Pour se préparer à rejoindre les guerres américaines, le Japon démantèle la liberté de la presse

Freedom of the Press Foudation, le 10 décembre 2015, Par Jon Mitchell

800px-Shinzo_Abe_with_Obama_laughing_2014En 2010, le Japon a été classé #11 à l’index Reporters sans Frontières de la liberté de la presse mondiale. En Février 2015, ce nombre avait chuté à #61 – et l’année prochaine, il sera probablement encore plus bas.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, le Premier ministre Shinzo Abe et son Parti démocratique libéral se sont lancés dans une guerre d’usure contre les libertés de la presse au Japon.

Les agressions ont inclus: l’intégration des néo-nationalistes à des postes clés de la chaîne de diffusion publique, NHK; la profération de menaces voilées contre des réseaux de télévision dont la couverture critique du gouvernement pourrait leur coûter leur licence de radiodiffusion; et l’acusation envers un journaliste allemand – qui avait écrit à propos du révisionnisme historique du Premier ministre [Shinzo] Abe – d’avoir accepté un pot de vin en provenant de la Chine.

Cette semaine, David Kaye, Rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté d’opinion et d’expression, a été programmé pour une visite à Tokyo – un voyage qui aurait attiré l’attention internationale sur la répression des médias par le gouvernement japonais. Mais au dernier moment, les responsables du gouvernement japonais ont annulé son voyage affirmant qu’ils étaient trop occupés pour le rencontrer.

Le LDP [Parti Libéral-Démocrate] est particulièrement soucieux d’éviter un examen de la loi sur les secrets d’État qu’il s’est précipité de faire passer au parlement à la fin de 2013.

800px-Abe_Bush_Heiligendamm_G8_2007_002La loi donne libre cours au gouvernement japonais de classer comme secret d’État toute information relative à la sécurité et à la diplomatie – avec aucun contrôle indépendant. L’information peut rester classée pour une période indéfinie, y compris ce qui concerne les rapports relatifs aux triples fusions à la centrale nucléaire de Fukushima.

Selon la nouvelle loi, les lanceurs d’alerte du gouvernement peuvent être emprisonnés pour 10 ans, tandis que les membres des médias publiant des informations font face à 5 ans d’emprisonnement; les journalistes étrangers – comme moi – vont probablement être expulsés.

Conscient que l’avenir de leur liberté de la presse était en jeu, le public japonais – environ 80% d’entre eux s’opposent à la loi – ont organisé certaines des plus grandes manifestations vues ici depuis des décennies.

Des directeurs de journaux, journalistes, éditeurs et avocats ont dénoncé la loi comme une atteinte à la liberté de la presse protégée par la Constitution du Japon. Reporters Sans Frontières a déclaré: « le parlement rend le journalisme d’investigation illégal, et bafoue les principes fondamentaux de la confidentialité des sources des journalistes et de ‘l’intérêt public' ».

L’opposition à la Loi sur les secrets d’Etat a été unanime – à une exception près: les Etats-Unis.

Peu de temps après l’adoption de la loi, l’ambassadrice américaine au Japon, Caroline Kennedy, a exprimé l’approbation de Washington:

Nous soutenons l’évolution des politiques de sécurité du Japon, car elles créent une nouvelle stratégie de sécurité nationale, établissent un Conseil de sécurité nationale, et prennent des mesures pour protéger les secrets de la sécurité nationale.

Pendant de nombreuses années, les maîtres du Japon à Washington ont pressé Tokyo d’introduire une législation répressive pour protéger les secrets concernant l’alliance de sécurité nippo-américaine. Plus particulièrement, Richard Armitage et Joseph Nye ont inclus ces lois sur leur liste de souhaits dans le rapport 2012 du CSIS [Center for Strategic and International Studies] sur l’alliance américano-japonaise.

Une telle ingérence du gouvernement américain dans la politique intérieure japonaise n’a rien de nouveau; la CIA a fourni de l’argent au LDP au cours des années 1950 et ’60 pour s’assurer un allié servile dans la région. Au cours des dernières années, cette pression a augmenté avec les exhortations de Washington à plusieurs reprises pour que le Japon permette aux membres de ses Forces d’autodéfense de se joindre aux guerres sans fin de l’Amérique au Moyen-Orient.

Lire l’intégralité de l’article: https://freedom.press/blog/2015/12/preparation-join-us-wars-japan-dismantles-freedom-press

Publicités

Exclusif: Une deuxième entreprise à la maison d’un responsable de la NSA

3427561_3_b3dd_le-siege-de-la-nsa-a-fort-meade-dans-le_6cdb6fd700c809687baf1005c99823cb

Une puissante responsable de la National Security Agency a enregistré une entreprise d’ « électronique » chez elle, avant que son mari n’y mette en place un business du renseignement, a découvert BuzzFeed News. Sa société possède un avion et un logement en copropriété.

Aram Roston, BuzzFeed News, 17 octobre 2014

Dans une rue calme à Ellicott City, Maryland, une maison en bois gris-bleu à deux étages, en retrait de la route, à l’ombre de deux platanes et d’un érable dominant. C’est la maison sans prétention de l’une des responsables les plus puissantes de la National Security Agency, Teresa H. Shea.

En Septembre, BuzzFeed News a révélé un conflit d’intérêts potentiel impliquant [Teresa] Shea, la directrice du renseignement des signaux d’origine électromagnétique. Appelé SIGINT dans le jargon de l’espionnage, il se réfère à toutes les écoutes et interceptions électroniques, y compris le programme controversé de surveillance nationale qui collecte des informations sur l’utilisation des téléphones par les Américains.

Comme BuzzFeed News l’a signalé, il y a une entreprise privée de consultation et de contrats de services en matière de SIGINT, située à la maison de [Teresa] Shea dans ce quartier tranquille. Le mari de Shea, un dirigeant d’entreprise de la petite mais rentable industrie du SIGINT, est l’agent résident pour l’entreprise, TELIC Networks.

En outre, James Shea travaille également pour un grand cabinet SIGINT de passation des marchés, DRS Signal Solutions Inc., qui semble faire des affaires SIGINT avec la NSA. DRS a refusé de commenter, et la NSA a refusé de répondre aux questions liées aux Shea, Telic Networks, ou DRS.

Maintenant, il y a une nouvelle donnée, c’est que la NSA a également refusé de discuter le fait: qu’encore une autre entreprise, apparemment portée sur les affaires commerciales et électroniques, est basée à la résidence des Shea sur ce terrain bien entretenu.

Cette société est appelée Oplnet LLC.

Teresa Shea, qui a été à la NSA depuis 1984, est l’agent résident de l’entreprise. Les statuts constitutifs de la société, signés par Teresa Shea, montrent que l’entreprise a été créée en 1999 principalement « pour acheter, vendre, louer et louer de l’équipement de bureau et du matériel électronique et des biens et services liés. » Un avocat qui a également signé le document, Alan Engel, a dit qu’il ne pouvait pas commenter sur les questions des clients.

BuzzFeed News n’a trouvé aucune preuve que l’entreprise a fait des affaires avec le gouvernement fédéral, et il n’est pas clair de savoir ce que sont les commerces de bureau ou d’électronique dans lesquels la société est impliquée. La société est répertoriée comme active au ministère de l’évaluation et de la fiscalité du Maryland. Un document sur un fichier à la Federal Aviation Administration répertorie Teresa Shea comme le « seul membre » de la LLC.

Les dossiers montrent qu’Oplnet possède un avion à six places, ainsi qu’une habitation en copropriété avec une valeur estimée de $ 275,000 dans la station balnéaire de Hilton Head, en Caroline du Sud.

Cet été, la NSA a refusé une demande de Freedom of Information Act pour la publication d’un document des finances publiques. L’agence a déclaré que, contrairement à tous les autres organismes du gouvernement fédéral, il pourrait refuser la publication en raison d’une loi de portée générale de 1959 qui lui permet de garder presque tout secret.

Les documents d’information financière sont au centre du contrôle public de l’éthique et des conflits d’intérêts potentiels par des fonctionnaires fédéraux. Sans ce document, les journalistes ou les citoyens concernés doivent passer au peigne fin des constitutions de sociétés, des registres de propriété, des dépôts UCC [Uniform Commercial Code], et des dossiers judiciaires pour en apprendre davantage sur les intérêts financiers d’un responsable en dehors de son bureau. Souvent, ces documents ne sont pas en ligne et sont dispersés dans les bureaux à travers différents états.

Cette année, la NSA a été poursuivie par le journaliste de Vice News, Jason Leopold, après que celle-ci ait refusé la publication des dossiers financiers du général Keith Alexander, qui s’est retiré en mars en tant que directeur de la NSA. En fin de compte, l’agence a communiqué les documents à Léopold.

Cette semaine, la NSA a dit à Buzzfeed News qu’elle «procéderait» à une demande formelle pour les documents de l’information financière de Shea, « rapidement ». Si la NSA publie ces documents, ceux-ci pourraient en dire plus sur les intérêts commerciaux d’elle et de son mari.

La NSA a été sous le feu des critiques récemment, en partie à cause du programme controversé de surveillance nationale dirigé par le bureau de Teresa Shea. Utilisant « l’analyse des métadonnées en vrac », le programme collecte des données sur les appels téléphoniques de presque tous les Américains, y compris les numéros de téléphone composés et la durée de chaque appel téléphonique. Le programme de métadonnées n’enregistre pas systématiquement les conversations réelles, mais beaucoup peut être su en sachant quand et avec qui une personne communique. Certains détails de ce programme ont été révélés par Edward Snowden, l’ancien contracteur de l’agence.

Teresa Shea, en tant que chef de SIGINT, a défendu le programme dans des déclarations dans deux affaires de la Cour fédérale.

La chronologie de la carrière de Shea à la NSA, et le parcours de son mari dans le commerce du SIGINT, montre que les deux ont été couronnés de succès sur les deux routes.

En 1984, selon la biographie de Teresa Shea (qui est affichée sur le site Web de l’Association des communications et de l’électronique des Forces armées), elle a rejoint la NSA comme ingénieur travaillant sur les questions SIGINT.

Son mari a été impliqué dans le SIGINT comme entrepreneur privé et ingénieur depuis au moins 1990, quand il a créé une société appelée Sigtek Inc., qui obtiendrait des centaines de milliers de dollars de contrats avec le gouvernement fédéral, selon une base de données des contrats fédéraux. Sur sa page LinkedIn, James Shea dit que les marchés clés de l’entreprise incluent la « Défense SIGINT. »

En 1999, Teresa Shea, toujours à la NSA, enregistre elle-même Oplnet, avec un accent sur « les bureaux et l’électronique ».

Puis, l’année suivante, [la société] Sigtek de James Shea a été vendue à une société britannique, dans un rachat qui aurait eu une valeur de 20 millions de dollars. Shea est resté dans la nouvelle société, qui a été appelée Filtronic Sigtek, en tant que président.

En 2002, la société de Teresa Shea a acquis un avion de tourisme et d’affaires Beechcraft Bonanza de 1972, selon les documents. On ne sait pas à quoi servait l’avion. Au fil des ans, selon les données de Flightaware, une société de suivi de vol, l’avion a été en vol à différents endroits sur la côte Est, y compris Norfolk, en Virginie; Flagler County, en Floride; et Hilton Head, en Caroline du Sud, où se situe la copropriété de l’entreprise. L’avion vole plusieurs fois par mois. En 2014, les dossiers montrent 28 vols.

oplnet llc flights

Lire la suite: http://www.buzzfeed.com/aramroston/second-business-at-home-of-nsa-official#1aoa6is

L’espionnage de la NSA en Allemagne créé un tremblement de terre anti-américain, les gens en ont marre

Interview de Diani Barreto sur Russia Today

Le haut responsable de la CIA en Allemagne a reçu comme ordre de quitter le pays. Berlin a réagi avec colère après que deux fonctionnaires allemands en une semaine auraient été accusés d’être des espions américains. Diani Barreto de la Wau-Holland Foundation dit que les nouvelles créent un tremblement de terre politique dans le pays.

(texte youtube)

Les slogans d’Al-Qaeda

zarqauiCIA

The Excavator, 12 février 2012

Al-Qaeda: Le meilleur ennemi, et ami, que le pétrodollar peut acheter.

Al-Qaeda: Le cadeau qui continue à donner... si vous êtes un psychopathe de la politique étrangère travaillant à Washington, Londres et Tel Aviv.

Al-Qaeda: De confiance. Fiable. A utiliser à toutes fins, pour n’importe quelle occasion.

Al-Qaeda: Vous êtes l’ennemi aujourd’hui, demain vous êtes l’ami.

Al-Qaeda: Nommez le pays, dit le document, et donnez les instructions.

Al-Qaeda: Ne posez pas trop de questions.

Al-Qaeda: Made in America. Certaines pièces assemblées en Israël.

Al-Qaeda: Ben Laden était la pointe de l’iceberg. L’Amérique était le Titanic. La CIA était le capitaine.

Al-Qaeda: Le beau-fils de l’Oncle Sam.

Al-Qaeda: Nous n’existons que dans votre esprit.

Al-Qaeda: Shhhh…

Al-Qaeda: L’aile décentralisée de la CIA.

Al-Qaeda: L’argent ne parle pas. La CIA parle et l’argent écoute. Nous suivons du mieux que nous pouvons.

Al-Qaeda: Nous faisons le travail de l’ombre de l’empire.

Al-Qaeda: Ayez peur de nous, ou de la Chine. Ou des deux. Peu importe.

Al-Qaeda: Ne nous blâmez pas, nous ne sommes que la base de données.

Al-Qaeda: Dites bonjour aux mauvais garçons.

Al-Qaeda: Insérez ici un visage démoniaque arabe.

Al-Qaeda: Le rêve devait se terminer un jour.

Al-Qaeda: Vérifiez votre esprit devant la porte.

Al-Qaeda: La guerre ne vient pas à la maison. Elle est invitée.

Al-Qaeda: Nous invoquons le pire de notre imagination.

Al-Qaeda: Nous sommes le coup de pied au cul de l’Amérique, délivré par la botte de l’Oncle Sam.

Al-Qaeda: Cherchez-nous dans les pages jaunes sous la lettre C en Virginie.

Al-Qaeda: La terreur est télévisée.

Al-Qaeda: Nous sommes venus. Nous avons vu. Nous avons menti.

Al-Qaeda: Nous sommes la cape. La CIA et le Mossad sont le poignard.

Al-Qaeda: Entrez. Tournez la clé. Au niveau du sol: l’enfer.

Al-Qaeda: Haïssez-nous. Ayez peur de nous.

Al-Qaeda: Vous entendez? C’est le son de votre avenir qui est jeté dans les toilettes.

Al-Qaeda: L’avocat de la CIA.

Al-Qaeda: Longue vie à la CIA-Mossad-MI6. Longue vie à la Terreur.

Al-Qaeda: L’histoire la plus folle jamais crue par l’homme.

Al-Qaeda: Un empire sans ennemi est un empire en déclin.

Al-Qaeda: Une production Hollywood.

Al-Qaeda: C’est la faute à Bush.

Al-Qaeda: Un conte comique en un acte.

Al-Qaeda: Le plus grand monstre depuis Hitler.

Al-Qaeda: Nous venons aussi dans une édition iranienne.

Al-Qaeda: Le show business rencontre le business de la guerre.

Al-Qaeda: Dieu merci, nous ne sommes que des Arabes et non des extraterrestres.

Al-Qaeda: La vie réelle est un film. Votre esprit est un théâtre. Le diable est le metteur en scène.

Al-Qaeda: Nous n’avons pas allumé le feu.

Al-Qaeda: Alerte secrète: Le meurtrier est le détective.

Al-Qaeda: La terreur obtient une nouvelle bouée de sauvetage.

Al-Qaeda: Procédures d’opération normalisées.

Al-Qaeda: La plus grande création de Satan se fait une métamorphose extrême cet automne.

Al-Qaeda: Quand le ciel tombe et que la tombe s’ouvre, courez…

Al-Qaeda: L’empire a trouvé sa moitié. Tout ce qui reste est une étincelle.

Al-Qaeda: Les titres disent toute l’histoire.

Al-Qaeda: La terreur n’est pas née. La terreur est fabriquée.

Al-Qaeda: Dans un monde où l’esprit de l’État fait le réel, la vie devient l’ombre de soi-même.

Al-Qaeda: L’Amérique est une maladie. La terreur est le remède.

Al-Qaeda: Gagner une guerre qui n’est pas réelle = Double Victoire.

Al-Qaeda: Trois immeubles, deux avions, un article en première page.

Al-Qaeda: La destinée a un nouveau rendez-vous. Et elle n’aime pas rester debout.

Al-Qaeda: Pouvez-vous tout risquer?

Al-Qaeda: La Terreur porte un costume et une cravate.

Al-Qaeda: C’était un matin lumineux d’une journée de septembre, quand la nuit tomba et mit de côté la vie face à ce qui était mort.

Al-Qaeda: L’argent n’achète pas le bonheur, mais il peut vous acheter la peur.

Source: http://disquietreservations.blogspot.com/2012/02/al-qaeda-taglines.html

La Suède a collaboré avec la NSA dans des activités de piratage (Radio suédoise)

Menara.ma, 11 déc. 2013

Stockholm, 11 déc. 2013 (MAP)- L’Institut national suédois de défense radio (FRA) a collaboré avec l’agence américaine de sécurité nationale (NSA) pour pirater des ordinateurs selon des documents fournis par l’ancien agent américain Edward Snowden à la Télévision suédoise.  »Sverige Radio » rapporte mercredi que selon ces documents, la FRA et la NSA auraient mené des centaines d’activités de piratage ensemble.

« Les documents montrent que la FRA et la NSA ont travaillé ensemble dans des opérations de piratage. Autrement dit, ils ont piraté les ordinateurs afin d’obtenir les mots de passe et surveiller ce que les gens écrivent », a indiqué le journaliste de la télévision suédoise Fredrik Laurin dans une déclaration à Sverige Radio.

Les documents fournis par Snowden montrent également que la FRA a accès à la base de données du logiciel de surveillance Xkeyscore. Il s’agit d’une base de données qui stocke d’énormes quantités de données sur Internet, l’historique de navigation des utilisateurs d’internet et même des courriels.

« La FRA a développé le système Xkeyscore. C’est un moteur de recherche créé par la NSA pour parcourir les données recueillies », explique Fredrik Laurin.

Réagissant à ces informations, le porte-parole pour les affaires militaires du Parti Vert, Peter Radberg, s’est dit scandalisé par ces révélations, appelant à élaborer des lois plus claires et plus strictes sur le fonctionnement de la FRA.

« Il est clair que ce qu’ils font est illégal. Ils ne sont pas autorisés à se livrer à des activités de piratage. C’est épouvantable », a ajouté Radberg dans une déclaration à Sverige Radio.

La FRA n’a pas encore commenté ces informations.

Source: http://www.menara.ma/fr/2013/12/11/924611-la-su%C3%A8de-collabor%C3%A9-avec-la-nsa-dans-des-activit%C3%A9s-de-piratage-radio-su%C3%A9doise.html

Lire aussi:

La Russie augmente la reconnaissance contre la Suède

La Suède espionne des entreprises russes

La Suède a espionné les Russes pour les Etats-Unis

Vidéo: Les Etats-Unis ont espionné la Russie avec l’aide de la Suède

Vidéo: PressTV

La Suède aidait les USA à espionner les responsables russes (médias)

MOSCOU, 5 décembre – RIA Novosti

Les documents secrets publiés par l’ex-employé de la CIA Edward Snowden indiquent que l’Institut suédois de défense radio (FRA) aidait la NSA (agence de renseignement américain) à espionner les hommes politiques russes, rapporte jeudi le site d’information suédois Portal.

« Le FRA a mis à la disposition de la NSA un dossier unique en son genre concernant la Russie, notamment ses dirigeants et sa politique intérieure », lit-on notamment dans un document du Renseignement américain daté du 18 avril 2013, dont les journalistes suédois ont obtenu copie.
Selon le site, le texte ne dévoile pas comment la collecte de renseignements était effectuée ni quels responsables russes faisaient l’objet d’une surveillance.

Auparavant, le journaliste britannique Duncan Campbell a affirmé que le FRA était un partenaire clé de la NSA  et du Service de renseignements électronique du gouvernement britannique (GCHQ).

Un scandale impliquant la NSA a éclaté suite à la révélation par Edward Snowden de certains détails du programme top-secret PRISM permettant d’intercepter les informations de sites tels que Google et Facebook, et de pister des millions de téléphones portables chaque jour à travers le monde. Selon les médias, la surveillance mondiale de la NSA est bien plus vaste qu’annoncée.

L’Institut national de défense radio de la Suède (FRA, Försvarets radioanstalt) est un service spécialisé dans le renseignement d’origine électromagnétique qui travaille en étroite collaboration avec l’armée suédoise.

Source: http://fr.ria.ru/world/20131205/199947943.html

Affaire Snowden: Un documentaire dévoile les liens secrets de la NSA et de la Suède

Relations de la NSA et de la SuèdePhoto: documents de la NSA exposés dans le documentaire suédois

« Les documents Snowden et la Suède » (avec sous-titres anglais)

Après six mois, les journalistes Fredrik Laurin, Sven Bergman et Joachim Dyfvermark ont pris contact avec Glenn Greenwald, qui détient les documents qu’Edward Snowden a fuité de l’organisation américaine du renseignement d’origine électromagnétique, la NSA. Ils ont réalisé ce rapport.

Voir la vidéo en ligne: http://www.svt.se/ug/view-the-report-about-the-snowden-documents-and-sweden-with-english-subtitles

Des documents révèlent les relations du renseignement de la NSA avec la Suède: https://wikileaksactu.wordpress.com/2013/12/11/des-documents-revelent-les-relations-du-renseignement-de-la-nsa-avec-la-suede/

Documents sur la NSA et la Suède: http://freesnowden.is/wp-content/uploads/2013/12/samtliga.pdf

Avec le scandale Prism, quel avenir pour la NSA?

Recyclage NSA-CIA-PRISMAvec le flot des révélations sur Prism qui a envahi les journaux du monde entier, on peut se demander comment la NSA pourra continuer son travail d’espionnage, alors que tous les pays sont en train de se retourner contre le gouvernement américain. Est-ce que la NSA va devoir cesser ses activités face aux pressions internationales? Est-ce que les Etats vont renoncer définitivement aux services secrets et licencier massivement tous leurs agents, afin de respecter la vie privée de tout le monde? Est-ce que les Etats feront de vrais efforts pour la transparence dans les années qui viennent?

Les prochaines années vont certainement rester très turbulentes sur ce thème de l’espionnage gouvernemental. Ce n’est pas seulement la NSA qui est en cause, mais le système d’espionnage en lui-même, tel qu’il est pratiqué par tous les pays. Ce qui nous apparaît, à nos petits yeux de citoyens, c’est que tous les services secrets du monde entier pratiquent ces méthodes injustes qui portent atteinte à la vie privée des gens. La NSA n’est pas seule à engendrer ces programmes, tous les gouvernements font pareil et n’hésitent pas à parler d’une voix commune quand il s’agit de réprimer les dissidents.

Alors, pourquoi accuser la NSA, plus que la DGSE française, le KGB russe, ou tout autre service secret de n’importe quel Etat, que ce soit une démocratie ou une dictature? (car vous avez bien compris qu’ils veulent tous garder le pouvoir, qu’ils soient des présidents élus ou des dictateurs) Est-ce qu’après les révélations sur la NSA, vous n’avez pas simplement envie de dire: « Ils sont tous pareils, ces services secrets qui nous espionnent. Ils sont tous aussi corrompus les uns que les autres. »

Les services secrets apparaissent de plus en plus, dans leur essence même, comme des systèmes injustes qui portent atteinte aux libertés des individus et qui menacent l’équilibre de la vie démocratique. Alors, pourquoi ne pas y renoncer définitivement, comme le proposent des candidats aux Etats-Unis, notamment Ron Paul qui propose de supprimer la CIA? Pourquoi ne pas mettre un terme définitif à l’espionnage massif des citoyens?

En pleine crise économique, est-ce que le licenciement de plusieurs milliers – voire millions – d’agents secrets, ne serait pas plus utile, plutôt que de licencier des milliers d’enseignants, d’ouvriers, d’agriculteurs ou de médecins? En pleine austérité économique, licencier les espions et les agents secrets ferait peut-être beaucoup de bien à l’économie de nos pays. Personne ne s’est vraiment encore penché sur la question.

Est-ce que les services secrets sont vraiment utiles?

– Non, ils menacent surtout nos libertés.

Est-ce que l’espionnage est utile?

– Non, c’est de l’argent dépensé dans des technologies oppressives qui agissent contre les droits de l’homme.

On imagine les millions de dollars dépensés par la NSA dans l’espionnage, et les millions d’euros qui sont certainement aussi dépensés en France et en Europe par nos gouvernements. Tout cet argent économisé pourrait être réinvesti ailleurs. Si Mme Eva Joly voulait encore se présenter comme candidate aux prochaines élections en France, est-ce qu’elle ne voudrait pas – par hasard – recycler tous ces vilains agents secrets qui nous espionnent via nos Iphones en gentils lanceurs d’alerte et en militants de la vie privée (ou en autre chose d’utile, si elle trouve une autre idée)?…

Ecrit par Kimono

Vous croyez encore à la version officielle des attentats du 11 septembre?

Coup d’Etat du gouvernement américain, complot de la CIA, crime terroriste, Jihad et Al-Qaïda, implication de l’Arabie Saoudite, prétexte à l’invasion en Irak, crime néo-nazi, manipulation de la population, démolition contrôlée, complicité des médias occidentaux… Que cachent réellement les attentats du 11 septembre 2001 à New York?

George H.W. Bush et la CIA étaient derrière l’assassinat d’Olof Palme, premier ministre suédois

Par Anders Leopold, le 19 janvier 2013

Le journaliste suédo-états-unien John P. Anderson a étudié pendant onze ans l’assassinat de 1963 de John Fitzgerald Kennedy, ainsi que les méthodes opérationnelles et l’histoire de la CIA. Il pense que le meurtre d’Olof Palme (premier ministre suédois, assassiné en 1986, ndt) était une opération de la CIA.

Sa théorie est que le vice-président US de l’époque George Bush, ex-patron de la CIA, et le patron de la CIA d’alors, William Casey, se sont servis du président Ronald Reagan, en fonction à l’époque, comme outil malgré lui de mise en œuvre de l’opération contre Palme.

La Commission Tower a investigué les opérations du National Security Council à la Maison Blanche. Ceci comprenait le scandale des Contras en Iran, qui a été rendu public en novembre 1986, et par la suite étoffé de jour en jour. La Commission fit la première d’une longue suite d’enquêtes qui, petit  à petit, en dévoilèrent beaucoup plus. Cependant, elles laissèrent le goût de trop peu, comme si beaucoup de choses avaient encore été laissées cachées.

LR (Leopold Report, site source, ndt) a d’ores et déjà commencé une série d’articles qui, étape par étape, révèlent qu’effectivement, le meurtre de Palme était le plus secret des secrets du scandale des Contras iraniens. (Pour plus d’infos – en anglais, suivre ce lien, ndt)

En fonction de ce qui est connu à ce jour, il y a de bonnes raisons d’accroire que le président Reagan ait aussi été maintenu dans l’ignorance de l’existence de l’opération Palme.

Le mobile de l’assassinat était très complexe, et relié aux nombreux domaines sur lesquelles les administrations Reagan et Palme se tenaient sur des trajectoires contraires. L’un de ceux-ci concernait les livraisons illégales par l’entreprise suédoise Bofors d’armements lourds et de munitions à l’Iran (en pleine guerre Iran/Irak – rappel, ndt), élément qui se révéla être partie prenante de l’affaire des Contras. À l’automne 1985, le médiateur de l’ONU pour la paix pour la guerre Iran/Irak et le premier ministre Olof Palme mirent fin aux livraisons après qu’il en eut pris connaissance.

John P. Anderson était l’un des contestataires qui prirent la rue aux USA pendant la guerre du Vietnam. Tout comme nombre d’agents de la CIA qui, sur les bases de leur savoir acquis ont exposé les agissements d’un supposé gouvernement de l’ombre aux USA, Anderson a choisi d’utiliser un nom d’emprunt, pour assurer sa survie.

LR connaît la réelle identité d’Anderson. Contrairement à d’autres médias, nous laissons Anderson exprimer librement ses opinions, comme nous croyons en sa crédibilité. Son travail est basé sur de la documentation qui ne peut pas être publiée sur LR, aux fins de protéger ses sources ainsi que sa sécurité et celle de sa famille aux USA.

(suite…)

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités