Les groupes de défense des droits au Royaume-Uni rejettent l’enquête officielle sur les transferts de prisonniers post-11 septembre

Vue de Guantanamo

L’enquête menée par le gouvernement sur une supposée implication britannique dans la restitution et la torture sera un simulacre, disent les groupes de défense des droits

Mark Townsend, 8 novembre 2014

Les principaux groupes de défense des droits du Royaume-Uni sont sur le point de boycotter l’enquête officielle sur la participation du Royaume-Uni dans la torture et la restitution [des prisonniers] dans les années après le 11 septembre, portant gravement atteinte à l’enquête controversée.

Neuf organisations ont annoncé qu’elles ne veulent rien à voir avec l’enquête parlementaire du comité du renseignement et de la sécurité (ISC) [Intelligence and Security Committee] dans le rôle présumé du Royaume-Uni dans le mauvais traitement des détenus.

Une lettre rédigée avec conviction à l’équipe du comité d’enquête sur les allégations des détenus affirme que, malgré une hausse des préoccupations avec le gouvernement il y a plus de six mois pour savoir si sa décision d’autoriser l’ISC [Intelligence and Security Committee] à mener l’enquête était « légale ou appropriée », leurs préoccupations face à une dissimulation des institutions sont restées sans réponse.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/world/2014/nov/08/british-torture-inquiry-boycotted-rights-groups?CMP=twt_gu

Publicités

[VIDEO] 11 septembre 2013: grande marche d’un million de musulmans à Washington DC

L’AMPAC (American Political Action Committee, le comité américain d’action politique), prévoit d’organiser un évènement qui se veut historique le 11 septembre 2013 : un million de musulmans devraient défiler ce jour dans Washington DC afin d’exiger que leurs droits civils soient protégés par le gouvernement.

marche-musulmane-350x202

Ce comité demande que le président Obama tienne sa promesse lors de sa première campagne d’un gouvernement transparent.

Aussi, il réclame que le rapport de la commission sur le 11 septembre 2001 soit rendu public.

Depuis cette date, le peuple américain a été chamboulé. Selon le leader de l’opération « Million Muslim March », Isa Hodge, les musulmans tout comme les non musulmans ont souffert de cet évènement.

Cependant, les musulmans américains en subissent encore les conséquences par de trop nombreuses discriminations à leur égard. Ces derniers sont victimes de diffamation dans les médias contre eux en tant que musulmans et contre l’Islam en lui-même.

En dépit de ces attaques, le comité américain d’action politique (AMPAC) déplore l’inaction du gouvernement qui reste les bras croisés, voire aggrave la situation en raison d’une guerre constante contre le terrorisme islamique, de diverses audiences du Congrès sur l’islam et de la signature de la Loi d’Autorisation de la Défense Nationale, National Defense Authorization Act (NDAA), permettant  « la détention militaire illimitée contre qui que ce soit, où que ce soit dans le monde, et pour quelque raison que ce soit. »

Ainsi, par cette dernière modification, le président élargit le principe de détention arbitraire et extrajudiciaire au territoire américain sous l’accusation de « menace à la sécurité d’Etat ».

Rejoignez les 9.000 amis d ’ Islam&Info sur Facebook !

Isa Hodge interpelle les musulmans américains en leur adjurant de cesser d’être défensifs et de devenir pro-actifs en utilisant les moyens qui sont à leur disposition comme la possibilité de se réunir et de faire entendre leur voix devant l’Amérique et le monde tout entier.

Le mot d’ordre actuel semble résider dans l’union.

Le devenir de la communauté musulmane des pays occidentaux est entre nos mains. Il en va de même en France où nous ne pouvons rester attentistes face aux attaques incessantes contre notre religion et la Oumma.

2013 est l’année du printemps des mosquées.

Source: http://www.islametinfo.fr/2013/03/29/video-11-septembre-2013-grande-marche-dun-million-de-musulmans-a-washington-dc/

France: Jean-Jacques Candelier appelle le président Obama à fermer Guantanamo

Pétition pour les prisonniers de Guantanamo

Alors que la grève de la faim continue dans la prison de Guantanamo et que le désespoir grandit chez les détenus, le député français Jean-Jacques Candelier a posté sur Facebook, vendredi 3 mai, un appel destiné au président Obama:

« J’écris à l’ambassade des États-Unis d’Amérique pour la fermeture immédiate de la prison de Guantanamo, où un nombre croissant de détenus est en grève de la faim.

Cette prison, zone de non-droit sur le sol cubain, où 166 détenus sont toujours enfermés, est indigne des valeurs auxquelles se réfèrent les États-Unis.

Guantanamo n’est pas nécessaire pour la sécurité des États-Unis. Cette prison entrave la coopération antiterroriste et constitue un outil de recrutement pour les extrémistes, selon les mots du Président OBAMA.

Pourquoi le Président se retranche derrière le Congrès alors même qu’il a, selon des juristes, la prérogative de passer outre ? »

Voir le tweet de @jjcandelier

France24: L’appel d’un député français à Obama sur Facebook : « Fermez Guantanamo !

Pétition sur Change.org: Président Obama: Fermez le centre de détention de Guantanamo Bay

Le cofondateur de Pirate Bay face à de nouvelles, et quelque peu vagues, allégations de fraudes

Comme si sa nouvelle vie dans une prison suédoise – prétendument à cause du piratage de données fiscales de la compagnie suédoise Logica – ne suffisait pas, le cofondateur de The Pirate Bay, Gottfrid Svartholm Warg (alias “Anakata” pour ses amis pirates), fait face maintenant à des suspicions additionnelles de fraude aggravée et de tentative infructueuse de fraude aggravée. Bien qu’il ne s’agisse pour le moment que de « suspicions », et non d’ « accusations », cela est suffisant aux gens officiels pour détenir une personne de manière indéfinie, car c’est ainsi que cela se passe en Suède.

Sous la loi suédoise, les suspects peuvent être détenus pour des suspicions de crimes sans être a priori sous le coup d’accusations, aussi longtemps que le juge réexamine le dossier, toutes les deux semaines. Le juge décide alors si le suspect peut repartir libre ou non, mais prenant en compte le fait que Warg est en prison depuis septembre de cette année pour des accusations antérieures, il peut probablement s’attendre à être déçu de la décision du juge toutes les deux semaines.

La bonne nouvelle pour Warg est que sa détention actuelle ne peut excéder celle de sa sentence première de 10 mois, et que son incarcération en cours compte comme un temps qui sert celui de la sentence. La mauvaise nouvelle est que les prisons, même en Suède, sont renommées pour être des lieux pénibles où passer n’importe quelle période réelle de temps.

Traduit depuis l’anglais: http://www.geekosystem.com/pirate-bay-fraud/

Pour en savoir plus sur le début de l’affaire Anakata:

http://www.the-drone.com/magazine/le-co-gourou-de-the-pirate-bay-arr%C3%AAt%C3%A9-au-cambodge/

http://www.01net.com/editorial/572845/l-etrange-extradition-du-cofondateur-de-the-pirate-bay/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités