Un rabbin israélien: le « piège à miel » sexuel est casher pour les femmes agents du Mossad

Haaretz, 5 octobre 2010

La décision du rabbin Ari Schvat est apparue dans une étude, «Le sexe illicite pour des raisons de sécurité nationale» publié par l’Institut Tzomet, qui étudie l’interface entre religion et modernité.

Un rabbin israélien a donné sa bénédiction à des femmes agents du service secret étranger d’Israël, le Mossad, qui peuvent être amenées à avoir des relations sexuelles avec l’ennemi dans les missions dites « pot de miel » contre des terroristes.

La décision du rabbin Ari Shvat est apparue dans une étude, « le sexe illicite pour des raisons de sécurité nationale», publié par l’Institut Tzomet, qui étudie l’interface entre religion et modernité.

EstherCover-204x320Mais Schvat écrit que les missions « pot de miel » ne relèvent pas seulement de l’espionnage moderne – comme à la fin des années 1980, la capture de Mordechai Vanunu, le technicien nucléaire israélien qui a révélé les détails du programme nucléaire d’Israël, ou l’assassinat du terroriste Mahmoud al-Mabhouh à Dubaï, en janvier 2010. Dans les deux cas, un leurre féminin du Mossad aurait été impliqué.

En fait, les missions « pot de miel » sont enracinées dans la tradition biblique.

La reine Esther, qui était juive, a couché avec le roi perse Xerxès autour de 500 avant JC pour sauver son peuple, a noté Schvat. Yael, épouse d’Hever, dormait avec le chef ennemi Sisra pour le fatiguer et lui couper la tête, selon la tradition.

Il y a un hic, cependant, pour les « pots de miels » mariés. « S’il est nécessaire d’utiliser une femme mariée, il serait préférable [pour] son mari de divorcer. … Après l’acte [sexuel], il aurait le droit de la ramener », a écrit Schvat.

« Naturellement, un travail de ce genre pourrait être donné à une femme qui est en tout cas licencieuse dans ses manières. »

Les hommes agents du Mossad n’ont apparemment pas de limites pour dormir avec l’ennemi féminin, car ils ne sont pas mentionnés dans les écrits.

L’étude de Schvat a été saluée par le directeur de Tzomet, le rabbin Yisrael Rosen, qui a ajouté que « les femmes salariées du Mossad ne vont probablement pas venir consulter un rabbin » avant leurs missions.

Source: http://www.haaretz.com/jewish-world/israeli-rabbi-honey-pot-sex-is-kosher-for-female-mossad-agents-1.317288  et illustration via: http://www.veteransnewsnow.com/2012/11/13/israeli-rabbi-honey-pot-sex-is-kosher-for-female-mossad-agents/

Publicités

La Russie commandait des opérations d’espionnage contre les forces israéliennes et les rebelles syriens, montre une vidéo

Des images récentes téléchargées par les combattants de l’Armée syrienne libre après leur capture d’une base du Golan indique une forte implication russe dans les opérations d’espionnage du régime du président Bachar al-Assad.

Base russe en Syrie

By Anshel Pfeffer, 7 octobre 2014

Des images récentes apparemment prises dans une base de renseignement du Golan syrien, téléchargées par les combattants de l’Armée syrienne libre (ASL) après leur capture de la base, indiquent une forte implication russe dans les opérations d’espionnage du régime du président Bachar al-Assad.

La base de Tel Al-Hara, au sud de la frontière de Quneitra avec Israël, a été prise ce week-end par l’ASL [FSA], après des batailles rangées qui comprenaient un certain nombre de groupes rebelles, y compris le Front al-Nosra aligné avec al-Qaida.

La vidéo montre que la base, utilisée pour effectuer la surveillance électronique à la fois des rebelles et des forces militaires israéliennes, avait été sous le commandement russe.

Lire la suite: http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.619664

Lire en français: http://fr.timesofisrael.com/les-rebelles-decouvrent-un-site-despionnage-russo-syrien-dans-le-golan/

Le président de l’Equateur annule une visite en Israël, en soutien à Gaza

Palestiniens à GazaPhoto: Des Palestiniens se tiennent au-dessus d’un bâtiment détruit dans le quartier de la ville de Gaza à Shejaiya, le 6 Août 2014

Times of Israel, 8 août 2014

Le Président de l’Equateur Raphael Correa a annulé une visite prévue en Israël concernant le conflit à Gaza.

Correa devait se rendre en Israël cette année, a rapporté le journal Prensa Latina.

« De toute évidence, après ces événements, nous avons annulé la visite », a déclaré Correa mercredi, se référant à l’opération israélienne à Gaza.
L’annulation est intervenue deux jours après que Ricardo Patino, ministre des Affaires étrangères, ait annoncé que l’Équateur allait ouvrir une ambassade dans l’Autorité palestinienne. L’Equateur a déjà une délégation diplomatique à Ramallah, en Cisjordanie, selon Prensa Latina.

Source: https://twitter.com/wikileaks/status/497551101923983361 et http://www.timesofisrael.com/ecuadors-president-cancels-israel-visit-in-support-of-gaza/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

La relation de renseignement de la NSA avec Israël (document)

NSA:IsraelUn nouveau document top secret de la NSA, en date du 13 Avril 2013 et publié aujourd’hui par The Intercept, raconte que la « NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure avec l’Unité nationale israélienne SIGINT (ISNU) qui consiste au partage d’informations sur l’accès, l’interception, le ciblage, la langue, l’analyse et le reporting ».

Source: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Consulter le document: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/08/03/nsa-intelligence-relationship-israel

The Intercept publie un accord secret passé entre les Etats-Unis et Israël en 1999

Accord secret US:IsraelLa coopération entre la NSA et l’ISNU a commencé il y a des décennies. Un accord top secret entre les deux agences datant de Juillet 1999 rappelle que le premier accord formel de partage du renseignement a été conclu en 1968 entre le président américain Lyndon Johnson et le Premier ministre israélien Levi Eshkol, et a commencé de manière informelle dans les années 1950. Mais la relation a rapidement augmenté dans la dernière décennie.

Source: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Consulter le document: https://firstlook.org/theintercept/document/2014/08/03/israel-us-1999-agreement/

Relations NSA/Israël dans un nouveau document d’Edward Snowden

obama-netanyahu_658

L’argent, les armes et la surveillance: les États-Unis sont une partie clé de toute attaque israélienne

Par Glenn Greenwald, le 4 août 2014

[Extrait]

Un nouveau document top secret de la NSA, en date du 13 Avril 2013 et publié aujourd’hui par The Intercept, raconte que la « NSA entretient une relation technique et analytique de grande envergure avec l’Unité nationale israélienne SIGINT (ISNU) qui consiste au partage d’informations sur l’accès, l’interception, le ciblage, la langue, l’analyse et le reporting ».

Plus précisément, « cette relation SIGINT a été de plus en plus le catalyseur d’une relation d’intelligence plus large entre les Etats-Unis et Israël. » En outre, les « cyber-partenariats de la NSA se sont étendus au-delà de l’ISNU pour inclure le SOD [Special Operation Division] et le Mossad du Renseignement de la Défense Israélienne. »

En vertu de cette coopération élargie, les Américains et les Israéliens travaillent ensemble pour avoir accès à des «cibles géographiques [qui] comprennent les pays d’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, le Golfe Persique, l’Asie du Sud, et les républiques islamiques de l’ex-Union soviétique. » Cela comprend également « une ligne de communications dédiées entre la NSA et l’ISNU [qui] permet l’échange de matière première, aussi bien que l’analyse quotidienne et la correspondance technique. »

La relation a fourni à Israël un large soutien à la fois pour le renseignement et la surveillance: « La partie israélienne bénéficie des avantages de l’accès géographique élargi à l’expertise cryptanalytique de classe mondiale de la NSA et à l’expertise en ingénierie de SIGINT, et elle gagne aussi un accès contrôlé à la technologie et aux équipements avancés américains à travers l’achat de logements et les ventes militaires à l’étranger. « Parmi les priorités d’Israël dans la coopération sont ce que la NSA appelle le « terrorisme palestinien ».

La coopération entre la NSA et l’ISNU a commencé il y a des décennies. Un accord top secret entre les deux agences datant de Juillet 1999 rappelle que le premier accord formel de partage du renseignement a été conclu en 1968 entre le président américain Lyndon Johnson et le Premier ministre israélien Levi Eshkol, et a commencé de manière informelle dans les années 1950. Mais la relation a rapidement augmenté dans la dernière décennie.

En 2003 et 2004, les Israéliens faisaient pression sur la NSA pour accepter une relation de partage de renseignement massivement élargi appelé « Gladiator. » Dans le cadre de ce processus, Israël voulait que les Américains paient des centaines de millions de dollars pour financer les activités israéliennes. Le projet d’entente spécifique « Gladiator » ne semble jamais avoir été consommé, avorté par les exigences israéliennes qui demandaient aux Etats-Unis de porter le coût total, mais les documents dans les archives Snowden relatifs à ces négociations contiennent ce qui semble être deux recettes pour un ou plusieurs paiements de $ 500,000 en espèces à des responsables israéliens à des fins non précisées.

Lire l’intégralité de l’article: https://firstlook.org/theintercept/2014/08/04/cash-weapons-surveillance/

Témoignage dans un câble Wikileaks de la violence utilisée contre les Palestiniens lors des arrestations

Un câble Wikileaks de 2009 (09TELAVIV1125) évoque le témoignage d’un colonel israélien concernant l’usage régulier de la violence contre les Palestiniens dans des opérations menées par les brigades militaires. Le colonel en question, Itai Virov, témoigne lors du procès d’un lieutenant appartenant à la brigade Kfir, Adam Malul, « accusé dans une cour militaire [israélienne] d’avoir battu un palestinien lors d’une arrestation en Cisjordanie ». Ce débat sur la violence à l’égard des Palestiniens semble diviser au sein même de l’armée israélienne, puisqu’on apprend dans des articles datant d’août 2011 que le colonel Itai Virov « a été censuré par le chef du commandement central des forces de défense israéliennes, Gadi Shamni, a fait l’objet d’une enquête pénale contre lui avant que l’affaire soit classée par manque de preuves. »

Le colonel Itai Virov témoigne:

« Les questions sont un acte relativement agressif. Parfois, il y a des cris ou on épingle quelqu’un contre un mur, parfois il n’y a pas d’autre choix que de secouer, attacher, forcer. Dire que les questions se font sans recours à la force serait feindre l’innocence. »

Ce câble témoigne d’un problème majeur de l’armée israélienne, une armée qui tente de justifier l’usage de la violence contre les civils palestiniens en invoquant ne pas avoir d’autre choix. Malheureusement, on voit bien que ce discours n’a aucune consistance et que, notamment face à la situation actuelle catastrophique à Gaza, l’armée israélienne ressort sans cesse les mêmes arguments pour justifier le recours régulier à la violence et pour justifier les crimes contre les Palestiniens.

La violence, comme le souligne le câble diplomatique, est une « norme » dans l’armée israélienne:

Les commentaires du col. Virov reflètent la norme pour les soldats des Forces de défense israéliennes opérant en Cisjordanie. Sans doute Virov suppose en les faisant qu’il ne faisait que reconnaître les faits que tout le monde connaît, mais que peu admettent publiquement, et que ce faisant, il serait protégé par la structure de commandement des Forces de défense israéliennes qui savent aussi ce qui se passe dans les territoires et qui préfèrent souvent « feindre l’innocence. »

Il ne semble pas que le gouvernement israélien ait jamais réellement souhaité traiter les Palestiniens de manière humaine et pacifique, mais le conflit israélo-palestinien s’aggrave d’année en année, en intensité et en violence.

La seule chose qui semble avoir changé, c’est que dans le passé, les gouvernements condamnaient plus ouvertement les actes de violence de l’armée israélienne. Aujourd’hui, on constate que les Etats-Unis et les gouvernements occidentaux peinent à défendre une certaine vision des droits de l’homme et il est très difficile de comprendre pourquoi ces gouvernements ne condamnent pas des crimes commis contre des civils.

Source du câble: http://search.wikileaks.org/plusd/cables/09TELAVIV1125_a.html#efmAe-Ag_AlrApmAxBA08

« Concentrer » et « exterminer »: le plan génocidaire du vice-président du parlement israélien

Palestiniens tués à Rafah

Soumis par Ali Abunimah, le 3 août 2014

Moshe Feiglin, le vice-président de la Knesset, le parlement israélien, a publié un plan pour la destruction totale du peuple palestinien dans la bande de Gaza.

Son plan détaillé, qui prévoit l’utilisation de camps de concentration, équivalent à une incitation directe et publique au génocide – un crime punissable en vertu de la convention sur le génocide.

Dans un post du 1er Août sur sa page Facebook, Feiglin, un membre du Parti du Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, appelle à la «conquête de l’ensemble de la bande de Gaza, et à l’anéantissement de toutes les forces combattantes et de leurs partisans. »

« C’est notre pays – notre pays exclusivement, » écrit-il, « y compris la bande de Gaza. »

Le post de Feiglin est le texte d’une lettre adressée à M. Netanyahu.

Les citoyens et les pouvoirs publics à travers le monde devraient faire des efforts pour arrêter Feiglin et le poursuivre en vertu de la convention sur le génocide pour ses déclarations, s’il devait mettre le pied sur leur territoire.
Son plan abominable intervient alors que le bilan des victimes du massacre israélien en cours dans la bande de Gaza atteint 1752 personnes, dont dix personnes tuées dimanche matin quand Israël a de nouveau bombardé une école des Nations Unies utilisée comme refuge, cette fois dans la ville de Rafah.

Lire l’intégralité de l’article: http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/concentrate-and-exterminate-israel-parliament-deputy-speakers-gaza-genocide-plan

Palestine: Révolte de rabbins juifs contre l’Etat d’Israël accusé de sionisme

Rassemblement de rabbins juifs contre le sionisme (sous-titres français)

Une vidéo montre le bombardement israélien de Shujaiya qui a tué le journaliste de Gaza

Article soumis par Ali Abunimah, le 31 juillet 2014

Remarque: Cette vidéo montre des images violentes qui peuvent choquer certaines personnes.

Mercredi, les forces israéliennes ont bombardé le quartier-est de la ville de Shujaiya à Gaza, tuant 17 Palestiniens sur un marché où les gens étaient allés faire des courses pendant ce qu’ils pensaient être quatre heures de « trêve humanitaire. »

Cette vidéo mise en ligne sur YouTube montre le bombardement. Elle est intitulée en arabe «massacre de Shujaiya et le ciblage d’un journaliste et la blessure d’un photographe de l’Agence Manara News. »

Au tout début de la vidéo, un homme peut être aperçu portant un gilet pare-balles, un casque et une caméra, alors qu’il passe devant une ambulance.

Une autre ambulance accélère dans le cadre et l’homme dans le gilet pare-balles peut être entrevu à nouveau.

Soudain, une explosion qui envoie de la poussière et de la fumée, suivie d’une seconde explosion. Il y a des cris d’horreur, de l’angoisse et des appels au secours.

Gaza-mort d'un journaliste-Rami Rayan

[Capture d’écran de la vidéo: le corps a été identifié comme celui du journaliste Rami Rayan.]

Lire l’intégralité de l’article: http://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/video-shows-israeli-shelling-shujaiya-killed-gaza-journalist

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités