Le chaos est la nature de l’enjeu pour l’Empire, pas la victoire

US_empire_cartoon-war-400x381-1728x800_c

Global Research, Par Peter Koenig, le 6 mai 2015

Une fois de plus, un pays « libéré » par l’Occident sombre de plus en plus profondément dans le chaos.
Ceci peut s’appliquer à tous les pays actuellement en conflit, où Washington et ses sbires occidentaux et moyen-orientaux ont imposé la guerre – le chaos perpétuel, la misère et la mort – et l’asservissement.

C’est là que se trouve toute la question: la stratégie de Washington et de l’OTAN n’est pas de « gagner » une guerre ou un conflit, mais de susciter un chaos continuel, sans fin. C’est la façon de contrôler les gens, les nations et leurs ressources; de garantir à l’Occident un besoin incessant en troupes et en équipement militaire – souvenez-vous que plus de 50% du PIB des USA dépend du complexe militaro-industriel et des industries et services connexes; et enfin , qu’un pays dans la détresse ou le chaos est ruiné et a besoin d’argent – de l’argent sous des conditions de nécessité, des conditions « d’austérité » du sulfureux FMI, de la Banque Mondiale et d’autres malfaisantes « institutions de développement » et de prêteurs d’argent; de l’argent qui équivaut à un esclavage, surtout avec des dirigeants corrompus qui ne se soucient pas de leurs populations.

C’est la nature de l’enjeu – au Yémen, en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Afrique Centrale, en Libye… faites votre choix. Qui se bat contre qui n’a pas d’importance. ISIS / EIIL / EI / Daesh / al-Qaeda et quels que soient les noms des organisations de tueurs mercenaires que vous voulez ajouter à la liste – ce ne sont que des étiquettes pour distraire votre attention. Vous pouvez tout aussi bien y ajouter Blackwater, Xe, Academi et tous ces noms successifs choisis pour ne pas être facilement reconnus. Ce sont des prostituées de l’Empire Anglo-Saxon/Sioniste, des prostituées de raz-de-trottoir. Arrivent ensuite les prostituées de luxe comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn et d’autres États du Golfe; puis le Royaume-Uni et la France, bien sûr.

Le Président Hollande vient de signer un contrat de plusieurs milliards d’euros avec le Qatar pour la vente de 24 avions de combat Rafale. Il se dirige à présent vers Riyad (à l’heure d’écriture, ndlr) pour des discussions avec le Roi saoudien Salmane, et pour lui vendre davantage de Rafales – c’est bon pour le commerce et ça contribue à tuer les ennemis fabriqués au fur et à mesure; et aussi pour se rendre à un sommet du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), le 5 mai. Parmi les sujets abordés lors de la réunion figurent les « crises » de la région dont celle du Yémen, provoquée par l’Occident pour le compte de Washington et imputée aux « rebelles » qui ne font que chercher à avoir un gouvernement plus juste.

L’Occident a inventé un vocabulaire si ignoble, c’est comme un virus qui s’incruste dans nos cerveaux – ou ce qu’il en reste – faisant que nous ne connaissons même plus le vrai sens des mots. Nous les répétons et nous y croyons. Après tout, les médias de masse nous les assènent tous les jours jusqu’à l’abrutissement. Les personnes qui se battent pour leur liberté, pour leur survie contre des régimes oppresseurs sont des « terroristes », des « rebelles ». Les réfugiés d’Afrique, fuyant les pays dévastés par les conflits provoqués par Washington, ces réfugiés dont plus de 4000 ont déjà péri cette année en essayant de traverser la Méditerranée à la quête d’une « vie meilleure » – ils ont opportunément été requalifiés « d’immigrants ». Souvent le terme « illégal » est ajouté. Ainsi, la conscience de l’Occident est blanchie de toute culpabilité. Les immigrants sont des clochards. Les immigrants illégaux ont leur place en prison. Ils n’ont rien à voir avec le désordre et le chaos déclenchés par l’Occident dans les pays d’origine de ces « immigrants ». Honte sur vous, Bruxelles!

On revient au chaos – M. Hollande sait pertinemment que ses avions sont utilisés pour servir son maître et faire davantage de ravages dans la région, plus de mort, de désastre, de misère et d’asservissement – davantage de réfugiés dans la Mer Méditerranée – encore plus de chaos perpétuel, des gens aux limites de la survie, des gens qui ne peuvent plus se battre pour leur pays, pour leurs ressources, pour leur liberté – parce qu’il faut qu’ils se battent rien que pour pouvoir survivre, pour la survie de leurs enfants et de leurs familles. C’est ça l’Empire.

Dites-moi – un homme qui vend des armes, des avions de combat – et d’autres sortes de machines à tuer, à des pays en sachant très bien que ces armes servent à tuer des gens, à détruire des pays – un tel homme n’est-il pas un boucher? Un criminel de guerre de la pire espèce?

Hollande, en plus d’être un criminel de guerre, est un bigot refait qui s’imagine qu’à la fin des comptes, quelques miettes du Grand Butin vont retomber dans son assiette – et qu’il pourra nager en compagnie de ses maîtres dans une voluptueuse mer de lait et de miel. Pense-t-il devoir préserver l’économie de son grand pays qui a produit des hommes comme Victor Hugo, Stendhal, Balzac, Dumas – en vendant des machines à tuer à d’autres sbires de l’empire? Ne se soucie-t-il pas du fait que 83% de son électorat le méprise?

Répandre le désordre, le chaos et la misère – c’est ce que Washington et ses vassaux font le mieux. Ils ne désirent pas « gagner » les guerres; ils veulent un chaos sans fin et la misère; des gens pouvant facilement être soumis – la domination à large spectre (full spectrum dominance, ndlr), comme ils disent.

Et puisque l’armée US et son grand frère (ou grande sœur) l’OTAN ne peuvent pas être partout et ne veulent pas être vus partout, ils payent pour tuer. Washington invente et crée, puis finance avec ses ressources inépuisables d’argent les EIIL, Daesh, al-Qaeda – et le répertoire grandit selon la fantaisie de leurs maîtres – pour qu’ils se battent pour eux, tuent pour eux, provoquent le chaos et des attaques sous fausse bannière – afin qu’éventuellement ils, l’OTAN et le bulldozer du Pentagone, puissent débarquer et faire croire qu’ils « détruisent » ces mercenaires qu’ils ont, dès le départ, implantés. Mais les médias de masse ne vont diront pas la vérité.

Ils vous font croire que les Houthis, un groupe de Chiites laïcs, humanistes et socialistes se battent contre les Sunnites au Yémen pour le pouvoir; que les Saoudiens et leurs acolytes du CCG ne font que libérer le Yémen d’une bande de terroristes; que les Houthis sont soutenus par l’Iran (un pays à majorité Chiite) – ce qui a récemment été contesté avec véhémence par un responsable de l’ONU – et donc, que les Houthis doivent être soumis. Par la même occasion, cela fournit à Washington une raison supplémentaire pour porter encore un autre blâme à l’Iran. Une fois que les Houthis ont été assujettis et décimés en quantité suffisante, un pantin de président sera installé au pouvoir comme l’ancien président Saleh ou son successeur Hadi, afin que Washington puisse continuer à mener la danse – en opprimant la population du pays pour garder un accès sans entraves au port stratégique d’Aden et au Golfe Persique.

C’est pareil en Ukraine: est-ce qu’ISIS / EIIL / Daesh / al-Qaeda, ou quel que soit leur nom se trouve en Ukraine? Vous plaisantez, sous le commandement de la CIA avec quelques 6000 soldats US – des instructeurs bien entendu. Ils entraînent les troupes de Kiev à mieux et plus rapidement tuer leurs frères dans le Donbass; ils les entraînent à susciter un chaos qui perdure. Et si les soldats refusent d’être entraînés à tuer leurs frères, le régime nazi de Kiev les abattra en tant que traîtres. À bout portant. C’est si facile. Comme ça personne ne résistera plus.

