A quand «Gaza-sur-Seine ?»

Le Quotidien d’Oran, par Mourad Benachenhou, 17 août 2015

320px-GazaSelon un article paru sur le quotidien américain «The Washington Post », daté du 15 août, intitulé «Une décennie plus tard, beaucoup d’Israéliens considèrent que l’évacuation de Gaza a été une grande erreur» (co-auteurs William Booth et Ruth Eglash), et consacré au dixième anniversaire de « l’évacuation unilatérale de Gaza par Israël », la population israélienne, dans sa majorité, est favorable à la « réoccupation de ce territoire », car, selon les auteurs de cet article, cet acte de « générosité et de bonne volonté » de la part de Moshé Sharon, alors Premier ministre, aurait été exploité par les Palestiniens pour « poursuivre leurs agressions non provoquées » contre la population civile israélienne.

Gaza est encore un territoire occupé par Israël

Le même article rapporte que le conseiller à la sécurité de Netanyahu se serait lamenté sur l’impossibilité d’une telle réoccupation en résumant son opinion par un proverbe, suivant lequel: «une fois qu’un œuf est brouillé, on ne peut pas lui rendre sa forme primitive».

Le problème avec la version israélienne selon laquelle Israël aurait mis fin à son occupation de Gaza en août 2005, est que l’Etat colonial est le seul à la soutenir. Pour le reste du monde, et au sens du droit international, Gaza est encore un territoire occupé par Israël.

Ce fait indéniable est décrit avec clarté dans l’extrait suivant d’un document consacré à la situation de ce territoire:

«Alors qu’Israël affirme qu’elle a cessé d’occuper Gaza en 2005, lorsqu’elle a unilatéralement redéployé ses troupes à l’extérieur de Gaza, et a retiré ses colons de Gaza, Gaza continue à être occupée au vu de la loi internationale comme de la communauté internationale, y compris les Etats-Unis d’Amérique, l’Union européenne, et les Nations unies. La responsabilité ininterrompue d’Israël comme puissance occupante à Gaza est la conséquence de plusieurs facteurs. D’abord, Israël continue à assurer un contrôle effectif sur Gaza, y compris le contrôle des frontières, de l’espace aérien, des voies d’eau, de l’enregistrement de la population, de la monnaie, des mouvements de population, du commerce, de la fourniture d’électricité, de la distribution de l’eau, etc. etc. En second lieu, Israël maintient et exerce un droit de mener des opérations militaires régulières à Gaza, ce qui lui donne le contrôle militaire effectif sur le territoire. Selon le droit international, le contrôle effectif constitue l’ensemble des mesures d’occupation.» (source: Commission au Service du Peuple Américain, www. afsc.org/resource/gaza-under-siege)

Une guerre d’extermination contre le peuple de Gaza

Il est à rappeler qu’une année également s’est écoulée depuis la fin de l’agression sauvage de cinquante jours menée par Israël contre Gaza. Le rapport de l’ONU, dont les rédacteurs ont essuyé de la part des autorités israéliennes le refus de donner les preuves qu’elles avaient mené cette opération de représailles en réponse à des «attaques délibérées contre la population civile israélienne», révèle à la fois l’intensité de la violence militaire israélienne, tout comme le caractère massif des morts civils palestiniens, ainsi que des destructions des infrastructures et des habitations dans le territoire de Gaza.

Suivant ce rapport de 183 pages, et établi sous la responsabilité de Mary Mcgowan Davis, ancienne juge à la Cour suprême de l’Etat de New York, l’armée israélienne a mené 6.000 raids aériens, utilisé 14.500 obus de char et 50.000 obus d’artillerie, a tué 2.251 Palestiniens, dont 1.462 civils, y compris 299 femmes et 551 enfants, et a détruit 18.000 habitations et blessé 17.125 Palestiniens.

Israël refuse de donner les preuves que les civils israéliens auraient été visés par les tirs palestiniens

Ce rapport, dont il est encore une fois souligné qu’Israël a refusé d’y contribuer, note que:

«La Commission a requis des informations détaillées du gouvernement israélien sur les endroits où les fusées et les obus de mortier tirés par les groupes armés palestiniens, à partir de Gaza, ont effectivement atterri, pour procéder à une évaluation plus détaillée de la proportion des cas dans lesquels ces tirs ont été effectivement dirigés vers des zones à forte occupation de population en Israël. Malheureusement, le gouvernement d’Israël n’a pas donné de réponse, ce qui a rendu difficile pour la Commission la détermination de l’étendue des attaques ayant directement visé la population civile israélienne.»

A souligner que du côté israélien, les pertes estimées par la Commission s’élèvent à six civils (1 Israélien tué pour 243 civils palestiniens tués par l’armée israélienne) et 67 soldats (1 soldat israélien tué pour 12 Palestiniens armés tués par l’armée israélienne !).

240 Palestiniens exécutés pour chaque Juif israélien tué!

En refusant de fournir à la Commission d’enquête, pourtant dirigée par une citoyenne de l’Etat le plus puissamment aux côtés d’Israël, des preuves sur le caractère de légitime défense de ses attaques sauvages contre le peuple de Gaza, le gouvernement de Netanyahu reconnaît explicitement que son opération, intitulée «Marge de protection» (7 juillet-26 août 2014), qui n’est pas la première depuis «la fin de l’occupation de ce territoire» et ne sera sans doute pas la dernière jusqu’à la liquidation du dernier Palestinien, n’avait rien d’un acte d’autodéfense, mais d’une opération coloniale de représailles du type pratiqué sous d’autres cieux et en d’autres époques par les puissances coloniales d’antan.

A combien d’Oradour-sur-Glane correspond le massacre des Gazaouis par l’armée Israélienne?

Les SS encore en vie et qui ont massacré, en représailles au meurtre de l’un de leurs camarades, la population civile d’Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944, doivent se demander pourquoi on continue à les présenter comme les pires des criminels de guerre, alors qu’ils ont eu le courage de faire face à leurs victimes, de les tuer de sang-froid, et ont utilisé seulement des armes légères pour perpétrer leur massacre, un acte de représailles inhumain, un crime de guerre patent, qu’aucune considération militaire ne pourrait justifier.

Leurs émules israéliens, au nom de l’idéologie sioniste, encore font mieux à Gaza, en utilisant, de loin, et de manière systématique, toute la puissance de feu dont ils disposaient, et sans le moindre brin de considération humanitaire ou de sentiments de pitié, couverts qu’ils sont par la complicité de la «communauté internationale» qui les protège de leurs propres turpitudes et leur garantit l’impunité, même lorsque leurs crimes sont indéniables.

La présidente américaine de la Commission neutre qui a établi ce rapport souligne que: «l’intensité de la dévastation et de la souffrance humaine à Gaza ne connaît pas de précédents et aura un impact sur les générations à venir.»

Israël au ban des nations et ses dirigeants, des criminels de guerre fugitifs!

Ce rapport, fondé sur des milliers d’interviews et d’enquêtes sur le terrain, et dont l’objectivité ne peut être mise en doute, va, suivant un observateur, «placer les leaders israéliens aux côtés des criminels de guerre fugitifs et approfondir l’isolement continu d’Israël sur la scène internationale.»

Faire croire que la maire de Paris, capitale d’un pays qui se targue d’être «la patrie des droits de l’homme» aurait organisé, de son propre chef, un festival destiné à célébrer la capitale d’Israël, et la première ville fondée par des colons juifs et exclusivement pour les Juifs sur le territoire palestinien, alors encore sous administration ottomane, au début du siècle dernier, est le comble de la fourberie politique.

Les arguments que la maire de Paris a avancés pour justifier ce festival sont d’autant moins convaincants qu’ils sont spécifiques et donc circonstanciels. Sinon qui l’empêcherait d’organiser un «festival Téhéran sur Seine», malgré l’embargo imposé aux relations avec l’Iran par «la communauté internationale?» Et pourquoi punir tout le peuple iranien pour des décisions politiques prises par le sommet de la hiérarchie de ce pays?

Une tentative grossière de briser l’isolement international d’Israël

Cette célébration qui, comme de juste, coïncide non seulement avec la publication du rapport de la Commission de l’ONU sur les crimes de guerre commis par le gouvernement de Netanyahu en juillet et août 2014, et avec le dixième anniversaire de la fausse «fin de l’occupation israélienne du territoire de Gaza», est un acte, hautement significatif, fondé sur des considérations de politique à la fois intérieure et extérieure, et destiné à aider Israël à rompre son isolement international de plus en plus fort, placée qu’elle est peu à peu au ban des nations, et dont le caractère d’Etat raciste, fanatique religieux et génocidaire apparaît avec de plus en plus de visibilité, dont l’exploitation de l’Holocauste est de moins en moins rentable, et dont le brandissement de l’antisémitisme comme explication à l’antisionisme est de moins en moins convaincant.

Qu’elle le veuille ou non, la maire de Paris ne peut nier que Tel Aviv est la capitale d’un Etat dont les fondements idéologiques sont contraires aux valeurs occidentales sacrées. Et tenter de séparer la population israélienne de son Etat est une entreprise d’autant plus vaine que cette population embrasse, dans sa massive majorité, l’idéologie sioniste qui refuse les droits de l’homme sur le territoire de la Palestine occupée, et n’y reconnaît que les droits des Juifs.

On ne peut pas à la fois défendre ardemment à Paris les droits de l’homme, sans distinction de race, de religion ou d’idéologie politique, et se lamenter sur le sort des citoyens d’un Etat fondé sur la négation de ces mêmes droits, présentés pourtant comme inaliénables!

La maire de Paris doit choisir soit d’être du côté de ceux qui subissent la discrimination et la mort du fait de leur religion et de leur race, soit de prendre position pour les oppresseurs au nom d’une race et d’une religion, et qui pratiquent le monopole du pouvoir politique au profit d’une majorité unie par son appartenance à une seule religion, et qui, au nom des enseignements de la Bible, exclut la population originale du pays de tout autre droit que de celui d’être tuée, expropriée, emprisonnée ou expulsée.

Alors qu’ailleurs, des collectivités locales et des institutions universitaires prestigieuses, de plus en plus nombreuses, participent à la campagne internationale de boycott d’Israël, connue sous le sigle anglais de «BDS» (boycottez, dé-investissez, sanctionnez), voici que la maire de Paris suit la voie inverse, qui ne peut qu’encourager Israël à faire preuve de plus de sauvagerie dans sa politique de génocide du peuple palestinien, au nom des enseignements de la religion juive, faut-il le souligner encore une fois?

En conclusion

Le peuple palestinien martyre, et le peuple de Gaza plus spécifiquement méritent, plus que les Sionistes, d’être mis à l’honneur dans la capitale d’un pays qui se targue d’ouverture sur l’humanité.

La maire de Paris aurait été mieux inspirée en organisant un Ramallah-sur-Seine, et mieux encore un «Gaza-sur-Seine», au lieu de tenter, maladroitement, de contribuer à briser l’étau de la réprobation internationale qui frappe, à juste titre, l’Etat d’Israël, et ceux qui ont choisi librement d’y habiter, au nom de la pratique religieuse de l’Alya, un autre nom pour le génocide planifié du peuple palestinien.

Ce n’est pas en courtisant les criminels de guerre qui servent de gouvernement à cet Etat de plus en plus honni, et qui gouvernent un peuple qui les a librement élus, qu’on va contribuer à donner plus de crédibilité aux «droits de l’homme» et aux «valeurs occidentales» comme à la supériorité de la «civilisation judéo-chrétienne» et ramener la paix dans un Moyen-Orient en pleine tourmente, et victime de la politique «vampiresque» de cet Etat.

Source: http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5217463

La stratégie d’Israël contre le Hamas exposée dans deux câbles WikiLeaks

combats-syrieDe nombreux câbles WikiLeaks évoquent le conflit israélo-palestinien, mais il faut confronter plusieurs documents pour tenter de comprendre la vraie situation géopolitique qui s’est mise en place au Moyen-Orient. La guerre en Syrie, en effet, ne semble pas totalement étrangère au conflit israélo-palestinien. Comme nous l’avions mentionné dans un article, la Syrie avait pris la défense des Palestiniens et réclamé « l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, [la fin du] siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale ». Ces demandes n’ont jamais été entendues par l’Etat d’Israël.

Un câble WikiLeaks du 11 février 2009 (09TELAVIV363) intitulé « Le président du Likoud Netanyahu parle de l’Iran, des Palestiniens et de la Syrie avec Codel Smith » explique le point de vue israélien sur la situation géopolitique du Moyen-Orient. Ce câble est très important, car il montre que l’Etat d’Israël aurait pu avoir un intérêt direct dans la déstabilisation du régime syrien pour conduire à l’affaiblissement du Hamas en Palestine. Israël accuse l’Iran de financer les groupes terroristes au Moyen-Orient et d’être le « régime-mère » du terrorisme. Parmi ces groupes terroristes, Israël considère que c’est l’Iran – soutenu par la Syrie – qui apporte son soutien au Hamas palestinien.

La Syrie, l’Iran et le Hamas palestinien

La théorie du gouvernement israélien consiste à dire, en quelque sorte, que si le Hamas est si puissant en Palestine, c’est parce qu’il est soutenu financièrement et idéologiquement par les régimes alliés de la Syrie et de l’Iran. Autrement dit, selon Israël, le problème du conflit israélo-palestinien ne serait pas uniquement un problème entre Israël et la Palestine, mais un problème qui a sa source en Syrie et en Iran, et qui doit se résoudre par l’affaiblissement de ces deux régimes: « il [Netanyahu] prédit que le terrorisme diminuerait si on coupe la volonté et la capacité de l’Iran à soutenir des terroristes avec de l’argent, un entraînement et des directives« .

On voit bien comment la stratégie israélienne se met en place et pourquoi le renversement du régime syrien aurait pu servir par la suite les intérêts sécuritaires de l’Etat d’Israël, en assurant la présence de régimes favorables à Israël dans tout le Moyen-Orient. Dans la suite du câble, Netanyahu « affirma que le retrait du Hamas au pouvoir n’y produirait pas nécessairement un régime pire, étant donné que les groupes alternatifs ne sont pas aussi proche de l’Iran que le Hamas ». Ainsi, affaiblir l’Iran et la Syrie semble s’être présenté aux yeux des responsables israéliens comme un moyen possible pour obtenir la fin de la résistance du Hamas en Palestine.

Le conflit israélo-palestinien, un problème régional

A travers ce document Wikileaks, on comprend finalement que le gouvernement israélien perçoit la guerre avec le Hamas dans une logique régionale qui va au-delà des territoires de la Palestine occupée. Cette logique régionale inclut plusieurs pays: Israël, la Palestine occupée, la Syrie, l’Iran, l’Irak et le Liban. Le conflit israélo-palestinien est un enjeu pour toute cette région du Moyen-Orient, c’est un facteur de déstabilisation et c’est pourquoi beaucoup d’observateurs considèrent qu’il n’y aura jamais de paix au Moyen-Orient tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas résolu. Les câbles Wikileaks témoignent de cette logique.

Dans un autre câble du 4 avril 2005 (05TELAVIV2054), le gouvernement israélien évoque de nouveau le problème de la Syrie face aux groupes terroristes: « Il a dit que, bien que la Syrie ait fait de mauvaises choses, comme aider le Hamas et le Hezbollah, en compromettant la stabilité en Irak, et donnant refuge aux copains de [Saddam] Hussein, la chose la plus importante maintenant est de le sortir du Liban. » Dans ce même câble, le ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, évoque l’espoir que « d’autres pays de la région passent vers des systèmes démocratiques ». Ces propos témoignent d’une certaine volonté israélienne d’amener des changements de régime au Moyen-Orient, vers des régimes plus démocratiques et pacifiés, libérés du terrorisme, ou du moins d’une stabilisation politique en Irak et en Syrie, qui pourrait être favorable à la résolution du conflit israélo-palestinien.

Le câble diplomatique ne dit pas si le gouvernement israélien a eu une implication dans la déstabilisation du régime syrien, mais si tel était le cas, on constate aujourd’hui que la stratégie d’Israël a échoué au Moyen-Orient, car la déstabilisation des régimes hostiles à l’Etat d’Israël n’a pas pacifié le Moyen-Orient et n’a pas conduit à la mise en place de systèmes plus démocratiques. Au contraire, on voit aujourd’hui qu’avec la guerre en Syrie, non seulement les régimes se sont maintenus dans la violence et la répression, mais le jihadisme a aussi progressé et se répand comme une poudre sur toute la région.

Quel rôle pour la Russie?

Il semble aussi que le gouvernement israélien ait mal envisagé le rôle de la Russie dans le conflit au Moyen-Orient. Dans le premier câble (09TELAVIV363), Netanyahu présente la Russie comme un possible allié dans la stratégie de lutte contre le terrorisme en Iran et en Syrie: « La communauté internationale pourrait aussi imposer un blocus naval sur l’Iran […] avec la Russie comme pays clé dans cet effort. Le conseiller de Netanyahu, Arad, a ajouté que la Russie a été utile à certains moments […] et que les puissances occidentales pourraient avoir à faire des concessions avec la Russie sur d’autres questions pour les amener à collaborer plus étroitement contre Téhéran. »

Ce câble date d’avant le début de la guerre en Syrie, qui a commencé par les manifestations du 15 mars 2011, mais on sait aujourd’hui que la Russie n’a pas voulu s’allier avec l’Occident dans la lutte contre le régime syrien. Le câble Wikileaks montre ainsi que la stratégie prévue par le gouvernement israélien n’a pas fonctionné, car celui-ci pensait s’appuyer sur la Russie pour déstabiliser l’Iran et la Syrie. De son côté, la Russie n’a pas voulu intervenir contre le régime syrien par peur d’une extension du front islamique vers ses propres frontières: on voit que, là aussi, le raisonnement n’a pas fonctionné, car le front islamique s’est bel et bien étendu vers d’autres pays, même s’il n’atteint pas encore la Russie.

En fait, il y a beaucoup d’incertitudes sur ce qui se passe désormais dans cette région du Moyen-Orient. Il semble que toutes les stratégies gouvernementales aient échoué pour pacifier la région et que les scénarios qui se déroulent actuellement en Syrie et en Irak avec l’avancée de l’Etat Islamique n’avaient certainement pas été imaginés ni par le gouvernement israélien, ni par les gouvernements américain, européen ou russe, à un moment où ils pensaient régler le conflit avec le Hamas.

Les documents Wikileaks mettent ainsi en lumière les profondes erreurs d’appréciation des responsables gouvernementaux israéliens qui, dans leur stratégie face à l’Iran et à la Syrie, en 2005, puis 2009, ont pensé qu’ils réussiraient à affaiblir le Hamas, mais n’ont pas compris que ce qu’ils redoutaient le plus allait se produire quelques années plus tard, à savoir l’avancée actuelle du front jihadiste, la radicalisation du terrorisme et la déstabilisation du Moyen-Orient qui remet profondément en cause tout espoir de résoudre de manière pacifique le conflit israélo-palestinien.

Source des documents Wikileaks: http://search.wikileaks.org/plusd/cables/09TELAVIV363_a.html et http://search.wikileaks.org/plusd/cables/05TELAVIV2054_a.html

La mort de Yasser Arafat a-t-elle été une « opportunité politique » pour l’Occident?

Yasser ArafatAlors que dix ans après, la thèse de l’empoisonnement de Yasser Arafat n’a toujours pas été officiellement reconnue et qu’il sera maintenant impossible d’aller plus loin dans l’enquête sur la mort du leader palestinien, à cause du « laps de temps limite pour déceler des traces de polonium » qui est maintenant écoulé, comme le précise le journal Le Monde, et même si Al Jazeera avait pourtant publié le rapport suisse (108 pages, PDF) confirmant des traces de polonium, et bien que les médecins français à l’époque aient eu du mal à expliquer « la cause d’une détérioration soudaine » de la santé d’Arafat, il reste néanmoins les câbles Wikileaks pour tenter d’y voir un peu plus clair dans les événements et se rendre compte par soi-même s’il y a pu avoir empoisonnement ou pas du leader palestinien Yasser Arafat.

Comme l’ont beaucoup dénoncé les Palestiniens, qui voyaient un complot contre leur dirigeant, un câble Wikileaks laisse supposer – mais sans apporter de preuves concrètes – que la mort de Yasser Arafat a, en effet, pu faciliter un agenda américano-européen pour continuer le processus de paix au Moyen-Orient. Il n’y a pas de preuves d’empoisonnement dans ce câble diplomatique, ni aucune information qui pourrait aller dans ce sens. Mais, loin d’inquiéter les représentants politiques occidentaux, la mort de Yasser Arafat est décrite – en date du 19 novembre 2004, soit 8 jours après son décès – selon les termes de Leena Aalto, correspondante européenne adjointe, au Ministère des Affaires étrangères, à Helsinki, comme « une fenêtre d’opportunité » pour la paix au Moyen-Orient.

Ce genre de réaction est plutôt étonnante, mais cela reflète bien l’esprit qui règne au sein de la sphère politique européenne et occidentale: la mort de Yasser Arafat est perçue comme une « opportunité » pour favoriser de futures négociations au Moyen-Orient, notamment parce que l’Etat d’Israël était opposé à des négociations tant que Yasser Arafat était au pouvoir. Dans un autre câble du 30 décembre 2004, le ministre des Affaires étrangères israélien, Silvan Shalom, juge en effet que « la situation s’est améliorée depuis la mort d’Arafat ». Et on ne s’étonne pas non plus de lire dans un autre câble que Netanyahu qualifie cette période comme un « moment d’opportunité » pour réengager la discussion avec les Palestiniens, en utilisant quasiment la même formulation que Leena Alto. Yasser Arafat est mort le 11 novembre 2004. Quelques semaines avant la mort de Yasser Arafat, la représentante finlandaise Leena Alto participait aussi, les 26 et 27 octobre 2004, à un grand séminaire organisé par la Finlande et appelé « GlobalEurope 2020 », « impliquant près de 450 diplomates de 28 ministères des affaires étrangères européens » et définissant le futur des relations extérieures de l’Union Européenne.

Même si les paroles et l’opinion d’une représentante politique telle que Leena Alto ne sont pas en soi une preuve d’un complot contre Yasser Arafat, on comprend bien aujourd’hui, avec le recul des événements, que si Yasser Arafat a effectivement été empoisonné – et si cela est prouvé un jour -, son assassinat n’aura malheureusement pas favorisé la paix au Moyen-Orient, contrairement à ce que pensaient plusieurs responsables politiques au moment de sa mort en 2004, et le peuple palestinien continue de souffrir tous les jours et d’être chassé de sa terre par l’armée israélienne.

Extrait du document 04HELSINKI1486:

Processus de paix au Moyen-Orient ————————-

2. (C) Aalto a déclaré que la première priorité pour la Finlande était la sécurisation d’un fort soutien de l’UE pour un nouveau processus électoral visant à élire une nouvelle génération de dirigeants palestiniens post-Arafat. Elle a dit que la mort d’Arafat a fourni une « fenêtre d’opportunité » où promouvoir un règlement pacifique de fond en Palestine, et que l’Union européenne et les États-Unis devaient coopérer étroitement pour profiter de cette opportunité. (Remarque: les remarques d’Aalto sur la « fenêtre » étaient presque identiques à celles faites par le ministre des Affaires étrangères Tuomioja le 8 novembre lors d’une réunion avec EUR A / S Jones à Helsinki).

Câbles Wikileaks:

Arafat dans un coma continu, peut-être irréversible: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04PARIS8063_a.html

Stratégie pour novembre du GAERC: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04HELSINKI1486_a.html

Le MAE israélien SHALOM offre une vue prudente sur les élections palestiniennes à CODEL LIEBERMAN/DAYTON: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04TELAVIV6651_a.html

Netanyahu et CODEL LIEBERMAN discutent de la réforme économique, les perspectives pour la paix: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/04TELAVIV6632_a.html

Exclusif: Une étude suisse dit que du polonium a été retrouvé dans les os d’Arafat (Al Jazeera): http://america.aljazeera.com/articles/2013/11/6/swiss-study-poloniumfoundinarafatasbones.html

Le rapport suisse sur le décès de Yasser Arafat (PDF): https://s3.amazonaws.com/s3.documentcloud.org/documents/815515/expert-forensics-report-concerning-the-late.pdf

Des rabbins anti-sionistes expliquent les dangers du sionisme en présence de Dieudonné

Rabbins antisionistes « Neturei Karta » et Dieudonné

En plein débat sur la quenelle de Dieudonné, les médias et le gouvernement français, dont François Hollande (ainsi que tous ceux qui attaquent un humoriste apprécié de beaucoup de français) auraient dû rappeler que Dieudonné a participé en 2004 à une conférence avec des rabbins juifs qui dénoncent eux-mêmes le sionisme comme une chose contraire et potentiellement dangereuse pour la religion juive. Anti-sionisme et anti-sémitisme sont donc deux choses très différentes — alors, sans prendre part pour ou contre Dieudonné, nous demandons: sur quoi repose aujourd’hui le fond du débat?

Transcription de la vidéo:

Novembre 2004, Paris – 4 rabbins au théâtre de la Main d’Or

Au moment du décès de Yasser Arafat, 4 rabbins ultra-orthodoxes viennent se recueillir à Paris devant la dépouille du président défunt. Leurs paroles, politiquement très incorrectes, ne trouvant aucun lieu pour s’exprimer — Dieudonné, au nom de la liberté d’expression, leur propose son théâtre pour une conférence de presse.

Dieudonné: « Ceci n’est pas un sketche, ne pas confondre »

Quelques rares journalistes y assistent, pas un article n’a été publié.

La présentatrice: « Nous avons le plaisir d’accueillir ici 4 rabbins extraordinaires qui représentent le mouvement « Neturei Karta », les protecteurs de la cité, qui sont radicalement anti-sionistes, et qui ont tout de suite accepté l’invitation de venir ici dans le théâtre de Dieudonné, parce qu’ils savent que dans le monde entier on essaye d’empêcher les gens de réfléchir et d’agir selon leur intuition, selon leur bonté, leurs qualités spirituelles, en les accablant sous les accusations d’anti-sémitisme. Donc, même sans connaître Dieudonné, ils étaient persuadés que c’était une accusation infondée, et donc je pense qu’il y a beaucoup d’échanges qui peuvent avoir lieu entre toutes les sensibilités tellement variées que nous représentons. »

Le rabbin Weiss: « Etant donné la raison de ma présence parmi vous, je pense qu’avant d’aborder les sujets que je vais traiter, je me dois d’évoquer la mémoire du président Abou Ammar Yasser Arafat, qui était un homme exceptionnel, sortant de l’ordinaire. Pour le peuple juif, contrairement à la croyance populaire, c’était également une personne à l’esprit clair. Il avait une vision de l’avenir, une compréhension très profonde de ce qu’est vraiment le judaïsme et de ce qu’est le sionisme. Il avait compris que le judaïsme est une sainte religion, pluri-millénaire, et il n’avait absolument aucune forme d’animosité d’une quelconque façon à l’encontre du judaïsme ou du peuple juif; au contraire, il savait que le sionisme est très différent, c’est ce que j’expliquerai brièvement.

Les sionistes, bien entendu, le dépeignirent sous les traits d’un anti-sémite, comme ils le font de n’importe qui, en Europe ou ailleurs dans le monde, qui tenterait de se dresser contre l’Etat criminel d’Israël et contre les agissements criminels qui émanent de l’Etat d’Israël. Ils affirment de manière automatique que cet opposant est anti-sémite, afin d’étouffer son opposition, en la faisant passer pour une lutte contre Dieu. Ils donnent à croire que toute personne qui s’oppose au sionisme et à Israël serait quelqu’un qui blasphémerait la Bible et nourrirait de la haine envers les juifs.

Maintenant, je vais vous expliquer brièvement ce qu’est le sionisme. Comme je vous l’ai dit, le judaïsme est une religion pluri-millénaire, elle remonte aux patriarches, Abraham, Isaac et Jacob. Le sionisme est à peine centenaire, créé par Théodor Herzl et ses amis, des gens totalement athées, des gens qui étaient totalement étrangers à la religion, qui détestaient la religion.

D’après la croyance juive, depuis la destruction du temple, il y a près de 2000 ans, c’est-à-dire depuis l’exil du peuple juif, Dieu a fait jurer au peuple juif de ne point tenter de retourner en masse sur la terre d’Israël, nous ne devrions jamais nous rebeller contre une quelconque nation et nous ne devrions jamais rien tenter afin de mettre un terme au décret exilique émanant de Dieu. Seul Dieu, sans la moindre intervention humaine, peut mettre un terme à cet exil, et Dieu est très compatissant. Il regarde tous les peuples qu’il a créés, et donc le peuple juif parmi eux, dans l’exil, et c’est quand il jugera le moment opportun qu’il mettra immédiatement un terme à l’exil. Il se produira alors une révolution métaphysique dans le monde. Le monde entier reconnaîtra qu’il n’y a qu’un seul Dieu, et il le servira, rassemblé dans l’harmonie et la paix. Nous n’utiliserons pas les armes, ni ne lancerons une offensive militaire pour convaincre les gens qu’il n’y a qu’un Dieu unique — simplement, nous nous léverons tous ensemble pour servir Dieu, ce à quoi un juif aspire, ce qu’il espère, ce pour quoi il prie.

A l’époque, au début du sionisme, ses prémices, les rabbins se sont insurgés unanimement. Ils protestaient disant « c’est un blasphème, c’est de la rébellion contre Dieu, si cette idéologie est mise en application, nous en souffrirons terriblement. » Malheureusement, les sionistes ont réussi: tout d’abord, ils voulurent aller en Ouganda. Là-bas, il y avait des terres vierges, mais ils comprirent que la nation juive ne les suiverait pas. Aussi, se jouèrent-ils et abusèrent-ils des espoirs et des aspirations que pouvaient entretenir tout juif à retourner à Jérusalem, et ils leur dirent: « Nous sommes en train de vivre les prémices de la rédemption. Viens, suis-nous. Retournons ensemble sur la terre d’Israël. » S’ppuyant sur l’ignorance des multitudes non-juives dans le monde entier, ils abusèrent de leur compassion, espérant qu’elle prendrait pour argent comptant ce que dit la Bible, à savoir que cette terre appartient aux juifs, et dirait « qu’on leur donne la terre ». Ils ont utilisé ces sentiments afin de poursuivre leur entreprise, de marquer des points sur le terrain, dans l’objectif de s’accaparer la Palestine.

La Palestine était un pays peuplé d’êtres humains, les Palestiniens, c’est-à-dire les arabes habitant cette contrée, ainsi que des juifs orthodoxes qui craignent Dieu. Et tous dirent comme un seul homme: « Nous ne voulons pas d’un Etat d’Israël. Nous ne voulons pas de ça. Et étant donné que les sionistes ont usurpé la terre, qu’ils sont allés en Palestine et qu’ils l’ont volé au peuple palestinien, ils ont soumis ce peuple par la force des armes, puis ils l’ont expulsé. C’est là une seconde grande tragédie, une transgression, une rébellion contre Dieu, un agissement criminel contre Dieu. Et tous les rabbins étaient contre ces exactions, ils étaient ulcérés, révoltés par ce que ces juifs non-religieux avaient fait. Je terminerai par ceci: je tiens à dire simplement que les sionistes, bien loin d’être les protecteurs des juifs et les garants d’un havre de sécurité pour eux, sont en réalité les principaux responsables de l’antisémitisme dans l’ensemble du monde. Là où l’antisémitisme n’existe pas, les sionistes le fabriquent. Ils sont les principaux responsables des dissensions et de la haine envers les juifs dans le monde entier. Nous prions, nous demandons à tout le monde de prier pour la liberté de la Palestine et pour la venue du jour où la gloire de Dieu sera révélée au monde entier et où nous pourrons tous le servir dans la paix et l’harmonie, dans un futur proche. Amen.

Un câble Wikileaks de 2009 montre que l’armée israélienne a visé les infrastructures civiles, avant de viser le Hamas

Bombardements à Gaza

Voici un extrait du câble diplomatique 09JERUSALEM17, daté du 2 janvier 2009, où on apprend, grâce au témoignage d’une collaboratrice de l’USAID, Manal al-Bashti, que les raids israéliens ont visé, d’après ce qu’elle dit, à détruire les infrastructures civiles et gouvernementales des palestiniens, plutôt que de lutter contre le Hamas et les ennemis présumés de l’armée israélienne. Son témoignage offre un autre regard sur la situation du conflit israélo-palestinien:

7. (C) Manal al-Bashti, gestionnaire de programme d’un projet de société civile/démocratie financé par l’USAID [Agence des États-Unis pour le développement international], a dit au personnel de l’USAID que des frappes aériennes israéliennes ont fréquemment visé des institutions gouvernementales, telles que le bâtiment du Ministère de l’Enseignement du PA [Autorité Palestinienne] et le siège du PLC [Conseil Législatif Palestinien], qui n’ont aucun lien avec les forces militaires ou les roquettes du Hamas. Elle a indiqué que la campagne militaire israélienne semblait plus dirigée à détruire l’infrastructure civile palestinienne, plutôt que dégrader les capacités du Hamas à attaquer Israël. Elle a dit que les modérés et les civils souffrent le plus des combats.

Source: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09JERUSALEM17_a.html

Pour retrouver la citation dans le câble original: http://www.wikileaks.org/plusd/cables/09JERUSALEM17_a.html#efmBfrBoc

La Syrie attaquée pour avoir défendu les Palestiniens contre Israël en 2010?

Le conflit syrien, ou guerre civile syrienne, peut trouver une autre porte d’interprétation, si on considère la problématique du conflit israélo-palestinien. En effet, la Syrie avait plusieurs fois défendu les droits des Palestiniens, avant le début de la guerre. En 2010, le gouvernement syrien avait appelé Israël à « mettre fin aux violations systématiques des droits humains dans le Golan occupé ». Est-ce que la Syrie a indirectement été victime d’un complot terroriste, organisé par les Etats-Unis et Israël, — comme le prétendent certains journalistes — pour la défense que le régime prenait en faveur de la cause palestinienne? Un document Wikileaks retrace cet épisode.

israel_palestine-map-edit-1353601538.24Illustration: La perte du territoire palestinien 1946-2005

SYRIE/ISRAEL/ANP/ONU – La Syrie Renouvelle la Demande pour Mettre Fin aux Violations Systématiques dans le Golan Occupé

Publié le 02-03-2012 01:00 GMT

Email-ID 1850591
Date 1970-01-01 01:00:00
From basima.sadeq@stratfor.com
To os@stratfor.com

La Syrie Renouvelle la Demande pour Mettre Fin aux Violations Systématiques dans le Golan Occupé

28 Sept. 2010

http://sana.sy/eng/22/2010/09/28/310091.htm

Genève, (SANA) – La Syrie a renouvelé lundi sa demande pour l’arrêt des violations israéliennes continuelles contre les droits de l’homme des Palestiniens, pour lever le siège injuste sur la bande de Gaza et pour l’octroi au peuple palestinien de leur droit à l’autodétermination et à l’établissement de leur Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale.

Cette demande est intervenue au cours du discours du Représentant Permanent de la Syrie Faisal al-Hamwi, auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, au nom du Groupe Arabe, pendant les discussions du Conseil des Droits de l’homme sur les violations israéliennes des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et dans les territoires occupés du Golan syrien.

Le Conseil a été informé sur le rapport du juge Goldstone qui a condamné le refus d’Israël pour la coopération avec son comité.

Al-Hamwi a appelé à condamner Israël pour son refus de coopérer avec le comité de Goldstone, en notant que l’indifférence israélienne et le rejet des enquêtes de la Commission visent à échapper au châtiment.

Il a souligné la nécessité que le Conseil ne devrait pas permettre que les droits des victimes du massacre de Gaza soient négligés, tout comme les droits des victimes de Bait Hanoun et d’autres massacres perpétrés par Israël.

Le Conseil a situé les violations des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et dans les territoires occupés du Golan syrien. Al-Hamwi a énuméré les violations israéliennes des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et le Golan syrien occupé, ce qui comprenait tous les aspects de la vie.

Au cours des discussions générales du Conseil concernant le Chapitre VII sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et dans les autres territoires arabes occupés, al-Hamwi a dit, dans la déclaration de la Syrie au Conseil, « Jour après jour, l’occupation israélienne a continué ses violations des droits de l’homme dans le Golan syrien occupé », soulignant que dans l’entrée des prisonniers syriens dans leur 26ème année dans les prisons israéliennes, Israël continue de priver les citoyens du Golan syrien occupé d’eau potable et l’exploite dans l’intérêt des colons israéliens.

La déclaration a appelé à faire l’examen des détails de cette attaque et d’un certain nombre d’autres attaques contre les citoyens syriens du Golan occupé, dans un message adressé par le ministre des Affaires étrangères de la Syrie au président du Conseil des droits de l’homme, le 31 Août 2010.

Al-Hamwi a conclu son intervention, en disant que peu importe la façon dont la campagne de distorsion israélienne augmente, nous et tous les pays qui croient dans les vrais droits de l’homme sans doubles standards, nous suivrons l’occupation dans ce conseil pour exposer la vérité et pour libérer les prisonniers, et permettre à nos citoyens de jouir de leur droit en ce qui concerne la visite sans conditions de leur patrie, en plus de la principale demande de mettre fin à l’occupation israélienne du Golan syrien occupé.

H. Zain / Al-Ibrahim

Source: http://search.wikileaks.org/gifiles/?viewemailid=1850591

Interview de Bachar al-Assad sur le Hezbollah et le front du Golan: http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=114299&frid=18&seccatid=37&cid=18&fromval=1

Pourquoi la politique israélienne des destructions massives? http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=46&frid=46&eid=64129

Sayed Nasrallah: « Seule la solution politique est valable en Syrie » http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=46&frid=46&eid=56969

WikiLeaks: Les États-Unis ont blâmé Israël pour avoir retardé la paix en 1975

Henry Kissinger parle au Washington Post

Photo: capture d’écran, Henry Kissinger parle au Washington Post.

Par ARIEL BEN SALOMON – 10/04/2013 05:08

Le ‘Post’ découvre un câble [révélé par WikiLeaks] de l’ambassade américaine en Arabie Saoudite qui analyse le conflit israélo-arabe, et sympathise  avec la position arabe.

WikiLeaks a publié et mis en ligne  1.7 millions de documents diplomatiques datés de 1973 à 1976. C’est leur plus importante parution à ce jour et elle a été baptisée d’après l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger parce que beaucoup de ces documents lui ont été adressés ou ont été écrits par lui.

Le Jerusalem Post a decouvert un câble envoyé par l’ambassade américaine en Arabie Saoudite le 9 janvier 1975, qui analyse le conflit israélo-arabe. Il a été conclu que c’était la position obstinée d’Israël qui freinait  l’accord de paix.

À un certain endroit de ce câble, il est dit : «Néanmoins, vu d’ici, le pessimisme israélien semble largement, sinon totalement, injustifié. Il semble basé sur un extraordinaire manque de compréhension de ce qui s’est passé dans le monde arabe  depuis un an et demi. Plutôt que de se préparer pour les cinquième, sixième, septième guerres israélo-arabes, les Israéliens pourraient examiner plus attentivement, un peu plus qu’ils semblent ne l’avoir fait jusqu’à présent, la possibilité d’un accord de paix  avec les Arabes. « 

Ce rapport des Etats-Unis documente également l’attitude pessimiste du public d’Israël envers la paix à la suite de la guerre du Yom Kippour. « Nous avons été frappés par le pessimisme croissant en Israël et dans les milieux juifs américains. Il semble être fondé sur l’axiome qu’on ne peut pas s’attendre à ce qu’Israël renonce à d’autres territoires arabes conquis en 1967 sans des garanties de sécurité de la part des Arabes envers Israël, le corollaire, que les Arabes ne donneront jamais de telles garanties, et la conclusion, qu’une autre guerre est donc inévitable. » Le rapport semble blâmer Israël pour ne pas avoir fait la paix avec les Arabes et montre également une certaine déception quant aux concessions faites  à Israël  lors  de la proposition  arabe  à Alger, concessions  qui sont allées trop loin.

« La décision arabe à Alger, de donner une reconnaissance des frontières de 1967 de facto à Israël, était peut-être une erreur. Annoncer, avant le début des négociations, quelle est votre position finale n’est généralement pas une bonne tactique de négociation », indique le rapport.

La mention d’Alger, la capitale de l’Algérie, fait référence très certainement au sommet de la Ligue Arabe qui s’est tenu là en 1973, et dont la résolution a appelé à un retrait israélien des territoires arabes occupés et de Jérusalem. La résolution  appelait  également à soutenir la résistance palestinienne par tous les moyens possibles.

Une « paix juste » basée sur  des exigences arabes  fut offerte sans conditions  si Israël accédait à ces demandes.

Le rapport poursuit en faisant  une critique cinglante de  la position israélienne.

« Avant de parler d’extermination, et avant de permettre les complexes de Massada ou de Samson de se développer  jusqu’à l’obsession, les Israéliens pourraient examiner leur propre position et celle des Arabes d’une manière constructive », indique le rapport, ajoutant que Le Caire et Damas aspirent fortement à la paix.

« Tous les rapports que nous avons entendus et lus de la part de l’Egypte et de la Syrie nous portent à croire que ces deux pays aspirent fortement à la paix et qu’ils aimeraient consacrer leurs énergies à la reconstruction de leur pays. » Toujours selon les câbles, le Premier Ministre de l’époque, Yitzhak Rabin, n’aidait pas les dirigeants arabes qui voulaient la paix.

« Les partisans de cette approche, cependant, n’ont pas été aidés par les déclarations de Rabin et d’autres en Israël pour qui le retrait prochain sera le dernier pour plusieurs années. » Le rapport se termine par une prédiction politique qui rappelle les controverses contemporaines.

« Les Palestiniens pourraient envisager un Etat démilitarisé comme humiliant ou nuisant à leur souveraineté, mais il est peu probable qu’ils obtiendraient beaucoup de sympathie ou d’aide de la part des Saoudiens s’ils essayaient de dérailler un accord. S’ils acceptaient, ils pourraient s’attendre à un soutien financier saoudien énorme  pour rendre leur minuscule nouvel Etat viable. La Jordanie et Israël en bénéficieraient indirectement. »

Source: http://www.jpost.com/Diplomacy-and-Politics/Wikileaks-US-blamed-Israel-for-holding-back-peace-in-1975-309306

Traduction française par mayya: http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,18558.0.html

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives