WikiLeaks lance un message à l’administration Obama dans un tweet

Echo aux récentes affaires qui affectent la candidate démocrate Hillary Clinton (Podesta emails, DNC Leaks, etc), à la récente révélation « qui semble indiquer que Barack Obama savait que cette dernière utilisait un serveur privé », et à bien d’autres nombreuses implications qui planent au-dessus de ce scandale, en pleine campagne présidentielle aux Etats-Unis, WikiLeaks a rappelé que:

L’administration Obama n’aurait pas dû tenté d’abuser de ses instruments d’Etat pour stopper la critique de la candidate du parti au pouvoir. @wikileaks (Twitter)

Source du tweet: https://twitter.com/wikileaks/status/789582613132480514

Publicités

La révélation la plus importante de WikiLeaks ne concerne pas Hillary Clinton

Ce que les emails de John Podesta datés de 2008 révèlent sur la manière dont le pouvoir s’exerce au Parti démocrate.

New Republic, par David Dayen, le 14/10/2016

La révélation la plus importante dans le lot WikiLeaks des emails de John Podesta n’a rien à voir avec Hillary Clinton. Les messages font le retour inverse jusqu’en 2008, lorsque Podesta servait en tant que co-président de l’équipe de transition du président élu Barack Obama. Et un mois avant l’élection, le personnel clé pour cette future administration était presque entièrement en place, révélant que certaines des décisions les plus cruciales d’une administration peuvent se produire bien avant qu’un vote ait été exprimé.

Michael Froman, qui est maintenant le représentant au commerce des Etats-Unis, mais qui à l’époque était un dirigeant de Citigroup, a écrit un email à Podesta le 6 octobre 2008, avec pour objet « Les Listes ». Froman a utilisé une adresse email Citigroup. Il a joint trois documents: une liste des femmes pour des emplois administratifs supérieurs, une liste de candidats non-blancs, et une description générale des 31 postes au niveau du cabinet et qui les occuperait. « Les listes continueront de croître », écrit Froman à Podesta, « mais ce sont les noms à ce jour qui semblent venir tel que recommandés par diverses sources pour des emplois de haut niveau ».

La liste du cabinet a fini par répondre presque entièrement aux besoins. Celle-ci a correctement identifié Eric Holder pour le ministère de la Justice, Janet Napolitano à la Sécurité intérieure, Robert Gates à la Défense, Rahm Emanuel comme chef de cabinet, Peter Orszag pour le Bureau de la gestion et du budget, Arne Duncan pour l’éducation, Eric Shinseki aux Anciens combattants, Kathleen Sebelius pour la santé et les services humains, Melody Barnes pour le Conseil de la politique intérieure, et plus encore. Pour le Trésor, trois possibilités étaient sur la liste: Robert Rubin, Larry Summers et Timothy Geithner.

C’était le 6 octobre. L’élection n’était que le 4 novembre. Et pourtant Froman, un dirigeant de Citigroup, qui allait devenir le récipiendaire du plus grand plan de sauvetage du gouvernement fédéral pendant la crise financière, avait tracé pratiquement l’ensemble du cabinet Obama, un mois avant que les votes soient comptés. Et selon les emails Froman/Podesta, les listes flottaient dans les alentours, même bien avant.

Lire la suite: https://newrepublic.com/article/137798/important-wikileaks-revelation-isnt-hillary-clinton

Etats-Unis: Les dernières révélations de WikiLeaks relancent le cas pour un recours collectif concernant le DNC

Observer Politics, par Michael Sainato, 13/10/2016

Les dirigeants démocrates ont subverti la démocratie pour assurer que Clinton soit leur candidate

Peu de temps après les primaires démocrates, les avocats Jared Beck et Elizabeth Beck, diplômés de Harvard et de Yale Law School, ont déposé un recours collectif contre le Comité national démocrate [DNC] et disgracié l’ancienne présidente du DNC, Debbie Wasserman Schultz, pour les millions de supporters de Bernie Sanders qu’ils auraient réprimés et réduits au silence. Les dernières révélations de Wikileaks d’emails du président de campagne de Clinton, John Podesta, ont donné une preuve supplémentaire que la balance a été fortement penchée en faveur d’Hillary Clinton à la fois par le DNC et les médias traditionnels.

« Les derniers documents fournis par Wikileaks confirment et ajoutent beaucoup de détails à ce que les fuites antérieures ont révélé: que le DNC a travaillé activement à miner la campagne de Bernie Sanders faisant collusion avec la campagne d’Hillary Clinton en coulisses », a déclaré Jared Beck à l’Observer. « Ceci est une preuve supplémentaire à l’appui de notre procès, qui vise le DNC et Debbie Wasserman Schultz comme responsables en vertu de la loi pour leur incapacité à assurer un processus de nomination présidentielle équitable et neutre. »

Lire la suite: http://observer.com/2016/10/latest-wikileaks-releases-boost-case-for-dnc-class-action-lawsuit/

WikiLeaks et les Podesta emails

Les Podesta emails

POLITICO couvre la dernière publication WikiLeaks sur les emails du président de la campagne Clinton, John Podesta.

Politico, Live-blog

Épinglé par Eric Geller, 10/2016

220px-john_podestaWikiLeaks a publié lundi un deuxième lot présumé de courriels privés du président de la campagne d’Hillary Clinton, John Podesta.

Les nouveaux messages, qui couvrent une période allant de septembre 2007 à mars 2016, est apparu en ligne trois jours après la première tranche de messages, et au lendemain du deuxième débat présidentiel.

Ces emails ont été publiés peu de temps après que le gouvernement américain a accusé publiquement le gouvernement russe [d’être impliqué dans] les cyberattaques sur les organisations politiques américaines comme le Comité national démocrate [DNC].

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a promis la semaine dernière de poster du « matériel significatif » lié à l’élection américaine. Le site internet anti-secrets a déjà sorti un lot d’emails apparemment volés au cours du piratage de données au DNC. Les messages internes semblent montrer que le comité a favorisé à la Maison Blanche la candidature de Clinton sur celle de son rival, le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.), forçant la démission de la présidente Debbie Wasserman Schultz.

Lire la suite: http://www.politico.com/live-blog-updates/2016/10/john-podesta-hillary-clinton-emails-wikileaks-000011

Podesta emails: https://wikileaks.org/podesta-emails/?q=&mfrom=&mto=&title=&notitle=&date_from=&date_to=&nofrom=&noto=&count=50&sort=6

Archives WikiLeaks: https://wikileaks.org/-Leaks-.html

Donald Trump promet, s’il est élu, de nommer un procureur spécial pour Hillary Clinton dans l’affaire des emails

Vidéo intégrale du débat présidentiel – Donald Trump évoque l’éviction de Bernie Sanders et répond à Hillary Clinton sur ses emails: « Vous seriez en prison »

LA Times, Chris Megerian, 09/10/2016

Donald Trump a redoublé d’efforts jusqu’à son attaque contre Hillary Clinton et son utilisation d’un serveur de messagerie privée, au cours du débat de dimanche, promettant de nommer un procureur spécial chargé d’examiner la question s’il est élu.

Clinton a répondu en disant qu’elle était contente que Trump ne soit pas en charge du système judiciaire du pays.

« Car vous seriez en prison, » a répondu Trump.

Lire la suite: http://www.latimes.com/nation/politics/trailguide/la-na-second-presidential-debate-live-donald-trump-promises-to-appoint-1476062871-htmlstory.html

Lire aussi: Nigel Farrage félicite le « gorille à dos argenté » pour avoir dominé Hillary Clinton http://www.standard.co.uk/news/politics/nigel-farage-defends-silverback-donald-trump-for-dominating-hillary-clinton-a3364766.html

Hillary Clinton ratisse de l’argent dans les combustibles fossiles à un rythme alarmant

Desmog, Farron Cousins, 07/09/2016

220px-Secretary_Clinton_8x10_2400_1Dans les discours et conférences de presse, et parfois en politique, le Parti démocrate aux États-Unis a toujours revendiqué de la hauteur sur la question du changement climatique et la nécessité de faire sortir le pays du pétrole, du gaz et du charbon vers les énergies renouvelables. En conséquence, l’industrie des combustibles fossiles a fortement soutenu les politiciens républicains pendant des décennies.

Mais l’élection présidentielle américaine de 2016 a encore une fois prouvé son caractère unique sur chaque mesure. Un nouveau rapport publié par le Wall Street Journal montre que la candidate démocrate et ancienne secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, trouve beaucoup plus d’argent dans l’industrie des combustibles fossiles que son adversaire républicain, Donald Trump.

Le rapport montre que, courant juillet, Hillary Clinton a reçu près de trois fois plus d’argent de campagne auprès des employés des combustibles fossiles que Trump, à hauteur d’environ 525,000 $ comparativement à Trump $ 149,000. Son compte conjoint avec le Comité national démocrate a également reçu un montant supplémentaire de $ 650,000 des employés et cadres des combustibles fossiles.

Compte tenu de l’histoire de Clinton avec l’industrie des combustibles fossiles, ces contributions ne sont pas surprenantes. Au cours de son mandat en tant que secrétaire d’État, le personnel de Clinton a travaillé avec TransCanada pour obtenir l’approbation de l’oléoduc controversé Keystone XL.

Lire la suite: http://www.desmogblog.com/2016/09/07/hillary-clinton-raking-fossil-fuel-money-alarming-rate

Flashback: Quand les Clinton aimaient suffisamment la Russie pour leur vendre l’uranium américain

Clinton Cash, documentaire vidéo réalisé à partir du livre de Peter Schweizer

Breibart.com, John Hayward, 25/07/2016

La nouvelle paranoïa des démocrates au sujet de l’influence russe sur les affaires américaines n’était certainement nulle part lorsque Hillary Clinton a allègrement vendu une grosse part du stock d’uranium de l’Amérique, juste après qu’une banque russe a payé Bill Clinton 500 000 $ pour un discours.

L’histoire d’Uranium One fait partie des incidents décrits dans [le livre] Clinton Cash de Peter Schweizer. Un bref récapitulatif: Uranium One était à l’origine une société canadienne, rachetée par l’agence étatique de l’énergie atomique de Russie, Rosatom.

Les personnes influentes d’Uranium One étaient de très, très généreux donateurs de la Fondation Clinton, l’organisme de «charité» à travers lequel tant d’argent étranger a coulé [dans les poches de] Bill et Hillary Clinton. Le New York Times a rapporté en avril 2015 comment ces dons ont monté en flèche, alors que l’accord avec Rosatom pour sécuriser Uranium One et ses avoirs aux Etats-Unis a été porté à une conclusion positive, de même que l’une des journées les mieux payées de Bill Clinton:

Alors que les Russes ont assumé progressivement le contrôle d’Uranium One dans trois transactions distinctes de 2009 à 2013, les enregistrements canadiens montrent qu’un flux de trésorerie a fait son chemin vers la Fondation Clinton. Le président d’Uranium One a utilisé sa fondation familiale pour faire quatre dons totalisant 2,35 millions $. Ces contributions n’ont pas été divulguées publiquement par les Clinton, malgré un accord que Mme Clinton avait conclu avec la Maison Blanche d’Obama pour identifier publiquement tous les donateurs. D’autres personnes ayant des liens avec la société ont également fait des dons.

Et peu de temps après que les Russes ont annoncé leur intention d’acquérir une participation majoritaire dans Uranium One, M. Clinton a reçu 500 000 $ pour un discours à Moscou venant d’une banque russe d’investissement ayant des liens avec le Kremlin qui faisait la promotion du stock d’Uranium One.

[…] Que les dons aient joué un rôle dans l’approbation de l’accord d’uranium est un [élément] inconnu. Mais l’épisode souligne les défis éthiques particuliers présentés par la Fondation Clinton, dirigée par un ancien président qui comptait beaucoup sur l’argent étranger pour accumuler 250 millions $ d’actifs, de même que sa femme a aidé à orienter la politique étrangère américaine en tant que secrétaire d’Etat, en présidant les décisions avec le potentiel de faire profit aux donateurs de la fondation.

La banque russe en question, Renaissance Capital, était tellement satisfaite de la performance de Bill Clinton à ce Questions/Réponses à 500k $ que Vladimir Poutine, qui était premier ministre à l’époque, a personnellement appelé Clinton pour le remercier.

Selon Clinton Cash, les dons totaux des actionnaires d’Uranium One à la Fondation Clinton ont dépassé 145 millions $, dans la période où le Département d’Etat d’Hillary Clinton était en train d’approuver l’accord Rosatom, qui a donné à la Russie le contrôle sur environ 20% de l’uranium des Etats-Unis.

Les Clinton ont toujours insisté sur le fait qu’aucune de ces grandes contributions étrangères ou des honoraires à six chiffres n’ont jamais influencé les décisions politiques, mais maintenant, ils sont soudainement devenus très intéressés de l’influence russe dans la controverse des DNC Leaks.

Voilà un double standard impressionnant, que les médias suivent également, puisque les mêmes organismes d’informations qui inondent actuellement la zone [médiatique] avec des histoires de hackers russes étaient complètement indifférentes au fait de questionner Hillary Clinton sur le contrat Uranium One. Même les journaux qui ont rapporté l’histoire, comme le New York Times, ont prévu de ne jamais confronter Clinton à ce sujet, au cours de ses rares plaisantes disponibilités à la presse.

Lire la suite: http://www.breitbart.com/2016-presidential-race/2016/07/25/flashback-clintons-loved-russia-enough-sell-uranium/

Clinton Cash, livre de Peter Schweizer: https://www.amazon.com/Clinton-Cash-Foreign-Governments-Businesses/dp/0062369296/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1469472528&sr=8-1&keywords=clinton+cash

Uranium One [wikipedia]: https://en.wikipedia.org/wiki/Uranium_One

Les financements dérangeants de la Russie à la Fondation Clinton (Les Echos, 24/04/2015): http://www.lesechos.fr/24/04/2015/LesEchos/21926-028-ECH_les-financements-derangeants-de-la-russie-a-la-fondation-clinton.htm

Live Replay: L’interview de l’éditeur de WikiLeaks avec la journaliste d’investigation du New York Times

New York Times, 31/08/2016

Live Replay: https://www.facebook.com/nytimes?smid=tw-nytimesworld&smtyp=cur

assange_nytRejoignez-nous pour une conversation avec Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, et Jo Becker, une journaliste d’investigation auprès du New York Times. En Juillet, l’organisation a publié près de 20 000 emails du Comité National Démocrate suggérant que le Parti Démocrate avait conspiré avec la campagne d’Hillary Clinton pour miner son principal adversaire, Bernie Sanders.

La deuxième partie de notre interview est ici: https://www.facebook.com/nytimes/videos/10150889048719999/

Source: https://twitter.com/wikileaks/status/771013325484396545

Julian Assange suggère que Seth Rich a été assassiné pour avoir été impliqué dans la publication des emails d’Hillary Clinton et du DNC

Media Matters, 10 août 2016

Laura Ingraham [The Laura Ingraham Show] avance le complot que l’employé du Parti Démocrate [DNC] a été assassiné pour avoir divulgué les e-mails piratés

Ingraham: C’était un « média complaisant » qui a prétendu « que c’était la Russie qui a piraté le système de messagerie du DNC »

LAURA INGRAHAM (HOST): Donc, pour en revenir à Seth Rich. Julian Assange a suggéré dans une interview assise, rappelez-vous, Assange est fondamentalement en fuite. Il vit dans une ambassade, car il ne peut pas [sortir] – ils vont le jeter en prison s’il le fait – dans cette interview avec ce journaliste de la télévision néerlandaise, dans ce programme appelé Nieuwsuur. Il a suggéré que Seth Rich – au moins il n’a désabusé personne de la notion – que Seth Rich, qui a été assassiné le 8 juillet dans des circonstances très étranges, peut avoir été impliqué dans la divulgation de ces e-mails du Parti Démocrate [DNC] à WikiLeaks.

[AUDIO] http://mediamatters.org/video/2016/08/10/laura-ingraham-pushes-conspiracy-dnc-staffer-was-murdered-leaking-hacked-dnc-emails/212306

JULIAN ASSANGE: Les lanceurs d’alerte font face à des efforts importants pour nous transmettre du matériel, et souvent des risques très importants. Il y a un [jeune homme] de 27 ans qui travaille pour le DNC, qui a été abattu dans le dos, assassiné il y a deux semaines pour des raisons inconnues, alors qu’il marchait dans la rue à Washington. Alors —

EELCO BOSCH VAN ROSENTHAL: C’était juste un vol, je crois. N’est-ce pas?

ASSANGE: Non, il n’y a pas de conclusion.

VAN ROSENTHAL: Que suggérez-vous?

ASSANGE: Je suggère que nos sources prennent des risques. Et ils deviennent inquiets de voir que les choses se produisent de cette manière.

[FIN AUDIO]

INGRAHAM: Nous avons un membre du personnel du DNC assassiné. Nous avons des fuites d’emails du DNC. Et nous avons eu un effort concerté et je dirais tout comme l’effort que nous avons vu avec Susan Rice et le récit de Benghazi, qui était faux, pour vendre l’histoire à un média disposé et complaisant pour dire que c’était la Russie qui a piraté le système de messagerie du DNC. Que c’était la Russie peut-être même qui coordonnait Donald Trump, qui cherche à exploiter ce petit problème que le DNC a maintenant et qu’ils visaient Bernie Sanders en cherchant à exploiter des questions telles que son judaïsme et à l’utiliser contre lui.

Source: http://mediamatters.org/video/2016/08/10/laura-ingraham-pushes-conspiracy-dnc-staffer-was-murdered-leaking-hacked-dnc-emails/212306

Lire aussi: WikiLeaks offre une récompense pour des informations sur l’assassin de Seth Rich (Times of Israel)

WikiLeaks s’implique dans l’enquête sur la mort d’un salarié du parti démocrate à Washington (Le Monde)

Les donateurs ultra-riches de la campagne d’Hillary Clinton impliqués dans les Panama Papers: « Les Clinton les connaissent depuis des dizaines d’années »

bill_hillary_clinton

Inquisitr, Mohit Priyadarshi, 24/04/2016

Hillary Clinton a un nouveau problème qui fait obstacle à sa vue du bureau oval.

Quand on a demandé la première fois à Clinton de commenter les révélations des Panama Papers, la candidate démocrate à la présidentielle n’a pas tardé à dénoncer ceux qui sont nommés dans les documents divulgués, décrivant les révélations comme « des évasions et des paradis fiscaux scandaleux que les gens super-riches à travers le monde exploitent ».

« Nous poursuivons toutes ces escroqueries et nous nous assurons que tout le monde paie sa juste part, ici, en Amérique », avait déclaré Hillary Clinton. « Je vais leur demander des comptes, et nous allons faire un effort particulier pour suivre toutes ces ressources là où elles pourraient conduire ».

Mais selon un nouveau rapport de McClatchy, l’un des organes journalistiques ayant accès aux Panama Papers, de nombreux donateurs de la campagne d’Hillary Clinton et de proches collaborateurs ont utilisé le cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca pour leur comptabilité à l’étranger.

Cet article nomme certains de ces riches donateurs qui ont eu des relations étroites avec la famille Clinton sur la période des quatre dernières décennies.

Frank Giustra

Frank Giustra est un dirigeant d’entreprise minière canadien dont la société offshore a été nommée dans les Panama Papers et qui est actuellement l’un des membres du conseil d’administration de la Fondation Clinton. Il y a onze ans, Giustra est devenu un donateur important pour la Fondation Clinton, plus tard mettant en place le chapitre du Grand Nord Blanc de la fondation, selon RT.

En 2005, Bill Clinton, Frank Giustra, et le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, ont signé un contrat trouble qui, selon les mots du New York Times, « ont stupéfié l’industrie minière, en transformant une société coquille inconnue en l’un des plus importants producteurs d’uranium au monde dans une transaction en fin de compte valant des dizaines de millions de dollars à M. Giustra ».

Deux ans plus tard, Giustra a entamé le Clinton Giustra Enterprise Partnership (CGEP), et tous ses donateurs ont été gardés secrets malgré qu’Hillary Clinton et Barack Obama ont signé un « protocole d’accord » pour divulguer ses donateurs chaque année quand elle a été nommée secrétaire d’État.

La relation de Frank Giustra avec les Clinton a été, en outre, mise en évidence en 2010, lorsque Hillary Clinton, secrétaire d’Etat, a approuvé la fusion de la compagnie de Giustra avec Rosatom, l’organisme de réglementation de la Russie de son complexe nucléaire.

La famille Chagoury

La famille Chagoury, de proches collaborateurs des Clinton pour plus d’une décennie, a versé des millions de dollars dans les carrières politiques du couple. La famille est également soupçonnée d’avoir fait entre 1 million et 5 millions de dollars de dons à la Fondation Clinton. La société offshore de la famille est mentionnée dans les documents divulgués.

Développeur international basé au Nigeria, la famille Chagoury est connue pour être associée avec le dictateur Sani Abacha.

Gilbert Chagoury, que vous pouvez voir en photo avec Bill Clinton ci-dessous, a permis à Abacha de voler des milliards de dollars et de remplir ses propres poches dans le processus, selon Nuhu Ribadu, un agent nigérian du ministère qui a suivi de près les affaires de la famille Chagoury dans le passé.

Ng Lap Seng

Ng Lap Seng, un milliardaire chinois dont les deux sociétés ont été nommées dans les Panama Papers, a été un proche collaborateur des Clinton depuis les années 1990. Selon Philly.com, Lap Seng était au centre d’un scandale de collecte de fonds démocrates quand il a utilisé des méthodes illégales pour financer le Comité national démocrate pour que les Clinton l’utilisent pour leurs campagnes dans les années 1990.

En 2015, il a été arrêté pour avoir amené 4,5 millions $ aux Etats-Unis sur deux ans.

Marc Rich

Le regretté Marc Rich, qui a fait face à 65 accusations criminelles au cours de sa vie, est connu pour avoir fait don de plus d’un million de dollars à la bibliothèque présidentielle Clinton, au Parti Démocrate, et à la campagne sénatoriale d’Hillary. Après avoir fait sa fortune dans « la Libye de Mouammar Kadhafi, en Afrique du Sud à l’ère de l’apartheid, sous la Roumanie de Nicolae Ceausescu, le Cuba de Fidel Castro et le Chili d’Augusto Pinochet », selon Reuters, il a fui les Etats-Unis en 1983, mais a continué à avoir des liens étroits avec les Clinton pour la plus grande partie des trois dernières décennies.

Fait intéressant, Rich a été gracié le dernier jour de Bill Clinton à son bureau en 2001.

Sandy Weill

Peut-être le visage le plus reconnaissable dans la liste, Sandy Weill, le créateur de Citigroup et « l’homme derrière l’homme » qui a abrogé le Glass-Steagall [Act] en 1999, a ouvert la voie à la crise financière mondiale de 2008.

Il a contribué à faire signer l’acte à Bill Clinton. Selon la journaliste de WSJ, Monica Langley, Weill aurait déclaré à ses associés qu’il « vient de faire du président des États-Unis un initié » après avoir raccroché un appel avec Bill Clinton dans lequel il avait organisé une fusion entre Travelers Insurance et Citibank.

Sandy Weill continue d’être un proche collaborateur des Clinton.

Outre les personnes mentionnées dans cette liste, plusieurs sources confirment qu’Hillary Clinton et d’autres associés de Bill Clinton ont également été nommés dans les Panama Papers ou ont été connus pour avoir utilisé des sièges de cabinets d’avocats comme Mossack Fonseca pour créer des entités offshore. Selon McClatchy, Jean-Raymond Boulle, Gabrielle Fialkoff, Vinod Gupta, Sant Chatwal, et le législateur indien Amar Singh, qui « a été arrêté sous la loi de prévention de la corruption pour avoir corrompu trois membres du Parlement lors d’un vote crucial en 2008 », ont tous été de proches collaborateurs des Clinton pendant le dernier nombre d’années.

Bien qu’il soit difficile d’établir quoi que ce soit comme directement illégal sur les relations que ces magnats des affaires ont avec les Clinton en attendant une enquête plus approfondie, le grand nombre de connexions qu’Hillary et Bill Clinton ont avec ceux qui sont nommés dans les Panama Papers sera une cause de consternation au sein du camp Clinton. En outre, le fait que les Américains sont maintenant plus conscients que jamais du lien entre l’argent frauduleux et le pouvoir politique frauduleuse pourrait être un aspect extrêmement troublant pour Hillary Clinton, dont la campagne actuelle semble dépendre du financement de ces sources.

Bien qu’Hillary ait jusqu’à présent réussi à échapper à un examen public approfondi sur ses relations avec ces escrocs d’affaires, le financement de sa campagne présidentielle a été fait sur le dos de ces relations, et il serait impossible pour elle d’éviter un examen plus approfondi, même si elle parvenait à réussir son tir sur le bureau oval en janvier prochain.

Pour Hillary Clinton, la route à venir n’en deviendra que plus difficile.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.inquisitr.com/3020673/hillary-clinton-campaigns-ultra-rich-donors-implicated-in-panama-papers-the-clintons-have-known-them-for-decades-report/