En outre, les « conseillers » militaires US et la CIA, avec le concours de leurs tueurs à gages – ISIS / Daesh /al-Qaeda – cherchent à provoquer le Président Poutine à entrer en guerre – éventuellement une Troisième Guerre Mondiale. Oui, la troisième en moins d’un siècle, pouvant potentiellement dévaster l’Europe et peut-être le monde. Jusqu’ici le monde a été préservé de ce désastre, grandement grâce à la sagesse de la stratégie de M. Poutine de non-affrontement.

Donc – pas de doute qu’ISIS / Daesh / al-Qaeda soit en Ukraine. Ils sont là où l’Empire leur ordonne d’être. C’est ce pourquoi ils sont payés. C’est ce que font les prostituées. Surtout des prostituées fabriquées pour l’occasion; des prostituées bien payées. L’idéologie n’est qu’une feuille de vigne, commodément reprise par les médias occidentaux – afin que nous puissions tous croire que les Musulmans sont mauvais, certains encore plus que les autres. L’Occident doit les combattre, parce qu’ils représentent un véritable et palpable danger à l’encontre de notre liberté, de notre indépendance et de notre démocratie – et surtout de nos valeurs néolibérales de marché complètement débridées.

Parce que c’est l’objectif ultime: des êtres humains comme biens de marché monnayables, sacrifiables, réduits à de la chair à canon, à se faire décimer en masse par des aliments génétiquement modifiés (et empoisonnés), par des drones, des bombes, par des famines provoquées artificiellement, pour qu’en définitive les survivants soient les serfs d’une petite élite qui contrôle les quatre coins de la Terre et TOUTES ses ressources, pour entretenir le style de vie de gens exceptionnels – oui, la nation exceptionnelle, qui sera réduite à une troupe de gens exceptionnels vivant dans une splendeur opulente.

Souvenez-vous des fameuses paroles de Henry Kissinger, de la vision de l’un des criminels de guerre les plus atroces encore vivants aujourd’hui – un autre Lauréat du Prix Nobel (sic) – énoncées il y a une cinquantaine d’années: « Celui qui contrôle l’alimentation contrôle la population; celui qui contrôle l’énergie contrôle des continents entiers; celui qui contrôle l’argent peut contrôler le monde entier. »

Ces mots sonnent de plus en plus vrais, à chaque jour qui passe. Mais seulement tant que nous le permettons; tant que Nous, le Peuple, Nous les 99.999% des habitants de la planète, l’autorisons.

Peter Koenig est un économiste et un analyste géopolitique. Il a également fait partie de l’encadrement de la Banque Mondiale, travaillant intensivement autour du monde dans les domaines de l’environnement et des ressources en eau. Il écrit régulièrement pour Global Research, ICH, RT, Sputnik News, the Voice of Russia / Ria Novosti, TeleSur, The Vineyard of The Saker Blog, et d’autres sites internet. Il est l’auteur de « Implosion – Un Thriller Économique sur la Guerre, la Destruction Environnementale et l’Avidité Corporatiste », une fiction inspirée de faits réels et de 30 ans d’expérience auprès de la Banque Mondiale autour du monde.

Source: http://www.globalresearch.ca/chaos-not-victory-is-the-empires-name-of-the-game/5447540

Rapport sur la torture de la CIA: « La liste du Top 10 des tortionnaires inclut en fait des centaines de personnes ou plus »

cia_torture_programs_dick_cheneyÉvidemment coupables: deux présidents et une grande partie de deux administrations

Opednews.com, 20/12/2014

Le Top 10 des tortionnaires du gouvernement [américain], de 2001 à 2014

1. George Bush. En tant que président, il est responsable de tous les actes de son administration, en particulier ceux qu’il a commandés et/ou approuvés. Un porte-parole anonyme de la CIA a dit que Bush «a pleinement autorisé la torture. » Karl Rove a déclaré que Bush était au courant et a approuvé la torture, et y a participé, de même que Rove. Dick Cheney a déclaré que Bush savait et a approuvé. Au début de 2008, Bush a opposé son veto à la législation visant à contrôler la CIA, y compris pour l’interdiction du waterboarding. Le Congrès a échoué à contourner le veto. Bush a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

2. Dick Cheney. Le vice-président a déclaré qu’il savait, qu’il a approuvé, et qu’il « le ferait à nouveau dans une minute. » Il a promu le célèbre « côté obscur. » Il a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

3. Condoleezza Rice, conseillère à la sécurité nationale, savait, a approuvé et participé. Elle a plaidé une mauvaise mémoire au Congrès, mais défend toujours publiquement la torture à présent. Son adjoint et successeur, Stephen J. Hadley, était soit dans la boucle ou incroyablement irresponsable, tout comme l’étaient un certain nombre de membres du personnel et des membres du Conseil de la sécurité nationale.

4. Andrew Card, chef de cabinet de la Maison Blanche, savait, a approuvé et participé, même s’il est un boy-scout à vie. Pourquoi Card, qui accuse Barack Obama de tromper le peuple américain devrait continuer en tant que président de l’Université Franklin Pierce? Le successeur de Card, Joshua Bolten, et un nombre inconnu d’autres membres du personnel de la Maison Blanche sont presque sûrement complices. Le fils d’un père de la CIA, Bolten, est un avocat qui enseigne à Princeton en dépit de ses liens à la torture ainsi qu’à un outrage au Congrès pour obstruction dans une autre affaire. Bolten est également co-président du Fonds Clinton Bush pour Haïti, une organisation à but non lucratif qui est censée aider un pays que les Etats-Unis ont torturé pendant la majeure partie de deux siècles.

5. Alberto Gonzales. En tant que Conseiller juridique de la Maison-Blanche, et plus tard à titre de procureur général, non seulement il savait, a approuvé, et participé, mais il a été l’un des principaux apologistes juridiques pour le régime de la torture. Ses successeurs, Harriet Miers, une proche collaboratrice en particulier de Bush, et Fred Fielding, un survivant du Watergate considéré par certains comme Deep Throat, savaient probablement tous les deux et sont restés silencieux sur la torture officielle. Fielding a fait obstruction aux demandes du Sénat pour les documents relatifs à la torture. Gonzales a été condamné à Kuala Lumpur en 2012. Pourquoi ne devraient-ils pas être radiés?

6. Jay Bybee. En tant que procureur général adjoint sous le feu (mais coupable) John Ashcroft, Bybee était en charge du Bureau du conseiller juridique, le bureau qui décide de ce qui est légal, qui peut être révisé uniquement par le procureur général ou le président. Bybee était la sage-femme des justifications de la politique de torture de Bush, un certain nombre de mémorandums juridiques qui ont permis à l’administration Bush de prétendre que la torture et d’autres crimes étaient légaux. Ceux-ci sont généralement connus sous le nom de «Mémos de la torture» et illustrent le fonctionnement d’un bon esprit juridique opérant sans conscience. Avant que certains de ses mémos sur la torture soient devenus publics, Bybee a reçu confirmation pour un rendez-vous à vie en tant que juge fédéral. En 2013, le juge Bybee a statué, apparemment dans un conflit brut d’intérêts, que le personnel du gouvernement devrait être à l’abri de toute responsabilité pour la torture. Pourquoi ne devrait-il pas être radié? Ou attaqué? Bybee a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

7. John Yoo. Travaillant pour le Bureau du Conseiller juridique sous Bybee, Yoo a été le premier auteur de plusieurs des mémos sur la torture, construits sur le principe philosophique qu’il n’y a pas de contraintes sur le pouvoir du président en tant que commandant en chef (un coup d’Etat légal qui interprète efficacement la Constitution comme non-pertinente et le président comme omnipotent, tout cela fait en secret). En 2005, Yoo a publiquement affirmé l’autorité du président pour ordonner l’écrasement des testicules d’un enfant innocent. En 2009, Barack Obama a révoqué les mémos sur la torture de Yoo, mais en 2010, une procédure secrète au sein du ministère de la Justice a « blanchi » Yoo des actes répréhensibles. Ces jours-ci, Yoo continue de protéger les tortionnaires à la Maison Blanche, en déplaçant toute faute sur la CIA. Il continue d’enseigner la loi à l’Université de Californie, Berkeley. Pourquoi ne devrait-il pas être radié? Il a été condamné à Kuala Lumpur en 2012.

8. David Addington. Conseiller juridique (puis chef du personnel) de Dick Cheney, Addington était par de nombreux aspects parmi les partisans les plus difficiles qui ont conduit au côté obscur, soutenus par l’autorité complète de Cheney. Il savait, a approuvé, et a participé au programme de torture des États-Unis et à leurs feuilles de figues juridiques. Son prédécesseur en tant que chef de cabinet, l’avocat Scooter Libby, savait aussi, a approuvé, et a participé à la torture. Il a été reconnu coupable de parjure pour d’autres crimes du gouvernement et radié (temporairement). Addington est maintenant vice-président de la Fondation du patrimoine. Il a été condamné à Kuala Lumpur en 2012. Pourquoi ne devrait-il pas être radié?

9. Donald Rumsfeld. En tant que secrétaire à la Défense, Rumsfeld savait, a approuvé et participé aux programmes de torture partout où est allée l’armée. Abu Ghraib. Bagram. Guantanamo. Et à d’autres endroits, dont certains [sont] inconnus. Rumsfeld n’a exprimé aucun remords, et le moins bien placé dans le documentaire « Le Connu Inconnu. » L’adjoint de Rumsfeld, Paul Wolfowitz, a su, approuvé et participé aux programmes de torture, en cherchant de l’informations pour justifier la guerre en Irak. Il est maintenant un membre important de l’American Enterprise Institute. William Haynes, avocat général pour le Département de la Défense, savait, a approuvé et participé aux programmes de torture. Pour juger les prisonniers de Guantanamo, Haynes a conçu les commissions militaires qui ont ensuite été déclarées inconstitutionnelles. Dans un mémo de 2002, Haynes a bloqué davantage de waterboarding sur les prisonniers de Guantanamo, citant « la tradition de retenue » des forces armées. Rumsfeld et Haynes ont été condamnés à Kuala Lumpur. Pourquoi Haynes ne devrait-il pas être radié?

10. James Mitchell et Bruce Jessen. Les contracteurs privés et Ph.D en psychologie qui se sont appelés Dr., Mitchell et Jessen ont été payés 81 millions de dollars (sur un contrat de 180 millions) pour torturer les gens. Les deux sont des agents retraités de l’Air Force avec une pension du gouvernement. La CIA leur aurait donné une garantie contre toute responsabilité pour les crimes qu’ils ont commis. C’étaient des tortionnaires directs et ils savent, littéralement, où sont au moins enterrés certains des corps. L’avocat général de la CIA, John Rizzo, (qui savait aussi, a approuvé, et participé à la torture) a appelé les techniques de Mitchell et Jessen « sadiques et terrifiantes. » Personne ne sait combien de contracteurs privés, comme Blackwater et d’autres, ont torturé, fait disparaître ou assassiné des gens, mais ils devraient être portés à rendre des comptes.

11. George Tenet. La tête de la CIA désigné par Clinton est couvert de culpabilité sur la torture, mais ce n’est rien par rapport à son rôle pour placer les États-Unis dans une guerre d’agression en Irak, l’un des crimes de guerre les plus élevés. En 2004, Bush lui a donné la Médaille présidentielle de la liberté, qu’il devrait rendre en retour. En 2007, il disait encore: «Nous ne torturons pas les gens. » Ses successeurs, en particulier Porter Goss et Michael Hayden, peuvent avoir fait un peu d’ordre à la CIA, mais ils n’ont tenu personne responsable pour les crimes qu’ils ont continué à nier. Le nouveau directeur du renseignement national, John Negroponte, a contraint Goss à quitter la CIA en faveur de l’adjoint de Negroponte, Hayden, alors encore général de l’Air Force décoré de quatre étoiles. En tant qu’ambassadeur au Honduras, Negroponte a été immergé dans les sales guerres de l’Amérique centrale et tous les crimes non résolus que les États-Unis y ont parrainé. En 2004, lorsque l’inspecteur général de la CIA a rapporté que la CIA violait la Convention contre la torture, le procureur général adjoint Steven Bradbury au Bureau du conseiller juridique a écrit trois autres « mémos sur la torture » pour annuler les préoccupations de l’inspecteur général. Le nouveau chef de la CIA, John Brennan, reste dans le déni et le mode d’étouffement de l’affaire.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.opednews.com/articles/Top-10-Torturer-List-Actua-by-William-Boardman-Accomplices_CIA_Crime_Criminal-141220-197.html

Dans un tribunal américain, les Irakiens accusent Blackwater de meurtres en 2007

Procès BLACKWATER aux Etats-UnisPhoto: Sarhan Deab Abdul Moniem quittant le tribunal mardi, après avoir témoigné dans le procès Blackwater

New York Times, par Matt Apuzzo, 25 juin 2014

Plus de quatre douzaines de citoyens irakiens comme M. Moniem devraient se rendre à Washington dans les mois à venir pour témoigner contre les Américains qui, d’après eux, ont tiré sauvagement sur les citoyens non-armés, faisant 17 morts Irakiens [le 16 septembre 2007]. Pendant des années, ils ont attendu que l’affaire fasse son chemin à travers le système judiciaire américain. Dans une salle d’audience, à deux pas du Capitole, ils ont enfin leur mot à dire. Le ministère de la Justice dit que ce sera le plus grand nombre de témoins étrangers à témoigner dans un procès criminel.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.nytimes.com/2014/06/26/us/in-us-court-iraqis-accusing-blackwater-of-murders-in-07.html

Philip Marshall, un auteur qui prévoyait des révélations sur les attentats du 11 septembre, est mort mystérieusement en février 2013

Philip Marshall, avec ses enfants Alex et Macaila

Philip Marshall, un auteur qui en savait trop sur le 11 septembre

Solidarités & Progrès, mardi 12 mars 2013

Un ancien enquêteur de l’Agence nationale américaine de sécurité, Wayne Madsen, qui a passé huit jours sur place pour enquêter sur les circonstances exactes du décès, le 2 février dernier, de l’auteur du livre The Big Bamboozle Philip Marshall, a contesté la thèse officielle du suicide lors d’une entrevue radiophonique avec Kevin Barrett.

Philip Marshall a été trouvé mort chez lui avec ses deux enfants, tous tués par balle. Un voisin avait trouvé les trois corps (plus celui de leur chien) dans une maison laissée porte ouverte, chose inhabituelle pour un auteur de livres portant sur des questions aussi sensibles. Madsen a également expliqué dans l’interview que l’ordinateur de Marshall n’a toujours pas été localisé, et qu’il avait de plus confié à un ami qu’il travaillait sur un quatrième livre comportant des révélations encore plus « choquantes ».

Philip Marshall a été pilote de Boeing pendant plus de vingt ans, et avait publié en novembre 2012 un livre-enquête, The Big Bamboozle: 9/11 And the War on Terror (La grande tromperie: le 11 septembre et la guerre au terrorisme), documentant l’implication des autorités saoudiennes dans l’entraînement des quatre pilotes responsables des attentats du 11 septembre 2001. Marshall a piloté des Boeing 727, 737, 747, 757 et 767 à titre de capitaine et était convaincu, en raison de son expérience, que les quatre pirates de l’air avaient dû bénéficier d’une formation poussée, dans des conditions réelles et au-delà de celle qu’ils avaient reçue dans les écoles de pilotage habituellement citées dans les médias, et ce jusqu’aux derniers jours avant les attentats.

Marshall avait conclu que ces séances d’entraînement supplémentaire n’auraient pu avoir lieu que sur la base de Pinal Airpark, située entre Las Vegas et Tucson en Arizona, et souligne que seuls les quatre pilotes chargés de mener les attaques avaient été envoyés à Las Vegas au cours des six derniers mois précédant les attentats. Des Boeing 757 et 747 étaient disponibles sur place au moment de leur séjour, et ce site est connu pour avoir été utilisé par des agents de la CIA et des entreprises privées de mercenariat comme Blackwater.

Marshall ajoute que nombre de Saoudiens étaient sur place ou plus largement dans le pays à l’époque des attentats, dont des membres de la famille Ben Laden et plus particulièrement plusieurs membres de l’entourage du prince Turki al-Faisal, l’ancien ministre des renseignements saoudien. Lui-même avait séjourné près de Las Vegas et se trouvait dans le pays le jour même des attentats.

Marshall écrit que des pilotes-instructeurs auraient pu bénéficier de la couverture fournie par cette vaste suite princière pour entrer et sortir du pays sans être interrogés. A titre d’exemple, il souligne que le Prince Bandar, alors ambassadeur d’Arabie saoudite aux Etats-Unis et actuel dirigeant des services de renseignement saoudien, était le chef de son unité de chasseurs lorsqu’il était dans les forces aériennes saoudiennes dans sa jeunesse, et que deux agents saoudiens opérant à San Diego et en contact avec les terroristes du 11 septembre, Bayoumi et Bassan, étaient attachés à la Direction de l’aviation civile saoudienne.

Ces quelques éléments montrent, ainsi que de nombreux autres développés dans le livre, qu’une telle opération ne pouvait pas avoir été montée par une organisation terroriste clandestine, aussi riche et organisée soit-elle, mais qu’il fallait des moyens que seul un pays bénéficiant d’une large couverture diplomatique, de services de renseignements sophistiqués et de nombreux contacts pouvait mobiliser.

Quant aux raisons pour une telle implication des saoudiens, Marshall cite un document publié par la PNAC (Projet pour un nouveau siècle américain), intitulé « Reconstruire les défenses de l’Amérique », en particulier le passage où on explique que « la transformation prendrait un long moment – nonobstant quelque événement catastrophique ayant un effet catalyseur – comme un nouveau Pearl Harbour ».

De plus, en blâmant les attaques sur Osama ben Laden, on pourrait par la suite justifier une politique de guerre préventive contre l’Irak (qui n’avait pourtant rien à voir avec ben Laden), et éventuellement la Syrie et l’Iran, des pays traditionnellement opposés à la culture Wahhabite et ne partageant pas la même vision géopolitique sur l’avenir de l’Asie centrale.

Dans l’introduction de son livre, Marshall montre comment la version finale du Rapport d’enquête parlementaire sur le 11 septembre a été rédigée de manière à passer sous silence le rôle saoudien, en particulier par l’omission du chapitre classifié de 28 pages (retiré du rapport par l’administration Bush) consacré exactement à cette question. Marshall était en contact non officiel avec l’ancien Sénateur Bob Graham, et ancien co-président de la Commission conjointe d’enquête du Congrès américain, qui a exigé à de multiples reprises la publication de ces 28 pages. Une chose qu’a refusé de faire Barack Obama en dépit des promesses qu’il avait faites personnellement aux familles des victimes des attentats lors de sa campagne de 2008.

Source: http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/philip-marshall-un-auteur-qui-en-savait-trop-sur.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives