enregistrée par la NSA? Combien de temps accepterons-nous d’être surveillés et réprimés?

Si le monde doit changer, il faut que les gouvernements se réveillent maintenant et qu’ils arrêtent les injustices contre les citoyens. Il faut que les guerres cessent partout dans le monde. Il faut que des pays comme la Palestine puissent être libres, et que les Israéliens acceptent de vivre en paix avec les peuples qui les entourent. Nous ne sommes qu’un seul peuple sur la terre, nous ne sommes qu’une seule histoire. Nous ne pouvons plus accepter que les gouvernements détruisent l’humanité et la vie sur cette terre. Nous ne pouvons plus accepter d’être traités de cette manière par ceux qui nous gouvernent.

Nous appelons nos gouvernements à nous rendre notre liberté et à respecter nos droits. Nos droits sont tous égaux, quel que soit le pays: nous avons tous le droit de vivre et d’exister, nous avons tous le droit d’aimer, le droit d’être libre et de vivre en paix. Nous appelons nos gouvernements à respecter ces droits et à faire preuve de bon sens. Les gouvernements doivent arrêter de persécuter les citoyens. Les gouvernements doivent soutenir les rêves des hommes, et non pas les détenir, les censurer ou les torturer. Les rêves des hommes ne doivent pas être détenus indéfiniment dans des prisons, comme Bradley Manning, pour avoir espéré la paix dans le monde. Les rêves des hommes ne doivent pas mourir dans des prisons. Ces rêves doivent vivre éternellement.

Nous appelons les gouvernements à libérer les lanceurs d’alerte, quel que soit le pays où ils se trouvent. Personne ne mérite la prison pour avoir rendu une information publique. Nous appelons les gouvernements à arrêter les guerres, à ne plus engendrer de conflits et à pacifier les peuples. Nous appelons les gouvernements à ne plus vendre d’armes et à ne plus détruire la vie de ceux qui n’ont rien. Nous appelons les gouvernements à ne plus se nourrir de notre sang et de nos larmes, en vendant des armes de destruction à des dictatures. Nous appelons les gouvernements à ne plus détruire nos rêves de liberté, mais à porter l’humanité vers un monde meilleur. Vous ne l’avez jamais fait, il est temps de changer d’attitude.

Mais si vous persistez dans votre silence et dans vos crimes, si vous persistez dans la corruption, si vous n’arrêtez pas de nous emprisonner, de nous censurer et de nous tuer, si vous n’arrêtez pas la torture et l’espionnage, si vous n’arrêtez pas toutes ces guerres, alors sachez que nous — citoyens du monde, citoyens sans frontières — nous saurons nous libérer des forces qui oppriment le monde, avec la seule force de nos rêves et celle de notre courage. Alors, ce sera la fin de toutes les injustices. Les peuples se soulèveront contre leurs gouvernements, et le monde sera libéré.

Ecrit par kimono

19 juillet 2013

Lien pdf de l’article: « Les peuples se soulèveront contre leurs gouvernements, et le monde sera libéré »

Révolution et Libertés: « Edward Snowden est innocent »

Posté le 18 juillet 2013

snowden102way_sq-e640efc5481e6a88137c4aa402822717bc5c48b2-s6-c30Depuis trois semaines, Edward Snowden est retenu dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou, après être parti des Etats-Unis d’Amérique, suite aux informations qu’il a divulgué venant de la NSA. Ce jeune informaticien a confirmé que l’administration américaine faisait de l’espionnage de masse sur les pays du monde, dont ceux de l’Europe.

Mais l’administration américaine, face à son acte hostile qui met en danger les pays visés, a considéré par pure ironie qu’il s’agissait d’un acte de traîtrise. Mais qui trahit qui? Les Etats-Unis d’Amérique, l’Union Européenne ou Snowden? En effet, dans le cadre de la négociation du traité transatlantique, la déclaration et les actes de l’administration américaine sont inadmissibles. De plus, ils ne se sont même pas excusés auprès des pays victimes. Il s’agit d’une guerre diplomatique où les victimes sont ceux qui ont été espionnés, cela pose une question plus grande dans le cadre des économies entre les Etats-Unis d’Amérique et les pays espionnés. En effet, la question de confiance est rudimentaire si deux pays ou deux unions de pays veulent pouvoir faire du commerce ensemble. Or l’espionnage se traduit par un manque de confiance, ce qui à long terme peut amener à un boycott des produits américains.

De plus, la situation sur l’espionnage s’est envenimée, car la solidarité entre les pays nécessite la confiance. Or quand une personne divulgue des informations de ce niveau-là, alors il y a nécessairement deux faits qui se mettent en avant: tout d’abord, il est considéré comme un traître dans son pays, ensuite dans les autres pays, alors que pour les pays d’Amérique latine, tout comme les progressistes en Europe, il est considéré comme un Héros. La traîtrise lorsqu’elle relève d’une traîtrise n’est pas une traîtrise, ainsi, nous pouvons dire qu’Edward Snowden est innocent. Les coupables sont ceux qui ont donné les ordres, adopté les lois pour que la NSA espionne les pays dont elle est alliée.

Souvent, on parle du motif, pour justifier l’espionnage des USA sur le monde extérieur, de la sécurité intérieure. Mais cet espionnage fait clairement allusion à une guerre froide entre l’Union Européenne et les Etats-Unis d’Amérique, sauf que ces pays-là sont alliés dans le cadre de l’OTAN. Ainsi, ces fameuses méthodes utilisées nous rappellent encore et encore que l’une des menaces pour les Etats-Unis d’Amérique est l’Union Européenne. Ainsi, on peut dire que dans la politique américaine, la question des relations extérieures en matière de sécurité se confond avec la politique interne du Pays le plus endetté au Monde.

Il est grand temps de mettre en sûreté Edward Snowden pour qu’il puisse être protégé face à une administration dangereuse et stupide. Il est l’heure aussi de rompre toutes les négociations du Traité transatlantique et demander réparation des préjudices subis par les États.

Comme d’autres pays, la France (une des victimes de l’espionnage de masse) n’a pas réagi de manière frontale à l’attaque, elle a préféré se mettre de côté de ceux qui espionnent. Ainsi, dans le volet du conflit diplomatique qui a opposé la Bolivie à la France, suite à l’interdiction de vol de Evo Morales sur le territoire français, l’incident a permis de se rendre compte que la haute administration française était atteinte du Syndrome de Stockholm (défendre l’ennemi ou l’agresseur).

Et oui, Snowden, lui qu’on accuse de tous les maux n’est autre qu’un lanceur d’alerte. En effet, il lui est reproché comme nous l’avons dit tout au long de l’article d’avoir divulgué des informations secrètes.

Edward Snowden doit pouvoir jouir de l’asile politique dans un pays qui reconnaît que les peuples ont le droit d’être informés en toute liberté quels que soient les sujets concernés.

PLB

Source: http://revolutionetlibertes.wordpress.com/2013/07/18/edward-snowden-est-innocent/

Snowden/Bolivie: La France doit cesser de se soumettre à l’administration Obama

Paris, le 4 juillet 2013 – Au cours de ma campagne présidentielle, de nombreux journalistes m’ont constamment accusé, avec des airs entendus, d’avoir collé une moustache sur le visage de Barack Obama. [1] En fait, ce sont mes amis américains qui l’avaient fait et si je les soutenais totalement, c’était pour dénoncer la soumission de la politique française à l’Empire de la City et de Wall Street, relayée par les gouvernements de Londres et de Washington. Je craignais que cette soumission continue, quel que soit notre nouveau Président.

Le refus de notre gouvernement d’autoriser le survol de notre territoire par l’avion transportant le président bolivien Evo Morales confirme malheureusement mes craintes. Comme l’Italie, le Portugal et l’Espagne, nous nous sommes empressés d’obtempérer aux ordres de la Maison Blanche. L’ambassadeur de la Bolivie auprès des Nations unies a eu raison de l’affirmer. En agissant ainsi, nous avons non seulement violé les principes du droit international et bafoué la souveraineté nationale d’un Etat, mais aussi mis en péril la vie de son Président, en contraignant son avion à un atterrissage d’urgence dans un pays qui a bien voulu l’accueillir. Le prétexte de notre décision était la présence supposée à bord d’Edward Snowden, le « lanceur d’alerte » américain. Or, d’une part celui-ci ne s’y trouvait pas et de l’autre, il faudrait réaliser une fois pour toutes que nous ne sommes plus au temps où Guy Mollet faisait intercepter en vol l’avion transportant M. Ben Bella et les principaux dirigeants du FLN. Du moins avait-on alors le motif de faire face à un soulèvement armé contre une partie de notre territoire, et non comme aujourd’hui celui d’obéir à un chef d’Etat étranger qui nous espionne.

La réalité est que ce gouvernement joue pour le moins un double jeu. D’une part, le président de la République dénonce la manière dont le NSA américain nous espionne et d’autre part, il collabore avec lui pour capturer le lanceur d’alerte qui a dénoncé cet espionnage ! Il se trouve que je connais l’avocat du père d’Edward Snowden, Bruce Fein. Je partage sa dénonciation des constantes atteintes portées à la Constitution américaine par Barack Obama. La section 215 du Patriot Act et la section 702 du Foreign Surveillance Act, qui justifient un espionnage tous azimuts, sont de fait contraires à l’esprit et la règle de la Constitution américaine et en particulier à son Préambule. Obama a, de plus, lancé ses opérations militaires en Libye et livré des armes aux rebelles syriens sans consulter le Congrès de son pays, ce qui est anticonstitutionnel, et s’est arrogé des pouvoirs personnels de vie ou de mort par un recours sans précédent aux drones de combat. Voilà donc une moustache qui se met à grandir !

Evo Morales, lors de sa conférence de presse à Vienne, a eu raison de dénoncer « un prétexte pour nous intimider et nous réduire au silence, pour empêcher notre combat contre les politiques économiques de pillage, de domination et d’intervention ».

Dans les circonstances actuelles, nous devons donner des signes forts que nous ne nous soumettons pas. Nous devons dire haut et fort que le Patriot Act ne s’applique pas chez nous. Nous devons nous retirer, seuls s’il le faut, de la négociation du Traité de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis (TTIP). Nous devons exiger la négociation immédiate de dispositions internationales protégeant les lanceurs d’alerte, en particulier Edward Snowden. Nous devons, au cœur du système, porter atteinte au conglomérat d’intérêts financiers qui constituent l’Empire de la City et de Wall Street en faisant voter, chez nous, une vraie loi de séparation bancaire, telle que Solidarité et Progrès l’a proposée.

Faute de cela, on pourra comparer François Hollande à Guy Mollet, en pire, non pas en tant qu’individu, mais parce que le défi est aujourd’hui à l’échelle du monde. La démocratie républicaine ne se négocie pas.

Source: http://www.jacquescheminade.fr/Snowden-Bolivie-La-France-doit-cesser-de-se-soumettre-a-l-administration_00988

Julian Assange au gouvernement américain: « Arrêtez d’assassiner les gens »

Save Snowden:Save Freedom

Déclaration de Julian Assange après un an à l’Ambassade d’Equateur
Samedi 22 juin, 15h00 GMT

Cela fait maintenant un an que je suis entré dans cette ambassade et ai cherché refuge contre la persécution.

Suite à cette décision, j’ai pu travailler dans une relative sécurité, à l’abri d’une enquête d’espionnage américaine.

Mais aujourd’hui, l’épreuve d’Edward Snowden ne fait que commencer.

Deux processus dangereux et incontrôlables ont pris racine dans la dernière décennie, avec des conséquences fatales pour la démocratie.

Le secret du gouvernement a connu une expansion à une échelle terrifiante.

Dans le même temps, la vie privée des humains a été secrètement éradiquée.

Il y a quelques semaines, Edward Snowden a lancé l’alerte sur un programme en cours — impliquant l’administration Obama, la communauté du renseignement et les géants des services Internet — pour espionner chaque personne dans le monde.

Comme un mécanisme d’horloge, il a été accusé d’espionnage par l’administration Obama.

Le gouvernement américain espionne chacun et chacune d’entre nous, mais c’est Edward Snowden qui est accusé d’espionnage pour nous avoir informés.

Nous sommes arrivés à un point, où la marque de distinction internationale et le service rendu à l’humanité ne sont plus le Prix Nobel de la Paix, mais une accusation d’espionnage émise par le Ministère américain de la Justice.

Edward Snowden est le huitième lanceur d’alerte à être accusé d’espionnage sous ce président.

Le procès-spectacle de Bradley Manning entre dans sa quatrième semaine, lundi.

Après une litanie de torts qui lui ont été faits, le gouvernement américain essaie de l’inculper d' »aide à l’ennemi ».

Le mot « traître » a été jeté parmi beaucoup d’autres, ces derniers jours.

Mais qui est vraiment le traître ici?

Qui a promis « espoir » et « changement » à une génération, seulement pour trahir ces promesses avec lamentable misère et stagnation?

Qui a pris le serment de défendre la constitution américaine, seulement pour nourrir l’invisible bête de la loi secrète qui la dévore, vivant de l’intérieur?

Qui a promis de présider L’Administration La Plus Transparente de l’histoire, seulement pour écraser lanceur d’alerte après lanceur d’alerte, avec le talon des accusations d’espionnage?

Qui a combiné dans son exécutif les pouvoirs d’un juge, d’un jury et d’un exécuteur, et revendiqué la juridiction de la terre entière où pouvoir exercer ces pouvoirs?

Qui s’arroge le pouvoir d’espionner la terre entière — chacun et chacune d’entre nous — et quand il est pris en flagrant délit, nous explique que « nous allons devoir faire un choix ».

Qui est cette personne?

Soyons très prudents sur qui nous appelons « traître ».

Edward Snowden est l’un d’entre nous.

Bradley Manning est l’un d’entre nous.

Ils sont jeunes, des personnes dotées techniquement d’un esprit, issus d’une génération que Barack Obama a trahie.

Ils sont la génération qui a grandi avec Internet, et ils ont été façonnés par lui.

Le gouvernement américain aura toujours besoin d’analystes du renseignement et d’administrateurs de systèmes, et ils seront obligés d’embaucher ceux de cette génération et de celle qui suit.

Un jour, leur génération sera à la NSA, à la CIA et au FBI.

Ce n’est pas un phénomène qui s’éloignera.

C’est inévitable.

Et en essayant d’écraser ces jeunes lanceurs d’alerte avec des accusations d’espionnage, le gouvernement américain affronte une génération, et c’est une bataille qu’il va perdre.

Ce n’est pas la façon d’arranger les choses.

La seule façon d’arranger les choses, c’est la suivante:

Changez les politiques.

Arrêtez d’espionner le monde.

Eradiquez la loi du secret.

Cessez la détention indéfinie sans procès.

Arrêtez d’assassiner les gens.

Arrêtez d’envahir d’autres pays et d’envoyer de jeunes Américains pour tuer et se faire tuer.

Arrêtez les occupations et mettez fin aux guerres secrètes.

Arrêtez de manger la jeunesse: Edward Snowden, Barrett Brown, Jeremy Hammond, Aaron Swartz, Gottfrid Svartholm, Jacob Appelbaum, et Bradley Manning.

L’accusation contre Edward Snowden est destinée à intimider tout pays qui pourrait envisager de défendre ses droits.

Cette tactique ne doit pas être autorisée à fonctionner.

L’effort pour trouver asile à Edward Snowden doit être intensifié.

Quel pays courageux se lèvera pour lui, et reconnaîtra son service à l’humanité?

Dites à vos gouvernements d’aller de l’avant.

Allez de l’avant et tenez-vous près de Snowden.

Source: http://wikileaks.org/Statement-by-Julian-Assange-after,249.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives