Vladimir Poutine « ciblé par une agence de renseignement allemande » pendant sa période KGB

IntelNews.org, par Joseph Fitsanakis, le 09/11/2011

220px-vladimir_putin_2015_wikiUn chercheur allemand affirme que Vladimir Poutine [Premier ministre russe en 2011] a été ciblé par le renseignement ouest-allemand dans les années 1980 quand il était agent du KGB en Allemagne de l’Est. Dans les phases finales de la guerre froide, Poutine et son épouse, Ludmila Putina, qui étaient alors la trentaine, ont passé cinq ans à Dresde, en République démocratique allemande [RDA]. En tant qu’un des quatre agents du KGB à Dresde, Poutine a été chargé d’infiltrer l’université locale et de surveiller les activités sur le campus des enfants des notables soviétiques et est-allemands. Mais selon une nouvelle étude publiée la semaine dernière, un agent secret du BND, l’agence du renseignement extérieur de l’Allemagne de l’Ouest, a été en mesure d’infiltrer le ménage de Poutine à Dresde, et de transmettre des informations privées sur la vie personnelle du couple à ses maîtres espions à Bonn et à l’OTAN. L’agent, du nom de code Lenchen, un natif allemand, a travaillé comme traducteur à la station du KGB à Dresde. Elle se serait liée d’amitié avec Ludmila Putina, devenant finalement sa « consolatrice », selon Erich Schmidt-Eenboom, directeur de l’Institute for Peace Studies basé à Weilheim, et qui a publié plusieurs livres sur l’histoire de la BND. Schmidt-Eenboom affirme que Lenchen est devenue la plus proche confidente de Ludmila Putina à Dresde. Cette dernière lui a dit que Vladimir Poutine avait été impliqué dans de nombreuses infidélités au fil des ans et qu’il a souvent battu sa femme. Lenchen a rapporté à ses donneurs d’ordre que la vie dans le ménage Poutine était très dysfonctionnelle, en dépit d’une apparence de bonheur et de normalité. Schmidt-Eenboom affirme qu’il a confirmé le rapport avec au moins deux sources sans rapport avec la connaissance des opérations BND durant la guerre froide. Si l’histoire est historiquement exacte, cela marque seulement la deuxième pénétration connue des structures du KGB en Europe par le BND. Le seul autre exemple similaire, déclare Schmidt-Eenboom, a impliqué un agent nommé COLONEL VIKTOR, qui a également travaillé comme agent pour le BND dans les années 1980. Finalement, affirme le chercheur, Lenchen est devenue enceinte au cours d’une liaison avec un colonel du KGB, et, en 1989, a réussi à convaincre ses donneurs d’ordre ouest-allemands qu’elle avait besoin d’être exfiltrée vers l’Allemagne de l’Ouest en vue de subir un avortement. Une fois sur place, elle a avec succès pris sa retraite de son poste d’espionnage à l’Est, et s’est installée en l’Allemagne de l’Ouest. Sa demande a été accordée, et aujourd’hui, elle vit en Allemagne sous une nouvelle identité, affirme Schmidt-Eenboom. Les reporters ont contacté le porte-parole de la BND, Dieter Arndt, sur l’histoire, mais ont tout simplement eu comme information que l’agence d’espionnage ne « traite pas de nos méthodes ou de nos enquêtes ».

Source: https://intelnews.org/2011/11/09/01-862/

Publicités

Un manifestant de 91 ans va à la cour européenne au sujet de fichiers secrets de la police

The Guardian, par Rob Evans, le 25/07/2016

john_cattJohn Catt, qui n’a pas de casier judiciaire, espère forcer l’unité de « l’extrémisme intérieur » à supprimer des enregistrements de surveillance le concernant

Un individu âgé de 91 ans, dont les activités politiques ont été secrètement enregistrées par la police, a gagné le droit de présenter son cas juridique devant la Cour européenne des droits de l’homme.

John Catt, qui n’a pas de casier judiciaire, a mené une bataille de six ans pour forcer la police à supprimer leurs dossiers de surveillance sur ses activités à 66 manifestations pour la paix et les droits de l’homme.

La police avait noté des descriptions de son apparence et de ses vêtements lors des manifestations, et comment il aimait dessiner des croquis des manifestations.

L’affaire devant la Cour européenne pourrait aider à déterminer en quelle quantité la police est-elle autorisée à enregistrer de l’information sur les individus respectueux de la loi qui participent à des manifestations.

Les juges de la cour ont déclaré que l’une des questions clés qu’ils prendraient en considération, c’est de savoir si la conservation des dossiers était légale et nécessaire dans une société démocratique.

Lire l’intégralité de l’article: https://www.theguardian.com/world/2016/jul/25/protester-91-goes-to-european-court-over-secret-police-files

Marche de solidarité à Londres pour demander l’accès aux fichiers des polices politiques secrètes

Marche de solidarité: Vendredi 15 Janvier 2016, 13h00, Cour suprême, Londres

ADN-ZB/Uhlemann/16.1.1990/Berlin: Stürmung AfNS-Zentrale/ Bei einer Demonstration vor dem Gebäude des ehemaligen AfNS in der Normannen-/ Ruschestraße, zu der das Neue Forum aufgerufen hatte, stürmten Tausende von Haß und Rache erfüllte Bürger das bereits von einem Bürgerkomitee kontrollierte Gebäude und zerstörten Einrichtungen im Werte von Hunderttausenden Mark.

Publié le 8 Janvier 2016

15 Janvier 1990 [Berlin] – On voit la fumée de la police secrète de la Stasi monter depuis le QG de la Stasi à Berlin, alors que les agents tentent désespérément de brûler la preuve de leurs abus. Les gens prennent d’assaut le complexe pour arrêter la destruction, et exigent l’accès aux fichiers qui avaient été compilés sur eux.

15 Janvier 2016 – Les #spycops au Royaume-Uni

Plus d’un quart de siècle plus tard, nous nous battons pour l’accès à la vérité sur la police politique secrète en Grande-Bretagne. Alors qu’une audience a lieu dans l’une des affaires en cours contre les abus commis par des unités secrètes de la MET [Metropolitan Police], rejoignez-nous pour exiger qu’ils… Donnent les noms de couverture et ouvrent les fichiers!

Marche de solidarité – vendredi 15 janvier 2016 – 13h00 Royal Courts of Justice, The Strand, London WC2 métro le plus proche: Holborn / Temple

Source: https://policespiesoutoflives.org.uk/demo-15-jan/

Le Parti Pirate australien publie un guide pour se protéger de la cyber-surveillance

La loi sur la rétention des données en Australie a commencé le 13 octobre 2015.

Ce que vous pouvez faire

La nouvelle loi imminente sur la rétention des données en Australie met en danger votre vie privée et celle de votre famille. Pour vous aider à éviter que vos informations personnelles ne tombent dans de mauvaises mains, vous devriez prendre des mesures pour vous protéger dès maintenant. Ce qui suit est un guide simple pour certaines technologies exemplaires qui peuvent aider à protéger votre vie privée.

Pour des informations plus détaillées pour savoir comment protéger votre vie privée en allant au-delà de ce guide, un bon point de départ sera le site de l’EFF, « l’autoprotection digitale contre la surveillance ». [version française] En fait, la plupart des liens ci-dessous, en ce qui concerne les sujets spécifiques, vous y renvoient.

Lire la suite: https://pirateparty.org.au/dataretention/

Cette nouvelle campagne veut aider les agents de la surveillance à quitter la NSA ou le GCHQ

Panneau Intelexit placé à l’extérieur du complexe Dagger, une base militaire américaine et avant-poste de la NSA à Darmstadt, en Allemagne

Wired.com, Andy Greenberg, le 28/09/2015

Des groupes de soutien aident les membres de sectes et de gangs à se libérer de leurs anciennes vies. Les Alcooliques et Narcotiques Anonymes aident les toxicomanes à surmonter leurs dépendances. Et maintenant, un groupe de militants de la vie privée veut offrir à son public ciblé une voie d’évacuation pour ce qu’ils considèrent comme un piège tout aussi insidieux: leurs emplois pour des agences de renseignement comme la NSA.

Le lundi, un groupe de militants anti-surveillance à Berlin a lancé Intelexit, une campagne visant à encourager les employés de la NSA et de l’agence d’espionnage britannique GCHQ à reconsidérer la moralité de leur travail d’espionnage et de les persuader de le quitter. Ils ont prévu de lancer le projet avec une série de panneaux publicitaires stratégiquement postés à proximité des bâtiments de l’agence de renseignement dans le monde entier. L’un d’eux, avec le message « écoutez votre cœur, pas les appels téléphoniques privés », devait être installé à côté du complexe Dagger, une base militaire et un avant-poste de la NSA à Darmstadt, en Allemagne, a déclaré le groupe à WIRED.

Lire la suite: http://www.wired.com/2015/09/campaign-help-surveillance-agents-quit-nsa-gchq/

Lire l’article « Ecoutez votre coeur, pas les appels privés » (Russia Today) https://www.rt.com/news/317026-campaign-intelligence-agents-quit/

Voir le site de la campagne Intelexit: https://www.intelexit.org/

Pourquoi la loi renseignement est de la surveillance généralisée

Leçon magistrale de Benjamin Bayart

Retrouver l’ensemble du débat avec :

– Laurence Blisson, porte parole du Syndicat de la Magistrature,
– Benjamin Bayart, représentant la FFDN et la Quadrature du Net,
– Eduardo Rihan Cypel, député PS de la 8è circonscription de la Seine et Marne,
– Daniel Martin, Président de l’Institut International des Hautes Etudes de la Cybercriminalité,
– Bertrand Warusfel, Docteur d’Etat en Droit.

(youtube)

Débat intégral:

Loi renseignement: l’ASIC s’inquiète de l’instauration d’une surveillance massive et globale sans garde-fous

ASIC, 8 avril 2015

L’installation de “boîtes noires” offrira aux services de renseignement un accès sans précédent aux faits et gestes de tous les internautes

Paris, le 8 avril 2015. –  L’Association des Services Internet Communautaires (ASIC), fondée en 2007 et qui regroupe l’ensemble des plates-formes d’hébergement Internet, françaises et internationales, s’inquiète de plusieurs dispositions prévues dans le projet de loi relatif au renseignement actuellement en cours de discussion à l’Assemblée nationale.

Lire la suite du communiqué: http://www.lasic.fr/?p=732

Ralph Nader: Les entreprises espionnent en toute impunité les organisations à but non lucratif

Par Ralph Nader, 22 août 2014

Greenpeace_Arctic_Sunrise_Amsterdam_IMO_7382902Voici un sale petit secret que vous ne verrez pas dans les journaux: les entreprises exercent l’espionnage contre des organisations américaines à but non lucratif, sans crainte d’être traduits en justice.

Oui, cela signifie l’utilisation d’un grand éventail de techniques d’espionnage et d’indiscrétions, y compris la surveillance électronique planifiée, les écoutes téléphoniques, la guerre de l’information, l’infiltration, la fouille des poubelles et bien plus encore.

Les preuves abondent.

Par exemple, il y a six ans, à l’appui de nombreuses preuves documentaires, James Ridgeway a écrit dans Mother Jones au sujet d’un important système d’espionnage d’entreprise par Dow Chemical axé sur Greenpeace et d’autres défenseurs de l’environnement et des produits alimentaires.

Greenpeace avait lancé une campagne efficace contre l’utilisation par Dow de chlore pour fabriquer du papier et du plastique. Dow s’inquiétait et a finalement désespéré.

L’article de Ridgeway et les révélations ultérieures ont produit de surprenantes informations sur la façon dont les enquêteurs privés de Dow, de la firme Beckett Brown International (BBI), ont embauché:

• Un agent de police DC en congé qui a eu accès à des bennes à ordures de Greenpeace au moins 55 fois;
• une société appelée NetSafe Inc., gérée par d’anciens employés de l’Agence de sécurité nationale (NSA), experts en intrusion informatique et en surveillance électronique; et,
• une société appelée TriWest Investigations, qui a obtenu des enregistrements téléphoniques des employés et des contracteurs de Greenpeace. Les notes de la BBI à ses clients contiennent des citations textuelles qu’ils attribuent à des employés spécifiques de Greenpeace.

En utilisant cette information, Greenpeace a déposé une poursuite contre Dow Chemical, les sociétés de relations publiques Ketchum Dow et Dezenhall Resources, et d’autres, alléguant l’intrusion sur la propriété de Greenpeace, l’invasion de la vie privée par intrusion et le vol de documents confidentiels.

Lire la suite: http://www.huffingtonpost.com/ralph-nader/corporations-spy-on-nonpr_b_5701894.html

Tim Berners-Lee appelle à une déclaration des droits Internet afin d’assurer une plus grande protection de la vie privée

L’inventeur du Web dit que le monde a besoin d’une «Magna Carta» en ligne pour lutter contre le contrôle de plus en plus croissant du gouvernement et des entreprises

tim berners leeTim Berners-Lee, inventeur du world wide web, fait campagne pour le maintien de sa démocratie

TheGuardian, 28 septembre 2014

L’inventeur du World Wide Web a averti que la liberté d’internet est menacée par les gouvernements et les entreprises intéressés par le contrôle du web.

Tim Berners-Lee, l’informaticien britannique qui a inventé le web il y a 25 ans, a appelé samedi à une déclaration des droits qui garantiraient l’indépendance de l’Internet et protégeraient la vie privée des utilisateurs.

« Si une entreprise peut contrôler l’accès à l’Internet, s’ils peuvent contrôler les sites où ils vont, alors ils ont un contrôle énorme sur votre vie », a déclaré Tim Berners-Lee au festival Web We Want sur l’avenir de l’Internet à Londres.

« Si un gouvernement peut bloquer où vous allez, par exemple, les pages politiques de l’opposition, ils peuvent vous donner une vision étroite de la réalité pour se maintenir au pouvoir. »

« Tout à coup, le pouvoir d’abuser l’Internet ouvert est devenu tellement tentant à la fois pour le gouvernement et les grandes entreprises. »

Berners-Lee, 59 ans, est directeur du Consortium World Wide Web, un organisme qui élabore des lignes directrices pour le développement de l’Internet.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.theguardian.com/technology/2014/sep/28/tim-berners-lee-internet-bill-of-rights-greater-privacy

Greenwald: La déclaration du GCSB « Nous ne sommes pas engagés dans la surveillance de masse des Néo-Zélandais » ne dit pas la vérité

Leaksource.info, 13 septembre 2014

Dans sa première interview télévisée en Nouvelle-Zélande, Glenn Greenwald parle à The Nation au sujet des fuites d’Edward Snowden et sur la manière dont les agences de Nouvelle-Zélande sont impliquées dans l’espionnage dans le pays et à l’étranger.

Greenwald dit qu’il y a de sérieuses questions quant à savoir si le gouvernement néo-zélandais a dit la vérité sur le changement de loi du Government Communications Security Bureau (GCSB), l’an dernier.

« Ce que je peux vous dire, c’est que la déclaration que le GCSB a faite aux citoyens de Nouvelle-Zélande l’année dernière – « Nous ne sommes pas engagés dans la surveillance de masse des Néo-Zélandais » – en est une qui ne dit pas la vérité. »

Lire l’intégralité de l’article: http://leaksource.info/2014/09/13/moment-of-truth-glenn-greenwald-in-new-zealand-with-kim-dotcom-for-new-revelations-on-gcsb-spying/