Trois vidéos pour illustrer un esprit contestataire et la dénonciation de la guerre

Dans ce post, nous vous présentons un choix de vidéos sur le thème de la dénonciation de la guerre. Le point commun entre toutes ces vidéos, c’est que le montage a été réalisé en mêlant les images d’événements historiques marquants avec de la musique, des chansons dont les paroles traduisent le plus souvent une dénonciation de la guerre ou du système qui engendre les inégalités, les injustices, les conflits, dont sont victimes les sociétés humaines. Ces vidéos datent d’époques différentes, mais le message est toujours le même aujourd’hui: dénoncer la guerre dans ce qu’elle a de plus absurde, les victimes civiles, l’aveuglement des armées, les guerres pour le pétrole déguisées sous le nom de « guerre contre le terrorisme ». A chaque guerre, ce sont des générations entières qui meurent. Aujourd’hui, de telles vidéos pourraient-elles encore avoir un impact sur la conscience humaine, pour que les milliers de gens qui protestent, par exemple, contre Donald Trump dans plusieurs pays, se mettent plutôt à protester contre la guerre au Yémen, ou contre d’autres guerres dans le monde? Pourquoi si peu de mobilisations massives contre la guerre?

« Bullets » d’Archive (vidéo de Zunamkiagna)

"Bullets" du groupe ArchivePour commencer, notre vidéo préférée (qui a déjà fait l’objet d’un article sur ce blog). Il s’agit d’une vidéo réalisée avec des images de la guerre en Irak. Celle qui nous parle le plus, étant donné la proximité des événements. Il est difficile de ne pas avoir vu au moins une de ces images dans les médias occidentaux (qui montrent George Bush, l’armée américaine, la chute de Saddam Hussein, les prisonniers irakiens, etc). Les images parlent à tous et rappellent aussi les révélations WikiLeaks sur l’Irak, mais entrent d’autant plus en résonnance avec les paroles de la chanson qui a été choisie pour illustrer la vidéo. La chanson est celle du groupe Archive, un groupe britannique (de rock progressif), qui d’après Wikipedia, sort l’album « Controlling Crowds » dont est issue la chanson en mars 2009. Le titre lui-même pourrait sembler militant: « controlling crowds » ou « en contrôlant les foules », n’est-ce pas ainsi d’ailleurs que les foules sont menées inexorablement vers la guerre, parce que nous sommes d’une certaine manière tous contrôlés par le discours des hommes politiques, par le discours officiel des médias, etc? Les paroles de la chanson ont une raisonnance forte avec la vidéo, même si le groupe Archive n’en est pas à l’origine: comment ne pas penser dès les premières lignes à ce soldat américain parti faire la guerre en Irak et « qui a cette violence sous la peau » (« underneath my skin there is a violence »), mais qui de manière tout aussi absurde peut considérer la beauté d’un ciel qui explose au milieu des balles et des bombes (« bullets are the beauty of the blistering sky », dit le refrain). Soldat coupable des crimes qu’il commet, ou simplement ignorant parce qu’il a obéi aux ordres sans réfléchir, ou impuissant face à des événements internationaux qui le dépassent? Les paroles se confrontent aux images, comme si deux mondes s’affrontaient, mais l’un et l’autre tout aussi absurdes: l’absurdité de la guerre.

Lien de la vidéo: https://rutube.ru/video/9080c9c0512f8240c10ba69573cc28d8/

« The 4th Branch » d’Immortal Technique

Une autre vidéo qui nous a plu par son message pacifique et révolutionnaire est une vidéo du groupe Immortal Technique, classé dans la catégorie « Rap politique ». On retrouve un montage vidéo semblable à celui de la vidéo précédente, avec des images reprises des médias et des actualités, mêlées à d’autres images de protestations dans les rues, de bombes qui explosent dans le ciel, de parades militaires, symboles religieux, etc. La chanson utilisée dans cette vidéo vient d’un album sorti en novembre 2003, d’après Wikipédia, ce qui peut expliquer pourquoi ici les paroles de « The 4th branch » évoquent la guerre en Irak et Saddam Hussein: « Ils ont bombardé des innocents, tout en essayant d’assassiner Saddam; Lorsque vous lui avez donné ces armes chimiques pour aller en guerre contre l’Iran » (« They bombed innocent people, tryin’ to murder Saddam; When you gave him those chemical weapons to go to war with Iran »). Le texte fait aussi mention de « Guantanamo Bay », de « violations des droits de l’homme » et du « terrorisme ». On a donc une résonnance directe entre la vidéo qui montre des images de guerre et les paroles écrites pour dénoncer la guerre, ou en tout cas, semblant vouloir faire passer ce message contestataire. On retrouve aussi l’idée du contrôle de masse, l’idée que l’humanité suit aveuglément les actualités, la politique, sans se questionner. Depuis cette chanson datée de 2003, il y a eu sans doute un réveil politique avec des mouvements comme Anonymous, Occupy Wall Street, etc. Pour autant, gardons à l’esprit le message de la chanson: « C’est comme le MK-ULTRA, qui contrôle ton cerveau; Penser de façon suggestive, c’est ce qui fait changer la perspective de ta pensée » (« It’s like MK-ULTRA, controlling your brain; Suggestive thinking, causing your perspective to change ») et « Arrêtez de laisser les grands médias raconter des mensonges à vos enfants » (« stop letting corporate news tell lies to your children »). De telles vidéos contestataires s’adressent à notre conscience et à notre inconscient, par le pouvoir des mots et des images qui y sont exposés.

Lien de la vidéo: https://youtu.be/GSfk0wLs4EE

« Holiday in Cambodia » de Dead Kennedys

Pour finir, une troisième et dernière vidéo, « Holiday in Cambodia » de Dead Kennedys, un groupe de musique américain (classé « anarcho-punk »). Il nous sera plus difficile d’en parler, étant donné que la vidéo date d’une autre époque (mai 1980). Mais le message contestataire et anti-guerre est tout aussi évident, comme l’explique Wikipedia: « La chanson est une attaque contre l’étudiant américain stéréotypé, moralisateur et privilégié. Ses paroles offrent une vision satirique des jeunes américains aisés et intransigeants, un tel mode de vie contrastant avec la dictature génocidaire des Khmers Rouges, menée par Pol Pot (représenté sur l’étiquette du single original et mentionné dans les paroles), qui est responsable de la mort de quelque deux millions de personnes au Cambodge entre 1975 et 1979. »

Lien de la vidéo: https://youtu.be/KRwUlLahpiI

De telles vidéos sont nécessaires pour permettre une prise de conscience dans le monde: prendre conscience que la guerre ne mène qu’au chaos, que la majorité des victimes de la guerre sont des victimes civiles y compris des enfants, que ceux qui s’enrichissent dans ces guerres ne sont pas les mêmes que ceux qui combattent dans ces guerres, et que les soldats qui participent aux combats sont aussi le plus souvent victimes de ces guerres, car certains sont blessés, handicapés à vie, et parfois souffrent de troubles psychiques bien des années après être revenus dans leur pays, tandis que d’autres y ont laissé leur vie. Ce sont de beaux messages qui ont été adressés contre la guerre dans ces vidéos, même si les images sont parfois violentes. Un militant indigné m’a dit, un jour, que l’art nous détourne du combat politique, de la réalité, mais dans ce type de vidéos, l’art est aussi capable de rejoindre le combat politique en libérant nos esprits et en nous montrant la vérité.

Texte CC-BY-SA

 

 

« J’ai aimé les guides européens pour les réfugiés, alors j’ai fait un guide similaire pour dire comment l’Occident devrait se comporter au Moyen-Orient »

guide

Un usager Twitter répond à sa manière aux guides destinés aux réfugiés en Allemagne. (19/01/2016)

Le guide des bonnes manières pour les réfugiés allemands inspire des parodies sur Twitter (RT): https://francais.rt.com/international/14354-allemagne-guide-integration-twitter

Source: https://twitter.com/KarlreMarks/status/689439475894616064

#Terrorisme: Le cycle de la stupidité internationale

cycle of international stupidityLes extrémistes utilisent les armes fournies par les alliés pour attaquer des cibles occidentales > Les alliés réagissent à l’extrémisme en bombardant des cibles au Moyen-Orient > Les cibles au Moyen-Orient sont détruites et des civils meurent > Le comportement des alliés met en colère les gens dont la vie a été détruite > Certaines de ces personnes en colère sont radicalisées par des groupes extrémistes > Les fabricants situés chez les alliés fournissent des armes aux extrémistes > …

cercle de la stupidité internationale

Source: https://twitter.com/AnonyOps/status/669246049404493825

Gandhi au pays de l’Etat Islamique, ou comment enseigner la non-violence à des terroristes (fiction politique)

800px-Syrian_Desert_(5079168819)Gandhi reposait dans sa tombe depuis de nombreuses années… Le corps inerte de celui qui avait rêvé de la non-violence et d’une révolution pacifique dans le monde fut réveillé un jour par des cris inhumains et des prières qui venaient de tous les coins de la terre, des appels à l’aide qui demandaient que la paix revienne enfin et que l’on arrête les meurtres et les destructions. Cette chose qui empêcha Gandhi de profiter du repos éternel était appelée l’Etat Islamique. Au plus haut du ciel, montaient le bruit des bombes et la souffrance des êtres humains. Et si l’existence des anges pouvait être prouvée, alors ceux-ci étaient sans doute en train de lancer une alerte dans l’univers contre toute cette violence.

Effrayé et impuissant, Dieu convoqua Gandhi qui reposait dans sa tombe. Il lui dit: « Je te redonne la vie et je t’envoie sur terre pour aller enseigner la paix et la non-violence à l’Etat Islamique. Apprends-leur ce que tu sais. Si tu n’arrives pas à pacifier la terre, je détruirai l’humanité pour toujours, car depuis des milliers d’années j’ai essayé en vain d’améliorer l’espèce humaine, mais encore une fois, je constate mon échec millénaire. »

Gandhi prit peur. Pourquoi devrait-il aller là-bas? Tout avait changé sur terre. Le monde était bien plus cruel qu’à l’époque où il avait vécu.

Dieu lui répondit: « A quoi te sert de vivre dans l’éternité? à quoi te sert toute cette paix éternelle où tu reposes dans les nuages? tu as déjà atteint la sagesse ultime, tu as la connaissance de l’infini et la maîtrise de ce qui est juste, que veux-tu de plus? ne veux-tu pas partager avec eux la paix et l’éternité, leur ouvrir les portes du savoir, les guider vers la justice, maintenant que tu sais exactement ce que c’est? Ne veux-tu pas pacifier le monde avec tes paroles, comme tu l’as fait dans le passé? »

Gandhi comprit qu’il n’avait pas le choix face à tant d’arguments. Il fit battre ses ailes, soupira légèrement et se posa sur un nuage.

Dieu souffla sur lui. Il fit disparaître ses ailes. Il lui redonna une forme humaine. Il lui redonna un corps, il réactiva son cœur et réchauffa son sang, pour qu’il puisse redevenir comme les hommes qui vivent sur la terre. Il le fit descendre là où régnait une violence sans nom, sur ce territoire sans frontières où les armes et les bombes avaient remplacé les rires des enfants, les chants des femmes et les paroles des poètes.

Gandhi, dans un souffle divin, arriva sur terre, au milieu d’un désert syrien — sans ses livres et sans aucune idée de ce qu’il allait dire aux terroristes de l’Etat Islamique. Il se rappelait vaguement de ses discours qu’il avait prononcés il y a très longtemps, dans une autre vie, sur la non-violence. Mais il ne se souvenait plus très bien de ses discours. Peut-être que c’était mieux ainsi, car en les oubliant, cela le forçait à réinventer ses idées et à redevenir un créateur. Maintenant, comment parler à des terroristes? Qui étaient donc ces terroristes? La plupart d’entre eux furent des enfants et des êtres qui partageaient des rêves d’un monde meilleur, avant d’avoir sombré dans la folie du terrorisme. Gandhi considérait que le terrorisme était une forme de suicide, un suicide de la conscience, un renoncement à l’humanité. Et selon lui, il n’y avait que deux chemins dans la vie: celui de la violence et de la guerre qui ne mène qu’à la destruction, et celui de la paix et de la révolution pacifique qui mène à un monde meilleur. Et tandis que le chemin de la violence ne s’appuie que sur les armes et la guerre pour arriver à son but, celui de la paix avance par le dialogue, l’intelligence et la conviction des idées.

Dieu avait donné à Gandhi la capacité de comprendre parfaitement la langue arabe, pour qu’il puisse parler à tous les hommes et à tous les habitants de cette région du monde. Ainsi, Gandhi n’aurait aucun problème pour enseigner la non-violence aux terroristes de l’Etat Islamique. En même temps que son âme revenue à la vie, tous ses rêves de révolution pacifique étaient aussi revenus à la vie avec lui. Ce qui n’avait pas été possible dans le passé le serait peut-être aujourd’hui. Peut-être que le monde entier allait enfin renoncer à la violence et aux guerres, si seulement son enseignement était enfin écouté et apprécié à sa juste valeur. Et comme il était déjà mort une fois, il savait qu’il n’avait plus peur de la mort et de mourir pour ses idées.

Gandhi arriva aux portes de la ville de Raqqa. Un frisson lui parcourut les épaules. Il n’avait pourtant pas vu ces milliers d’images et de vidéos que les gens voyaient chaque jour sur Internet. Il était couvert d’un châle de couleur jaune. Il avait des lunettes et il scrutait l’horizon. Le soleil de Raqqa en Syrie lui rappelait le soleil qu’il avait vu en Inde.

Soudain, une voiture arriva pour le contrôler parce qu’il n’avait pas l’habit conventionnel. La police de l’Etat Islamique le remarqua tout de suite avec son habit indien jaune vif. Le jaune, c’était plutôt mal vu ici, surtout pour un homme. On aurait pu l’accuser d’homosexualité. Gandhi expliqua qu’il était musulman, qu’il venait de l’Inde et qu’il voulait servir la paix au nom de Dieu et qu’il venait enseigner la révolution pacifique dans le monde.

Avec ses belles paroles, Gandhi ajouta: « mais une révolution sans les armes — car on m’a confié une mission pour enseigner la paix et la non-violence à l’Etat Islamique. Je vous apprendrai comment régner avec le cœur, et non par les armes, à régner avec les idées, plutôt que par la guerre, et vous verrez qu’ainsi le monde musulman sera rassemblé dans la paix pour les années à venir, si vous faites les bons choix ». La brigade de police de l’Etat Islamique l’écoutait avec attention.

Gandhi saisit sa chance pour continuer son discours:

« Je veux vous enseigner la non-violence comme un moyen d’unifier le Moyen-Orient et de pacifier le monde musulman, car le monde musulman est déchiré depuis de trop nombreuses années; je veux vous enseigner la non-violence pour rassembler les foules et pour unir les chiites et les sunnites qui ne sont qu’un seul peuple, le peuple musulman, et je veux vous enseigner la paix comme le seul outil de la victoire, et la révolution pacifique comme le seul outil de votre volonté — et je vous enseignerai la victoire sans les armes, et je vous enseignerai la vraie justice: celle qui vient du cœur. Car la vraie justice règne sur l’intelligence des hommes, et elle n’a recours à aucune violence ni à aucun crime. Le jour où vous aurez renoncé à la violence et aux armes, vous aurez ramené la paix sur la terre et vous aurez rassemblé le monde musulman. Renoncez à la violence, et la paix reviendra sur terre en un seul jour et elle se lèvera comme un soleil sur votre pays, en réchauffant les âmes de ceux que vous avez perdus et de tous ceux que vous aimiez et qui sont morts dans les combats. La guerre, c’est le retour vers le passé. La guerre, c’est le temps disparu. La seule réalité, c’est la paix. Le seul présent, c’est celui d’un monde pacifié. »

La brigade de l’Etat Islamique l’embarqua dans la voiture et l’emmena auprès du Calife pour que Gandhi explique son charabia idéologique.

Gandhi fut très content d’avoir touché la sensibilité des terroristes et il se dit que c’était un bon début. Ça ne pouvait pas mieux commencer. Ses mots avaient touché le fond de leurs cœurs. Son discours avait changé quelque chose dans leurs regards.

Une fois devant le Calife, Gandhi dut expliquer à nouveau ses idées. Il répéta tout ce qu’il avait déjà dit auparavant, avec encore plus d’espoir et de conviction que le monde pouvait changer grâce à la non-violence. Oui, le monde pouvait changer en un seul jour. Il commença à enseigner dès le lendemain matin.

Il eut une chambre privée, avec un brigadier à l’entrée qui devait l’accompagner partout où il voulait aller et qui lui servait de guide dans la cité islamique.

Le lendemain matin, Gandhi arriva dans le bâtiment de l’université où était enseigné l’islam. On le surnomma « l’Arabe jaune », à cause de son vêtement au style particulier. Malgré les mesures sévères, il fut autorisé à porter son habit traditionnel.

Gandhi entra dans la salle de cours. Il dit aux hommes de l’Etat Islamique de sortir du bâtiment. « Nous allons étudier dehors, à la lumière du soleil: car le soleil, c’est le symbole de la vérité. Dieu est la lumière, et il est la vérité. Ainsi, toute vérité ne peut être enseignée qu’à la lumière du soleil, et non plus à l’intérieur de vos bâtiments. C’est ainsi que naîtra la vérité dans le monde. »

Et Gandhi leur dit encore, à ces hommes de l’Etat Islamique: « Tout comme Zarathoustra est, un jour, descendu parmi les hommes pour leur enseigner le surhumain, moi je descends parmi les terroristes pour vous enseigner la non-violence, c’est-à-dire que je vous enseigne à dépasser votre condition, en renonçant à tous vos instincts violents et primitifs, pour devenir des êtres supérieurs dont le seul but dans la vie sera de mener une révolution pacifique dans le monde entier. Libérez vos esprits, libérez-vous du terrorisme, libérez-vous de tout ce qui empêche vos âmes de voler vers la paix. »

« Ici, au milieu des sables du désert, là où vous avez exécuté des prisonniers et des innocents, rappelez-vous du message implacable de la vérité, de cette vérité qui règne au-dessus de vos têtes comme la lumière du soleil. »

« Personne n’est éternel sur cette terre. Le soleil brille, et la vie est notre destin. Mais au bout, chacun devra affronter la mort. Si les dictateurs ont tué vos familles, ne prenez pas exemple sur eux pour vous venger et donner la mort à votre tour. Montrez au monde que vous êtes plus intelligents que les dictateurs et que vous ne tuerez pas les populations. Ne commettez pas les mêmes erreurs que les dictateurs et les criminels de guerre: ne tuez pas, ne torturez pas, même quand il s’agit de vos ennemis.

Car le monde ne pourra être sauvé que le jour où les hommes auront renoncé à leurs instincts les plus meurtriers.

Le jour où même les terroristes les plus violents auront renoncé à tuer, alors nous vivrons dans un monde libre et pacifié. »

Gandhi parlait ainsi:

« Je suis venu vous enseigner le surhumain, l’homme qui renonce au terrorisme et à la violence. Et en chacun de vous, je vois déjà le questionnement: Qui suis-je face au terrorisme? Suis-je encore cet homme qui voulait tuer l’autre, mon voisin? Suis-je encore cet homme qui voulait se suicider et s’autodétruire, sans vouloir connaître les joies de la vie et l’avenir que Dieu m’avait réservé? Suis-je encore cet homme qui voulait disparaître de la terre et abandonner ma propre liberté? »

« Mais je vous le dis: Est-ce que le terroriste le plus dangereux de la terre ne peut pas devenir un homme pacifique voué entièrement à la paix? Pourquoi cette chose serait impossible? Pourquoi l’homme qui s’est trompé de chemin n’aurait pas le droit de revenir en arrière et de choisir le chemin de la paix? »

Et alors, les yeux de ceux qui écoutaient se levèrent. Les hommes de l’Etat Islamique commencèrent à se poser des questions. Des milliers d’entre eux étaient morts dans la souffrance, mais chacun d’eux voulait vivre, au contraire, dans un monde en paix. On leur avait enseigné la guerre. Mais pourquoi tout ce temps perdu, alors qu’on pouvait vivre en paix?

Gandhi arrivait au bout de son discours:

« Regardez tout ce que vous pouvez faire dans un monde en paix. Regardez combien vous serez plus appréciés par la population, si vous la traitez avec justice plutôt qu’en utilisant la violence et la mort contre les civils. Voyez comme ceux qui sont différents de vous peuvent aussi vous aimer, quand vous laissez vos armes sur le côté. « 

« Les peuples ont peur de vous, c’est pourquoi ils vous fuient. Or, ce n’est pas la peur que vous devez inspirer aux peuples, mais la confiance et la paix. »

« N’enfermez pas des prisonniers dans des cages pour les brûler, arrêtez de sacrifier et de torturer les peuples. Arrêtez de poser des bombes sur vos corps, car vous devez vivre et porter votre message vers le monde. Si vous renoncez à la vie, personne ne pourra défendre vos idées et vos rêves à votre place. »

« Quand vous deviendrez entièrement pacifiques, votre peuple vous suivra, et des milliers de peuples vous suivront dans le chemin de la non-violence. »

« Celui qui règne n’impose pas son pouvoir par les armes, la violence ou la mort. Celui qui règne n’a pour seule arme que sa parole qui prône la justice et la paix. Il n’y a de vérité que dans la non-violence. Et ceux qui choisissent la violence seront écartés de ce monde et ils périront dans les flammes de la guerre. Et ceux qui choisissent la paix vivront longtemps sur cette terre et ils construiront le monde de demain. Tel est l’enseignement que vous devez retenir aujourd’hui. »

Un leader sunnite: la politique conduit à des divisions sectaires en Irak #IraqatWar

#IraqatWar

Un chef religieux sunnite a déclaré que Bagdad doit faire confiance à sa communauté et les armer afin que le groupe Etat islamique puisse être vaincu en Irak

Muneer al-Obaidi_Baghdad_IrakMuneer Hashim al-Obaidi est un chef religieux et leader de la société sunnite dans la capitale irakienne de Bagdad (MEE)

Rori Donaghy, 21 avril 2015

[…] La guerre a souvent été dépeinte comme sectaire, en raison – partiellement – du fait que le gouvernement de Bagdad était soutenu par l’Iran chiite et l’EI a exploité les plaintes de la communauté sunnite.

Cependant, Muneer, un islamiste sunnite auto-déclaré, réfute cette version et dit que le conflit est motivé par des questions politiques et a peu à voir avec les différences religieuses.

« La guerre en Irak, c’est de la politique, la fracture sunnite et chiite sert juste à couvrir cela, » dit-il.

« L’Iran utilise les chiites d’Irak pour atteindre l’objectif politique d’augmenter son pouvoir dans la région. L’EI utilise le prétexte de protéger les sunnites pour atteindre ses objectifs politiques dans l’établissement du contrôle des terres en Irak et en Syrie « .

« L’Irak fait partie d’une guerre régionale – qui pourrait même être décrite comme une guerre mondiale. Nous pouvons voir l’Occident – je veux dire les Etats-Unis et l’Europe – lutter contre la Russie et la Chine. Les Russes et les Chinois soutiennent l’Iran, alors que les Américains et les Européens soutiennent l’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe « .

Bien qu’il souligne les facteurs politiques principaux du conflit, Muneer parle avec passion en disant combien il croit que les autorités dominantes chiites de Bagdad ont abusé les sunnites irakiens. Ceci, dit-il, a contribué à une désintégration complète de la confiance entre les deux communautés, permettant aux divisions sectaires de se développer alors que le pays devient de plus en plus fracturé.

Les crises actuelles qui consument l’Irak ont leurs racines dans la guerre menée par les Américains en 2003, selon Muneer, alors que beaucoup d’Irakiens sunnites n’ont pas pris part dans les gouvernements qui ont suivi l’éviction du défunt Saddam Hussein.

Lire la suite de l’article: http://www.middleeasteye.net/news/sunni-leader-says-political-conflict-driving-sectarian-divisions-iraq-1962297395

Fox News a diffusé la vidéo de l’exécution du pilote jordanien: le pour et le contre

Maaz Al-Kasasbeh, pilote jordanienPhoto: Maaz Al-Kasasbeh, pilote jordanien otage de l’Etat Islamique, quelques instants avant son exécution

Il y a eu beaucoup de réactions négatives, ces derniers jours, suite à la diffusion par Fox News de l’intégralité de la vidéo de l’exécution du pilote jordanien sur leur site internet. Fox News est la seule chaîne américaine à avoir diffusé la vidéo, il semble que même les médias européens n’aient pas eu le courage de la montrer. On y voit en séquence intégrale le pilote jordanien enfermé dans une cage, où son corps et ses habits recouverts d’un produit inflammable prennent feu en quelques secondes. Il n’y a rien de plus choquant, surtout pour un public occidental qui reste habitué dans les médias aux images neutres et à une certaine idée de la « guerre propre ».

Un expert en terrorisme, cité par le site Infowars, aurait même accusé Fox News de « travailler littéralement pour ISIS [Etat Islamique] » en diffusant cette vidéo de propagande terroriste montrant l’exécution du pilote jordanien:

La vidéo, qui montre l’exécution froidement brutale et cinématographique de Muadh al-Kasasbeh, n’a pas été relayée par un autre réseau, et les copies téléchargées sur YouTube et d’autres sites de partage de vidéos ont été presque instantanément supprimées.

Cependant, Fox News héberge la vidéo intégrale de 22 minutes sur son site web avec les mots ci-dessus: « avertissement, vidéo très graphique ».

« [Fox News] littéralement – travaille littéralement – pour le bras médiatique d’Al-Qaïda et d’Isis [Etat Islamique] », a déclaré Nance, directeur exécutif du Projet des Asymétriques du Terrorisme du think tank sur la Stratégie, les Tactique et l’Idéologie Radicale, au Guardian. (Infowars)

Notre blog n’est pas expert en terrorisme, mais au-delà de l’aspect choquant et totalement inhumain de cette vidéo de propagande, – que j’ai visionné personnellement pour pouvoir me faire une opinion dans le cadre de cet article -, j’ai essayé de comprendre pourquoi Fox News a diffusé cette vidéo au nom du droit à l’information (la vidéo est accessible en cliquant sur un lien dans l’article de Fox News). Car, en effet, les médias ne sont-ils pas là pour nous informer, y compris quand il faut nous montrer un extrait partiel ou intégral d’images choquantes, voire inhumaines — que ce soient des images de catastrophes naturelles, de guerres, d’inondations, de famines en Afrique, de désastres écologiques provoquant parfois des milliers de morts, ou de migrants qui meurent dans des bateaux en ayant cherché à rejoindre l’Europe?

Du point de vue du droit à l’information, Fox News a été dans son rôle de média en apportant l’information et en diffusant cette vidéo, car le public est juge et chacun est conscient qu’il s’agit bien d’une vidéo de propagande, mais cela n’enlève en rien le caractère véridique de la vidéo et le fait que cette vidéo constitue la preuve d’un crime. Libre à chacun de voir cette vidéo et de juger de la violence des crimes de l’Etat Islamique: cela fera peut-être réfléchir certains jeunes qui prévoyaient de partir en Syrie, et qui en voyant la cruauté de cette vidéo reviendront à la réalité et renonceront à partir faire le jihad dans un pays étranger.

D’autre part, diffuser des extraits ou l’intégralité d’une vidéo de l’Etat Islamique permet aussi de lutter contre les théories du complot. Comme on a pu le voir avec les attentats de Charlie Hebdo, dès que le public n’a pas de réponse ou que certaines images sont manquantes, nous avons tendance de manière générale à voir tout de suite le signe d’un complot de l’Etat ou des services secrets. Quand Fox News diffuse la vidéo de l’exécution du pilote jordanien, il me semble que cela permet de faire taire les rumeurs et de mettre un terme à toutes les théories du complot et d’amener une preuve concrète de l’information qui a été avancée. C’est vrai que les médias occidentaux ont tendance à « censurer » les vidéos et les images qui concernent les prises d’otages revendiqués par les extrémistes, mais cela n’est pas forcément plus rassurant pour le public.

S’il n’y avait pas eu ces images du pilote jordanien, certains auraient peut-être dit que le pilote est encore vivant, ou bien que l’histoire est un montage médiatique pour faire peur à la population occidentale. S’il n’y avait eu qu’une photo du pilote, certains auraient pu aussi dire que c’est un montage réalisé par le Pentagone, et que le gouvernement américain a voulu faire croire à l’exécution du pilote sans apporter de preuves, afin de justifier – par exemple – la continuation des bombardements de la coalition sur les jihadistes. Toutes sortes de théories du complot auraient pu apparaître, comme cela a été le cas avec le 11 septembre. De nombreuses raisons me font dire que l’attitude de Fox News a été utile pour faire taire ce genre de rumeurs qui émanent spontanément face à des actualités dramatiques. Cette vidéo qui montre le pilote jordanien avec un air inconscient et détaché apporte aussi la preuve que l’Etat Islamique pourrait utiliser des drogues sur ses otages ou ses jihadistes.

Enfin, nous vivons dans une société de l’image et de l’information. Le public doit être en mesure de juger par lui-même de la violence de ces images, s’il en fait le choix et à partir du moment où l’individu se pose des questions morales face à cette information. Une prise de conscience peut convaincre certaines personnes de militer de manière plus active contre la guerre, on peut même imaginer des musulmans qui deviendraient encore plus critiques face à l’Etat Islamique en voyant ces vidéos, ou des hommes politiques qui se mobiliseraient de manière plus active pour trouver une solution au conflit. Le gouvernement américain et la coalition internationale ne sont pas perdants dans cette affaire, car la vidéo de l’exécution ne fait que renforcer l’idée qu’il faut protéger les civils contre la brutalité de l’Etat Islamique.

Il n’y a pas de quoi s’insurger contre Fox News. Leur démarche est courageuse, même si la vidéo est très choquante. Mais après tout, il faut se rappeler que les civils (y compris les enfants) qui vivent sous la domination de l’Etat Islamique voient ces exécutions tous les jours, et en vrai (sans même avoir la distance médiatique que nous avons). Cela nous donne juste une infime idée de la violence que ces civils subissent au quotidien et des horreurs qu’ils voient depuis le début de la guerre en Syrie. Voir cette vidéo n’est rien en comparaison de l’horreur qu’ils vivent là-bas. Cette vidéo du pilote jordanien nous fait d’autant plus prendre conscience que la paix est une nécessité urgente en Syrie et que des milliers de personnes ont subi un sort tout aussi cruel dans cette guerre sans fin.

kimono

Vidéo: un journaliste ukrainien préfère aller en prison que de participer à la guerre contre ses compatriotes

Ruslan Kotsaba: « Je refuse la mobilisation »

Ruslan Kotsaba est un journaliste ukrainien de la chaîne publique de télévision KANAL 112. Il est originaire de l’Ukraine de l’ouest. Suite à l’annonce par le gouvernement de la n-ème vague de mobilisation il s’insurge et lance un appel aux ukrainiens. (youtube)

La propagande occidentale à travers les yeux de la Corée du Nord – Interview avec Slavko Martinov sur Russia Today

Interview de Slavko Martinov

Abby Martin parle au cinéaste Slavko Martinov, auteur du film «Propagande», un documentaire réalisé à partir de la perspective de la Corée du Nord, qui sert de critique contre la structure hyper-capitaliste, la manipulation politique, et le consumérisme qui caractérise le monde occidental. (youtube)

Voir le documentaire « Propaganda »:

Le réalisateur néo-zélandais Slavko Martinov fournit un réquisitoire accablant de la culture occidentale, du consumérisme, et du militarisme. Afin d’attirer l’attention du monde entier, il a d’abord été présenté comme la fuite d’un film nord-coréen de propagande. Après que certains de ses associés ont eu des ennuis avec la loi, il est sorti blanchi. (youtube)

Mettre fin à toutes les guerres: une idée dont le temps est venu – pour nos enfants et toutes les générations futures

Worldbeyondwar.org

Par David Swanson et David Hartsough, avec la participation de George Lakey, Jan Passion, Mike Ferner, Colleen Kelly, Ruth Benn, Leah Bolger, Nathan Schneider, Hakim, Paul Chappell, Colin Archer, Kathy Kelly, et d’autres. (dont aucun n’est à blâmer pour les lacunes de ce projet). De nombreux groupes et individus discutent d’un nouveau projet; si vous avez des idées, faites-le nous savoir.

Si des souffrances inutiles sur une échelle énorme sont à éviter, nous devons abolir la guerre. Quelque 180 millions de personnes sont mortes dans les guerres du 20e siècle et, bien que nous n’avons pas encore répété de guerre à l’échelle de la Seconde Guerre mondiale, les guerres ne vont pas disparaître. Leur destruction énorme continue, mesurée en termes de décès, blessures, traumatismes, des millions de personnes ayant dû fuir leurs maisons, le coût financier, la destruction de l’environnement, les pertes économiques, et l’érosion des droits civils et politiques.

Si l’humanité veut survivre, il faut abolir la guerre. Toute guerre apporte avec elle à la fois une destruction massive et le risque d’une escalade incontrôlée. Nous sommes confrontés à un monde de plus grande prolifération des armes, de pénurie de ressources, de pressions environnementales, et à la plus grande population humaine que la terre ait jamais vu. Dans un monde si turbulent, nous devons abolir la violence organisée par les gouvernements connue en tant que guerre, parce que sa poursuite risque de maner à notre extinction.

Si nous abolissons la guerre, l’humanité ne fera pas que survivre et mieux répondre à la crise climatique et à d’autres dangers, mais elle trouvera beaucoup plus facile de prospérer. La réaffectation des ressources loin de la guerre promet un monde dont les avantages sont au-delà de la simple imagination. Quelque 2 000 milliards de dollars par an, venant environ de la moitié des États-Unis et de la moitié du reste du monde, sont consacrés à la guerre et à la préparation de la guerre. Ces fonds pourraient transformer les efforts mondiaux pour créer des systèmes durables pour l’énergie, l’agriculture, l’économie, la santé, et l’éducation. La redirection du financement de la guerre pourrait sauver de nombreuses fois les vies qui sont prises par les dépenses de la guerre.

Lire la suite: http://www.worldbeyondwar.org/ending-war/

Les marionnettes d’Al-Qaeda au service des intérêts de l’Occident

(Cet article reflète un point de vue personnel et n’engage pas le point de vue des autres personnes ayant collaboré à ce blog.)

On a parlé pendant tant d’années d’Al-Qaeda et désormais depuis quelques mois de l’Etat Islamique.

Je pense que c’est une très bonne chose si les musulmans se lèvent contre le terrorisme dans leur pays et qu’ils protestent contre l’Etat islamique (avec la vidéo #notinmyname), mais je ne comprends pas pourquoi ils ne se sont pas mobilisés plus tôt contre les attentats commis par Al-Qaeda dans le monde, car cette situation dure depuis des années.

Je ne considère pas comme certains qu’Al-Qaeda est plus modéré que l’Etat Islamique: pour moi, les deux sont des organisations criminelles qui tuent des civils, y compris des musulmans, et n’ont aucun respect pour la religion, ni pour la vie.

Essayez juste de vous imaginer le mal qu’Al-Qaeda a fait à tous les musulmans à travers le monde, en organisant des attentats terroristes: à cause de tous ces attentats, ils ont contribué à la politique destructrice de l’Occident au Moyen-Orient et ils ont directement donné un argument à l’Occident pour aller bombarder leurs pays dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.

Les pays occidentaux trouvaient un intérêt dans ces attentats, car cela leur permettait de continuer la guerre et de justifier leur présence au Moyen-Orient, tout en écoulant des stocks d’armes.

Al-Qaeda a bien plus servi les intérêts de l’Occident que les intérêts des musulmans dans le monde.

Avec tous ces attentats, ils ont contribué à justifier les attaques américaines de drones au Moyen-Orient contre des civils, ils ont conduit à la mort des milliers de personnes et détruit des milliers de vie. Tout cela n’a bien sûr aucun rapport avec l’Islam ni avec aucune religion dans le monde.

Essayez de vous imaginer: et si Al-Qaeda avait dès le début choisi des méthodes pacifiques et non-violentes (comme Gandhi) pour revendiquer plus de droits pour les musulmans. Aujourd’hui, le Moyen-Orient aurait certainement été dans une meilleure situation en ce qui concerne les droits de l’homme, l’économie, la politique, les droits des femmes, etc. Nous n’en serions jamais arrivés à une situation où des gouvernements doivent bombarder des groupes aussi extrémistes que l’Etat Islamique.

La violence et les attentats terroristes n’ont jamais servi à rien dans le monde, car ils ne mènent qu’à la destruction et à la régression de toutes les libertés acquises.

Si Al-Qaeda n’avait pas commis tous ces attentats, le Moyen-Orient aujourd’hui aurait été une région riche et peut-être exemplaire en matière de droits de l’homme, peut-être que le niveau de vie y aurait été comparable ou supérieur aux pays occidentaux.

Tout l’argent que les terroristes dépensent pour les armes et les bombes est une perte inutile: cet argent devrait être consacré à nourrir les familles et à aider les musulmans, au lieu de les tuer. Les groupes terroristes font seulement la richesse des marchands d’armes et des gouvernements qui les soutiennent.

En même temps, le terrorisme fait régresser les droits en Occident, car au nom du terrorisme, nos gouvernements occidentaux imposent plus de surveillance Internet et font passer des lois liberticides, et parallèlement ils vendent aussi des logiciels de surveillance dans les pays musulmans, et les musulmans sont ainsi également victimes des effets du terrorisme, quand ils sont espionnés et fichés pour leurs convictions religieuses.

Des groupes terroristes comme Al-Qaeda ou l’Etat Islamique doivent renoncer au terrorisme, car ce qu’ils font ne fera jamais progresser le monde et ils servent uniquement les intérêts de l’Occident en installant un climat de guerre perpétuelle au Moyen-Orient.

kimono