Les SpyCables déchiffrés: Épisode Un

Al Jazeera, 27 février 2015

Les SpyCables ont fait les titres de l’actualité dans le monde entier – et ont été décrits comme massifs et sans précédent dans les journaux d’aussi loin que la Chine comme en Amérique du Sud.

LES SPYCABLES

Une fuite de centaines de documents secrets du renseignement [provenant] des agences du monde entier, offrant un aperçu sur le monde trouble de l’espionnage. L’Unité d’Enquête d’Al Jazeera publie une sélection de documents et des histoires qu’ils contiennent.

La preuve que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a induit en erreur les Nations Unies comme informations importantes dans un certain nombre de pays. Le désir de la CIA de discuter avec le Hamas; la surveillance du responsable de Greenpeace; un complot visant à tuer le chef de l’Union africaine; tout a retenu l’attention mondiale.

Dans la première des deux émissions, nous évaluons l’impact de la publication par Al Jazeera de centaines de documents classifiés – allant de confidentiels à top secret – la fuite la plus vaste de documents du renseignement jamais publiée.

Présentateur: David Foster

Invités:

David Maynier, à Cape Town – Membre du Parlement sud-africain et ministre adjoint dans l’opposition [chargé] de la Sécurité d’Etat.

Justice Malala, à Johannesburg – analyste politique

Ferial Haffajee, sur le plateau – éditrice de l’hebdomadaire sud-africain, The City Press

Source: http://www.aljazeera.com/programmes/2015/02/spy-cables-decoded-episode-1-leaks-150227132927972.html

Publicités

Israël, les Etats-Unis et le 11 septembre. Retour en vidéo sur les opérations « False Flag »

Israël, les Etats-Unis et le 11 septembre

Descriptif de la vidéo:

[Image]: « Attaques terroristes à Jérusalem »

22 juillet 1946: Attentat contre l’hôtel King David de Jérusalem. 92 morts. Responsable: L’Irgoun, organisation armée sioniste. Les terroristes se déguisèrent en Arabes. Coordinateur de l’attentat: Menahem Begin, futur premier ministre d’Israël.

21 octobre 1949: Naissance à Tel Aviv de Benyamin Netanyahou. Son père était le secrétaire de Vladimir Jabotinsky, chef du courant sioniste fascisant et inspirateur politique de l’Irgoun.

Décembre 1949: Création du Mossad. Devise: « Car tu feras la guerre avec prudence ».

1951: Des attentats sont commis contre des synagogues en Irak. Responsable: les services secrets israéliens. Le but: provoquer l’émigration des Irakiens juifs en Israël.

1954: Neuf espions égyptiens au service d’Israël commettent des attentats – imputés aux islamistes – contre des intérêts américano-britanniques. « L’Opération Susannah » fut co-préparée par Shimon Peres, futur premier ministre d’Israël.

1956: Protocole de Sèvres. La France, la Grande-Bretagne et Israël concluent un pacte secret. [Guy Mollet, président du Conseil]. L’objectif: renverser le président égyptien et récupérer le canal de Suez.

1967: L’armée israélienne simule une attaque égyptienne contre un navire américain. 34 soldats de l’USS Liberty ont été tués. Lyndon Johnson, président des Etats-Unis, étouffa l’affaire.

1987: Le contre-espionnage israélien tente d’obtenir, via une société-écran, le contrat de sécurité du World Trade Center de New York.

1993: Au coeur du World Trade Center, une bombe explose dans un garage utilisé par une compagnie israélienne liée au Mossad. L’un des suspects, Ahmad Ajaj, avait été un informateur du Mossad. Son complice présumé, Mohammed Salameh, était le colocataire d’une Israélienne dénommée Josie Hadas. Soupçonnée par The International Herald Tribune d’être membre du Mossad, elle a disparu au lendemain de l’attentat.

1996: Benyamin Netanyahou de vient le Premier ministre d’Israël.

1996/2000: Les néoconservateurs américains et israéliens militent en faveur d’un renversement du régime en Irak. [Project for the New American Century]

11 janvier 2000: Les services secrets indiens interpellent onze Israéliens déguisés en Afghans islamistes.

Octobre 2000: Dans un cimetière du New Jersey [Gomel Chesed Cemetery], un vétéran de l’armée israélienne entend une conversation en hébreu au sujet des « tours jumelles frappées par les avions en septembre prochain ».

Janvier 2001: Les néoconservateurs s’installent à la Maison Blanche et au Pentagone.

Février 2001: Ariel Sharon devient le Premier ministre d’Israël.

Juillet 2001: Larry Silverstein, ami de Sharon et Netanyahou, prend possession du World Trade Center.

4 septembre 2001: La compagnie israélienne Zim, co-détenue par l’Etat et servant de couverture aux services secrets, déménage du World Trade Center après 25 ans d’occupation des locaux.

11 septembre 2001: A l’aube, la compagnie israélienne Odigo, basée à Herzliya et à New York, reçoit des messages électroniques faisant état d’un attentat imminent et de grande ampleur.

8H51, cinq minutes après l’impact du premier avion dans le World Trade Center (et avant l’arrivée du second avion): « Et je vois trois types sur le toit du van. Et je pouvais voir qu’ils avaient l’air heureux. Ils n’avaient pas l’air choqué. J’ai trouvé ça très étrange.

15H56: La police arrête cinq individus dont trois ont été aperçus en train de manifester une joie étrange à la vue de la tour nord en flammes. Selon un rapport du FBI, partiellement déclassifié en 2005, ils étaient en possession de 76 photos les illustrant « sautant de joie » avec la tour embrasée visible en arrière-plan. Lors de leur arrestation, l’un d’entre eux déclara: « Nous sommes israéliens. Nous ne sommes pas votre problème. Vos problèmes sont nos problèmes. Le problème, ce sont les Palestiniens. »

14 septembre 2001: Leur employeur, l’Israélo-Américain Dominik Otto Suter, s’est enfui à Tel Aviv. Sa compagnie était une couverture du Mossad. Suite aux pressions de l’administration Bush et de l’ambassadeur d’Israël, les 5 israéliens ont été libérés après 71 jours de détention. Durant toute l’année 2001, plus de 200 espions israéliens ont été arrêtés sur le sol américain te renvoyés sans procès dans leur pays.

12 septembre 2002: Benyamin Netanyahou met en garde les parlementaires américains contre les « armes de destruction massive » de l’Irak qui pourraient être délivrées aux « groupes terroristes ».

20 mars 2003: Les Etats-Unis déclarent la guerre à l’Irak. [George W. Bush: « Le temps de la tromperie et de la cruauté est maintenant terminé »]

14 décembre 2003: « Mesdames et Messieurs, nous l’avons eu! » [Paul Bremer annonce, à Bagdad, la capture de Saddam Hussein]

22 janvier 2013: Tel Aviv, Israël. Benyamin Netanyahou, l’homme qui a célébré – en 2006 – le soixantième anniversaire de l’attentat de l’hôtel King David, est reconduit à la tête du gouvernement israélien.

La Maison Blanche doit rester ferme à l’encontre de Netanyahu

netanyahu:obama

Les relations déjà frileuses entre le président Barack Obama et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sont de nouveau au plus bas, créant ainsi une opportunité de parvenir à un véritable accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

James Zogby, 1er novembre 2014

Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, l’administration américaine de Barack Obama est au milieu d’une prise de bec très publique avec le gouvernement de Benjamin Netanyahu en Israël. Les échanges de représailles ont été relevés dans la presse, avec des journalistes et certains analystes fournissant des motivations banales pour l’aigreur.

Certains commentateurs ont suggéré une «vengeance» – en montrant le soutien de M. Netanyahu pour le rival de M. Obama à l’élection de 2012, Mitt Romney. D’autres se sont appuyés sur l’ancienne norme de Washington: la « mauvaise alchimie ». Je crois que ce serait une erreur d’attribuer les paroles amères et les mauvais sentiments à des préoccupations personnelles banales, car il peut y avoir un but stratégique servi par ce drame.

Lire la suite: http://www.thenational.ae/opinion/comment/20141101/white-house-must-stand-firm-against-netanyahu

La stratégie d’Israël contre le Hamas exposée dans deux câbles WikiLeaks

combats-syrieDe nombreux câbles WikiLeaks évoquent le conflit israélo-palestinien, mais il faut confronter plusieurs documents pour tenter de comprendre la vraie situation géopolitique qui s’est mise en place au Moyen-Orient. La guerre en Syrie, en effet, ne semble pas totalement étrangère au conflit israélo-palestinien. Comme nous l’avions mentionné dans un article, la Syrie avait pris la défense des Palestiniens et réclamé « l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, [la fin du] siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale ». Ces demandes n’ont jamais été entendues par l’Etat d’Israël.

Un câble WikiLeaks du 11 février 2009 (09TELAVIV363) intitulé « Le président du Likoud Netanyahu parle de l’Iran, des Palestiniens et de la Syrie avec Codel Smith » explique le point de vue israélien sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. Ce câble est très important, car il montre que l’Etat d’Israël aurait pu avoir un intérêt direct dans la déstabilisation du régime syrien pour conduire à l’affaiblissement du Hamas en Palestine. Israël accuse l’Iran de financer les groupes terroristes au Moyen-Orient et d’être le « régime-mère » du terrorisme. Parmi ces groupes terroristes, Israël considère que c’est l’Iran – soutenu par la Syrie – qui apporte son soutien au Hamas palestinien.

La Syrie, l’Iran et le Hamas palestinien

La théorie du gouvernement israélien consiste à dire, en quelque sorte, que si le Hamas est si puissant en Palestine, c’est parce qu’il est soutenu financièrement et idéologiquement par les régimes alliés de la Syrie et de l’Iran. Autrement dit, selon Israël, le problème du conflit israélo-palestinien ne serait pas uniquement un problème entre Israël et la Palestine, mais un problème qui a sa source en Syrie et en Iran, et qui doit se résoudre par l’affaiblissement de ces deux régimes: « il [Netanyahu] prédit que le terrorisme diminuerait si on coupe la volonté et la capacité de l’Iran à soutenir des terroristes avec de l’argent, un entraînement et des directives« .

On voit bien comment la stratégie israélienne se met en place et pourquoi le renversement du régime syrien aurait pu servir par la suite les intérêts sécuritaires de l’Etat d’Israël, en assurant la présence de régimes favorables à Israël dans tout le Moyen-Orient. Dans la suite du câble, Netanyahu « affirma que le retrait du Hamas au pouvoir n’y produirait pas nécessairement un régime pire, étant donné que les groupes alternatifs ne sont pas aussi proche de l’Iran que le Hamas ». Ainsi, affaiblir l’Iran et la Syrie semble s’être présenté aux yeux des responsables israéliens comme un moyen possible pour obtenir la fin de la résistance du Hamas en Palestine.

Le conflit israélo-palestinien, un problème régional

A travers ce document Wikileaks, on comprend finalement que le gouvernement israélien perçoit la guerre avec le Hamas dans une logique régionale qui va au-delà des territoires de la Palestine occupée. Cette logique régionale inclut plusieurs pays: Israël, la Palestine occupée, la Syrie, l’Iran, l’Irak et le Liban. Le conflit israélo-palestinien est un enjeu pour toute cette région du Moyen-Orient, c’est un facteur de déstabilisation et c’est pourquoi beaucoup d’observateurs considèrent qu’il n’y aura jamais de paix au Moyen-Orient tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas résolu. Les câbles Wikileaks témoignent de cette logique.

Dans un autre câble du 4 avril 2005 (05TELAVIV2054), le gouvernement israélien évoque de nouveau le problème de la Syrie face aux groupes terroristes: « Il a dit que, bien que la Syrie ait fait de mauvaises choses, comme aider le Hamas et le Hezbollah, en compromettant la stabilité en Irak, et donnant refuge aux copains de [Saddam] Hussein, la chose la plus importante maintenant est de le sortir du Liban. » Dans ce même câble, le ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, évoque l’espoir que « d’autres pays de la région passent vers des systèmes démocratiques ». Ces propos témoignent d’une certaine volonté israélienne d’amener des changements de régime au Moyen-Orient, vers des régimes plus démocratiques et pacifiés, libérés du terrorisme, ou du moins d’une stabilisation politique en Irak et en Syrie, qui pourrait être favorable à la résolution du conflit israélo-palestinien.

Le câble diplomatique ne dit pas si le gouvernement israélien a eu une implication dans la déstabilisation du régime syrien, mais si tel était le cas, on constate aujourd’hui que la stratégie d’Israël a échoué au Moyen-Orient, car la déstabilisation des régimes hostiles à l’Etat d’Israël n’a pas pacifié le Moyen-Orient et n’a pas conduit à la mise en place de systèmes plus démocratiques. Au contraire, on voit aujourd’hui qu’avec la guerre en Syrie, non seulement les régimes se sont maintenus dans la violence et la répression, mais le jihadisme a aussi progressé et se répand comme une poudre sur toute la région.

Quel rôle pour la Russie?

Il semble aussi que le gouvernement israélien ait mal envisagé le rôle de la Russie dans le conflit au Moyen-Orient. Dans le premier câble (09TELAVIV363), Netanyahu présente la Russie comme un possible allié dans la stratégie de lutte contre le terrorisme en Iran et en Syrie: « La communauté internationale pourrait aussi imposer un blocus naval sur l’Iran […] avec la Russie comme pays clé dans cet effort. Le conseiller de Netanyahu, Arad, a ajouté que la Russie a été utile à certains moments […] et que les puissances occidentales pourraient avoir à faire des concessions avec la Russie sur d’autres questions pour les amener à collaborer plus étroitement contre Téhéran. »

Ce câble date d’avant le début de la guerre en Syrie, qui a commencé par les manifestations du 15 mars 2011, mais on sait aujourd’hui que la Russie n’a pas voulu s’allier avec l’Occident dans la lutte contre le régime syrien. Le câble Wikileaks montre ainsi que la stratégie prévue par le gouvernement israélien n’a pas fonctionné, car celui-ci pensait s’appuyer sur la Russie pour déstabiliser l’Iran et la Syrie. De son côté, la Russie n’a pas voulu intervenir contre le régime syrien par peur d’une extension du front islamique vers ses propres frontières: on voit que, là aussi, le raisonnement n’a pas fonctionné, car le front islamique s’est bel et bien étendu vers d’autres pays, même s’il n’atteint pas encore la Russie.

En fait, il y a beaucoup d’incertitudes sur ce qui se passe désormais dans cette région du Moyen-Orient. Il semble que toutes les stratégies gouvernementales aient échoué pour pacifier la région et que les scénarios qui se déroulent actuellement en Syrie et en Irak avec l’avancée de l’Etat Islamique n’avaient certainement pas été imaginés ni par le gouvernement israélien, ni par les gouvernements américain, européen ou russe, à un moment où ils pensaient régler le conflit avec le Hamas.

Les documents Wikileaks mettent ainsi en lumière les profondes erreurs d’appréciation des responsables gouvernementaux israéliens qui, dans leur stratégie face à l’Iran et à la Syrie, en 2005, puis 2009, ont pensé qu’ils réussiraient à affaiblir le Hamas, mais n’ont pas compris que ce qu’ils redoutaient le plus allait se produire quelques années plus tard, à savoir l’avancée actuelle du front jihadiste, la radicalisation du terrorisme et la déstabilisation du Moyen-Orient qui remet profondément en cause tout espoir de résoudre de manière pacifique le conflit israélo-palestinien.

Source des documents Wikileaks: http://search.wikileaks.org/plusd/cables/09TELAVIV363_a.html et http://search.wikileaks.org/plusd/cables/05TELAVIV2054_a.html

« Concentrer » et « exterminer »: le plan génocidaire du vice-président du parlement israélien

Palestiniens tués à Rafah

Soumis par Ali Abunimah, le 3 août 2014

Moshe Feiglin, le vice-président de la Knesset, le parlement israélien, a publié un plan pour la destruction totale du peuple palestinien dans la bande de Gaza.

Son plan détaillé, qui prévoit l’utilisation de camps de concentration, équivalent à une incitation directe et publique au génocide – un crime punissable en vertu de la convention sur le génocide.

Dans un post du 1er Août sur sa page Facebook, Feiglin, un membre du Parti du Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, appelle à la «conquête de l’ensemble de la bande de Gaza, et à l’anéantissement de toutes les forces combattantes et de leurs partisans. »

« C’est notre pays – notre pays exclusivement, » écrit-il, « y compris la bande de Gaza. »

Le post de Feiglin est le texte d’une lettre adressée à M. Netanyahu.

Les citoyens et les pouvoirs publics à travers le monde devraient faire des efforts pour arrêter Feiglin et le poursuivre en vertu de la convention sur le génocide pour ses déclarations, s’il devait mettre le pied sur leur territoire.
Son plan abominable intervient alors que le bilan des victimes du massacre israélien en cours dans la bande de Gaza atteint 1752 personnes, dont dix personnes tuées dimanche matin quand Israël a de nouveau bombardé une école des Nations Unies utilisée comme refuge, cette fois dans la ville de Rafah.

Lire l’intégralité de l’article: http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/concentrate-and-exterminate-israel-parliament-deputy-speakers-gaza-genocide-plan

La mort de Yasser Arafat a-t-elle été une « opportunité politique » pour l’Occident?

Yasser ArafatAlors que dix ans après, la thèse de l’empoisonnement de Yasser Arafat n’a toujours pas été officiellement reconnue et qu’il sera maintenant impossible d’aller plus loin dans l’enquête sur la mort du leader palestinien, à cause du « laps de temps limite pour déceler des traces de polonium » qui est maintenant écoulé, comme le précise le journal Le Monde, et même si Al Jazeera avait pourtant publié le rapport suisse (108 pages, PDF) confirmant des traces de polonium, et bien que les médecins français à l’époque aient eu du mal à expliquer « la cause d’une détérioration soudaine » de la santé d’Arafat, il reste néanmoins les câbles Wikileaks pour tenter d’y voir un peu plus clair dans les événements et se rendre compte par soi-même s’il y a pu avoir empoisonnement ou pas du leader palestinien Yasser Arafat.

Comme l’ont beaucoup dénoncé les Palestiniens, qui voyaient un complot contre leur dirigeant, un câble Wikileaks laisse supposer – mais sans apporter de preuves concrètes – que la mort de Yasser Arafat a, en effet, pu faciliter un agenda américano-européen pour continuer le processus de paix au Moyen-Orient. Il n’y a pas de preuves d’empoisonnement dans ce câble diplomatique, ni aucune information qui pourrait aller dans ce sens. Mais, loin d’inquiéter les représentants politiques occidentaux, la mort de Yasser Arafat est décrite – en date du 19 novembre 2004, soit 8 jours après son décès – selon les termes de Leena Aalto, correspondante européenne adjointe, au Ministère des Affaires étrangères, à Helsinki, comme « une fenêtre d’opportunité » pour la paix au Moyen-Orient.

Ce genre de réaction est plutôt étonnante, mais cela reflète bien l’esprit qui règne au sein de la sphère politique européenne et occidentale: la mort de Yasser Arafat est perçue comme une « opportunité » pour favoriser de futures négociations au Moyen-Orient, notamment parce que l’Etat d’Israël était opposé à des négociations tant que Yasser Arafat était au pouvoir. Dans un autre câble du 30 décembre 2004, le ministre des Affaires étrangères israélien, Silvan Shalom, juge en effet que « la situation s’est améliorée depuis la mort d’Arafat ». Et on ne s’étonne pas non plus de lire dans un autre câble que Netanyahu qualifie cette période comme un « moment d’opportunité » pour réengager la discussion avec les Palestiniens, en utilisant quasiment la même formulation que Leena Alto. Yasser Arafat est mort le 11 novembre 2004. Quelques semaines avant la mort de Yasser Arafat, la représentante finlandaise Leena Alto participait aussi, les 26 et 27 octobre 2004, à un grand séminaire organisé par la Finlande et appelé « GlobalEurope 2020 », « impliquant près de 450 diplomates de 28 ministères des affaires étrangères européens » et définissant le futur des relations extérieures de l’Union Européenne.

Même si les paroles et l’opinion d’une représentante politique telle que Leena Alto ne sont pas en soi une preuve d’un complot contre Yasser Arafat, on comprend bien aujourd’hui, avec le recul des événements, que si Yasser Arafat a effectivement été empoisonné – et si cela est prouvé un jour -, son assassinat n’aura malheureusement pas favorisé la paix au Moyen-Orient, contrairement à ce que pensaient plusieurs responsables politiques au moment de sa mort en 2004, et le peuple palestinien continue de souffrir tous les jours et d’être chassé de sa terre par l’armée israélienne.

Extrait du document 04HELSINKI1486:

Processus de paix au Moyen-Orient ————————-

2. (C) Aalto a déclaré que la première priorité pour la Finlande était la sécurisation d’un fort soutien de l’UE pour un nouveau processus électoral visant à élire une nouvelle génération de dirigeants palestiniens post-Arafat. Elle a dit que la mort d’Arafat a fourni une « fenêtre d’opportunité » où promouvoir un règlement pacifique de fond en Palestine, et que l’Union européenne et les États-Unis devaient coopérer étroitement pour profiter de cette opportunité. (Remarque: les remarques d’Aalto sur la « fenêtre » étaient presque identiques à celles faites par le ministre des Affaires étrangères Tuomioja le 8 novembre lors d’une réunion avec EUR A / S Jones à Helsinki).

Câbles Wikileaks:

Arafat dans un coma continu, peut-être irréversible: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04PARIS8063_a.html

Stratégie pour novembre du GAERC: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04HELSINKI1486_a.html

Le MAE israélien SHALOM offre une vue prudente sur les élections palestiniennes à CODEL LIEBERMAN/DAYTON: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04TELAVIV6651_a.html

Netanyahu et CODEL LIEBERMAN discutent de la réforme économique, les perspectives pour la paix: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04TELAVIV6632_a.html

Exclusif: Une étude suisse dit que du polonium a été retrouvé dans les os d’Arafat (Al Jazeera): http://america.aljazeera.com/articles/2013/11/6/swiss-study-poloniumfoundinarafatasbones.html

Le rapport suisse sur le décès de Yasser Arafat (PDF): https://s3.amazonaws.com/s3.documentcloud.org/documents/815515/expert-forensics-report-concerning-the-late.pdf

Gilles Munier: « Le Mossad a mis l’Elysée sur écoute »

France-Irak-Actualité.com, 27 octobre 2013

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gilles Munier

NSA ou Mossad… qui écoutait Nicolas Sarkozy ? Qui écoute François Hollande ? Les deux, sans aucun doute. Après les révélations d’Edward Snowden sur l’attaque informatique dont l’Elysée a été victime en mai 2012 – entre les deux tours de l’élection présidentielle – deux hauts responsables des services français se sont rendu aux Etats-Unis pour demander des « explications » à la NSA. Selon un expert, l’attaque relevait d’une « volonté de s’installer à demeure sans se faire voir au cœur de la présidence ». L’agence étatsunienne a nié être à l’origine du piratage des ordinateurs de l’Elysée et a laissé entendre, insidieusement, que ce pourrait être le Mossad (Le Monde – 25/10/13).

C’est bien connu, la NSA partage ses informations avec les services secrets de pays alliés, du moins en leur donnant ce que bon lui semble. L’ISNU israélienne (Israeli Sigint National Unit) – la fameuse Unité combattante 8200 – reçoit donc sa part de « secrets », mais on sait moins qu’elle se sert aussi, directement et sans contrôle sérieux, dans les données brutes stockées par la NSA (1).

Lors de sa conférence de presse du 25 octobre, François Hollande a déclaré que les services français suivaient maintenant « plusieurs pistes ». Il suffit de lire les ouvrages sur les activités de la NSA publiés par James Bamford, ancien analyste de Marine américaine, pour savoir qu’une des plus sérieuses conduit à l’Unité 8200 ; ou d’ouvrir le quotidien londonien The Guardian du 11 septembre dernier pour connaître la nature de ses relations avec l’agence américaine (2).

François Hollande doit se rendre prochainement en visite officielle en Israël. Osera-t-il demander des « explications » à Shimon Peres ou à Benjamin Netanyahou sur les écoutes du PRISM israélien en France ? S’il en reçoit, s’en satisfera-t-il ? Oui, certainement, car il n’est pas dans sa nature de faire un esclandre. Alors, à quoi bon se plaindre… disons-le tout net : l’affaire des écoutes de l’Elysée par le Mossad est enterrée. Sous sa présidence, les cyber-guerriers israéliens poursuivront leur sale petit boulot en France, en toute impunité.

(1) Sur le même sujet, lire aussi :

Scandale NSA : l’Israeli Connection, par Gilles Munier

(Afrique Asie – octobre 2013)

http://0z.fr/kiOLv

(2)L’accord NSA – Unité 8200 :

http://www.theguardian.com/world/interactive/2013/sep/11/nsa-israel-intelligence-memorandum-understanding-document

Source: http://www.france-irak-actualite.com/categorie-12543497.html

Julian Assange a-t-il été un hacker au service des gouvernements?

Julian Assange, le hacker australien

Le fondateur de Wikileaks a travaillé sur le système d’espionnage informatique du renseignement américain dans les années 1990

Opinion Maker, 8 Février 2011, Par Wayne Madsen via http://www.waynemadsenreport.com/

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange n’a pas toujours été considéré comme un paria par la communauté du renseignement américain. En fait, selon une source bien informée qui a déjà travaillé sur les programmes sophistiqués de sécurité informatique pour la communauté du renseignement américain, à Oak Ridge National Laboratory, Assange a aidé à développer, à l’époque, un outil de pointe de surveillance informatique à l’usage de la communauté du renseignement américain, qui a fini par être utilisé par la NSA [Agence de Sécurité Nationale] et par la CIA.

Assange, selon notre source, a effectué son travail technique au Sandia National Laboratories au Nouveau-Mexique, où l’Agence d’Information des Systèmes de Défense (DISA) a conduit un travail de surveillance informatique mené dans un cadre relativement non-classifié par rapport à la NSA.

Le « deal » d’Assange avec le gouvernement américain à Sandia se serait produit au début des années 1990, après son arrestation par la police australienne pour s’être introduit dans les ordinateurs du Ministère de la Défense américain.

Les hackers comme espions

Assange est venu en premier à l’attention des agences de renseignement occidentales en 1990, quand, lors de l’opération Bouclier du Désert, précurseur de la guerre avec l’Irak concernant son invasion du Koweït, le Chaos Computer Club basé à Hambourg, avec les pirates informatiques aux Pays-Bas et en Australie, ont été attrapés en train de pirater les systèmes de défense informatique du Ministère américain de la Défense via des liens MILNET jusqu’à l’ARPANET omniprésent, un réseau qui liait la recherche gouvernementale et les agences de développement aux diverses universités à travers le monde.

En 1987, Assange, à l’âge de 16 ans, a commencé sa carrière de hacker en Australie. Lui et deux collègues ont créé un groupe de hackers clandestin appelé « Les Subversifs internationaux ». Assange a utilisé le nom de hacker « Mendax » pour usage, ce qui signifie en latin « celui qui est mensonger ». La fin des années 1980 représentaient une période où les agences de renseignement et les forces de l’ordre ont joué un jeu de capture avec les hackers — des jeunes qui, dans la plupart des cas, en savait plus que même la NSA sur la façon de pirater des systèmes informatiques. Finalement, en 1991, la police fédérale australienne a attrapé Assange dans le cadre de l' »Opération Weather », une opération de répression menée contre les pirates informatiques. L’un des ordinateurs ciblés par Assange a été l’un de ceux exploités par l’US Air Force au Pentagone. Et le piratage a eu lieu pendant la Tempête du Bouclier du désert, à un moment où l’Agence du Renseignement de la Défense (DIA) et la CIA ont commencé à prendre plus au sérieux la question du piratage informatique.

C’est en 1989 que certains pirates informatiques ont été soupçonnés de collaborer avec les services de renseignement étrangers, y compris le KGB soviétique, pour pénétrer dans les ordinateurs de la défense occidentale. Grâce à un lien fourni par le Chaos Computer Club, un groupe de hackers allemands – Karl Koch, alias « Hagbard », Markus Hess, alias « Urmel », Hans Heinrich Hubner, alias « Pengo », et Dirk-Otto Brezinski, alias « DOB « – ont fait équipe avec les pirates de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas et à Melbourne en Australie, pour pénétrer les ordinateurs militaires américains. C’était l’administrateur-système du Lawrence Berkeley Laboratory, Clifford Stoll, qui a d’abord découvert le portail des hackers au sein des ordinateurs militaires – à l’Université de Brême via le réseau allemand de Datex-P jusqu’au [laboratoire] Lawrence Berkeley via Tymnet, pour sortir dans quelque 400 ordinateurs militaires de la base aérienne de Ramstein en Allemagne jusqu’à Fort Buckner, à Okinawa, et la base de données OPTIMIS au Pentagone. Koch, ou « Hagbard », a été retrouvé brûlé à mort avec de l’essence dans une forêt près de Celle, en Allemagne de l’Ouest, en 1989. La police a établi la mort par suicide.

En octobre 1998, un autre hacker du Chaos, Boris Floriciz, alias « Tron », a été retrouvé pendu dans un parc de Berlin. Après avoir considéré la mort comme un suicide, la police a commencé à traiter la mort comme un homicide après que le magazine Stern ait indiqué que Floriciz avait travaillé pour des éléments peu recommandables. Le père de Floriciz a indiqué que son fils avait été approché par des agents du renseignement qui voulaient que le pirate travaille pour eux.

En Août 2001, Herwart Holland-Moritz, alias « Wau Holland, « l’un des fondateurs du Chaos, est mort à l’âge de 49 ans à Hambourg. Holland est décédé après avoir subi un accident vasculaire cérébral. En 1987, Holland avait affirmé que le Chaos avait obtenu des données sensibles sur les systèmes d’armement américains des ordinateurs VAX 11/785 de la NASA reliés au Réseau d’Analyse de Physique Spatiale ou SPAN.

En 1995, Jean-Bernard Condat, fondateur du Chaos Computer Club de France, a été découvert à travailler pour l’agence du renseignement intérieur français, la Direction de la Surveillance du Territoire (DST). Selon le journaliste d’investigation français Jean Guisnel, Condat a commencé à travailler pour la DST en 1989. L’officier de la DST en charge de Condat était connu sous le nom de couverture « Jean-Luc Delacour. »

Dans son livre, « Guerres dans le Cyberespace, Services secrets et Internet« , Guisnel a révélé: « Internet est contrôlé jusqu’à l’os par des mesures telles que tourner autour des pirates informatiques, l’écoute systématique des réseaux informatiques et la manipulation des groupes d’informations ».

En 2000, Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), l’organisme international qui attribue les noms de domaine Internet, a élu d’Andy Mueller-Maguhn du Chaos en tant que directeur régional européen.

En 1998, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué un pirate informatique israélien de 18 ans, nommé Ehud Tenebaum, alias « L’Analyseur », qui avait piraté les systèmes informatiques du Pentagone et de la NASA à partir de Tel Aviv, via un modem de l’université à Sde Boker dans le sud d’Israël. Netanyahu a déclaré que Tenebaum était « sacrément bon ». Leader du groupe ViRii, Tenebaum a été détenu par la police israélienne ainsi que deux autres hackers israéliens et un américain, Calidan Levi Coffman de Carson, à Washington. Le FBI a perquisitionné les domiciles de deux adolescents membres de ViRii à Cloverdale, en Californie, mais le Ministère de la Justice ne cherchait que la surveillance probatoire dans leurs affaires criminelles. Les procureurs fédéraux y sont allés facilement sur l’anneau des hackers israéliens, même après que la procureur général Janet Reno a déclaré que les Etats-Unis traiteraient les intrusions informatiques comme des « crimes graves ».

Le Secrétaire adjoint à la Défense John Hamre a déclaré que les attaques de ViRii sur le Pentagone constituaient « l’attaque la plus organisée et systématique » à ce jour. Etaient ciblés par les Israéliens, le personnel du Pentagone et les fichiers des effectifs. Comme le deal d’Assange avec le renseignement australien, il a été ensuite rapporté que la négociation de la peine de Tenebaum avec les autorités israéliennes avait impliqué qu’il travaille pour le renseignement israélien. Les apologistes d’Israël dans la presse officielle ont assimilé le piratage de ViRii au fait de jeter « des missiles électroniques ». L’attaque informatique sur le Pentagone est intervenue, alors que la secrétaire d’État Madeleine Albright demandait le gel des colonisations israéliennes sur la Rive Ouest [Cisjordanie] et à Jérusalem-Est, et que les forces américaines se préparaient à une action militaire contre l’Irak. Les récentes révélations de Wikileaks des câbles du Département d’Etat, ce qui inclut la publication sélective des câbles sur les négociations israélo-palestiniennes, interviennent au milieu d’exigences américaines similaires sur le gel des colonies israéliennes.

Dans une indication que Tenebaum a continué son piratage pour le renseignement israélien, en 2003, un nouveau-zélandais connu sous le nom de « VeNoMous » [VeNiMeux] a été accusé d’entretenir des liens avec Tenebaum et de s’être introduit par effraction à l’intérieur du Centre Indien de Recherche Atomique de Bhabha à Mumbai. L’attaque informatique a éliminé des données et volé des e-mails. Il a été rapporté que VeNoMous et les hackers qui étaient liés avec lui ont été impliqués dans le piratage des systèmes informatiques du programme nucléaire pakistanais. Le programme de cyber-sécurité du Pentagone, comme indiqué précédemment par WMR, a été minutieusement pénétré à hauts niveaux par des agents d’influence israéliens. John P. Wheeler III, qui, en tant qu’assistant au secrétaire de l’Armée de l’Air dans l’administration Bush, et plus tard à MITRE Corporation, a été impliqué fortement dans le programme cyber-guerre du Pentagone, a été retrouvé mort dans une décharge de Wilmington, dans le Delaware, le 30 Décembre de l’année dernière [2010].

L’Enigmatique Assange

Certains dans les médias officiels ont loué de manière similaire Assange et Wikileaks pour la publication des câbles du Département d’Etat, mais le directeur de publication du New York Times, Bill Keller, a récemment exprimé ses regrets sur les relations de son journal avec Assange. Keller a déclaré que, lorsque les relations entre le Times et Assange sont devenues glaciales, trois personnels du Times ont été témoins de piratage sur leurs comptes de messagerie e-mail. Keller n’est manifestement pas au courant du travail passé d’Assange pour la communauté du renseignement américain, et la diligence journalistique par lui et son journal auraient découvert ce que WMR a découvert sur Assange et ses collègues pirates avant d’entrer dans une relation avec Wikileaks et son fondateur, décrit par Keller comme habillé à la manière d’un sac de femme et qui a besoin d’un bain.

La seule chose que les forces de l’ordre et le renseignement pouvaient faire, face à une telle nouvelle menace de piratage informatique technologiquement avancé, était de passer des accords avec les hackers qui ont été arrêtés. Le choix pour la police australienne a été simple: soit faire face à la prison de visage et à une énorme amende, ou bien venir travailler pour les forces de l’ordre et le renseignement dans les nouvelles divisions et branches de la sécurité informatique. Pour Assange, le choix a aussi été simple. Quelque part entre son arrestation en 1991 et son inculpation en 1994, avec 31 accusations criminelles, dont six ont été abandonnées, Assange, selon notre source, a pris ses fonctions au Sandia National Laboratory au Nouveau Mexique, où sous couverture non-classifiée de la DISA, Assange a travaillé sur un système qui permettrait au renseignement américain de pirater des systèmes informatiques à travers une faille de sécurité dans les modems des télécopieurs. Le programme de la DISA développé pour la communauté du renseignement a permis aux opérateurs du renseignement de passer clandestinement des modems en mode fax aux modems en mode données connectés à des ordinateurs, permettant aux fichiers informatiques d’être subrepticement téléchargés. C’était via des modems qu’Assange, depuis l’Australie, a été capable de pénétrer dans les ordinateurs du Ministère de la Défense et c’était via la faille de sécurité du modem des télécopieurs — l’utilisation de modems de fax qui étaient en ligne et qui attendaient de recevoir des télécopies — que certaines agences de renseignement américaines voulaient pour être en mesure d’accomplir la même tâche sur leurs objectifs de renseignement.

À l’issue de sa mission et à son retour en Australie pour son procès, Assange a reçu une simple amende de 2100$A et a été libéré sous caution par la déclaration suivante du juge: « il n’y a tout simplement pas eu de preuve qu’il y ait eu autre chose qu’une sorte de curiosité intelligente et le plaisir d’être capable, comme le dit l’expression, de surfer à travers ces différents ordinateurs. « 

Le juge a également mentionné l’enfance difficile d’Assange, dans laquelle il a grandi dans une secte religieuse, la Santiniketan Park Association, également connue sous le nom « The Family » [« La Famille »] et « Great White Brotherhood » [« La Grande Fraternité Blanche »], et dirigée par le gourou-yoga Anne-Hamilton Byrne. « The Family », en plus d’infliger des châtiments corporels et la privation de sommeil et la privation de nourriture, soumettait les enfants des membres de la secte aux médicaments psychotropes, y compris les médicaments psychiatriques, Anatensol, Diazépam, Halopéridol, Largactil, Mogadon, Serepax, Stelazine, Tegretol ou Tofranil. Les enfants étaient également soumis au LSD. WMR a appris que le culte avait des liens aux opérations de Mind-Control menées conjointement par la CIA et son partenaire, l’Organisation du Renseignement de la Sécurité Australienne (ASIO). En 1978, la police de l’Etat de Victoria a fermé le culte. Ainsi, la première interaction apparente d’Assange, quoique involontaire, avec un service de renseignement, est venue quand il était un enfant maltraité par le culte Santiniketan. « The Family » en Australie présente des similitudes frappantes avec un autre culte d’abus sur les enfants aux États-Unis lié à la CIA: « The Finders » [« Les Inventeurs »].

En Octobre 1990, alors que de plus en plus de ministères du gouvernement américain sont devenus conscients de la menace posée par les hackers du Chaos et de leurs associés, une réunion des responsables de la sécurité informatique auprès de divers organismes traitant des systèmes informatiques classifiés a eu lieu dans une salle sécurisée au siège de la CIA à Langley, en Virginie. Cet éditeur a pris part à la réunion, représentant la Division de la Sécurité des Systèmes d’Information du Département d’Etat au sein du Bureau de la Sécurité Diplomatique. Etaient présents des représentants de la CIA, du FBI, du Ministère du Commerce, du Ministère de la Défense, la DIA, et la NSA.

La CIA était préoccupée par l’angle du KGB avec le gang du Chaos allemand et leurs amis pirates aux Pays-Bas et en Australie. Cependant, après environ une heure de va-et-vient, le représentant-en-chef du FBI se leva, sa ceinture de boucle en laiton très importante avec son costume de tricot-double voyant, et a assuré à tous les participants que comme agent-en-chef du contre-espionnage soviétique de la branche du FBI, il avait « tout sous contrôle. » Le nom de l’agent du FBI était Robert Hanssen, arrêté le 18 Février 2001, pour espionnage pendant 22 ans pour les Soviétiques et les Russes.

Les médias avaient rapporté les faits au sujet des hackers liés au Chaos depuis 1987. Sur le World News Tonight, à ABC News, le soir du 15 Septembre 1987, Peter Jennings a signalé que: « Il y a eu un autre cas de pirates informatiques indiscrets faisant électroniquement leur chemin vers certains dossiers très secrets. Deux allemands de l’Ouest ont apparemment obtenu l’accès à un réseau informatique mondial utilisé par la NASA pour relier les centres de recherche sur l’espace en Europe et en Asie. La NASA a confirmé que le système a été visité, mais a nié que les pirates aient obtenu aucune sorte d’informations classifiées ». Mais le 25 Avril 1991, l’histoire du piratage dans les systèmes militaires au cours du Bouclier du Désert a été rapportée dans son intégralité par ABC:

« Peter Jennings: Une fois de plus, les voleurs électroniques ont réussi à s’introduire dans quelques-uns des systèmes informatiques géants dans les installations militaires et les universités américaines. Une enquête d’ABC News a constaté que, pour au moins un an maintenant, les pirates informatiques, les intrus électroniques basés aux Pays-Bas, ont piraté la sécurité des systèmes informatiques américains où ils peuvent lire des informations sensibles au sujet des plans et des opérations militaires. Voici John Martin d’ABC.

JOHN MARTIN: [CU DOCUMENTS/Graphiques] Des documents obtenus par ABC News montrent que les hackers ont eu tellement d’informations sur le missile Patriot, qu’ils ont dû s’infiltrer dans plusieurs ordinateurs afin de juste trouver un endroit pour stocker les données. [Les soldats] À un moment donné, les intrus ont arrêté des ordinateurs dans le Wisconsin et en Virginie qui ont ensuite été utilisés pour mobiliser des troupes pour l’opération Tempête du désert. [BAT EXT] La CIA considère le vol si grave, qu’ils ont convoqué une réunion spéciale.
 
ANCIEN OFFICIEL DU GOUVERNEMENT: [SILHOUETTE] Il y avait des informations recueillies à partir des systèmes, sur le système Patriot de lancement de fusées, des missiles de croisière Tomahawk de la Marine, l’appel des réserves militaires. [JET D’EMBARQUEMENT DES TROUPES] Les mots qu’ils ont été particulièrement intéressés par étaient « militaire », « nucléaire », « missile » et « Tempête du désert » ou « Bouclier du désert ».

JOHN MARTIN: Des sources indiquent que la plupart des pénétrations informatiques provenaient de Geldrop, aux Pays-Bas. [BAT EXT] Les enquêteurs croient que les voleurs étaient des espions indépendants qui cherchent à vendre des informations au KGB ou au renseignement irakien. [HACKER SUR ORDINATEUR] Un pirate néerlandais a démontré combien c’était facile. [MAP/Graphiques] En utilisant des téléphones locaux, les hackers sont entrés par voie électronique dans un ordinateur de l’université voisine, puis ont traversé l’Atlantique à travers les lignes du campus des universités américaines. [DIVERS BATIMENTS] A partir d’ordinateurs ici, à Bowling Green, dans l’Ohio et d’autres campus, ils ont fait irruption dans au moins 22 réseaux: [DIVERSES INTALLATIONS] La commande des Systèmes de la Naval Sea, système de préparation de l’armée à Fort Belvoir, en Virginie, le laboratoire de recherche de missile à Aberdeen, au Maryland. Aucune des informations qu’ils ont obtenu n’était classifiée, mais le gouvernement est inquiet.

GERALD BURKE: L’une des grandes réalisations de l’espionnage moderne qui ont résulté de la collecte de données non-classifiées, en apparence anodines.
 
JOHN MARTIN: Le gouvernement a alerté son équipe d’intervention informatique d’urgence.
 
LARRY Druffel PhD/RÉPONSE LEADER DE L’ÉQUIPE: Chaque fois que quelqu’un pénètre un système utilisé à des fins militaires, alors vous devez supposer qu’ils essaient d’obtenir des informations qu’ils ne devraient pas et c’est de l’espionnage.
 
JOHN MARTIN: Une raison pour lesquelles les hackers ont été capables de pénétrer dans les ordinateurs, ce sont les mots de passe faibles.
 
WAYNE MADSEN: Tous ces crackers informatiques là-bas savent ce que sont ces mots de passe et ils savent comment les utiliser essentiellement pour s’introduire dans les systèmes.
 
JOHN MARTIN: [SU] Le FBI est sur l’affaire, mais a rencontré des difficultés. La loi néerlandaise ne permet pas la poursuite contre les hackers informatiques à moins que les informations qu’ils volent soient classées. John Martin, ABC News, Crystal City, en Virginie.
 
PETER JENNINGS: En fait, certains néerlandais pensent qu’il n’y a rien de mal à ce genre de piratage informatique. Le directeur d’Economie à l’Université d’Utrecht dit que la plupart des écoles néerlandaises encouragent en fait les élèves à infiltrer d’autres systèmes informatiques dans le cadre de leur formation. Il dit que la sécurité est la responsabilité des propriétaires des systèmes ».

Mais ce que ABC News et personne d’autre ne savaient, c’est que certaines agences de renseignement, y compris l’ASIO en Australie et la NSA avaient décidé de choisir les services de certains hackers afin de pénétrer leurs groupes et dans le but de déterminer la technologie qu’ils utilisaient pour pirater les systèmes. Le projet avec l’étudiant de Cornell, Robert Morris, Jr., qui était capable de lancer un programme internet perturbateur de ver informatique en 1988 qui a fait tomber un certain nombre de systèmes informatiques, en est un exemple. Le père de Morris se trouvait être Robert Morris, Sr., scientifique en chef de la NSA à l’époque. La « punition » du jeune Morris fut notamment de travailler au craquage des codes cryptographiques utilisés par les trafiquants de drogue et autres pirates. La punition de Morris était semblable à la douce affaire amoureuse qui a fait travailler Assange en retour de ses services à Sandia.

Assange continue à jouer son rôle en étant un agent à « repaire limité » pour la communauté du renseignement américain. La fuite sélective du Département d’Etat sur les câbles sur-classifiés du Secret maximal SIPRNET, des câbles qui rapportent sur des ragots et des informations open-source recueillies auprès des diplomates américains et de leurs contacts à l’étranger, ont été utilisés pour influencer les événements dans le monde entier. Il s’agit d’une opération classique d' »infiltration cognitive » tel que préconisé par le Dr. Cass Sunstein, chef du Bureau de l’Information des Affaires Réglementaires de la Maison Blanche, un promoteur de Wikipedia et Wikileaks, tous deux utilisés par les agences de renseignement pour l’information et les opérations de guerre psychologique.

Peut-être que ce n’était pas un hasard si, en Décembre 2010, le Parti Pirate international, qui trouve ses débuts en Suède, où Assange est recherché pour crimes sexuels, et sa branche autrichienne, ont offert d’accueillir le cache de plus de 250.000 câbles du Département d’Etat de Wikileaks. Le Parti Pirate, avec des branches aussi en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg, a des contacts étroits avec le Chaos Computer Club.

Wayne Madsen est un journaliste d’investigation de Washington, DC, auteur et chroniqueur. Il a écrit pour plusieurs journaux et blogs renommés.

Madsen est un contributeur régulier sur Russia Today. Il a été un fréquent commentateur sur la politique et la sécurité nationale sur Fox News et est également apparu sur ABC, NBC, CBS, PBS, CNN, BBC, Al Jazeera, et MS-NBC. Madsen a été accepté par Bill O’Reilly et Sean Hannity dans leurs émissions de télévision. Il a été invité à témoigner comme témoin devant la Chambre des représentants américaine, le Tribunal pénal pour le Rwanda, et un panel d’enquête du gouvernement français sur le terrorisme.

Comme un officier de la marine américaine, il a réussi l’un des premiers programmes de sécurité informatique pour l’US Navy. Il a ensuite travaillé pour la National Security Agency, le Commandement Naval des données d’automatisation, le Département d’État, la RCA Corporation, et la Computer Sciences Corporation.

Madsen est un membre de la Société des journalistes professionnels (SPJ), l’Association des agents de renseignement (AFIO), et le National Press Club. Il est un collaborateur régulier de l’Opinion Maker.

Source: http://www.opinion-maker.org/2011/02/wikileaks-and-us-intelligence-computers/

Les sales blagues de Bachar el-Assad

Le 18 juillet 2012

Les #SyriaFiles de WikiLeaks révèlent qu’avant le déclenchement de la révolution, Bachar el-Assad draguait son assistante avec des blagues salaces, et raillait, auprès de son beau-père, la taille respective des pénis de Nicolas Sarkozy, Benyamin Netanyahou et Barack Obama. Quand la révolution syrienne a commencé, il a cessé de blaguer, et viré conspirationniste.

Le 26 février 2011, 15 jours après la fuite (et la démission) d’Hosni Moubarak, qui dirigeait l’Égypte depuis 1981, Bachar el-Assad envoie un mail intitulé “Un nouveau mot dans le dictionnaire” :

Moubarak (verbe) : accrocher, coller quelque chose. Exemple : “je vais te frapper et te moubaraker au mur”, ou “tu peux moubaraker les différentes pièces pour les faire tenir ensemble”.
Moubarak (adjectif) : long à apprendre ou comprendre. Ex : “Pourquoi avez-vous besoin d’être aussi moubarak ?”
Moubarak (nom) : ex-petite amie psychotique qui n’arrive pas à comprendre que c’est fini.

Sur les 2 434 899 mails des Syria Files révélés par WikiLeaks et auxquels Owni a eu accès, on trouve 538 e-mails envoyés par sam@alshahba.com, l’adresse e-mail utilisée par Bachar el-Assad. La majeure partie d’entre-eux ont été envoyés avant le début de la révolution en Syrie, et concernent la gestion d’affaires internes, ainsi que de nombreux échanges avec la traductrice personnelle d’el-Assad.

On n’y trouve aucun secret d’État, pas de révélations sur la main-mise des services de sécurité syriens, non plus que sur le soutien de la Russie, de la Chine ou de l’Iran. Par contre, on y trouve des blagues, plusieurs dizaines, pour la plupart en anglais, que le président-dictateur syrien envoyait à ses proches collaborateurs, et notamment à sa traductrice.Certaines sont plutôt drôles ou raffinées, la majeure partie graveleuses et misogynes. A mille lieues de l’image glamour que le régime syrien et ses communicants cherchaient à donner du couple el-Assad en mettant en avant la belle et jeune Asma, épouse de Bachar, ces blagues révèlent un homme adepte de ces blagues que s’échangent les hommes d’un certain âge au sujet de leurs femmes vieillissantes, et d’un humour peu respectueux de la femme, tout comme de l’islam. Florilège.

Une pastèque dans le c…

En février 2010, dans un email intitulé “Les femmes qui savent rester à leur place” il raconte comment la journaliste américaine Barbara Walters s’était étonnée de voir les femmes afghanes continuer à marcher plusieurs pas derrière leurs maris, comme du temps des Talibans :

Pourquoi semblez-vous si heureuse de perpétuer cette vieille coutume que vous cherchiez pourtant désespérément à abolir ?

La femme regarde Mme Walters droit dans les yeux et, sans hésitation, lui répond : “les mines antipersonnelles”.

Moralité de l’histoire : derrière chaque homme, il y a une femme intelligente !

Le 16 mars 2010, Bachar el-Assad envoie une série de blagues en arabe, se moquant notamment de Haifa Wehbe, laissant entendre que le jour où la diva d’origine libanaise mourra, elle saura enfin de ce que cela fait de se coucher toute seule… entre autres plaisanteries de bon goût.

On y trouve aussi l’histoire d’un homme qui ne parvient pas à se défaire des vers qui rongent ses viscères. Un médecin lui propose alors de couper une pastèque en deux et de s’asseoir dessus, afin que son nectar attire les vers. L’un d’entre-eux vient de fait goûter la pastèque qui, effectivement, a très bon goût. Mais plutôt que d’attirer les vers, ces derniers crient au premier : “ramène-nous la pastèque !

Cochon entier et petite saucisse

Le 8 août à 18h24, Bachar el-Assad faisait suivre une chaîne mail intitulée “Longue vie aux célibataires“, compilation de citations anti-mariage :

Je n’ai pas peur du terrorisme. J’ai été marié pendant deux ans.

J’emmène ma femme partout, mais elle arrive toujours à retrouver le chemin du retour.

Nous nous tenons toujours par la main. Si je la laisse aller, elle entre dans les magasins.

Quatre minutes plus tard, à 18h28, Bachar el-Assad envoie un autre e-mail, titré “femmes âgées“, évoquant le fait que “pour chaque femme magnifique, intelligente, bien coiffée et sexy de plus de 40 ans, il y a un chauve bedonnant qui porte des pantalons jaunes et autres reliques en guise de vêtements, et qui devient gaga devant des serveuses de 22 ans” :

Mesdames, je suis désolé. A tous ces hommes qui disent : “mais pourquoi acheter une vache quand on peut avoir du lait gratuitement ?” sachez qu’aujourd’hui, 80% des femmes sont contre le mariage. Pourquoi ? Parce qu’elles réalisent que ce n’est pas la peine d’acheter un cochon entier pour n’avoir qu’une petite saucisse !

Le 20 octobre 2010, il envoie à sa traductrice “quelques calculs mathématiques“, que l’on retrouve sur le web sous l’intitulé Romance Mathematics :

Homme intelligent + femme intelligente = Romance
Homme intelligent + femme bête = aventure
Homme stupide + femme intelligente = mariage
Homme stupide + femme bête = grossesse

Un homme qui réussit gagne plus d’argent que sa femme ne peut dépenser.
Une femme qui réussit est celle qui peut trouver un tel homme.

Le 23 décembre, il fait suivre une série de blagues “Mari vs Femme” elle aussi copiée-collée sur les interwebs :

La femme : j’aimerais être un journal, pour être dans tes mains tous les jours.
Le mari : moi aussi j’aimerais bien que tu sois un journal, histoire d’en avoir un nouveau chaque jour.

Le 5 novembre, il transmet un “guide hormonal à scotcher sur le réfrigérateur” que “les femmes comprendront (et que) les hommes devraient mémoriser“, dont la version poster est beaucoup plus explicite et qui, en résumé, explique que pour ne pas avoir de problèmes avec les femmes, le mieux est encore de les enivrer :

Le 15 décembre, Bachar el-Assad transfert un mail intitulé “générosité britannique” que lui avait envoyé Fawaz Akhras, son beau-père, et qui raille l’aide internationale apportée au Pakistan après un tremblement de terre (imaginaire) ayant fait 2 millions de mort :

Les USA envoient des troupes. L’Arabie Saoudite du pétrole. La Nouvelle-Zélande des moutons, des bovins et de la nourriture. Les pays d’Asie du sud est de la main d’œuvre pour rebâtir les infrastructures. L’Australie du matériel et des équipes médicales.

Pour ne pas être en reste, la Grande-Bretagne renvoie ses deux millions de Pakistanais. God Bless British generosity…

Le Guardian, qui a consacré un article au sujet des conseils donnés par Fawaz Akhras à son beau-fils pour minimiser la portée du nombre de morts civils en Syrie, évoque également le fait que Bachar lui avait envoyé plusieurs autres blagues depuis son iPhone, dont une portant sur la taille respective des pénis de Nicolas Sarkozy, Benyamin Netanyahu et Barack Obama.

La blague postée en date du 28 décembre est tout aussi courte, percutante, que déplacée. Une nonne va voir sa mère supérieure pour lui annoncer qu’elle a été violée :

– Que dois-je faire ?
– Buvez ce thé, amer et sans sucre
– Cela me rendra-t-il mon honneur et ma pureté ?
– Non, mais cela devrait effacer l’expression de bonheur qu’arbore votre visage.

Le 31, une histoire où un gars vient demander à Bush et Obama, qui sont assis dans un bar, ce qu’ils sont en train de préparer :

Bush : Nous préparons la 3ème guerre mondiale.
le gars : vraiment, mais qu’est-ce qui va se passer ?
Bush : cette fois, nous allons tuer 140 millions de gens, ainsi qu’Angelina Jolie.
le gars : Angelina Jolie ? Mais pourquoi Angelina Jolie ?
Bush se tourne alors vers Obama : tu vois ? Je te l’avais bien dit, tout le monde s’en fout de ces 140 millions de gens !!!!!!!!!

“Woo-hoo, quelle aventure !”

Le 20 janvier, ce n’est pas une blague, mais une vidéo en noir et blanc, et en pièce jointe, façon comédie italienne d’antan, que Bachar el-Assad envoie par mail un spot publicitaire de la société Belgacom incitant ses abonnés à ne pas la quitter. On y voit une femme en-dessous s’affoler de l’arrivée de son mari, et son amant se cacher dans une valise. Le mari, croyant que sa femme le quittait, prend la valise et la jette par la fenêtre.

Le 25, Bachar el-Assad envoie une autre vidéo en pièce jointe : Reopen911.wmv (4.1MiB), résumé de plusieurs des thèses conspirationnistes entourant les attentats du 11 septembre.

Le lendemain, Hasan Ali Akleh s’immole par le feu afin de protester contre le gouvernement syrien, évènement considéré comme annonciateur, et en tout cas emblématique, du printemps syrien.

Le 1er mars 2011, 15 jours après les premières manifestations en Libye, et une semaine après le fameux discours télévisé où Mouammar Kadhafi où il promettait de “nettoyer la Libye maison par maison” de tous ces “mercenaires, rats, bandes criminelles et drogués” manipulés par Al-Qaïda et les Américains, Bachar el-Assad envoyait un nouvel e-mail :

Kadhafi a dit :
. hé, les gens, sans électricité, nous nous assiérons pour regarder la TV dans le noir
. je ne suis pas un dictateur qui bloque Facebook, mais j’arrêterais tous ceux qui s’y connecteront
. vous pouvez protester autant que vous le voulez, mais n’allez ni dans les rues ni dans les places
. je resterai en Libye jusqu’à ma mort, ou mon destin viendra à moi.

Le 2 mars 2011, Bachar el-Assad fait suivre les conseils d’un médecin qui préconise la sieste plutôt que l’exercice, conseille de boire de l’alcool (parce que le vin et la bière sont faits à partir de fruits et de céréales), de ne pas se restreindre sur les fritures et le chocolat (parce que faits à partir de légumes), déconseille la nage (“si la nage est bonne pour la ligne, expliquez-moi les baleines“) :

La vie ne doit pas être un long voyage destiné à arriver dans sa tombe avec une ligne et une condition physique excellente, mais plutôt une virée zigzaguante (du Chardonnay dans une main, du chocolat dans l’autre) où l’on crierait “woo-hoo, quelle aventure !” afin d’en finir complètement usé et épuisé.

Le 27 mars 2011, alors que le mouvement de libération prend de l’ampleur, et que l’AFP avance que plus d’une centaine de manifestants ont été tués par la police, un proche collaborateur de Bachar el-Assad lui envoie un mail particulièrement obséquieux lui expliquant qu’une étude aurait démontré que le cœur de la quasi-totalité des 24 millions de Syriens battrait pour Bachar el-Assad, et qu’il est impossible de geler ses avoirs puisqu’ils ne sont pas en Suisse, mais dans le cœur des Syriens…

Le 28, Bachar el-Assad fait suivre une image montrant comment la photo de gens manifestant avec le drapeau syrien en soutien au président syrien a été manipulée pour que l’on croit qu’ils réclament son départ.

Le 31, un autre collaborateur lui envoie un mail intitulé ‘J’ai aimé cette chanson” avec, en pièce jointe, une chanson (sirupeuse) attribuée (à tort) à Mick Jagger composée sur un vieux synthé et répétant (en anglais) “Bashar, We Love You“.

Le 25 juillet, il fait suivre la version traduite en arabe d’une vidéo, en français, intitulée “Sarkozy, combien d’enfants as-tu tué cette nuit ?“, l’accusant d’être responsable de la mort d’enfants tués lors d’un bombardement de l’OTAN en Libye, réalisée par Michel Collon, un journaliste belge considéré comme proche des réseaux français au service de la Syrie1 qui, après avoir publié un essai sur les “médiamensonges” de l’OTAN en Libye, a récemment préfacé un ouvrage similaire consacré, cette fois, au plan “Syriana” de remodelage du Moyen-Orient par la CIA.

Le 24 septembre, il envoie un lien vers une vidéo (en arabe) sur la proximité supposée entre Al Jazeera et la CIA. Censurée depuis, on la retrouve facilement en cherchant les mots-clefs “الجزيرة والمخابرات الأمريكية.. مين بيلعب فى دماغنا ؟؟“.

Le dernier e-mail de Bachar el-Assad présent dans les #SyriaFiles de WikiLeaks est un copié-collé d’un article de Wayne Madsen, un ancien militaire américain devenu journaliste spécialiste des services de renseignement, proche du Réseau Voltaire et conspirationniste.

Dans cet article, basé sur “plusieurs sources fiables“, Madsen affirme que l’ancien ambassadeur des États-Unis en Syrie a été chargé de recruter des “escadrons de la mort” auprès d’unités affiliées à Al-Qaïda et de les envoyer se battre contre les soldats et policiers fidèles au régime syrien. Il affirme également que ces terroristes ne se sont pas contentés d’attaquer les forces loyalistes, mais également de massacrer des civils, afin d’accuser, avec l’aide du Mossad, le gouvernement syrien.

Et cette histoire de CIA qui recrute des terroristes d’Al-Qaïda pour tuer des civils avec l’aide du Mossad, pour Bachar el-Assad, ce n’était pas une blague.


A noter que le Fonds de Défense de la Neutralité du Net, émanation du French Data Network, premier FAI indépendant français, vient de faire sauter le blocus financier de Wikileaks, et qu’il est donc de nouveau possible de lui faire un don par carte bancaire.Merci à Salam Houssam Aldeen, pseudonyme d’un journaliste syrien en exil à Paris (qui cherche du travail : contactez presse AT OWNI.fr), ainsi qu’à Pierre Leibovici (@pierreleibo sur Twitter), qui m’ont beaucoup aidé à plonger dans ces #SyriaFiles.
Photo trouvée dans les mails de Bachar el-Assad, illustration et couverture par Loguy pour Owni /-)

  1. l’auteure de cet article, Hala Kodmani, une journaliste franco-syrienne, ex-rédactrice en chef à France 24, et responsable de la rubrique Syrie à Libération, est aussi la sœur de Bassma Kodmani, porte-parole du Conseil national syrien -organe de l’opposition syrienne basé à Paris-, et préside l’association française Souria Houria -Syrie Liberté-, “groupe de soutien à la révolte du peuple syrien” qui milite pour le renversement du régime de Bachar el-Assad. []

Source: http://owni.fr/2012/07/18/les-sales-blagues-de-bachar-el-assad/ et http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,13062.0.html