Rapport sur la torture de la CIA: les révélations les plus choquantes sur les techniques d’interrogatoire

Reportage sur Russia Today, 14/12/2014

Le « rapport sur la torture » dont il est question  et qui a été publié par le Sénat cette semaine contient seulement une fraction des conclusions sur la manière dont la CIA agissait pour recueillir des renseignements auprès des détenus à travers les interrogatoires. Pourtant, il contient plusieurs révélations choquantes.

Voir l’article: http://rt.com/news/213483-cia-torture-country-scandal/

Dianne Feinstein: Les actions de la CIA, une tache sur les valeurs et l’histoire de l’Amérique

Lire le rapport du Sénat américain sur les programmes de torture de la CIA: http://edition.cnn.com/interactive/2014/12/politics/torture-report/

Le point de vue du Guardian au sujet du rapport sur la torture américaine: la honte et le déshonneur de l’Amérique

Torturer les détenus après le 11 septembre était une erreur de principe, inefficace dans la pratique, et a nui à la crédibilité de la démocratie, à la primauté de la loi et aux USA

Senator Dianne Feinstein, who said the CIA's interrogation programmes were 'morally and legally misgPhoto: La sénatrice Dianne Feinstein, qui a dit que les programmes d’interrogatoire de la CIA étaient «moralement et juridiquement erronés» et incarnent «la brutalité à l’opposé de nos valeurs en tant que nation».

The Guardian, éditorial, 9 décembre 2014

Le président Ronald Reagan a signé la convention des Nations Unies contre la torture en 1988 et les États-Unis l’ont ratifié, six ans plus tard, en 1994. Sept ans après, en 2001, les Etats-Unis ont néanmoins commencé à utiliser la torture sur une base systématique. Cette utilisation a continué pendant plusieurs années. En 2009, la pratique a été interdite par le président Obama. Mardi, l’histoire complète de la honte et du déshonneur de l’Amérique était enfin apparue au grand jour. C’est l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire d’une nation qui se considère non sans raison, à bien des égards et à certaines périodes, comme un symbole d’espoir dans le monde.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/dec/09/guardian-view-on-us-torture-report-america-shame-disgrace

Rapport du Sénat sur le programme de torture de la CIA (PDF): http://edition.cnn.com/interactive/2014/12/politics/torture-report/

L’architecte du programme d’interrogation avancée de la CIA interviewé exclusivement par Vice News

Vice News, 9 décembre 2014

Le Comité de Renseignement du Sénat a publié aujourd’hui un rapport alarmant de 500 pages sur le programme controversé de détention et d’interrogation de la CIA, un document que la présidente de ce comité, Dianne Feinstein, a déclaré comme représentant l’effort de contrôle le plus important dans l’histoire du Sénat américain.

L’étude de 40 millions de dollars sur cinq ans a conclu que les fonctionnaires de la CIA ont exagéré la valeur du renseignement qu’ils ont récupéré des dizaines de « détenus de grande valeur » emprisonnés dans les prisons des « sites noirs », où ils ont été soumis à des soi-disant « techniques renforcées d’interrogatoire » comme la privation de sommeil et la simulation de noyade.

Le comité a examiné plus de 6 millions de pages de documents top-secrets de la CIA et a constaté que l’architecte du programme des interrogatoires était un psychologue retraité de l’Air Force nommé James Mitchell, un contracteur de l’agence qui – selon les rapports de presse – a personnellement waterboardé le cerveau présumé du 11 septembre, Khalid Cheikh Mohammed. Le rapport du Sénat ne permet pas d’identifier Mitchell par son nom. Il est appelé l’ « entrepreneur A » dans le résumé.

Mitchell a signé un accord de non-divulgation avec la CIA et a été incapable de parler de son rôle dans le programme d’interrogation avancée de l’agence, mais Vice News l’a rencontré dans une banlieue de Floride pour discuter du rapport du Sénat et de l’un des chapitres les plus sombres de la guerre contre le terrorisme. C’est la première fois que Mitchell a jamais paru devant une caméra.

Lire « La sécurité accrue dans les ambassades américaines en amont de la publication du rapport sur la torture de la CIA » – http://bit.ly/1yyCXKQ

Regarder « Le journaliste emprisonné d’Al Jazeera, Abdullah Elshamy, s’exprime: VICE News Interview » – http://bit.ly/1yyDLzc

Source: https://news.vice.com/video/the-architect-trailer

Affaire Prism: les représentants de la DGSE et de la DCRI ont refusé de participer aux audiences du Parlement Européen

20130917PHT20118_original_Libe_InquiryUn récent document révèle que les représentants des services secrets français, la DGSE et la DCRI, « ont refusé d’être auditionnés par la #EPInquiry du Parlement européen », comme le souligne sur son compte Twitter, Félix Tréguer, un membre fondateur de l’association La Quadrature du Net.

Aux pages 51-52 de ce document, on peut en effet lire la liste entière des personnalités ayant refusé de participer à l’audition de la Commission LIBE, ou n’ayant tout simplement pas répondu à l’appel du Parlement Européen.

ANNEXE III: LISTE DES EXPERTS qui ont refusé de participer aux audiences publiques de l’enquête de la LIBE.

1. Les experts qui ont refusé l’invitation du président de la LIBE

États-Unis
M. Keith Alexander, général de l’armée américaine, directeur de la NSA[1]
[1]:Le Rapporteur a rencontré M. Alexander avec le Président [Elmar] Brok et la sénatrice Feinstein à Washington, le 29 octobre 2013.
•M. Robert S. Litt, avocat général, Bureau du Directeur du renseignement national[2]
[2]:La délégation de la commission LIBE a rencontré M. Litt à Washington, le 29 octobre 2013.
•M. Robert A. Wood, Chargé d’affaires, Représentant des États-Unis auprès de l’Union Européenne

Royaume-Uni
Sir Iain Lobban, directeur du Siège des Communications du Gouvernement [GCHQ] du Royaume-Uni

France
M. Bajolet, Directeur Général de la Sécurité Extérieure [DGSE], France
M. Calvar, Directeur Central de la Sécurité Intérieure [DCRI], France

Pays-Bas
M. Ronald Plasterk, ministre de l’Intérieur et des Relations du Royaume, Pays-Bas
M. Ivo Opstelten, ministre de la Sécurité et de la Justice, Pays-Bas

Pologne
M. Dariusz Łuczak, directeur de l’Agence de sécurité intérieure de la Pologne
M. Maciej Hunia, directeur de l’Agence du Renseignement étranger de la Pologne

Sociétés privées IT
•Tekedra N. Mawakana, Directeur Global de la Politique Publique et Conseiller Général Adjoint, Yahoo
•Dr Saskia Horsch, cadre supérieur des politiques publiques, Amazon

Les entreprises de télécommunication de l’UE
•Mme Doutriaux, Orange
•M. Larry Stone, Président du Groupe Affaires du Public et du Gouvernement de British Telecom, Royaume-Uni
•Telekom, Allemagne
•Vodafone

2. Les experts qui n’ont pas répondu à l’invitation du président de la commission LIBE

Allemagne
M. Gerhard Schindler, responsable du renseignement extérieur [BND]

Pays-Bas
Mme Berndsen-Jansen, Présidente de la Commission de la Chambre fixe pour les Affaires Intérieures, Deuxième Chambre des Etats généraux
M. Rob Bertholee, Directeur du Service général de renseignement et de sécurité (AIVD)

Suède
M. Ingvar Åkesson, Institut national de défense radio (Försvarets Radioanstalt, FRA)

Source: https://twitter.com/FelixTreguer/status/421186693736054784

PDF: http://statewatch.org/news/2014/jan/ep-draft-nsa-surveillance-report.pdf

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives