« Nous donnons de plein gré plus de renseignements à Facebook que nous n’en fournirions au cours d’un interrogatoire »

Un livre partagé sur les réseaux sociaux et qui fait prendre conscience des enjeux sur les données personnelles, à télécharger gratuitement (licence cc-by-sa):

Numérique, reprendre le contrôle: https://framabook.org/docs/NRC/Numerique_ReprendreLeControle_CC-By.pdf

Publicités

L’ex-chef technique de la NSA: Comment le 11 septembre a créé l’Etat policier

L’ancien directeur technique de la NSA, Brian Snow, examine les questions éthiques autour de l’utilisation de la surveillance de masse et raconte à Sophie Curtis pourquoi les citoyens doivent faire attention à ce qu’ils veulent.

World Trade Center, le 11 septembre 2001

The Telegraph, Sophie Curtis, 13 novembre 2014

Le programme de masse de surveillance électronique de la National Security Agency des États-Unis, connu sous le nom de PRISM, est encore largement considéré comme l’une des plus grands invasions de la vie privée de tous les temps, et ce sont les citoyens américains eux-mêmes qui avaient demandé à être gardés en sécurité à tout prix, selon un ancien directeur technique de la NSA.

Brian Snow, qui a travaillé pour la NSA pendant 34 ans avant de rejoindre la société britannique de sécurité des données PQ Solutions, a dit que, après les attentats du 11 septembre contre le World Trade Center, il y avait une pression massive sur le gouvernement de la part des citoyens américains pour faire tout ce qui était possible pour les protéger de nouvelles attaques terroristes.

« Mes voisins venaient à moi et disaient, Brian, gardez-nous juste en sécurité, faites ce qu’il faut. Ils se sentaient très menacés », a déclaré M. Snow. « Même à cette époque, je leur aurais dit, faites marche arrière, vous ne savez pas ce que vous êtes en train de demander. Ce n’est pas une ligne droite depuis la surveillance vers la liberté. C’est un processus très complexe, et il y a beaucoup d’autres chemins qui peuvent être pris qui peuvent ne pas avoir autant d’incidence ».

Lire la suite: http://www.telegraph.co.uk/technology/internet-security/11221287/Ex-NSA-technical-chief-How-911-created-the-surveillance-state.html

La NSA Firefoxée: Mozilla fait équipe avec Tor pour améliorer la vie privée sur Internet

Russia Today, 11 novembre 2014

TOR-logo-2011Le navigateur Internet Mozilla fait équipe avec Tor pour donner aux utilisateurs d’Internet une plus grande sécurité en ligne. Le nouveau projet Polaris est conçu pour lutter contre la censure sur Internet et faire des intrusions semblables à la NSA une chose du passé.

Les révélations d’Edward Snowden concernant l’étendue de l’espionnage de la National Security Agency sur le grand public, a frappé durement les passionnés d’informatique et d’Internet. Un sondage mené par Harris Poll pour le compte de la société Internet Mozilla, le mois dernier, a révélé que les trois quarts des personnes interrogées estiment que leurs renseignements personnels sur le web sont moins sûrs qu’ils ne l’étaient il y a un an.

Mozilla, qui est responsable pour le navigateur Firefox, et qui célèbre son 10ème anniversaire, cherche de nouveau à regagner la confiance du public en faisant appel à l’aide de Tor, qui est un outil logiciel populaire destiné à protéger l’anonymat en ligne. Tor, qui est un acronyme pour « The Onion Router », fonctionne en faisant passer son chemin au hasard autour de serveurs, qui sont gérés par des volontaires partout dans le monde. Cela rend beaucoup plus difficile pour les entreprises de surveillance de garder une trace des mouvements d’une personne en ligne.

Lire la suite: http://rt.com/news/204411-mozilla-privacy-internet-tor/

Voir l’annonce de l’initiative Polaris sur le blog Mozilla: https://blog.mozilla.org/privacy/2014/11/10/introducing-polaris-privacy-initiative-to-accelerate-user-focused-privacy-online/

L’American Civil Liberties Union (ACLU) publie les documents relatifs à l’Ordre Exécutif 12333 dans l’espionnage de la NSA

Ordre Exécutif 12333 – Recours en justice FOIA

L’ACLU, avec le Media Freedom Information Access Clinic (« MFIA ») à la Yale Law School, ont déposé une requête de Freedom of Information Act demandant au gouvernement de publier les informations sur son utilisation de l’Ordre Exécutif 12333 pour procéder à la surveillance des communications internationales des Américains.

Le décret, signé par le président Reagan en 1981 et modifié à plusieurs reprises depuis, est l’autorité invoquée par les agences de renseignement, y compris la NSA, pour procéder à la surveillance des étrangers en dehors des États-Unis. Selon des rapports récents, cependant, le gouvernement se fonde sur ce décret pour récupérer les communications internationales d’innombrables Américains. Par exemple, il collecte des milliards d’enregistrements par jour contenant les informations de localisation des téléphones mobiles, y compris les téléphones des Américains; pour récolter les carnets d’adresses des utilisateurs d’emails; et pour récupérer les informations des utilisateurs de Google et Yahoo, alors que cette information se déplace entre les centres de données de ces sociétés à l’étranger.

Cliquez ici pour une analyse des documents les plus récemment publiés

Un document déjà publié à l’ACLU est une version récente de  la Directive 18 du Renseignement des Signaux Américains, datée de 2011. L’USSID 18 – comme elle est communément appelée – régit la collecte des communications des Américains par la NSA, y compris issues d’une surveillance sur un sol étranger. Avant les révélations d’Edward Snowden, on en savait peu sur la façon dont la NSA a interprété son autorité en vertu de l’USSID 18. De nombreuses questions restent sans réponse même depuis ces révélations, mais une chose est claire: le gouvernement interprète l’USSID 18 pour lui permettre de récupérer les communications internationales des Américains sans aucune ordonnance de la cour et avec peu de supervision.

Les requêtes de l’ACLU cherchent des informations sur l’USSID 18 et d’autres protections supposées qui sont en place pour les Américains dont les communications sont prises au piège dans la surveillance menée dans le cadre du décret, et également pour savoir si ces protections sont adéquates et conformes à la Constitution.

DOCUMENTS PUBLIÉS

Publiés le 1er Juillet 2013:

Publiés le 18 Novembre 2013:

Publiés le 22 Septembre 2014:

DIA

FBI

NSA

OLC

Publiés le 22 Octobre 2014:

NSA

Source: https://www.aclu.org/national-security-technology-and-liberty/executive-order-12333-foia-lawsuit

La NSA appelle les utilisateurs d’iPhone des « zombies » et Steve Jobs « Big Brother »

big brother_apple

9 septembre 2013, John Koetsier, VB Insight

Steve Jobs est Big Brother, et tout les publics qui achètent l’iPhone ne sont que des zombies, selon des documents internes de la NSA détaillant sur quoi l’agence a travaillé en termes de piratage de smartphones et d’extraction d’informations personnelles, de connections sociales, d’informations de localisation, et plus encore. Ne vous inquiétez pas, les fans d’Android, vous êtes aussi dans les cibles de la liste.

Selon de nouveaux documents du super-leaker Edward Snowden, la NSA a ciblé des smartphones comme un bénéfice massif de données sensibles que les nouveaux utilisateurs de l’appareil ont créé, stocké, et, finalement, partagé sans le savoir avec l’agence d’espionnage américaine qui a été impliquée dans la controverse depuis lors même que Snowden a commencé à publier des détails sur Prism et XKeyscore et d’autres technologies secrètes d’espionnage de l’agence gouvernementale.

Voici « big brother », selon une présentation de la NSA:

steve-jobs-big-brother-nsaCi-dessus: Steve Jobs en tant que Big Brother, selon la NSA

Et, les clients payants d’Apple ont été vus dans les yeux de la NSA comme des participants idiots désireux de leur propre chute. Un diaporama de présentation de la NSA les identifie péjorativement comme des « zombies ».

Lire la suite: http://venturebeat.com/2013/09/09/nsa-calls-iphone-users-zombies-and-steve-jobs-big-brother/

Est-ce que Google vole vos idées?

Est-ce que Google scanne et vole des idées?
Gmail scanne le contenu de tous les messages envoyés ou reçus à son service…
… y compris les courriels provenant de comptes n’appartenant pas à Google
Gmail prétend qu’ils ne le font que pour créer de la publicité sur mesure…
… mais est-ce qu’ils scannent aussi les e-mails, afin qu’ils puissent voler vos idées?
Gmail compte plus de 500 millions d’utilisateurs, ce qui en fait le fournisseur de messagerie le plus utilisé
60% des entreprises de taille moyenne aux États-Unis et la plupart des nouvelles startups technologiques utilisent Gmail
Ce qui donne accès à Gmail aux idées des dirigeants technologiques de demain
Mais comment pourraient-ils voler depuis leurs clients?
Les comptes Google consolident toutes leurs données utilisateurs…
… Google Drive enregistre des copies de tous les documents téléchargés…
… Google Search enregistre vos termes de recherche pour dire ce que vous pensez…
… et Youtube surveille ce que vous regardez
Dans les termes de politique de Gmail, ils affirment que les utilisateurs « conservent la propriété de tous les droits de propriété intellectuelle »
Mais dans la phrase suivante, ils admettent que
« lorsque vous téléchargez du contenu vers ou à travers [leurs] services…
vous accordez à Google une licence mondiale pour utiliser [tel contenu] et créer des œuvres dérivées »
Cette licence se poursuit même si vous arrêtez d’utiliser [leur] services
Dans une requête découverte déposée par Google dans un tribunal fédéral…
Google déclare que les gens qui envoient des e-mails aux utilisateurs de Gmail…
… n’ont pas d’ « attente raisonnable » que leurs communications soient confidentielles
Eric Schmidt, président exécutif de Google, affirme…
« la politique de Google est d’arriver jusqu’à la ligne rouge et de ne pas la franchir « 
à ce jour, Google n’a pas enfreint les droits de ses usagers.

(youtube)

L’Etat Islamique (ISIS) a publié un Guide pour savoir « Comment Tweeter en toute sécurité, sans donner votre position à la NSA »

Johnlee Varghese, 19 octobre 2014

L’État Islamique a publié un guide de formation sur la façon de tweeter en toute sécurité, sans donner d’informations importantes, comme la localisation de l’utilisateur, aux services de renseignement, y compris la NSA.

Un document de l’EI (ISIS) largement partagé parmi les followers de l’Etat islamique demande à tous les jihadistes de supprimer les métadonnées de leurs tweets et de cesser de poster les noms, les lieux et les photographies identifiables pour tromper la NSA ou d’autres agences de renseignement.

Lire la suite: http://www.ibtimes.co.in/isis-releases-training-guide-how-tweet-safely-without-giving-out-your-location-nsa-611734

NSA: 80% des communications audio enregistrées, le scandale continue

nsa3Par Jeremie Menard, 12 juillet 2014

Un ancien employé de la NSA, William Binney, dans un témoignage explosif, accable l’agence de faits plus avancés encore que ceux dénoncés par Edward Snowden il y a quelques mois. « La NSA ment sur ce qu’elle prétend stocker », déclare Binney à une conférence Londonienne du 5 juillet organisée par le centre du journalisme d’investigation.

Gmail confirme qu’il scanne les courriels pour mieux cibler sa publicité

HuffPost Québec, 16/04/2014

C’était un secret de polichinelle que Google confirme dans une mise à jour de ses conditions d’utilisation: les courriels envoyés, reçus et stockés par les utilisateurs de Gmail sont scannés à des fins publicitaires.

« Nos systèmes automatisés analysent votre contenu (y compris les courriels) pour vous diffuser des fonctionnalités pertinentes pour vous, comme des résultats de recherche personnalisés, de la publicité sur mesure, et détecter les pourriels et les logiciels malveillants. Cette analyse a lieu à la réception, à l’envoi et lors du stockage du contenu », précise Google sur son site depuis lundi.

« Ces changements apporteront plus de clarté aux utilisateurs et sont basés sur les informations que nous avons reçues au cours des derniers mois », a affirmé une porte-parole du géant de l’Internet.

Lire la suite: http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/04/16/gmail-scanne-courriel-publicite-vie-privee_n_5155187.html

Affaire Prism/NSA: Julian Assange critique les propositions insuffisantes de Barack Obama

Julian Assange: Obama « embarrassant »

Par Jose Delreal, 17 janvier 2014

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a vivement critiqué les réformes de surveillance proposées par le président Barack Obama vendredi, les qualifiant de « faibles » et disant qu’il est « embarrassant pour un chef de l’Etat de continuer ainsi pendant 45 minutes et de ne dire presque rien. »

« Bien que ces lanceurs d’alerte nationaux ont forcé ce débat, ce président a été traîné, se débattant et hurlant au discours d’aujourd’hui. Il se montre très réticent à faire des réformes concrètes », a déclaré Assange à CNN. « Et malheureusement, aujourd’hui, nous voyons aussi très peu de réformes concrètes. »

Source: http://www.politico.com/story/2014/01/julian-assange-obama-embarrassing-102323.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités