Lire la plainte pénale déposée par le FBI contre le contracteur du gouvernement, Harold Thomas Martin III

Le contracteur du gouvernement, Harold Thomas Martin III, 51 ans, a été arrêté et accusé de vol de biens du gouvernement et de retrait non autorisé et rétention de matériels classifiés [document daté du 29/08/2016]

Document mis en ligne sur le Washington Post: http://apps.washingtonpost.com/g/documents/national/read-the-criminal-complaint-filed-against-government-contractor-harold-thomas-martin-iii/2174/

Plainte criminelle contre le contracteur de la NSA, Harold Martin, mis en ligne par le NYT: https://www.documentcloud.org/documents/3123427-Harold-Martin-NSA.html et https://assets.documentcloud.org/documents/3123427/Harold-Martin-NSA.pdf

Publicités

Facebook, Twitter et Instagram ont envoyé des flux qui ont aidé la police à pister les minorités à Ferguson et Baltimore, selon un rapport

Washington Post, Craig Timberg et Elizabeth Dwoskin, le 11/10/2016

800px-internet_censorship_and_surveillance_world_map-svg_wikiUn puissant programme de surveillance que la police a utilisé pour le suivi des manifestations à caractère ethnique à Baltimore et Ferguson, Mo. [Missouri], s’est appuyé sur des flux de données d’utilisateurs fournies par Twitter, Facebook et Instagram, selon un post publié mardi sur le blog de l’ACLU.

Les entreprises auraient fourni les données – y compris souvent les emplacements des utilisateurs – à Geofeedia, une société basée à Chicago qui, dit-elle, analyse les messages des médias sociaux pour fournir des informations de surveillance à 500 agences d’application de la loi. Les entreprises des médias sociaux ont cherché à restreindre l’accès de Geofeedia aux flux de données des utilisateurs au cours des dernières semaines, après que l’ACLU les a découverts et a alerté les entreprises à propos de l’exposition imminente du public.

Lire la suite: https://www.washingtonpost.com/news/the-switch/wp/2016/10/11/facebook-twitter-and-instagram-sent-feeds-that-helped-police-track-minorities-in-ferguson-and-baltimore-aclu-says/

Rapport secret: Le service du renseignement fédéral allemand a enfreint la loi et la constitution à plusieurs reprises

Netzpolitik.org, Andre Meister, le 02/09/2016

Le service du renseignement allemand BND a illégalement collecté et stocké les données de surveillance de masse et doit supprimer ces données immédiatement, y compris XKeyscore. Ceci est l’un des résultats d’un rapport classifié du commissaire fédéral allemand pour la protection des données que nous publions à présent. Dans son rapport, elle critique les violations juridiques graves et une restriction massive de son autorité de supervision.

badaibling-dunkel-730x355Ceci est la traduction anglaise de la déclaration d’origine en allemand, qui comprend également le document source complet. Traduction par Andre Meister, Arne Semsrott, Hendrik Obelöer, Kirsten Fiedler, Simon Rebiger, Sven Braun et Valerie Tischbein.

Quand Edward Snowden a exposé le système mondial de surveillance de masse par les services secrets, il y a trois ans, y compris l’agence allemande du renseignement étranger, le BND, le gouvernement allemand a essayé d’y couper court et de déclarer l’affaire close. Une seule petite autorité a résisté: Le Commissaire à la protection des données Peter Schaar a envoyé son personnel pour une visite d’inspection à la station BND/NSA de Bad Aibling dans le sud de l’Allemagne, dont le BND craignait une « critique très publique ». La visite a donné lieu à un «rapport de situation» élaboré, mais celui-ci est classé «top secret» et seulement accessible à quelques personnes.

Lire l’intégralité de l’article: https://netzpolitik.org/2016/secret-report-german-federal-intelligence-service-bnd-violates-laws-by-the-dozen/ et https://twitter.com/martin_u/status/773042098060812288

Le Programme « Insider Threat »: plusieurs milliers de personnels du Pentagone sous surveillance totale

Shadowproof, par Kevin Gosztola, le 7/01/2016

pentagoneAu moins plusieurs milliers de personnels militaires, civils et de contracteurs du ministère de la Défense ont été soumis à une «évaluation continue» ou une surveillance totale de leurs activités et de leurs communications électroniques. La surveillance fait partie du programme « Insider Threat » du ministère et soulève des inquiétudes sur l’extension où les communications pour le lancement d’alerte sont interceptées.

Selon un rapport au Congrès en 2015 obtenu par Steven Aftergood de Secrecy News, des « pilotes multiples et des démonstrations de concept utilisant les capacités « push » et « pull » pour mener une évaluation continue » ont été utilisés pour surveiller le personnel ayant accès à des informations classifiées.

Lire la suite: https://shadowproof.com/2016/01/07/insider-threat-program-hundred-thousand-pentagon-personnel-under-total-surveillance/

Yahoo rejoint Google, Facebook, Twitter pour avertir les utilisateurs d’attaques parrainées par des Etats

Softpedia, par Catalin Cimpanu, le 22/12/15

Yahoo va maintenant vous informer quand des gouvernements tentent de pirater votre compte email Yahoo, tout comme Gmail

Yahoo! est le dernier géant de la Silicon Valley à ajouter son soutien pour un système d’alerte qui envoie des notifications aux utilisateurs lorsque la société soupçonne une attaque soutenue par un État sur leur compte.

Le premier à mettre en œuvre un tel système était Google, Gmail, en 2012, et ces derniers mois, à la fois Facebook et Twitter ont décidé de fournir de même cette fonctionnalité.

Avec l’activité des groupes APT [advanced persistent threat] se développant de plus en plus au cours des dernières années, et aucune semaine qui ne passe sans un rapport de fournisseur en cyber-sécurité sur une ou plusieurs campagnes néfastes de cyber-espionnage, la menace d’attaques soutenues par des États devient une chose plus commune, qui affecte de plus en plus de personnes.

Alors que la plupart des utilisateurs ne seront jamais ciblés ou ne verront jamais une notification venant d’un Etat à partir de l’un des services mentionnés ci-dessus, des journalistes, des dissidents politiques, des militaires, ou des personnes travaillant dans les organismes gouvernementaux peuvent être concernés par ce type d’alertes.

Les utilisateurs doivent prendre des mesures actives pour sécuriser leurs comptes après avoir reçu une alerte.

Lire la suite: http://news.softpedia.com/news/yahoo-joins-google-facebook-twitter-in-warning-users-of-state-sponsored-attacks-497999.shtml

Guide d’autodéfense numérique, tome 1 et 2 (en téléchargement libre)

ninjas-37770_1280Image: CC0-public domain

http://guide.boum.org/

Tome 1 (version pdf): http://guide.boum.org/tomes/1_hors_connexions/pdf/guide-tome1-a4-20140828.pdf

Tome 2 (version pdf): http://guide.boum.org/tomes/2_en_ligne/pdf/guide-tome2-a4-20140828.pdf

Cette nouvelle campagne veut aider les agents de la surveillance à quitter la NSA ou le GCHQ

Panneau Intelexit placé à l’extérieur du complexe Dagger, une base militaire américaine et avant-poste de la NSA à Darmstadt, en Allemagne

Wired.com, Andy Greenberg, le 28/09/2015

Des groupes de soutien aident les membres de sectes et de gangs à se libérer de leurs anciennes vies. Les Alcooliques et Narcotiques Anonymes aident les toxicomanes à surmonter leurs dépendances. Et maintenant, un groupe de militants de la vie privée veut offrir à son public ciblé une voie d’évacuation pour ce qu’ils considèrent comme un piège tout aussi insidieux: leurs emplois pour des agences de renseignement comme la NSA.

Le lundi, un groupe de militants anti-surveillance à Berlin a lancé Intelexit, une campagne visant à encourager les employés de la NSA et de l’agence d’espionnage britannique GCHQ à reconsidérer la moralité de leur travail d’espionnage et de les persuader de le quitter. Ils ont prévu de lancer le projet avec une série de panneaux publicitaires stratégiquement postés à proximité des bâtiments de l’agence de renseignement dans le monde entier. L’un d’eux, avec le message « écoutez votre cœur, pas les appels téléphoniques privés », devait être installé à côté du complexe Dagger, une base militaire et un avant-poste de la NSA à Darmstadt, en Allemagne, a déclaré le groupe à WIRED.

Lire la suite: http://www.wired.com/2015/09/campaign-help-surveillance-agents-quit-nsa-gchq/

Lire l’article « Ecoutez votre coeur, pas les appels privés » (Russia Today) https://www.rt.com/news/317026-campaign-intelligence-agents-quit/

Voir le site de la campagne Intelexit: https://www.intelexit.org/

« Cyberguerre: l’arme fatale » – Les documentaires de France 2 sur la NSA en replay

Cliquer sur le lien pour voir la vidéo:

« Cyberguerre: l’arme fatale » (Diffusé le mar. 22-09-15 à 22h50)

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,128323018.html

« L’histoire secrète de la NSA » (Diffusé le mar. 22-09-15 à 23h45)

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,128323019.html

Carte de l’Internet: quelle hiérarchie des puissances ? (Revue Diploweb)

Geopolitique_internet_hierarchie_puissances_C_Bezamat-Mantes

Source: http://www.diploweb.com/Carte-de-l-Internet-quelle.html

Comment le Pentagone pourrait bientôt partager les données des Américains avec des armées étrangères

30 avril 2015, Par Patrick Tucker

La nouvelle cyber-stratégie pourrait fournir aux alliés des informations sur les Américains réunies sous la législation proposée.

pentagoneAlors qu’Ashton Carter a dévoilé la nouvelle Cyber-Stratégie du Pentagone la semaine dernière, il a souligné son importance en révélant que les réseaux du DOD [Département de la Défense] avaient été infiltrés par des acteurs au sein de la Russie. Le secrétaire à la Défense n’a pas mis l’accent sur une disposition de la stratégie qui pourrait envoyer des données privées sur les entreprises et les citoyens américains à des forces armées étrangères.

Patrick Tucker est l’éditeur technologique de Defense One. Il est également l’auteur de « The Naked Future » [Le Futur nu]: Qu’arrive-t-il dans un monde qui anticipe chacun de vos mouvements? (Current, 2014). Auparavant, Tucker était rédacteur en chef adjoint de The Futurist pendant neuf ans. Tucker a écrit à propos de la technologie émergente dans Slate, … Biographie complète

Voici ce qu’il dit: « Pour améliorer la conscience situationnelle commune, le DOD [Département de la Défense] travaillera en partenariat avec le DHS [Département de la Sécurité Intérieure] et d’autres agences pour développer des mécanismes continus, automatisés et standardisés pour partager l’information avec chacun de ses partenaires essentiels dans le gouvernement américain, les armées partenaires et alliées-clé, les gouvernements étatiques et locaux, et le secteur privé. En outre, le DOD collaborera avec d’autres agences du gouvernement américain et le Congrès pour soutenir la législation qui permet le partage de l’information entre le gouvernement américain et le secteur privé « .

La nouvelle stratégie indirectement, mais sans équivoque, fait le lien avec la législation de partage de l’information qui fait lentement son chemin vers le bureau du président. Parmi les différents projets de loi qui se déplacent autour du Capitol Hill, le plus important est le Cyber Information Sharing Act [Loi sur le Partage de la Cyber-Information]. Entre autres choses, la CISA protègerait les entreprises face à des poursuites pour avoir envoyé des données concernant leurs utilisateurs au DHS, qui serait autorisé à les envoyer en temps réel au DOD et à d’autres agences américaines et organisations. À son tour, la nouvelle stratégie du DOD revendique le droit de partager des données de cyber-menaces au-delà des États-Unis. Vraisemblablement, cela inclurait des informations obtenues via CISA.

En particulier, la nouvelle stratégie engage la cyber-assistance du DOD [Département de la Défense], y compris le partage de l’information, à des alliés au Moyen-Orient. « Dans le cadre de son cyber-dialogue et des partenariats, le DOD travaillera avec les principaux alliés et partenaires au Moyen-Orient afin d’améliorer leur capacité à sécuriser leurs réseaux militaires, ainsi que l’infrastructure critique et des ressources clés dont dépendent les intérêts américains. Les principales initiatives comprennent le partage amélioré de l’information pour établir une compréhension unifiée de la cyber-menace, une évaluation de notre posture de cyber-défense mutuelle, et les approches de coopération pour renforcer la cyber-expertise. »

Lire l’intégralité de l’article: http://www.defenseone.com/technology/2015/04/how-pentagon-could-soon-share-americans-data-with-foreign-militaries/111553/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités