La NSA appelle les utilisateurs d’iPhone des « zombies » et Steve Jobs « Big Brother »

big brother_apple

9 septembre 2013, John Koetsier, VB Insight

Steve Jobs est Big Brother, et tout les publics qui achètent l’iPhone ne sont que des zombies, selon des documents internes de la NSA détaillant sur quoi l’agence a travaillé en termes de piratage de smartphones et d’extraction d’informations personnelles, de connections sociales, d’informations de localisation, et plus encore. Ne vous inquiétez pas, les fans d’Android, vous êtes aussi dans les cibles de la liste.

Selon de nouveaux documents du super-leaker Edward Snowden, la NSA a ciblé des smartphones comme un bénéfice massif de données sensibles que les nouveaux utilisateurs de l’appareil ont créé, stocké, et, finalement, partagé sans le savoir avec l’agence d’espionnage américaine qui a été impliquée dans la controverse depuis lors même que Snowden a commencé à publier des détails sur Prism et XKeyscore et d’autres technologies secrètes d’espionnage de l’agence gouvernementale.

Voici « big brother », selon une présentation de la NSA:

steve-jobs-big-brother-nsaCi-dessus: Steve Jobs en tant que Big Brother, selon la NSA

Et, les clients payants d’Apple ont été vus dans les yeux de la NSA comme des participants idiots désireux de leur propre chute. Un diaporama de présentation de la NSA les identifie péjorativement comme des « zombies ».

Lire la suite: http://venturebeat.com/2013/09/09/nsa-calls-iphone-users-zombies-and-steve-jobs-big-brother/

Un expert soupçonne Apple et la NSA d’installer des logiciels espions dès la fabrication de l’iPhone

3427561_3_b3dd_le-siege-de-la-nsa-a-fort-meade-dans-le_6cdb6fd700c809687baf1005c99823cb

RTS.ch, 01.01.2014, 21h21

Apple dit ne jamais avoir donné accès au contenu des iPhones à la NSA (voir la vidéo)

Le fabricant informatique américain Apple a assuré mardi qu’il n’avait « jamais travaillé avec la NSA », l’agence de sécurité des Etats-Unis, pour lui donner accès aux données contenues sur ses iPhone.

Réagissant à des informations de presse, le fabricant informatique américain Apple a assuré mardi  ne jamais avoir travaillé avec l’agence de sécurité des Etats-Unis (NSA) pour lui donner accès aux données contenues sur ses iPhone.

« Apple n’a jamais travaillé avec la NSA pour créer une porte dérobée dans ses produits, y compris les iPhone », déclare le groupe à la pomme dans un communiqué. « Nous ne sommes pas au courant du programme incriminé de la NSA qui viserait nos produits », a-t-il ajouté.

« Accès total »

Lors d’une conférence de presse en Allemagne, un expert informatique, Jacob Applebaum, a affirmé que le programme « DROPOUTJEEP » de la NSA permettait à l’agence d’intercepter les messages SMS, d’avoir accès aux listes de contacts, de localiser un téléphone, d’accéder à la messagerie vocale et d’activer le micro et la caméra d’un iPhone.

Des documents en ce sens, auxquels a réagi Apple, ont été publiées par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

ats/afp/jvia

Source: http://www.rts.ch/info/monde/5496943-apple-dit-ne-jamais-avoir-donne-acces-au-contenu-des-iphones-a-la-nsa.html

WikiLeaks: Le Gouvernement vous espionne via votre iPhone

FinFisher Trojan via iTunes update

Leander Kahney, 2 Décembre 2011

Votre iPhone est peut-être en train de vous espionner, selon la dernière révélation de documents de WikiLeaks, qui ressemble à ce qui pourrait être encore le plus grand scandale.

Appelé les SpyFiles, c’est une mine de documents sur « l’industrie d’interception de masse » — la communauté de surveillance massive post-11 septembre qui surveille électroniquement des populations entières.

L’industrie vend des logiciels aux agences du gouvernement —certains d’entre eux délivrés avec des chevaux de Troie — qui peuvent s’emparer de votre iPhone. Il peut suivre chacun de ses usages, suivre chacun de vos mouvements (même en veille), reconnaître votre voix, enregistrer des conversations, et même faire une capture vidéo et audio de la pièce où il se trouve.

Ce n’est pas seulement limité aux iPhones, bien sûr. Il y a plusieurs packages de logiciels espions qui fonctionnent sur PC, Android et Blackberry. Les usages sont très étonnants. La CIA, par exemple, utilise un logiciel de repérage téléphonique pour cibler les attaques de drones au Moyen-Orient et en Asie Centrale. Il reconnaît le sujet grâce à leur empreinte vocale, mais le ciblage effectif n’est pas extrêmement précis.

iPhone spywareL’un des packages les plus sophistiqués de l’espionnage — le programme FinFisher, produit par la compagnie britannique Gamma International — est livré via une mise à jour bidon sur iTunes. Le Wall Street Journal possède plus de détails sur le logiciel FinFisher, qui est vendu à la police et aux agences du gouvernement. (Der Spiegel a écrit un article fascinant sur la manière dont il est commercialisé.)

Apple vient de résoudre la vulnérabilité de la mise à jour iTunes 10.5.1. (La vulnérabilité semble venir seulement de Windows, mais ce n’est pas clair. On dit qu’Apple connaissait le problème depuis trois ans).

FinFisher dit que le logiciel espion est légal et que la compagnie ne connaît pas d’abus. Mais il y a des preuves que le spyware a été utilisé pour surveiller les militants politiques en Tunisie, en Egypte et en Libye pendant le Printemps Arabe, selon une grande histoire au sujet de la dernière fuite de WikiLeaks dans le Washington Post:

« Nous voyons un nombre croissant de régimes répressifs mettre la main sur les dernières, et les meilleures technologies occidentales, et les utiliser dans l’espionnage de leurs propres citoyens dans le but de réduire à néant l’opposition politique pacifique ou même des informations qui permettraient aux citoyens de savoir ce qui se passe dans leurs communautés », a dit Michael Posner, secrétaire d’Etat adjoint aux Droits de l’homme, dans un discours le mois dernier en Californie. « Nous surveillons cette issue de très près. »

Le Post [Washington Post] couvre principalement la vente de cette technologie par les compagnies américaine aux régimes répressifs, qui l’utilisent pour espionner les citoyens et causer des difficultés à l’opposition politique. Mais WikiLeaks affirme que les systèmes de surveillance de masse peuvent être largement déployés dans les pays occidentaux:

Les sociétés de surveillance comme SS8 aux Etats-Unis, Hacking Team en Italie et Vupen en France, produisent des virus (chevaux de Troie) qui détournent les ordinateurs et les téléphones personnels (y compris les iPhones, Blackberry et Android), s’emparent du périphérique, enregistrent chacun de ses usages, de ses mouvements, et même les sons et les aperçus de la pièce où il se trouve. D’autres compagnies comme Phoenexia en République Tchèque collaborent avec l’armée pour créer des outils d’analyse de la parole. Ils identifient les individus par genre, par âge et par niveaux de stress, et ils les pistent sur la base des « empreintes vocales ». Blue Coat aux Etats-Unis et Ipoque en Allemagne vendent des outils aux gouvernements dans des pays comme la Chine et l’Iran pour empêcher les opposants de s’organiser en ligne.

Et vous pensiez que Carrier IQ était mauvais?

WikiLeaks a promis de publier des centaines de documents concernant 160 entreprises de renseignement dans l’industrie de la surveillance de masse pendant le reste du mois et de l’année. Ils ont publié 278 documents jeudi. WikiLeaks travaille avec plusieurs organisations de protection des individus et de médias.

Source: http://www.cultofmac.com/132782/if-you-thought-carrier-iq-scandal-was-bad-wait-till-you-see-latest-wikileaks/

Wikileaks, un monde sous surveillance: http://wikileaks.org/Wikileaks-Un-monde-sous.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives