Vladimir Poutine « ciblé par une agence de renseignement allemande » pendant sa période KGB

IntelNews.org, par Joseph Fitsanakis, le 09/11/2011

220px-vladimir_putin_2015_wikiUn chercheur allemand affirme que Vladimir Poutine [Premier ministre russe en 2011] a été ciblé par le renseignement ouest-allemand dans les années 1980 quand il était agent du KGB en Allemagne de l’Est. Dans les phases finales de la guerre froide, Poutine et son épouse, Ludmila Putina, qui étaient alors la trentaine, ont passé cinq ans à Dresde, en République démocratique allemande [RDA]. En tant qu’un des quatre agents du KGB à Dresde, Poutine a été chargé d’infiltrer l’université locale et de surveiller les activités sur le campus des enfants des notables soviétiques et est-allemands. Mais selon une nouvelle étude publiée la semaine dernière, un agent secret du BND, l’agence du renseignement extérieur de l’Allemagne de l’Ouest, a été en mesure d’infiltrer le ménage de Poutine à Dresde, et de transmettre des informations privées sur la vie personnelle du couple à ses maîtres espions à Bonn et à l’OTAN. L’agent, du nom de code Lenchen, un natif allemand, a travaillé comme traducteur à la station du KGB à Dresde. Elle se serait liée d’amitié avec Ludmila Putina, devenant finalement sa « consolatrice », selon Erich Schmidt-Eenboom, directeur de l’Institute for Peace Studies basé à Weilheim, et qui a publié plusieurs livres sur l’histoire de la BND. Schmidt-Eenboom affirme que Lenchen est devenue la plus proche confidente de Ludmila Putina à Dresde. Cette dernière lui a dit que Vladimir Poutine avait été impliqué dans de nombreuses infidélités au fil des ans et qu’il a souvent battu sa femme. Lenchen a rapporté à ses donneurs d’ordre que la vie dans le ménage Poutine était très dysfonctionnelle, en dépit d’une apparence de bonheur et de normalité. Schmidt-Eenboom affirme qu’il a confirmé le rapport avec au moins deux sources sans rapport avec la connaissance des opérations BND durant la guerre froide. Si l’histoire est historiquement exacte, cela marque seulement la deuxième pénétration connue des structures du KGB en Europe par le BND. Le seul autre exemple similaire, déclare Schmidt-Eenboom, a impliqué un agent nommé COLONEL VIKTOR, qui a également travaillé comme agent pour le BND dans les années 1980. Finalement, affirme le chercheur, Lenchen est devenue enceinte au cours d’une liaison avec un colonel du KGB, et, en 1989, a réussi à convaincre ses donneurs d’ordre ouest-allemands qu’elle avait besoin d’être exfiltrée vers l’Allemagne de l’Ouest en vue de subir un avortement. Une fois sur place, elle a avec succès pris sa retraite de son poste d’espionnage à l’Est, et s’est installée en l’Allemagne de l’Ouest. Sa demande a été accordée, et aujourd’hui, elle vit en Allemagne sous une nouvelle identité, affirme Schmidt-Eenboom. Les reporters ont contacté le porte-parole de la BND, Dieter Arndt, sur l’histoire, mais ont tout simplement eu comme information que l’agence d’espionnage ne « traite pas de nos méthodes ou de nos enquêtes ».

Source: https://intelnews.org/2011/11/09/01-862/

Robert Baer, un ancien agent de la CIA, affirme que les Russes étaient en contact avec Snowden en 2007 quand il a été en poste à Genève

DailyMail, 29 mai 2014

snowdenapLa CIA estime qu’Edward Snowden peut avoir été recruté par les Russes depuis aussi longtemps qu’il y a sept ans et qu’il aurait pu passer un «trésor» de secrets.

L’agence de renseignement américaine cherche à déterminer si le fugitif, qui vit maintenant à Moscou, a trahi son pays en travaillant pour le régime de Poutine comme un agent double dès 2007.

Robert Baer, un ancien haut fonctionnaire de la CIA, a déclaré au Mail que le fait que Snowden ait fini en Russie était un signe probable que Moscou l’avait fait signer quand il travaillait pour l’agence d’espionnage à Genève.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2642402/I-home-I-sleep-night-Whistleblower-Edward-Snowden-says-no-regrets-actions-interview-U-S-TV-network.html

Lire aussi:

Edward Snowden était dans la ligne de mire de Moscou 6 ans avant de révéler les secrets américain, affirme un ancien agent du KGB http://www.dailymail.co.uk/news/article-2651973/Edward-Snowden-Moscows-sights-six-years-leaking-U-S-secrets-claims-former-KGB-agent.html

Un Général du KGB: Bien sûr, Snowden travaille pour le renseignement russe http://20committee.com/2014/05/23/kgb-general-of-course-snowden-is-working-for-russian-intelligence/

L’Aube rouge de Snowden http://www.newsweek.com/snowdens-red-dawn-227026

Le chef de l’OTAN Jens Stoltenberg et son passé KGB top-secret

Jens Stoltenberg

MOSCOU, 11 octobre (RIA Novosti), Ekaterina Blinova – Le nouvellement nommé Secrétaire norvégien général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avait des liens avec le KGB, l’agence de sécurité soviétique principale, sous le nom de code « Steklov » pendant la guerre froide, selon l’ancien officier du KGB Mikhaïl Butkov.

Au début des années 1990, le Premier ministre Jens Stoltenberg a eu des contacts avec un agent du Comité soviétique pour la sécurité d’Etat (KGB), qui a établi un fichier de renseignements personnels et politiques sur Stoltenberg et lui a donné le nom de code « Steklov », a écrit le Norway Post le 24 Janvier 2000, quelques mois avant que Jens Stoltenberg prenne ses fonctions en tant que Premier ministre de Norvège, en mars 2000.

Il semble que cet épisode de son passé va hanter Jens Stoltenberg pour les années à venir. Stoltenberg a été premier ministre de la Norvège en 2000-2001, et en 2005-2013. Il a été nommé nouveau chef de l’OTAN en mars 2014. Depuis lors, des rumeurs de ses présumés liens avec le KGB ont commencé à apparaître dans la presse.

Commentant ces rumeurs, les responsables du renseignement norvégien ont admis que le KGB avait fait des efforts pour recruter Jens Stoltenberg, au début des années 1990, mais les tentatives ont échoué: Stoltenberg a signalé l’incident aux autorités norvégiennes, selon l’Associated Press.

