Stratfor Files: Révélations sur les affiliations secrètes de la société TrapWire

Email-ID Subject From To Date
12935 STRATFOR in Platts brian.genchur@stratfor.com allstratfor@stratfor.com 2009-06
3466948 Weekly kuykendall@stratfor.com exec@stratfor.com, grant@evolutionstrategies.net, rparker@parker-media.com 2009-08
3474981 Weekly Executive Report burton@stratfor.com exec@stratfor.com 2009-11
3488256 RE: Weekly Executive Report burton@stratfor.com oconnor@stratfor.com, exec@stratfor.com, patrick.boykin@stratfor.com 2009-11

Une documentation récemment découverte concernant le système de surveillance Trapwire suggère que la Cubic Corporation basée à San Diego ait effectivement eu un lien direct avec le programme, malgré leurs tentatives récurrentes de rejeter les allégations quant à leur participation.

Bien que la société Cubic ait déclaré publiquement à plusieurs reprises qu’elle réfutait les allégations selon lesquelles elle aurait été à un moment donné liée directement aux Applications Abraxas, la société localisée en Virginie du Nord est soupçonnée d’avoir produit Trapwire, un billet publié cette semaine sur le blog PrivacySos.org examine les données qui lie les deux entreprises entre elles. La société Cubic a insisté à plusieurs reprises qu’elle n’avait aucun lien avec Trapwire, un système international généralisé de surveillance et de renseignement mis en lumière dans les courriels distribués par WikiLeaks, mais de nouvelles révélations exposent une relation entre les deux sociétés présentée récemment sur un site Web fédéral, en février de l’année dernière.

Comme RT a démêlé la saga Trapwire au début de cette année, des enquêtes à la fois sur la société Cubic et la société Abraxas ont révélé un certain nombre d’associations entre les deux. Dans un communiqué de presse du 13 août 2012, la société Cubic s’exprima sur le sujet et admis qu’elle avait acquis Abraxas Corp en décembre 2010, mais insista, « Abraxas Corporation n’était pas et n’est pas affiliée à Abraxas Applications maintenant connu sous le nom Trapwire, Inc. » La dernière révélation en date discrédite cette affirmation.

PrivacySos a fait savoir qu’un site géré par le US Homeland Security Department’s Federal Emergency Management Agency (FEMA) comprend Trapwire comme produit de vente aux organismes chargés de faire appliquer les lois ainsi qu’aux premiers intervenants. Ce site décrit en détails le contexte et le concept opérationnel du système et les clients de premier plan curieux d’AbraxaxCorp.com peuvent le consulter pour plus d’informations. Lorsque l’on clique un lien vers l’URL, la bannière en haut de la page d’accueil du concepteur décrit Abraxas comme une « Cubic Company ». Sur la page FEMA, l’information sur le produit est décrite comme étant directement fournie par Abraxas Applications.

La page FEMA reconnaît que « La section des produits comprend de l’information sur les produits commercialement disponibles, information téléchargée directement et volontairement par le fabricant » .

Si tel est bien le cas, soit le gouvernement fédéral présente des informations falsifiées sur Trapwire aux clients potentiels, soit le programme a été partiellement supervisé par la compagnie Cubic comme on le soupçonnait déjà. Si la deuxième hypothèse est la bonne, alors la déclaration du 13 août était un pur mensonge.

Dans le communiqué de PrivacySos, publié mardi, la société confirme que la société Cubic exploite des systèmes tarifaires pour les principaux programmes de transfert ainsi qu’Anonymiser, un outil masqué IP décrit par ses publicistes comme « le leader des solutions pour l’anonymat des consommateurs en ligne ».

La société PrivacySOS signale que « Si les faits décrits par le gouvernement sont corrects, la Société Abraxas gérait les ventes du système Trapwire pas plus tard que février 2011, ce qui signifie que Cubic détenait à la fois des informations privées extrêmement sensibles sur des millions de personnes ordinaires et un système de surveillance en réseau vendu aux gouvernements ».

En plus du communiqué de presse qui tente de distancier la société Cubic de Trapwire, l’activiste et fondateur du Projet PM Barrett Brown a téléchargé sur Youtube ce qu’il dit être un appel téléphonique entre lui et Tim Hall, le directeur de la communication à Cubic Corp. Dans le clip, publié le 21 août, M. Hall a nié toute implication de son entreprise avec le Trapwire et a aussi insisté sur le fait que la société Cubic n’a jamais été liée à Ntrepid, une société distincte qui a reçu une valeur de $2.76 millions de la poche des contribuables pour créer des pseudos « marionnettes » Internet afin de diffuser le soutien américain.

Dans le clip, l’homme qu’on affirme être Hall explique : « Il n’y a absolument aucune connexion entre Abraxas Applications et Trapwire ou Ntrepid ». Une recherche sur ces entités a cependant conduit à la découverte des déclarations fiscales de la société Abraxas qui remontent à fin 2011, permettant donc de faire le lien entre les deux sociétés : Trapwire Inc a été enregistré en 2009 par une certaine Margaret A Lee de Virginie, qui a également siégé au conseil d’administration de Ntrepid.

Il est écrit dans le communiqué de PrivacySOS : « Puisque les opérations contractantes de gestion des renseignements et des données du gouvernement sont tellement secrètes et opaques, nous ne saurons peut être jamais ce qui se passe réellement, à savoir si la société Cubic gère des systèmes de transit de données, des soi-disant anonymiseurs IP et des systèmes de surveillance vendus aux gouvernements ». « Cela n’a pas vraiment d’importance étant donné le contexte général. C’est parce que nous en savons plus qu’assez que nous sommes convaincus de la nécessité d’un mouvement de masse en faveur du respect de la vie privée aux États-Unis, que ces connexions soient réelles ou pas.  »

Lien vers l’article original: http://rt.com/usa/news/trapwire-cubic-abraxas-system-525/

Lien sur WikiLeaks.org: http://wikileaks.org/gifiles/releasedate/2012-08-14-00-a-brief-introduction-to-abraxas-trapwire-and.html

traduit via WikiLeaks par Dragonfly84

Stratfor et TrapWire sont partenaires commerciaux – les preuves par l’écrit

« Qu’est-ce que tu regardes? »

Stratfor, la firme de collecte de renseignements dont les courriels ont été hackés par Anonymous puis publiés par WikiLeaks, n’a pas fait que des commentaires sur TrapWire dans ses courriels: an août 2009 elle a signé avec le projet TrapWire à travers un accord de partenariat avec Abraxas Applications. Et voici le document pour le prouver. L’accord cite explicitement que Stratfor fournira des renseignements à TrapWire directement d’une manière continue. Pour voir des analyses approfondies des relations commerciales de Stratfor avec TrapWire (et le conflit d’intérêt qui en découle) cliquez ici et ici.

Alors voilà. Un autre morceau du puzzle. Cette histoire devient de plus en plus énorme…

En Australie, le Sénateur des Verts, Scott Ludlam, a essayé de poser une question au Sénat pour savoir si TrapWire était déployé en Australie. Il n’y fut pas autorisé (le Sénat vota de ne pas répondre à des questions à ce sujet). Le Bureau du Sénateur Ludlam publia plus tard un communiqué expliquant que le Sénateur poursuivait le sujet par d’autre méthodes d’enquête.

Par ailleurs, un preprésentant de Cubic Corporation a posté un commentaire sur l’article de Darker Net disant, « SAN DIEGO, Calif. 13 août 2012 – Cubic Corporation (NYSE: CUB) a acheté Abraxas Corporation le 20 décembre 2010. Abraxas Corporation n’a aujourdhui comme alors aucune affiliation avec Abraxas Applications maintenant connue comme TrapWire, Inc. »

Un peu d’explication de fond est nécessaire…

Aujourd’hui, TrapWire software appartient à TrapWire, Inc., une entreprise de Reston, en Virginie. Mais depuis toujours. Abraxas Corporation a créé TrapWire à travers sa firme subsisiaire, Abraxas Applications, Inc.. Abraxas Corporation a enregistré le software de TrapWire dans un dossier auprès de l’U.S. PTO (office des brevets états-uniens, ndt) en 2006. Abraxas Corporation appartient maintenant à Cubic Corporation, qui a acheté la firme en novembre 2010 pour 124 millions $ en espèces. Selon un rapport, Cubic fit l’acquisition d’Abraxas après que TrapWire ait été réorganisé comme entité à part et qu’un des termes de cette acquisition était de « causer que le nom de marque d’Abraxas Applications, Inc, soit changé en un nom qui ne comporte pas ‘Abraxas’ ou une quelconque variation du mot ». Aussi, selon un article de mars 2007 dans le Washington Business Journal « Abraxas Corp., une entreprise de technologie de gestion de risques, a élaboré une enseigne de logiciels se concentrant sur la vente d’un nouveau produit. La filiale – nommée Abraxas Applications – vendra TrapWire, qui prédit des attaques contre des infrastructures critiques en analysant les rapports de sécurité et la vidéo-surveillance ». Et l’article poursuit: « Abraxas Corp. avait auparavant remporté des contrats pour tester TrapWire… »

Davantage d’analyse est fournie par Public Intelligence (connu pour son exactitude): « Un titre de propriété produit par TrapWire, anciennement Abraxas Applications, décrit le produit comme « un logiciel unique et prédictif conçu pour détecter des schémas de surveillance préliminaires à une attaque. » Dans une interview en 2005 au Northern Virginia technology Council (Conseil sur la Technologie de la Virginie du Nord, ndt), le PDG d’Abraxas Corporation, Richard « Hollis » Helms, dit que le but de TrapWire est de « collecter des informations sur les gens et les véhicules qui soit plus précise que la recognition faciale, extraire des schémas, et accomplir des évaluations de menace de zones potentiellement sous l’observation de terroristes… La nouvelle firme [Abraxas Applications] peut aussi puiser dans le travail d’Abraxas [Corporation] avec des agences du renseignement et de la défense et les contacts du fondateur et PDG d’Abraxas Richard Hollis Helms, à qui appartiennent les deux firmes. »

Donc Cubic Corporation peut-elle légitimement prétendre ne pas être propriétaire d’Abraxas Applications (qui dirige TrapWire)? Si nous nous fions strictement aux dates d’acquisition, oui – ainsi que des systèmes de transport intelligents et même des intérêts dans la gestion de cartes de crédit. Un mélange étrange qui en lui-même devrait inquiéter. Par exemple, Cubic est listée comme directeur organisationnel de Ntrepid, une organisation obscure qui « fournit des clients des forces de l’ordre et de la sécurité nationale avec du software, du hardware, et des services de gestion pour des cyber opérations, analyses, traductions, pose de mouchards et pistage [en ligne]. » La liste des cadres de Ntrepid présente à son tour l’ancien PDG et fondateur d’Abraxas, Richard Helms, comme directeur et administrateur, et Wesley Husted, l’ancien Trésorier. De plus, quelques unes des personnes chez Anonymizer, qui migrèrent plus tard vers Abraxas, quittèrent à l’origine Cubic pour démarrer une nouvelle firme de renseignement mais sont désormais listés comme dirigeants de l’organisation de Ntrepid. Tout cela est assez circulaire, à tout le moins…

Posté par Darkernet, le 15 août 2012

Source: http://darkernet.wordpress.com/2012/08/15/trapwire-and-stratfor-are-business-partners-documentary-evidence/

Traduit depuis le web par willsummer

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives