WikiLeaks révèle comment les Etats-Unis ont poursuivi de manière agressive le changement de régime en Syrie, en provoquant le début d’un bain de sang

800px-Azaz_Syria_during_the_Syrian_Civil_War_Missing_front_of_House

Le 9/10/2015, par Robert Naiman, Verso Books (extrait du livre)

Ce qui suit est le chapitre 10 des documents WikiLeaks:

Le 31 Août 2013, le président américain Barack Obama a annoncé qu’il avait l’intention de lancer une attaque militaire contre la Syrie en réponse à une attaque aux armes chimiques dans ce pays que les États-Unis ont attribué au gouvernement syrien. Obama a assuré le public américain que ce serait une action limitée uniquement destinée à punir le gouvernement Assad pour l’utilisation d’armes chimiques; l’objectif de l’action militaire américaine ne serait pas de renverser le gouvernement Assad, ni de changer l’équilibre des forces dans la guerre civile interconfessionnelle en Syrie.

L’histoire montre que la compréhension du public face à la politique étrangère des États-Unis dépend de façon cruciale de l’évaluation des motivations des responsables américains. Il est plus que probable que les responsables américains se présenteront aux yeux du public comme ayant des motivations plus nobles que ce qu’ils partagent avec d’autres en privé, et donc que si les membres du public avaient accès aux motivations partagées en privé, ils pourraient faire des évaluations différentes de la politique américaine. Ceci est la raison principale pour laquelle la publication des câbles diplomatiques américains par WikiLeaks était si importante.

Les câbles ont donné au public une ouverture récente sur les stratégies et les motivations des responsables américains telles qu’ils les ont exprimé entre eux, pas comme ils ont l’habitude de les exprimer au public. Dans le cas de la Syrie, les câbles montrent que le changement de régime avait été un objectif de longue date de la politique américaine; que les Etats-Unis ont fait la promotion du sectarisme en soutien à leur politique de changement de régime, contribuant ainsi à jeter les bases de la guerre civile interconfessionnelle et à l’effusion massive de sang que nous voyons aujourd’hui en Syrie; que les éléments clés de la politique de changement de régime par l’administration Bush sont restés en place alors même que l’administration Obama s’est tournée publiquement vers une politique d’engagement; et que le gouvernement américain était beaucoup plus intéressé par la politique étrangère du gouvernement syrien, notamment sa relation avec l’Iran, que par les droits de l’homme à l’intérieur de la Syrie.

Un câble du 13 Décembre 2006, «Influencer le SARG [Gouvernement Syrien] à la fin de 2006″, indique que, d’aussi loin que 2006 – cinq ans avant les manifestations du «Printemps arabe» en Syrie – déstabiliser le gouvernement syrien était une motivation centrale de la politique américaine. L’auteur du câble était William Roebuck, à ce moment chargé d’affaires à l’ambassade américaine à Damas. Le câble souligne les stratégies pour déstabiliser le gouvernement syrien. Dans son résumé du câble, Roebuck écrit:

Nous croyons que les faiblesses de Bachar sont dans la façon dont il choisit de réagir à des questions imminentes, à la fois dans la perception et dans la réalité, comme le conflit entre les étapes de la réforme économique (cependant limitée) et des forces corrompues, bien enracinées, la question kurde, et la menace potentielle pour le régime de la présence croissante d’extrémistes islamistes en transit. Ce câble résume notre évaluation de ces vulnérabilités et suggère qu’il peut y avoir des actions, des déclarations, et des signaux que le gouvernement US peut envoyer et qui permettront d’améliorer la probabilité de telles opportunités qui se manifestent.

Ce câble indique que l’objectif des États-Unis en Décembre 2006 a été de saper le gouvernement syrien par tous les moyens, et que ce qui importait était de savoir si l’action des États-Unis permettrait de déstabiliser le gouvernement, pas de savoir ce que pourraient être les autres impacts de l’action. En public, les Etats-Unis étaient en faveur de la réforme économique, mais en privé les États-Unis ont vu le conflit entre la réforme économique et « les forces corrompues, retranchées » comme une « opportunité ». En public, les États-Unis étaient opposés aux « extrémistes islamistes » où que ce soit; mais en privé, ils ont vu la « menace potentielle pour le régime de la présence croissante d’extrémistes islamistes en transit » comme une « opportunité » que les Etats-Unis devraient considérer dans leur champ action pour essayer de l’augmenter.

Lire la suite: http://www.truth-out.org/progressivepicks/item/33180-wikileaks-reveals-how-the-us-aggressively-pursued-regime-change-in-syria-igniting-a-bloodbath

Publicités

Le site de la diplomatie française confronte les affirmations de Bachar al-Assad sur la BBC et France 2 à la situation en Syrie

Comparaison entre les affirmations de Bachar al-Assad et les conclusions de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie (avril 2015)

Lire le communiqué: http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/syrie/la-france-et-la-syrie/actualites-2015/article/comparaison-entre-les-affirmations

Les enfants à Raqqa forcés de s’entraîner comme des combattants et des bourreaux de l’Etat Islamique (ISIS)

Isis-childrenv2v3Les enfants reçoivent des fusils Kalachnikov et apprennent à décapiter les gens dans le camp d’entraînement

Loulla-Mae Eleftheriou-Smith, 25 septembre 2014

Dans un camp spécial de la province de Raqqa en Syrie, entre 200 et 300 enfants sont supposés recevoir un entraînement des militants de l’Etat Islamique (Isis) pour devenir des combattants et des bourreaux du groupe terroriste.

Le camp d’Al Sharea’l est réservé aux enfants de moins de 16 ans qui apprennent à soutenir l’idéologie militante d’Isis (également connu sous le nom d’Etat islamique), et seraient formés pour manipuler des fusils Kalachnikov et RPG dans le cadre de leur entraînement initial.

Ibrahim al-Raqqawi, un militant syrien, a déclaré au Telegraph que les camps sont présentés aux parents comme des « clubs de scouts pour garçon » où les enfants recevront un enseignement sur l’islam et l’étude du Coran, mais en réalité, ils sont formés comme kamikazes et militants combattants.

Lire la suite: http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/children-in-raqqa-forced-to-train-as-isis-fighters-and-executioners-9754544.html

WikiLeaks: Quand l’Elysée rendait visite à Bachar al-Assad – Le Liban, Israël et l’Union Pour la Méditerranée

640px-Palais_de_l'Elysée_EntréeCâble n°08PARIS1139 du 16 juin 2008: « Lecture de la présidence française sur la visite Guéant/Levitte du 15 juin à Damas »

ns 1.4. (b), (d).

1. (C) Le conseiller NEA [New Enterprise Allowance] de la présidence française, Boris Boillon, nous a donné une lecture rapide de la visite du 16 juin effectuée à Damas, un jour plus tôt, par le SecGen [Secrétaire Général] de l’Elysée, Claude Guéant, le conseiller diplomatique Jean David Levitte, et Boillon. Le trio a rencontré le président syrien Bachar al-Assad pendant environ une heure, suivi d’un déjeuner organisé par le FM [Ministre des Affaires étrangères] Mu’allim. Assad, « comme d’habitude », était « sincère et un peu ouvert » sur le plan de son attitude générale. (Note: Les Français, en remontant à l’initiative de l’Elysée sur le Liban, l’année dernière, ont toujours décrit Assad en ce qu’ils reconnaissent comme des termes étonamment positifs.) Assad a commencé par soulever [la question de] l’Union pour la Méditerranée (UPM), confirmant sa présence au sommet du 13 juillet à Paris. Assad a demandé, cependant, le changement de nom, puisqu’«union» impliquait pour lui une relation politique normale de travail avec Israël. Boillon a déclaré que les français ont fermement refusé et ont souligné que l’union était moins une structure rigide qu’un cadre pour un «processus». Assad a ensuite demandé des références encore plus claires dans l’UPM au processus de Barcelone existant. Boillon a ajouté, avec un clair regret, qu’Assad a confié que le résultat-clé du récent mini-sommet de Tripoli serait probablement la présence de Kadhafi au sommet de Paris du 13 juillet pour qu’il puisse exprimer ses doutes au sujet de l’UPM en personne. (Commentaire: Boillon a qualifié cette perspective de «malheureuse», et cela rappelle sans doute de nombreux souvenirs amers de la lutte constante qu’il menait avec les Libyens sur la visite longue et controversée de Kadhafi en décembre dernier. Fin de commentaire)

2. (C) Sur les relations bilatérales, Assad a demandé une réunion bilatérale avec le Président français Nicolas Sarkozy avant les activités du sommet du 13 juillet. Boillon a déclaré que les français ont accepté en principe, mais ont dit qu’ils auraient à soumettre la question à Sarkozy. (Commentaire: Nous soupçonnons que, en plus de comprendre les optiques difficiles d’une telle réunion, les Français n’ont pas encore décidé de la manière de gérer des réunions bilatérales avec les nombreux chefs d’Etat dont la présence est attendue. Fin de commentaire) Assad a soulevé [la question] de l’amélioration des relations économiques, mis l’accent sur l’accroissement du commerce et de l’investissement français en Syrie, ainsi que la mise à niveau de l’accord d’association entre la Syrie et l’Union européenne pendant la présidence française de l’UE. La réponse française a été que les progrès dans tous ces domaines dépendent du contexte global des relations bilatérales et en particulier:

— Les progrès sur les relations diplomatiques complètes entre la Syrie et le Liban: Assad a dit qu’il attendrait un nouveau gouvernement libanais pour envoyer Mu’allim à Beyrouth pour inviter «les trois présidents» à Damas pour discuter et annoncer officiellement la mise en place de relations diplomatiques complètes. Selon Boillon, Guéant et Levitte ont soulevé avec Assad et Mu’allim des préoccupations partagées par l’USG [Gouvernement US]/France sur la renégociation des Syriens pour les accords actuels (par exemple, sur le commerce) qui étaient favorables au Liban. En outre, Boillon n’est pas certain de savoir comment les Libanais réagiront à l’engagement d’Assad d’éliminer le conseil suprême actuel entre la Syrie et le Liban qui gère efficacement la relation «bilatérale» et remplace l’établissement d’ambassades dans les capitales respectives.

— L’évolution des pourparlers Syrie/Israël: Assad les a ouvertement décrit comme «très sérieux» et dans l’intérêt de la Syrie. Il s’est dit optimiste sur leur progrès et a affirmé que la Syrie attend la réponse d’Israël à un document de deux pages sur des questions de sécurité (Boillon ne savait pas si cela incluait les frontières ou quelles questions spécifiques ont été couvertes) pour juger des intentions israéliennes. Selon Boillon, Assad a déclaré que la Syrie comptait sur un éventuel parrainage des États-Unis et/ou de l’Europe des possibles pourparlers directs. Mu’allim a indiqué que, afin de prévenir les problèmes de Palestiniens entravant les pourparlers Syrie/Israël, Damas était en contact avec le Hamas pour dire au Hamas, qu’il n’avait pas envie d’une escalade de la violence et pour encourager la libération du soldat israélien Gilad Shalit (un double national français/israélien).

— Geste positif sur les droits de l’homme: Guéant et Levitte ont dit à Assad que la France souhaite un geste positif sur les droits de l’homme avant le 14 juillet, une occasion qui en France, entre autres, célèbre la France comme le lieu de la naissance des conceptions occidentales des droits de l’homme. Ces gestes pourraient inclure la libération de détenus de l’opposition et permettre à Riadh Saif et à d’autres dirigeants malade de quitter la Syrie pour un traitement médical. Assad a répondu avec un non « ferme et sanglant », en faisant valoir que la France doit comprendre comment accepter la conduite de la Syrie sur les droits de l’homme et de traiter cela dans le contexte approprié. Il était, en tout cas, un non-starter, puisque les droits de l’homme sont une affaire interne. Lorsque nous avons demandé à Boillon ce qu’était la réponse française, il a indiqué que l’Elysée serait susceptible d’accepter qu’il n’y ait pas lieu d’appuyer cette question comme un préalable absolu à de meilleures relations.

3. (C) Sur le Liban, Assad a déclaré que la Syrie n’interférerait pas dans les efforts pour former un nouveau gouvernement et laisserait les Libanais arriver à un accord par eux-mêmes. Il a ajouté que sa compréhension de l’obstacle principal était l’insistance d’Aoun pour être nommé ministre des Finances, et que c’était à Aoun et Siniora de résoudre cette impasse.

4. (U) L’Elysée a publié un communiqué annonçant la visite Guéant/Levitte du 15 juin à Damas, et leurs rencontres avec Assad et Mu’allim. Il était noté que les envoyés avaient transmis à Assad un message du président Sarkozy et ont discuté des relations bilatérales, de la situation au Proche-Orient (en particulier le Liban, les contacts Israël/Syrie, et le «processus de paix»), ainsi que l’Union pour la Méditerranée. Le communiqué a caractérisé les discussions comme «utiles et constructives», avec les deux parties étant d’accord sur la nécessité de renforcer les relations bilatérales, de poursuivre les efforts coordonnés pour instaurer une paix juste globale dans la région, et de continuer à encourager les Libanais à appliquer l’accord de Doha.

5. (C) Commentaire: le grand absent de la lecture de Boillon était une mention de la spéculation des médias que Sarkozy espère organiser une réunion Assad/Olmert sur ​​les marges du sommet du 13 juillet. Fin de commentaire

STAPLETON

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/08PARIS1139_a.html

La crise et l’austérité, une opportunité pour mettre fin à l’armement?

La troïka a décidé une chose étrange en Grèce: mettre fin à l’industrie de l’armement dans ce pays pour des raisons économiques. Mais ce qui apparaît comme une décision de sauver le capitalisme, peut aussi être une chance pour tous les pacifistes qui sont contre la guerre et l’armement, pour tous ceux qui espérent un monde plus juste et libéré des conflits.

Ainsi, grâce à cette crise européenne et mondiale qui a bouleversé la vie de millions de citoyens, et qui a appauvri des milliers de personnes, peut-être que les Etats ont compris qu’il faut renoncer à l’armement et à toutes sortes de projets de défense militaire.

Si tous les Etats européens faisaient comme la Grèce, ce serait une bonne chose pour la paix en Europe et dans le monde. Si la France, au lieu de développer son budget, renonçait aux drones, par exemple, et aux logiciels de surveillance, peut-être que l’argent économisé sur l’industrie de la défense et de l’armement servirait à financer des projets humains dans notre société?

Tellement d’argent part dans le budget de l’armement, tant de bombes inutiles explosent dans le monde, ne laissant derrière que des morts, de la poussière, le vide et la désolation des populations. Pourquoi les Etats consacrent tant d’argent à des choses qui sont contraires à la vie, et contraires au respect et au maintien des Droits de l’homme dans le monde?

Peut-être que cette décision de la troïka est une décision de sagesse, et qu’elle annonce une nouvelle prise de conscience de nos gouvernements face à l’inutilité des armes et des guerres dans le monde?

Comme on peut même le voir dans les derniers documents publiés par Wikileaks, les marchands d’armes vont dans les pays les plus pauvres et les plus menacés politiquement. L’armement déstabilise de nombreux pays, et ceci a des conséquences directes sur les populations touchées par les conflits, comme c’est le cas en Syrie, où le régime se défend de façon meurtrière contre des rebelles financés et armés par l’Arabie Saoudite. Quels sont les hommes politiques qui osent dénoncer en France le rôle de l’Arabie Saoudite dans ce conflit? Encore une fois, cela prouve que l’armement est au service des Etats, mais ce n’est pas un outil de libération pour la population qui en est victime. L’armement ruine des pays et la vie des civils.

Alors, il faut espérer que la crise économique en Europe et dans le monde abolira la nécessité et la volonté des Etats à posséder de plus en plus d’armes et de matériel militaire.

Cette course à l’armement s’est toujours faite contre l’intérêt des populations, notamment depuis les attentats du 11 septembre, et la crise actuelle résulte aussi de ce manque de discernement face aux vraies priorités des gouvernements. La course à l’armement, la guerre contre le terrorisme, le développement des logiciels de surveillance et le fichage systématique des citoyens, ont appauvri les Etats, plus qu’ils n’ont apporté un quelconque progrès à l’humanité. Tout cela a pesé sur les budgets et l’économie de nos démocraties, qui ont souvent choisi la surveillance totalitaire plutôt que la défense des libertés civiles.

Il faut espérer que d’autres pays suivront le modèle de la Grèce, en renonçant aux industries de l’armement et aux budgets de la défense. Ceci ouvrira peut-être la voie à des projets de paix qui permettront la stabilité politique dans le monde, ainsi que le progrès des libertés et des droits humains pour chacun d’entre nous.

kimono

6 septembre 2013

CC BY-SA

La Syrie attaquée pour avoir défendu les Palestiniens contre Israël en 2010?

Le conflit syrien, ou guerre civile syrienne, peut trouver une autre porte d’interprétation, si on considère la problématique du conflit israélo-palestinien. En effet, la Syrie avait plusieurs fois défendu les droits des Palestiniens, avant le début de la guerre. En 2010, le gouvernement syrien avait appelé Israël à « mettre fin aux violations systématiques des droits humains dans le Golan occupé ». Est-ce que la Syrie a indirectement été victime d’un complot terroriste, organisé par les Etats-Unis et Israël, — comme le prétendent certains journalistes — pour la défense que le régime prenait en faveur de la cause palestinienne? Un document Wikileaks retrace cet épisode.

israel_palestine-map-edit-1353601538.24Illustration: La perte du territoire palestinien 1946-2005

SYRIE/ISRAEL/ANP/ONU – La Syrie Renouvelle la Demande pour Mettre Fin aux Violations Systématiques dans le Golan Occupé

Publié le 02-03-2012 01:00 GMT

Email-ID 1850591
Date 1970-01-01 01:00:00
From basima.sadeq@stratfor.com
To os@stratfor.com

La Syrie Renouvelle la Demande pour Mettre Fin aux Violations Systématiques dans le Golan Occupé

28 Sept. 2010

http://sana.sy/eng/22/2010/09/28/310091.htm

Genève, (SANA) – La Syrie a renouvelé lundi sa demande pour l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, pour lever le siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale.

Cette demande est intervenue au cours du discours du Représentant Permanent de la Syrie Faisal al-Hamwi, auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, au nom du Groupe Arabe, pendant les discussions du Conseil des Droits de l’homme sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et dans les territoires occupés du Golan syrien.

Le Conseil a été informé sur le rapport du juge Goldstone qui a condamné le refus d’Israël pour la coopération avec son comité.

Al-Hamwi a appelé à condamner Israël pour son refus de coopérer avec le comité de Goldstone, en notant que l’indifférence israélienne et le rejet des enquêtes de la Commission visent à échapper au châtiment.

Il a souligné la nécessité que le Conseil ne devrait pas permettre que les droits des victimes du massacre de Gaza soient négligés, tout comme les droits des victimes de Bait Hanoun et d’autres massacres perpétrés par Israël.

Le Conseil a situé les violations des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et dans les territoires occupés du Golan syrien. Al-Hamwi a énuméré les violations israéliennes des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et le Golan syrien occupé, ce qui comprenait tous les aspects de la vie.

Au cours des discussions générales du Conseil concernant le Chapitre VII sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et dans les autres territoires arabes occupés, al-Hamwi a dit, dans la déclaration de la Syrie au Conseil, « Jour après jour, l’occupation israélienne a continué ses violations des droits de l’homme dans le Golan syrien occupé », soulignant que dans l’entrée des prisonniers syriens dans leur 26ème année dans les prisons israéliennes, Israël continue de priver les citoyens du Golan syrien occupé d’eau potable et l’exploite dans l’intérêt des colons israéliens.

La déclaration a appelé à faire l’examen des détails de cette attaque et d’un certain nombre d’autres attaques contre les citoyens syriens du Golan occupé, dans un message adressé par le ministre des Affaires étrangères de la Syrie au président du Conseil des droits de l’homme, le 31 Août 2010.

Al-Hamwi a conclu son intervention, en disant que peu importe la façon dont la campagne de distorsion israélienne augmente, nous et tous les pays qui croient dans les vrais droits de l’homme sans doubles standards, nous suivrons l’occupation dans ce conseil pour exposer la vérité et pour libérer les prisonniers, et permettre à nos citoyens de jouir de leur droit en ce qui concerne la visite sans conditions de leur patrie, en plus de la principale demande de mettre fin à l’occupation israélienne du Golan syrien occupé.

H. Zain / Al-Ibrahim

Source: http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1850591

Interview de Bachar al-Assad sur le Hezbollah et le front du Golan: http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=114299&frid=18&seccatid=37&cid=18&fromval=1

Pourquoi la politique israélienne des destructions massives? http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=46&frid=46&eid=64129

Sayed Nasrallah: « Seule la solution politique est valable en Syrie » http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=46&frid=46&eid=56969

Stratfor Files: Syrie/Turquie – Détails sur les barbouzes du régime et tensions avec la Turquie

Le président syrien Bachar al-Assad et le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan

Email-ID 1162867
Date 2011-05-18 16:19:17
From bhalla@stratfor.com
To watchofficer@stratfor.com

PUBLICATION: topo/analyse

ATTRIBUTION: source STRAFOR

DESCRIPTION DE LA SOURCE: analyste politique syrien bien connecté

Crédibilité: B

CRÉDIBILITÉ DE L’INFO: 2-3

DISTRIBUTION: Alpha

CONTRÔLEUR SOURCE: Reva

(suite…)

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités