Comment les nuggets de poulet sont devenus le véritable symbole de notre époque

C’est ce qui arrive lorsque vous transformez le monde naturel en une machine à faire du profit.

The Guardian, 8 mai 2018, Par Raj Patel et Jason W Moore

Le symbole le plus parlant de l’ère moderne n’est ni l’automobile ni le smartphone. C’est le nugget de poulet. Le poulet est déjà la viande la plus populaire aux États-Unis et devrait devenir la viande préférée sur la planète d’ici 2020. Les civilisations futures trouveront des traces de l’humanité et des 50 milliards d’oiseaux par an dans les fossiles, un marqueur de ce que nous appelons maintenant l’anthropocène. Et pourtant, le changement radical de notre consommation repose, non pas sur l’activité humaine en général, mais sur le capitalisme. Bien que nous ayons appris à le comprendre en tant que système économique, le capitalisme n’organise pas seulement les hiérarchies du travail humain. Le capitalisme est ce qui se produit lorsque le pouvoir et l’argent se combinent pour transformer le monde naturel en une machine à faire du profit. En effet, notre vision de la nature doit beaucoup au capitalisme.

Chaque civilisation a rendu son interprétation de la différence entre «nous» et «eux», mais ce n’est que sous le capitalisme qu’il existe une frontière entre la «société» et la «nature» – une frontière violente et étroitement surveillée, profondément enracinée dans le colonialisme.

Prenant forme à l’ère de Christophe Colomb, le capitalisme a créé une opposition binaire particulière. La «nature» est devenue l’antonyme de la «société» dans l’esprit des philosophes, dans la politique des empires européens et dans les calculs des centres financiers mondiaux. La «nature» était un lieu de profit, une vaste frontière de cadeaux gratuits en attente d’être acceptés par les conquérants et les capitalistes.

C’était une vision dangereuse de la nature pour toutes sortes de raisons, notamment parce qu’elle dégradait simultanément les vies humaines et animales de toutes sortes. Ce que nous appelons la «nature bon marché» englobait non seulement les forêts, les champs et les ruisseaux, mais également la grande majorité de l’humanité. Au cours des siècles entre Colomb et la révolution industrielle, des Africains, des Asiatiques, des peuples autochtones et pratiquement toutes les femmes, esclaves et soumis à la servitude, sont devenus partie intégrante de la «nature» – et ont donc été traités à moindre coût. Lorsque les humains peuvent être traités avec si peu de soin, il n’est pas surprenant que des animaux le soient encore moins face au capitalisme, en particulier ceux que nous finissons par acheter pour les manger.

Les animaux ont été au centre de cinq siècles de transformation alimentaire, qui s’est fortement accélérée après la seconde guerre mondiale. La création du monde moderne dépendait du mouvement du bétail, des moutons, des chevaux, des porcs et des poulets vers le nouveau monde, renforçant ainsi la progression meurtrière des microbes, des soldats et des banquiers après 1492. «L’empreinte écologique du capitalisme», expression utilisée par le spécialiste de l’alimentation Tony Weis, est devenue radicalement mondialisée depuis. Selon Weis, dans le demi-siècle qui a suivi 1961, la consommation de viande et d’œufs par habitant a doublé et le nombre d’animaux abattus a été multiplié par huit, passant de huit à 64 milliards.

Lire la suite: https://www.theguardian.com/news/2018/may/08/how-the-chicken-nugget-became-the-true-symbol-of-our-era

illustration: wikimedia

Armes silencieuses pour guerres tranquilles

strangelove_war_room

Le document suivant, daté de Mai 1979, a été trouvé le 7 Juillet 1986 dans un photocopieur IBM acheté à une vente de surplus militaire. Négligence ou fuite intentionnelle, il semble que ce document ait été en la possession des services secrets de l’US Navy. Le document, par sécurité, ne porte pas la signature de l’organisation dont il provient. Mais des recoupements d’informations et de dates laissent supposer qu’il pourrait s’agir du Groupe de Bildergerg, un « club de réflexion » qui rassemble des personnes extrêmement puissantes des mondes de la finance, de l’économie, de la politique, de l’armée et des services secrets. Le document se présente comme un « manuel de programmation » de la société, apparemment destiné aux nouveaux membres de l’organisation. Ce document pourrait aussi avoir été écrit par un auteur de science-fiction inspiré, ou par un journaliste bien informé.

Vrai ou faux, l’important est que les stratégies qui sont décrites ici sont très largement appliquées dans les orientations de l’économie et de la société depuis 30 ans, dans tous les pays occidentaux, et avec une remarquable synchronisation. Publié en annexe du livre « Behold a pale horse » de William Cooper, Light Technology Publishing, 1991 TOP SECRET Silent weapons for quiet wars (Armes silencieuses pour guerres tranquilles), An introductory programming manual Operations Research Technical Manual TM-SW7905.1 Bienvenue à bord. Cette publication marque le 25ème anniversaire de la Troisième Guerre Mondiale, appelée « guerre tranquille », et conduite en utilisant des armes biologiques subjectives, qualifiées « d’armes silencieuses ». Sécurité. Il est manifestement impossible de parler d’engineering social, ou d’automatisation d’une société (engineering des systèmes d’automatisation sociale ou « armes silencieuses ») sur une échelle nationale ou internationale sans impliquer de vastes objectifs de contrôle social et de destruction de la vie humaine (c’est à dire d’esclavage et de génocide).

Ce manuel est en lui-même une déclaration d’intention de ce type. Un tel écrit doit être tenu à l’abri du regard du public. Autrement, il pourrait être reconnu comme une déclaration formelle et technique de guerre intérieure. De plus, dans le cas où une personne ou un groupe de personnes dans une position de pouvoir importante utiliseraient une telle connaissance et une telle méthodologie pour la conquête économique, il doit être compris qu’un état de guerre intérieure existe alors entre ce groupe de personnes et le public. La solution aux problèmes de notre époque requièrent une approche impitoyablement franche, sans s’embarrasser de valeurs religieuses, morales, ou culturelles. Vous avez été sélectionné pour ce projet en raison de votre capacité à regarder la société humaine avec une froide objectivité, et encore d’analyser ou de discuter de vos observations et conclusions avec des capacités intellectuelles similaires sans la perte de la discrétion ou de l’humilité. De telles vertus sont exercées dans votre propre intérêt supérieur. Ne déviez pas d’elles. Introduction historique. La technologie des armes silencieuses a évolué à partir d’Operations Research (O.R.), une méthodologie stratégique et tactique développée par l’état-major militaire en Angleterre durant la Seconde Guerre Mondiale.

Le but original d’Operations Research était d’étudier les problèmes stratégiques et tactiques de défense aérienne et terrestre avec pour objectif l’utilisation effective de ressources limitées contre des ennemis étrangers. Il fut bientôt reconnu par ceux en position de pouvoir que les mêmes méthodes pouvaient être utiles pour contrôler totalement une société. Mais de meilleurs outils étaient nécessaires. L’engineering social (l’analyse et l’automatisation d’une société) requièrent la mise en relation d’une grande quantité d’informations économiques toujours changeantes, si bien qu’un système ultra-rapide de traitement de l’information était nécessaire pour prendre de vitesse la société, et prédire quand celle-ci sera parvenue à sa capitulation. Les calculateurs à relais étaient trop lents, mais l’ordinateur électronique, inventé en 1946 par J.Presper Eckert et John W.Mauchly remplit la mission.

L’étape décisive suivante fut le développement d’une méthode de programmation par lignes en 1947, par le mathématicien George B. Dantzig. Puis en 1948, le transistor, inventé par J. Bardeen, W. H. Battrain, and W. Shockley, promit le champ d’action de l’ordinateur à une expansion rapide grâce à la réduction de l’espace et de l’énergie nécessaires. Avec ces trois inventions sous leur direction, ceux qui étaient en position de pouvoir pressentirent fortement qu’il était possible pour eux de contrôler l’ensemble du monde en appuyant sur un bouton. Immédiatement, la Fondation Rockfeller mit ceci en application en subventionnant un cycle d’études de 4 ans au Harvard College, fondant le Harvard Economic Research Project pour étudier la structure de l’économie américaine. Un an plus tard, en 1949, l’US Air Force se joignait au projet. En 1952, la période d’études se termina, et une rencontre à haut niveau de l’Elite était conduite pour déterminer la prochaine phase des recherches en opérations sociales.

Le projet Harvard avait été très fructueux, et quelques uns de ses résultats furent publiés en 1953, suggérant la possibilité d’un engineering socio-économique (*). Avec la fusion nucléaire en 1954, la promesse de sources d’énergie illimitées à partir de l’hydrogène lourd de l’eau de mer, et en conséquence la disponibilité d’un pouvoir social illimité, était une possibilité éloignée de seulement quelques décennies. La combinaison était irrésistible. La « Guerre Tranquille » fut tranquillement déclarée par l’Elite Internationale lors d’une rencontre tenue en 1954. Bien que le système des armes silencieuses fut presque conçu 13 ans plus tôt, l’évolution de ce nouveau système d’armes n’a jamais souffert de revers ou de contretemps majeurs. Ce volume marque le 25ème anniversaire du début de la « Guerre Tranquille ». D’ores et déjà, cette guerre intérieure a remporté beaucoup de victoires sur beaucoup de fronts à travers le monde. (*) « Studies in the Structure of American Economy » (1953), par Vassili Leontief (directeur du Harvard Economic Research Project), International Science Press Inc., White Plains, New York. Introduction politique

http://www.fichier-pdf.fr/2012/08/20/armes-silencieuses-pour-guerres-tranquilles/

Source: http://globalepresse.com/2013/07/08/1241/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives