Les services de renseignement collectent les données d’Orange/France Télécom

Par Anthony Torres, 7 avril 2014

Des documents révélés par Edward Snowden et étudiés par le quotidien Le Monde soulignent le rôle de l’opérateur France Télécom/Orange dans la collecte de données pour le compte des services de renseignement français durant des décennies. La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) puisait librement, et de toute apparence de manière totalement illégale, dans les données des clients d’Orange.

Le Monde s’appuyait sur des documents des services secrets techniques britanniques GCHQ extraits des archives de la National Security Agency (NSA) par Snowden. Ils démontrent, selon le quotidien, que la coopération entre la DGSE et l’opérateur «est portée par des personnes habilitées secret-défense, au sein de l’entreprise, et pérennisée, depuis au moins trente ans, par des ingénieurs, qui font la navette entre les deux institutions».

Lire la suite: https://www.wsws.org/fr/articles/2014/avr2014/oran-a07.shtml

Publicités

Affaire Prism: les représentants de la DGSE et de la DCRI ont refusé de participer aux audiences du Parlement Européen

20130917PHT20118_original_Libe_InquiryUn récent document révèle que les représentants des services secrets français, la DGSE et la DCRI, « ont refusé d’être auditionnés par la #EPInquiry du Parlement européen », comme le souligne sur son compte Twitter, Félix Tréguer, un membre fondateur de l’association La Quadrature du Net.

Aux pages 51-52 de ce document, on peut en effet lire la liste entière des personnalités ayant refusé de participer à l’audition de la Commission LIBE, ou n’ayant tout simplement pas répondu à l’appel du Parlement Européen.

ANNEXE III: LISTE DES EXPERTS qui ont refusé de participer aux audiences publiques de l’enquête de la LIBE.

1. Les experts qui ont refusé l’invitation du président de la LIBE

États-Unis
M. Keith Alexander, général de l’armée américaine, directeur de la NSA[1]
[1]:Le Rapporteur a rencontré M. Alexander avec le Président [Elmar] Brok et la sénatrice Feinstein à Washington, le 29 octobre 2013.
•M. Robert S. Litt, avocat général, Bureau du Directeur du renseignement national[2]
[2]:La délégation de la commission LIBE a rencontré M. Litt à Washington, le 29 octobre 2013.
•M. Robert A. Wood, Chargé d’affaires, Représentant des États-Unis auprès de l’Union Européenne

Royaume-Uni
Sir Iain Lobban, directeur du Siège des Communications du Gouvernement [GCHQ] du Royaume-Uni

France
M. Bajolet, Directeur Général de la Sécurité Extérieure [DGSE], France
M. Calvar, Directeur Central de la Sécurité Intérieure [DCRI], France

Pays-Bas
M. Ronald Plasterk, ministre de l’Intérieur et des Relations du Royaume, Pays-Bas
M. Ivo Opstelten, ministre de la Sécurité et de la Justice, Pays-Bas

Pologne
M. Dariusz Łuczak, directeur de l’Agence de sécurité intérieure de la Pologne
M. Maciej Hunia, directeur de l’Agence du Renseignement étranger de la Pologne

Sociétés privées IT
•Tekedra N. Mawakana, Directeur Global de la Politique Publique et Conseiller Général Adjoint, Yahoo
•Dr Saskia Horsch, cadre supérieur des politiques publiques, Amazon

Les entreprises de télécommunication de l’UE
•Mme Doutriaux, Orange
•M. Larry Stone, Président du Groupe Affaires du Public et du Gouvernement de British Telecom, Royaume-Uni
•Telekom, Allemagne
•Vodafone

2. Les experts qui n’ont pas répondu à l’invitation du président de la commission LIBE

Allemagne
M. Gerhard Schindler, responsable du renseignement extérieur [BND]

Pays-Bas
Mme Berndsen-Jansen, Présidente de la Commission de la Chambre fixe pour les Affaires Intérieures, Deuxième Chambre des Etats généraux
M. Rob Bertholee, Directeur du Service général de renseignement et de sécurité (AIVD)

Suède
M. Ingvar Åkesson, Institut national de défense radio (Försvarets Radioanstalt, FRA)

Source: https://twitter.com/FelixTreguer/status/421186693736054784

PDF: http://statewatch.org/news/2014/jan/ep-draft-nsa-surveillance-report.pdf

Les vraies raisons pour lesquelles le gouvernement français a voté la Loi de Programmation Militaire

logo LPMAvec le vote de la LPM [Loi de Programmation Militaire] à l’Assemblée Nationale, le 3 décembre, et au Sénat, le 10 décembre, beaucoup s’inquiètent de l’avenir des libertés et de l’étendue de la cyber-surveillance en France. Des associations de défense des droits de l’homme, de liberté de la presse, et d’autres représentant les libertés numériques, ont envoyé récemment une lettre pour saisir le Conseil Constitutionnel, comme le publie la Quadrature du Net. La Loi de Programmation Militaire inquiète de manière réelle en France, autant que les révélations d’Edward Snowden ont pu inquiéter le monde.

Avec le scandale Prism, la France aurait dû montrer l’exemple démocratique et initier un débat sur l’espionnage, car la vie privée n’est-elle pas « un sujet de société qui justifie un débat général, et non spécifique, encore plus impérieux à l’heure de notre entrée dans ce nouveau monde du numérique »? (Source: Les Echos) La France aurait aussi pu proposer de rendre les services secrets plus transparents et d’expliquer son partenariat problématique avec la NSA, et sa participation supposée à la Five Eyes Alliance, ces cinq pays occidentaux qui auraient mis en commun leurs capacités de surveillance au niveau mondial – ce qui semble, somme toute, assez inquiétant. Au lieu de cela, rien du tout: le silence commun du gouvernement français et des services secrets.

Mais alors que François Hollande semblait s’offusquer de la surveillance pratiquée par les Etats-Unis, le Sénat a confirmé, dans notre pays, la Loi de Programmation Militaire — une loi au nom peu amical qui va exactement dans le sens de ce que fait la NSA, c’est-à-dire d’étendre la collecte des données numériques en temps réel, sans autorisation judiciaire et sans véritable contrôle sur les services secrets. Le Sénat a d’ailleurs ignoré, en France, les appels des associations qui avertissent sur les possibles atteintes aux libertés individuelles dans le cadre de cette loi et qui évoquent « la possibilité pour l’Etat de capter aussi bien les données de connexion (horadatage, adresse IP) que les documents « traités ou conservés », c’est à dire du contenu privé (photo, courriels) en bonne et due forme », et encore plus inquiétant, « leur captation directe et en temps réel, sur les réseaux des opérateurs, par les services de renseignement ». (Source: 01net.com)

C’est donc dans cette direction que va la démocratie française, en plein scandale Prism, sans qu’il y ait même eu un grand débat public sur la surveillance et sans même que notre président ait pris la peine d’éclaircir le rôle des services secrets français vis-à-vis de la NSA américaine – alors que la DGSE aurait bien transmis des données aux services de renseignement américains, selon le journal Le Monde -, et sans même que les citoyens français aient pu donner leur avis sur ce genre de pratiques d’espionnage illégal et sur le renforcement des lois de la surveillance?… Où va-t-on?

La vraie raison de cette Loi de Programmation Militaire, c’est sans doute que le gouvernement français veut légaliser certaines pratiques d’espionnage qui sont peut-être déjà utilisées par les services secrets — et la précipitation dans laquelle a été votée cette loi semble plutôt indiquer que des pratiques illégales sont en cours ou existent déjà dans notre pays, renforçant ainsi les affirmations de la presse, mais s’ils se précipitent de légaliser ces pratiques et de les autoriser par une loi peu objective, c’est évidemment pour éviter qu’un lanceur d’alerte à la Snowden le révèle au grand public, un jour ou l’autre. L’Etat français manifeste-t-il ainsi sa peur de futures révélations sur ses propres services d’espionnage? Des révélations plus graves pourraient-elles aller plus loin que ce qu’a publié Le Monde en dévoilant la France comme « un précieux partenaire de l’espionnage de la NSA »? On aurait tendance à le penser, avec le vote précipité de la LPM qui dévoile une certaine peur du gouvernement français.

Car, que ferait l’Etat français, si un autre Snowden décide, en effet, de publier les documents de la prétendue Five Eyes Alliance, témoignant de collectes illégales faites par les services de renseignement français dans le cadre, par exemple, d’une collaboration secrète avec la NSA, comme cela a été révélé pour la Suède? Si ces choses existaient, cela ferait beaucoup de bruit et le gouvernement français aurait du mal à expliquer et à justifier une collaboration secrète avec la NSA, dans un contexte actuel marqué par une crise de confiance des français envers leur propre gouvernement et dans un contexte politique difficile sur beaucoup d’autres sujets.

Mais pourquoi l’Etat français voudrait-il cacher et censurer des choses, me direz-vous? Pourquoi la DGSE refuse-t-elle de communiquer à ce sujet? Pourquoi vouloir faire passer cette loi peu objective et liberticide? Tous ces signes d’un refus de communication sont très inquiétants. Ce n’est pas normal que l’Etat et les services secrets refusent de communiquer à ce sujet, alors que l’on vit en démocratie. Les problèmes de sécurité et de terrorisme ne sont pas une raison suffisante pour faire passer ce genre de lois: il est tout à fait possible de rendre le pays plus sûr, en construisant un internet libre qui protège nos données personnelles, ou de laisser les citoyens accéder même partiellement aux informations qui sont stockées sur eux par les services de renseignement, une idée parfois proposée pour éviter toutes sortes d’abus.

Et surtout, ce genre de loi ne peut passer sans l’avis et la connaissance exacte de ce que sont le contenu et les implications de la loi de programmation militaire — si la loi est votée sans le consentement de la population française, soulevant les inquiétudes de journalistes, d’associations et de divers membres de la société, et sans véritable consensus autour de son contenu, cela peut s’assimiler à ce que font les régimes autoritaires de certains pays, quand ils imposent des décisions à l’encontre des intérêts de leur population. Mais, bien sûr, en France, ceci ne serait pas digne de notre gouvernement. Il faut espérer que tous les citoyens continuent à se mobiliser pour défendre leurs droits et leurs libertés.

Avec le scandale Prism, quel avenir pour la NSA?

Recyclage NSA-CIA-PRISMAvec le flot des révélations sur Prism qui a envahi les journaux du monde entier, on peut se demander comment la NSA pourra continuer son travail d’espionnage, alors que tous les pays sont en train de se retourner contre le gouvernement américain. Est-ce que la NSA va devoir cesser ses activités face aux pressions internationales? Est-ce que les Etats vont renoncer définitivement aux services secrets et licencier massivement tous leurs agents, afin de respecter la vie privée de tout le monde? Est-ce que les Etats feront de vrais efforts pour la transparence dans les années qui viennent?

Les prochaines années vont certainement rester très turbulentes sur ce thème de l’espionnage gouvernemental. Ce n’est pas seulement la NSA qui est en cause, mais le système d’espionnage en lui-même, tel qu’il est pratiqué par tous les pays. Ce qui nous apparaît, à nos petits yeux de citoyens, c’est que tous les services secrets du monde entier pratiquent ces méthodes injustes qui portent atteinte à la vie privée des gens. La NSA n’est pas seule à engendrer ces programmes, tous les gouvernements font pareil et n’hésitent pas à parler d’une voix commune quand il s’agit de réprimer les dissidents.

Alors, pourquoi accuser la NSA, plus que la DGSE française, le KGB russe, ou tout autre service secret de n’importe quel Etat, que ce soit une démocratie ou une dictature? (car vous avez bien compris qu’ils veulent tous garder le pouvoir, qu’ils soient des présidents élus ou des dictateurs) Est-ce qu’après les révélations sur la NSA, vous n’avez pas simplement envie de dire: « Ils sont tous pareils, ces services secrets qui nous espionnent. Ils sont tous aussi corrompus les uns que les autres. »

Les services secrets apparaissent de plus en plus, dans leur essence même, comme des systèmes injustes qui portent atteinte aux libertés des individus et qui menacent l’équilibre de la vie démocratique. Alors, pourquoi ne pas y renoncer définitivement, comme le proposent des candidats aux Etats-Unis, notamment Ron Paul qui propose de supprimer la CIA? Pourquoi ne pas mettre un terme définitif à l’espionnage massif des citoyens?

En pleine crise économique, est-ce que le licenciement de plusieurs milliers – voire millions – d’agents secrets, ne serait pas plus utile, plutôt que de licencier des milliers d’enseignants, d’ouvriers, d’agriculteurs ou de médecins? En pleine austérité économique, licencier les espions et les agents secrets ferait peut-être beaucoup de bien à l’économie de nos pays. Personne ne s’est vraiment encore penché sur la question.

Est-ce que les services secrets sont vraiment utiles?

– Non, ils menacent surtout nos libertés.

Est-ce que l’espionnage est utile?

– Non, c’est de l’argent dépensé dans des technologies oppressives qui agissent contre les droits de l’homme.

On imagine les millions de dollars dépensés par la NSA dans l’espionnage, et les millions d’euros qui sont certainement aussi dépensés en France et en Europe par nos gouvernements. Tout cet argent économisé pourrait être réinvesti ailleurs. Si Mme Eva Joly voulait encore se présenter comme candidate aux prochaines élections en France, est-ce qu’elle ne voudrait pas – par hasard – recycler tous ces vilains agents secrets qui nous espionnent via nos Iphones en gentils lanceurs d’alerte et en militants de la vie privée (ou en autre chose d’utile, si elle trouve une autre idée)?…

Ecrit par Kimono

Comment les services de renseignement français surveillent ce qui se dit sur le net et au téléphone

6402221-comment-l-etat-surveille-ce-qui-se-dit-sur-le-net-et-au-telephoneLe réseau de stations d’écoute de la DGSE, surnommé Frenchelon. (DR)

Challenges.fr, Publié le 20-09-2013 à 11h48

Par Vincent Lamigeon

Moins bien doté en personnel et en moyens que la NSA américaine, la DGSE n’en est pas moins très performante pour assurer une surveillance très fine des communications.

« Les habitués l’appellent « le salon de lecture ». Une pièce sans âme au cœur de la Piscine, le siège de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), boulevard Mortier, à Paris. C’est dans ce lieu secret que les représentants de grands groupes français peuvent accéder aux documents rassemblés par les services de renseignements sur leur secteur. « Ce sont des centaines de milliers de pages de documents internes de concurrents internationaux, offres commerciales, technologies, explique un familier de la DGSE. Les types envoyés par les boîtes, dont on ne sait pas trop quel est leur poste exact, passent des heures à potasser des piles de dossiers. La règle, c’est qu’aucun document ne sort de la pièce. »

Bigre. La France se serait-elle convertie à l’espionnage à l’américaine, Big Brother dévoilé par l’ancien sous-traitant de la National Security Agency (NSA) Edward Snowden depuis juin ? Quelques semaines après ses révélations, Le Monde assurait, le 5 juillet, que la France disposait d’un outil de surveillance d’Internet similaire. Un « supercalculateur », situé dans le sous-sol du siège de la DGSE, assurait le quotidien, « stocke les interceptions d’une grande part des communications, mails, SMS, fax, ainsi que toute activité Internet des Français, et les flux entre la France et l’étranger ».

La ROEM moins bien doté que la NSA

Où en est vraiment la France dans le renseignement technique, affublé du nom barbare de ROEM (renseignement d’origine électromagnétique)? « On a longtemps été à la traîne, car le renseignement humain était considéré comme plus noble dans la culture française », explique un ancien cadre de la DGSE. La France a désormais rattrapé une partie de son retard. « Elle est en première division sur ces technologies, dans le sens où nous maîtrisons tous les modes d’interception (mobiles, Internet, communications satellites…), assure Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Mais nous restons à des années-lumière des moyens de la NSA, ou même du Government Communications Headquarters britannique, le GCHQ. »

De fait, le GCHQ emploie 6.000 spécialistes des écoutes, quand la direction technique de la DGSE ne s’appuie que sur 1.100 employés, auxquels il faut ajouter les spécialistes de la Direction du renseignement militaire (DRM), soit environ 700 personnes. Quant à la NSA, c’est un monstre : elle disposerait de 55.000 employés, avec un budget annuel de 10,8 milliards de dollars, selon Edward Snowden, soit quatorze fois plus que le budget de la DGSE (600 millions d’euros), aux attributions pourtant beaucoup plus larges.

Des antennes satellites en Dordogne et dans les Pyrénées-Orientales

« Le renseignement français fait du bon boulot avec ses moyens », veut se rassurer Louis Caprioli, ancien patron de l’antiterrorisme à la Direction de la surveillance du territoire (DST), désormais conseiller au cabinet de gestion des risques GEOS. « Le renseignement français a le meilleur rapport coût-efficacité du monde occidental », appuie Eric Denécé.

La France dispose notamment d’un large réseau de stations d’écoute dotées d’antennes satellites, parfois surnommé Frenchelon, en référence au réseau Echelon américain (voir carte ci-dessus). Les sites les plus connus sont ceux de Domme (Dordogne) et Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales). Mais la DGSE profite aussi de stations à Kourou (idéalement placée pour écouter les Etats-Unis), en Nouvelle-Calédonie, à Mayotte et dans plusieurs bases à l’étranger (Abou Dhabi, Djibouti).

« Nous stockons bien évidemment tous les mots de passe »

Le renseignement français peut aussi compter sur les capacités d’écoute électronique des équipements militaires français, notamment les six sous-marins nucléaires d’attaque, le navire espion Dupuy-de-Lôme, ou les deux avions Transall Gabriel bardés d’électronique. La Direction générale de l’armement (DGA) dispose également de quatre microsatellites d’écoute lancés en 2011, la constellation Elisa, qui préfigurent le système d’écoute électromagnétique Ceres prévu vers 2020.

La France n’est pas dépourvue non plus dans la surveillance du Web. « A la suite des préconisations du Livre blanc de 2008, nous avons pu développer un important dispositif d’interception des flux Internet », reconnaissait l’ancien patron de la DGSE Erard Corbin de Mangoux devant les députés de la commission de la Défense, le 20 février. Le directeur technique de la DGSE, Bernard Barbier, est allé plus loin en septembre 2010, lors d’un colloque évoqué par le journaliste Jean-Marc Manach dans son blog : il affirmait que la DGSE avait « la meilleure équipe de cryptomathématiciens » de France, qu’elle pouvait pénétrer sans problème les ordinateurs pas assez sécurisés. « Nous stockons bien évidemment tous les mots de passe, nous avons des dictionnaires de millions de mots de passe », assurait même Bernard Barbier.

Un « data-center » implanté dans les Yvelines

De quoi accréditer la surveillance généralisée d’Internet évoquée par Le Monde ? La DGSE, selon la lettre Intelligence Online, dispose d’un nouveau data center « de 100 mètres de long sur 10 de large » dans les Yvelines, près des Alluets-le-Roi, sur le site d’un ancien bunker allemand. Mais les spécialistes sont sceptiques sur la possibilité d’interceptions systématiques.

« Le réseau téléphonique français est bien plus décentralisé qu’aux Etats-Unis, ce qui suppose des moyens énormes pour en surveiller l’intégralité, indique Kavé Salamatian, professeur d’informatique à l’université de Savoie. Contrairement aux Etats-Unis, la France n’a pas les moyens d’une telle surveillance généralisée, en aveugle. En gros, on peut faire de la pêche à la ligne sur des sujets précis, mais pas au chalut. »

Le rôle stratégique d’Alcatel Submarine Networks

Pas si grave puisque la France dispose d’un moyen efficace de scanner le trafic Internet international à moindre coût: la surveillance des câbles sous-marins en fibre optique, par lesquels transite une bonne partie des données. Edward Snowden a ainsi dévoilé que les Américains et les Britanniques ne se privaient pas de se brancher sur ces câbles. Selon deux familiers de la DGSE, la France les « scanne » aussi allègrement. « On aurait tort de se priver, Alcatel est le leader mondial de la pose de câbles », s’amuse l’un d’eux.

Voilà qui explique peut-être pourquoi les rumeurs de cession de cette activité, Alcatel Submarine Networks, ont immédiatement mobilisé le gouvernement qui, par la voix de la ministre Fleur Pellerin, a insisté en janvier sur un nécessaire « ancrage national », avec une possible entrée au capital du Fonds stratégique d’investissement. Techniquement, la manœuvre est facile: « Il suffit de mettre un petit équipement, un splitter optique: c’est très peu cher, ça dure trente ans, et c’est totalement indiscernable », souligne Kavé Salamatian. Une telle opération est possible aux points d' »atterrissage » des câbles, en Bretagne (Lannion, Penmarc’h) ou en Provence (Marseille). Face au monstre américain, la France a encore quelques arguments.

Voir: La carte de toutes les stations d’écoute qu’utilisent les services français

Source: http://www.challenges.fr/economie/20130919.CHA4491/la-verite-sur-les-grandes-oreilles-de-la-dgse.html

« Quelles sont les origines de l’hacktivisme? », Julian Assange, 23 septembre 2006

L’hacktivisme réel est au moins aussi vieux que le mois d’octobre 1989, lorsque le DOE (Département  US de l’Énergie), et les serveurs VMS du HEPNET et SPAN (NASA) ont été pénétrés par le ver informatique WANK. Ce ver était le deuxième à avoir été libéré, mais sa provenance semblait différente de son ancêtre. Car voyez-vous, un premier ver avait été découvert au sein de la National Security Agency par le cryptographe en chef Robert Morris.

Ce ver informatique qui avait une intention politique courageuse a eu un impact immédiat. WANK a pénétré les machines et changé les écrans de connexion en affichant :

« WORMSCONTRELESTUEURSNUCLÉAIRES
Votre système a été officiellement hacké
Vous parlez de temps de paix pour tous, mais vous préparez la guerre. »

Dans notre livre Underground, Suelette Dreyfus et moi, nous avons pu remonter à la source du ver à Melbourne, en Australie. A l’époque, il avait beaucoup alimenté la Guerre froide et le sentiment anti-nucléaire dans le pays.

L’Australie avait (et a toujours) un certain nombre d’espions américains, et des bases de communications sous-marines nucléaires, dont la plupart étaient des cibles (objectifs) soviétiques. L’Australie ne serait pas autrement une cible nucléaire. Le charismatique ministre des Affaires étrangères soviétique de Gorbatchev, Édouard Chevardnadze a souvent attiré l’attention du peuple australien avant de devenir lui-même le président aimé et honni de la Géorgie.

De plus, en 1984, la Nouvelle-Zélande, un pays avec lequel les Australiens sentent une affinité spéciale, avait sous la présidence de David Lange, fait de la Nouvelle-Zélande, un territoire exempt d’armes nucléaires, écartant l’admission de navires de guerre armés ou alimentés par le nucléaire dans des ports néo-zélandais. En réponse, les Etats-Unis, furieux, ont annulé leur obligation de défense à la Nouvelle-Zélande, et couper les liens de renseignement (ou du moins fait semblant de, voir Nicky Hager et son excellent livre « Pouvoir Secret » pour plus de détails) et intenté un certain nombre de sanctions commerciales contre le pays.

Mais les malheurs nucléaires de la Nouvelle-Zélande ne devaient pas s’arrêter là. À 23h59 dans la nuit du 10 Juillet 1985, le vaisseau-amiral de Greenpeace « Rainbow Warrior », amarré dans le port d’Auckland se prépare à naviguer trois jours vers l’atol de Mururoa pour manifester contre les essais nucléaires français, a été attaqué par des éléments amphibie de la DGSE (services secrets français), tuant le photographe de Greenpeace Fernando Pereira.

Quelques jours plus tard, deux agents de la DGSE, Alain Mafart et Dominique Prieur ont été arrêtés, après une enquête du journaliste australien Chris Masters, ils ont plaidé coupables et ont été condamnés par la Cour Suprême néo-zélandaise à 10 ans. Les autres agents de la DGSE se sont échappés via sous-marin nucléaire français de la côte néo-zélandaise. La France, partenaire significatif de la Nouvelle-Zélande, a immédiatement mis en place des sanctions commerciales contre le pays. En juin 1986, un accord politique fut conclut: la France lèverait les sanctions, payerait quelques millions pour le sang versé, et les deux agents seraient transférés à l’atol de Hao, une base militaire française dans le Pacifique, où ils seraient supposés purger le reste de leur peine.

Cependant, en mai 1988, ils ont tous deux étés ramenés clandestinement en France.

L’examen du code source du ver montre des instructions spécifiques pour éviter d’infecter les machines en Nouvelle-Zélande.

La politique a toujours des conséquences imprévues, mais il ne faut pas oublier que certaines sont des bénédictions!

Julian Assange

Source de la traduction (revue et corrigée): http://www.larevuedesressources.org/the-curious-origins-of-political-hacktivism,2300.html

Post original sur le blog de Julian Assange:
http://web.archive.org/web/20071020051936/http://iq.org/#Whataretheoriginsofhacktivism?
http://www.counterpunch.org/2006/11/25/the-curious-origins-of-political-hacktivism/ (2ème version, avec de légères modifications)

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités