Opération Pacifier: le FBI distribue de la pornographie infantile pour piéger les gens qui le visionnent

FreedomOutpost, Tim Brown, 31/08/2016

200px-Flag_of_the_United_States_Federal_Bureau_of_Investigation_wiki.svgJe suis fermement contre les pièges policiers. Je suis contre ceux qui sont censés faire respecter la loi, et qui se livrent à des projets dans lesquels ils violent la loi pour attraper d’autres personnes qui violent la loi. Il est maintenant rapporté que le FBI [Federal Bureau of Investigation] diffuse de la pornographie infantile dans ce qui est appelé l’Opération Pacifier.

The Seattle Times rapporte que:

Pendant deux semaines, au printemps 2015, le FBI a été l’un des plus grands pourvoyeurs de pornographie infantile sur Internet.

Après avoir arrêté l’administrateur de Playpen en Caroline du Nord, un panneau d’affichage internet « dark web » de la pornographie infantile, les agents ont saisi le serveur du site et l’ont déplacé dans un entrepôt du FBI en Virginie.

Ils ont ensuite lancé « l’Opération Pacifier », un coup monté et une opération de piratage informatique d’envergure sans précédent qui a jusqu’ici donné lieu à des accusations criminelles contre 186 personnes, dont au moins cinq dans l’État de Washington.

L’enquête a suscité une controverse sociale et juridique grandissante sur les tactiques du FBI et l’impact sur la vie privée en ligne. Certains critiques ont comparé le coup monté à la fameuse Opération Fast and Furious, au cours de laquelle le Bureau des alcools, du tabac et des armes aux Etats-Unis (BATF) a permis des ventes illégales de milliers de fusils aux trafiquants de drogue, qui les ont ensuite utilisés pour des crimes.

Les avocats de la défense et certains juristes suggèrent que le FBI a commis plus de crimes graves que ceux qu’ils ont arrêtés – en distribuant de la pornographie, par rapport au visionnage ou à la réception [de contenus].

Lire l’intégralité de l’article: http://freedomoutpost.com/operation-pacifier-fbi-is-distributing-child-porn-to-catch-people-who-view-it/

Publicités

L’émission satirique américaine de HBO s’attaque au scandale de torture de la CIA

Last Week Tonight with John Oliver: La Torture (HBO)

Le rapport du sénat américain sur la torture a révélé des détails horrifiants du programme d’interrogation de l’Amérique. Helen Mirren vous éclaire sur le sujet. (youtube)

« Malheureusement, la torture n’est pas une chose qui arrive seulement à Mel Gibson » dans ses films, nous rappelle le présentateur.

Les «Six heures contre la surveillance» de Médiapart en vidéo

«Six heures contre la surveillance», présenté par Edwy Plenel

Y a-t-il une surveillance de masse en Russie?

Agentura.ru, Par Andrei Soldatov

800px-Annino_(Moscow_Metro)En Russie, le concept de surveillance et d’écoutes téléphoniques est bien ancré dans le psychisme national. Il y a une expression couramment utilisée « ceci n’est pas une conversation pour le téléphone », qui signifie que certaines choses ne devraient pas être discutées au téléphone étant donné que cela peut être écouté. Cette expression est entrée en usage en revenant à l’époque soviétique et fait toujours partie de notre vocabulaire.

En effet, le système de surveillance électronique en Russie est enraciné dans son passé soviétique. Le système d’actions d’investigation spéciales connu sous le nom de SORM (sistema operativno-rozysknyh meropriyatii) a été développé dans les profondeurs du KGB à la fin des années 1980, et depuis lors, il a été constamment mis à jour. En conséquence, SORM-1 est aujourd’hui utilisé pour écouter les lignes téléphoniques, y compris les réseaux mobiles, SORM-2 intercepte le trafic Internet et SORM-3 prend soin de recueillir toutes les communications, leur stockage à long terme et l’accès à toutes les données des abonnés.

Cependant, l’élément clé de SORM – dénué de responsabilité – est resté dans toutes ses versions. Et la raison, ce sont les différences technologiques entre la norme de SORM en Russie et celles de l’ETSI [European Telecommunications Standards Institute] européenne et la CALEA [Communications Assistance for Law Enforcement Act] des Etats-Unis.

Aux États-Unis et en Europe un organisme d’application de la loi obtient une ordonnance du tribunal et l’envoie au fournisseur de services qui prend une copie et la transmet à un service de sécurité.

En Russie, les agents du FSB [Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie] doivent également avoir un mandat de la cour. Cependant, ils ne sont pas tenus de le montrer à quiconque en dehors de leurs supérieurs. Les fournisseurs de services de communications ne sont pas en droit de savoir à qui appartiennent les conversations ou les emails que les services de sécurité sont en train d’intercepter. Donc, du point de vue de la technologie, le système est conçu de manière différente: le FSB a des centres de contrôle SORM qui pointent via une ligne sécurisée aux serveurs d’un fournisseur de service. Afin d’écouter le téléphone de quelqu’un, tout ce que l’agent de sécurité doit faire est de taper la commande dans le Centre de contrôle SORM situé dans les locaux du bureau local du FSB. Ce système est reproduit partout dans le pays et dans chaque capitale régionale où le bureau local du FSB est connecté à tous les fournisseurs régionaux de communications.

La seule raison pour laquelle le système est conçu de telle manière, c’est parce qu’il a été développé par le KGB en URSS et, à cette époque, l’idée d’un contrôle en matière de surveillance n’avait jamais été envisagé. Après l’éclatement de l’Union soviétique, l’obligation d’obtenir une ordonnance du tribunal a été introduite, mais du point de vue de la technologie, le système a été laissé tel quel, c’est pourquoi [en Russie] il n’est pas nécessaire de présenter l’ordonnance du tribunal à quiconque en dehors du service de sécurité.

Lire la suite: http://agentura.ru/english/projects/Project_ID/masssurveillance/

#PJLRenseignement: L’Assemblée Nationale française montre son soutien à la légalisation des alertes à la manière d’Edward Snowden

Washington Post, par Rick Noack, 17 avril 2015

EDWARD-SNOWDENSi le lanceur d’alerte américain Edward Snowden était français, il aurait eu une bonne chance de rester un homme libre – même en ayant fuité des milliers de documents classifiés du renseignement.

Alors que les législateurs américains démocrates et républicains ont souligné ensemble à maintes reprises que Snowden et d’autres lanceurs d’alerte similaires devaient faire face à une peine, les parlementaires français ont pris la position opposée, jeudi. L’Assemblée Nationale française a créé un amendement qui légalisera la fuite d’informations par des employés du renseignement s’ils veulent exposer un abus de pouvoir par leurs propres autorités.

« L’affaire Snowden a démontré la nécessité de créer les conditions pour que des agents puissent dénoncer des abus commis par les services de renseignement », [explique] Jean-Jacques Urvoas, l’auteur de l’amendement, cité par la station de radio française France Inter.

Selon Urvoas, l’amendement est censé fournir « une protection juridique à un agent des services de renseignement qui dénonce la collecte illégale de renseignements ou une supervision abusive. »

Lire la suite: http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2015/04/17/france-just-passed-a-bill-to-legalize-edward-snowden-style-whistleblowing/

Pourquoi la loi renseignement est de la surveillance généralisée

Leçon magistrale de Benjamin Bayart

Retrouver l’ensemble du débat avec :

– Laurence Blisson, porte parole du Syndicat de la Magistrature,
– Benjamin Bayart, représentant la FFDN et la Quadrature du Net,
– Eduardo Rihan Cypel, député PS de la 8è circonscription de la Seine et Marne,
– Daniel Martin, Président de l’Institut International des Hautes Etudes de la Cybercriminalité,
– Bertrand Warusfel, Docteur d’Etat en Droit.

(youtube)

Débat intégral:

Loi renseignement: l’ASIC s’inquiète de l’instauration d’une surveillance massive et globale sans garde-fous

ASIC, 8 avril 2015

L’installation de “boîtes noires” offrira aux services de renseignement un accès sans précédent aux faits et gestes de tous les internautes

Paris, le 8 avril 2015. –  L’Association des Services Internet Communautaires (ASIC), fondée en 2007 et qui regroupe l’ensemble des plates-formes d’hébergement Internet, françaises et internationales, s’inquiète de plusieurs dispositions prévues dans le projet de loi relatif au renseignement actuellement en cours de discussion à l’Assemblée nationale.

Lire la suite du communiqué: http://www.lasic.fr/?p=732

Surveillance en France: « Le projet de loi Renseignement menace l’État de droit » (communiqué de presse FAImaison)

Voir le communiqué (2 avril 2015): https://www.faimaison.net/files/cp-pjlrenseignement-2015-04-02.pdf

Source: https://twitter.com/FAImaison/status/583647282756722688

CIA, NSA et MI5: pourquoi nos agences de renseignement ne sont pas si intelligentes que ça

CIA-agentsPhoto – La CIA: L’Agence Clairement Incompétente?

The Guardian, 4 mars 2015

Par Adam Lewis

L’intelligence? Pour certaines raisons, nos agences de sécurité semblent l’abandonner totalement quand il s’agit de grammaire et d’orthographe

Dans la dernière année, les services de renseignement américains et britanniques ont fait les titres de l’actualité pour certaines erreurs majeures de sécurité et violations éthiques à l’échelle de la planète: de la surveillance du scandale de la NSA au rapport sur la torture de la CIA, jusqu’à la gestion bâclée par le MI5 de «Jihadi John ». Vous devriez vivre sous une roche pour avoir manqué ces histoires, et même si vous l’aviez, ces agences pourraient sans doute vous retrouver – et surveiller vos textes! LOL!

Mais aujourd’hui, pour la Journée nationale de la grammaire, ces agences du «renseignement» récoltent la lumière des projecteurs pour un tout autre genre de crime, si universel en nature et en proie aux conséquences humanitaires qu’il transcende tout préjugé ou controverse. Il s’avère que ces agences – qui prétendent présenter, employer et distiller l’intelligence – l’abandonnent toutes quand il s’agit de grammaire et de mise au point des textes.

Les recherches menées par les lanceurs d’alerte de la grammaire [du site] Knowingly ont constaté que les sites Web des agences de renseignement du gouvernement sont truffés de fautes d’orthographe, d’articles erronés et d’expressions utilisées de manière abusive.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/media/mind-your-language/2015/mar/04/cia-nsa-mi5-intelligence-agencies

Les SpyCables déchiffrés: Épisode deux

Al Jazeera, 27 février 2015

Les SpyCables sont la fuite la plus vaste qui soit pour des documents du renseignement, et l’Agence de Sécurité d’État de l’Afrique du Sud est confrontée à son délit le plus dommageable.

Dans la seconde [partie] des deux émissions, nous examinons l’impact de la plus grande fuite de renseignement depuis Edward Snowden – sur l’espionnage mondial et les relations de l’Afrique du Sud avec le reste du monde.

Qu’est-ce que nous apprennent les SpyCables sur la façon dont les agences de renseignement communiquent entre elles et quel effet aura la fuite sur les relations internationales?

Présentateur: David Foster

Invités:

Andre Roux, à Johannesburg – Ancien officier du renseignement sud-africain, désormais avec l’Institut d’études sur la sécurité.

Andrew Feinstein, sur le plateau – Ancien député sud-africain et auteur du Monde de l’ombre [The Shadow World], sur le commerce des armes et les organisations du renseignement.

Clayton Swisher, sur le plateau – chef de la Direction du journalisme d’investigation, Al Jazeera.

Source: http://www.aljazeera.com/programmes/2015/02/spy-cables-decoded-episode-2-150227141908212.html