11 février 2014: Soutenez « le jour où nous nous défendons » contre la surveillance massive

The day we fight back

Communiqué « The Day We Fight Back » Against Mass Surveillance

A l’intention des médias – 10 janvier 2014
Contact US: Blair FitzGibbon 202-503-6141
(traduction: Hello@LesChatsCosmiques.net)

Pour commémorer le décès tragique d’Aaron Swartz, les principaux groupes Internet et les plateformes en ligne [Mozilla, BoingBoing, l’Electronic Frontier Foundation, Reddit, etc.] s’unissent pour organiser une journée militante contre la surveillance du net par la NSA.

Afin d’honorer la mémoire de Swartz et de célébrer l’anniversaire de la suspension du SOPA, cette mobilisation est intitulée « The Day We Fight Back [Jour de Riposte] »

Washington, DC – Une large coalition  de groupes activistes, de sociétés et de plateformes en ligne prévoient d’organiser le 11 février une journée mondiale de mobilisation activiste à l’encontre de l’espionnage de masse pratiqué par la NSA. Intitulée « The Day We Fight Back (Jour de Riposte)», cette journée activiste a été annoncée le 10 janvier, à la veille de la commémoration du décès tragique d’Aaron Swartz, technologue engagé. Cette contestation lui est doublement dédiée car elle vise également à célébrer une victoire à laquelle il a contribué, à savoir la suspension du Stop Online Piracy Act (SOPA) il y aura deux ans ce mois-ci.

Les participants incluent à ce jour Access, Demand Progress, l’Electronic Frontier Foundation, Fight for the Future, Free Press, BoingBoing, Reddit, Mozilla, ThoughtWorks,. D’autres devraient rejoindre le mouvement et nous invitons des millions d’internautes, américains et citoyens du monde, à exercer des pressions sur les législateurs pour mettre fin à la surveillance généralisée.

Le 11 janvier 2013, Aaron Swartz a mis fin à ses jours. Aaron avait un esprit brillant et inquisiteur qu’il avait consacré à l’étude des moyens et des finalités de la technologie via ses écrits, ses recherches et son art. Avant sa mort, il se focalisait notamment sur les questions d’activisme politique en soutien aux libertés civiques, à la démocratie et à la justice économique.  Aaron avait impulsé et guidé le mouvement qui finit par vaincre le Stop Online Piracy Act en janvier 2012. Ce texte de loi aurait détruit l’Internet tel que nous le connaissons en bloquant par exemple l’accès aux sites qui autorisent les contenus générés par les utilisateurs – à savoir l’un des fondements clés de la dynamique d’Internet.

Cofondateur avec Aaron Swartz de l’organisme Demand Progress, David Segal  a déclaré « Aujourd’hui, l’espionnage exercé en masse par la National Security Agency représente la plus grande menace ayant jamais pesé sur les libertés des internautes et d’une manière plus générale sur la société. Si Aaron était toujours de ce monde, il serait sur la ligne de front pour riposter contre des pratiques qui visent à saper toute possibilité d’échange et d’engagement entre êtres humains libres ».

Selon Roy Singham, le président de la société ThoughtWorks qui employait Aaron avant son décès: « Aaron nous a montré qu’être un technologue au 21e siècle signifie agir et prendre des mesures afin que les technologies ne soient pas retournées contre les intérêts publics. Il est plus que temps que la tribu des technologues s’unissent à l’échelle mondiale pour mettre un terme à la surveillance généralisée »

Pour Josh Levy, de Free Press: « Depuis les premières révélations l’été dernier, des centaines de milliers d’internautes se sont unis en ligne ou hors ligne  afin de protester contre les programmes de surveillance de la NSA. Anticonstitutionnels, ces programmes ne portent pas seulement atteinte à nos droits fondamentaux de nous connecter et de communiquer en privé, ils frappent au coeur même des fondements de la démocratie.  Seul un large mouvement d’activistes, d’organisations et d’entreprises pourra convaincre Washington de restaurer ces droits ».

Le directeur d’Access Brett Solomon ajoute qu’ »Aaron pensait en termes de systèmes. Il savait qu’un Internet libre et ouvert représente un prérequis crucial pour préserver nos sociétés libres et ouvertes. Son esprit nous guide dans notre détermination à surmonter les menaces qui pèsent sur ces libertés. Le 11 février prochain, nous nous élèverons contre la surveillance de masse ».

En cette journée d’action, la coalition et les activistes qu’elle représente passeront des appels et enverront des e-mails aux législateurs américains. Les propriétaires de sites web installeront des bannières encourageant leurs visiteurs à lutter contre la surveillance tandis que les employés de sociétés technologiques exigeront de leurs employeurs qu’ils fassent de même. Les internautes sont pour leur part encouragés à créer et diffuser des mèmes et avatars de médias sociaux reflétant des demandes similaires.

Les sites et internautes qui souhaitent participer à cette action peuvent visiter TheDayWeFightBack.org et s’inscrire pour être tenus informés des derniers développements. Des mises à jour seront régulièrement publiées d’ici la journée d’action prévue le 11 février.

Qui: Access, Demand Progress, Electronic Frontier Foundation, Fight for the Future, Free Press, The Other 98%, BoingBoing, Mozilla, Reddit, ThoughtWorks – et de nombreux autres à nous rejoindre.

Quoi: Une journée d’action à l’encontre de l’espionnage de masse en l’honneur d’Aaron Swartz et de la suspension du SOPA.

Quand: 11 février 2014

Comment peut-on soutenir le mouvement ? :
1.    Visitez TheDayWeFightBack.org
2.    Inscrivez-vous pour indiquer votre participation et pour recevoir les dernières informations.
3.    Inscrivez-vous pour pouvoir installer des widgets pour sites internet afin d’encourager vos visiteurs à lutter contre la surveillance.
4.    Utilisez tous médias sociaux utiles pour souligner votre participation.
5.    Créez et diffusez tous mèmes, outils, sites dédiés et autres idées à même de souligner votre participation, sensibiliser votre entourage et encourager les autres à faire de même.

Source: https://thedaywefightback.org/

Texte traduit par Les Chats Cosmiques
http://leschatscosmiques.tumblr.com
http://www.scoop.it/cosmikats
https://twitter.com/cosmikats

Publicités

Wikileaks dévoile les ombres de l’accord Trans-Pacific Partnership (TPP)

Wikileaks publie le Trans-Pacific Partnership (TPP)Photo: Traité Trans-Pacifique (TPP), à lire sur le site Wikileaks

Le site Wikileaks a dévoilé une version de travail du Trans-Pacific Partnership. Le TPP est un accord de libre échange signé entre les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Malaisie, l’Australie et six autres pays. Le contenu suscite des profondes critiques qui l’accusent de malmener les droits des utilisateurs.

« Le texte du TPP que nous avons pu découvrir aujourd’hui reflète une terrible mais non surprenante vérité: voilà un accord négocié dans un secret total, notamment avec les entreprises, mais sans le public et qui apparait comme la liste des vœux anti-utilisateurs » émise par l’industrie, résume l’Electronic Frontier Foundation.

Cette version de travail qui date de fin août 2013 est dense (PDF). Et pour cause, elle comporte les propositions de chacun des pays autour d’une ébauche commune. Quelques exemples: le Mexique propose par exemple d’étendre la protection des œuvres phonographiques de 70 à 100 ans après la mort de l’auteur (article QQ.G.6). « De telles durées ne profitent qu’à une infime partie des œuvres disponibles et appauvrissent le domaine public de notre histoire collective » regrette encore l’EFF qui remarque que « les États-Unis font également pression pour que les signataires adoptent une durée de 95 ans pour les sociétés et 120 ans pour les œuvres non publiées. »

Des droits en plus, sauf pour les utilisateurs

Selon Knowledge Ecology International, qui a lui aussi décortiqué le texte, « le document confirme les craintes selon lesquelles les parties à la négociation sont prêtes à étendre la portée des droits de propriété intellectuelle tout en réduisant les garanties et les droits des consommateurs ». Si des pays comme le Canada, le Chili, le Brunei, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Vietnam, Singapour et le Mexique adoptent une position assez souple sur la responsabilité des intermédiaires techniques, les États-Unis, épaulés par l’Australie, optent pour la voie musclée et démultiplient les conditions avant que cette limitation soit effective.

Une analyse également partagée par Michael Geist qui consacre un article entier sur cette problématique qui n’est pas sans rappeler l’accord ACTA. Ces pays, exception faite de la Malaisie et de la Nouvelle Zelande, voudraient ainsi que cette limitation de responsabilité soit conditionnée par des CGV qui prévoient la résiliation de l’abonnement de ceux coupables d’infraction répétées au droit d’auteur (page 88 du PDF de l’accord TPP).

Les États-Unis veulent également, avec quatre autres pays, que chaque partie à l’accord TPP mette en place une procédure administrative ou judiciaire permettant aux ayants droit, après notification, d’obtenir rapidement l’identité du contrevenant présumé auprès des fournisseurs de service en ligne.

Les Etats-Unis opposés à une clause anti-abus

Signalons dans l’autre sens l’article QQ.A.9 qui veut empêcher les abus de droits de propriété intellectuelle, qu’ils soient anticoncurrentiels, menacent la biodiversité, restreignent le commerce de manière déraisonnable ou sont notamment préjudiciables au transfert international de technologie. Tous les pays sont favorables à cette disposition, sauf le Japon et les États-Unis.

D’autres mesures concernent la protection des médicaments, des verrous numériques (Article QQ.G.10) ou le secteur des brevets. Sur ce dernier, comme le pointe The Verge, les États-Unis demandent ainsi à ce que l’animal comme la plante soient brevetables (Article QQ.E.1, point 3, (a)). L’administration Obama voudrait également que soient brevetables les « méthodes diagnostiques, thérapeutiques et chirurgicales pour le traitement des êtres humains ou des animaux. »

Source: http://www.pcinpact.com/news/84423-wikileaks-devoile-ombres-l-accord-trans-pacific-partnership-tpp.htm

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités