Medea Benjamin invitée sur RT pour parler du conflit au Yémen et de la responsabilité américaine

Les Etats-Unis sont-ils complices de la famine au Yémen, et la facilitent-ils? (16/12/2016)

Le carnage en Syrie fait la une de tous les médias. Mais un autre désastre humanitaire est en cours en ce moment au Yémen, et les Etats-Unis tiennent une partie directe des responsabilités. Depuis mars 2015, le Yémen a été attaqué par son voisin plus grand et allié des Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et ses alliés du golfe. Alors que la guerre de l’Arabie Saoudite semble sensiblement dirigée contre le groupe pro-iranien connu comme étant les houthis, cela ressemble de plus en plus à une guerre contre le peuple yéménite. Un blocage des ports les plus importants a coupé les approvisionnements en vivres, ainsi que les équipements médicaux nécessaires. La situation a atteint désormais un degré de famine, avec les jeunes subissant les conséquences de la souffrance. Selon de nouvelles données de l’Unicef, « au moins 462 000 enfants souffrent de malnutrition sévère », et des millions d’autres ayant besoin de soins complémentaires. Pendant ce temps, la campagne militaire saoudienne continue à faire la guerre en toute impunité, souvent avec l’assistance et les conseils de l’armée américaine. Environ 10 000 personnes ont été tuées depuis que le conflit a débuté l’année dernière, et des millions d’autres ont fui en tant que réfugiés. Malgré cela, les Etats-Unis ont continué à vendre des armes au gouvernement saoudien, faisant gagner des milliards de dollars pour le complexe militaro-industriel. Medea Benjamin, auteur du livre « Le Royaume de l’injuste, derrière la connection américano-saoudienne », rejoint le débat. (RT)

L’Arabie saoudite admet avoir utilisé au Yémen des bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni

The Guardian, Rowena Mason and Ewen MacAskill, 19/12/2016

La confirmation par la coalition saoudienne accroît la pression sur le gouvernement britannique qui a refusé de limiter les ventes d’armes à Riyad

yemenL’Arabie saoudite a finalement admis avoir utilisé des bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni contre les rebelles Houthi au Yémen, ce qui a accru la pression sur le gouvernement britannique qui a refusé à plusieurs reprises de limiter les ventes d’armes à Riyadh.

L’Arabie saoudite a indiqué qu’elle cesserait d’utiliser des bombes à sous-munitions fabriquées au Royaume-Uni et qu’elle avait informé le gouvernement britannique de cette décision.

Ahmed Asiri, un porte-parole de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite au Yémen, a déclaré: « Il est devenu évident qu’il y a eu une utilisation limitée au Yémen de bombes à sous-munitions BL755 fabriquées au Royaume-Uni ».

La décision de cesser d’utiliser les bombes à fragmentation fait suite à une enquête interne saoudienne menée en discussion avec le Royaume-Uni. Les officiels saoudiens ont déclaré que cela n’avait été terminé que la semaine dernière.

L’admission est intervenue avant une déclaration du secrétaire de la défense britannique, Michael Fallon, admettant que les bombes à sous-munitions fournies par le Royaume-Uni avaient été utilisées par les forces dirigées par l’Arabie saoudite. Fallon a déclaré à la Chambre des communes qu’un «nombre limité» de munitions à fragmentation BL755 exportées du Royaume-Uni dans les années 1980 avaient été abandonnées par la coalition arabe.

Il a salué la confirmation par l’Arabie saoudite qu’elle n’utiliserait pas d’autres armes à sous-munitions BL755 et que les ventes de matériel militaire britannique à l’Arabie saoudite et à d’autres pays du Golfe seraient examinées.

Source: https://www.theguardian.com/world/2016/dec/19/saudi-arabia-admits-use-uk-made-cluster-bombs-yemen

Des bombes à fragmentation utilisées au Yémen par l’Arabie Saoudite, selon une étude https://www.theguardian.com/uk-news/2016/dec/18/uk-cluster-bombs-used-in-yemen-by-saudi-arabia-finds-research

L’administration Obama a négocié plus de ventes d’armement qu’aucune autre administration depuis la 2ème guerre mondiale

800px-us_navy_120111-m-zz999-001_the_first_f-35b_aircraft_the_marine_corps_variant_of_the_f-35_lightning_ii_arrives_at_eglin_air_force_base_fla_wikimediaLe monde peut être dans la tourmente, mais l’industrie américaine de l’armement fait rentrer de l’argent

The Nation, William D. Hartung, 26/07/2016

Quand les entreprises américaines dominent un marché mondial évalué à plus de 70 milliards de dollars par an, on s’attendrait à en entendre parler. C’est bien pour une ou deux histoires par an dans les médias grand public, quand sortent généralement les statistiques annuelles sur l’état du marché.

Ce n’est pas que personne n’écrit au sujet des aspects du commerce des armes. Il y a des articles occasionnels, par exemple, qui prennent note de l’impact des transferts d’armes américaines, dont les bombes à fragmentation, vers l’Arabie Saoudite, ou bien la dérogation désastreuse de l’armement à des alliés américains en Syrie, ou de ventes étrangères du coûteux et controversé avion de combat F-35. Et de temps en temps, si un dirigeant étranger rencontre le président, les ventes d’armement américain à son pays pourraient générer un ou deux articles. Mais l’ampleur même du commerce des armes, les politiques qui le gouvernent, les sociétés qui en profitent, et ses impacts mondiaux dévastateurs, sont rarement discutés, beaucoup moins analysés en profondeur.

Lire la suite: https://www.thenation.com/article/the-obama-administration-has-sold-more-weapons-than-any-other-administration-since-world-war-ii/

Source: https://twitter.com/obsarm/status/797047505984909312

Des ONG appellent à une enquête sur les exportations d’armes espagnoles en Arabie Saoudite

Quatre organisations non gouvernementales ont appelé le ministère de l’économie en Espagne à enquêter sur la destination finale des exportations d’armes espagnoles en Arabie Saoudite.

L’appel à une enquête intervient quelques mois après qu’un enregistrement vidéo avec des combattants rebelles Houthi ayant des armes fabriquées en Espagne ait fait surface.

Les ONG Amnesty International, FundiPau, Greenpeace et Oxfam Intermon appellent à une enquête après qu’Armament Research Services (ARES), une organisation de données sur les armes et les munitions située en Australie, ait rapporté en août que deux armes espagnoles étaient dans les mains des rebelles Houthi au Yémen.

Le rapport d’ARES [format pdf] a identifié les armes comme étant des séries de lanceurs de roquettes C90-CR et des séries de grenades à main Alhambra, tous deux fabriqués en Espagne. Le rapport a également noté que les rebelles sont plus susceptibles d’avoir capturé les armes depuis les forces saoudiennes ou de leurs alliés pendant l’offensive de Mossoul.

Lire la suite: http://www.geopolmonitor.com/ngos-call-investigation-spanish-made-arms-export-saudi-arabia/

Les gains de la guerre: les armes bulgares alimentent les conflits du Moyen-Orient

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et les États-Unis ont acheté des millions de dollars d’armement bulgare, en grande partie probablement destinés à la guerre en Syrie, révèle une enquête de BIRN.

Balkan Insight, Mariya Petkova Sofia, 21 décembre 2015

avion_arabie_saouditeUn Boeing Cargo 747 de l’Arabie Saoudite à l’aéroport de Sofia, le 4 Novembre 2014.

En Octobre de l’année dernière, des guetteurs d’avions ont remarqué avec une certaine excitation que les avions porteurs Boeing 747 marqués comme Cargo de l’Arabie Saoudite avaient commencé un atterrissage à Sofia, l’aéroport de la capitale bulgare.

« Un avion cargo saoudien n’était jamais venu ici… depuis les 20 dernières années», a expliqué Stephan Gagov, un vétéran bulgare observateur d’avions.

Les vols sont devenus si fréquents que Gagov a ouvert un fil de discussion à leur sujet sur un forum en ligne d’observation d’avions, en utilisant l’expression « ligne régulière » dans le titre. Les guetteurs [d’avions] ont rapporté avoir vu des avions atterrir à deux reprises fin Octobre, une fois en Novembre, quatre fois en Décembre et une fois en Mars et en Mai de cette année.

L’avion géant est arrivé de Djeddah, a chargé la cargaison et s’est ensuite envolé pour la ville saoudienne de Tabouk, à environ 100 km de la frontière avec la Jordanie, ont noté les observateurs qui utilisent des outils de vol suivi en ligne.

Gagov a estimé que les avions ont pris entre 60 et 80 tonnes de fret dans des caisses, à chaque fois. Il ne pouvait pas voir ce qui était à l’intérieur des caisses, mais il a pu dire qu’elles étaient lourdes.

Après que les vols saoudien se sont arrêtés, des avions-cargos venant d’Abu Dhabi ont commencé à arriver. Des avions Airbus A330F et des Boeing 777F portant les couleurs d’Etihad Cargo ont atterri à Sofia à cinq reprises entre fin Juin et la mi-Août de cette année. Plus récemment encore, le 19 Octobre [2015], un Airbus 330F d’Etihad Cargo s’est envolé depuis Abu Dhabi vers la ville bulgare de Burgas, puis vers la base aérienne d’Al Dhafra, une installation militaire juste au sud de la capitale émiratie.

L’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et les autorités bulgares n’ont pas révélé le contenu de ces expéditions. Mais le Balkan Investigative Reporting Network, BIRN, peut révéler que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont acheté de grandes quantités d’armes et de munitions en provenance de Bulgarie ces deux dernières années, presque certainement pour une utilisation par les forces locales qu’ils soutiennent dans la guerre en Syrie, et éventuellement aussi dans le conflit au Yémen.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.balkaninsight.com/en/article/war-gains-bulgarian-arms-add-fuel-to-middle-east-conflicts-12-16-2015

Les pays qui fournissent des armes à l’Arabie Saoudite pour tuer des femmes et des enfants innocents au Yémen

countries supplying arms

Source: https://twitter.com/YemenFightsBack/status/680866351242596352

#EndYemenWar

Les entreprises de la défense militaire parlent des «avantages» de l’escalade des conflits au Moyen-Orient

The Intercept, Lee Fang, Zaid Jilani, le 4/12/15

industrie_defenseLes principales entreprises de la défense, Raytheon, Oshkosh, et Lockheed Martin ont assuré les investisseurs lors d’une conférence de Credit Suisse à West Palm Beach cette semaine qu’ils vont gagner dans l’escalade des conflits au Moyen-Orient.

Le Vice-président exécutif de Lockheed Martin, Bruce Tanner, a dit lors de la conférence que son entreprise va voir ses «avantages indirects» de la guerre en Syrie, citant la récente décision de l’armée turque d’abattre un avion de guerre russe.

L’incident, a déclaré Tanner, augmente le risque d’opérations militaires américaines dans la région, en fournissant «un ascenseur immatériel en raison de la dynamique de cet environnement et de nos produits dans le théâtre. » Il a également souligné que l’intervention russe mettrait en évidence le besoin de F-22 et de nouveaux chasseurs F-35 faits par Lockheed Martin.

Et pour les produits « consommables », comme des roquettes, Tanner a ajouté qu’il y a une demande accrue, y compris de la part des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite en raison de la guerre au Yémen.

Ecouter les remarques de Tanner à la 3ème conférence annuelle des industriels ci-dessous:
https://soundcloud.com/firstlookmedia/lockheed-martin-3rd-annual-industrial-conference-dec-2-2015

Lire la suite: https://theintercept.com/2015/12/04/defense-contractors-cite-benefits-of-escalating-conflicts-in-the-middle-east/

L’Etat Islamique (ISIS) a acheté des missiles anti-aériens en Ukraine via une cellule du Koweït

Syrie:TurquieRT, 20 novembre 2015

Le Koweït a mis à jour une cellule internationale qui a fourni à l’Etat islamique (anciennement ISIS/ISIL) des armes achetées en Ukraine, des fonds et de nouvelles recrues. Six membres ont été arrêtés, mais quatre autres, y compris des ressortissants australo-libanais, restent en fuite à l’étranger.

L’information est venue du ministère de l’Intérieur du Koweït, qui a identifié le chef du groupe comme un ressortissant libanais de 45 ans, Oussama Khayat. Le chef de file a été d’abord détenu et a donné l’information sur le reste des membres au cours des interrogatoires, a indiqué le ministère dans un communiqué.

La cellule a été impliquée dans le trafic d’armes au nom des chefs de l’État islamique en Syrie, y compris l’acquisition de systèmes portables de défense aérienne FN-6 fabriqués en Chine ainsi que d’autres armes, selon les informations fournies par Khayat.

Les détails du trafic ont révélé que les armes ont été expédiées d’abord de l’Ukraine vers la Turquie, et ensuite en contrebande vers la Syrie, d’après le communiqué cité par l’agence d’informations du Koweït KUNA.

Lors de son interrogatoire, Khayat a également admis avoir transféré de l’argent sur des comptes bancaires turcs, ainsi que d’avoir propagé la propagande d’ISIS en ligne pour obtenir de nouvelles recrues.

D’autres personnes impliquées dans la cellule étaient des syriens, un égyptien et un koweïtien. Quatre autres n’ont pas été arrêtés et sont soupçonnés d’être à l’extérieur du Koweït. Les suspects toujours en fuite comprennent deux ressortissants australo-libanais et deux ressortissants syriens.

Un des membres en charge de l’approvisionnement des terroristes avec les armes a été identifié comme un ressortissant syrien, Mohammad Abdulkarim Selem.

Les autorités du Koweït ont déclaré que la cellule a été découverte au milieu d’une vague de répression contre le terrorisme dans le pays.

Le ministère ukrainien de la Défense a publié une déclaration disant que l’Ukraine n’a rien à voir avec les provisions de munitions à l’État islamique.

«L’Ukraine n’a ni produit ni acheté les systèmes de missiles de défense aérienne FN-6 mentionnés produits en Chine et n’a pas fourni de transit pour leur réinstallation, » selon la déclaration faite par le ministère.

« Par ailleurs, ni l’armée ukrainienne, ni d’autres unités armées n’ont jamais été armées de systèmes de missiles de défense aérienne FN-6 », a-t-il ajouté.

Source: https://www.rt.com/news/322788-isis-kuwait-ukraine-weapons/

Lire aussi: « Comment des armes ukrainiennes se sont-elles retrouvées aux mains de Daesh? »

De 2004 à 2014, plus de 2.000 personnes soupçonnées de terrorisme ont acheté des armes légalement aux États-Unis

Washington Post, 16 novembre 2015

800px-Houston_Gun_Show_at_the_George_R._Brown_Convention_CenterAu vu des lois strictes sur les armes en France, les terroristes qui ont attaqué Paris vendredi [13 novembre] ont dû se tourner vers le marché noir pour les armes qu’ils ont utilisées. Mais aux États-Unis, les terroristes connus et présumés sont autorisés à acheter des armes à feu en vertu du droit fédéral.

« L’adhésion à une organisation terroriste ne prohibe pas une personne de posséder des armes à feu ou des explosifs en vertu du droit fédéral actuel », a conclu en 2010 le Government Accountability Office. La loi interdit aux criminels, aux fugitifs, aux toxicomanes et aux agresseurs domestiques d’acheter une arme à feu aux États-Unis. Mais les gens [placés] sur la liste terroriste consolidée du FBI – généralement placés là quand il y a un «soupçon raisonnable» qu’ils soient des terroristes connus ou suspectés – peuvent librement acheter des armes de poing ou de type fusils d’assaut.

Lire la suite: https://www.washingtonpost.com/news/wonk/wp/2015/11/16/why-the-nra-opposed-laws-to-prevent-suspected-terrorists-from-buying-guns/

Vidéo: Voici ce qui arrive quand des soldats africains donnent un fusil à un singe

Oh, quel mignon singe… Donnons-lui un fusil d’assaut chargé AK-47

Des soldats africains sont filmés en jouant avec un singe qui s’est approché d’eux, l’un d’eux a la brillante idée de lui donner un fusil d’assaut chargé AK-74…. (youtube)

 

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives