« Il essaie seulement de créer du buzz autour de son livre »: les New-Yorkais outragés par Russell Brand qui admet qu’il est ouvert d’esprit sur les théories du complot du 9/11

World Trade Center, le 11 septembre 2001

Par Martin Robinson et Corey Charlton, 25 octobre 2014

Le Comédien a été questionné sur le 9/11 parce qu’il a dit que c’était «contrôlé» dans [son] livre  
Il a déclaré à BBC Newsnight: «Nous devons garder l’esprit ouvert à tout type de possibilité. Faites-vous confiance au gouvernement américain?  
Les New-Yorkais ont fait entendre leur indignation face à ces commentaires «paranoïaques» et «insensibles»  
Il a ajouté: «Je pense que c’est très intéressant de voir la relation que la famille Bush a eu pendant longtemps avec la famille Ben Laden »  
Il a accusé la BBC de construire un ‘récit anti-islamique’ sur l’attaque terroriste d’Ottawa
La proche d’une victime affirme qu’elle est choquée qu’il «serait si stupide ‘

La célébrité a été mise à sac par MTV après s’être habillé en Ben Laden, le jour après le 9/11  
Les critiques l’ont qualifié d’ « idiot sauvage »et lui ont dit de « coller à la comédie »
Les téléspectateurs se plaignent auprès de la BBC pour sa diatribe sur le complot du 9/11
L’entreprise défend son apparition et dit: Aimez-le ou détestez-le, il exprime l’humeur anti-politicienne’

Les New-Yorkais ont réagi furieusement à l’affirmation de Russell Brand qu’il est «ouvert» quant à savoir si les Etats-Unis étaient derrière les attaques de 9/11.

Le comédien de 39 ans a déclaré dans une interview de BBC Newsnight qu’il croit qu’il existe une relation «intéressante» entre les familles de l’ancien président américain George Bush et le leader d’Al-Qaïda Oussama ben Laden, et il a demandé: «Faites-vous confiance au gouvernement américain?»

Brand a été pressé par le présentateur Evan Davis de commenter son nouveau livre, Révolution, parce qu’il y décrit les attaques du 9/11 sur les Twin Towers à New York comme «contrôlées».

Lire la suite: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2806376/Russell-Brand-open-minded-conspiracy-theories-surrounding-9-11-terror-attacks-asks-trust-American-Government.html

Publicités

L’histoire oubliée de Mordechai Vanunu, lanceur d’alerte israélien kidnappé par le Mossad

Paola Schneider | Rue89, 06/10/2013 à 17h15

vanunu-israel-nucleaire2

Mordechai Vanunu en 1986

Libéré sur parole en 2004, Mordechai Vanunu a croupi seize ans dans une cellule de confinement israélienne. En 1986, quand ce technicien nucléaire israélien révèle au monde l’existence d’un programme d’armement nucléaire tenu secret par l’Etat hébreu, le terme « lanceur d’alerte » n’existait pas.

Ses révélations fracassantes n’ont pourtant pas eu l’écho de celles d’un Edward Snowden. Un documentaire diffusé sur la radio britannique BBC World le 3 octobre nous a rappelé comment la presse indépendante et la raison d’Etat pouvaient s’entrechoquer, déjà, dans les années 80.

Vanunu l’affirme, Israël détient secrètement entre 100 et 200 armes nucléaires, ce qui en fait la sixième puissance mondiale en la matière. Des révélations publiées le 4 octobre 1986 dans le Sunday Times par le journaliste Peter Hounam.

Pas une usine textile, une centrale nucléaire

Née au Maroc de parents juifs, Vanunu émigre en Israël avec sa famille dès l’enfance. Il étudie la philosophie, sert dans l’armée et finit par travailler dans le complexe de Dimona, à 200 kilomètres au sud de Jérusalem, en plein désert. Sous couvert de fabriquer du textile, on y produit du plutonium. Dimona n’est autre qu’une centrale nucléaire qui fabrique secrètement des armes et emploie plusieurs milliers de personnes contraintes au silence.

Vanunu y travaille neuf ans comme technicien nucléaire et marque peu à peu son désaccord avec la politique du pays. Il désapprouve le traitement réservé au peuple palestinien et le secret qui entoure la centrale. Ses divergences d’opinion se font sentir, il est mis en garde puis renvoyé.

Mais Vanunu a pris les devants et a rassemblé des preuves dans l’espoir qu’une médiatisation internationale puisse imposer à Israël de démanteler son armement.

Le Sunday Times travaille plusieurs semaines

Mis sur la piste par des rumeurs, un journaliste du Sunday Times, Peter Hounam, retrouve la piste de Vanunu. Il le rencontre pour la première fois en Australie, où le technicien s’est exilé et converti au christianisme. Dans le documentaire diffusé sur BBC World, il raconte :

« Quand j’ai vu Vanunu qui se tenait là, un peu dégarni, pas très confiant, habillé très simplement, il ne ressemblait certainement pas à un scientifique nucléaire. »

Les deux hommes sont méfiants, explique Peter Hounam. Mais le journaliste montre patte blanche et Vanunu se livre. Hounam épluche la documentation qu’il trouve en bibliothèque pour vérifier les informations fournies par son interlocuteur. Après deux ou trois jours, il en est certain: les procédés de fabrication des armes décrits par Vanunu sont plus que plausibles.

« Il m’a raconté comment il avait introduit un appareil photo à l’intérieur, puis plus tard une pellicule cachée dans sa chaussette, et avait commencé à prendre des clichés tard le soir ou tôt le matin. »

Mordechai Vanunu est inquiet mais accepte de suivre Hounam en Angleterre. Il vit caché dans un hôtel de campagne pendant que le Sunday Times vérifie ses déclarations. Un travail de plusieurs semaines. Vanunu s’ennuie et la rédaction finit par l’installer dans un hôtel du centre londonien.

Dupé par une touriste américaine… du Mossad

L’histoire est sur le point d’être publiée. Caché dans le coffre d’une voiture, Vanunu est introduit dans la rédaction du Sunday Times. Il annonce alors à Peter Hounam qu’il en pince pour une touriste américaine rencontrée par hasard. Le journaliste se méfie et met Vanunu en garde. Il lui propose de dîner avec eux le soir même en vue d’écarter tout soupçon. Mordechai Vanunu accepte puis, finalement, annule. Convaincu qu’il sera plus en sécurité ailleurs, il s’envole pour Rome en compagnie de l’Américaine.

Dès son arrivée, il est kidnappé, drogué et expédié vers Israël par bateau. La femme n’était autre qu’un agent du Mossad, le service de renseignement israélien.

Traître et renégat du judaïsme

Sans nouvelle de sa source, le Sunday Times publie l’article. Vanunu n’apparaîtra pas à la télévision comme prévu et les révélations n’ont pas l’impact escompté. Un mois plus tard, l’Etat hébreu admet détenir Vanunu mais nie tout enlèvement. Accusé de trahison, il doit comparaître devant la justice.

Le jour du procès, alors qu’il est escorté en voiture vers le palais de justice, Vanunu dérobe un stylo. Dans la paume de sa main plaquée contre la vitre, il adresse un message à la presse agglutinée autour du convoi: « Détourné à Rome le 30 octobre 1986 ».

Le technicien est condamné à dix-huit ans de prison pour trahison et espionnage. Son sort n’émeut pas outre mesure une population qui condamne son rejet du judaïsme. Vanunu est déclaré mort par ses parents et tombe rapidement dans l’oubli.

A l’origine de l’enlèvement et instigateur du programme nucléaire, le premier ministre israélien Shimon Peres à réussi son coup.

Libération sous conditions

Fervents opposants au nucléaire, les Américains Nick et Mary Eoloff adoptent Mordechai Vanunu en 1997 et lui rendent visite en prison. L’année suivante, il quitte enfin la cellule d’isolement où il a été confiné depuis son incarcération. Vanunu y passera quatre mois de plus pour des infractions mineures avant d’être libéré sur parole en 2004. Le condamné promet de ne plus dire un mot à la presse et de ne pas quitter le territoire. Mais en 2010, Vanunu outrepasse ces conditions et écope à nouveau d’une peine de trois mois de prison.

Aujourd’hui libre, Mordechai Vanunu est le premier Israélien à avoir demandé à bénéficier de la nouvelle loi dite de « révocation de la citoyenneté israélienne ». Elle permet à la Cour suprême d’Israël de destituer de leur nationalité les Israéliens condamnés pour traîtrise ou espionnage. En 2012, invoquant un vice de procédure, la Cour suprême a refusé d’accéder à sa demande.

Source: http://www.rue89.com/2013/10/06/lhistoire-oubliee-mordechai-vanunu-lanceur-dalerte-israelien-kidnappe-mossad-246318

Lire aussi « L’entretien de Silvia Scattori avec Mordechaï Vanunu »: http://www.silviacattori.net/article2313.html

Syrie: comment la révolte fut fabriquée! (vidéo)


Le documentaire « Fabriquer la contestation » (« Manufacturing Dissent ») met en lumière la guerre psychologique fomentée par les médias dits mainstream afin de faciliter le renversement du gouvernement syrien selon l’agenda occidental et dans l’intérêt de la politique étrangère occidentale et israélienne. Il montre comment les médias ont contribué directement à l’effusion de sang en Syrie.

Ce documentaire comprend:

‣ La preuve de faux rapports diffusés par la chaîne américaine CNN, l’anglaise BBC, la qatarie al-Jazeera, la saoudienne al-Arabiya et d’autres encore.

‣ Des entretiens avec un échantillon de la population syrienne: un acteur*, un artisan, un journaliste, un résident de Homs et un militant qui ont en commun d’avoir tous été touchés par la crise syrienne.

Rami Allouch, né à Hama et étudiant en médecine en Russie, apprend qu’il a été tué par les forces de sécurité syriennes en regardant une vidéo sur al-Jazeera, sur Facebook et sur YouTube!

A propos des massacres de Houla (108 morts le 25 mai 2012), la BBC a utilisé une photo irakienne pour illustrer le massacre syrien: « J’ai ouvert la page de BBC sur ce qui s’était passé en Syrie. J’ai failli tomber de ma chaise, quelqu’un utilise exprès la photo d’un autre pour faire de la propagande » raconte le photographe.

*L’acteur syrien d’origine palestinienne Mohammed Rafea, interviewé dans le documentaire, a été froidement assassiné par une brigade terroriste le 2 novembre 2012… « A Dieu nous sommes, et à Dieu nous retournerons »

Source: http://www.partiantisioniste.com/actualites/syrie-comment-la-revolte-fut-fabriquee-video-1703.html

Ben Laden – Les habitants d’Abbottabad: « Tout est faux, rien ne s’est passé »

Oussama Ben Laden est officiellement mort le 2 mai 2011 dans une opération des forces spéciales américaines à Abbottabad contre la résidence où celui-ci avait trouvé refuge. Pour certains, la thèse officielle n’a pas suffisamment de preuves.

Dans un reportage de la BBC, Orla Guerin a interviewé des douzaines de personnes qui ont insisté en disant que Ben Laden n’a pas vécu dans le complexe, aucun d’eux n’ayant jamais été témoin de sa présence ou de rumeurs voulant qu’il ait été là pendant les 5 années où Obama a dit que Ben Laden était un résident de cette ville.

Voici ce que dit le reportage vidéo, publié le 9 mai 2011:

« Une image que la Maison Blanche veut que le monde voit: apparemment un Oussama Ben Laden décoiffé et affaibli qui se regarde lui-même à la télévision. La vidéo a été éditée par le Pentagone et publiée sans son audio. Il affirme que c’est l’une des 5 vidéos retrouvées dans le complexe de Ben Laden. L’image a été en première page des informations au Pakistan aujourd’hui, mais à Abbottabad, où il a rencontré sa mort, il y a beaucoup de scepticisme. »

[Le vendeur de journaux]: « Tout est faux, rien ne s’est passé » dit Mohammad, qui a vendu des journaux ici pendant 50 ans.

Shabeer dit que c’est un cas d’erreur et d’identité. Il affirme que l’homme sur la photo est son voisin.

[Un habitant]: « Son nom est Akhbar Han, il est propriétaire de la maison qu’ils prétendent avoir été celle de Ben Laden. Je le connais très bien. »

Si l’intention a été de prévenir des dangers, cela n’a pas marché ici.

[Un autre habitant]: « Cette photo n’est pas Oussama. »

[Un autre habitant]: « C’est très suspect et fait avec une technologie avancée. »

[Olga Guerin]: « Fait avec un ordinateur? »

[Réponse de l’habitant]: « Oui, fait avec un ordinateur. »

Après avoir maintenant parlé à plus de 50 personnes sur le marché, un seul croit que l’homme dans la vidéo qui regarde la télé était en effet Oussama Ben Laden. Les gens disent ici que les Américains n’ont rien prouvé du tout, ils n’ont pas montré le corps mort de Ben Laden. Beaucoup ne croient pas que le leader d’Al Qaïda vivait ici ou qu’il ait été tué ici.

Il n’est pas clair où et quand les vidéos ont été réalisées. Ce soir, le président Obama a dit que Ben Laden a dû avoir une sorte de réseau de soutien au Pakistan, peut-être impliquant des gens du gouvernement, et que cela doit faire l’objet d’une enquête.

Olga Guerin, BBC News, Abbottabad

Suite de l’enquête de la BBC sur « La mort de Ben Laden« , publiée le 16 janvier 2013:

Re: Quand un correspondant supérieur de la BBC dit: le Mossad est derrière le 11 septembre

Email-ID 2106146
Date 2010-10-19 01:04:59
From b.shaaban@mopa.gov.sy
To b.shaaban@mopa.gov.sy, fawazakhras@hotmail.com

Cher M. Fawaz, je vous remercie tant pour cet e-mail important. Je le distribuerai à ma liste de contacts. Avec mes respects et mes meilleurs voeux pour vous et votre famille,

Bouthaina Shaaban

Le 17 octobre 2010, 1:57 PM, fawaz akhras@hotmail.com a écrit:
Un message très intéressant avec des airs de vérité d’un correspondant supérieur de la BBC qui déclare en public que le Mossad est derrière les attaques du 11 septembre, l’on réalise que le monde change de plus en plus et de plus en plus de gens s’en rendent compte sauf dans « le pays de la liberté »! Nous avons besoin que de tels correspondants disent la vérité tout le temps. Dieu merci pour Internet et la Presse Libre.

http://www.youtube.com/watch?v=CDsW4DyyZvU [1]

Mes respects

FAWAZ

FAWAZ AKHRAS
Cardiologue d’intervention et de consultation
BUPA Cromwell Hospital
LONDON SW5 0TU
126 Harley Street
LONDON W1G 7JS
Tel.: +44 20 7935 2030
Fax:  +44 20 7935 2130

www.fawazakhras.com
[1] Liens: http://www.youtube.com/watch?v=CDsW4DyyZvU

Source: http://wikileaks.org/syria-files/docs/2106146_re-when-a-senior-bbc-correspondent-says-mossad-is-behind-the.html

Traduit depuis le web par willsummer