Calomnié par de nombreux russes, Mikhaïl Gorbatchev a encore beaucoup de choses à dire

02gorbachev-web-master768

New York Times, Neil MacFarquhar, 1er juin 2016

MOSCOU – Au cours des derniers mois, diverses personnalités publiques, y compris au moins un proche associé du président Vladimir V. Poutine, ont insisté sur le fait que la Russie proclame officiellement Mikhaïl S. Gorbatchev comme criminel pour la complicité de l’effondrement de l’Union soviétique.

Certains exigent régulièrement que M. Gorbatchev soit jugé pour les événements, et non pas moins, comme un membre du Parlement l’a exprimé, pour exposer les opérations d’une «cinquième colonne» au sein de la Russie.

Pourtant, lorsque les organisateurs du spectacle pour le 85ème anniversaire de M. Gorbatchev en mars ont approché l’Hôtel Ukraine au sujet d’un banquet, ses propriétaires ont refusé le paiement après avoir appris que c’était l’ancien chef qui était honoré.

Ils ont dit que, sans Gorbatchev, ils auraient fini comme des petits commerçants du marché, des criminels qui font de la contrebande, a déclaré Alexei Venediktov, un ami proche et rédacteur en chef de la station de radio Echo de Moscou, le principal organe d’informations pour les russes libéraux. Ils ont dit: « Maintenant, nous sommes les propriétaires de tout cela grâce à Gorbatchev! Pas un kopeck! »

Dans une interview, M. Gorbatchev a ignoré le fait que 25 ans après l’effondrement de l’Union soviétique, il reste parmi les hommes les plus honnis en Russie. « C’est la liberté d’expression », a-t-il dit.

Pourtant, la ligne officielle qui dénigre la démocratie traditionnelle, combinée avec l’idée même qu’il doit faire face à un jugement, l’irrite évidemment, alors il sort des articles, des essais et des livres sur la nécessité de renforcer la liberté en Russie. Son dernier effort, intitulé « La Nouvelle Russie » en anglais, a été publié aux États-Unis, fin mai.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.nytimes.com/2016/06/02/world/europe/mikhail-gorbachev-interview-vladimir-putin.html?

Le chef de l’OTAN Jens Stoltenberg et son passé KGB top-secret

Jens Stoltenberg

MOSCOU, 11 octobre (RIA Novosti), Ekaterina Blinova – Le nouvellement nommé Secrétaire norvégien général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avait des liens avec le KGB, l’agence de sécurité soviétique principale, sous le nom de code « Steklov » pendant la guerre froide, selon l’ancien officier du KGB Mikhaïl Butkov.

Au début des années 1990, le Premier ministre Jens Stoltenberg a eu des contacts avec un agent du Comité soviétique pour la sécurité d’Etat (KGB), qui a établi un fichier de renseignements personnels et politiques sur Stoltenberg et lui a donné le nom de code « Steklov », a écrit le Norway Post le 24 Janvier 2000, quelques mois avant que Jens Stoltenberg prenne ses fonctions en tant que Premier ministre de Norvège, en mars 2000.

Il semble que cet épisode de son passé va hanter Jens Stoltenberg pour les années à venir. Stoltenberg a été premier ministre de la Norvège en 2000-2001, et en 2005-2013. Il a été nommé nouveau chef de l’OTAN en mars 2014. Depuis lors, des rumeurs de ses présumés liens avec le KGB ont commencé à apparaître dans la presse.

Commentant ces rumeurs, les responsables du renseignement norvégien ont admis que le KGB avait fait des efforts pour recruter Jens Stoltenberg, au début des années 1990, mais les tentatives ont échoué: Stoltenberg a signalé l’incident aux autorités norvégiennes, selon l’Associated Press.

Cependant, de nombreuses questions restent encore sans réponse. Il y a environ quatorze ans, NRK 1, un diffuseur norvégien d’Etat, a publié un documentaire intitulé « La dernière offensive du KGB », à propos de l’activité du KGB en Norvège au début de l’effondrement de l’Union soviétique. Le documentaire a analysé les faits et les preuves fournies par Mikhail Butkov, un ancien officier du KGB désabusé, qui a été envoyé en Norvège comme agent infiltré, en se faisant passer pour un journaliste à la fin des années 1980.

Bien que la Finlande et la Suède aient été considérés comme des pays neutres pendant la guerre froide, ils aidaient encore secrètement les membres scandinaves de l’OTAN, la Norvège et le Danemark, en espionnant l’URSS, a remarqué Geoffrey R. Weller, professeur d’études internationales à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique dans un article qu’il a consacré à la sécurité scandinave en 1997.

Selon [le documentaire] NRK, Mikhail Butkov avait changé de camp en 1989, après qu’il ait été envoyé en Norvège par le KGB. Il a fui à l’Ouest, en mai 1991. Entre 1989 et 1991, Butkov a travaillé comme agent double sous les noms de code « Buffalo Bill » et « Lennart ». Il a rapporté les activités du KGB au Service de sécurité de la police norvégienne (POT), ainsi qu’au MI6. Mikhail Butkov a également fourni au MI6 et au POT des informations sur les politiciens et les fonctionnaires norvégiens qui ont été jugées utiles par le KGB. Ainsi, les forces de sécurité norvégiennes pourraient empêcher la fuite de données sensibles et prévenir les politiciens impliqués dans une coopération compromettante.

Selon le documentaire, un politicien norvégien anonyme sous le nom de code « Steklov » a approché le POT en 1989. Pour trouver le vrai nom de l’homme politique que le KGB avait considéré comme une source précieuse d’informations, Butkov a visité le siège du KGB à Moscou et a illégalement obtenu l’accès au dossier sur « Steklov ». En janvier 1990, lors d’une réunion avec des représentants du POT, Mikhail Butkov a révélé que «Steklov» était en fait Jens Stoltenberg.

De manière remarquable, peu de temps après la révélation de Mikhail Butkov, il a été annoncé que Jens Stoltenberg avait été choisi pour devenir membre de la Commission de Défense. Afin d’accepter le poste, Jens Stoltenberg a rempli un questionnaire spécial et a admis avoir eu des contacts avec Boris Kirillov, un diplomate et un attaché de presse à l’ambassade soviétique d’Oslo.

Selon Butkov, Kirillov était un officier du KGB qui a recruté des fonctionnaires norvégiens comme agents ou informateurs. Stoltenberg était devenu membre de la Commission de Défense du pays, en février 1990. Quatre mois plus tard, en mai 1990, le POT avertissait Stoltenberg contre toute autre communication avec Kirillov. En juin 1990, les agents de sécurité norvégiens ont demandé à Stoltenberg de suspendre tout contact avec l’attaché de presse russe pour la deuxième fois, selon les réalisateurs du documentaire de la NRK.

Au printemps 1991, Butkov fait défection à l’Ouest, en laissant son passé au KGB derrière lui. Plus tard au cours de cet été, Boris Kirillov a été déclaré persona non grata par le gouvernement norvégien.

Cette information a été diffusée en 2000 par la télévision norvégienne et a été confirmée par le chef adjoint de la Division spéciale, Stein Vale. Selon le Norway Post, « Vale souligne que Stoltenberg n’a rien fait de mal, et qu’il n’a pas transmis d’information critique. C’était tout à fait commun pour le KGB de prendre contact avec de jeunes politiciens et des journalistes. »

Source: http://en.ria.ru/analysis/20141011/193962457/KGB-Past-Still-Haunts-NATO-Chief-Jens-Stoltenberg-Former.html

Les statues de Lénine renversées à travers l’Ukraine

Vidéo d’Associated Press (AP)

Les manifestants à Bila Tserkva, Khmelnitski, Jitomir en Ukraine occidentale ont utilisé des cordes et des leviers pour faire tomber les statues de Lénine qui sont considérées comme un symbole de la domination de Moscou dans l’ex-URSS. (22 février)

Edward Snowden et la théorie des dominos

Est-ce qu’un seul lanceur d’alerte peut, à travers ses révélations, provoquer la chute de tout le système mondial de l’espionnage? Réponse: avec l’affaire de la NSA, on pourrait en effet penser qu’Edward Snowden a enclenché, de manière plus ou moins évidente et irrémédiable, la chute de tout un système injuste élaboré par les services secrets américains et destiné à la collecte illégale des données privées des citoyens dans le monde entier. Il a suffi d’une personne et d’une seule révélation pour enclencher toute une série d’autres révélations sur la NSA, des révélations toutes plus fracassantes les unes que les autres, et qui s’emboîtent les unes après les autres, enchaînant pays après pays les scandales liés à l’espionnage, et on ne sait pas encore où cela s’arrêtera. Car, effectivement, le jeu du domino semble loin d’être terminé.

La théorie des dominos, qui est une théorie de géopolitique inventée par les Etats-Unis avec la Guerre froide, est appuyée elle-même sur la théorie de l’effet domino, autrement dit selon Wikipedia: « une réaction en chaîne » qui provoque « la chute séquentielle d’une file de dominos » les uns à la suite des autres. Wikipedia nous apprend que cette théorie a été mise en évidence et utilisée dans la lutte contre le communisme, que cette théorie a justifié l’invasion du Vietnam « pour prévenir une future domination communiste du sud-est asiatique », mais aussi que ceci aurait justifié l’invasion de l’Irak en 2002-2003 en vue de « la disparition des régimes autoritaires » dans tout le Moyen-Orient, l’invasion du Moyen-Orient n’ayant été qu’une sorte de porte ouverte aux événements du Printemps Arabe. En géopolitique, la théorie des dominos semble donc illustrer une propagation idéologique par contagion: la chute de la dictature irakienne a propagé l’idéologie de la chute des dictatures au Moyen-Orient, de même que la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 avait propagé une idéologie de la libération de toute l’Europe de l’Est et conduit à la chute des régimes communistes. Pour ceux qui n’ont toujours pas compris la théorie des dominos, voici une vidéo simple qui en explique le principe:

WikiLeaks avait déjà emboîté le pas sur les révélations de l’espionnage gouvernemental, notamment à travers les câbles diplomatiques fournis par Bradley Manning et les e-mails de la société de renseignement Stratfor transmis par le hacker Jeremy Hammond. Dans la suite de WikiLeaks, Edward Snowden a donc dévoilé au grand jour un autre aspect de l’espionnage mené par le gouvernement américain et certains de ses partenaires qui sont d’autres gouvernements ou d’autres services secrets. Avec les câbles diplomatiques, WikiLeaks avait déclenché une sorte d’effet domino dans les pays du Printemps Arabe, où on a pu voir la Tunisie servir d’exemple à d’autres pays arabes, avec des manifestations qui ont conduit en 2010-2011 à la chute de plusieurs gouvernements au Moyen-Orient, des régimes assimilés à des dictatures ou définis comme des régimes autoritaires. Il y avait alors une effervescence politique générale au Moyen-Orient, une effervescence qui a continué à travers des projets de constitution. La volonté démocratique des Tunisiens avait incité d’autres peuples du Moyen-Orient à réclamer plus de liberté. La théorie des dominos permet de comprendre tous ces événements historiques de manière beaucoup plus claire.

Avec l’affaire de la NSA, ce sont désormais les gouvernements occidentaux, et notamment les Etats-Unis, qui vont devoir rendre des comptes à la population, face aux accusations d’atteintes à la vie privée et face à la collecte illégale de données menée à travers le monde entier. Comme dans la théorie des dominos, le gouvernement américain n’est pas le seul à être fragilisé par ces révélations, car on apprend en effet que plusieurs gouvernements européens ont collaboré avec la NSA, comme la Suède et la France. Si le président Obama a récemment fait un discours sur la réforme de la NSA, personne n’a malheureusement encore entendu François Hollande s’exprimer sur le rôle des services secrets français vis-à-vis de la NSA. Mais on imagine bien que si le président américain a dû donner des explications, il en sera de même pour tous les services secrets qui ont collaboré avec la NSA, et qu’ils devront tous rendre des comptes aux citoyens.

Finalement, ce qu’il faut retenir dans cette histoire, et ce qui nous semblerait à tous plutôt drôle, c’est que la théorie des dominos est à l’origine une théorie américaine visant à lutter contre le communisme, mais on constate aujourd’hui que cette théorie forgée par les Etats-Unis se retourne contre leur propre perception du pouvoir politique. Car aujourd’hui, c’est le système occidental, et non le communisme, qui montre ses faiblesses démocratiques et qui menace de s’effondrer ou en tout cas de s’émietter un tout petit peu. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo qui illustre le tour du monde des dominos, l’affaire de la NSA américaine contamine désormais tous les autres pays du monde. Si vous aimez la théorie des dominos, vous aimerez forcément l’affaire de la NSA. Mais il faudra être patient pour en voir la fin, car il paraît que Snowden a dérobé 1,7 millions de dominos contenant des informations secrètes, et seul 1% d’entre eux seraient publiés…

kimono

Texte: CC BY-SA

Vidéo: youtube

La Pologne, un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciens pays de l’Est

Europe de l'EstUn câble américain du 5 janvier 2010, publié sur le site Wikileaks (réf. 10WARSAW7), montre l’implication de la Pologne dans la transition et l’effort démocratique des anciens pays de l’Est. Le rôle des ONG y est notamment exposé. En 1999, avec l’entrée de la Pologne dans l’OTAN, ce sont les frontières géostratégiques de l’Europe qui se redessinent. C’est le renforcement de l’Occident et des Etats-Unis face à l’ancien ennemi de la Guerre froide, la Russie. Les câbles Wikileaks témoignent de l’effort constant et de la volonté continue des Etats-Unis d’étendre leur sphère d’influence sur l’Europe de l’Est, comme en Ukraine, ces dernières années. La Pologne apparaît ainsi comme un outil au service des Etats-Unis pour réformer la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques.

(SBU: Sensible Mais Non-Classifié) RÉSUMÉ: Lors d’une réunion du 21 octobre, le vice-président, un groupe diversifié de représentants de la société civile polonaise, y compris des organisations actives dans la promotion de la transformation démocratique et l’autonomisation des femmes et des minorités, ont souligné les efforts de la Pologne pour partager son expérience de transformation réussie avec des pays en Europe de l’Est et dans le Caucase. Les participants ont souligné les forces uniques de la Pologne et les défis auxquels ils sont encore confrontés. Notant que la Pologne a bénéficié de l’aide du SEED et de l’USAID dans les années 1990, les participants ont déclaré que la Pologne souhaiterait l’assistance technique et l’expertise des États-Unis pour renforcer la capacité de la Pologne à fournir une aide au développement aux pays tiers. Ils ont exprimé leur confiance dans le fait que le partenariat américano-polonais – réunissant le savoir-faire et l’expérience de la Pologne avec les ressources et l’expertise de développement des États-Unis – soutiendrait les efforts pour renforcer les institutions et les processus démocratiques à l’est. Le vice-président a félicité la Pologne pour tout ce qui avait été accompli et a encouragé les Polonais à continuer de passer d’une pensée de ce que les États-Unis peuvent faire pour la Pologne à ce que les États-Unis peuvent faire avec la Pologne. Il a dit aux leaders de la société civile que la Pologne est un excellent exemple de transition réussie vers la démocratie, et les Polonais devraient avoir confiance en eux-mêmes pour délivrer des conseils. FIN DU RÉSUMÉ.

2. (U) PARTICIPANTS

Etats-Unis ————-
Le vice-président Biden
L’ambassadeur Feinstein [Lee A. Feinstein], ambassadeur américain en Pologne

Société civile polonaise ——————
Jolanta Kwasniewska, ancienne Première Dame de la Pologne et fondatrice de la Fondation Communication Sans Barrières
Bronislaw Misztal, Directeur Exécutif, Secrétariat Permanent de la Communauté des Démocraties
Eleonora Bergman, directrice de l’Institut Historique Juif
Jacek Michalowski, Directeur de programme, Fondation américano-polonaise pour la Liberté
Dorota Mitrus, Présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie
Mirella Panek-Owsianska, Présidente du Forum des Entreprises Responsables
Paula Sawicka, Présidente de l’Association République Ouverte
Jacek Strzemieczny, Président du Centre pour l’Education de la Citoyenneté

Comme le souligne le câble Wikileaks, le vice-président américain « a souligné l’importance qu’il avait personnellement placé sur la Pologne en tant que sénateur des États-Unis, en particulier son leadership au Sénat pour l’adhésion de la Pologne à l’OTAN. » L’entrée de la Pologne dans l’OTAN apparaît bien comme faisant partie d’une stratégie américaine qui, dans la continuité de la Guerre froide, a cherché par tous les moyens à intégrer les anciens pays soviétiques et à contrer la puissance russe. Mais cela fait aussi partie d’une stratégie globale: les Etats-Unis semblent, en effet, intéressés par l’idée de dominer globalement, économiquement et politiquement, en Europe et dans le monde — un défi et un objectif pour les années à venir, comme le révèlent les paroles du vice-président Biden:

Une Europe « entière et libre » est l’une des deux bases de la construction d’un appareil de sécurité globale pour le 21ème siècle, et les pays d’Europe Centrale sont prêts à jouer un rôle de premier plan. (par. 3)

La Pologne apparaît également jouer un rôle dans le changement démocratique en Ukraine. Cette volonté des représentants polonais d’assister et d’aider les Etats-Unis est présentée comme une « obligation morale » par Jacek Michalowski, directeur de programme à la Fondation américano-polonaise pour la Liberté, qui travaille aujourd’hui au cabinet de la Présidence polonaise. Parce que les Etats-Unis ont aidé la Pologne à se libérer du communisme dans les années 80, les polonais se sentent « obligés » de continuer la bataille pour la démocratie dans les anciennes républiques soviétiques. Jacek Michalowski souligne aussi le rôle des ONG polonaises et il demande explicitement au vice-président américain d’encourager l’aide financière de ces ONG pour renforcer l’effort de transition en Europe de l’Est. Le paragraphe 6 du câble est plus précisément consacré à l’Ukraine. On apprend que:

Alors que les organisations polonaises font face à une rude concurrence pour les subventions et travaillent donc dur pour identifier des partenaires efficaces, ce n’est pas toujours facile, dit Michalowski. (par. 6)

Les protestations actuelles en Ukraine contre le gouvernement peuvent apparaître aujourd’hui comme le fruit d’efforts communs, ces dernières années, entre des groupes d’opposition et des ONG plus ou moins financées par les Etats-Unis, comme le démontre ce câble diplomatique. Les Etats-Unis se sont beaucoup impliqués pour obtenir un changement politique en Ukraine. Dorota Mitrus, présidente de l’Institut Européen pour la Démocratie, parle notamment du rôle de sa propre ONG pour organiser par exemple « des stages et des programmes d’échange pour les fonctionnaires du gouvernement ukrainien« . Si la Pologne a joué un rôle, d’autres pays ont certainement aussi joué un rôle dans la prise de contact et le renforcement des liens avec l’opposition ukrainienne. Ce câble n’offre qu’un petit aperçu des moyens mis en oeuvre par les Etats-Unis. De la même manière, le groupe des Femen présent en Ukraine a de fortes chances d’avoir été initié et soutenu par le gouvernement américain, dans le cadre de cette stratégie de réforme en Europe de l’Est. Ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine résulte donc de tout ce qui a été entrepris par les Etats-Unis pendant ces dernières années et par les efforts multiples qui ont accompagné les nombreuses prises de décision.

A la lumière de ce document diplomatique, on peut se demander, d’une part, où s’arrêtera la stratégie de démocratisation en Europe de l’Est. Le câble diplomatique cite les pays de l’Est et le Caucase, une région qui inclut la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Est-ce que les Etats-Unis vont ainsi continuer leurs programmes de démocratisation en ciblant ces pays, qui sont tous d’anciennes républiques soviétiques? C’est probablement ce à quoi on peut s’attendre pour les prochaines années. Ce sont les derniers actes de l’histoire de la Guerre froide, où les Etats-Unis vont symboliquement aux portes de la Russie comme s’ils s’emparaient des anciens territoires qui leur avaient été confisqués pendant le communisme. Les Etats-Unis ne cherchent pas seulement à apporter la démocratie dans ces pays, ils viennent aussi chercher une partie de leur orgueil perdu dans le passé face à l’empire communiste.

D’autre part, on peut aussi se demander si les guerres en Afghanistan et en Irak n’ont pas fait également partie, ces dernières années, de cette stratégie américaine qui a consisté à mettre en place des programmes pour la démocratie dans le but de contrer la Russie et d’affaiblir sa puissance. Si les programmes de démocratisation des pays de l’Est ont eu pour objectif d’amener les anciens pays soviétiques dans la sphère d’influence américaine, est-ce que les programmes de démocratisation au Moyen-Orient ont eu le même rôle? A savoir, les Etats-Unis ont-ils cherché avec les guerres au Moyen-Orient à étendre leur influence politique et idéologique dans le monde, par crainte de voir la Russie s’emparer de certaines richesses ou bien par crainte qu’elle puisse étendre son influence politique et idéologique? Ceci semble toujours évident, que derrière tout ce que les Etats-Unis nomment « programmes de démocratisation », se cache en fait la volonté de continuer une certaine forme de Guerre froide contre la Russie — une guerre à la fois politique, idéologique et stratégique.

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/10WARSAW7_a.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives