William Binney, lanceur d’alerte de la NSA, qualifie le rapport américain qui accuse la Russie de « blague »

William Binney est interviewé sur RT

William Binney, lanceur d’alerte de la NSA, a déclaré dans une interview que les services secrets américains qui ont publié le rapport de l’ODNI [Bureau du directeur du renseignement national] sur l’ingérence russe « devinent [les informations], ce qui signifie qu’ils ont perdu la discipline professionnelle du renseignement » et qu’on ne peut les croire. Dans le contexte des dernières semaines de la présidence d’Obama, il a déclaré que cela crée aussi un problème pour le futur président Trump qui va devoir résoudre cette difficulté.

Ancien employé de la NSA, William Binney a l’avantage d’avoir un regard interne sur le travail des services de renseignement américains, puisqu’il a lui-même travaillé à la NSA [National Security Agency] pendant 30 ans. L’analyste a ajouté que le renseignement américain est aujourd’hui utilisé « à des fins politiques de diverses manières, et qu’au lieu de chercher la vérité et des preuves concrètes, les services de renseignement collectent des millions de données mais ont toujours autant de mal à comprendre et analyser ce qui se trouve dans ces données ».

De plus en plus de données sont stockées par les Etats-Unis, et de plus en plus de datacenters sont construits, mais la quantité des données ne signifie pas que les services de renseignement sont capables de donner une information de meilleure qualité, là où un travail d’analyse est nécessaire pour comprendre ces informations qui sont collectées dans le monde entier. « Les données ne sont pas le renseignement, et c’est le processus qu’ils sont en train de perdre », conclut William Binney, en évoquant la qualité médiocre du rapport américain.

Lire le rapport de l’ODNI sur l’ingérence russe: https://www.dni.gov/files/documents/ICA_2017_01.pdf

CC-BY-SA

Vidéo: Russia Today

L’establishment US a-t-il oeuvré à la défaite d’Hillary Clinton?

800px-us_map_-_states_wiki

En pleine période où les médias relaient les accusations américaines accusant la Russie d’avoir cherché à influencer le résultat des élections, et malgré le fait que les dernières preuves avancées par les services secrets américains semblent largement insuffisantes pour appuyer de telles accusations, personne ne semble se poser une autre question qui pourrait révéler une théorie tout aussi probable: et si l’establishment américain lui-même avait tenté d’oeuvrer à la défaite d’Hillary Clinton, par volonté de renouveler la politique après une longue période marquée par le couple Clinton?

Beaucoup de gens étaient critiques de la politique étrangère américaine ces dernières années, notamment suite aux guerres au Moyen-Orient, et en particulier en Irak, dont l’invasion en 2003 est considérée comme l’origine du chaos dans toute cette région du monde, et qui, d’une manière ou d’une autre, a conduit à l’émergence et à la multiplication des groupes terroristes. Même si Hillary Clinton n’est pas responsable de tous les échecs militaires américains au Moyen-Orient et en Irak, elle symbolise et incarne néanmoins par son personnage très médiatique les défaites de ce système et de la politique étrangère menée par les Etats-Unis.

En ce qui concerne la Libye, Obama lui-même, questionné sur ce qu’il aurait changé dans la politique menée sous sa présidence, a admis que ce serait l’opération militaire en Libye, en 2011: « j’ai trop compté sur d’autres pays pour ensuite stabiliser et aider à soutenir la formation gouvernementale, et maintenant c’est un peu le désordre », a-t-il déclaré selon l’article de Foreign Policy. Cet article rappelle bien toute la problématique qui se poserait au candidat qui allait être élu président des Etats-Unis: celui ou celle qui allait succéder à Obama allait aussi prendre la succession de tous les échecs des Etats-Unis de ces dernières années, pas seulement en ce qui concerne l’Irak, ou la Libye, mais aussi pour le chaos en Syrie et la montée de l’Etat Islamique, et la situation compliquée en Ukraine. Au regard de tout cela, on comprend mieux que l’establishment politique et militaire américain a sans doute constaté ces échecs à répétition et peut-être cherché indirectement à souhaiter la défaite d’Hillary Clinton.

Si la Russie a peut-être souhaité la défaite d’Hillary Clinton aux élections américaines, rien ne prouve que la Russie a eu un rôle actif dans les piratages qui lui sont attribués. Même si des hackers russes étaient impliqués, comment prouver qu’ils étaient au service de la Russie, et pas au service d’un autre pays? Beaucoup de pays sont capables de mener des attaques informatiques d’envergure, y compris des pays comme la Chine accusée régulièrement de piratage par Washington, la Corée du Nord (piratage de Sony), Israël (affaire Stuxnet), des pays européens ayant des capacités semblables à la NSA, etc.

D’autre part, au vu des capacités d’espionnage des services secrets américains, un employé de la NSA aurait également pu pirater des emails du Parti Démocrate aux Etats-Unis. Comme l’avait dit Snowden lors de l’interview qu’il a donné quand il était réfugié à Hong Kong en 2013, il aurait pu mettre sur écoute n’importe qui, y compris le président des Etats-Unis, quand il travaillait à la NSA, simplement en obtenant un email. On peut retrouver ici la transcription de cette interview. D’après ce que Snowden a déclaré en 2013, on peut en conclure qu’un employé de la NSA disposant des accès et des autorisations suffisantes, et ayant un simple email du Parti Démocrate, aurait également pu pirater les emails d’Hillary Clinton et les rendre publics, sans compter les dernières révélations de Craig Murray qui parle de fuites internes au DNC.

Tout cela pour dire qu’il y a beaucoup de pistes possibles dans cette affaire de piratage attribuée à la Russie. Il y a également une partie de l’establishment politique américain qui cherche à apaiser les relations avec la Russie. Or, une présidence sous Hillary Clinton aurait certainement conduit à plus d’opposition dans les relations avec Vladimir Poutine, plus de sanctions, peut-être même une guerre. Un article de l’Independent, publié ces derniers jours, attribue d’ailleurs à Henry Kissinger, politologue et ancien diplomate américain, la volonté de « conseiller à Trump d’accepter la Crimée comme faisant partie de la Russie », dans un effort pour mettre fin aux sanctions contre la Russie et pour apaiser les relations entre les deux pays dans le but d’éviter une nouvelle guerre froide. Sans affirmer que l’establishment américain a pu conduire directement à la défaite d’Hillary Clinton, on peut néanmoins conclure qu’une présidence sous Clinton n’était sans doute pas souhaitée par une partie du monde politique américain, car cela n’aurait pas été une bonne alternative pour les Etats-Unis. Certaines personnalités politiques américaines soutenaient une pacification des relations entre les Etats-Unis et la Russie, et certains se sont ainsi posés en soutien direct ou indirect de Donald Trump, qui incarnait pour eux ce changement de cap dans la politique étrangère américaine.

Pour ceux qui croient aux théories du complot, on pourrait aller jusqu’à dire que les accusations de piratage russe ne sont sans doute que la partie visible de l’iceberg, et que derrière ces accusations, il y a sans doute des révélations qui auraient pu impliquer plusieurs pays participant à ce piratage, ou des services secrets de gouvernements étrangers, dont certains auraient pu aussi être des alliés des Etats-Unis. Dans le monde du renseignement, qui est un monde obscur et secret, chacun sait que tout est possible, et que la version présentée dans les médias est parfois très loin de la réalité. L’establishment américain aurait pu lui-même être impliqué dans des opérations de piratage des emails de la campagne Clinton, pour tourner la page sur des décennies d’échecs de la politique étrangère américaine et pour amener un renouveau sur la scène internationale. Mais alors que tout le monde pointe du doigt la Russie, personne n’ose peut-être se poser ces questions. L’insistance même avec laquelle tous les médias centrent l’attention sur la Russie devrait nous paraître suspecte.

CC-BY-SA

 

Un personnage lié à WikiLeaks dit qu’un démocrate « dégoûté » a fuité les emails de la campagne Clinton

Washington Times, Dave Boyer, 14/12/2016

craigmurray_c0-194-1234-913_s885x516Un personnage lié à WikiLeaks prétend qu’il a reçu les emails de la campagne Clinton d’un lanceur d’alerte démocrate « dégoûté », tandis que la Maison Blanche a continué d’accuser des hackers russes, mercredi, de s’être mêlés aux élections présidentielles et a affirmé que Donald Trump était « évidemment conscient » des efforts de Moscou en son nom.

Craig Murray, ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan et associé proche du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré dans un article du Daily Mail qu’il avait pris l’avion pour Washington pour un transfert clandestin avec l’une des sources des emails, en septembre.

Il a dit avoir reçu un paquet dans une zone boisée près de l’université américaine. »Aucune [des fuites] ne vient des Russes », a déclaré M. Murray au journal britannique. « La source avait un accès légal à l’information. Les documents provenaient de fuites internes, pas de piratages ».

Lire la suite: http://www.washingtontimes.com/news/2016/dec/14/craig-murray-says-source-of-hillary-clinton-campai/

Le Sean Hannity Show demande à Julian Assange si la Russie est derrière le piratage des documents obtenus par WikiLeaks

Les Russes et le piratage? ou bien des fuites venant de l’intérieur des Etats-Unis? (émission radio intégrale)

Julian Assange « Notre source n’est pas le gouvernement russe » (extrait de l’émission)

C’est confirmé: des agents du renseignement américain ont divulgué les emails de la campagne Clinton, pas la Russie

021116emailsDes initiés tentent de sauver l’Amérique d’une présidence d’Hillary

Infowars, Paul Joseph Watson et Alex Jones, 02/11/2016

Il est maintenant clair, venant de nombreuses sources, que le piratage Podesta ayant conduit Wikileaks à publier des dizaines de milliers d’emails de la campagne Clinton, ainsi que d’autres piratages ciblant le Parti démocrate, ont été le travail d’agents du renseignement américain tentant de sauver l’Amérique d’une présidence Clinton.

La campagne Clinton a plusieurs fois insinué que des agents russes étaient responsables de la divulgation des emails, mais la réalité est bien différente.

Les hackers étaient des individus préoccupés qui étaient alarmés par la corruption rampante d’Hillary Clinton et par la mauvaise gestion des documents classifiés dès 2009, lorsque les responsables de l’Administration nationale des Archives et des Registres (NARA) ont pris connaissance des violations de procédures de tenue de dossiers au Département d’Etat sous la Secrétaire Clinton.

Les sources qui ont parlé en privé à Alex Jones, mais qui ne veulent pas être nommées, ont confirmé que les agents du gouvernement et du renseignement ont travaillé en tandem pour fournir à l’organisation de Julian Assange les emails Podesta.

Cette [version] est soutenue par l’ancien ambassadeur britannique Craig Murray, qui a été informé par des personnes internes à la sécurité que la fuite d’emails « vient de l’intérieur des cercles officiels de Washington DC. »

Lire la suite: http://www.infowars.com/confirmed-us-intel-operatives-leaked-clinton-campaign-emails-not-russia/

Source: https://twitter.com/PrisonPlanet/status/793841161982980096

Les emails publiés montrent que les donateurs conduisent les positions pro-Israël d’Hillary Clinton

2016-10-9_hillary_clinton

Electronic Intifada, par Rania Khalek, Power Suits, 13/10/2016

Un lot d’emails internes à la campagne Clinton, publiés par Wikileaks ces derniers jours, révèlent l’étendue dans laquelle les donateurs de la campagne conduisent la rhétorique et les positions de la politique d’Hillary Clinton sur Israël et le grand Moyen-Orient.

L’année dernière, Hillary Clinton a écrit une lettre au magnat des médias, le milliardaire Haim Saban, sur son article de campagne promettant « de faire une priorité de la lutte contre le BDS » si elle gagne la présidence.

Saban a fait un don d’au moins 7 millions de dollars pour obtenir que Clinton soit élue présidente et avoue ouvertement que sa priorité est d’influencer la politique américaine en faveur d’Israël.

Selon les emails entre les principaux collaborateurs de la campagne Clinton, la lettre à Saban a été délibérément divulguée aux médias favorables pour attirer des donateurs pro-israéliens préoccupés par la montée du mouvement BDS – boycott, désinvestissement et sanctions.

La façon dont les aides de campagne discutent de la question est complètement dépourvue d’émotion ou d’idéologie. Il est avant tout sujet des donateurs.

S’opposer au BDS pour plaire aux donateurs

Lire l’intégralité de l’article: https://electronicintifada.net/blogs/rania-khalek/leaked-emails-show-donors-drive-hillary-clintons-pro-israel-positions

WikiLeaks et les Podesta emails

Les Podesta emails

POLITICO couvre la dernière publication WikiLeaks sur les emails du président de la campagne Clinton, John Podesta.

Politico, Live-blog

Épinglé par Eric Geller, 10/2016

220px-john_podestaWikiLeaks a publié lundi un deuxième lot présumé de courriels privés du président de la campagne d’Hillary Clinton, John Podesta.

Les nouveaux messages, qui couvrent une période allant de septembre 2007 à mars 2016, est apparu en ligne trois jours après la première tranche de messages, et au lendemain du deuxième débat présidentiel.

Ces emails ont été publiés peu de temps après que le gouvernement américain a accusé publiquement le gouvernement russe [d’être impliqué dans] les cyberattaques sur les organisations politiques américaines comme le Comité national démocrate [DNC].

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a promis la semaine dernière de poster du « matériel significatif » lié à l’élection américaine. Le site internet anti-secrets a déjà sorti un lot d’emails apparemment volés au cours du piratage de données au DNC. Les messages internes semblent montrer que le comité a favorisé à la Maison Blanche la candidature de Clinton sur celle de son rival, le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.), forçant la démission de la présidente Debbie Wasserman Schultz.

Lire la suite: http://www.politico.com/live-blog-updates/2016/10/john-podesta-hillary-clinton-emails-wikileaks-000011

Podesta emails: https://wikileaks.org/podesta-emails/?q=&mfrom=&mto=&title=&notitle=&date_from=&date_to=&nofrom=&noto=&count=50&sort=6

Archives WikiLeaks: https://wikileaks.org/-Leaks-.html

Donald Trump promet, s’il est élu, de nommer un procureur spécial pour Hillary Clinton dans l’affaire des emails

Vidéo intégrale du débat présidentiel – Donald Trump évoque l’éviction de Bernie Sanders et répond à Hillary Clinton sur ses emails: « Vous seriez en prison »

LA Times, Chris Megerian, 09/10/2016

Donald Trump a redoublé d’efforts jusqu’à son attaque contre Hillary Clinton et son utilisation d’un serveur de messagerie privée, au cours du débat de dimanche, promettant de nommer un procureur spécial chargé d’examiner la question s’il est élu.

Clinton a répondu en disant qu’elle était contente que Trump ne soit pas en charge du système judiciaire du pays.

« Car vous seriez en prison, » a répondu Trump.

Lire la suite: http://www.latimes.com/nation/politics/trailguide/la-na-second-presidential-debate-live-donald-trump-promises-to-appoint-1476062871-htmlstory.html

Lire aussi: Nigel Farrage félicite le « gorille à dos argenté » pour avoir dominé Hillary Clinton http://www.standard.co.uk/news/politics/nigel-farage-defends-silverback-donald-trump-for-dominating-hillary-clinton-a3364766.html

Un expert politique avertit que les Etats-Unis cherchent à justifier une guerre contre la Russie auprès de l’opinion publique

Daniel Patrich Welch, écrivain et analyste politique

Daniel Patrich Welch avertit dans une interview sur la chaîne RT qu’il faut se méfier des impulsions hégémoniques d’Hillary Clinton qui a déjà dit « qu’elle voulait une politique étrangère plus musclée ». « La raison pour laquelle Obama a été sélectionné est qu’il croit à cet exceptionnalisme [suprématie américaine], et Hillary Clinton sera encore pire. Elle porte à la fois tous les conseillers et impulsions hégémoniques de Bush et Obama. » L’expert politique avertit des risques d’une guerre avec la Russie, car il y a une volonté d’une catégorie de gens qui cultivent la russophobie de créer une guerre avec la Russie.

« Donald Trump ne leur sert que de prétexte à alimenter cette russophobie. La russophobie est réelle et profonde. » « Ces gens ne meurent jamais et ne partent jamais. Ils veulent la guerre avec la Russie et la Chine, car leur impulsion hégémonique est de contrôler le monde. La Russie et la Chine sont sur la voie. Maintenant, vous avez des américains stupides et naïfs, ils se prennent à tout cela, que la Russie a piraté le DNC [Comité national du Parti Démocrate]. Qu’en est-il du contenu exact de ces emails? Tout ce que WikiLeaks a sorti sur le DNC [DNC Leaks] a été rejeté sur Poutine. (…) Le public est trop faible et n’est pas exigeant intellectuellement pour comprendre qu’ils sont entraînés dans des mensonges vers une guerre chaude avec la Russie. Les gens vont citer ces sources comme du piratage russe, de la tromperie russe, tous ces trucs phobiques sont destinés à faire en sorte que les américains soient prêts pour une guerre. C’est un vieux scénario. Et les américains devraient se réveiller, et les russes devraient se méfier. »

L’expert a dénoncé cette « idéologie suprémaciste, ridicule et dépassée » qui consiste à faire croire que les Etats-Unis sont « une nation indispensable ». « C’est la manière hégémonique de penser et d’agir la plus dangereuse et violente, et [cette idéologie] n’a pas sa place dans le monde moderne », affirme-t-il en conclusion de cette interview.

Flashback: Quand les Clinton aimaient suffisamment la Russie pour leur vendre l’uranium américain

Clinton Cash, documentaire vidéo réalisé à partir du livre de Peter Schweizer

Breibart.com, John Hayward, 25/07/2016

La nouvelle paranoïa des démocrates au sujet de l’influence russe sur les affaires américaines n’était certainement nulle part lorsque Hillary Clinton a allègrement vendu une grosse part du stock d’uranium de l’Amérique, juste après qu’une banque russe a payé Bill Clinton 500 000 $ pour un discours.

L’histoire d’Uranium One fait partie des incidents décrits dans [le livre] Clinton Cash de Peter Schweizer. Un bref récapitulatif: Uranium One était à l’origine une société canadienne, rachetée par l’agence étatique de l’énergie atomique de Russie, Rosatom.

Les personnes influentes d’Uranium One étaient de très, très généreux donateurs de la Fondation Clinton, l’organisme de «charité» à travers lequel tant d’argent étranger a coulé [dans les poches de] Bill et Hillary Clinton. Le New York Times a rapporté en avril 2015 comment ces dons ont monté en flèche, alors que l’accord avec Rosatom pour sécuriser Uranium One et ses avoirs aux Etats-Unis a été porté à une conclusion positive, de même que l’une des journées les mieux payées de Bill Clinton:

Alors que les Russes ont assumé progressivement le contrôle d’Uranium One dans trois transactions distinctes de 2009 à 2013, les enregistrements canadiens montrent qu’un flux de trésorerie a fait son chemin vers la Fondation Clinton. Le président d’Uranium One a utilisé sa fondation familiale pour faire quatre dons totalisant 2,35 millions $. Ces contributions n’ont pas été divulguées publiquement par les Clinton, malgré un accord que Mme Clinton avait conclu avec la Maison Blanche d’Obama pour identifier publiquement tous les donateurs. D’autres personnes ayant des liens avec la société ont également fait des dons.

Et peu de temps après que les Russes ont annoncé leur intention d’acquérir une participation majoritaire dans Uranium One, M. Clinton a reçu 500 000 $ pour un discours à Moscou venant d’une banque russe d’investissement ayant des liens avec le Kremlin qui faisait la promotion du stock d’Uranium One.

[…] Que les dons aient joué un rôle dans l’approbation de l’accord d’uranium est un [élément] inconnu. Mais l’épisode souligne les défis éthiques particuliers présentés par la Fondation Clinton, dirigée par un ancien président qui comptait beaucoup sur l’argent étranger pour accumuler 250 millions $ d’actifs, de même que sa femme a aidé à orienter la politique étrangère américaine en tant que secrétaire d’Etat, en présidant les décisions avec le potentiel de faire profit aux donateurs de la fondation.

La banque russe en question, Renaissance Capital, était tellement satisfaite de la performance de Bill Clinton à ce Questions/Réponses à 500k $ que Vladimir Poutine, qui était premier ministre à l’époque, a personnellement appelé Clinton pour le remercier.

Selon Clinton Cash, les dons totaux des actionnaires d’Uranium One à la Fondation Clinton ont dépassé 145 millions $, dans la période où le Département d’Etat d’Hillary Clinton était en train d’approuver l’accord Rosatom, qui a donné à la Russie le contrôle sur environ 20% de l’uranium des Etats-Unis.

Les Clinton ont toujours insisté sur le fait qu’aucune de ces grandes contributions étrangères ou des honoraires à six chiffres n’ont jamais influencé les décisions politiques, mais maintenant, ils sont soudainement devenus très intéressés de l’influence russe dans la controverse des DNC Leaks.

Voilà un double standard impressionnant, que les médias suivent également, puisque les mêmes organismes d’informations qui inondent actuellement la zone [médiatique] avec des histoires de hackers russes étaient complètement indifférentes au fait de questionner Hillary Clinton sur le contrat Uranium One. Même les journaux qui ont rapporté l’histoire, comme le New York Times, ont prévu de ne jamais confronter Clinton à ce sujet, au cours de ses rares plaisantes disponibilités à la presse.

Lire la suite: http://www.breitbart.com/2016-presidential-race/2016/07/25/flashback-clintons-loved-russia-enough-sell-uranium/

Clinton Cash, livre de Peter Schweizer: https://www.amazon.com/Clinton-Cash-Foreign-Governments-Businesses/dp/0062369296/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1469472528&sr=8-1&keywords=clinton+cash

Uranium One [wikipedia]: https://en.wikipedia.org/wiki/Uranium_One

Les financements dérangeants de la Russie à la Fondation Clinton (Les Echos, 24/04/2015): http://www.lesechos.fr/24/04/2015/LesEchos/21926-028-ECH_les-financements-derangeants-de-la-russie-a-la-fondation-clinton.htm
  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives