Marche de solidarité à Londres pour demander l’accès aux fichiers des polices politiques secrètes

Marche de solidarité: Vendredi 15 Janvier 2016, 13h00, Cour suprême, Londres

ADN-ZB/Uhlemann/16.1.1990/Berlin: Stürmung AfNS-Zentrale/ Bei einer Demonstration vor dem Gebäude des ehemaligen AfNS in der Normannen-/ Ruschestraße, zu der das Neue Forum aufgerufen hatte, stürmten Tausende von Haß und Rache erfüllte Bürger das bereits von einem Bürgerkomitee kontrollierte Gebäude und zerstörten Einrichtungen im Werte von Hunderttausenden Mark.

Publié le 8 Janvier 2016

15 Janvier 1990 [Berlin] – On voit la fumée de la police secrète de la Stasi monter depuis le QG de la Stasi à Berlin, alors que les agents tentent désespérément de brûler la preuve de leurs abus. Les gens prennent d’assaut le complexe pour arrêter la destruction, et exigent l’accès aux fichiers qui avaient été compilés sur eux.

15 Janvier 2016 – Les #spycops au Royaume-Uni

Plus d’un quart de siècle plus tard, nous nous battons pour l’accès à la vérité sur la police politique secrète en Grande-Bretagne. Alors qu’une audience a lieu dans l’une des affaires en cours contre les abus commis par des unités secrètes de la MET [Metropolitan Police], rejoignez-nous pour exiger qu’ils… Donnent les noms de couverture et ouvrent les fichiers!

Marche de solidarité – vendredi 15 janvier 2016 – 13h00 Royal Courts of Justice, The Strand, London WC2 métro le plus proche: Holborn / Temple

Source: https://policespiesoutoflives.org.uk/demo-15-jan/

Publicités

German Transparency, un site pour informer sur l’affaire de la NSA en Allemagne

german transparencyEst-ce que l’Allemagne collabore avec la NSA pour espionner les journalistes et les politiciens allemands?

La séparation des pouvoirs et une presse libre sont essentielles à la démocratie – Sont-elles en train d’échouer en Allemagne?

Ce site, lancé en Septembre 2015, publiera des documents et des développements dans l’enquête en cours par le Parlement allemand sur la surveillance de masse en Allemagne – et pour savoir si la NSA américaine, le GCHQ britannique, et d’autres membres des services de renseignement du « Five Eyes » s’approprient la souveraineté de ce pays.

Découvrez les articles de presse et le blog. Si vous pensez à quelque chose qui devrait être ici, alertez-nous.

Photo: toit de l’ambassade américaine à Berlin, l’emplacement d’un poste d’écoute de la NSA

Source: http://www.germantransparency.org/

Le renseignement étranger allemand accusé d’espionnage sur ses propres citoyens à l’étranger en 2000-2005

bnd-spying-abroad-intelligence.si

RT, 29 novembre 2014

Le BND, le service de renseignement extérieur de l’Allemagne, a utilisé une faille dans la loi pour espionner les citoyens du pays vivant à l’étranger de 2000 à 2005, a déclaré l’avocat de l’ancienne agence aux députés allemands.

Habituellement, il y a la loi « G10 » qui spécifie des obstacles juridiques élevés à couvrir avant d’espionner les citoyens allemands, y compris quand ils vivent à l’étranger. Si ces exigences ne sont pas remplies, les données les concernant doivent être filtrées depuis les communications étrangères reçues par le BND.

Toutefois, le Dr Stefan Burbaum a parlé au parlement d’une faille: une personne était nommée « titulaire de charge » si elle était ciblée.

« Le titulaire d’une charge est une personne morale. C’est une petite exception. Un citoyen allemand peut fonctionner comme un titulaire d’une charge dans une organisation étrangère », a expliqué Burbaum cité par The Local.

« La chose décisive est de savoir s’il communique en tant que citoyen ou en tant que titulaire d’une charge, » a-t-il ajouté.

Le BND a également enfreint la législation « G10 » sur le trafic des télécommunications, en conservant une partie du contenu que le service n’avait pas été autorisé à consulter.

Lire la suite: http://rt.com/news/210007-bnd-spying-abroad-intelligence/

Une faille allemande autorise l’agence d’espionnage de la BND à espionner ses propres citoyens (The Guardian)

Le BND  a menti depuis 2005 en ayant eu des indications que les Etats-Unis ont pris l’Allemagne pour cible de l’espionnage (Der Spiegel)

Anonymous, prenez le mur de Berlin!

C’est en allant pour la première fois à Berlin que je me suis rendue compte que dans cette ville qui accueille toutes sortes de graffitis sur ses murs, comme autant de témoignages d’un passé marqué par la chute du communisme, il n’y a en même temps aucun graffiti rappelant la révolution sociale actuelle qui se déroule dans le monde et dont le symbole est le masque des Anonymous. Je parle notamment de l’East Side Gallery, car je n’ai pas eu le temps de voir tous les graffitis qui existent à Berlin.

Quand vous marchez sur l’East Side Gallery, certes vous voyez toutes ces oeuvres qui recouvrent les restes du mur de Berlin, mais c’est un peu dommage de ne croiser aucun tag Anonymous ni aucun signe qui évoque le combat de la génération d’aujourd’hui, une génération qui voit chaque jour dans les médias des images de la guerre au Moyen-Orient, en Syrie, en Irak et à Gaza, des arrestations de jeunes hackers et l’inquiétude face à la montée de la surveillance Internet et des lois antiterroristes. Ne devrait-il pas y avoir un lien entre le combat d’hier pour la liberté en Europe et celui d’aujourd’hui pour la liberté dans le monde?

C’est étrange de constater que les Anonymous n’ont jamais pensé à laisser leur empreinte sur l’East Side Gallery à Berlin, alors qu’on trouve leurs masques un peu partout dans le monde et dans des milliers de vidéos sur Internet, des vidéos qui témoignent du même idéal que celui qui était partagé par ceux qui ont voulu la liberté en Europe et la fin de l’oppression d’un système de surveillance basé sur le pouvoir des services secrets et de la Stasi en Allemagne de l’Est. Ceux qui, il y a 25 ans, ont vécu la chute du mur de Berlin le 9/11/1989 voulaient aussi, comme aujourd’hui les Anonymous, un monde sans surveillance, sans oppression politique et sans pauvreté, un monde de liberté d’expression et de liberté de mouvement, un monde sans frontières entre les peuples.

L’East Side Gallery ne témoigne d’aucune oeuvre en hommage aux hackers Anonymous, ni d’aucune oeuvre en hommage aux lanceurs d’alerte: Julian Assange, Manning ou Snowden, pour ne citer que les plus célèbres. Aucune oeuvre non plus qui rappelle le scandale de la NSA et l’importance de ce débat en Europe sur les abus commis par nos services secrets occidentaux, alors même que l’Allemagne a été touchée par ce scandale au sein même de son propre gouvernement.

Est-ce que le mur de Berlin ne restera que ça: le témoignage d’un épisode passé de l’histoire et de la réunification de l’Europe, mais sans faire de lien avec les combats du présent, sans rappeler que tous ces combats continuent aujourd’hui sous d’autres formes? ou bien faudrait-il peupler les restes de ce mur avec de nouvelles oeuvres artistiques, pour que tout ce que nous faisons aujourd’hui soit fait en quelque sorte en hommage à tous ceux qui ont eux-mêmes milité pour nos libertés dans le passé? Recouvert de nouvelles oeuvres évoquant les Anonymous et les révélations sur la NSA, ce qui reste du mur de Berlin sur l’East Side Gallery serait ainsi la continuité du dialogue qui s’est ouvert comme une brèche en 1989, quand des milliers de gens ont franchi une frontière sans attendre la réaction de leur gouvernement et sans attendre qu’on leur dise s’ils avaient le droit d’être libres ou pas.

Parce que ce dialogue doit continuer, il est important que les artistes créent de nouvelles oeuvres et qu’ils nous fassent réfléchir sur tous ces thèmes liés à notre société actuelle: la surveillance numérique, la protection de la vie privée sur Internet, les abus commis par les services secrets et par la NSA, la destruction de la vie de milliers d’individus ciblés par l’espionnage, les millions qui sont consacrés à la surveillance de masse alors même que si peu d’argent est consacré à la lutte contre la pauvreté ou à la lutte pour la protection de l’environnement. Il semble que notre époque est confrontée à un mur virtuel, celui de la surveillance Internet, mais comme dans le passé, les murs tomberont et il faut utiliser Internet comme un outil de libération sociale.

kimono

CC BY-SA

Image: wikimedia

L’espionnage de la NSA en Allemagne créé un tremblement de terre anti-américain, les gens en ont marre

Interview de Diani Barreto sur Russia Today

Le haut responsable de la CIA en Allemagne a reçu comme ordre de quitter le pays. Berlin a réagi avec colère après que deux fonctionnaires allemands en une semaine auraient été accusés d’être des espions américains. Diani Barreto de la Wau-Holland Foundation dit que les nouvelles créent un tremblement de terre politique dans le pays.

(texte youtube)

Le ministre allemand des Affaires étrangères applaudit l’expulsion du chef de la CIA

Reuters/AFP, Berlin, 11 juillet 2014

La décision de l’Allemagne de demander au chef du département de la CIA à Berlin de quitter le pays était une réponse inévitable et adéquate faisant suite aux nouvelles allégations d’espionnage américain sur Berlin, a déclaré vendredi le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

Les journaux allemands ont également soutenu vendredi la décision, la jugeant trop tardive, mais s’inquiètent de la santé de la relation transatlantique.

« Notre décision de demander au représentant actuel des services de renseignement des États-Unis de quitter l’Allemagne est la bonne décision, une étape nécessaire et une réaction appropriée à la rupture de confiance qui s’est produit », a déclaré Steinmeier aux journalistes.

Lire la suite: http://www.hindustantimes.com/world-news/german-fm-press-applaud-expulsion-of-cia-chief/article1-1239218.aspx

Audition de Snowden en Allemagne: les Verts menacent de déposer une plainte auprès de la cour constitutionnelle de Karlsruhe

German lower house of parliament deputy Stroebele talks to the media before a session of the parliamentary intelligence control committee in BerlinPhoto: Hans-Christian Ströbele

Spiegel.de, 9 juillet 2014

La CDU et le SPD refusent l’audition de l’ancien agent secret Snowden dans le cadre de la commission NSA. Les Verts mettent la pression: L’expert en affaires intérieures Ströbele annonce une plainte auprès de la cour constitutionnelle de Karlsruhe. Le gouvernement ne devrait pas céder.

Berlin: les députés Verts du Bundestag menacent de déposer un recours auprès de la cour constitutionnelle, afin d’obtenir l’audition du lanceur d’alerte des services secrets US en Allemagne. « Nous le ferons aussi » au cas où le gouvernement fédéral ne cède pas, a déclaré l’expert en affaires intérieures Hans-Christian Ströbele. C’est le devoir du gouvernement d’accorder l’assistance administrative à la commission et d’accorder un visa allemand à Snowden. Cela comprend l’engagement de ne pas l’extrader vers les Etats-Unis.

Snowden aurait refusé un entretien vidéo, d’après les dires de son avocat allemand. Son client ne témoignera pas par vidéo depuis son asile moscovite. Le courrier du juriste est arrivé mardi ainsi que l’a annoncé le président de la commission Patrick Sensburg (CDU).

L’ancien collaborateur de la NSA placé sous mandat d’arrêt par les Etats-Unis aurait déjà proposé il y a quelques mois de témoigner en Allemagne à condition que son séjour soit sécurisé.

Traduit par Nalaf du Parti Pirate

Lire l’intégralité de l’article: http://www.spiegel.de/politik/deutschland/snowden-vernehmung-gruener-stroebele-droht-mit-klage-in-karlsruhe-a-980017.html

La NSA a fait de l’ Allemagne sa plus grande station d’écoutes en Europe

der-spiegel-nsa-allemagne

Publié par The Intercept, le 17 juin 2014

La National Security Agency a fait de l’Allemagne sa base d’opérations la plus importante en Europe, selon un article publié par Der Spiegel cette semaine.

Le magazine allemand rapporte que les documents fournis par le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden « donnent une image d’une agence de renseignement américaine toute-puissante qui a développé une relation de plus en plus intime avec l’Allemagne au cours des 13 dernières années tout en augmentant massivement sa présence. » Le magazine ajoute, « Aucun autre pays en Europe n’est l’hôte d’une architecture secrète de surveillance de la NSA comme celle qui est en Allemagne… en 2007, la NSA a affirmé avoir au moins une douzaine de sites de collecte actifs en Allemagne ».

Lire la suite de l’article: https://firstlook.org/theintercept/2014/06/17/germany-nsas-largest-listening-post-europe/

Espionnage de la NSA: La RDA était au courant depuis longtemps

Heise.de, 16 mai 2014

nt-stasi-gr-37db0d56a7626d97Le ministère est-allemand de la Stasi savait depuis 1985 l’ampleur de l’espionnage par la NSA de ses alliés occidentaux  d’après l’état de la technique, mais aussi sa sélectivité avec leurs collègues allemands du service fédéral de renseignement.

La surveillance des télécommunications allemands par la NSA résulte d’une longue tradition. Klaus Eichner exprima cet avis au sein de la Fondation scientifique Wau-Holland et la table ronde que RSF organisa à Berlin avec l’ancien directeur technique de la NSA William Binney. L’ancien analyste en chef des agissements de la NSA et de la CIA du ministère de la Stasi rapportait comment une « source » lui passa en 1985-1986 la soi-disante liste NSRL, qui documentait les dimensions complètes de la surveillance des alliés par la NSA.

Traduit par Nicolas du Parti Pirate

Lire la suite: http://m.heise.de/newsticker/meldung/NSA-Ausspaehung-Die-DDR-wusste-fruehzeitig-Bescheid-2192038.html?from-classic=1

Le double-jeu de l’Allemagne dans l’affaire Snowden

Hans-Christian Ströbele rencontre Edward SnowdenPhoto: Le député allemand Hans-Christian Ströbele rencontre Edward Snowden à Moscou. (cliquer pour voir les vidéos de la rencontre)

Un nouvel acteur vient jouer un rôle dans l’affaire Snowden: l’Allemagne. Le pays souhaite faire témoigner l’ex-agent de la NSA sur son propre territoire.

Wikileaks a déclaré tout récemment qu’une collaboratrice ayant accompagné Edward Snowden en Russie vient de trouver refuge à Berlin. La raison invoquée: des risques et des menaces juridiques en Grande-Bretagne, bien qu’aucune action n’ait été officiellement annoncée contre cette personne de nationalité britannique et qui, d’autre part, n’a pas eu de rôle actif dans la fuite des documents de la NSA. Cependant, Snowden a sans doute plus de souci à se faire en ce moment que les nombreux journalistes, collaborateurs et représentants d’ONG qui l’ont rencontré à Moscou.

L’Allemagne, qui planifie peut-être des choses importantes dans les révélations de la NSA – ce qui expliquerait pourquoi la collaboratrice de Snowden se réfugie à Berlin – vient aussi d’annoncer que le pays voudrait interroger l’ex-agent de la NSA sur son propre territoire, et non directement à Moscou. Le député Hans-Christian Ströbele est allé, en effet, à sa rencontre. Alors, pourquoi ce changement de position politique? Nous pensions que l’Allemagne était un partenaire de la NSA et un allié des Etats-Unis, au même titre que les autres pays européens, et voilà qu’on nous apprend le contraire. Rien ne va plus au pays des alliés occidentaux.

Ce revirement de l’Allemagne semble plutôt étonnant, alors qu’il y a quelques mois, aucun pays européen n’a souhaité accordé l’asile politique au jeune lanceur d’alerte. Ce fut le grand silence de la part de l’Europe, y compris celui de la France. Si Berlin accueille désormais les militants pro-Wikileaks et les défenseurs de Snowden, on se demande juste pourquoi ne pas avoir donné l’asile politique à Edward Snowden quand il le demandait il y a plusieurs mois aux pays européens? Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour finalement lui demander de venir en Europe pour témoigner? Si les gouvernements européens avaient depuis le départ comme intention de l’aider, pourquoi ne pas l’avoir dit de suite? Cela aurait évité aux supporters de perdre du temps dans des pétitions et des actions inutiles.

La question que l’on se pose aussi, c’est de savoir ce qui motive cette brusque décision de l’Allemagne: est-ce que Snowden est en danger à Moscou? Est-ce que l’espionnage d’Angela Merkel est la seule vraie raison de cette décision? (Et comment d’ailleurs un pays partenaire de la NSA peut-il ne pas savoir que ses responsables politiques sont espionnés?) Ou est-ce que l’Allemagne souhaite aider Snowden à publier plus de documents secrets, face au refus du président Poutine de voir l’allié américain affaibli par de futures révélations?…

Ou bien, est-ce que les révélations de la NSA étaient destinées à un autre but géopolitique, notamment celui de provoquer une crise diplomatique avec la Russie ou d’influer sur « les relations entre les USA et la Russie« ? Dans le domaine de l’espionnage, tout est possible (et nous n’avons pas de réponse à cette question). Sous un autre jour, l’affaire Snowden relayée dans les médias aurait pu apparaître comme un bon moyen d’aider la Russie à lutter en faveur de la transparence gouvernementale, ou bien comme un moyen pour sensibiliser l’opinion publique à l’espionnage massif pratiqué par les services secrets. Il y a peut-être d’autres enjeux à découvrir dans l’affaire Snowden.

Ecrit par kimono