Cependant, de nombreuses questions restent encore sans réponse. Il y a environ quatorze ans, NRK 1, un diffuseur norvégien d’Etat, a publié un documentaire intitulé « La dernière offensive du KGB », à propos de l’activité du KGB en Norvège au début de l’effondrement de l’Union soviétique. Le documentaire a analysé les faits et les preuves fournies par Mikhail Butkov, un ancien officier du KGB désabusé, qui a été envoyé en Norvège comme agent infiltré, en se faisant passer pour un journaliste à la fin des années 1980.

Bien que la Finlande et la Suède aient été considérés comme des pays neutres pendant la guerre froide, ils aidaient encore secrètement les membres scandinaves de l’OTAN, la Norvège et le Danemark, en espionnant l’URSS, a remarqué Geoffrey R. Weller, professeur d’études internationales à l’Université du Nord de la Colombie-Britannique dans un article qu’il a consacré à la sécurité scandinave en 1997.

Selon [le documentaire] NRK, Mikhail Butkov avait changé de camp en 1989, après qu’il ait été envoyé en Norvège par le KGB. Il a fui à l’Ouest, en mai 1991. Entre 1989 et 1991, Butkov a travaillé comme agent double sous les noms de code « Buffalo Bill » et « Lennart ». Il a rapporté les activités du KGB au Service de sécurité de la police norvégienne (POT), ainsi qu’au MI6. Mikhail Butkov a également fourni au MI6 et au POT des informations sur les politiciens et les fonctionnaires norvégiens qui ont été jugées utiles par le KGB. Ainsi, les forces de sécurité norvégiennes pourraient empêcher la fuite de données sensibles et prévenir les politiciens impliqués dans une coopération compromettante.

Selon le documentaire, un politicien norvégien anonyme sous le nom de code « Steklov » a approché le POT en 1989. Pour trouver le vrai nom de l’homme politique que le KGB avait considéré comme une source précieuse d’informations, Butkov a visité le siège du KGB à Moscou et a illégalement obtenu l’accès au dossier sur « Steklov ». En janvier 1990, lors d’une réunion avec des représentants du POT, Mikhail Butkov a révélé que «Steklov» était en fait Jens Stoltenberg.

De manière remarquable, peu de temps après la révélation de Mikhail Butkov, il a été annoncé que Jens Stoltenberg avait été choisi pour devenir membre de la Commission de Défense. Afin d’accepter le poste, Jens Stoltenberg a rempli un questionnaire spécial et a admis avoir eu des contacts avec Boris Kirillov, un diplomate et un attaché de presse à l’ambassade soviétique d’Oslo.

Selon Butkov, Kirillov était un officier du KGB qui a recruté des fonctionnaires norvégiens comme agents ou informateurs. Stoltenberg était devenu membre de la Commission de Défense du pays, en février 1990. Quatre mois plus tard, en mai 1990, le POT avertissait Stoltenberg contre toute autre communication avec Kirillov. En juin 1990, les agents de sécurité norvégiens ont demandé à Stoltenberg de suspendre tout contact avec l’attaché de presse russe pour la deuxième fois, selon les réalisateurs du documentaire de la NRK.

Au printemps 1991, Butkov fait défection à l’Ouest, en laissant son passé au KGB derrière lui. Plus tard au cours de cet été, Boris Kirillov a été déclaré persona non grata par le gouvernement norvégien.

Cette information a été diffusée en 2000 par la télévision norvégienne et a été confirmée par le chef adjoint de la Division spéciale, Stein Vale. Selon le Norway Post, « Vale souligne que Stoltenberg n’a rien fait de mal, et qu’il n’a pas transmis d’information critique. C’était tout à fait commun pour le KGB de prendre contact avec de jeunes politiciens et des journalistes. »

Source: http://en.ria.ru/analysis/20141011/193962457/KGB-Past-Still-Haunts-NATO-Chief-Jens-Stoltenberg-Former.html

Avec le scandale Prism, quel avenir pour la NSA?

Recyclage NSA-CIA-PRISMAvec le flot des révélations sur Prism qui a envahi les journaux du monde entier, on peut se demander comment la NSA pourra continuer son travail d’espionnage, alors que tous les pays sont en train de se retourner contre le gouvernement américain. Est-ce que la NSA va devoir cesser ses activités face aux pressions internationales? Est-ce que les Etats vont renoncer définitivement aux services secrets et licencier massivement tous leurs agents, afin de respecter la vie privée de tout le monde? Est-ce que les Etats feront de vrais efforts pour la transparence dans les années qui viennent?

Les prochaines années vont certainement rester très turbulentes sur ce thème de l’espionnage gouvernemental. Ce n’est pas seulement la NSA qui est en cause, mais le système d’espionnage en lui-même, tel qu’il est pratiqué par tous les pays. Ce qui nous apparaît, à nos petits yeux de citoyens, c’est que tous les services secrets du monde entier pratiquent ces méthodes injustes qui portent atteinte à la vie privée des gens. La NSA n’est pas seule à engendrer ces programmes, tous les gouvernements font pareil et n’hésitent pas à parler d’une voix commune quand il s’agit de réprimer les dissidents.

Alors, pourquoi accuser la NSA, plus que la DGSE française, le KGB russe, ou tout autre service secret de n’importe quel Etat, que ce soit une démocratie ou une dictature? (car vous avez bien compris qu’ils veulent tous garder le pouvoir, qu’ils soient des présidents élus ou des dictateurs) Est-ce qu’après les révélations sur la NSA, vous n’avez pas simplement envie de dire: « Ils sont tous pareils, ces services secrets qui nous espionnent. Ils sont tous aussi corrompus les uns que les autres. »

Les services secrets apparaissent de plus en plus, dans leur essence même, comme des systèmes injustes qui portent atteinte aux libertés des individus et qui menacent l’équilibre de la vie démocratique. Alors, pourquoi ne pas y renoncer définitivement, comme le proposent des candidats aux Etats-Unis, notamment Ron Paul qui propose de supprimer la CIA? Pourquoi ne pas mettre un terme définitif à l’espionnage massif des citoyens?

En pleine crise économique, est-ce que le licenciement de plusieurs milliers – voire millions – d’agents secrets, ne serait pas plus utile, plutôt que de licencier des milliers d’enseignants, d’ouvriers, d’agriculteurs ou de médecins? En pleine austérité économique, licencier les espions et les agents secrets ferait peut-être beaucoup de bien à l’économie de nos pays. Personne ne s’est vraiment encore penché sur la question.

Est-ce que les services secrets sont vraiment utiles?

– Non, ils menacent surtout nos libertés.

Est-ce que l’espionnage est utile?

– Non, c’est de l’argent dépensé dans des technologies oppressives qui agissent contre les droits de l’homme.

On imagine les millions de dollars dépensés par la NSA dans l’espionnage, et les millions d’euros qui sont certainement aussi dépensés en France et en Europe par nos gouvernements. Tout cet argent économisé pourrait être réinvesti ailleurs. Si Mme Eva Joly voulait encore se présenter comme candidate aux prochaines élections en France, est-ce qu’elle ne voudrait pas – par hasard – recycler tous ces vilains agents secrets qui nous espionnent via nos Iphones en gentils lanceurs d’alerte et en militants de la vie privée (ou en autre chose d’utile, si elle trouve une autre idée)?…

Ecrit par Kimono

Julian Assange a-t-il été un hacker au service des gouvernements?

Julian Assange, le hacker australien

Le fondateur de Wikileaks a travaillé sur le système d’espionnage informatique du renseignement américain dans les années 1990

Opinion Maker, 8 Février 2011, Par Wayne Madsen via http://www.waynemadsenreport.com/

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange n’a pas toujours été considéré comme un paria par la communauté du renseignement américain. En fait, selon une source bien informée qui a déjà travaillé sur les programmes sophistiqués de sécurité informatique pour la communauté du renseignement américain, à Oak Ridge National Laboratory, Assange a aidé à développer, à l’époque, un outil de pointe de surveillance informatique à l’usage de la communauté du renseignement américain, qui a fini par être utilisé par la NSA [Agence de Sécurité Nationale] et par la CIA.

Assange, selon notre source, a effectué son travail technique au Sandia National Laboratories au Nouveau-Mexique, où l’Agence d’Information des Systèmes de Défense (DISA) a conduit un travail de surveillance informatique mené dans un cadre relativement non-classifié par rapport à la NSA.

Le « deal » d’Assange avec le gouvernement américain à Sandia se serait produit au début des années 1990, après son arrestation par la police australienne pour s’être introduit dans les ordinateurs du Ministère de la Défense américain.

Les hackers comme espions

Assange est venu en premier à l’attention des agences de renseignement occidentales en 1990, quand, lors de l’opération Bouclier du Désert, précurseur de la guerre avec l’Irak concernant son invasion du Koweït, le Chaos Computer Club basé à Hambourg, avec les pirates informatiques aux Pays-Bas et en Australie, ont été attrapés en train de pirater les systèmes de défense informatique du Ministère américain de la Défense via des liens MILNET jusqu’à l’ARPANET omniprésent, un réseau qui liait la recherche gouvernementale et les agences de développement aux diverses universités à travers le monde.

En 1987, Assange, à l’âge de 16 ans, a commencé sa carrière de hacker en Australie. Lui et deux collègues ont créé un groupe de hackers clandestin appelé « Les Subversifs internationaux ». Assange a utilisé le nom de hacker « Mendax » pour usage, ce qui signifie en latin « celui qui est mensonger ». La fin des années 1980 représentaient une période où les agences de renseignement et les forces de l’ordre ont joué un jeu de capture avec les hackers — des jeunes qui, dans la plupart des cas, en savait plus que même la NSA sur la façon de pirater des systèmes informatiques. Finalement, en 1991, la police fédérale australienne a attrapé Assange dans le cadre de l' »Opération Weather », une opération de répression menée contre les pirates informatiques. L’un des ordinateurs ciblés par Assange a été l’un de ceux exploités par l’US Air Force au Pentagone. Et le piratage a eu lieu pendant la Tempête du Bouclier du désert, à un moment où l’Agence du Renseignement de la Défense (DIA) et la CIA ont commencé à prendre plus au sérieux la question du piratage informatique.

C’est en 1989 que certains pirates informatiques ont été soupçonnés de collaborer avec les services de renseignement étrangers, y compris le KGB soviétique, pour pénétrer dans les ordinateurs de la défense occidentale. Grâce à un lien fourni par le Chaos Computer Club, un groupe de hackers allemands – Karl Koch, alias « Hagbard », Markus Hess, alias « Urmel », Hans Heinrich Hubner, alias « Pengo », et Dirk-Otto Brezinski, alias « DOB « – ont fait équipe avec les pirates de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas et à Melbourne en Australie, pour pénétrer les ordinateurs militaires américains. C’était l’administrateur-système du Lawrence Berkeley Laboratory, Clifford Stoll, qui a d’abord découvert le portail des hackers au sein des ordinateurs militaires – à l’Université de Brême via le réseau allemand de Datex-P jusqu’au [laboratoire] Lawrence Berkeley via Tymnet, pour sortir dans quelque 400 ordinateurs militaires de la base aérienne de Ramstein en Allemagne jusqu’à Fort Buckner, à Okinawa, et la base de données OPTIMIS au Pentagone. Koch, ou « Hagbard », a été retrouvé brûlé à mort avec de l’essence dans une forêt près de Celle, en Allemagne de l’Ouest, en 1989. La police a établi la mort par suicide.

En octobre 1998, un autre hacker du Chaos, Boris Floriciz, alias « Tron », a été retrouvé pendu dans un parc de Berlin. Après avoir considéré la mort comme un suicide, la police a commencé à traiter la mort comme un homicide après que le magazine Stern ait indiqué que Floriciz avait travaillé pour des éléments peu recommandables. Le père de Floriciz a indiqué que son fils avait été approché par des agents du renseignement qui voulaient que le pirate travaille pour eux.

En Août 2001, Herwart Holland-Moritz, alias « Wau Holland, « l’un des fondateurs du Chaos, est mort à l’âge de 49 ans à Hambourg. Holland est décédé après avoir subi un accident vasculaire cérébral. En 1987, Holland avait affirmé que le Chaos avait obtenu des données sensibles sur les systèmes d’armement américains des ordinateurs VAX 11/785 de la NASA reliés au Réseau d’Analyse de Physique Spatiale ou SPAN.

En 1995, Jean-Bernard Condat, fondateur du Chaos Computer Club de France, a été découvert à travailler pour l’agence du renseignement intérieur français, la Direction de la Surveillance du Territoire (DST). Selon le journaliste d’investigation français Jean Guisnel, Condat a commencé à travailler pour la DST en 1989. L’officier de la DST en charge de Condat était connu sous le nom de couverture « Jean-Luc Delacour. »

Dans son livre, « Guerres dans le Cyberespace, Services secrets et Internet« , Guisnel a révélé: « Internet est contrôlé jusqu’à l’os par des mesures telles que tourner autour des pirates informatiques, l’écoute systématique des réseaux informatiques et la manipulation des groupes d’informations ».

En 2000, Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), l’organisme international qui attribue les noms de domaine Internet, a élu d’Andy Mueller-Maguhn du Chaos en tant que directeur régional européen.

En 1998, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué un pirate informatique israélien de 18 ans, nommé Ehud Tenebaum, alias « L’Analyseur », qui avait piraté les systèmes informatiques du Pentagone et de la NASA à partir de Tel Aviv, via un modem de l’université à Sde Boker dans le sud d’Israël. Netanyahu a déclaré que Tenebaum était « sacrément bon ». Leader du groupe ViRii, Tenebaum a été détenu par la police israélienne ainsi que deux autres hackers israéliens et un américain, Calidan Levi Coffman de Carson, à Washington. Le FBI a perquisitionné les domiciles de deux adolescents membres de ViRii à Cloverdale, en Californie, mais le Ministère de la Justice ne cherchait que la surveillance probatoire dans leurs affaires criminelles. Les procureurs fédéraux y sont allés facilement sur l’anneau des hackers israéliens, même après que la procureur général Janet Reno a déclaré que les Etats-Unis traiteraient les intrusions informatiques comme des « crimes graves ».

Le Secrétaire adjoint à la Défense John Hamre a déclaré que les attaques de ViRii sur le Pentagone constituaient « l’attaque la plus organisée et systématique » à ce jour. Etaient ciblés par les Israéliens, le personnel du Pentagone et les fichiers des effectifs. Comme le deal d’Assange avec le renseignement australien, il a été ensuite rapporté que la négociation de la peine de Tenebaum avec les autorités israéliennes avait impliqué qu’il travaille pour le renseignement israélien. Les apologistes d’Israël dans la presse officielle ont assimilé le piratage de ViRii au fait de jeter « des missiles électroniques ». L’attaque informatique sur le Pentagone est intervenue, alors que la secrétaire d’État Madeleine Albright demandait le gel des colonisations israéliennes sur la Rive Ouest [Cisjordanie] et à Jérusalem-Est, et que les forces américaines se préparaient à une action militaire contre l’Irak. Les récentes révélations de Wikileaks des câbles du Département d’Etat, ce qui inclut la publication sélective des câbles sur les négociations israélo-palestiniennes, interviennent au milieu d’exigences américaines similaires sur le gel des colonies israéliennes.

Dans une indication que Tenebaum a continué son piratage pour le renseignement israélien, en 2003, un nouveau-zélandais connu sous le nom de « VeNoMous » [VeNiMeux] a été accusé d’entretenir des liens avec Tenebaum et de s’être introduit par effraction à l’intérieur du Centre Indien de Recherche Atomique de Bhabha à Mumbai. L’attaque informatique a éliminé des données et volé des e-mails. Il a été rapporté que VeNoMous et les hackers qui étaient liés avec lui ont été impliqués dans le piratage des systèmes informatiques du programme nucléaire pakistanais. Le programme de cyber-sécurité du Pentagone, comme indiqué précédemment par WMR, a été minutieusement pénétré à hauts niveaux par des agents d’influence israéliens. John P. Wheeler III, qui, en tant qu’assistant au secrétaire de l’Armée de l’Air dans l’administration Bush, et plus tard à MITRE Corporation, a été impliqué fortement dans le programme cyber-guerre du Pentagone, a été retrouvé mort dans une décharge de Wilmington, dans le Delaware, le 30 Décembre de l’année dernière [2010].

L’Enigmatique Assange

Certains dans les médias officiels ont loué de manière similaire Assange et Wikileaks pour la publication des câbles du Département d’Etat, mais le directeur de publication du New York Times, Bill Keller, a récemment exprimé ses regrets sur les relations de son journal avec Assange. Keller a déclaré que, lorsque les relations entre le Times et Assange sont devenues glaciales, trois personnels du Times ont été témoins de piratage sur leurs comptes de messagerie e-mail. Keller n’est manifestement pas au courant du travail passé d’Assange pour la communauté du renseignement américain, et la diligence journalistique par lui et son journal auraient découvert ce que WMR a découvert sur Assange et ses collègues pirates avant d’entrer dans une relation avec Wikileaks et son fondateur, décrit par Keller comme habillé à la manière d’un sac de femme et qui a besoin d’un bain.

La seule chose que les forces de l’ordre et le renseignement pouvaient faire, face à une telle nouvelle menace de piratage informatique technologiquement avancé, était de passer des accords avec les hackers qui ont été arrêtés. Le choix pour la police australienne a été simple: soit faire face à la prison de visage et à une énorme amende, ou bien venir travailler pour les forces de l’ordre et le renseignement dans les nouvelles divisions et branches de la sécurité informatique. Pour Assange, le choix a aussi été simple. Quelque part entre son arrestation en 1991 et son inculpation en 1994, avec 31 accusations criminelles, dont six ont été abandonnées, Assange, selon notre source, a pris ses fonctions au Sandia National Laboratory au Nouveau Mexique, où sous couverture non-classifiée de la DISA, Assange a travaillé sur un système qui permettrait au renseignement américain de pirater des systèmes informatiques à travers une faille de sécurité dans les modems des télécopieurs. Le programme de la DISA développé pour la communauté du renseignement a permis aux opérateurs du renseignement de passer clandestinement des modems en mode fax aux modems en mode données connectés à des ordinateurs, permettant aux fichiers informatiques d’être subrepticement téléchargés. C’était via des modems qu’Assange, depuis l’Australie, a été capable de pénétrer dans les ordinateurs du Ministère de la Défense et c’était via la faille de sécurité du modem des télécopieurs — l’utilisation de modems de fax qui étaient en ligne et qui attendaient de recevoir des télécopies — que certaines agences de renseignement américaines voulaient pour être en mesure d’accomplir la même tâche sur leurs objectifs de renseignement.

À l’issue de sa mission et à son retour en Australie pour son procès, Assange a reçu une simple amende de 2100$A et a été libéré sous caution par la déclaration suivante du juge: « il n’y a tout simplement pas eu de preuve qu’il y ait eu autre chose qu’une sorte de curiosité intelligente et le plaisir d’être capable, comme le dit l’expression, de surfer à travers ces différents ordinateurs. « 

Le juge a également mentionné l’enfance difficile d’Assange, dans laquelle il a grandi dans une secte religieuse, la Santiniketan Park Association, également connue sous le nom « The Family » [« La Famille »] et « Great White Brotherhood » [« La Grande Fraternité Blanche »], et dirigée par le gourou-yoga Anne-Hamilton Byrne. « The Family », en plus d’infliger des châtiments corporels et la privation de sommeil et la privation de nourriture, soumettait les enfants des membres de la secte aux médicaments psychotropes, y compris les médicaments psychiatriques, Anatensol, Diazépam, Halopéridol, Largactil, Mogadon, Serepax, Stelazine, Tegretol ou Tofranil. Les enfants étaient également soumis au LSD. WMR a appris que le culte avait des liens aux opérations de Mind-Control menées conjointement par la CIA et son partenaire, l’Organisation du Renseignement de la Sécurité Australienne (ASIO). En 1978, la police de l’Etat de Victoria a fermé le culte. Ainsi, la première interaction apparente d’Assange, quoique involontaire, avec un service de renseignement, est venue quand il était un enfant maltraité par le culte Santiniketan. « The Family » en Australie présente des similitudes frappantes avec un autre culte d’abus sur les enfants aux États-Unis lié à la CIA: « The Finders » [« Les Inventeurs »].

En Octobre 1990, alors que de plus en plus de ministères du gouvernement américain sont devenus conscients de la menace posée par les hackers du Chaos et de leurs associés, une réunion des responsables de la sécurité informatique auprès de divers organismes traitant des systèmes informatiques classifiés a eu lieu dans une salle sécurisée au siège de la CIA à Langley, en Virginie. Cet éditeur a pris part à la réunion, représentant la Division de la Sécurité des Systèmes d’Information du Département d’Etat au sein du Bureau de la Sécurité Diplomatique. Etaient présents des représentants de la CIA, du FBI, du Ministère du Commerce, du Ministère de la Défense, la DIA, et la NSA.

La CIA était préoccupée par l’angle du KGB avec le gang du Chaos allemand et leurs amis pirates aux Pays-Bas et en Australie. Cependant, après environ une heure de va-et-vient, le représentant-en-chef du FBI se leva, sa ceinture de boucle en laiton très importante avec son costume de tricot-double voyant, et a assuré à tous les participants que comme agent-en-chef du contre-espionnage soviétique de la branche du FBI, il avait « tout sous contrôle. » Le nom de l’agent du FBI était Robert Hanssen, arrêté le 18 Février 2001, pour espionnage pendant 22 ans pour les Soviétiques et les Russes.

Les médias avaient rapporté les faits au sujet des hackers liés au Chaos depuis 1987. Sur le World News Tonight, à ABC News, le soir du 15 Septembre 1987, Peter Jennings a signalé que: « Il y a eu un autre cas de pirates informatiques indiscrets faisant électroniquement leur chemin vers certains dossiers très secrets. Deux allemands de l’Ouest ont apparemment obtenu l’accès à un réseau informatique mondial utilisé par la NASA pour relier les centres de recherche sur l’espace en Europe et en Asie. La NASA a confirmé que le système a été visité, mais a nié que les pirates aient obtenu aucune sorte d’informations classifiées ». Mais le 25 Avril 1991, l’histoire du piratage dans les systèmes militaires au cours du Bouclier du Désert a été rapportée dans son intégralité par ABC:

« Peter Jennings: Une fois de plus, les voleurs électroniques ont réussi à s’introduire dans quelques-uns des systèmes informatiques géants dans les installations militaires et les universités américaines. Une enquête d’ABC News a constaté que, pour au moins un an maintenant, les pirates informatiques, les intrus électroniques basés aux Pays-Bas, ont piraté la sécurité des systèmes informatiques américains où ils peuvent lire des informations sensibles au sujet des plans et des opérations militaires. Voici John Martin d’ABC.

JOHN MARTIN: [CU DOCUMENTS/Graphiques] Des documents obtenus par ABC News montrent que les hackers ont eu tellement d’informations sur le missile Patriot, qu’ils ont dû s’infiltrer dans plusieurs ordinateurs afin de juste trouver un endroit pour stocker les données. [Les soldats] À un moment donné, les intrus ont arrêté des ordinateurs dans le Wisconsin et en Virginie qui ont ensuite été utilisés pour mobiliser des troupes pour l’opération Tempête du désert. [BAT EXT] La CIA considère le vol si grave, qu’ils ont convoqué une réunion spéciale.
 
ANCIEN OFFICIEL DU GOUVERNEMENT: [SILHOUETTE] Il y avait des informations recueillies à partir des systèmes, sur le système Patriot de lancement de fusées, des missiles de croisière Tomahawk de la Marine, l’appel des réserves militaires. [JET D’EMBARQUEMENT DES TROUPES] Les mots qu’ils ont été particulièrement intéressés par étaient « militaire », « nucléaire », « missile » et « Tempête du désert » ou « Bouclier du désert ».

JOHN MARTIN: Des sources indiquent que la plupart des pénétrations informatiques provenaient de Geldrop, aux Pays-Bas. [BAT EXT] Les enquêteurs croient que les voleurs étaient des espions indépendants qui cherchent à vendre des informations au KGB ou au renseignement irakien. [HACKER SUR ORDINATEUR] Un pirate néerlandais a démontré combien c’était facile. [MAP/Graphiques] En utilisant des téléphones locaux, les hackers sont entrés par voie électronique dans un ordinateur de l’université voisine, puis ont traversé l’Atlantique à travers les lignes du campus des universités américaines. [DIVERS BATIMENTS] A partir d’ordinateurs ici, à Bowling Green, dans l’Ohio et d’autres campus, ils ont fait irruption dans au moins 22 réseaux: [DIVERSES INTALLATIONS] La commande des Systèmes de la Naval Sea, système de préparation de l’armée à Fort Belvoir, en Virginie, le laboratoire de recherche de missile à Aberdeen, au Maryland. Aucune des informations qu’ils ont obtenu n’était classifiée, mais le gouvernement est inquiet.

GERALD BURKE: L’une des grandes réalisations de l’espionnage moderne qui ont résulté de la collecte de données non-classifiées, en apparence anodines.
 
JOHN MARTIN: Le gouvernement a alerté son équipe d’intervention informatique d’urgence.
 
LARRY Druffel PhD/RÉPONSE LEADER DE L’ÉQUIPE: Chaque fois que quelqu’un pénètre un système utilisé à des fins militaires, alors vous devez supposer qu’ils essaient d’obtenir des informations qu’ils ne devraient pas et c’est de l’espionnage.
 
JOHN MARTIN: Une raison pour lesquelles les hackers ont été capables de pénétrer dans les ordinateurs, ce sont les mots de passe faibles.
 
WAYNE MADSEN: Tous ces crackers informatiques là-bas savent ce que sont ces mots de passe et ils savent comment les utiliser essentiellement pour s’introduire dans les systèmes.
 
JOHN MARTIN: [SU] Le FBI est sur l’affaire, mais a rencontré des difficultés. La loi néerlandaise ne permet pas la poursuite contre les hackers informatiques à moins que les informations qu’ils volent soient classées. John Martin, ABC News, Crystal City, en Virginie.
 
PETER JENNINGS: En fait, certains néerlandais pensent qu’il n’y a rien de mal à ce genre de piratage informatique. Le directeur d’Economie à l’Université d’Utrecht dit que la plupart des écoles néerlandaises encouragent en fait les élèves à infiltrer d’autres systèmes informatiques dans le cadre de leur formation. Il dit que la sécurité est la responsabilité des propriétaires des systèmes ».

Mais ce que ABC News et personne d’autre ne savaient, c’est que certaines agences de renseignement, y compris l’ASIO en Australie et la NSA avaient décidé de choisir les services de certains hackers afin de pénétrer leurs groupes et dans le but de déterminer la technologie qu’ils utilisaient pour pirater les systèmes. Le projet avec l’étudiant de Cornell, Robert Morris, Jr., qui était capable de lancer un programme internet perturbateur de ver informatique en 1988 qui a fait tomber un certain nombre de systèmes informatiques, en est un exemple. Le père de Morris se trouvait être Robert Morris, Sr., scientifique en chef de la NSA à l’époque. La « punition » du jeune Morris fut notamment de travailler au craquage des codes cryptographiques utilisés par les trafiquants de drogue et autres pirates. La punition de Morris était semblable à la douce affaire amoureuse qui a fait travailler Assange en retour de ses services à Sandia.

Assange continue à jouer son rôle en étant un agent à « repaire limité » pour la communauté du renseignement américain. La fuite sélective du Département d’Etat sur les câbles sur-classifiés du Secret maximal SIPRNET, des câbles qui rapportent sur des ragots et des informations open-source recueillies auprès des diplomates américains et de leurs contacts à l’étranger, ont été utilisés pour influencer les événements dans le monde entier. Il s’agit d’une opération classique d' »infiltration cognitive » tel que préconisé par le Dr. Cass Sunstein, chef du Bureau de l’Information des Affaires Réglementaires de la Maison Blanche, un promoteur de Wikipedia et Wikileaks, tous deux utilisés par les agences de renseignement pour l’information et les opérations de guerre psychologique.

Peut-être que ce n’était pas un hasard si, en Décembre 2010, le Parti Pirate international, qui trouve ses débuts en Suède, où Assange est recherché pour crimes sexuels, et sa branche autrichienne, ont offert d’accueillir le cache de plus de 250.000 câbles du Département d’Etat de Wikileaks. Le Parti Pirate, avec des branches aussi en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg, a des contacts étroits avec le Chaos Computer Club.

Wayne Madsen est un journaliste d’investigation de Washington, DC, auteur et chroniqueur. Il a écrit pour plusieurs journaux et blogs renommés.

Madsen est un contributeur régulier sur Russia Today. Il a été un fréquent commentateur sur la politique et la sécurité nationale sur Fox News et est également apparu sur ABC, NBC, CBS, PBS, CNN, BBC, Al Jazeera, et MS-NBC. Madsen a été accepté par Bill O’Reilly et Sean Hannity dans leurs émissions de télévision. Il a été invité à témoigner comme témoin devant la Chambre des représentants américaine, le Tribunal pénal pour le Rwanda, et un panel d’enquête du gouvernement français sur le terrorisme.

Comme un officier de la marine américaine, il a réussi l’un des premiers programmes de sécurité informatique pour l’US Navy. Il a ensuite travaillé pour la National Security Agency, le Commandement Naval des données d’automatisation, le Département d’État, la RCA Corporation, et la Computer Sciences Corporation.

Madsen est un membre de la Société des journalistes professionnels (SPJ), l’Association des agents de renseignement (AFIO), et le National Press Club. Il est un collaborateur régulier de l’Opinion Maker.

Source: http://www.opinion-maker.org/2011/02/wikileaks-and-us-intelligence-computers/

Subversion idéologique – Manipulation de l’opinion – Guerre psychologique (par Yuri Alexandrovitch Bezmenoz)

Yuri Alexandrovitch Bezmenoz (Tomas Schuman). Né en 1939 dans la banlieue de Moscou. Il est le fils d’un officier de haut rang de l’armée soviétique. Il est issu des écoles de l’élite du système soviétique, il est devenu un expert de la culture et des langues de l’Inde. Il a fait une carrière exceptionnelle au sein de Novosti, qui était, et est encore, l’agence de presse du régime soviétique, agence qui servait également de paravent pour le KGB. Il est passé à l’Ouest en 1970 après avoir été totalement dégouté du système soviétique, et il l’a fait au péril de sa vie. C’est certainement l’un des plus grands experts mondiaux, en matière de propagande soviétique, de désinformation et de manipulation.

SUBVERSION IDEOLOGIQUE
Manipulation de l’opinion
Guerre psychologique

DEMORALISATION
DESTABILISATION
RADICALISATION
NORMALISATION

Le danger de l’« Etat providence », du système « Big Brother »
« Toutes vos libertés disparaîtront. Elles seront carbonisées en quelques secondes, et vos précieuses vies avec. »

INTERVIEW DE 1985 – SOUS-TITRES FRANÇAIS – YURI BEZMENOV, EX-AGENT DU KGB PASSE A L’OUEST DANS LES ANNEES 1970 RACONTE LES TECHNIQUES DE DESTABILISATION ET DE MANIPULATION DE L’OPINION

La subversion idéologique, c’est un processus qui n’a rien d’illégal ou de caché. C’est une action menée au grand jour. Il suffit de s’en rendre compte, de se déboucher les oreilles, d’ouvrir les yeux, et cela devient évident. Il n’y aucun mystère. Cela n’a rien à voir avec l’espionnage. Je sais que travailler dans le renseignement, cela fait plus romantique, c’est plus vendeur auprès du public. C’est sûrement pour ça que les producteurs d’Hollywood aiment tant les films du genre James Bond.

Mais en réalité, l’action principale du KGB n’est pas du tout de faire du renseignement. Selon moi, et selon l’avis de beaucoup de transfuges qui ont le même profil que moi, seuls 15% du temps, de l’argent et des effectifs sont consacrés à l’espionnage en tant que tel. Les 85% restants sont consacrés à un à processus très lent, que l’on appelle soit « subversion idéologique » ou manipulation de l’opinion, – « xxxxxxxxxx» dans le langage du KGB – ou « guerre psychologique ». Cela signifie essentiellement: changer la perception de la réalité de tous les américains, au point que malgré la profusion d’information, plus personne n’est plus capable de tenir un raisonnement correct afin de défendre ses propres intérêts, ceux de sa famille, de sa communauté, ou de son pays.

C’est un processus de lavage de cerveau généralisé, qui va très lentement, et qui comprend quatre phases.

La première phase est celle de la « démoralisation ». Cela prend entre 15 et 20 ans pour « démoraliser » un pays. Pourquoi tant d’années ? Parce que c’est le nombre d’années minimum requis pour éduquer une génération d’étudiants du pays visé, pour l’exposer à l’idéologie adverse. En d’autres termes, l’idéologie marxiste-léniniste est actuellement injectée dans les esprits malléables d’au moins trois générations de jeunes américains, sans rencontrer de résistance, sans être contrebalancée par les valeurs de base de l’Amérique ou par un patriotisme américain.

L’essentiel de l’activité du département était de compiler d’énormes quantités d’informations sur des personnes qui étaient ensuite instrumentalisées pour influencer l’opinion publique. Editeurs, écrivains, journalistes, acteurs, éducateurs, professeurs de sciences politiques, députés, hommes d’affaires…

La plupart de ces gens étaient divisés en deux groupes:

• Ceux qui soutenaient la politique du régime soviétique étaient promus à des postes de pouvoir grâce à la manipulation de l’opinion et des médias.

• Ceux qui refusaient l’influence du communisme dans leur pays, leur réputation était ruinée ou ils étaient exécutés. Physiquement. Révolution oblige.

Ainsi, dans une petite ville du Sud-Vietnam, plusieurs milliers de Vietnamiens ont été exécutés en une seule nuit, après que la ville ait été prise par les Viêt-Cong, au bout de seulement deux jours. Et la C.I.A n’a jamais compris comment les communistes avaient pu aller si vite, pour repérer chacun d’entre eux, connaître leurs domiciles, là où les trouver, les arrêter, tout cela en une seule nuit, en à peine quelques heures, avant le lever du jour, et les embarquer dans des camions, les conduire hors de la ville et les exécuter.

La réponse est très simple: bien avant que les communistes occupent la ville, il existait un réseau complet d’informateurs, des vietnamiens habitant la région, qui savaient absolument tout des personnes en mesure d’influencer l’opinion publique, jusqu’aux simples barbiers ou aux chauffeurs de taxi. Tous ceux qui étaient favorables aux Etats-Unis ont été exécutés.

Même chose à Hanoï [Vietnam], pilotée par l’ambassade soviétique. Et je faisais la même chose à New-Dehli.

A ma grande horreur, j’ai découvert, dans les dossiers des personnes qui allaient être exécutées, le nom de journalistes prosoviétiques qui étaient mes amis personnels.

– Prosoviétiques!?

Oui, absolument!

Ils défendaient un idéal communiste, ils avaient fait plusieurs voyages en URSS, et pourtant le KGB avait décidé que, révolution oblige, pour mener à bien les changements politiques drastiques de l’Inde, qu’il fallait les éliminer.

– Pourquoi cela?

Parce qu’ils en savaient trop. Simplement parce que les idiots utiles, les gens de gauche qui sont idéalistes, qui croient en la beauté du système soviétique, communiste, socialiste … quand ils ouvrent les yeux sur la réalité, ils deviennent les pires ennemis du système. C’est pourquoi mes instructeurs, au KGB, insistaient tout particulièrement sur ce point : « Ne vous préoccupez jamais des gauchistes. »

« Oubliez ces prostitués politiques. Visez plus haut. »

Telles étaient mes instructions. Essayez de pénétrer les médias conservateurs bien établis, essayez d’atteindre les producteurs de films riches à millions, les intellectuels, les milieux soi-disant académiques, entrez en contact avec les cyniques, les égocentriques qui peuvent vous mentir d’un air angélique en vous regardant droit dans les yeux.

Voilà les gens qu’il fallait recruter: ceux qui n’avaient plus aucuns principes moraux, les gens avides de pouvoir, ceux qui se prennent pour quelqu’un, ou qui se croient très importants.

Voilà les profils que le KGB cherchait à « recruter ».

– Mais pour éliminer les autres, ne sont-ils pas utiles?

Non, ils ne sont utiles que dans la phase de déstabilisation du pays.

Par exemple, tous les gens de gauche ici, tous ces professeurs et ces magnifiques défenseurs des droits à l’égalité, sont instrument alisés dans ce processus de subversion, et ce uniquement pour déstabiliser le pays.

Quand cette étape sera achevée, ils ne seront plus nécessaires. Ils en savent trop.

Quand leurs illusions tomberont, une fois un pouvoir marxiste en place, ils seront bien évidemment scandalisés, car ils s’imaginent que ce sont eux qui vont prendre le pouvoir.

Cela n’arrivera jamais bien sûr. Ils seront alignés contre un mur et exécutés. Ils seraient les adversaires les plus acharnés d’un régime marxiste-léniniste.

Ce qui s’est passé au Nicaragua, vous vous souvenez quand la plupart des anciens communistes ont été jetés en prison, ou quand l’un d’entre eux a changé de camp pour s’opposer aux sandinistes.

C’est aussi arrivé à Grenade, quand Maurice Bishop, du parti marxiste, a été exécuté par un autre, « plus marxiste » que lui.

Même chose en Afghanistan quand Taraki a été assassiné par Amin, lui-même assassiné par Karmal avec l’aide du KGB.

Même chose au Bangladesh, avec Mujibur Rahman, un leader de gauche très prosoviétique, assassiné par ses propres amis communistes de l’armée.

Le mécanisme se répète chaque fois à l’identique.

Une fois qu’ils ont servi, les idiots utiles sont soit exécutés jusqu’au dernier – je parle des idéalistes marxistes – ou exilés, ou jetés en prison, comme à Cuba ou beaucoup d’anciens marxistes sont en prison.

Fondamentalement, l’Amérique est coincée par cette « démoralisation ».

Si vous commenciez maintenant, à la minute même, à former une nouvelle génération d’américains, cela prendra quand même de 15 à 20 ans pour inverser la tendance, pour inverser cette perception idéologique de la réalité, et revenir à la normale et aux idées patriotiques.

Le résultat? Vous pouvez observer le résultat. La plupart de ceux qui ont fait leurs études dans les années 60, de ceux qui ont quitté l’école et la plupart des pseudo-intellectuels, occupent à l’heure actuelle des postes de pouvoir au gouvernement, dans l’administration, dans les affaires, les médias, ou dans le système éducatif.

Vous êtes coincés avec eux. Vous ne pouvez plus vous en débarrasser. Ils sont contaminés. Ils sont programmés pour penser et réagir à certains stimuli d’une façon déterminée. Vous ne pouvez pas changer leur façon de voir, même si vous leur présentez des informations véridiques.

Même si vous leur démontrez que blanc c’est blanc, et noir c’est noir, vous ne pouvez pas modifier leur perception de base et leur logique de comportement.

En d’autres termes, chez ces gens, le processus de « démoralisation » est total et irréversible. Pour débarrasser la société de ces personnes, il faut de nouveau attendre 15 à 20 ans, pour éduquer une nouvelle génération d’étudiants, leur inculquer des idéaux patriotiques et en faire des gens de bon sens, qui agissent dans l’intérêt de la société américaine.

– Et ces personnes qui ont été « programmées » et qui sont en place, favorables aux idéaux communistes, ce sont ces mêmes personnes qui seraient vouées à être massacrées dans un tel système.

La plupart d’entre eux, oui. Simplement parce que, avec le choc psychologique qu’ils éprouveraient en découvrant ce qu’est VRAIMENT leur magnifique société « d’égalité et de justice », se révolteraient, c’est bien évident. Ils seraient extrêmement mécontents, frustrés. Et un régime marxiste-léniniste ne peut tolérer ce genre de personnes, ils rejoindraient à coup sûr le camp des dissidents et des opposants.

Et à la différence des Etats-Unis actuels, il n’y a pas de place pour les dissidents dans un régime marxiste-léniniste.

Ici, vous pouvez devenir très célèbre, comme Daniel Ellsberg, ou démesurément riche comme Jane Fonda, en répandant des opinions « dissidentes » ou en critiquant la politique du Pentagone.

Dans un système marxiste, ces gens seraient simplement « pfft », écrasés comme des cafards. Ils n’obtiendraient rien en retour de leurs belles et nobles idées d’égalité.

Ça, ils ne le comprennent pas. Ce serait un choc terrible pour eux.

Aux Etats-Unis, le processus de démoralisation est en fait terminé. Et cela depuis 25 ans. Il dépasse même toutes les espérances: la démoralisation atteint désormais une telle ampleur que même Andropov et tous ses experts n’auraient jamais rêvé d’un tel succès.

Pour la plupart, elle est maintenant effectuée par les américains eux-mêmes sur d’autres américains, grâce à la disparition des repères moraux.

Comme je l’ai dit auparavant, dire la vérité [sur les régimes marxiste] n’a plus aucune importance.

Une personne « démoralisée » n’est plus en mesure de prendre en compte la réalité des faits. Les faits, le réel, cela ne l’atteint plus.

Même si je la bombardais d’informations, de preuves authentiques, de documents, de photos, même si je l’emmenai de force en URSS pour lui montrer les camps de concentration, elle refuserait de le croire, jusqu’à ce qu’elle reçoive un bon coup de pied au derrière.

C’est seulement quand la botte militaire s’abattra, qu’alors elle comprendra. Mais pas avant. C’est ça le tragique de la démoralisation.

L’étape suivante est la déstabilisation.

Dans ce cas, les révolutionnaires ne se soucient plus de vos idées ou de votre façon de vivre. Tout ça ne compte plus.

Cela prend seulement 2 à 5 ans pour déstabiliser un pays, et ce qui compte, ce sont les fondamentaux: économie, relations étrangères, défense. Et l’on peut voir clairement que, dans certains domaines, dans les domaines aussi sensibles que la défense ou l’économie, l’influence des idées marxistes-léninistes est absolument prodigieuse.

Je n’en croyais pas mes yeux, il y a 14 ans, quand je suis arrivé ici, je ne pensais pas que le processus irait aussi vite.

L’étape suivante est l’insurrection.

Cela prend environ 6 semaines pour amener un pays au bord de la crise, comme vous pouvez le voir en Amérique Centrale actuellement. (1985)

Après la crise, à la suite des violents changements de régime, de structure et d’économie, arrive ce qu’on appelle la phase de normalisation, qui peut durer indéfiniment.

La normalisation est une expression d’un grand cynisme, issue de la propagande soviétique. Quand les chars ont envahi la Tchécoslovaquie en 1968, Brejnev a déclaré: « Maintenant la situation en Tchécoslovaquie est normalisée ».

Et c’est ce qui arrivera aux Etats-Unis si vous laissez tous ces abrutis amener le pays à la crise, si vous les laissez promettre aux gens monts-et-merveilles et le « paradis sur Terre », si vous les laissez déstabiliser votre économie, éliminer l’économie de libre-échange, et mettre un gouvernement « Big-Brother » à Washington, avec des dictateurs bienveillants du genre Walter Mondale qui vous promettront tout ce que vous voulez, peu importe que ces promesses soient tenues ou non.

Il ira ensuite à Moscou baiser les pieds de la nouvelle génération de criminels communistes.

Il donnera l’illusion d’avoir les choses bien en main et qu’il contrôle la situation. Mais la situation n’est pas sous contrôle. Elle est même épouvantablement hors de tout contrôle.

La plupart des politiciens américains, la plupart des médias et le système éducatif forment une génération de gens qui croient vivre une période de paix.

C’est faux! Les Etats-Unis sont en guerre. Une guerre non déclarée et totale, contre les principes et les fondements même de ce système. Et l’initiateur de cette guerre, ce n’est pas Andropov, bien sûr, c’est une guerre contre le système communiste mondial, aussi ridicule que cela paraisse – ou contre la conspiration communiste mondiale, que cela fasse peur aux gens, je m’en fiche. Et si vous n’avez pas peur maintenant, rien ne vous fera peur…

Il ne faut pas devenir paranoïaque à ce sujet.

A vrai dire, ce qui se passe actuellement, c’est que contrairement à moi, vous avez encore plusieurs années à vivre – à moins que l’Amérique ne se réveille – avec cette bombe à retardement. Et le désastre approche chaque seconde un peu plus. Et contrairement à moi, vous n’aurez nulle part où vous réfugier, à moins d’aller en Antarctique avec les pingouins.

Ici, c’est le dernier pays de libertés, où tout reste possible.

– Et que faire alors? Que recommandez-vous aux Américains?

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est qu’il faut un effort national de grande ampleur pour éduquer les gens dans le sens des valeurs patriotiques, et ensuite, expliquer le réel danger du système socialiste, communiste, quel que soit son nom.

Le danger de l’ « Etat providence », du système « Big-Brother ».

Si les gens ne réussissent pas à saisir l’imminence de ce danger et de cette évolution, rien n’aidera les Etats-Unis. Vous pouvez dire au revoir à vos libertés, à la liberté des homosexuels, aux droits des détenus etc…

Toutes vos libertés disparaîtront, elles seront carbonisées en quelques secondes, et vos précieuses vies avec.

Deuxièmement, au moins une partie de la population est convaincue que le danger est réel. Ils doivent FORCER le gouvernement – et je ne parle pas d’envoyer des lettres, des pétitions ou d’autres nobles et belles activités de ce genre – Je parle bien de forcer le gouvernement à arrêter d’aider le communisme.

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives